Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 07:55
photo Christophe Deyres - DICoD

photo Christophe Deyres - DICoD

 

27/03/2015 F. C.  -  DICoD

 

Dans le cadre de la Journée nationale du réserviste 2015, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, s’est rendu, vendredi 27 mars, au forum entreprises-défense qui se tenait au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM). À cette occasion, il a remis les prix de la réserve militaire à deux entreprises, et pour la première fois, deux prix réserve-jeunesse.

 

« Alors que les impératifs de sécurité et de cohésion s’imposent plus que jamais à la Nation, la réserve se présente à l’ensemble des Français comme une formidable opportunité pour contribuer à la défense de leur pays […] », a expliqué Jean-Yves Le Drian dans son discours prononcé le 27 mars, lors du forum entreprises-défense qui se déroulait au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM). Après avoir rencontré lycéens et  réservistes autour des stands de grandes entreprises partenaires de la Défense comme Thalès, Total, Dassault ou encore Safran Snecma, Jean-Yves Le Drian a rappelé que dans le contexte de sécurité actuel, « la réserve n’est pas un plus, c’est une nécessité ».

 

Parallèlement au forum entreprises-défense, le ministre de la Défense a remis plusieurs prix récompensant des actions mises en place en faveur de la politique de soutien à la réserve militaire. Le prix de la réserve militaire 2015 a été attribué à deux entreprises. Dans la catégorie de plus de 1 000 salariés, le groupe Turbomeca a été récompensé pour les conditions données à ses salariés réservistes, qui peuvent sans difficulté effectuer leur temps de réserve. Leader mondial dans la fabrication des moteurs d’hélicoptères, Turbomeca compte une vingtaine de réservistes. Dans la catégorie de moins de 1 000 salariés, c’est Scania France, dont des réservistes ont été projetés en Afghanistan, qui a été récompensé.

 

Pour la première fois, un prix réserve-jeunesse a été attribué, dans la catégorie individuelle, au capitaine de réserve Michel Honoré. Ce dernier a permis la signature d’une convention entre les écoles de commerce du groupe Idrac et la base de défense de la Valbonne. À ses côtés, l’association des sous-officiers de réserve de Nantes (ASOR 44) s’est vue attribuer le prix dans la catégorie collective. Lors d’une journée découverte de la réserve, l’association a accueilli de nombreux jeunes de 17 à 22 ans.

 

Jean-Yves Le Drian a rappelé l’objectif qu’il souhaite atteindre d’ici 2019 : « 1 000 réservistes opérationnels en mesure d’être engagés quotidiennement dans le cadre des missions de protection de nos armées ».

photo Christophe Deyres - DICoD

photo Christophe Deyres - DICoD

Partager cet article

Repost0
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 07:45
photo EMA / ECPAD

photo EMA / ECPAD

 

27/03/2015 Sources : État-major des armées

 

Déployé au sein du centre de traitement de soignants (CTS) de Conakry en Guinée, le sergent-chef Eric est réserviste à l'hôpital d'instruction des armées (HIA) de Brest. Dans le civil, il est aide-soignant en clinique à Vannes, et parvient à concilier sa vocation médicale auprès de ses patients et son engagement au sein des armées.

 

Le 14 janvier, l'équipe médicale et paramédicale du premier mandat du CTS est arrivée sur la base aérienne de Conakry où le centre venait tout juste d'être construit. Il a fallu tout d’abord organiser le centre. L'acclimatation s'est parfaitement déroulée pour le sergent-chef Eric, fort de ses précédentes missions. Des formations complémentaires lui ont permis de prendre ses marques et d'intégrer les nombreuses procédures, dont celles rigoureuses de la biosécurité. Le sergent-chef Eric s’est assuré du soutien psychologique des patients tout au long de sa mission. Son meilleur souvenir restera la première sortie d’un de ses patients guéris, confit-il avec un sentiment de fierté et de victoire face à la maladie.

 

Eric a fait ses débuts dans l'armée de Terre à 19 ans dans le cadre de son service militaire, en tant que fantassin. Puis il a signé son premier contrat dans l'armée professionnelle, et quelques années plus tard il a rejoint le service de santé en tant qu’auxiliaire sanitaire en régiment. Sa première opération extérieure à ce poste a été en Ex-Yougoslavie, en 1993. Après son retour à la vie civile, le sergent-chef Eric a intégré la réserve opérationnelle en 2006, au sein de l'unité d'intervention de réserve (UIR) du 3e régiment d'infanterie de marine de Vannes (3e RIMa). Pleinement investi, il y consacre 90 jours par an. En 2008, il participe à sa première opération extérieure en tant que réserviste de santé en République centrafricaine (RCA). Aujourd’hui il a rejoint le service de santé des armées au service des urgences de l'HIA de Brest.

 

L'expérience d'Eric démontre qu'il est possible d'allier une carrière dans le civil et un engagement dans la réserve militaire. Ses camarades au CTS n’ont réalisé que très tard qu'il était réserviste. Son intégration s'est faite naturellement et sans distinction. Pour lui, «La confiance entre binômes est indispensable». Ses savoir-faire lui sont utiles sur les plans civil et militaire, et Eric a vite trouvé son équilibre entre sa vie civile et sa fonction de réserviste. Son employeur y a gagné un personnel expérimenté, ouvert sur le monde, garant de valeurs de dépassement de soi et de cohésion. Signe de sa volonté et de l’épanouissement que lui procure le métier de réserviste, le sergent-chef prépare son prochain départ en opérations extérieures, dans quelques mois.

 

Le 2emandat du CTS mobilise depuis le 20 mars, près de 120 militaires français. Rattachés au service de santé des armées (SSA) et au régiment médical de la Valbonne, plus de 70 d'entre eux en sont issus. Le reste du détachement est constitué d’une vingtaine de militaires du 2erégiment de Dragons de Fontevraud, dont la spécialité est l’intervention face aux dangers nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques, et d’une vingtaine de militaires dédiés au commandement et au soutien logistique de ce centre. Il répond à l’objectif que se donne la France de lutter activement contre la maladie en étant intégré à la Task Force Ebola (TFE). Il est destiné aux soignants guinéens et ceux de toute autre nationalité amenés à œuvrer dans la lutte contre le virus Ebola dans le pays.

photo EMA / ECPAD

photo EMA / ECPAD

Partager cet article

Repost0
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 13:55
Un nouveau site Internet pour nos réservistes

 

26/03/2015  CNE Laisné - Armée de Terre

 

Le 20 mars 2015, a été officiellement lancé SIREM (Site Interarmées des Réserves Militaires), piloté par l’EMA/Bureau Réserve Militaire, une semaine avant la « séquence ministre » de la journée nationale du réserviste (JNR) le 27 mars 2015.

 

SIREM va devenir l’outil privilégié de communication entre l’Institution et le réserviste, ainsi qu’entre les réservistes eux-mêmes au sein d’une même unité. C’est le successeur de l’extranet réserve Terre (ERT). Accessible par Internet, il comprend une partie ouverte au grand public et une partie privée à laquelle les réservistes peuvent accéder après avoir créé leur compte en utilisant leur numéro matricule. On y trouve en particulier :

- Un portail d’informations générales sur la réserve ;

- Une bourse aux emplois des réservistes (leur permettant de postuler sur des postes vacants mis en ligne par les FE) ;

- A terme, un espace privé d’aide au commandement.

 

La Bourse des Emplois de la Réserve (BdER) permet aux réservistes d'avoir une vision globale sur les emplois que l’armée de Terre propose région par région, dans chaque régiment ou structure employant des réservistes. Chaque année, l’armée de terre propose 3000 postes pour compenser les flux de départs auxquels il faudra rajouter 1000 postes par an jusqu’en 2021 pour combler le déficit actuel. La logique retenue est celle de la proximité géographique pour faciliter l’employabilité et diminuer les délais et les coûts de transport, tout en intensifiant le lien armée- nation au niveau local.

Partager cet article

Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 17:55
Réserviste opérationnel - Parole de jeunes (4/6)

 

23/03/2015 DICOD

 

#RéservisteMoiAussi - Vendredi 27 mars 2015, la journée nationale du réserviste (#JNR) mettra particulièrement à l’honneur les jeunes de 15 à 30 ans. Qu’ils soient lycéens, étudiants ou jeunes adultes récemment entrés dans la vie active, ils ont choisi de consacrer une partie de leur temps à la Défense du pays en s’engageant dans la réserve militaire. Doublement citoyen, car à la fois civil et militaire, le réserviste opérationnel accomplit des missions variées tant sur le territoire national qu’à l'étranger.

 

Témoignage d’Alexandre Delaplace, 24 ans, informaticien à la SNCF.

Partager cet article

Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 12:54
Le nouveau numéro d’« Air actualités » est arrivé !

 

10/03/2015  Air actualités

 

Dans ce numéro 679, la rédaction d’Air actualités vous emmène à la découverte des unités d’appui au déploiement. Explorez les missions de ces aviateurs de l’ombre, qui opèrent dans l’envers du décor, en préparant le terrain pour les forces, sur les théâtres d’opérations extérieures notamment.

 

Vous pourrez également plonger dans les coulisses d’une opération de haut-vol : une évacuation aéromédicale. Un journaliste d’Air actu est allé à la rencontre des « anges du ciel » et a embarqué à bord d’un de ces « hôpitaux en kit volants », qui restent en alerte jour et nuit pour intervenir à tout moment.

En ce mois de mars, les femmes et les réservistes sont à l’honneur : faites la connaissance de deux aviatrices passionnées par leur métier, qui ont choisi de poursuivre l’aventure dans la réserve.

Au gré de votre lecture, vous pourrez également suivre les premiers pas des fusiliers commandos de l’air au sein du stage Maquis, en savoir plus sur la modernisation du contrôle aérien et « buller » dans l’univers de la BD aéronautique.

Sans oublier, comme tous les mois, un survol en textes et en images de toute l’actualité de l’armée de l’air. N’attendez plus et partez à la découverte de ce nouveau numéro. Et pour toujours plus d’informations et d’actualités inédites, rendez-vous sur le site Internet et les réseaux sociaux de l’armée de l’air : Facebook, Twitter et Instagram.

 

Le numéro de février 2015 est désormais consultable en ligne.

Partager cet article

Repost0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 21:55
Des hélicoptères de l’ALAT et de la Gendarmerie nationale à Dammartin vendredi 9 janvier. photo Michel Spingler/AP

Des hélicoptères de l’ALAT et de la Gendarmerie nationale à Dammartin vendredi 9 janvier. photo Michel Spingler/AP


28.02.2015 EchoRadar -  Le Fauteuil de Colbert
 

EchoRadar souhaite continuer à vous livrer quelques commentaires sur les événements ayant eu lieu lors de la semaine du 7 janvier 2015. Nous avons toujours une pensée pour toutes les victimes.
 

Aujourd’hui, nous vous proposons de revenir sur les opérations menaient entre les 7 et 9 janvier. Non pas que nous prétendions décrire avec exhaustivité toutes les opérations et manœuvres des forces de l’ordre. Mais très modestement, nous souhaitons proposer quelques remarques sur le niveau d’engagement, son ampleur, notamment géographique et le dispositif actuel de prévention.

A la suite de nombreux attentats et de prises d’otages ayant eu lieu de par le monde – de la prise d’otage de l’école de Beslan en 2004 à celle d’In Amenas en 2013 en passant par le détournement de l’Airbus en 1994 – nos forces de Police et de Gendarmerie travaillaient, notamment, mais pas seulement, sur le scenario d’une Prise d’Otages Massive (POM). Les gardiens de la paix prévoyaient de contrer ces hypothèses structurantes par l’intervention conjointe de toutes les unités spéciales. Au fil des reportages, il apparaissait même des coopérations ponctuelles, tout du moins pour l’enrichissement des formations, entre les forces spéciales des Armées et les unités spéciales des forces de Police et Gendarmerie. Le dispositif « contre-POM » se doit de contrer une ou des équipes de terroristes prenant massivement des otages en quelque lieu que ce soit (site industrielle, TGV, avion, métro, etc.).

 

Lors des attentats du 7 au 9 janvier, nous les observions affronter une « variante » de ce scénario. Cet attentat « dynamique » était mené par très peu de moyens humains et matériels. Sans présumer des résultats des enquêtes des services judiciaires et de renseignement, il y aurait eu au moins trois auteurs et un éventuel soutien logistique.

 

Ce qui revient à remarquer que ces unités poursuivaient avec plusieurs dizaines d’hommes seulement deux individus entre Paris et le Sud de la Picardie. Ce dispositif se devait d’être dynamique pour partir à la chasse d’un binôme. Il a pu avoir recours à des enveloppements verticaux via l’utilisation d’hélicoptères de manœuvre et légers. Et il s’appuyait aussi sur un quadrillage serré du terrain par la Police nationale et la Gendarmerie. Est-ce bien courant d’observer une telle opération « militaire » sur le sol national ?

 

Allier nos meilleurs unités de sécurité intérieure à une telle aéromobilité ce n’est que constater la faiblesse de nos moyens. Non pas qu’ils soient faibles par nature. Mais utiliser un dispositif exceptionnel – utilisation bien forcée – pour seulement deux hommes, c’est poser la question de ce qui serait nécessaire s’il y avait eu plus d’une équipe. Comment réagir si une autre commet ses forfaits par exemple à Rennes et une troisième à Clermont-Ferrand ?

 

Ce dispositif contre-POM peut être dilué en combien de divisions ? Combien d’hélicoptères de manœuvres peuvent être fournis dans l’urgence ? Ceux des Armées sont très sollicités (doux euphémisme) et ne sont pas forcément en Europe (puisque la France est un archipel globale). L’attentat qui frappait la Norvège en 2011 démontrait que, même dans le pays le plus fourni au monde en hélicoptères moyens et lourds (pour le secteur pétrolier), il n’était pas aisé pour les forces de police de réquisitionner dans l’urgence quelques voilures tournantes.

 

Autre chose, nous nous devons de considérer ce qui peut apparaître, par l’observation, des problèmes de génération de forces. Le plan VIGIPIRATE, étendu par l’opération Sentinelle, met sur le terrain plus de 10 000 hommes de l’Armée de Terre pour seulement 300 réservistes engagés. Le problème est-il le même pour la Police nationale et la Gendarmerie ? Toutes ces forces produisaient l’effort nécessaire à la hauteur des enjeux. Mais quelque soit la hauteur de l’engagement individuel ou de celui des organisations, il y a besoin, à un moment ou un autre, de régénérer les forces. C’est-à-dire que pour conserver autant d’hommes et de femmes sur le terrain, il faudra toujours des phases de relève et de repos. Et si nous devons craindre à l’avenir un contournement du dispositif déployé contre les attentats des 7-9 janvier, alors de futurs criminels pourraient tenter de diviser ce même dispositif.

 

Comment allier un dispositif exceptionnel de commandos de chasse, appuyé par des moyens aéromobiles militaires, sur un terrain quadrillé par les forces de police sans renouveler les réserves de force ? Comment faire durer un tel quadrillage de la France par la Police nationale et la Gendarmerie dans des proportions extraordinaires ? Les budgets actuels tendent les hommes et les femmes. Ne pas leur offrir des dispositifs temporaires de forces et de matériels pourraient devenir rapidement problématique tant notre pays est adulé dans certaines parties du monde. Faut-il évoquer une Garde nationale ? Une Garde républicaine ? Une juste répartition des besoins au sein même des administrations (que chaque zone police et zone gendarmerie reçoivent hommes et matériels en fonction des chiffres du ministère, par exemple) ? Autre chose : comme par exemple la répartition de l’effort dans le budget de l’Etat ? La problématique matérielle montre aussi le besoin, peut-être futur, de pouvoir soit projeter, soit disperser des matériels, tant aériens que terrestres. C’est aussi un des volets du besoin de « réserves » sur tous les territoires nationaux. Les menaces nous dictent leur tempo, nous ne pouvons que nous y adapter.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 12:55
[8 mars] Portrait : une réserviste au beau fixe


5 mars 2015 DICoD

 

#JournéeDeLaFemme - Après 25 ans passés en tant que météorologiste au sein de l’aviation légère de l’armée de Terre (ALAT), l’adjudant-chef Laurence a regagné la vie civile en 2006 pour profiter pleinement de la montagne qu’elle affectionne. Mais pour ne pas rompre le lien avec l’institution militaire, Laurence s’est engagée dans la réserve opérationnelle. Soixante jours par an, elle revient au Centre de vol en montagne de l’ALAT, à Sainte-Léocadie (Pyrénées). Portrait d’une femme qui aime « faire la pluie et le beau temps ».

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 08:20
Flight Crew: First Navy Reservist F-35 Flight Instructor


4 mars 2015 US Navy

 

Selected as the first Navy Reservist to be qualified as an F-35 instructor, Elliott "Hemo" Clemence shares his experience as a developmental test pilot with Lockheed Martin and how his civilian career launched him to the forefront of the future fleet.

Partager cet article

Repost0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:20
U.S. Navy Reserves Turns 100

 

3 mars 2015 US Navy

 

The Navy Reserve celebrates their centennial Mar. 3. Watch as they trace their history through times of conflict and peace, proudly answering the nation's call since 1915.

Partager cet article

Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 10:30
LIBAN : la FINUL accueille Nicolas Bays vice-président de la commission de Défense

 

27/02/2015 Sources : État-major des armées

 

 Du 7 au 21 février 2015, le contingent français de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) a accueilli le commandant Bays, député du Nord-Pas-de-Calais et vice-président de la commission de Défense de l‘Assemblée Nationale, servant également au sein de la réserve opérationnelle du quartier général du corps de réaction rapide-France (CRR-FR) de Lille.

 

Durant ces deux semaines, le commandant Bays a dans un premier temps accompagné les insérés français au sein du quartier générale de la FINUL à Naqoura, puis il a participé aux différentes missions et activités de la FCR déployée à Deyr Kifa. En patrouille motorisée avec l’escadron d’éclairage et d’investigation et la compagnie d’infanterie,il a pu entrer au contact de la population et des acteurs publics locaux avec l’équipe civilo-militaire, ce qui fut l’occasion de nombreux échanges avec l’ensemble des unités élémentaires et du soutien national français. Il a ainsi pu mesurer la complexité de la mission Daman et l’engagement quotidien des soldats afin de maintenir la paix au sud du Liban.

 

LIBAN : la FINUL accueille Nicolas Bays vice-président de la commission de Défense

Le commandant Bays a tenu à souligner l’importance d’une telle immersion permettant  de mieux comprendre la réalité du terrain et les besoins des soldats, qui est parfois difficile de visualiser lors du travail en commission. A la fin de son déploiement, le vice-président de la commission de Défense a rendu hommage aux soldats français, à leurs efforts et leur dévouement afin de défendre la paix au sein des forces des Nations Unies.

 

Présente depuis 1978 au Liban, la France est l’un des principaux pays contributeurs à la FINUL,avec environ 900 hommes. Les militaires français au Liban sont projetés dans le cadre de l’opération DAMAN (nom de la participation française à la FINUL) et arment principalement la Force Commander Reserve (FCR) de la FINUL, qui constitue une réserve d’intervention opérationnelle. Dans le cadre de la résolution 1701, la FCR participe à l’entraînement et à la montée en puissance des Force armées libanaises, par le biais d’exercices, de patrouilles, de formations et d’entrainement conjoints réguliers.

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 08:50
All Change for the British Army Reserve

 

February 25, 2015 by Think Defence

 

The Chief of the General Staff, General Sir Nicholas Carter, recently gave a widely reported lecture at Chatham House. Many outlets concentrated on the 77th  Brigade aspects but I think one aspect that was under reported was his comments on the Army Reserve.

The full transcript and recording is here, but an extract on the Army Reserve, below;

I think the other thing we need to think hard about is reconstitution and regeneration. That seems to me entirely sensible, given the nature of the uncertain world in which we’re operating. I think it also plays to the importance of a word that I have not used for a long time: productivity. Given the nation’s circumstances, it’s important that we do deliver a productive outcome.

That’s why the Army Reserve is important to us.

We should be clear though about what it is there for. What we’ve done is to pair it with our regular force structure. We’ve done that because our regular force structure is slimmed down in certain parts of the Army and it will draw its resilience from the pairing relationship it has with the Army Reserve.

The point about the Army Reserve though is that the obligation if you join it is only for training, less some specialists. We are not going to use it regularly and routinely, as perhaps was suggested a couple of years ago. [emphasis added] Rather, it is there in the event of a national emergency. That means it’s much more straightforward, I think, for an individual to be a member of the Army Reserve. If you’re a reservist, what you have to do is to try and balance an equilateral triangle between the employer, your family and your own thoughts on life. If that becomes an isosceles, you won’t retain or recruit the reservist. So it’s important to keep that in balance, and that means that it is sensible to talk about the obligation being for training only, unless you can afford the time as an individual to deploy with your regular counterparts.

So it’s there for a national emergency.

The effect of us explaining it like that is beginning to have an impact out there in the countryside. The figures that were announced last week were positive in terms of the direction of travel.

But we do need to attend to the officer corps, and it is a fact that over the course of the last 15 years of campaigning, we’ve used the Army Reserve as a collection of individuals to back fill our regular gaps.

That has not been positive for the officer corps. A lot of work is going on at the moment to see how we can encourage reservist officers and how we can develop a career structure that is meaningful for them.

We have, importantly, reinvigorated the Army’s regular reserve. Many former soldiers in the audience will remember that they have a statutory liability when they leave regular service, for up to 10 years, to be available in the event of a national emergency. Of course again, coming back to the point about productivity, we put around 7,000 people back into society every year.

There’s a lot of skills in there which are important to keep a handle on.

I would encourage you to read the above again and then compare and contrast with the original Army 2020 publications, Future Reserves white paper from 2013 and SDSR 2010.

Despite General Carter saying as perhaps was suggested a couple of years ago, there was no ‘perhaps’ and it wasn’t a ‘suggestion’.

The Future Reserve paper was clear in where the reserves would sit;

The Reserves will complement the Regulars, working together within an integrated force, providing military capability in a different way from the past to deliver the range and scale of military forces and skills required. We need the Reserves’ contribution to national security to expand. By 2020 they will provide a greater proportion of the overall Defence effort relative to Regular Forces and we will use them differently.

We will use our Reserve Forces to provide military capability as a matter of routine, mobilising them when appropriate. The wide range of possible activities may include enduring campaigns (such as Afghanistan), resilience operations in the UK, contributions to capacity-building overseas and to support activity at home. In some cases a level of specialist capabilities will be held only in the Reserve Forces.

It is as different as Mr Chalk and Mr Cheese.

The challenge for regulars is to recognise and value the contribution of their reservist colleagues

Clearly a change of policy, heart and direction is being signposted here.

The Army Reserve is now (save for a few specialists) national emergencies only and the Regular Reserve seems to be back in fashion.

One cannot move for seeing an Army Reserve recruitment campaign, the Army is using pretty much every media channel to advertise the benefits of the Army Reserve to potential recruits but this About Turn seems to have slipped the attention of many.

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 16:55
Les réservistes dans l’opération Sentinelle

 

12/02/2015 ASP Bourceret – Armée de Terre

 

Dans la région bordelaise, après une formation pour la mission Vigipirate, des sections de réservistes renforcent leurs camarades d’active dans le cadre de l’opération SENTINELLE.

 

Ces relèves permettent d’accroître le nombre de militaires engagés dans l’opération, d’assurer dans la durée la mission Vigipirate et de faire la restitution, pour les réservistes, de ce qu’ils ont appris lors de leur préparation. En image, retrouvez le sergent Paul avec sa section.

Partager cet article

Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 07:55
La réserve du RICM en mission Vigipirate


09/02/2015  SCH Beltran - Armée de Terre

 

300, c’est le nombre de réservistes qui prennent part quotidiennement à la mission Sentinelle dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate, aux côtés de leurs camarades d’active et en complément des forces de police et de gendarmerie.

Les réservistes du régiment d’infanterie chars de marine (RICM) de Poitiers interviennent aux abords des lieux publics et contribuent activement au retour du sentiment de sécurité des français. Après quelques jours de remise à niveau dans leur unité, ces volontaires sont déployés sur le terrain et mettent en œuvre efficacement les savoir-faire du combattant.

Partager cet article

Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 12:55
La Réserve citoyenne cyberdéfense, un réseau d’experts engagés


9 févr. 2015 Ministère de la Défense

 

Le réseau de la réserve cyberdéfense (RCC) se compose de 150 membres répartis en 7 groupes de travail et 8 équipes régionales. Le réseau entreprend un large éventail d’actions allant de l’organisation d’événements, tels que le premier Symposium académique de recherche en cyberdéfense de septembre 2013, à des travaux de réflexion ou de sensibilisation aux enjeux liés à la cyberdéfense.
Ce réseau étend progressivement son activité en région en se concentrant sur les opérations de sensibilisation à destination des PME-PMI. Les travaux du réseau se font en lien avec la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN), l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI) et la Direction générale de l’armement (DGA).
Les réservistes citoyens, collaborateurs bénévoles du service public, sont tous liés à la cyberdéfense dans leur vie professionnelle et se sont engagés pour mettre leur expertise au profit de la protection du pays. Ils ont des profils variés offrant à la réserve un large panel de compétences aussi bien en ingénierie, qu’en droit, management, R&D.
La RCC est présidée par Luc-François Salvador qui travaille en étroite collaboration avec le vice-amiral Coustillière.

Partager cet article

Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 18:50
Bottom Field 131 Independent Commando Squadron

 

3 févr. 2015 British Army

 

131 Independent Commando Squadron is a specialist unit in the Army. The Squadron's role is to provide engineer support to 3 Commando Brigade Royal Marines, who are the UK's experts in mountain and cold weather warfare.

The Bottom Field tests must be passed together before attempting the Commando Course to earn the famous Commando Green Beret.

The tests are the 30-foot rope climb, the assault course in less than 5 minutes, the 200-metre man carry in under 90 seconds and a full regain on the rope over the water tank. All tests are conducted whilst carrying 14.5kg of equipment/rifle.
 

Partager cet article

Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 17:55
Les cadres de la compagnie de réserve du 1e REG à Puyloubier

 

23-01-2015 1e REG Réf : 393 - 481

 

Du 15 au 18 décembre 2014 la 5ème compagnie du 1er Régiment Etranger de Génie, est parti renforcer les effectifs de Puyloubier et aider à la taille des vignes et aux oliviers. 

 

Les cadres de la compagnie de réserves sont allés au domaine du Capitaine DANJOU pour aider, nos anciens. Cela a permis également de souder les cadres de cette compagnie un peu spéciale. S’apprêtant à partir pour Vigipirate en début 2015, le Capitaine ® PEPE a voulu faire auparavant une activité qui permettrait aux officiers et sous-officiers de mieux se connaître et de se retrouver dans un cadre moins formel mais tout aussi utile. Cela a permis aussi aux jeunes officiers et sous-officiers qui ont rejoint les rangs de la compagnie de s’acculturer aux histoires et traditions de la Légion Etrangère et de toucher du doigt le principe de solidarité et d’entre aide si chers à l’institution

Les cadres de la compagnie de réserve du 1e REG à PuyloubierLes cadres de la compagnie de réserve du 1e REG à Puyloubier

Partager cet article

Repost0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 17:20
Patriot Warrior 2014


29 janv. 2015 US Air Force

 

Patriot Warrior is an Air Force Reserve Command exercise performed in a joint environment with U.S. Army and Navy Reserves, active duty and Air National Guard partners designed to evaluate the capability to deploy, establish and operate in support of joint operations. Nearly 6,000 U.S. Army Reserve, Navy Reserve and AFRC personnel took part in the exercise.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 12:55
Forum de la Cybersécurité

 

26 janv. 2015 Armée de Terre

 

Les 20 et 21 janvier a eu lieu le forum international de la Cybersécurité au grand palais de Lille.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 08:55
Vigipirate : la réserve aussi

 

25/01/2015 SCH Beltran - Armée de Terre

 

Suite à son passage au niveau d’alerte maximum, l’opération Vigipirate mobilise aujourd’hui 10 500 soldats sur l’ensemble du territoire national.

 

Parmi eux, près de 300 réservistes de l’armée de Terre œuvrent au profit de la population. Engagés dans des unités composées exclusivement de réservistes ou insérés dans des unités d’active, ces militaires prennent toute leur part dans la surveillance et la protection du territoire national. Le lieutenant-colonel Bernard, officier de réserve à la délégation militaire départementale d’Ille-et-Vilaine, est un de ces hommes dévoués et passionnés qui ont choisi de donner de leur temps au service de la France.

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 17:45
Gender transformation a challenge for Armour Formation Reserves

 

20 January 2015 by defenceWeb

 

There are some who may ask why transformation is still an agenda item in the SA National Defence Force (SANDF) after 21 years and one answer is to be found in the Armour Formation where ergonomics ensures one size doesn’t fit all.

 

“It’s not easy to meet the female representative targets prescribed by gender policy,” said Lieutenant Colonel Philip Coetzer, SO1 Reserves of the Army Armour Formation.

 

“Accommodation of personal safety and convenience for different gender is a challenge. One-piece versus two-piece fire resistant overalls is an example but however creative one would like to be, the safety and survival of personnel is a non-negotiable.

 

“Physical power of the upper part of the body for handling and carrying equipment and ammunition makes it difficult for smaller or female soldiers, who would rather prefer another military division to the hard and rough armour milieu. This has implications for gender transformation in general,” he pointed out.

 

Taking the analogy of sport, Coetzer asked whether his formation would rather see “rugby forward types” go to other formations.

 

“Not necessarily, but at the same time it must be understood that tall female netball players will experience combat vehicles being just as uncomfortable and challenging.”

 

He sees the pool of suitable candidates for the Armour Formation (Reserve Force) shrinking and maintains it will impact on continued transformation in the Formation.

 

“The utilisation of women as armoured soldiers in the Reserve Force has to be put into perspective. Almost 40% of the current available number of combat vehicles can presently be fully manned only with women from Armour Reserves. In other words the utilisation of women as drivers, gunners, crew and troop commanders for tanks and Rooikat combat teams is a necessity.”

 

Overall Coetzer maintains the Reserve component of the Armour Formation, which has been actively working on transformation for the last 10 years, has made progress especially in the management process.

 

He is adamant one of the major hurdles still to be faced is an improved feed of newcomers to the ranks of the Formation.

 

“It is virtually impossible to implement racial and/or gender transformation without an improved feeder source of new recruits.”

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 19:55
Vigipirate: neuf brigades vont déployer leurs réservistes

 

17.01.2015 par Philippe Chapleau – Lignes de Défense

 

A partir de ce week-end, des réservistes issus de trois brigades de l'armée de terre vont être engagés dans le dispositif Vigipirate. Il s'agit des réservistes de la 9e BIMa, de la 11e BP et de la 2e brigade blindée (et non pas de la 27e BIM, comme je l'ai précédemment écrit). L'ensemble forme un Guépard Réserve de 200 hommes (3 fois 61 soldats et un EMT).

 

Après un déploiement de 8 jours, une nouvelle rotation d'UE de 60 hommes chacune sera effectuée. Les brigades qui fourniront des militaires seront les suivantes: 1er brigade blindée, brigade de transmissions et d'appui au commandement et 6e BLB.

 

Huit jours plus tard, nouvelle rotation. Cette fois, ce seront des réservistes des 3e BLB, 7e BB et 27e BIM qui seront déployés.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:56
Journée nationale du réserviste - 27 Mars 2015

 

Source Marine Nationale

 

La prochaine Journée nationale du réserviste aura pour thème "Réservistes : les compétences les plus diverses de la Nation pour son armée". L'objectif de cette journée est de favoriser les rencontres entre la population civile et les réservistes militaires pour faire connaître la réserve, obtenir l'adhésion des employeurs et contribuer au recrutement des forces armées.

 

Retrouvez toutes les informations au sujet de cette nouvelle édition sur www.defense.gouv.fr/reserves

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 08:55
Vigipirate « Attentat »: 1 100 militaires désormais engagés en Ile de France (actualisé 10 jan.)


10/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le samedi 10 janvier 2015, 250 militaires supplémentaires ont été engagés aux côtés des 850 militaires déjà déployés en région Ile de France dans le cadre du plan Vigipirate.

 

Provenant du 68èmerégiment d’artillerie d’Afrique de la Valbonne, du 1er régiment d’infanterie de marine d’Angoulême, du 126ème régiment d’infanterie de Brive-la-Gaillarde et du 132ème bataillon cynophile de l’armée de terre de Suippes, 250 militaires supplémentaires sont venus renforcer le dispositif de protection en Ile de France.

Ce sont donc aujourd’hui 1 100 militaires qui sont déployés en région parisienne aux côtés des forces de l’ordre pour assurer la sécurité de nos concitoyens au lendemain des prises d’otage qui ont marqué la journée du vendredi 9 janvier.

Dimanche 11 janvier, cet effectif sera porté à 1 350 militaires grâce au renfort de, 250 militaires supplémentaires en provenance du 40ème régiment d’artillerie de Suippes, du 16ème bataillon de chasseurs de Bitche, du régiment de marche du Tchad de Meyenheim et du 13ème régiment de génie de Valdahon.

Parallèlement, dans plusieurs villes de province les réserves du dispositif Vigipirate ont été engagées. Dimanche 11 janvier, ce sont donc près de 1900 militaires qui participeront au plan Vigipirate sur l'ensemble du territoire national.

 

Historique du déploiement :

Mercredi 7 janvier : dispositif permanent engagé en île de France. Effectif déployé: 450 militaires

Mercredi 7 janvier : dans la soirée, mise en place d’un renfort de 150 militaires en provenance du 21e RIMa (Fréjus), du 41eRT (Douai) et du 48e RT (Agen). Effectif déployé : 600 militaires.

Jeudi 8 janvier : mise en place d’un renfort de 250 militaires :

  • 2 unités élémentaires en provenance du 1er RCP (Pamiers) et du 8e RPIMa (Castres),
  • Activation d’un 3e état-major tactique destiné à commander les moyens engagés en renfort.

Effectif déployé : 850 militaires.

Samedi 10 janvier : mise en place d’un renfort supplémentaire de 250 militaires

Effectif déployé : 1 100 militaires

Dimanche 11 janvier : mise en place d’un renfort de 250 militaires

Effectif déployé : 1 350 militaires

 

La défense du territoire national est une priorité des armées françaises.

En dehors du Plan Vigipirate, 1 500 militaires sont engagés quotidiennement dans des missions permanentes de protection du territoire national et des Français, en métropole et outre-mer (missions de surveillance de l’espace aérien et des approches maritimes, de lutte contre les trafics, de protection de sites sensibles, etc.).

Pour remplir ces missions, l’armée s’appuie à la fois sur des dispositifs permanents et sur une capacité de réaction qui lui permet d'agir sous court préavis.

Vigipirate « Attentat »: 1 100 militaires désormais engagés en Ile de France (actualisé 10 jan.)
Vigipirate « Attentat »: 1 100 militaires désormais engagés en Ile de France (actualisé 10 jan.)
Vigipirate « Attentat »: 1 100 militaires désormais engagés en Ile de France (actualisé 10 jan.)
Vigipirate « Attentat »: 1 100 militaires désormais engagés en Ile de France (actualisé 10 jan.)

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 17:55
Des « vacances » au sein de l’armée de Terre

 

27/10/2014 Victor POULAIN - Armée de Terre

 

Depuis le 20 octobre, une trentaine d’hommes et de femmes âgés de 17 à 34 ans suivent la formation militaire initiale des réservistes pour intégrer le 5e escadron, unité de réserve du 501e régiment de chars de combat.

 

Ces volontaires ont troqué leurs habits civils pour enfiler la tenue camouflée et découvrir l’univers militaire. Pendant deux semaines, ils suivent un programme chargé, composé d’activités sportives, de secourisme, de tir, de marches de jour et de nuit, de bivouacs tactiques ou encore de parcours d’obstacles. Cette aventure prendra fin le 1er novembre pour ces civils en quête de nouvelles expériences.

 

Le 5e escadron, unité de réserve du 501, est actuellement commandé par le capitaine Frédéric, qui conjugue son emploi civil dans l’industrie automobile avec le service de la France. Pour vanter les mérites de son escadron et de cet engagement singulier, le capitaine se plait à reprendre la célèbre citation de Winston Churchill : « Être réserviste, c’est être deux fois citoyen ». L’activité de réserviste est rémunérée et permet entre 5 et 60 jours de présence par an au régiment en fonction des disponibilités de chacun. Elle représente une expérience unique.

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 19:40
Russia to introduce Army Reserve force – report

 

October 13, 2014 RT.com
 

Russia's Ministry of Defense is planning to form Army Reserve units comprised of experienced volunteers, who will regularly undergo military training and at any moment will be ready to take arms to defend their country, Izvestia reports.

“The personnel of these units, while continuing to work at various positions in their own companies, will regularly participate in military training, and receive certain monthly payment for being enlisted in the Army Reserve,” deputy chairman of the State Duma Defense Committee, Franz Klintsevich, told Izvestia newspaper.

The recruits should be ready, Klintsevich says, to be called up to a rallying point “at any moment” to get a weapon and take their specific place in a pre-formed military unit.

The framework allowing such non-regular military units should be reflected in the two upcoming military laws, Izvestia reports.

Analysts, such as retired army colonel Victor Litovkin, believe the creation of an Army Reserve will help the army to “constantly be at the highest level of preparedness.”

“Most importantly, if hostilities begin, reservists will not be cannon meat and will be able to perform combat tasks to which they are assigned,” Litovkin told the publication. The expert added that former regular conscripts will most likely be the ones that sign up for Reservist service.

The Russian military is expected to have around one million active-duty servicemen by 2020, fully combat-ready and formed around easily deployable brigades. Russian president Vladimir Putin has committed $755 billion over the next decade to enable such reorganization, so that at least 70 percent of the Russian army is equipped with latest-generation weaponry and equipment.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories