Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 11:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

03/02/2016 Armée de l'air

 

Jeudi 28 janvier 2016, la division aérotactique de l’escadron de survie opérationnelle et parachutiste d’essai (ESOPE) a organisé une démonstration du système ROSY (Rapid Obscuring SYstem) sur le champ de tir de Captieux (Gironde). Ce nouveau moyen de protection est en cours d’expérimentation au centre d’expertise aérienne militaire (CEAM).

 

ROSY est un système de « masquage », dans les domaines du visible et de l’infrarouge, pour véhicules tactiques. Il contribue, entre autres, à la protection à 360°, de jour comme de nuit, des véhicules en mouvement ou à l’arrêt, victimes d’attaques surprises, d’embuscades ou d’émeutes, lors de patrouilles de reconnaissances ou de convois.

photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

En une seconde, ce système produit un écran de fumée de grande surface et de longue durée. Léger, fonctionnel, polyvalent et pratique à mettre en œuvre, il pourrait remplacer les systèmes actuels, lourds et contraignants, si les forces en exprimaient le besoin. Ce moyen de protection équipe déjà quelques pays, dont certains sont membres de l’Otan.

 

De nombreux représentants des forces des trois armées ont assisté à cette démonstration, organisée en liaison avec la société Rheinmetall. Des membres du commandement des opérations spéciales, de la section technique de l’armée de terre, des commandos parachutistes de l’air n°10 et n°30, du 1er régiment parachutiste d’infanterie de marine, du 13e régiment de dragons parachutistes, de la force maritime des fusiliers marins et commandos, ou encore de la direction générale de l’armement, ont ainsi pris part à la manœuvre. Ils ont pu apprécier, en conditions réelles, l’efficacité de ce moyen de protection.

Repost 0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 17:50
Rheinmetall Wins New Order for Tank Ammunition Worth Around EUR20 M

 

10.11.2015 Rheinmetall

 

An international customer has awarded Rheinmetall a contract to supply it with practice tank ammunition. Now official, the order is worth around €20 million.

 

The DM78A1 and DM78A3 subcalibre practice ammunition will be delivered in two lots between 2016 and 2018.

 

The 120mm x 570 DM78 round is based on an innovative acceleration and replacement techology that enables an especially economical design. In addition, the DM78 is safe to fire in all the same climatic zones as the DM63 KE service round. The DM78’s very low pressure level results in negligible erosion, fostering extremely long barrel life. Moreover, the round can be used at any tank firing range that meets the safety standards required for its predecessors, the DM38 family and the DM48.

 

This new order underscores once again Rheinmetall’s clear technological lead in the field of large-calibre weapon systems and ammunition.

Repost 0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 13:50
photo Bundeswehr

photo Bundeswehr

 

5 nov. 2015 Quelle: Redaktion der Bundeswehr 09/2015 15E30501

 

Seit der Eingliederung des Systems Mantis in die Bundeswehr im Jahr 2012 werden unterschiedlichste Szenarien durchgespielt. Unter anderem wird der Überschuss mit Mörsern durchgeführt, um die Effektivität des Systems zu testen. Mit Drohnen wird überprüft, ob Mantis den Unterschied zwischen Freund und Feind erkennt.



 

Repost 0
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 11:20
ELM-2084 MMR Radar - photo IAI

ELM-2084 MMR Radar - photo IAI

 

Jul 28, 2015 source IAI

 

Rheinmetall-Canada and ELTA Systems, an IAI subsidiary and group, have been awarded the significant Medium Range Radar (MRR) program by the Canadian Department of National Defense (DND). The radar to be supplied for the multi-mission role is the ELTA ELM-2084 MMR "Iron Dome" radar which includes C-RAM (Counter Rockets, Artillery and Mortars) and air-surveillance capabilities, and will be produced locally in cooperation with Rheinmetall-Canada.

 

Following an extensive competition process and demanding demonstrations which also included live fire testing, the ELM-2084 MMR radar was selected due to its superior performance and outstanding capabilities.

 

The ELM-2084 MMR is an advanced three-dimensional, S-Band radar, incorporating modular and scalable architecture, and is the world-leading multi-mission system. The solid-state, electronically-steered active array system incorporates Gallium Nitride (GaN) technology and offers exceptional detection and accuracy performance. The MMR is a highly mobile system, designed for fast deployment with a minimal crew.

 

Designed to simultaneously perform hostile weapon locating, friendly-fire ranging and air surveillance, the ELM-2084 MMR radar is able to detect rockets, artillery and mortars at long ranges, and can simultaneously engage a large number of targets. Deployed in a C-RAM role, the MMR can provide fire control when integrated with a weapons system.

Because of its superior tracking capabilities MMR delivers a reliable and improved air situation picture as well as reliable, uninterrupted tracking of any manoeuvring aircraft. Furthermore, it can detect and track low radar cross-section (RCS) targets.

Advanced signal processing enables effective operation even in conditions of heavy clutter as well as in noisy and dense environments, with assured classification and identification of targets and superior low-altitude operation. The radar system also includes advanced Electronic Counter-Counter Measure (ECCM) capabilities.

 

The two companies will implement a technology transfer program in full conformity with the intent of Canada's recently announced Defence Procurement Strategy to create local jobs and capabilities and help spur economic growth.

 

"This partnership with ELTA Systems is of strategic importance to Rheinmetall Canada," said Rheinmetall Canada's President and CEO, Dr. Andreas Knackstedt. "ELTA was considered the partner of choice due to the program's demanding requirements. The award of the MRR contract to the Rheinmetall/ELTA team is a testimony of Elta's leading-edge technology and know-how for which it is recognized worldwide."

 

"We are honoured to have been selected by the Canadian Army," said Mr. Nissim Hadas, IAI Executive VP & ELTA President. "Together, with our partners in Rheinmetall-Canada, we will provide the most sophisticated C-RAM,air-surveillance and radar available, with a significant portion of the production to be performed locally in Canada."

Repost 0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 06:20
500 millions $ en contrats à Rheinmetall Canada


27 juil. 2015 par 45e Nord.ca

 

Annonce de contrats pour l'équipement intégré du soldat et le radar moyenne portée.

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 17:50
La Grèce pourrait exclure Siemens, Eurocopter et Rheinmetall des marchés publics

 

27 février 2015 OkeaBird

 

Le ministre suppléant de la Défense Kostas Ysichos (SYRIZA) a dit que ces trois entreprises doivent être exclues des marchés en raison de pratiques illégales et de « transactions frauduleuses prouvées »

 

La Grèce envisage d'exclure les entreprises allemandes Siemens et Rheinmetall ainsi que le constructeur franco-allemand Airbus Helicopters (ex Eurocopter) des marchés publics. En outre, le nouveau gouvernement grec entend porter la question des pratiques de ces trois entreprises à l'ordre du jour du Parlement européen.

S'exprimant sur le site d'informations concernant la défense Onalert.gr, le Ministre de la Défense suppléant Kostas Ysichos (SYRIZA) a dit que ces trois entreprises doivent être exclues des marchés en raison de pratiques illégales, "les transactions frauduleuses prouvées qu'ils ont faites afin de se garantir des marchés publics".

 

Suite de l'article

Repost 0
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 08:20
M1110 40mmx46 DayNight Trainer cartridge

M1110 40mmx46 DayNight Trainer cartridge

 

18 December 2014 naval-technology.com

 

Rheinmetall Munitions has won three framework contracts from the US Navy and the US Marine Corps (USMC) for the delivery of advanced infantry and screening smoke munitions.

 

The three IDIQ framework contracts, worth $127.8m and running through 2019, comprise one for the delivery of M1110 40 x 46mm day/night training cartridge and two for 66mm vehicle-launched screening smoke grenades.

 

To be built at the company's Camden facility in Arkansas, initial deliveries of 40mm ammunition are scheduled to commence in mid-2015.

 

However, the 66mm grenades ordered by both the USMC and the US Navy will be built at the Rheinmetall's Neuenburg plant in Germany.

 

Already eligible for deployment by the Marine Corps, the M1110 40 x 46mm low-velocity (LV) cartridge is mainly aimed at allowing infantry forces to conduct live fire training at night, as well as in all weather and range conditions.

 

Currently deployed by global militaries, including the US, the UK and several other Nato countries, Rheinmetall's family of 66mm smoke grenades are claimed to be the world's most advanced screening and obscuration munitions for vehicle protection.

 

Rheinmetall's 66mm smoke grenades use a composition of red phosphorus (RP) that offers effective and durable screening effects in both the visual and infrared bands and secures combat vehicles from observation and laser illuminators, targeting devices and rangefinders.

Repost 0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 11:40
Rheinmetall qualifie un contrat avec le ministère russe de la Défense d'un des plus importants

 

22.09.2014 Par La Voix de la Russie

 

Un contrat d’un montant de 100 millions d’euros, conclu avec le ministère de la Défense de la Fédération de Russie, a été l'un des plus importants pour Rheinmetall, a rapporté l’entreprise allemande.

 

Elle a souligné que toutes les décisions étaient prises au niveau politique le plus élevé.

 

En été 2014, le gouvernement allemand a rappelé l'autorisation de Rheinmetall pour construire un centre de formation militaire près du village de Moulino (région de la Volga).

 

Plus tard, le ministère de la Défense russe a annoncé la préparation des poursuites dans le cadre de la résiliation de l’accord, en ajoutant que le centre de formation sera mis en service comme prévu sans la participation de Rheinmetall.

Repost 0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 11:40
L’industrie de défense allemande n’est pas satisfaite par l’interdiction d'exportation

 

20.09.2014 Par La Voix de la Russie

 

Les entreprises de l'industrie de défense en Allemagne menacent de quitter le pays et de s'installer à l'étranger. Selon le journal Süddeutsche Zeitung du samedi, le mécontentement est provoqué par la politique des autorités visant à interdire l'exportation de matériel militaire.

 

« Si mon pays n'achète pas mon équipement et interdit l'exportation, je ne peux pas supporter cela pour longtemps », a déclaré le PDG de Rheinmetall, Armin Papperger.

 

Plus tôt, le gouvernement allemand a rappelé l'autorisation de Rheinmetall, qui avait construit conjointement avec la Russie un centre de formation militaire de Moulino et fournissait des simulateurs lasers.

Repost 0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 10:50
Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

 

14/09 Jean-Philippe Lacour / Correspondant à Francfort et Thibaut Madelin / Correspondant à Berlin  - lesEchos.fr

 

L’allemand Rheinmetall ­étudie des rapprochements alors que le français Nexter et l’allemand KMW veulent s’unir.

 

Le ministre allemand de l’Economie, Sigmar Gabriel, sème la pagaille dans la coopération entre les industries de défense française et allemande. En cherchant à restreindre les autorisations d’exportation d’armes aux pays non membres de l’UE et de l’Otan, il met à mal plusieurs projets en cours. Au grand dam de Tom Enders, patron d’Airbus et victime collatérale de cette politique. Mais le ministre souhaite aussi qu’une « discussion intensive [soit menée] sur la consolidation nationale » de l’industrie allemande de la défense alors même que le français Nexter et l’allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW) mènent un projet de fusion visant à créer un Airbus de l’armement terrestre.

 

Profitant de ces réticences, un troisième acteur s’est mis en embuscade, l’allemand Rheinmetall. Selon le « Handelsblatt », le groupe de Düsseldorf étudie plusieurs opérations de rapprochement. Des discussions préliminaires auraient lieu entre Rheinmetall et la division marine du sidérurgiste ThyssenKrupp. Une activité de 1,3 milliard d’euros de chiffre d’affaires. ThyssenKrupp aurait contacté plusieurs acheteurs potentiels pour sa filiale de sous-marins, dont le français DCNS, selon Reuters. Autre cible étudiée par Rheinmetall, Atlas Elektronik, une coentreprise de ThyssenKrupp et de la branche défense d’Airbus, fournisseur dans la marine, et Optronics, une filiale d’Airbus produisant des systèmes de laser. Tom Enders songe à se débarrasser de ces activités. Une annonce pourrait même intervenir d’ici à la fin du mois selon Reuters. Interrogées, les sociétés n’ont pas souhaité faire de commentaire.

 

Embarras

 

Si les pourparlers entre Nexter et KMW progressent, les oukases du ministre allemand pourraient amputer la valorisation du groupe de Munich, en bloquant des contrats à l’export. Cela gênerait la mise en œuvre d’une fusion entre égaux, indique la FAZ, qui cite l’entourage du ministère de la Défense à Paris. Frank Haun, le patron de KMW, a rencontré Sigmar Gabriel vendredi. Rien n’a filtré de l’entretien et on affirme à Berlin que les entreprises sont libres de leurs décisions.

 

D’un point de vue juridique, Berlin devrait donner son feu vert à une fusion entre KMW et Nexter. Mais, sur un plan purement politique, un rapprochement entre KMW et Rheinmetall, déjà partenaires sur le char Leopard, aurait les faveurs de la classe politique allemande.

Repost 0
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 11:50
Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Le ministre allemand de l'économie préfère que KMW fusionne avec le leader allemand du secteur, Rheinmetall, avec qui il fabrique les chars Leopard et Puma, qu'avec le français Nexter. Mais les actionnaires KMW préfèrent s'associer à un Français qu'à leur concurrent allemand.

 

05.09.2014 Par Frédéric Lemaître (Berlin, correspondant) Le Monde.fr

 

Si Sigmar Gabriel, le ministre de l'économie et président du parti social-démocrate (SPD) tient ses promesses, l'Allemagne devrait, dans les années à venir, exporter nettement moins d'armes. Elle pourrait aussi compter moins d'acteurs dans ce secteur.

Vendredi 5 septembre, à l'issue d'une première rencontre avec des responsables patronaux et syndicaux du secteur, le ministre de l'économie, à qui il revient d'accorder ou non les autorisations d'exportation de matériel militaire, a confirmé sa politique.

 

Suite de l'article

Repost 0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 16:50
German coalition bickers over arms exports

 

Aug 10, 2014 Spacewar.com (AFP)

 

German Economy Minister Sigmar Gabriel is raising hackles among conservatives in the coalition government with plans to tighten rules on arms exports, amid tit-for-tat sanctions between the West and Russia.

"If you're not very careful, (selling arms abroad) can very quickly become a deal with death," Gabriel, who is also vice chancellor, warned recently on public television.

Normally, the position of deputy chancellor is largely a symbolic one.

But Gabriel, a Social Democrat, is taking advantage of the absence on holiday of conservative Chancellor Angela Merkel to lobby publicly for a topic close to his heart.

Exporting arms was already an issue for his Social Democratic Party (SPD) during last year's general election campaign, but with the crisis in Ukraine, it has taken on added currency.

Gabriel believes that European sanctions against Moscow do not go far enough, and last week he blocked a major contract for German company Rheinmetall to provide a fully-equipped training camp to Russia.

The minister is not looking to change Germany's current laws on arms exports.

But he wants the authorities to be much more watchful when awarding export licences, particularly with regard to the country buying the weapons and their record on human rights.

 

- A discreet industry -

In 2013, Merkel's previous administration authorised 5.8 billion euros' ($7.8 billion) worth of arms exports, 62 percent of which were destined for non-NATO countries such as Algeria, Qatar and Saudi Arabia, with Gabriel particularly concerned about the latter.

But the minister's plan, seen by some as an attempt to reach out to the opposition Greens and far-left Linke party in the distant eventuality of a post-Merkel alliance, is rattling some conservatives.

The head of the Christian Social Union (CSU) party, Horst Seehofer, accused Gabriel of acting "without a concept and without a compass" and of endangering jobs.

"German companies will disappear from the market or relocate abroad," he warned.

The CSU is the Bavarian sister party of Merkel's Christian Democratic Union and the wealthy southern state is home to companies such as Airbus Defence and Space, tank maker Krauss Maffei Wegmann -- which plans to tie-up with French rival Nexter -- and guided missile maker Diehl.

Germany's defence industry is tight-lipped about its actual sales, preferring instead to publish its output.

In 2011, the most recent data available, the sector's output amounted to 22.6 billion euros.

It employs nearly 100,000 people directly while more than 200,000 are employed by sub-contractors and suppliers.

According to the Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), Germany is the world's third-biggest exporter of arms, after the United States and Russia.

Germany's own security and defence industry federation, BDSV, is more modest.

"We're definitely among the top 10," a spokesman said.

But according to the business daily Handelsblatt, weapons is one area where Germans are not proud of their export prowess.

 

- Fervent plea -

But in addition to exports of tanks or missiles, pacifists are angry about exports of small arms, such as the guns and pistols made by Heckler & Koch, which has annual sales of more than 200 million euros.

In a fervent plea to ban arms exports, former chancellor Helmut Schmidt described smaller hand-held weapons such as machine guns and hand grenades as "today's weapons of mass destruction".

Generally speaking, "I think it's perverse to send weapons instead of soldiers," he said.

Gabriel's SPD party colleague, Foreign Minister Frank-Walter Steinmeier, has for months been calling for Germany to become more directly involved in the resolution of international conflict hotspots.

As for the industry itself, "we would like the government to tell us what its position is," BDSV chief Georg Wilhelm Adamowitsch said recently.

Last week, defence technology group Rheinmetall issued a profit warning in the wake of Gabriel's decision to block its Russian contract, sending its shares sharply lower on the stock market.

Gabriel is to meet labour representatives of some of the market players in mid-August.

Repost 0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 11:50
Important Bundeswehr order

 

Aug 8, 2014 ASDNews Source : Rheinmetall AG

 

Rheinmetall Defence to operate the German Army Combat Training Centre for a further four years

 

Rheinmetall AG of Düsseldorf has won a major service contract from the German Bundeswehr worth around €70 million. Through to 2018, the Group will be responsible for providing contractor support for the complete exercise and training operations of one of the world’s most advanced military training facilities, the German Army Training Centre (GÜZ) in the Altmark region of Saxony-Anhalt.

 

As the current service contract with Rheinmetall expires on 31 August 2014, the request for tenders for contractor support covered the four-year period starting 1 September 2014. Building on the Group’s successful track record in providing contractor support for the GÜZ, Rheinmetall’s proposal convinced the Bundeswehr to renew the contract, which has now been signed with Germany’s Federal Agency for Procurement, Information Technology and In-Service Support of the Bundeswehr.

 

Read more

Repost 0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 07:50
Rheinmetall lance un Avertissement sur résultats, empêché d'exporter en Russie

 

07.08.2014 Romandie.com (AWP)

 

Berlin (awp/afp) - Le groupe allemand de défense et automobile Rheinmetall a revu en baisse jeudi ses prévisions de résultats pour cette année, prenant acte du blocage par Berlin d'un gros contrat avec la Russie.

 

Le chiffre d'affaires des activités défense s'établira aux alentours de 2,3 milliards d'euros, a prévenu Rheinmetall dans un communiqué, au lieu des 2,5 à 2,6 milliards d'euros escomptés jusqu'ici.

 

Le bénéfice d'exploitation de la division ressortira entre 65 et 75 millions d'euros, contre une précédente fourchette de 85 à 95 millions d'euros.

 

En début de semaine le ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel a retiré à Rheinmetall l'autorisation de vendre à la Russie un centre d'entraînement et de formation militaire, évalué par la presse allemande à 100 millions d'euros.

 

"Rheinmetall travaille intensément à limiter au maximum le dommage financier, en mettant à profit toutes les possibilités juridiques à sa disposition", précise le communiqué. Rheinmetall pourrait notamment réclamer à Berlin une indemnisation pour le préjudice subi.

 

Le groupe a également ajusté à la baisse ses prévisions dans son autre grand secteur d'activité et plus grosse source de revenus, les équipements automobiles, du fait de l'apport d'un pan de ses activités à une coentreprise avec un partenaire chinois.

 

Le chiffre d'affaires du groupe dans son ensemble est désormais attendu entre 4,6 et 4,7 milliards d'euros, et non plus entre 4,8 et 4,9 milliards, et la fourchette de prévision du bénéfice d'exploitation a été abaissée à 200 à 220 millions d'euros (contre 230 à 250 millions).

 

Au premier semestre, Rheinmetall a dégagé un chiffre d'affaires de 2,13 milliards d'euros et un bénéfice d'exploitation de 30 millions d'euros, selon des chiffres publiés jeudi.

Repost 0
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 12:50
Sanctions contre la Russie: l'avenir s'assombrit pour Rheinmetall

L'équipement du fantassin Gladius équipe les soldats de l'armée de terre allemande. Crédit: Rheinmetall AG Düsseldorf

 

07/08/2014 Par Véronique Guillermard

 

Le gouvernement allemand interdit au fabricant de matériels militaires terrestres Rheinmetall d'exporter en Russie. Berlin a bloqué un contrat d'une valeur estimée à 100 millions d'euros.

 

Les nuages s'accumulent au dessus de Rheinmetall. Le groupe présent dans l'automobile et l'armement terrestre a revu, aujourd'hui, à la baisse ses perspectives pour 2014, en contrecoup de la décision du gouvernement allemand de bloquer son activité en Russie. Le chiffre d'affaires de l'activité défense ne devrait pas dépasser 2,3 milliards d'euros au lieu des 2,5 à 2,6 milliards attendus cette année.

 

En début de semaine, l'Allemagne a durci son train de sanctions contre la Russie dans le cadre de la crise ukrainienne. Sigmar Gabriel, le ministre de l'Économie allemand, a retiré à Rheinmetall sa licence d'exportation d'un centre d'entraînement et de formation militaire. Un contrat estimé à 100 millions d'euros. Un coup dur pour le fabricant de blindés, canons et autres équipements pour fantassins. D'autant que si les Européens ont décidé de ne plus exporter d'armements en Russie, cette sanction ne devait s'appliquer qu'aux nouveaux contrats. Rheinmetall a aussitôt réagi. Sa direction va explorer «toutes les possibilités juridiques» et n'exclut pas de demander au gouvernement allemand des indemnités.

 

Pression sur la France et les Mistral russes

 

En prenant une mesure rétroactive, Berlin accentue, en outre, sa pression sur la France, sommée par plusieurs pays européens, Grande-Bretagne en tête, ainsi que par les États-Unis de ne pas livrer, cet automne, le premier des deux Mistral russes commandés par Moscou en 2011, pour 1,2 milliard d'euros.

 

Rheinmetall voit sa stratégie d'expansion en Russie contrariée. Or, c'est un des pays que le groupe allemand ciblait pour booster ses exportations hors d'Europe, où il ambitionne de prendre 50 % de ses commandes nouvelles d'ici à 2015. «Alors que les dépenses militaires baissent en Europe et aux États-Unis, d'autres pays tels que la Russie, le Brésil et l'Asie les augmentent. Notre objectif est d'augmenter notre présence dans ces régions en croissance», expliquait la direction du groupe dans son rapport annuel 2013.

 

Tentative pour faire capoter l'alliance Nexter-KMW

 

Bloqué en Russie, Rheinmetall est aussi en mauvaise posture depuis l'annonce, le 2 juillet dernier, des fiançailles entre son homologue, Krauss-Maffei Wegmann (KMW), et le français Nexter. Les deux groupes sont entrés en négociations exclusives afin de former le numéro un européen de l'armement terrestre d'ici à fin 2014-début 2015. Depuis plusieurs semaines, Rheinmetall se démène pour faire capoter ce futur Airbus des blindés. Il préparerait une offre sur KMW avec lequel il coopère pour la fabrication de plusieurs blindés dont les chars Puma. Jusqu'ici les négociations menées par le passé par les deux entreprises allemandes ont toujours tourné court. Et côté gouvernement français, on reste très confiant dans la capacité des deux entreprises et de leurs actionnaires - l'État français et la famille Bode-Wegmann - d'aboutir.

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 07:50
Le groupe de défense allemand Rheinmetall construit notamment le Char Leopard 2

Le groupe de défense allemand Rheinmetall construit notamment le Char Leopard 2

 

04/08 Jean-Philippe Lacour / Correspondant à Francfort - lesechos.fr

 

Un contrat militaire de 100 millions d’euros a été stoppé ce lundi par Berlin. Le recul des exportations allemandes vers la Russie semble s’amplifier.

 

Cette année, le groupe de défense allemand Rheinmetall entendait livrer un simulateur de tir au laser à un centre de formation militaire, en construction à Moulino, dans le centre de la Russie. Le contrat, signé en juin 2011, était estimé à 100 millions d’euros. Il s’est envolé ce lundi après que le gouvernement allemand ait décidé de le torpiller, en application aux sanctions contre Moscou décidées à l’échelle européenne la semaine dernière sur fond de crise en Ukraine.

 

La Russie a réagi, en déclarant avoir l’intention d’attaquer l’entreprise de Düsseldorf pour « violation de contrat ». Rheinmetall dit quant à elle poursuivre la discussion avec Berlin. Une chose est sûre, cette affaire ne sera pas le seul exemple des tensions affectant les relations commerciales germano-russes.

 

Suite de l’article

Repost 0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 07:56
Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

Leclerc-VBCI (Nexter- photo G. Belan) - LEOPARD 2 A5 (KMW)

 

11/07 Thibaut Madelin à Berlin et Denis Meynard à Saint-Etienne – LesEchos.fr

 

Les négociations de fusion avec Nexter sont exclusives pendant une période définie a déclaré Krauss-Maffei Wegman qui rejette ainsi la contre-offre de Rheinmetall.

 

Krauss-Maffei Wegmann (KMW) a renvoyé son partenaire et concurrent Rheinmetall dans les cordes. Le constructeur allemand de chars d’assaut a déclaré ce vendredi que tant qu’il discutait fusion avec le français Nexter il ne pouvait négocier avec personne d’autre. «  Dans l’accord (passé avec Nexter), les deux parties s’engagent à ne pas discuter fusion avec des tierces parties pendant une période définie », a déclaré vendredi à Reuters un porte-parole .

Selon « Handelsblatt », Rheinmetall prépare une offre sur KMW avec lequel il coopère sur plusieurs modèles dont le char Puma. « Des contacts ont eu lieu au plus haut niveau », rapporte le quotidien des affaires. Le groupe de Düsseldorf envisage deux options pour la famille actionnaire de KMW. La première prévoit que celle-ci devienne le premier actionnaire de Rheinmetall, avec 25 % à 30% du capital, en échange de l’apport de leur société. La deuxième envisage une fusion entre l’activité de défense de Rheinmetall et celle de KMW, dont les tailles sont comparables. Un rapprochement germano-allemand pourrait entraîner des synergies de 60 à 70 millions, selon le « Handelsblatt ».

Rheinmetall a refusé de commenter, mais la société n’a jamais caché son intérêt pour son rival. Des discussions ont échoué à plusieurs reprises dans le passé, se heurtant notamment aux réserves de la famille Wegmann.

 

Le précédent Atlas Electronik

Attendu, ce rebondissement rappelle l’épisode Atlas Electronik. Fin 2005, Thales avait voulu acheter à BAE Systems cet équipementier allemand. Le britannique a finalement choisi l’offre de ThyssenKrupp et d’EADS, inférieure mais soutenue par Berlin. Le gouvernement allemand peut bloquer la cession de plus de 25% d’une société de défense à des étrangers.

Depuis son annonce, l’industrie allemande est prudente sur le projet Nexter-KMW. « Si cette opération réussit, je suis prêt à offrir une bouteille de champagne car ce serait un pas juste vers la consolidation de l’industrie de défense européenne », déclare aux « Echos » Georg Wilhelm Adamowitsch, directeur général de la fédération de l’industrie de sécurité et de défense (BDSV).

En France, parmi les syndicats de Nexter, seule la CGT s’y oppose. « Nous sommes pour des coopérations européennes, mais contre une alliance capitalistique qui conduirait à une spécialisation par pays, avec l’abandon de l’activité blindé en France », explique Jean-Pierre Brat, délégué syndical central. La CGT souligne que l’Etat français a obtenu dans les négociations avec KMW de protéger l’artillerie et les munitions, mais pas les blindés.

 

CGT contre, CFDT, FO et CFE-CGC ouverts

Premier syndicat maison, la CFDT refuse tout dogmatisme « On a posé des questions, demandé des garanties industrielles et sociales, ainsi que la création d’un comité de suivi avec le ministère », explique André Golliard, représentant des salariés au conseil d’administration. Hervé Duverger (FO,), estime que les salariés pourraient être rassurés par des commandes. En France, la notification du programme Scorpion est bloquée du fait du contexte budgétaire.

Enfin, le « oui mais » de la CFE-CGC reflète « l’espoir placé dans cette alliance européenne et le désir de plus de transparence sur la stratégie de notre direction et sur le type de portage que veut opérer notre actionnaire actuel », selon Pascal Poyade, délégué à Roanne (Loire).

Thibaut Madelin (à Berlin) et Denis Meynard (à Saint-Etienne)
Repost 0
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 07:56
Contre-offre de Rheinmetall au projet de Nexter Systems avec KMW

 

10/07 Thibaut Madelin, à Berlin et Denis Meynard à Saint-Etienne – LesEchos.fr

 

Rheinmetall veut racheter Krauss-Maffei Wegman avec qui Nexter Systems veut fusionner.

 

Nexter risque d’avoir de la concurrence pour son projet de rapprochement avec le fabricant allemand de blindés Krauss-Maffei Wegmann (KMW) . Selon « Handelsblatt », Rheinmetall, un autre groupe de défense allemand, prépare une offre sur KMW avec lequel il coopère sur plusieurs modèles dont le char Puma. « Des contacts ont eu lieu au plus haut niveau », rapporte le quotidien des affaires.

 

Le groupe de Düsseldorf envisage deux options pour la famille actionnaire de KMW. La première prévoit que celle-ci devienne le premier actionnaire de Rheinmetall, avec 25 % à 30% du capital, en échange de l’apport de leur société. La deuxième envisage une fusion entre l’activité de défense de Rheinmetall et celle de KMW, dont les tailles sont comparables. Un rapprochement germano-allemand pourrait entraîner des synergies de 60 à 70 millions, selon le « Handelsblatt ».

 

Rheinmetall a refusé de commenter, mais la société n’a jamais caché son intérêt pour son rival. Des discussions ont échoué à plusieurs reprises dans le passé, se heurtant notamment aux réserves de la famille Wegmann.

 

Le précédent Atlas Electronik

 

Attendu, ce rebondissement rappelle l’épisode Atlas Electronik. Fin 2005, Thales avait voulu acheter à BAE Systems cet équipementier allemand. Le britannique a finalement choisi l’offre de ThyssenKrupp et d’EADS, inférieure mais soutenue par Berlin. Le gouvernement allemand peut bloquer la cession de plus de 25% d’une société de défense à des étrangers.

 

Depuis son annonce, l’industrie allemande est prudente sur le projet Nexter-KMW. « Si cette opération réussit, je suis prêt à offrir une bouteille de champagne car ce serait un pas juste vers la consolidation de l’industrie de défense européenne », déclare aux « Echos » Georg Wilhelm Adamowitsch, directeur général de la fédération de l’industrie de sécurité et de défense (BDSV).

 

En France, parmi les syndicats de Nexter, seule la CGT s’y oppose. « Nous sommes pour des coopérations européennes, mais contre une alliance capitalistique qui conduirait à une spécialisation par pays, avec l’abandon de l’activité blindé en France », explique Jean-Pierre Brat, délégué syndical central. La CGT souligne que l’Etat français a obtenu dans les négociations avec KMW de protéger l’artillerie et les munitions, mais pas les blindés.

 

CGT contre, CFDT, FO et CFE-CGC ouverts

 

Premier syndicat maison, la CFDT refuse tout dogmatisme « On a posé des questions, demandé des garanties industrielles et sociales, ainsi que la création d’un comité de suivi avec le ministère », explique André Golliard, représentant des salariés au conseil d’administration. Hervé Duverger (FO,), estime que les salariés pourraient être rassurés par des commandes. En France, la notification du programme Scorpion est bloquée du fait du contexte budgétaire.

 

Enfin, le « oui mais » de la CFE-CGC reflète « l’espoir placé dans cette alliance européenne et le désir de plus de transparence sur la stratégie de notre direction et sur le type de portage que veut opérer notre actionnaire actuel », selon Pascal Poyade, délégué à Roanne (Loire).

Repost 0
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 11:55
Les armes ne sont jamais neutres


04.07.2014 par Philippe Leymarie - Défense en Ligne
 

Les armes, on le sait, ne sont pas des marchandises comme les autres. A quelques exceptions près – comme le fameux et quasi-universel fusil d’assaut de feu M. Kalachnikov – elles sont produites et diffusées sur une base nationale, sur décision politique, et sur financement d’un Etat, quitte ensuite à essayer d’en amortir les coûts de développement grâce à des ventes à l’export. Un commerce donc, mais soumis à de lourdes contingences politiques et réglementaires, qui sont parfois détournées. Exemples…

 

En Allemagne, Rheinmetall est sur le point de finaliser un juteux contrat avec lʼAlgérie : un millier de transports de troupes blindés de type « Fuchs II », ainsi que lʼusine qui en construira la majeure partie en Algérie même. Le projet est lancé depuis 2011, où il avait reçu un premier feu vert du Conseil fédéral de sécurité. Selon la lettre TTU (n°939, 28 juin 2014), « Berlin aurait cependant assorti ce contrat d’une clause, limitant la production des engins assemblés en Algérie à une utilisation exclusive par les forces algériennes et à une interdiction d’exportation vers des pays tiers ». En outre, ThyssenKrupp construit deux frégates pour la marine algérienne, et Daimler a placé quelques centaines de camions militaires. Le tout représente au moins 4 à 5 milliards dʼeuros de rentrées pour lʼindustrie allemande [1].

Comme l’établit le rapport gouvernemental sur les exportations d’armes, récemment paru à Berlin, l’Indonésie et surtout l’Arabie saoudite – outre l’Algérie – sont parmi les premiers clients d’une industrie allemande de l’armement qui se sent pousser des ailes : en 2013, les ventes à l’export d’armes et produits assimilés ont approché les 6 milliards d’euros. Mais Sigmar Gabriel, alors président du parti social-démocrate, sʼétait engagé lors de la campagne électorale à nettement restreindre les exportations dʼarmes. Devenu ministre de l’économie dans l’actuelle coalition, il est justement responsable du contrôle de ces exportations et membre du Conseil fédéral de sécurité, lequel octroie ou refuse à huis clos le droit à exporter.

 

Suite de l'article

 

Lire le premier volet : « La foire aux armes »

Repost 0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 11:50
Norway orders military trucks

Rheinmetall MAN logistics trucks are being provided to Norway's military under a long-term contract

 

April 4, 2014 By Richard Tomkins (UPI)

 

DUSSELDORF, Germany -- The Norwegian military has given a framework contract to Germany’s Rheinmetall AG for a large number logistics trucks.

 

Rheinmetall said Norway simultaneously ordered an undisclosed number of vehicles worth over $137 million and tapped the company for the supply of spare parts and maintenance services.

 

“First and foremost, the new vehicles are intended to enhance the transport capacity of the Norwegian military’s logistical arm as well as expanding its operational capabilities,” Rheinmetall said. “The new high-tech vehicles, which include many different variants, will be meticulously configured to meet the exacting specifications of the Norwegian armed forces.”

 

Trucks to be delivered to the Norwegian military will be manufactured by Rheinmetall MAN Military Vehicles, a joint venture between Rheinmetall and MAN Truck&Bus AG. The agreement runs through 2015. Vehicles under the first order will be delivered starting next year and ending in 2017.

 

The trucks will feature added force protection measures, the latest communications and command technology systems and a remotely operated weapon station mounted to the roof of the cab for self-defense capability, Rheinmetall said.

Repost 0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 07:45
Rheinmetall to modernize South Africa’s air defence capabilities


March 27, 2014 Rheinmetall AG

 

Rheinmetall AG of Düsseldorf has just booked another important order in the field of military air defence. The Republic of South Africa has decided to embark on a thoroughgoing modernization of its existing air defence systems. The contract was signed several days ago. Including logistics and training services, the complete package is scheduled for completion by 2017.

Among other items, the contract encompasses the supply of Oerlikon Skyshield fire control units, which will substantially improve the performance and accuracy of South Africa’s current twin-gun systems as well as significantly expanding the operational spectrum of its air defence capabilities. In this context, a number of guns will also be retrofitted with upgrade kits to accommodate Rheinmetall’s state-of-the-art Ahead airburst ammunition.

The new Skyshield technology will enable the South African armed forces to protect sensitive installations such as the House of Parliament, power plants, stadiums and other critical military and civilian assets from a wide array of aerial threats, including asymmetric terrorist-type attacks. Because Skyshield air defence systems can be transported without much effort, they can basically be deployed anywhere depending on the evolving threat situation. Ever since the 1980s, South Africa has fielded air defence technology from the former Oerlikon Contraves, which Rheinmetall took over in 1999.

Rheinmetall is one of the world’s leading makers of sophisticated short-range air defence systems. In the field of gun-supported air defence it is the market leader as in fire control technology, anti-aircraft guns, integrated guided missile launchers and Ahead airburst ammunition.

Repost 0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 21:30
Airbus DS: Cassidian fournit de nouveaux équipements pour le Leopard allemand

 

28.03.2014 (Boursier.com)

 

Cassidian Optronics GmbH a signé, avec Krauss-Maffei Wegmann et Rheinmetall Defence Electronics, un marché portant sur la fourniture d'appareils de vision d'une valeur de plus de 40 millions d'euros, qui seront intégrés aux chars de combat Leopard 2 A7+ et aux obusiers blindés 2000.

 

La filiale d'Airbus Defence & Space demeure ainsi le premier fournisseur de périscopes stabilisés et de capteurs dédiés aux systèmes optroniques pour les armes de toute la famille du Leopard.

Repost 0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 17:50
German Navy's HL 352 Auerbach ship fires missiles. Photo: copyright Rheinmetall AG 2014

German Navy's HL 352 Auerbach ship fires missiles. Photo: copyright Rheinmetall AG 2014

 

24 March 2014 - naval-technology.com

 

The Bundeswehr, Rheinmetall and the Israel Aerospace Industries' (IAI) ELTA Group have successfully completed testing of the Multi Ammunition Softkill System (MASS) naval countermeasure system and NavGuard ship protection system.

 

During the trials, which were conducted under the guidance of the German Navy in Howachter Bay in the Baltic, MILAN antitank missiles were fired by the 2 Company, the German Army's 92 Mechanised Infantry Battalion, at the German Navy's mine warfare ship, HL 352 Auerbach, in Hohwachter Bay.

 

The warship was equipped with Rheinmetall's MASS system, specifically the MASS_ISS Integrated Sensor Suite version featuring various sensors for detecting radar, laser and electro-optical threats.

 

The NavGuard aboard the ship successfully detected the passive MILAN guided missile upon its launch and countermeasures were initiated by MASS to destroy the incoming missile.

 

The trials, based on an asymmetric warfare scenario, were intended to protect naval units from the threat posed by land-based forces armed with passive guided missiles.

 

Rheinmetall's MASS_ISS with integrated NavGuard is expected to be ready for full-scale production by 2015.

 

Designed to cope with new maritime and land-based threats to increase ship survivability, the ELM-2222S NavGuard lightweight, modular, self-protection system features a digital phased-array radar-based missile approach warning system (MAWS) to automatically detect, classify and verify threats, and consequently triggers the ships self-defence systems.

Repost 0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:40
Rheinmetall_Defence

Rheinmetall_Defence

 

BERLIN, 20 mars - RIA Novosti

 

Le gouvernement allemand a suspendu la coopération du groupe d'armement Rheinmetall AG avec la Russie en raison de la situation autour de la Crimée, a rapporté dans la nuit de mercredi à jeudi la chaîne de télévision n24, se référant au ministère allemand de l'économie. 

Le groupe allemand en question et le ministère russe de la Défense construisent conjointement un centre d'entraînement au combat des troupes terrestres à Moulino, près de Nijni-Novgorod. Le chantier doit battre son plein cette année. Il est prévu que le centre forme annuellement 30.000 soldats. Le contrat est évalué à 100 millions d'euros. 
Le ministère allemand de l'Economie souligne que dans les circonstances actuelles, la poursuite d'une telle coopération s'avère impossible. 

La veille de cette annonce, un représentant de la société Rheinmetall avait déclaré au journal Neue Osnabruecker Zeitung que le groupe honorerait les accords avec la Russie en dépit de la réaction de l'Occident sur le rattachement de la Crimée à la Russie. 

Le groupe Rheinmetall AG est un des plus importants producteurs d'armes et de matériel militaire en Europe. 

Un changement de pouvoir s'est opéré le 22 février à Kiev. La Rada suprême (parlement ukrainien) a démis le président Viktor Ianoukovitch de ses fonctions et réformé la Constitution. Se proclamant toujours président légitime, M.Ianoukovitch a qualifié ces événements de "coup d'Etat". Moscou a aussi mis en doute la légitimité des récentes décisions de la Rada suprême ukrainienne.   

Plusieurs régions de l'Est et du Sud de l'Ukraine et la république autonome ukrainienne de Crimée ne reconnaissent pas les nouvelles autorités de Kiev. La Crimée a décidé de tenir un référendum sur son statut politique le 16 mars. Selon le bilan définitif, 96,77 % des personnes ayant pris part au vote se sont prononcées en faveur du rattachement de la région à la Russie en tant que sujet fédéral.     

Le président russe Vladimir Poutine a reconnu lundi l'indépendance de la république de Crimée et l'accord de l'entrée de cette presqu'île au sein de la Fédération de Russie a été signé mardi, provoquant une vive réaction des Occidentaux.

Repost 0
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 17:50
Rheinmetall to supply Vario-Ray laser light modules to UK infantry forces

The Laser Light Module Mk3 mounted on an SA80 A2 assault rifle. Photo Andrew Linnett.

 

31 January 2014 army-technology.com

 

Rheinmetall Defence has been awarded a framework contract for supply of its Vario-Ray laser light modules (LLM) to the UK Ministry of Defence (MoD).

 

Under the terms of the €33m competitively awarded contract, the company will supply tens of thousands of the innovative devices, including more than 7,000 modules in the first batch, for use by UK infantry forces.

 

The contract forms part of the MoD's comprehensive programme to modernise the UK infantry.

 

Officially dubbed the Laser-Light Module Mark 3 by the UK armed forces, the Vario-Ray can be mounted on small arms to enable soldiers to detect, identify and mark targets during day and night operations.

"The contract forms part of the MoD's comprehensive programme to modernise the UK infantry."

 

Powered by two 3V CR123A lithium batteries, the device features a powerful white light lamp, a red light laser marker, infra-red pointer, an electrically focusable infrared illuminator and an optional target identification friend/foe IR laser. It can be attached to small arms using a Mil-Std 1913 rail.

 

All light sources are infinitely variable, and can be selected using a nine-phase turn-switch, and switched on by means of three push-buttons present on the module or the push-buttons on the trigger cable accessory.

 

A successor of the combat-proven LLM-01, already widely used by the UK military, the 244g device meets MIL-STD-810G requirements for harsh environmental conditions, and forms part of Germany's new Gladius expanded future soldier system.

 

Deliveries under the contract are scheduled to take place over the next few years.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories