Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 16:35
Le CEMA reçu par son homologue chinois

 

21/10/2014 Sources : État-major des armées

 

Du 15 au 18 octobre 2014, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), s’est rendu en visite officielle en Chine, à l’invitation du chef de l’état-major général (CEMG) de l’Armée populaire de la libération (APL), le général Fenghui Fang.

 

Cette visite s’inscrit dans le cadre du 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques franco-chinoises, traduisant l’amitié entre nos deux pays. Elle fait suite à un cycle de rencontres au sommet marqué par le déplacement du président de la République française, Monsieur François Hollande, à Pékin en avril 2013, puis la venue du président de la République populaire de Chine, Monsieur Xi Jinping, en mars dernier. Elle intervient, par ailleurs, dans un contexte où la Chine tend à renforcer sa présence sur les problématiques sécuritaires régionales. Ainsi en juin dernier, l’APL a participé pour la première fois à l’exercice aéronaval Rim of the Pacific ( RIMPAC), organisé par l’US Navy à Hawaii, aux côtés des grands partenaires de la région, dont les forces armées en Polynésie française (FAPF).

 

Ces trois jours en Chine ont illustré la qualité de la relation entre nos deux pays et la volonté de développer la coopération militaire dans des domaines d’intérêt commun. Ainsi, les échanges ont notamment porté sur la lutte contre la piraterie dans le Golfe d’Aden, région où, depuis 2008, la marine chinoise coopère avec les partenaires de la mission Européenne Atalante, dans laquelle la France est impliquée. Le général de Villiers a également fait le point sur l’action de la France dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, notamment dans la bande sahélo-saharienne. A ce titre, le CEMA a remercié son homologue pour son engagement au Mali, où l’APL déploie l’équivalent d’un bataillon dans le cadre de la mission multidimensionnelle intégrée pour la stabilisation du Mali (MINUSMA).

 

Enfin, les deux CEMA ont réaffirmé l’importance de poursuivre les échanges entre nos armées, afin de mettre en évidence nos complémentarités et développer les synergies utiles à nos engagements communs.

 

Le CEMA a été également reçu par le premier vice-président de la Commission militaire centrale (CMC), le général Fan Changlong, et a prononcé une allocution à l’université nationale de Défense chinoise devant les cadres de l’APL.

Le CEMA reçu par son homologue chinoisLe CEMA reçu par son homologue chinois
Le CEMA reçu par son homologue chinois

Partager cet article

Repost0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 11:35
US congressman supports Taiwan's RIMPAC bid, submarine plans

 

11 Aug 2014 Pacific Sentinel
 

The chairman of the US House Armed Services Committee said Thursday in Taipei that he supports Taiwan efforts to participate in the Rim of the Pacific exercise (RIMPAC) and to obtain a transfer of US technology to build its own submarines.

 

"We have some influence and we will push to see that they (Taiwan's armed forces) are invited next time" to take part in RIMPAC, Howard "Buck" McKeon (R-Calif) told CNA in an interview just before he and his congressional delegation wrapped up a two-day visit to Taiwan.

 

He said Taiwan's participation in the US-led RIMPAC, the world's largest international maritime warfare exercise, will help build a stronger relationship between Taiwan and the United States.

 

McKeon said the issue was raised during his meetings with Taiwan's defense minister, Yen Ming, and the National Security Council Secretary-General King Pu-tsung.

 

RIMPAC 2014, held June 26 to Aug. 1 in and around Hawaii, marked the first time that China took part.

 

McKeon, who arrived in Taiwan Wednesday as part of a trip to East Asia, also met with President Ma Ying-jeou Thursday. During the meeting, Ma reiterated Taiwan's desire to have diesel-electric submarines to strengthen the country's defense capabilities.

 

Read the full story at Want China Times

Partager cet article

Repost0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 17:20
Innovative robotic systems supporting Marines during warfighting experiment in Hawaii

The Legged Squad Support System (LS3) robotic ‘mule’ is experimental technology being tested by the Marine Corps Warfighting Lab during the Advanced Warfighting Experiment portion of RIMPAC. It is programmed to follow an operator through terrain, carrying heavy loads like water and food to Marines training. Photo: USMC by Sgt. Sarah Dietz.

 

Aug 1, 2014 defense-update.com

 

Earlier in July 2014 the Marine Corps Warfighting Lab (MCWL) has tested two new robotic systems during the Advanced Warfighting Experiment which took place as part of the Rim of the Pacific (RIMPAC) 2014 exercise in Hawaii. The systems included the the LS3 Legged Squad Support System and GUSS - Ground Unmanned Support System.

 

One of the robots included the Legged Squad Support System (LS3) which joined a Marine company on rugged terrain, offloading part of their supplies. The other was the Ground Unmanned Support System (GUSS), an autonomous Jeep size vehicle, that could deliver relatively heavy loads to the forward units, without putting drivers and security teams at risk. Both vehicles are part of MCWL’s thrust to lighten the load carried by the Marine squad; the two vehicles are designed to carry out such mission in different terrain. In addition, the GUSS can also be operated for casualty evacuation missions.

 

Read full article

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 20:35
Polynésie française : un accord qui renforce les relations franco-américaines.

 

16/07/2014 Sources : EMA

 

Du 30 juin au 5 juillet 2014, le contre-amiral Anne Cullerre, commandant la zone de responsabilité permanente Asie-Pacifique (ZRP ALPACI) et commandant supérieur des forces armées en Polynésie française (COMSUP FAPF), s’est rendue à Hawaii, aux Etats-Unis, dans le cadre d’une série d’entretiens de haut niveau et de réunions avec les principaux responsables militaires américains de la zone « Asie-Pacifique » .

 

A cette occasion, elle s’est entretenue avec l’amiral Harry Harris, commandant la flotte du Pacifique (PACFLEET), le vice-amiral Kenneth Floyd commandant la 3e flotte basée à San Diego et organisatrice de l’exercice Rim of the Pacific (RIMPAC), et le général de division Anthony Crutchfield, numéro deux du commandement interarmées américain dans la zone Pacifique (PACOM).

 

Ce déplacement a été marqué par la signature d’un accord entre ALPACI et PACOM cadrant les relations et échanges entre les deux  états-majors. Ces terms of  reference instituent ainsi la mise en place de réunions annuelles, alternativement à Hawai et Tahiti, ainsi que la création de groupes de travail chargés de traiter les sujets d’intérêts communs dans le Pacifique, dans les domaines  des opérations, de l’échange d’informations et des systèmes de communication.

 

Ce document représente une avancée significative dans la relation franco-américaine dans le Pacifique. Il renforce la coordination entre les forces françaises et les forces américaines et favorisant le développement de leur interopérabilité. La première de ces réunions d’état-major aura lieu à Hawaii en février 2015.

 

Le contre-amiral Cullerre a également rencontré de  nombreux officiers généraux américains et étrangers présents à Hawaii dans le cadre de l’exercice RIMPAC, exercice aéronaval annuel majeur qui a eu lieu au large d’Hawaï du 26 juin au 15 juillet et auquel participait la frégate Prairial. Dans le cadre du cycle de commémoration de la Seconde Guerre mondiale, le Prairial a par ailleurs organisé à son bord une cérémonie de remise de la légion d’honneur à des vétérans américains.

 

En temps qu’ALPACI et COMSUP FAPF, l’amiral Cullerre a pour mission de garantir la souveraineté nationale dans les zones maritimes de la Polynésie française et du Pacifique. Sa zone de compétence s’étend sur tout l’océan Pacifique, sur les détroits indonésiens et du méridien du cap sud de la Tasmanie à l’ouest, à la côte américaine à l’est, à l’exception de la zone entourant la Nouvelle-Calédonie sous la responsabilité du COMSUP Nouméa. ALPACI, au nom du CEMA, participe aux activités de coopération régionale et entretient des relations privilégiées avec l’ensemble des nations présentes sur cette zone.

Polynésie française : un accord qui renforce les relations franco-américaines.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 07:35
EX RIMPAC 14 - HMNZS CANTERBURY berths in Pearl Harbour

 

27.06.2014 NZDefenceForce

 

Personnel, ships and aircraft are concentrating in Hawaii for EX RIMPAC 14, the world's largest maritime military exercise involving 23 nations and more than 25,000 personnel.

HMNZS CANTERBURY berthed in Pearl Harbour on 26 June 2014 local time.

The NZDF is also contributing a light infantry platoon from 1RNZIR, a P-3K2 Orion aircraft with supporting personnel, and the Operational Dive Team and a Mine Countermeasures Team based out of San Diego.

There are more than 250 NZDF personnel participating in this six-week-long exercise, which covers a wide spectrum of military training activities ranging from Humanitarian Assistance and Disaster Relief to complex warfighting.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 06:35
Largest International Maritime Exercises Beginning in Hawaii

 

PEARL HARBOR, Hawaii, June 26, 2014 – Pacific Sentinel

 

RIMPAC, the world’s largest international maritime exercise consisting of 20 plus nations and hundreds of aircraft, ships and submarines begins today in and around the Hawaiian Islands.

 

The exercise will provide a unique training opportunity for fostering and sustaining cooperative relationships critical to ensuring the safety of sea lanes and security on the world’s oceans. RIMPAC 2014 is the 24th such exercise since 1971 and for the first time will include Brunei and China.

 

Ships taking part in an international group sail to Hawaii ahead of the exercise included USS Chosin and USS Howard; along with KDB Darulaman and KDB Darussalam of the Royal Brunei navy; PLA(N) Haikou , PLA(N) Yueyang, PLA(N) Qiandaohu, and PLA(N) Peace Ark from the Chinese navy; and Singapore’s RSS Intrepid. Each of the ships, with the exception of Howard, will participate in RIMPAC.

 

The 2014 RIMPAC exercise will focus on developing maritime safety and security capabilities. The event is scheduled to take place in the Hawaiian Operating Area and off-shore ranges including: Joint Base Pearl Harbor-Hickam, the Pacific Missile Range Facility, Marine Corps Base Hawaii, Bellows Air Force Station, Pohakulao Training Area and Schofield Barracks. Some training events are also scheduled to occur off the coast of southern California.

 

US DoD

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 18:54
RIMPAC 2012 : le plus grand exercice aéronaval de la planète

 

 

29 juin Par Edouard Pflimlin, chercheur associé à l’IRIS - affaires-strategiques.info

 

A partir du 29 juin et jusqu’au 3 août, se tient au large d’Hawaï le plus grand exercice aéronaval de la planète. L’exercice multinational appelé « Rim of the Pacific » (RIMPAC, « ceinture du Pacifique ») vise à préparer les forces militaires des Etats-Unis et de leurs alliés à collaborer dans le cadre de toute une gamme de missions allant de l’aide humanitaire aux opérations de combat. S’il réunit de plus en plus d’acteurs, y compris, cette année, la Russie, l’UE y est malheureusement peu visible. La Chine, elle, se sent directement visée.

 

Commencé en 1971, le RIMPAC était initialement un exercice annuel, mais devient biannuel à partir de 1974. Il n’a cessé de monter en puissance depuis. Pour l’édition 2004, 40 navires, 100 aéronefs et 18 000 personnels issus de 7 nations étaient mobilisés. Huit ans plus tard, 42 navires, six sous-marins, plus de 200 avions et 25 000 hommes de 22 nations sont prévus !
 

L’exercice se déroule en trois étapes(2). La première consiste en des réunions de planification opérationnelle. Elle vise à établir des liens professionnels et personnels entre les individus et les pays participants ainsi qu’à permettre la tenue des derniers préparatifs avant les étapes en mer de l’exercice. L’étape véritablement opérationnelle s’organise autour d’une série d’activités variées, y compris des tirs de canons et missiles réels, des opérations d’interdiction maritime et des arraisonnements, des exercices de guerre de surface et de guerre sous-marine, des manœuvres maritimes, des exercices de défense aérienne, la neutralisation d’explosifs et de munitions, des opérations de plongée et de récupération, des opérations de déminage et un débarquement amphibie. Cette phase contribue à accroître la capacité de chaque unité à travailler dans un contexte multinational. Et donc de renforcer l’interopérabilité entre pays participants. La dernière étape est un exercice intensif permettant aux pays participants de renforcer leurs compétences et capacités maritimes tout en améliorant leur capacité de communiquer et de fonctionner dans des scénarios simulés hostiles. À la fin de l’exercice, les unités maritimes, aériennes et terrestres retournent à Pearl Harbor où les pays participants se rassemblent pour évaluer l’exercice et discuter de ce que chacun d’entre eux a accompli.

Les objectifs sont multiples et évolutifs

Cette année des objectifs spécifiques sont assignés(3). C’est la première fois que les navires américains seront alimentés en bio-carburants. La US Defence Logistics Agency a acheté 450 000 gallons de biocarburants, pour un coût de 12 millions de dollars. La finalité est de réaliser à terme des économies de fuel et de montrer que l’US Navy est plus respectueuse de l’environnement. Mais hormis cette « Grande flotte verte », telle qu’on l’a surnommée cette année, d’autres objectifs sont encore plus opérationnels. Il s’agit en 2012 de tester les capacités de communication des sous-marins déployés grâce aux technologies de communication du laser-bleu. Cette technologie permet d’améliorer sensiblement les échanges entre les sous-marins et la surface grâce aux qualités de pénétration en eau profonde du laser. Un troisième objectif particulier est d’effectuer une démonstration de force aéronavale à l’encontre de la Corée du Nord, où la disparition de Kim Jong-Il, remplacé par son fils Kim Jong-Un, et l’échec au printemps d’un tir de missile balistique, créent une situation de tensions aigües. La Corée du Sud, qui participe à RIMPAC depuis 1971, déploie cette année un peloton de fusiliers-marins afin d’améliorer ses capacités amphibies.

Renforcement de la coopération multilatérale

De façon plus générale, il s’agit d’assurer la stabilité de la région du Pacifique et d’adresser un message fort vis-à-vis des puissances déstabilisatrices. Il est clair que la Chine, même si ce n’est pas énoncé explicitement, est l’une des menaces sous-jacentes, notamment par l’intermédiaire de ses sous-marins(4). D’ailleurs la République populaire était invitée mais n’a pas répondu favorablement.
 

Assurer la paix se fait en développant la coopération multilatérale, selon la logique de RIMPAC. Ainsi, cette année est la première où des officiers non-américains commanderont des forces composantes de l’exercice. Le commodore Stuart Mayer de la marine australienne dirigera par exemple la composante maritime.
 

De plus en plus d’Etats participent, qu’ils soient acteurs directs, associés ou simplement observateurs. Pour l’édition 2012, la Russie prend part pour la première fois aux opérations avec 3 navires, dont un destroyer, le Bystry. Des Etats sont observateurs comme le Vietnam ou encore Brunei. Or ces pays, notamment le Vietnam, ont de lourds différends territoriaux maritimes avec Pékin et développent dans le même temps leur coopération militaire avec les Etats-Unis(5). On peut donc penser qu’ils pourraient participer directement aux prochains RIMPAC. Par ailleurs, RIMPAC renforce et complète la coopération militaire entre Etats-Unis, Corée du Sud et Japon, puisque quelques jours avant RIMPAC 2012 ont eu lieu des exercices navals communs entre les 3 nations(6).
 

Reste un point regrettable, l’intérêt pour le moins limité manifesté par l’Union européenne (UE) pour RIMPAC, malgré l’importance des enjeux maritimes pour l’Europe en Asie. Une attitude qui s’explique mal, si ce n’est par les fortes contraintes pesant sur les budgets de défense des pays membres. La France, qui a un vaste domaine maritime dans le Pacifique, a toutefois envoyé un navire, le seul d’Europe de l’Ouest. Il s’agit du Prairial, une frégate de la classe Floréal(7), qui embarque quelque 100 marins et officiers. Le Royaume-Uni et les Pays-Bas se contentent, eux, d’envoyer quelques unités mais pas de vaisseaux.
 

Il serait souhaitable qu’à l’avenir, l’Europe s’associe davantage à RIMPAC, peut-être dans le cadre d’une mission navale au titre de la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC), ce qui marquerait plus fortement une UE dont le rôle et la visibilité à l’échelle mondiale tardent à s’affirmer.
 

(1) Il s’agit de l’Australie, du Canada, du Chili, de la Colombie, des États-Unis, de la France, de l’Inde, de l’Indonésie, du Japon, de la Malaisie, du Mexique, des Pays-Bas, de la Nouvelle-Zélande, de la Norvège, du Pérou, des Philippines, de la République de Corée, du Royaume-Uni, de la Russie, de Singapour, de la Thaïlande et des Tonga.

(2) « L’exercie Rimpac 2012 », RP Defense, 3 juin 2012, http://rpdefense.over-blog.com/arti... (3) Liam Stoker, « RIMPAC 2012 : Great Green Fleet, communications and Yellow Sea security », http://www.naval-technology.com/fea..., Naval Technology.com, http://www.naval-technology.com/fea...

(4) Kerry Lynn Nankivell, « The View from the West : RIMPAC, an Exercise in Politics », volume 4, Number 1 (Spring 2008), Canadian Naval Review, http://naval.review.cfps.dal.ca/arc...

(5) Aymeric Janier, « Etats-Unis-Vietnam : d’ennemis intimes à alliés utiles » Le Monde.fr, 27 avril 2012, http://www.lemonde.fr/asie-pacifiqu...

 

(6) « Japan, South Korea, U.S. must consolidate security cooperation », The Yomiuri Shimbun, 24 juin 2012 http://www.yomiuri.co.jp/dy/editori...
(7) http://www.naval-technology.com/pro...

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories