Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 16:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

29/09/2015 Sources : Marine nationale

 

Du 22 au 24 septembre 2015, le Bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistral était en entraînement SPARTIATE au large des îles du Levant. Ce Stage de Préparation d’ARTillerie et d’Action vers la TErre, préparé par les entraîneurs de la Force d’Action Navale, a mis à l’épreuve 60h durant, l’ensemble de l’équipage du Mistral.

 

Ce stage qualifiant de niveau supérieur, complet et intensif, permet de valider les principales capacités opérationnelles du bâtiment et en particulier sa compétence amphibie. A cet effet, de nombreuses actions se sont enchaînées à un rythme soutenu : plusieurs attaques aériennes (ADEX), de jour comme de nuit, ont testé la réactivité des équipes de veille, des artilleurs et le bon fonctionnement des affûts 12,7 mm, 20 mm et SIMBAD. Egalement, à plusieurs reprises, des embarcations légères ont pris le relais pour simuler des attaques asymétriques (SURFEX) sur le bâtiment et ainsi tester sa réactivité.

 

Enfin, lors de la dernière nuit, le point d’orgue de l’exercice a été la conduite d’une opération amphibie avec le 21ème régiment d’infanterie de marine (RIMA) de Fréjus, qui a abouti à une évacuation de ressortissants (RESEVAC) sur l’île du Levant. Près de 40 personnes ont été prises en charge, évacuées puis mises en sécurité par les troupes de marine et l’équipage.

 

Ces deux jours et demi, ont ainsi permis une complète et indispensable révision de l’ensemble des savoir-faire opérationnels. Ils ont enfin et surtout placé les marins en situation d’inconfort, afin de tester leur résilience et renforcer leur esprit d’équipage.

 

Le Mistral est désormais apte à être déployé en opération Corymbe.

photo Marine Nationalephoto Marine Nationalephoto Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 16:35
Plageage des forces françaises au moyen d’un LCH australien en baie de Druelu sur l’île de Lifou - photo DCSCA

Plageage des forces françaises au moyen d’un LCH australien en baie de Druelu sur l’île de Lifou - photo DCSCA

 

30/06/2015 DCSCA

 

Du 25 août au 5 septembre 2014, les forces armées de Nouvelle-Calédonie (FANC) ont conduit l’exercice Croix du Sud, un entraînement « grandeur nature », aussi proche que possible de la réalité.Il s’agissait ici d’une opération humanitaire et d’évacuation de ressortissants.

 

Organisé tous les deux ans, interarmées et multinational, l’exercice Croix du Sud se déroulait dans la province des îles de Lifou et Tiga, à l’aéroport de La Tontouta et dans la région plus montagneuse de La Foa. Cet exercice majeur pour  l’entraînement des FANC et de ses partenaires de la région regroupait 1 500 militaires, 7 bâtiments, 9 aéronefs et d’importants moyens logistiques en provenance de 9 nations.

 

Associée dès la fi n 2013 à chaque étape du cycle préparatoire, la DICOM/GSBdD de Nouvelle-Calédonie a été totalement intégrée au dispositif logistique et militaire déployé lors des phases initiales et lors de la FTX*, dans un rôle proche de celui d’un bataillon logistique (mise en place d’une base de soutien avancée sur la BA 186).

 

Le 31 août à l’aube, une opération aéroportée sur l’aérodrome de Lifou et une opération amphibie sur la plage de Druelu, permettaient à la force de prendre pied sur l’île. Une dizaine de rotations d’avions CASA CN 235 français et Hercule C-130 canadiens assuraient ensuite la mise en place de la logistique, du module EVAC INFO armé par le GS et du reste du personnel. Dès midi, les troupes apportaient les premiers soutiens à la population en détresse et, au soir, le module EVAC INFO et la base logistique avancée étaient opérationnels. Simultanément, le GSBdD et la Croix-Rouge débutaient la mise en place de la portion centrale du CENTREVAC sur l’aéroport de La Tontouta.

 

Tout était donc prêt pour répondre rapidement à un ordre d’évacuation de ressortissants de Lifou vers La Tontouta. Compte tenu de la dégradation de la situation humanitaire et sécuritaire, cet ordre fut donné dès le 1er septembre à midi. Les 2 et 3 septembre, un peu moins de 250 ressortissants étaient évacués de Lifou vers La Tontouta.

 

Les moyens logistiques du soutien du combattant ont, à cette occasion, été déconditionnés, vérifi és et mis à disposition des participants. 700 lits de camp installés, 6 500 rations de combat et 27 000 bouteilles d’eau délivrées et les moyens mobiles du module 150 déployés en soutien du RIMAP NC.

 

Avec 130 personnels directement impliqués dans le soutien opérationnel des forces, la prise en charge de la chaîne d’évacuation des réfugiés et son intégration dans la chaîne de contrôle tactique de l’exercice, le groupement de soutien de Nouvelle-Calédonie a travaillé et conforté son dimensionnement et son savoir-faire opérationnels. Croix du Sud est l’exercice de référence régional en termes de projection de forces et de conduite simultanée de deux types d’opérations, militaire (RESEVAC) et humanitaire. L’édition 2014 fut un succès.

 

* FTX : Field Training Exercise (exercice terrain).

Partager cet article

Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 16:50
Evakuierung aus Krisengebieten – die Luftwaffe zeigt ihre Fähigkeiten

 

1 juin 2015 Quelle: Redaktion der Bundedswehr 06/2015 15E21201

 

SNAP 2015 (Significanceof National Air Power) ist eine Evakuierungsübung der Luftwaffe. In Krisen- und Kriegsgebieten hat die Bundeswehr die Fähigkeit Zivilisten und Soldaten zu retten.
Gezeigt wird, welche Kräfte die Luftwaffe für Evakuierungsoperationen einsetzten kann.


Musik: I came to fight, Bryan New, Universal

 

Partager cet article

Repost0
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 11:45
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

07/04/2015 Sources : État-major des armées

 

Après avoir participé avec le BPC Dixmude et la FLF Aconit à l’évacuation d’une centaine de ressortissants de plusieurs nationalités des villes d’Aden et Balhaf, au Yémen, le patrouilleur hauturier L’Adroit a repris sa mission d’escorte au profit des réfugiés djiboutiens. Placé sous le contrôle opérationnel du commandant des forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj), le bâtiment de la Marine nationale a repéré dimanche 5 avril dans la soirée, à l’est d’O’Bock, un boutre se dirigeant vers Djibouti.

 

Ce navire naviguait avec à son bord 92 Djiboutiens, mais également 27 Yéménites, 13 Saoudiens, 4 Kenyans, un Ethiopien, un Somalien et une Française. Tout en escortant ce boutre, L’Adroit a contacté les autorités djiboutiennes qui ont affrété un de leurs patrouilleurs pour prendre le relai jusqu’au port de Djibouti.

 

Lundi 6 avril, en début de matinée, c’est un autre boutre, parti la veille du port yéménite al-Moka avec 156 personnes à son bord, dont deux Français, qui a été escorté par le patrouilleur de la Marine nationale, en collaboration avec la Marine djiboutienne. L’Adroit y a transféré son équipe médicale en milieu de matinée afin de prendre en charge des passagers malades. Les réfugiés ayant quitté le Yémen sont arrivés à Djibouti en début d’après-midi.

Partager cet article

Repost0
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 05:30
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

05/04/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 5 avril au matin, le patrouilleur hauturier (PH) L’Adroit, déployé en océan Indien dans le cadre de la mission Atalante ainsi que la frégate légère furtive (FLF) Aconit, engagée dans le cadre de la mission Jeanne d’Arc 2015, ont évacué 63 ressortissants de la ville d’Aden au Sud du Yémen.

 

Après avoir conduit une extraction de ressortissants sur le site de Balhaf le 4 avril après-midi et au regard de la dégradation sécuritaire dans la ville d’Aden, les armées françaises ont réalisé une opération d’évacuation de 25 personnes dont 23 Français en liaison avec les autorités portuaires de la ville. Après s’être positionnés au large des côtes dans la journée du 4 avril, les deux bâtiments français ont mené une opération en trois phases successives le 5 avril.

 

Dans un premier temps, après avoir mis à terre des éléments de sécurisation, le PH L’Adroit a engagé des embarcations rapides afin de permettre l’embarquement des bénéficiaires de l’évacuation. Entamé vers 06h00 (heure de Paris), le transfert de 25 ressortissants s’est achevé vers 09h00. Parmi eux, 23 Français, dont 13 enfants.

 

Dès le milieu de la matinée, une seconde opération a débuté avec la FLF Aconit. En liaison étroite avec les autorités portuaires yéménites, les personnes ont été transportées entre le port d’Aden et la frégate sur des vedettes des garde-côtes. 38 ressortissants de différentes nationalités ont rejoint le bord et ont été accueillis par des équipes dédiées à leur soutien.

 

Une fois ces opérations d’évacuation terminées, les deux bâtiments de la Marine nationale ont pris le large. Après avoir transféré les ressortissants recueillis par hélicoptère sur le BPC Dixmude, le PH L’Adroit a repris sa mission tandis que la FLF Aconit a fait route vers Djibouti qu’elle devrait atteindre en même temps que le Dixmude dans la soirée du 5 avril.

 

Ces opérations ont été placées sous le contrôle opérationnel du commandant des forces françaises stationnées à Djibouti (FFDJ), le général de brigade aérienne Montocchio.

photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale
photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale
photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 05:30
Yémen : le Dixmude évacue 44 personnes de Balhaf (4 Avr.)

 

04/04/2015 Sources : Etat-major des armées / Marine nationale

 

Dans l’après-midi du 4 avril, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude, déployé en océan Indien dans le cadre de la mission Jeanne d’Arc 2015, a évacué 44 personnes du site de Balhaf, dans l’Est du Yémen.

 

Le 11 février 2015, compte tenu de la dégradation de la situation sécuritaire au Yémen, le gouvernement français avait incité l’ensemble des ressortissants français à quitter le pays.

 

Dans le même temps, il avait été demandé au chef d’état-major des armées (CEMA), le général d’armée Pierre de Villiers, de planifier une opération visant à permettre d’évacuer en sécurité les ressortissants ayant souhaité rester au Yémen en cas d’aggravation brutale de la situation sécuritaire. Des moyens militaires français aériens et navals positionnés dans l’océan Indien avaient alors été placés en alerte.

 

Le 4 avril, devant l’aggravation de la menace à proximité de la ville de Balhaf, située dans l’Est du pays, le BPC Dixmude*, pré-positionné au large des côtes yéménites et placé sous le contrôle opérationnel du commandant des forces françaises stationnées à Djibouti (FFDJ), a réalisé une opération d’évacuation de 44 personnes de différentes nationalités.

 

Vers 14h00 (heure de Paris), le Dixmude a engagé un engin de débarquement amphibie rapide (EDA-R) qui a rejoint le port de Balhaf et recueilli ces 44 ressortissants dont plusieurs Français. Vers 15h30, les personnes évacuées sont arrivées à bord du Dixmude où elles ont été prises en charge par des équipes dédiées à leur accueil.

 

Le BPC Dixmude a ensuite mis le cap sur Djibouti où les ressortissants seront accueillis dans les jours à venir.

 

 

* Depuis le mois de mars, le BPC Dixmude accueille les officiers élèves (OE) de la promotion 2012 de l’Ecole navale Il s’agit pour ces futurs officiers d’acquérir une stature de chef militaire et d’experts des systèmes navals, grâce à la pratique du métier et à l’expérience de la prise de responsabilité, dans un contexte varié d’opérations aéronavales, tout en s’ouvrant aux problématiques liées aux zones d’opérations.

Yémen : le Dixmude évacue 44 personnes de Balhaf (4 Avr.)
Yémen : le Dixmude évacue 44 personnes de Balhaf (4 Avr.)

Partager cet article

Repost0
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 08:55
Évacuation de ressortissants réussie pour la FDA Forbin

 

26 Mars 2015 Source : Marine nationale

 

Le 20 mars 2015, la frégate de défense aérienne Forbin a effectué un exercice d’évacuation de ressortissants (RESEVAC) sous l’œil expert de l’équipe d’entraîneurs de la division entraînement de la Force d’Action Navale (FAN). Joués, avec un très bon niveau de réalisme, par les stagiaires des Préparations Militaires Marine (PMM) de Marseille et de la Seyne-sur-mer, une quarantaine de ressortissants avaient rendez-vous à Port Pothuau.

 

Une fois le point d’évacuation sécurisé par la brigade de protection du Forbin, les équipes RESEVAC du bâtiment ont mis en place le dispositif afin d’accueillir les ressortissants. Dès leur arrivée, ces derniers ont été pris en charge par les marins pour être enregistrés avant d’être dirigés vers la zone d’attente et d’embarquement à bord des embarcations du Forbin. Cette prise en charge s’est accompagnée d’un indispensable soutien psychologique et médical. L’équipe santé du Forbin a ainsi eu à traiter et maîtriser l’arrivée de différents blessés, et évacuer rapidement vers le bâtiment ceux qui nécessitaient une prise en charge plus complète.

 

Au fur et à mesure de leur arrivée à bord, les ressortissants ont été conduits vers différents postes et zones de repos où ils ont pu être réconfortés et rassurés sur la suite de l’opération. En début d’après-midi, l’ensemble des ressortissants a été débarqué en sécurité dans la base navale de Toulon.

 

Grâce à une très bonne préparation et à un dispositif bien en place, l’ensemble du personnel du Forbin, très mobilisé par cet entraînement réaliste, a su gérer en temps contraint cette manœuvre grandeur nature et faire face aux nombreux cas non conformes qui se sont présentés. L’exercice a été validé par la division entraînement de la FAN.

 

Le Forbin poursuit ainsi sa montée en puissance et sa préparation opérationnelle qui lui permettront d’être prêt à toute éventualité lors de ses prochaines missions.

Partager cet article

Repost0
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 19:45
FFDj : exercice amphibie d’évacuation de ressortissants avec le GEAOM

 

25/03/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 25 mars 2015, les forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) et le groupe école d’application des officiers de marine (GEAOM) ont débuté la deuxième phase de l’exercice WAKRI 2015. Celle-ci est consacrée à la conduite d’une opération amphibie d’évacuation de ressortissants impliquant un fort volume de forces interarmées.

 

WAKRI 2015 s’appuie sur un scénario simulant les suites d’une importante catastrophe naturelle. De lourds dommages dans la région et l’infiltration de bandes armées créent des conditions sanitaires et sécuritaires telles qu’il est décidé de procéder à l’évacuation de nos ressortissants par voie maritime.

 

La première phase de l’exercice, du 15 au 17 mars, était uniquement jouée par l’état-major interarmées des FFDj. Cette première partie avait pour objectif d’élaborer au niveau du poste de commandement interarmées le concept d’opération et les principaux documents permettant d’assurer la direction de WAKRI 15. Cette simulation a permis de démontrer la capacité de l’état-major des FFDj à mettre en œuvre très rapidement un PC de crise.

 

La deuxième phase de l’exercice, consacrée à la conduite de l’opération, permettra de valider les compétences dans le domaine amphibie du 5e régiment interarmes d’outre-mer (RIAOM) grâce au déploiement, depuis le 19 mars, d’un état-major tactique (EMT) à bord du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude qui compose, avec la frégate Aconit, le groupe Jeanne d’Arc qui accueille le GEAOM.

 

Les autres composantes contribueront également à la réussite de la manœuvre amphibie. Un sous-groupement aéromobile de l’aviation légère de l’armée de Terre participera à l’exercice avec deux hélicoptères Puma et de deux hélicoptères Gazelle. La base navale (BN) participera aux diverses opérations d’embarquement et de débarquement avec la mise en œuvre de deux chalands de transport de matériel (CTM). La base aérienne 188 (BA 188) assurera la défense aérienne et l’appui air-sol. Les forces spéciales rallieront par tarpon à la mer le Dixmude. Quant à la Direction Interarmées du Service de Santé des Armées (DIASS), elle armera, notamment, une cellule de coordination des évacuations sanitaires qui définira les moyens à mettre en œuvre pour secourir les éventuelles victimes.

 

Usuellement, l’état-major dess FFDj organisait un exercice annuel d’entraînement du Poste de Commandemant Interarmées (PCIA) de ce type intitulé Ambouli. Dorénavant, plusieurs périodes d’entraînement par an permettront d’entraîner le PCIA à gérer différentes formes de crises.

 

En conformité avec le traité de coopération de défense signé en 2011 avec la République de Djibouti, les FFDj constituent une base opérationnelle avancée en Afrique de l’Est. A ce titre, elles participent au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de forces pouvant être projetées rapidement en cas de crise.

FFDj : exercice amphibie d’évacuation de ressortissants avec le GEAOM
FFDj : exercice amphibie d’évacuation de ressortissants avec le GEAOM
FFDj : exercice amphibie d’évacuation de ressortissants avec le GEAOM
FFDj : exercice amphibie d’évacuation de ressortissants avec le GEAOM

Partager cet article

Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 18:25
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

17/03/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Du 9 au 13 mars 2015, 240 militaires du Détachement Terre Antilles - 33e RIMa (DTA 33) des Forces armées aux Antilles (FAA) ont été déployés sur la presqu’île des Trois Îlet, située au sud-ouest de la Martinique, dans le cadre de leur préparation opérationnelle permanente.

 

Cet exercice Madiana avait pour objectif de maintenir le haut niveau des savoir-faire opérationnels du DTA 33 nécessaires lors des opérations d’évacuation de ressortissants. Cet entrainement s’inscrit dans le cadre de la préparation des FFA à leurs missions, axées notamment autour de  l’aide à la population en cas de catastrophes naturelles et l’évacuation de ressortissants. Ces interventions militaires peuvent également être menées en coopération avec nos pays alliés dans la région Caraïbe.

 

Lors de cet entraînement, le DTA 33 a simulé une intervention sur une zone de conflit au profit d’un pays allié. Le régiment avait dans un premier temps pour mission de stabiliser et contrôler la zone de l’aéroport, et de préparer l’arrivée de renforts métropolitains ou alliés. Il devait ensuite conduire une opération où étaient coordonnés les moyens militaires et civils, ainsi que les actions des organisations humanitaires.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le théâtre Antilles-Guyane.

photos Armée de Terrephotos Armée de Terre
photos Armée de Terre
photos Armée de Terrephotos Armée de Terre

photos Armée de Terre

Partager cet article

Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 12:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

16 Mars 2015 Source : Marine nationale

 

Dans le cadre de l'exercice FULL 2015, la frégate anti-sous-marine Latouche-Tréville a été sollicitée le 11 mars pour évacuer une cinquantaine de ressortissants français, britanniques et américains de l'État "Iroisien" suite à la dégradation rapide des conditions de sécurité.

 

Vers 9h30, environ quarante marins du bord ont été déployés à terre sur le site de l'École navale dans un climat de tension dû à la présence de miliciens armés. Le périmètre sécurisé par la brigade de protection a permis aux différentes équipes de contrôler et d'enregistrer en moins de trois heures  les 59 ressortissants dont plusieurs blessés. En parallèle, l'équipe média guidait les journalistes chargés de couvrir cet évènement. Les ressortissants ont ensuite rapidement rejoint le Latouche-Tréville grâce aux nombreuses rotations des trois embarcations du bord.

 

Dans le même temps, le reste de l'équipage était mobilisé à bord d'une part pour accueillir et prendre en charge (alimentation, enregistrement, stockage des bagages, soins médicaux) les ressortissants sur la frégate et d'autre part pour assurer la protection du bâtiment, menacé par les forces rebelles.

 

L'ensemble des ressortissants a été débarqué à Brest en fin d'après-midi.

photos Marine Nationalephotos Marine Nationale

photos Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 07:45
Libye : évacuation de ressortissants dans la nuit du 29 au 30 juillet 2014 (màj)

 

30/07/2014 Sources : EMA

 

Le 27 juillet 2014, compte-tenu de la situation en Libye, le gouvernement français a demandé à l’ensemble de ses ressortissants de quitter ce pays.

 

Dans le même temps, il a demandé au chef d’état-major des armées, le général d’armée Pierre de Villiers, de planifier et de conduire une opération visant à permettre aux ressortissants français encore présents sur zone, ainsi qu’à d’autres ressortissants, de pouvoir quitter le pays en sécurité.

 

Dans ce cadre, le centre de planification et de conduite des opérations (EMA/CPCO) a ordonné le déploiement de la frégate anti-sous-marine (FASM) Montcalm et de la frégate de type La Fayette (FLF) Courbet au large des côtes libyennes, à hauteur de Tripoli. Placée sous le contrôle opérationnel du commandant en chef Méditerranée (CECMED), le vice-amiral d’escadre Yves Joly, une opération a été conduite dans la nuit du 29 au 30 juillet. Elle a permis l’évacuation en sécurité de 47 personnes, dont une majorité de Français.

 

Cette opération a été conduite en liaison avec nos alliés américains.

 

Le ministère des affaires étrangères et du développement international (MINAEDI), responsable de la sécurité des Français à l’étranger, a assuré la supervision de cette mission d’aide au départ de ressortissants français, depuis le territoire libyen, jusqu’à leur prise en charge sur le territoire national.

 

L’opération s’est déroulée en trois temps.

 

Le premier temps a consisté à prépositionner un dispositif maritime au large du port de Tripoli. La FASM Montcalm a ainsi appareillé de Toulon le lundi 28 juillet au soir, emportant à son bord une équipe de la cellule de crise du ministère des Affaires étrangères (MINAEDI), chargée de la coordination des opérations en lien avec l’ambassade de France en Libye. La frégate a été rejointe en mer par la FLF Courbet. Les deux frégates françaises se sont placées à proximité du port de Tripoli dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30.

 

Le deuxième temps des opérations a été marqué par les opérations d’extraction des ressortissants depuis le sol libyen. Après avoir mis à terre des éléments de sécurisation, les deux frégates ont engagé leurs embarcations rapides afin de permettre l’embarquement en six rotations de l’ensemble des bénéficiaires de l’évacuation. Ces derniers ont été accueillis par les équipages des deux frégates, avant d’être regroupés sur la FASM Montcalm. A bord, des équipes ont été spécialement dédiées pour faciliter leur quotidien au cours de leur transit vers la France.

 

La FASM Montcalm a ensuite mis le cap sur Toulon où les ressortissants seront pris en charge dans les jours à venir par les équipes du MINAEDI. Il s’agit du troisième temps de cette opération, qui est actuellement toujours en cours.

 

Cette mission reposait sur le schéma type d’une opération d’évacuation de ressortissants. Il s’agit d’opérations de sécurité visant à protéger les ressortissants résidant à l’étranger, en assurant leur évacuation depuis une zone présentant une menace pouvant mettre en danger leur sécurité. Ces opérations font l’objet d’entraînements réguliers des forces armées. La décision d’évacuer les ressortissants est du ressort du ministère des affaires étrangères et du développement international (MINAEDI), responsable de la sécurité des Français à l’étranger.

Libye : évacuation de ressortissants dans la nuit du 29 au 30 juillet 2014 (màj)Libye : évacuation de ressortissants dans la nuit du 29 au 30 juillet 2014 (màj)
Libye : évacuation de ressortissants dans la nuit du 29 au 30 juillet 2014 (màj)

Partager cet article

Repost0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 05:55
Entraînement commun pour l’aviso Cdt Bouan et les légionnaires du 2ème REP

 

20/06/2014 Sources : Marine nationale

 

En mission de Posture permanente de sauvegarde maritime (PPSM) depuis le 2 juin 2014, l’aviso Cdt Bouan a effectué un échange sur plusieurs jours avec le 2e REP (Régiment étranger parachutiste) de Calvi.

 

Le 1er jour a été marqué par un entraînement de récupération et de mise en place de palmeurs. La mise à l’eau des palmeurs effectuée, l’exercice s’est poursuivi par une mise à terre de l’équipe de visite de l’aviso pour un exercice d’évacuation de ressortissants (RESEVAC). Réalisé en collaboration avec les légionnaires, cet exercice a été l’occasion de valider l’organisation RESEVAC du bord.

 

Plusieurs embarcations rapides du 2ème REP ont ensuite participé à un exercice de lutte contre les menaces asymétriques avec l’aviso à la mer. Trois légionnaires de la compagnie « Amphibie » y avaient embarqué pour 24h d’observation. Après une nuit à bord, ils ont débarqués à l’Ile Rousse et ont proposé de poursuivre l’échange par l’organisation d’une visite croisée le lendemain.

 

Une fois à quai, une quarantaine de légionnaires ont visité l’aviso et découvert le milieu de travail des marins.

 

L’échange fût très riche, une nouvelle interaction est déjà en projet pour la prochaine PPSM du mois de juillet.

Partager cet article

Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 13:45
FFDj : Exercice d’évacuation de ressortissants français et américains

 

 

19/02/2014 Sources : EMA

 

Les 27 et 28 janvier2014, la 1èrecompagnie du 5erégiment interarmes d’Outre-mer (5eRIAOM) des forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) a effectué un exercice d’évacuation de ressortissants français et américains (RESEVAC) en coopération avec un détachement de US Marines de la 13th Marine Expeditionary Unity (MEU), dans la région de Chabelley et Goubetto, à Djibouti.

 

Le scénario simulait le déploiement aux ordres de l’etat-major des FFDj d’un sous-groupement tactique interarmes (SGTIA) pour protéger, puis évacuer des ressortissants français, suite à une vague de violence dans un pays fictif. Ce SGTIA était formé par la 1ère compagnie d’infanterie renforcée d’une section de Marines et d’un détachement aéromobile mixte composé de quatre hélicoptères: deux américains CH53 Stallion et deux français, un Puma et une Gazelle du détachement d’aviation légère de l’armée de Terre(DETALAT).

 

Il s’agissait de mettre en sécurité un groupe de ressortissants et d’agir contre un ennemi localisé à une cinquantaine de kilomètres de Djibouti : Le 27 janvier, un élément renseignement mixte formé par des tireurs d’élite (TE) français et des snipers américains a été déposé en Puma,dans la nuit, à l’ouest de Goubetto, à environ 50 km au sud de Djibouti. Après s’être infiltrés, les tireurs ont recueilli des informations sur le dispositif ennemi alors que l’hélicoptère Gazelle confirmait le renseignement. Peu de temps après, les Stallion ont déposé deux sections d’infanterie qui avaient pour mission de couvrir la récupération des ressortissants. A l’aube, la Gazelle a appuyé les unités au contact et détruit les premiers véhicules ennemis. L’exercice consistait alors à prendre en charge un blessé américain touché par un tireur isolé. Très vite, le blessé fictif a été évacué par le Puma EVASAN et pris en charge par l’équipe médicale à bord.

 

Les mortiers de120mm ont alors pris le relais des hélicoptères pour appuyer les éléments au sol. Simultanément, l’aéroport de Chabelley était sécurisé par deux sections pour permettre l’extraction de ressortissants. Face à une situation de plus en plus critique, une section en « quick reaction force »(QRF) a été déployée à Goubetto par Stallion pour compléter le dispositif et éviter que l’ennemi ne poursuive son infiltration. Vers 8h30, un convoi blindé arrivait dans le village, afin de mettre sous blindage les ressortissants. Ces derniers ont été évacués sous escorte d’un hélicoptère Gazelle jusqu’à Chabelley où un Stallion les a embarqués. Les dernières sections ont ensuite été récupérées par un Stallione t le Puma sous le feu ennemi, tandis que la Gazelle appliquait un tir de missile Hot.

 

Agissant dans un environnement très réaliste, les Marsouins et les US Marine sont confronté leur savoir-faire et leurs procédures de combat en ayant en permanence le souci de remplir la mission.

 

Les forces françaises stationnées à Djibouti (FFD,) constituent depuis 2011la base opérationnelle avancée française sur la côte Est de l’Afrique. Les FFDj participent au dispositif militaire français prépositionné permettant de disposer d’un réservoir de forces pouvant être projetées rapidement en cas de crise. Dans le cadre des accords de partenariat de défense entre la République de Djibouti et la France, les FFDj constituent l’un des cinq pôles de coopération de la France en Afrique. A ce titre, elles assurent des missions de coopération militaire avec les forces armées djiboutiennes, mais aussi avec les instances de la force africaine enattente en Afrique de l’Est. Parmi leurs missions, les FFDj apportent également un soutien logistique et opérationnel aux moyens aériens et navals français et étrangers engagés dans le cadre de la force européenne de lutte contre la piraterie.

FFDj : Exercice d’évacuation de ressortissants français et américains
FFDj : Exercice d’évacuation de ressortissants français et américains
FFDj : Exercice d’évacuation de ressortissants français et américains

Partager cet article

Repost0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 07:45
Côte d’Ivoire : la force Licorne teste son dispositif RESEVAC

30/05/2013 Sources : EMA

 

Le 25 mai 2013, une section de la force interarmées Licorne a réalisé un exercice d’évacuation de ressortissants (RESEVAC) avec le Détachement d’intervention lagunaire (DIL).

 

L’exercice, baptisé « Exagone », simulait une dégradation de la situation sécuritaire nécessitant l’évacuation de ressortissants français et étrangers. Par souci de rapidité, l’option d’une évacuation par voie lagunaire est validée par le Centre opérations (CO) de la force. Une section de la compagnie d’infanterie, armée par le 1er régiment d’infanterie, un hélicoptère Fennec et 2 pirogues du DIL sont retenus pour conduire cette opération.

 

Dans un premier temps, la section d’infanterie a été pré-positionnée au DIL en tant que force de réaction rapide (QRF), prête à intervenir dans les 15 minutes sur ordre du CO

Côte d’Ivoire : la force Licorne teste son dispositif RESEVAC

A 14h20, l’alerte est déclenchée. Les fantassins embarquent à bord de 2 pirogues équipées de mitrailleuses 7,62 mm avec pour objectif de rallier un point d’évacuation (PEV) le plus rapidement possible.

Côte d’Ivoire : la force Licorne teste son dispositif RESEVAC

Après une brève traversée de la lagune Ebrié, la pirogue n°1 se positionne en retrait pour appuyer la seconde qui accoste sur la plage. Aussitôt, le groupe de combat de la pirogue n°2 débarque et se déploie pour assurer un périmètre de sécurité permettant l’embarquement des ressortissants.

Côte d’Ivoire : la force Licorne teste son dispositif RESEVAC

Il est 15h05 quand le 10e ressortissant embarque à bord de la pirogue n°2. La QRF débute alors son itinéraire retour sous l’œil vigilant du Fennec qui a assuré un appui permanent au profit des unités au sol durant la manœuvre.

 

Les ressortissants ont regagné le DIL une dizaine de minutes plus tard, la mission RESEVAC est terminée. Moins d’une heure aura été nécessaire à la QRF pour les récupérer et les mettre en sécurité. L’exercice est un succès.

 

La force Licorne comprend 450 hommes qui accompagnent la réforme de l’armée ivoirienne, en soutien de l’ONUCI. Elle organise notamment des formations pour les militaires ivoiriens, des aides à la dépollution ou à la destruction de munitions, ainsi que des actions civilo-militaires. Elle est par ailleurs en mesure d’assurer la protection des ressortissants français si besoin est.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories