Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 07:55
Vice-Amiral Arnaud Coustilliere, Officier Général Cyberdéfense - photo SDBR

Vice-Amiral Arnaud Coustilliere, Officier Général Cyberdéfense - photo SDBR

 

30.05.2017 Propos recueillis par Alain Establier - SECURITY DEFENSE BUSINESS REVIEW

 

SDBR : le ministre de la Défense a prononcé en décembre 2016 un discours sur la cyberdéfense. Que devons-nous en retenir ?

VA Coustilliere : Le 12 décembre 2016, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a effectué à Bruz un discours fondateur en matière de cyberdéfense. Le ministre a dressé le bilan de son action et les perspectives à venir. Ce discours, prononcé à l’occasion de l’inauguration du nouveau centre de la Direction générale de l’armement - Maîtrise de l’information, donne les grandes orientations de la cyberdéfense de demain. Ainsi, l’espace numérique, un champ de confrontation à part entière, est considéré comme un milieu au même titre que la terre, la mer, l’air et l’espace. Nous devons désormais repenser notre manière d’appréhender les guerres. Pour ce faire, une doctrine et une stratégie cyber de défense sont indispensables. Jean-Yves Le Drian, en a dévoilé quatre grands axes qui sont les « missions », les « coopérations internationales », les aspects juridiques et les moyens.

Ces axes permettront au ministère de la Défense d’assurer dans l’espace numérique trois types de missions qui sont le renseignement, la protection/défense (tant sur le territoire national qu’en opération) et la lutte informatique offensive. Pour contrer les nouvelles menaces, l’outil de défense doit être adapté pour asseoir notre souveraineté et notre indépendance nationales. Aussi, le ministre a décidé de créer un Commandement des opérations cyber. La création du Commandement de la cyberdéfense vise donc à permettre à la France de consolider sa posture de protection et de défense ainsi que ses capacités d’action contre tout adversaire.

 

Quelles sont les conséquences de ce discours sur l’organisation du ministère de la défense ?

La création d’un Commandement de la cyberdéfense, COMCYBER, est une étape dans l’organisation du cyber au sein du ministère. Placé sous la responsabilité directe du chef d’état-major des armées (CEMA), ce COMCYBER aura aussi pour mission d’assister le ministre de la Défense pour les questions liées à la cyberdéfense. La cyberdéfense au sein du ministère se structure : ce nouveau Commandement dispose d’un état-major resserré et a autorité sur les unités opérationnelles spécialisées dans la cyberdéfense du ministère.

 

Quel bilan 2016 pouvez-vous faire en termes de cyberdéfense ?

Comme l’a souligné le ministre dans son discours, le ministère de la Défense a dû faire face en 2016 à plus de 24.000 attaques externes arrêtées automatiquement par les systèmes de sécurité, dont 388 incidents complexes ayant fait l’objet d’investigations poussées du Centre d’analyse en lutte informatique défensive (CALID). Chaque année, le nombre de cyber-attaques double. Nous le constatons quotidiennement, tout comme leur sophistication technologique, témoignant ainsi d’une prolifération préoccupante des moyens d’agression. En effet, le bilan 2016 montre un renforcement, une structuration et une sophistication technologique des actions malveillantes dans l’espace numérique.

Ces menaces sont de nature aussi diverses que leurs acteurs (cybercriminels, hacktivistes, Etats, groupes terroristes, etc.) entre lesquels les frontières sont poreuses. Les attaques de type cyber recouvrent des modes d’actions profondément asymétriques, dans lesquelles de faibles moyens permettent d’obtenir des effets importants, comparables à ceux d’actions plus conventionnelles, lorsqu’elles visent des infrastructures civiles critiques, voire des cibles militaires. Ces menaces sont appelées à s’intensifier.

 

Qu’est-ce qui différencie une attaque de cyberguerre et une attaque cybercriminelle ?

Pour différencier une attaque de cyber guerre et une attaque cybercriminelle, il faut définir les contours de l’attaque de cyber guerre au sens du Droit des Conflits Armées. Une action de cyber guerre peut être caractérisée comme telle soit par l’ampleur de l’attaque subie, qui la rend assimilable à une agression armée, soit parce qu’elle serait revendiquée par un Etat, plaçant ce dernier en parfaite opposition avec les règles du droit international. En effet, la charte des Nations Unies s’applique aux actions des Etats dans l’espace numérique, comme cela a été reconnu par le Groupe d’Experts Gouvernementaux (GGE) de l’ONU. La charte interdit notamment la menace ou le recours à la force dans les relations entre Etats. Un Etat qui emploierait la force cybernétique de manière illicite engagerait ainsi sa responsabilité. En cas de fait internationalement illicite, ne constituant donc pas une agression armée, commis par un Etat à l’encontre d’un autre Etat, ce dernier peut adopter des contre-mesures afin de faire cesser l’action dommageable. La mise en œuvre de ces contre-mesures est encadrée par le droit international et relève d’une décision souveraine des Etats. En cas d’agression armée de nature Cyber, le recours à la force par un Etat dans le cadre de la légitime défense individuelle ou collective est reconnu par la Charte.

 

Comment identifier l’attaquant avec certitude ? A qui attribuer l’attaque ?

L’attribution d’une attaque informatique est un processus long, coûteux et complexe, qui aboutit rarement à un résultat certain. Le plus souvent, le temps d’établissement de la preuve ne correspond pas à la temporalité d’une action de réponse. Fondée sur un faisceau d’indices tiré du recoupement nécessaire de plusieurs sources de renseignement (technique, humain, sources ouvertes), l’attribution est donc le plus souvent, in fine, le produit d’un jugement politique fondé sur une appréciation de situation et un ensemble de facteurs.

 

Manquez-vous de moyens, autres qu’humains, pour le cyber-offensif ?

Au sein du ministère de la Défense, depuis cinq ans, les effectifs de la cyberdéfense ont doublé et continueront d’augmenter pour consolider notre montée en puissance. A titre d’exemple, au tout début la cyberdéfense comprenait une centaine de personnes et, aujourd’hui, elle regroupe plus de 2.000 personnels. Aujourd’hui, notre priorité est de recruter 2.600 « combattants numériques » pour l’horizon 2019. Il s’agit d’un véritable défi d’aller chercher des jeunes hautement qualifiés dans un secteur concurrentiel. Ceux qui nous rejoignent ont la volonté de mettre leurs talents au service de la Nation.

Nous renforçons actuellement le Centre d’analyse en lutte informatique défensive (CALID) dont la mission est de détecter et de conduire les investigations numériques liées à une attaque informatique, la 807e compagnie de transmissions de l’armée de Terre dont la mission est de déployer des dispositifs de cyber-détection en appui des forces projetées en opérations extérieures. Mais la montée en puissance concerne également les états-majors et les services de renseignement, ou encore des unités spécialisées dans les régions de Brest, Toulon, Lyon ou Mont-de-Marsan au sein de la Marine nationale, l’armée de Terre et l’armée de l’Air. Le pôle d’excellence cyber installé en région Bretagne est également en plein essor. De nombreux recrutements sont prévus dans les années à venir, notamment au sein de la Direction générale de l’armement. A côté des recrutements pour le ministère, nous recrutons 4.400 réservistes pour la réserve de cyberdéfense. La Loi de programmation a consacré, de 2014 à 2019 au domaine cyber, une enveloppe d'un milliard d'euros. La moitié de cette somme est consacrée aux investissements, en particulier de R&D qui sont multipliés par trois.

 

La réserve de cyberdéfense est-elle efficace aujourd’hui ?

La réserve de cyberdéfense (RCD) à vocation opérationnelle a été lancée en mai 2016 et les premiers recrutements ont débuté à l’automne 2016. La RCD a vocation à renforcer les capacités de l’Etat et des armées en cas de crise numérique majeure, en mobilisant des professionnels ou des étudiants recrutés au préalable. Encadrée par le centre de la réserve et de la préparation opérationnelle de cyberdéfense (CRPOC), elle s’appuie sur un réseau national et régional (en cours de déploiement). Ce sont près de 4.000 réservistes citoyens à vocation opérationnelle et 400 réservistes opérationnels qui nous rejoindront. La RCD en est à ses débuts mais permettra aux citoyens de mettre leurs compétences au service de l’Etat, tout en gardant une activité professionnelle. Le premier déploiement de la réserve, dans le cadre de l’exercice DEFNET sur la base aérienne de Rochefort, a très bien fonctionné. Cela a permis aux armées de valider les processus d’activation et d’emploi de la réserve dans des conditions proches de la réalité. Cela a montré les talents du personnel qui nous a rejoint, provenant des meilleures écoles de formation spécialisées. Nous continuerons d’ailleurs à développer des partenariats avec les écoles. Cet été, nous proposerons un « bootcamp » aux réservistes de cyberdéfense pour continuer leur entraînement. Le nombre de volontaires ne manque pas, mais nous préférons avancer doucement mais sûrement en étant capable de leur proposer des activités et entrainements valorisants, sous la forme d’une sorte de « Préparation militaire Cyber ». Nous menons donc en parallèle la montée en puissance humaine et la montée en puissance de nos capacités techniques d’entrainement/formation.

Repost 0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:55
La parole aux réservistes


04/11/2015 source CSRM

 

Le conseil supérieur de la réserve militaire (CSRM), chargé d’émettre des avis et des recommandations dans le domaine de la politique des réserves, se réunira prochainement en assemblée plénière. A cette occasion, les membres du CSRM se prêteront au jeu des questions / réponses.

 

Vous êtes réserviste militaire et vous vous intéressez à l'avenir de la réserve militaire ? Envoyer vos questions par mail avant le 30 novembre 2015 à communicationSGCSRM@hotmail.com ou via le post dédié sur notre page Facebook. Les questions retenues, pouvant intéresser l’ensemble des réservistes militaires, seront posées aux membres du CSRM à l’issue de la plénière.

Pour en savoir plus sur le CSRM et la gouvernance de la réserve militaire.

Repost 0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 12:55
Journée nationale du réserviste 2016

 

09/10/2015 Actualités réserves

 

La Journée nationale du réserviste 2016 aura pour thème : "Une nouvelle réserve militaire pour de nouvelles menaces". Elle se déroulera sur la période allant du 7 mars au 2 avril 2016.

 

Plus d'informations sur la JNR 2016 dans les prochaines semaines.

Repost 0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 12:55
photo DCSSA

photo DCSSA

 

16/10/2015  Service de santé des armées

 

Le 8 octobre, la deuxième journée d’information initiale des réservistes citoyens du SSA, couplée cette année avec la journée de formation des nouveaux coordonnateurs régionaux et nationaux de la réserve, a rassemblé cinquante et un réservistes de toute la France.

 

Composée de collaborateurs bénévoles, agréés en raison de leurs compétences, de leur expérience, mais aussi de leur intérêt pour les questions relevant de la défense nationale, la réserve citoyenne a pour mission principale de contribuer à la diffusion de l'esprit de défense et au renforcement du lien armées-Nation. Employés notamment dans le cadre d'actions de communication et de relations publiques favorisant l'esprit de défense, la contribution au devoir de mémoire et l'aide au recrutement, les réservistes citoyens sont devenus au fil des années les acteurs incontournables du rayonnement des armées.

Suite de l’artilcle

Repost 0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 12:55
La bourse des emplois de la réserve sur SIREM

 

09/10/2015 16:02 Monde de la réserve

 

En service depuis la journée nationale du réserviste du 27 mars 2015, la bourse des emplois de la réserve (BdER) propose plusieurs centaines d'offres d'emploi, mises en ligne par les armées et services interarmées à l'intention des réservistes opérationnels.

 

Pour y accéder, rendez-vous sur le Site Interarmées des Réserves Militaires (SIREM)

 

Puis cliquez sur le pictogramme BdER qui apparait en haut à droite de votre écran.

 

La recherche s'effectue soit en sélectionnant un ou plusieurs des critères proposés, soit simplement en cliquant sur un département ou une collectivité d'outre-mer de la carte affichée.

Repost 0
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 14:55
Formation des réservistes du domaine santé

 

03/07/2015 SCH Beltran - armée de Terre

 

Du 22 au 26 juin 2015, les militaires réservistes du service de santé des armées ont participé à un entrainement dans le camp de la Valbonne.

 

Organisé par le service de santé de Lyon et le régiment médical de la Valbonne, cet exercice a permis de préparer ces militaires à une éventuelle projection. Mises en situations, développement de la rusticité et restitutions des connaissances ont jalonné cette semaine riche en rebondissements.

 

L’exercice dénommé FRAOS (formation réserve aguerrissement opérationnel santé) confirme, si besoin était, la bonne intégration des réservistes au sein des services des armées.

 

Synthèse en images

Pour rejoindre la Réserve santé : contacts dans les directions régionales

Repost 0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 11:45
photo D. Geffroy - FFDj

photo D. Geffroy - FFDj

 

17/06/2015 Sources : État-major des armées

 

Arrivée à Djibouti en novembre 2013 pour rejoindre son mari, la capitaine Madeline s’est engagée dans la réserve en 2014. A raison d’une journée par semaine, elle occupe l’un des deux postes de pharmacien réserviste de l’unité de distribution des produits de santé (UDPS) des forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj).

 

Pharmacien adjoint en officine en France, elle a du faire preuve de remarquables qualités d’adaptation pour satisfaire aux exigences du métier en UDPS. Chargée en priorité de la procédure qualité, Madeline remet à jour les lots, suit les dates de péremption des produits et gère les stocks. Sur ce dernier point, il existe bien des similitudes avec le travail en officine, mais les procédures sont spécifiques et sans le conseil client.

 

La charge de travail est conséquente pour deux raisons principales. Premièrement, l’UDPS Djibouti est la seule à soutenir un hôpital. 80% du volume géré par l’unité est destiné à l’hôpital médico-chirurgical Bouffard. Deuxièmement, la gestion constante du stock est cruciale au vu des délais d’approvisionnement à Djibouti. En effet, les produits sont commandés à la direction en approvisionnement des produits de santé des armées d’Orléans qui décide de la voie d’acheminement des produits.

 

Les produits pharmaceutiques, le matériel médical et les médicaments dérivés du sang sont stockés dans des hangars au sein de l’UDPS. Les mouvements entrée et sortie de magasin sont permanents pour répondre aux besoins des unités médicales locales. Le capitaine Madeline saisit alors les commandes et les prépare.

 

Madeline retiendra cette expérience comme une découverte enrichissante notamment en ce qui concerne le mode de fonctionnement dans les armées ou encore le circuit du médicament du service de santé. Au bilan, selon ses propos, elle est animée de « l’envie de continuer dans la réserve à son retour en France ».

photo D. Geffroy - FFDjphoto D. Geffroy - FFDj
photo D. Geffroy - FFDj

photo D. Geffroy - FFDj

Repost 0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 12:55
Et par Saint-Georges !

 

07-05-2015 par 1e REC Réf : 207 | 680

 

Implanté depuis moins d’un an sur le camp de Carpiagne, le 1er REC continue ses premières et a célébré dignement son saint patron, Saint-Georges, le samedi 25 avril en la mairie du 9ème et 10ème arrondissement de Marseille.

 

Le 25 avril 2015, l’ensemble du régiment s’est retrouvé lors d’une prise d’armes en l’honneur de saint Georges se déroulant pour l’occasion dans le parc Maison Blanche de la mairie du 9ème et 10ème arrondissement de Marseille en présence d’autorités civiles et militaires. Cette cérémonie a également permis au général commandant la Légion Etrangère, le général MAURIN, ainsi qu’au chef de corps du 1er REC, le colonel BOUZEREAU, de décorer des cadres et légionnaires s’étant particulièrement distingués lors des derniers engagements du régiment au Mali.

 

Cette cérémonie était précédée de la passation de commandement de l'escadron de reserve entre le CES RINGEVAL et le CNE CASTEL.

 

A l’issue de cette prise d’armes, clôturée par un défilé, un vin d’honneur s’est tenu au sein de la mairie durant lequel plusieurs légionnaires se sont vu remettre leur décret de naturalisation des mains du maire du 9ème et 10ème arrondissement de Marseille. Enfin, c’est au son de « la Colonne » que le colonel BOUZEREAU a donné rendez-vous à toute l’assemblée aux journées portes ouvertes du régiment se déroulant les 25 et 26 avril sur le camp de Carpiagne.

 

Reportage photos

Repost 0
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 08:55
JNR 2015 - Réservistes : les compétences les plus diverses de la Nation pour son armée

 

26/03/2015 Miistère de la Défense

 

Comme le prévoit l'article L 4211-8 du code de la Défense, une Journée nationale du réserviste (JNR) est organisée une fois par an. Cette journée met à l'honneur les citoyens qui ont choisi de consacrer une partie de leur temps à la défense de notre pays en souscrivant un Engagement à servir dans la réserve militaire (ESR).

 

À l'occasion de la JNR, des activités réunissent partout en France des réservistes, des militaires d'active, des jeunes, des membres de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur, mais aussi des responsables territoriaux et des entreprises partenaires de la Défense. Ces activités sont des rallyes-citoyen, des conférences-témoignages, des visites d'unités militaires, des cérémonies du souvenir aux monuments aux morts, des prises d'armes avec remise de décorations aux réservistes, etc.

L'édition 2015 de la JNR aura pour thème « Réservistes : les compétences les plus diverses de la Nation pour son armée ».

L'objectif de ce thème est de soutenir le développement de la notoriété de la réserve militaire et son attractivité, notamment auprès des plus jeunes, qu’ils soient scolarisés,
en formation professionnelle, actifs ou en recherche d’emploi.

 

Téléchargez le Dossier de presse

Repost 0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 17:55
Le CEMAT dans la capitale (Vigipirate)

 

22 janv. 2015 Armée de Terre

 

Le 17 janvier, le général d’armée Jean-Pierre Bosser s’est rendu à l’état-major militaire tactique ORANGE de l’opération VIGIPIRATE à Paris.

Repost 0
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 08:50
Info@Reserve : Nos associations nationales URNOR et URNSOR (Belgique)


14.01.2015 Jean-claude Carlier - MIL.be
 

La Défense reconnaît et soutient deux associations nationales de militaires de réserve. Ces deux associations sont l’Union Royale Nationale des Officiers de Réserve (URNOR) asbl et l’Union Royale Nationale des Sous-Officiers de Réserve (URNSOR) asbl. Elles sont considérées toutes deux comme d’importants partenaires qui collaborent à l’engagement de la réserve.

 

Présentons-les brièvement :

 

L’URNOR a été créée le 10 janvier 1935 à l’initiative de monsieur Albert Devréze, Ministre de la Défense Nationale à cette époque, et de l’Amicale des Officiers de la Campagne 1914-1918. Elle obtint le titre de “Royale” le 18 septembre 1984.

Le colonel du cadre de réserve Philippe Rousseau en est l’actuel président. L’association compte environ 2 000 membres répartis en différents cercles et groupements répartis sur l’ensemble du territoire national.

 

L’URNSOR a été créée le 10 février 1937 à l’initiative d’un groupe de sous-officiers de réserve effectuant leur service militaire. Elle obtint le titre de “Royale” le 24 mars 1987.

L’adjudant du cadre de réserve Michel d’Alessandro en est l’actuel président. Cette association compte environ 800 membres répartis dans ses cercles nationaux.

Les deux associations ont leur siège situé au 24 rue des Petits Carmes à Bruxelles. Elles visent les mêmes objectifs sociaux. "La camaraderie” y revêt une grande importance. Elles promeuvent les intérêts moraux et matériels de leurs membres. Elles s’attèlent à améliorer la collaboration entre le cadre de carrière et le cadre de réserve au sein de la Défense. En outre, elles favorisent les relations harmonieuses entre l’armée et la nation.

Ces associations organisent annuellement et de concert une compétition nationale. Tant l’URNOR que l’URNSOR sont actives sur le plan international en déléguant certains membres à différents forums.

 

Plus d’informations ? N’hésitez pas à les contacter.

URNOR:

Tel : 02/5012338
Fax : 02/5012339
Site web
 

URNSOR:

Tel : 02/5012337
Fax : 02/5012336

Site web

Repost 0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 07:40
L'Ukraine créera une armée de réserve de 100.000 hommes

 

KIEV, 17 décembre - RIA Novosti

 

L'Ukraine créera une armée de réserve "forte de 100.000 hommes", a annoncé mercredi à Kiev le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense d'Ukraine Alexandre Tourtchinov.

"Ces hommes entreront en service dans le contexte de la loi martiale. La création d'une armée de réserve est une question spéciale et nous œuvrerons pour la régler", a indiqué M.Tourtchinov lors d'un point presse.

Kiev a déjà organisé trois campagnes de mobilisation depuis le début de son opération dite antiterroriste dans le Donbass le 15 avril dernier. Les autorités ukrainiennes avouent que les désertions dans l'armée et les refus d'obtempérer aux ordres de mobilisation se multiplient. Les mères de soldats ukrainiens ont organisé des manifestations contre la guerre et la conscription.

L'opération militaire d'envergure lancée par Kiev vise à réprimer la révolte qui a éclaté dans le Donbass suite au renversement du président Viktor Ianoukovitch en février 2014. Les autorités de Kiev et les républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk (DNR et LNR) ont adopté un cessez-le-feu le 5 septembre à Minsk. Les deux parties se sont accusées de violer régulièrement cette entente. 

Un nouveau cessez-le-feu conclu entre troupes gouvernementales et brigades indépendantistes du Donbass avec la médiation de l'OSCE est entré en vigueur le 9 décembre.

Repost 0
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 21:55
AUCH 2014 : les réservistes en alerte

 

21/11/2014 Armée de Terre

 

Du 16 au 20 novembre, dans la région d’Auch, la 11e brigade parachutiste a organisé un exercice tactique de son dispositif d’alerte « Guépard Reserve », en liaison avec la délégation militaire départementale du Gers.

 

L’ exercice AUCH 2014 avait pour objectif de tester la capacité de la 11e brigade parachutiste à engager une unité élémentaire de réserve d’environ 70 personnes, armée par les réservistes opérationnels des différents régiments de la brigade puis d’évaluer leur capacité opérationnelle au travers d’un exercice tactique.

 

La mission confiée aux réservistes était de compléter l’action des forces de sécurité civiles engagées dans le soutien aux populations du Gers durement éprouvées par des inondations catastrophiques. Après décrue des cours d’eau, les réservistes ont ensuite participé à des missions de sécurité générale en renforcement des forces de sécurité intérieure face à une situation de pillages et d’insécurité dans les villes du département.

 

AUCH 2014 a donc permis de valider la capacité du dispositif de réserve de la 11e BP à se mobiliser dans des délais assez courts, à monter en puissance rapidement puis à se mettre en condition opérationnelle pour remplir des missions intérieures complexes sur le territoire national, en complément de forces de sécurité civiles et intérieures. Cet exercice a également permis d’évaluer l’aptitude opérationnelle de l’état-major tactique de réserve dans des conditions proches des missions qu’il pourrait recevoir.

Repost 0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 13:50
Photos Michel Decourtit

Photos Michel Decourtit

 

14/11/2014 Jean-claude Carlier – MIL.be

 

Saviez-vous que, comme de coutume, l’URNOR (Union Royale Nationale des Officiers de Réserve) et l’URNSOR (Union Royale Nationale des Sous-Officiers de Réserve) organisent conjointement chaque année une compétition ?

 

C’est un événement se déroulant sur deux jours auquel peuvent participer tous les militaires de réserve appartenant à une unité ou un état-major. À côté des équipes belges participent également chaque année quelques équipes étrangères. La Suisse qui essaye de déléguer annuellement deux équipes, en est un acteur traditionnel. Mais aussi la France, l’Angleterre, l’Italie et la Pologne envoient régulièrement une délégation d’un à plusieurs compétiteurs.

 

La compétition se présente comme un concours où des équipes de 4 personnes s’affrontent dans différentes disciplines militaires. Une vingtaine d’épreuves sont littéralement parcourues à toutes jambes sur une journée et demie. Les épreuves sur chaque stand divergent beaucoup. Tant les connaissances militaires que la condition physique sont mises à l’épreuve. Les tests d’armement, de vision nocturne, de lutte anti-incendie, et de premiers soins en font régulièrement partie. De plus, chaque année, des tests spécifiques par composante y sont ajoutés auxquels l’unité d’appui organisatrice apporte sa petite touche personnelle. La solidarité et un esprit d’équipe sain sont les ingrédients indispensables à la bonne réussite de ces épreuves. L’équipe gagnante entre en considération pour l’obtention de la “coupe du Roi”. L’équipe qui se classe trois fois première d’affilée reçoit officiellement cette coupe en main propre du Palais et elle lui est acquise.

 

En 2014, la compétition a eu lieu les 23 et 24 octobre au sein du 1 Wing de Beauvechain. Le CRC Glons en est sorti grand vainqueur, tant pour l’équipe mixte (officiers, sous-officiers et volontaires de réserve) que pour le classement général. Quatre équipes étrangères ont participé cette année: deux équipes anglaises et évidemment deux équipes suisses.

 

Intéressés ? Prenez rapidement contact avec les associations nationales ou  surfez régulièrement sur le site web de la Défense. Les inscriptions doivent se faire directement auprès des associations nationales. Votre participation est considérée comme un rappel ordinaire et entre en ligne de compte pour le “minimum training”. Les autorisations de participation sont délivrées par la Direction de la Réserve Nationale.

Info@Reserve : Forts ensemble !
Info@Reserve : Forts ensemble !
Info@Reserve : Forts ensemble !
Info@Reserve : Forts ensemble !
Info@Reserve : Forts ensemble !
Repost 0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 02:55
COPIL de lancement de la JNR 2015

 

13/11/2014 Actualités réserves

 

Le premier Comité de Pilotage de la Journée Nationale du Réserviste 2015 s'est tenu le jeudi 16 octobre 2014 à l'Hôtel de Brienne, sous la présidence du secrétaire général du Conseil Supérieur de la Réserve Militaire, le général Thierry Beckrich. De nouveaux COPIL seront organisés avant la JNR 2015, qui aura lieu le vendredi 20 mars 2015.

 

Le thème choisi pour la JNR 2015 est : "Réservistes : les compétences les plus diverses au coeur du lien armée-Nation".

Repost 0
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 12:55
Les réservistes en alerte - exercice ABRUZZE

 

13/11/2014 Victor POULAIN - Armée de Terre

 

Du 3 au 8 novembre, près de 100 militaires réservistes et d’active de la 3e brigade légère blindée (3e BLB) et de la délégation militaire départementale du Puy-de-Dôme ont participé à l’exercice ABRUZZES, dans la région d’Issoire.

 

Cet exercice consistait à mobiliser des réservistes dans le cadre du Guépard Réserve.  Le principe de ce dispositif est de pouvoir disposer d’un vivier de volontaires issus des unités de réserve capables d’être engagés sous un préavis de 48 heures et durant 8 jours. Le Guépard Réserve est prévu pour porter assistance, notamment, à la population sur le territoire national, en cas de catastrophe naturelle. Dans les conditions les plus proches de celles rencontrées en cas de catastrophe, les réservistes d’astreinte de la 3e BLB ont été réquisitionnés par la préfecture du Puy-de-Dôme et prévenus par téléphone. Ils ont donc quitté leurs activités civiles pour constituer une unité d’environ 80 hommes et femmes et s’exercer à l’évacuation et à la protection de la population sur fond d’inondation et d’importants mouvements sociaux.

Afin de répondre à ses besoins opérationnels, l’armée de Terre place en permanence 800 réservistes en alerte, en complément des unités d’active.

Repost 0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 17:55
 2e symposium de recherche de la réserve citoyenne cyberdéfense


30/10/2014 RCC

 

Le 12 novembre prochain, le réseau cyberdéfense de la réserve citoyenne (RCC) organise son 2e symposium de recherche à Paris.

 

Le mercredi 12 novembre 2014, l’amphithéâtre de Bourcet, situé dans l’enceinte de l’Ecole militaire à Paris (7e), ouvrira ses portes à la 2eédition du symposium de recherche de la réserve citoyenne cyberdéfense de 14h à 19h30. L’objectif de cette série de quatre conférences est de combiner disciplines scientifiques et sciences sociales afin d’aborder des thèmes novateurs dans le domaine de la cyberdéfense.

Organisé par les réservistes du réseau RCC et ouvert au grand public, ce second symposium de recherche s’inscrit dans une démarche de sensibilisation aux enjeux de cyberdéfense chère au réseau RCC.  Cette année, les menaces cybernétiques sont à l’honneur et seront abordées à travers trois thèmes originaux tels que la finance haute fréquence, les Big Data ou encore la fusion nanotechnologies, biotechnologies,  informatique, sciences cognitives (NBIC).

 

Vous souhaitez assister au symposium ? Envoyez un mail avec votre prénom, votre nom ainsi que votre fonction à rcc@defense.gouv.fr.

 

Informations pratiques 

Ecole militaire, 1 place Joffre Paris, 7e– métro ligne 8, station Ecole militaire

Repost 0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 06:55
Repost 0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 12:55
photo RP Defense

photo RP Defense

08 mai 2013 par Romain Mielcarek

Les réserves n’ont pas toujours les moyens de leurs ambitions. Le Livre blanc rappelle tout de même leur importance pour le bon fonctionnement des armées.

Dans sa partie consacrée aux ressources humaines, le Livre blanc évoque le rôle des réserves. Le texte rappelle à quel point la réserve est une composante cruciale pour le bon fonctionnement du modèle des armées. Il rappelle également que ces hommes et ces femmes sont un vecteur précieux du lien entre l’institution et le reste de la Nation.

Le document donne quelques éléments sur le profil du réserviste opérationnel qui doit être favorisé. Si les contrats prévoient un engagement minimum de cinq jours pour être noter (il n’y a en réalité pas de contrainte majeure), le Livre blanc précise ici des objectifs qui doivent être pris en compte dès le recrutement : « il convient d’attirer en priorité des femmes et des hommes disposés à y servir au minimum vingt jours par an et pendant plusieurs années. » Parmi eux, le texte rappelle que certains seront amenés à servir sur des durées plus longues allant de 90 à 120 jours. Pour parvenir à ces objectifs, il faudra « consacrer les ressources budgétaires adaptées aux actions de formation et d’entraînement » et « pouvoir financer les déploiements opérationnels de ces réservistes ».

Pour parvenir à ces objectifs, qui ne sont pas aujourd’hui atteints dans beaucoup d’unités où l’on peine à fidéliser les réservistes, une meilleure réflexion sur la prise en compte des problématiques des entreprises doit être réalisée. Le Livre blanc réclame aussi une simplification des procédures d’engagement notamment sur le plan administratif.

Valoriser les compétences rares

La réserve opérationnelle doit aussi progresser dans sa capacité à engager des compétences spécifiques. Le Livre blanc réclame ainsi la montée en puissance de certaines composantes qui sont aujourd’hui déficitaires et de profiter de ce que peut proposer la réserve dans ces domaines. L’exemple donné, qui est en ce moment au coeur de l’actualité, est celui de la cyberdéfense qui est en train de mettre en place une telle structure, reposant en partie sur des réservistes. On pourra noter d’autres domaines, notamment dans le secteur des actions sur l’environnement, avec les opérations civilo-militaires qui peuvent toujours profiter de certains talents : ingénieurie, marketing, connaissances ethnologiques spécifiques …

Le document évoque enfin la réserve de disponibilité, très rarement prise en compte. Elle se compose des anciens militaires soumis à une obligation de disponibilité pendant une durée de cinq ans. Mobilisables en cas de crise majeure, ils sont beaucoup moins nombreux aujourd’hui qu’avant la professionnalisation des armées. Leur disparition progressive est l’un des moteurs principaux du développement de la réserve opérationnelle. Leurs compétences restent aujourd’hui peu utilisée, en dehors de quelques volontaires qui se dirigent de fait vers la réserve opérationnelle. Le Livre blanc appelle à une rénovation de cette composante.

Les réservistes citoyens, enfin, doivent continuer à être utilisés comme un vecteur favorable du lien armée-Nation. Ces civils, souvent issus d’institutions ou de couches de la société propices à cette relation (mairies, Education nationale, associations …), peuvent apporter certains atouts aux armées. Le document évoque une piste intéressante, celle des quartiers difficiles et des zones rurales isolées, où ces relais pourraient permettre de faire entrer l’esprit de Défense et la connaissance des enjeux qui y sont liés.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories