Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 17:20
La Défense aura besoin d'un délai de deux ans pour atteindre ses objectifs (Canada)

 

26 octobre 2015 La Presse Canadienne

 

Ottawa - Le ministère de la Défense nationale peine à mettre en oeuvre un programme portant la marque du gouvernement conservateur visant à améliorer le processus opérationnel et à réduire le secteur administratif de l'armée.

 

Selon des documents obtenus par La Presse Canadienne grâce à la Loi d'accès à l'information, les responsables du Plan de renouvellement de la Défense espèrent trouver plus «d'occasions de réinvestissement» afin d'atteindre l'objectif du gouvernement d'économiser entre 750 millions $ et 1,3 milliard $ par année.

 

En éliminant des programmes redondants, le gouvernement espérait notamment attribuer l'argent économisé à l'entretien de l'équipement de première ligne.

 

Selon des notes internes, le ministère aurait besoin d'un délai supplémentaire pouvant atteindre deux ans pour la mise en oeuvre de ce plan, qui devait être complété d'ici l'exercice financier 2017-2018

 

Un sommaire préparé pour l'ancien ministre de la défense Rob Nicholson, le 16 janvier 2015, indique que seulement 146 millions $ avaient été réassignés à la fin de l'exercice financier, en mars.

 

Un porte-parole de l'équipe du renouvellement, le commandant Doug McNair, a indiqué que les sommes réaffectées avaient finalement atteint 158 millions $.

 

Il a expliqué que les premiers objectifs financiers et les délais prescrits n'étaient «qu'un estimé des économies potentielles réalisé par un consultant utilisant des données de 2012». Il a ajouté que le ministère savait que des ajustements devraient être apportés au programme.

 

«Aucun nouvel estimé ou délai n'a encore été finalisé ou approuvé, a écrit le commandant McNair dans un courriel. Nous demeurons résolus à atteindre les objectifs stratégiques du plan de renouvellement et à réinvestir les économies dans le développement de nos capacités et notre préparation opérationnelles.»

 

La refonte administrative de la Défense nationale était un des bébés du gouvernement conservateur défait aux élections du 19 octobre et, plus particulièrement de Stephen Harper. À un certain moment, M. Harper avait sermonné l'ancien ministre de la Défense, Peter MacKay, pour ne pas avoir suffisamment coupé dans le secteur administratif de l'armée.

 

M. Harper avait commandé un rapport au lieutenant-général à la retraite Andrew Leslie. Celui-ci a été élu député libéral, le 19 octobre, et pourrait être nommé au nouveau conseil des ministres par Justin Trudeau.

 

Au cours de la dernière campagne, M. Trudeau s'est engagé à mettre en place les recommandations de l'équipe de renouvellement afin «d'assurer des forces armées allégées, plus agiles et mieux équipées».

 

Une source au sein du ministère de la Défense a indiqué que le général Jon Vance, le nouveau commandant en chef des Forces armées, avait jeté tout son poids dans le processus, même si certaines directions en voyaient moins l'urgence.

Partager cet article

Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 19:20
Signature de l’entente établissant le Conseil franco‑canadien de coopération en matière de défense

Le ministre canadien de la Défense, Rob Nicholson, et le Secrétaire d’État auprès du Ministre de la Défense français, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, Jean-Marc Todeschini, rendent hommage le 4 février 2015 aux victimes de Charlie Hebdo (ministère français de la Défense)

 

4 février 2015 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

La France et le Canada renforcent leur coopération en matière de défense et aujourd’hui à Paris, le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson, et son homologue français, Jean‑Yves Le Drian, signeront une entente technique établissant le Conseil franco‑canadien de coopération en matière de défense garantissant « ainsi la continuité de l’étroite coopération entre les deux pays dans un monde où la situation sur le plan de sécurité évolue constamment ».

 

« Le Canada et la France coopèrent depuis longtemps dans le domaine de la défense. Je suis honoré d’être ici aujourd’hui pour signer cette entente avec mon homologue français. Nos deux pays ont pu récemment constater à quel point des menaces à la sécurité peuvent toucher le monde entier. En plus de renforcer le dialogue entre nos deux pays sur les grandes questions de défense, cette entente technique cimentera notre coopération en matière de défense et de sécurité sur plusieurs fronts. », a déclaré le ministre Nicholson.

L’entente technique visant à établir un conseil franco-canadien de coopération en matière de défense renforcera, dit la Défense canadienne, le dialogue entre les deux pays sur les grandes questions de défense « en plus de cimenter leur coopération en matière de sécurité et de défense » en s’attaquant à différentes questions prioritaires dont :

  •  l’entretien des relations de longue date essentielles à la sécurité des deux pays et à la continuité de leur engagement envers l’OTAN;
  •  l’intensification du dialogue sur les questions stratégiques et opérationnelles entre tous les services armés, ce qui comprend la revitalisation du Comité coopératif militaire franco‑canadien;
  • la poursuite de la coopération en matière de développement des capacités afin d’augmenter l’interopérabilité nécessaire à la conduite des opérations multinationales et, dans la mesure du possible, des opérations interarmées;
  •  l’établissement de liens concrets et durables en ce qui concerne le soutien opérationnel mutuel;
  •  perfectionner le matériel de défense et renforcer les liens dans le domaine de la recherche et du développement afin de profiter d’une coopération dans les sphères gouvernementale, industrielle et universitaire.

Cette entente, explique le communiqué,  permettra plus particulièrement d’établir une structure flexible pour un dialogue stratégique entre le le ministère de la Défense canadien et les Forces armées canadiennes, d’une part, et le ministère français de la Défense, d’autre part,  sur les questions relatives aux politiques, au domaine militaire, au matériel de défense à la recherche et au développement.

Cette entente technique permet la mise en œuvre du dialogue stratégique cadrant dans le Programme de coopération renforcée Canada-France annoncé par le premier ministre Harper et le président français Hollande en novembre 2014, indique Ottawa.

De plus, un protocole d’entente (PE) entre les Forces armées françaises et canadiennes qui facilitera un échange réciproque d’officiers militaires supérieurs au Collège des Forces canadiennes à Toronto et l’École de guerre et le Centre des hautes études militaires à Paris a été signé.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 18:20
Armement : la coopération franco-canadienne au point mort

DCNS espère toujours que le Canada choisisse sa frégate multi-missions Fremm dans le cadre d’une programme d’achat d’une quinzaine de navires de combats de surface. photo DCNS
 

04/02 Alain Ruello / Chef de service adjoint – LesEchos.fr

 

Paris et Ottawa ont signé ce mercredi un accord de coopération militaire bilatéral très large. Mais les espoirs des industriels français de l’armement de prendre pied au Canada sont minces.

 

« Il y a eu beaucoup de coopération en matière d’armement dans le passé et j’espère que cela va continuer ». S’exprimant ce mercredi en présence de Jean-Yves Le Drian à l’occasion de la signature d’un accord instituant un conseil franco-canadien de coopération militaire, Robert Douglas Nicholson, ministre de la Défense du Canada, a - comme il se doit - salué la qualité de la relation entre Paris et Ottawa. Sur le terrain, il est indéniable que les deux armées s’épaulent souvent, comme on l’a vu au Mali. En matière industrielle en revanche, c’est le calme absolu.

Les chiffres, tels qu’ils ressortent du dernier rapport au Parlement sur les exportations, parlent d’eux-mêmes. De 2009 à 2013, les prises de commandes de matériels français ont à peine atteint 45 millions d’euros. Sur la même période, les livraisons ressortent à 105 millions. Autrement dit, le marché canadien de l’armement est quasiment fermé aux industriels tricolores.

Nexter en sait quelque chose. Le champion de l’armement terrestre a dépensé plusieurs millions d’euros dans une campagne commerciale pour placer son blindé d’infanterie VBCI. En pure perte : bien que la rumeur le donnait gagnant à l’issue de l’appel d’offres, Ottawa a brutalement annulé la procédure , provoquant la colère de l’industriel français.

 

Renault Trucks dans l’attente

 

DCNS, de son côté, espère toujours rafler la mise avec ses frégates multi-missions Fremm. Et quelle mise ! Le Canada caresse le projet d’acheter une quinzaine de navires de combats de surface, même si l’histoire montre qu’entre les ambitions initiales et la réalité, il y a souvent un océan.

Ottawa vient de prendre une décision qui pourrait signifier la fin de la partie : de manière discrète, le chantier naval Irving de Halifax a été désigné comme maître d’oeuvre industriel pour l’ensemble de ce projet . A priori rien d’anormal, sauf qu’Irving cultive des liens très étroits avec Lockheed Martin... Chez DCNS, on continue d’y croire, mettant en avant le fait que la Fremm est un navire en cours de construction et qui correspond parfaitement aux besoins de la marine canadienne. Sous-entendu, Irving ne prendrait aucun risque à choisir la Fremm. On verra.

Chez Dassault en revanche on a sans doute abandonné tout espoir - si tant est qu’ils aient été très forts - de vendre le Rafale . Malgré le coût exorbitant de l’appareil, il est fort probable que le Canada en restera à son choix initial, à savoir le F-35 de Lockheed Martin.

Dans ce contexte de très forte dépendance du Canada vis-à-vis de l’Oncle Sam, tout n’est peut-être pas perdu puisque Renault Trucks Defense seraient bien placé sur un très gros appel d’offre portant sur 1.500 camions, selon nos informations.

Partager cet article

Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 06:20
Defence Minister Nicholson in Europe for security discussions

 

February 3, 2015 by David Pugliese

 

Defence Minister Rob Nicholson left today for a three-city tour to meet European colleagues and partners and discuss current international security issues.

 

During the tour, Minister Nicholson will visit Paris, France; Brussels, Belgium; and Munich, Germany, where he will reaffirm Canada’s defence relations with key allies and partners, and Canada’s commitment to promoting security and stability within Europe, the Department of National Defence noted in a news release.

 

On Wednesday, Nicholson and French Minister of Defence, Jean-Yves Le Drian, will sign two bi-lateral arrangements

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 20:25
Les Forces armées canadiennes commencent l’opération Caribbe 2015

Le NCSM Winnipeg va patrouiller dans le cadre de l’Opération CARIBBE en ce début d’année

 

27 janvier 2015 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Les Forces armées canadiennes commencent l’Opération CARIBBE 2015 alors que la frégate de classe Halifax NCSM Winnipeg, patrouille actuellement dans le Pacifique de l’Est, annonce ce mardi 27 janvier la Défense nationale.

 

L’Opération CARIBBE 2015 est la contribution canadienne à l’Op MARTILLO – la campagne multinationale de lutte contre les organisations criminelles transnationales dans l’océan Pacifique et dans les Caraïbes. «Le Canada est un partenaire déterminé aux côtés de ses alliés pour ce qui est du traitement des enjeux en matière de sécurité dans la région de l’Amérique centrale. Depuis près d’une décennie, nous demeurons déterminés à travailler avec des nations partenaires dans le cadre de l’opération CARIBBE, afin de préserver la sécurité des Canadiens et de lutter contre le trafic de stupéfiants dans les eaux internationales», a déclaré à ce propos le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 17:30
Le Canada fournira du matériel militaire aux Forces de sécurité irakiennes

Des approvisionnements de première nécessité pour soutenir l’opération Impact, qui se déroule au Moyen-Orient sont chargés à bord d’un aéronef CC-177 Globemaster III à Trenton le 15 octobre 2014. (Archives/Caporal Rod Doucet)

 

20 janvier 2015 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

Avant son départ pour Londres, où il participera à des discussions de haut niveau sur le groupe l’État islamique, le ministre canadien de la Défense, Rob Nicholson, annonce que le Canada s’engage à fournir du matériel militaire aux Forces de sécurité irakiennes.

 

Le ministre Nicholson a annoncé en effet ce mardi 20 janvier l’intention du Canada de donner du matériel militaire non létal afin d’accroître les capacités des Forces de sécurité irakiennes.

Le don prévu aux Forces de sécurité iraquiennes, dans le cadre du Programme d’aide au renforcement des capacités antiterroristes (PARCA) du MAECD, précise le communiqué de la Défense qui annonce cette nouvelle, comprendra 6 000 articles hivernisés et pour temps pluvieux, dont 1 000 manteaux, pantalons, ainsi que des gilets et des pantalons molletonnés pour les opérations en temps froid, en plus de 1 000 vestes et pantalons pour les temps pluvieux, qui ont été jugés comme excédentaires par les Forces armées canadiennes.

Entre le 15 août et le 26 septembre 2014, les Forces armées canadiennes ont transporté des fournitures militaires comprenant des armes légères, des munitions et du matériel donnés par des alliés, comme l’Albanie et la République tchèque. En date du 26 septembre 2014, 25 vols ont été réussis, et plus de 1 600 000 livres (725 000 kilogrammes) de fournitures militaires ont été livrées aux Forces de sécurité irakiennes.

L’annonce d’aujourd’hui a été faite avant une réunion à laquelle le ministre assistera à Londres, au Royaume-Uni, et qui aura lieu le 22 janvier 2014, avec 23 délégations de divers pays et organisations. Cette réunion vise à discuter des efforts déployés par la coalition mondiale pour lutter contre le groupe l’État islamique.

La réunion ministérielle de Londres se concentrera sur les cinq niveaux d’effort de la coalition: fournir de l’appui militaire à nos partenaires; freiner le flux de combattants étrangers dans la région; arrêter le financement de l’État ilsamique; traiter les crises d’ordre humanitaire dans la région et exposer la véritable nature du groupe l’État islamique.

La réunion présentera également une occasion aux partenaires de faire le point sur le travail de la coalition jusqu’à présent, et d’explorer des occasions pour améliorer la coordination des opérations à l’avenir, dit le communiqué de la Défense canadienne..

Le 5 septembre 2014, le premier-ministre Harper a annoncé que les Forces armées canadiennes enverraient du personnel pour conseiller et pour aider les Forces de sécurité irakiennes dans le but de planifier et de réaliser des opérations contre l’État islamique. Le 30 octobre 2014, les FAC ont mené leur première mission avec la Force de stabilisation du Moyen-Orient, menée par les États-Unis.

On a pu voir lors de la dernière séance d’information lundi à Ottawa du commandement canadien des opérations que les forces spéciales canadiennes jouent un rôle de premier plan en Irak.

Lors de cette séance d’information, le lieutenant-général Jonathan Vance, commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada (COIC), a indiqué que que la Force opérationnelle aérienne en Irak a effectué 358 sorties aériennes en date du 18 janvier à 15h, soit 230 sorties pour les CF-18; 61 sorties pour l’aéronef de ravitaillement CC-150T et 67 missions de reconnaissance pour les aéronefs de patrouille CP-140.

Qui plus est, on a appris à cette occasion que les Canadiens, outre entraîner, conseiller et assister les forces irakiennes, étaient les yeux de la coalition au sol.

Les membres des forces spéciales canadiennes ont pris part directement aux frappes de la coalition contre des cibles de l’État islamique en aidant les avions de chasse amis à localiser des cibles ennemies à 13 reprises.

« Je suis extrêmement fier des résultats atteints par les Forces armées canadiennes au moyen de l’opération IMPACT. Nos efforts pour lutter contre l’EIIL [le groupe l’État islamique, ndlr] et le soutien que nous fournissons au peuple irakien sont essentiels pour freiner cette menace croissante, avant qu’elle puisse se propager ailleurs. », a déclaré le ministre Nicholson.

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 20:20
Le ministre canadien de la Défense nationale rencontrera son homologue lituanien

 

18.01.2015 news.gc.ca

 

L’honorable Rob Nicholson, C.P., c.r., député de Niagara Falls et ministre de la Défense nationale, accueillera officiellement le ministre de la Défense nationale de la Lituanie, Juozas Olekas, à Ottawa, le 19 et le 20 janvier 2015. Les ministres auront l’occasion de réaffirmer les liens étroits entre le Canada et la Lituanie, et de discuter d’un nombre de préoccupations communes en matière de défense et de sécurité, y compris les menaces continues le long des frontières de la région des États baltes et de l’Europe de l’Est.

En bref

  • Le Canada a été l’un des premiers alliés à ratifier l’adhésion de la Lituanie à l’OTAN en 2004.
  • Entre 1994 et 2009, le Canada a fourni de la formation linguistique, d’état-major et de perfectionnement professionnel à environ 450 officiers militaires lituaniens dans le cadre du Programme d’instruction et de coopération militaires (PICM) du ministère de la Défense nationale.

Citations

« En tant qu’alliés de l’OTAN, le Canada et la Lituanie entretiennent un lien inaltérable et solidement établi grâce à notre engagement envers le principe de défense collective. J’ai hâte d’échanger ouvertement des points de vue avec le ministre Olekas en ce qui concerne de nombreux enjeux relatifs à la défense et à la sécurité qui sont communs à nos deux pays. Je me réjouis également à perspective de réaffirmer l’engagement solide du Canada envers la sécurité et la stabilité de la Lituanie et de la région des États baltes. »

L’honorable Rob Nicholson
C.P., c.r., député de Niagara Falls et ministre de la Défense nationale

Liens connexes

Relations Canada-Lituanie

Le gouvernement du Canada va envoyer des CF18 en Lituanie pour la mission de police aérienne de l’OTAN dans les États baltes

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 08:20
Une étape importante franchie dans la modernisation des frégates canadiennes

Après de récents essais en mer, le NCSM Fredericton se prépare maintenant en vue d’un déploiement à niveau élevé en tant que première frégate modernisée au début de 2015 (MDN)

 

24 novembre 2014 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

Le Canada investit 4,3 milliards $ dans la modernisation frégates de classe Halifax, passerelle vers la flotte future, et le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson, a annoncé ce lundi 24 novembre une étape importante dans la modernisation des quatre premières frégates de cette classe: la première d’entre elles, le NCSM Fredericton sera déployée début 2015 et les experts du ministère de la Défense assurent en outre que l’échéancier de l’ensemble du programme sera respecté.

 

Les navires de classe Halifax sont appelés à jouer un rôle d’autant plus important que le Canada se retrouve maintenant avec un seul destroyer et que la Marine Royale canadienne pourrait avoir de la difficulté à maintenir son état de préparation.

Le projet de modernisation des navires de classe Halifax et de prolongation de la vie de l’équipement des frégates (MCH/FELEX) est un programme de 4,3 milliards $ visant à moderniser et améliorer la flotte existante. Il demeure dans les limites du budget, et les travaux devraient être achevés d’ici 2018, a assuré  aujourd’hui le ministère de la Défense à la session d’information technique qui a suivi l’annonce.

En septembre dernier, on apprenait que quatre navires allaient être retirés du service actif, dont les destroyers NCSM Iroquois et NCSM Algonquin, ce qui laissait la Marine royale canadienne avec un seul destroyer, l’Athabaskan.

Les destroyers sont de navires commandement et de contrôle, mais ils étaient également les seuls navires de guerre canadiens dotés des systèmes de missiles de défense aérienne à longue portée.

C’est dire à quel point la modernisation  des frégates de la classe Halifax pour ajouter des systèmes de radar et de commandement et de contrôle, tout en améliorant les capacités radar et de missiles, est  d’une importance cruciale pour la Marine royale canadienne.

 

Passerelle vers la flotte future

L’annonce de la modernisation des quatre premières frégates tombe à pic, alors que le mois dernier l’évaluation des forces navales menée par le Chef – Service d’examen révélait que la Marine Royale canadienne, qui traverse actuellement la période de modernisation et de renouvellement la plus intense et la plus complète de son histoire en temps de paix, pourrait avoir des difficultés à maintenir son état de préparation.

Mis en service de 1992 à 1996, les navires de la classe Halifax font actuellement l’objet, comme prévu, d’une modernisation de mi-vie qui comprend un nouveau système de gestion de combat, de nouveaux radars, un nouveau système de guerre électronique, des systèmes de communication et de missiles améliorés ainsi qu’un nouveau Système intégré de plate-forme.

 

 

«La modernisation des frégates de la classe Halifax servira de passerelle vers la flotte future et, de concert avec les navires de défense côtière de la classe Kingston et les sous-marins de la classe Victoria, elle permettra à la Marine royale canadienne de continuer à réaliser sa principale mission selon les directives du gouvernement du Canada jusqu’à l’arrivée du nouveau navire de combat de surface canadien.», a déclaré à ce propos le Vice-amiral Mark Norman, commandant de la Marine royale canadienne des Forces armées canadiennes, qui n’avait pas caché à 45eNord.ca lors d’un entretien le printemps dernier que les problèmes avec les destroyers étaient survenus avant que les navires de classe Halifax puissent prendre la relève.

Mais, fort heureusement, après de récents essais en mer, la frégate, NCSM Fredericton se prépare maintenant en vue d’un déploiement à niveau élevé en tant que première frégate modernisée au début de 2015.

Les douze frégates de patrouille polyvalentes de la classe Halifax fabriquées au Canada formeront dorénavant le pivot central de la flotte, souligne aujourd’hui la Défense nationale.

Les quatre premiers navires qui seront modernisés dans le cadre du programme MCH/FELEX sont le NCSM Halifax, le NCSM Fredericton, le NCSM Calgary, et le NCSM Winnipeg.

Outre la modernisation des douze frégates de la classe Halifax, le Canada ajoutera aussi à sa flotte trois nouvelles classes de navires, notamment les navires de soutien interarmées (NSI), les navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique (NPEA) et les navires de combat de surface canadiens (NCSC), en plus de l’intégration d’un nouvel hélicoptère maritime au sein de la flotte.

 

L’échéancier devra être respecté

Mais, chat échaudé craignant l’eau froide ( sans jeu de mot ), les questions des journalistes à la session d’information technique ont presque toutes porté sur le respect de l’échéancier,

Le responsable du programme de modernisation, Jeffrey Simpson, s’est alors fait rassurant, affirmant que le programme était «on time, on budget and on schedule».

On devrait donc avoir complété le programme tel que prévu, en 2018 et nos frégates, refaites de fond en comble, ou de la cale au dernier pont, devrait-on dire, devraient alors voguer, inchangées, jusqu’à 2030, permettant à la Marine royale canadienne de remplir sa mission.

Si, bien sûr, la réalité s’avère à la hauteur de l’annonce….

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 11:20
La Défense nationale officialise un partenariat dans le domaine de l’espace (Canada)

De gauche à droite: Dr Michael Lankowski, premier secrétaire, politiques stratégiques de la Défense (AUS) ; le contre-amiral Steve Gilmore, commandant de la flotte australienne (AUS) ; M Doug Loverro, secrétaire adjoint délégué aux politiques spatiales (É-U) ; l’amiral Cecil Haney, commandant, United States Strategic Command (É-U) ; le lieutenant-général Guy Thibault, vice-chef d’état-major de la défense (CAN) ; Gordon Venner, sous-ministre adjoint (Politiques) (CAN) ; le vice-maréchal de l’Air Edward Stringer, chef d’état-major adjoint de la Force aérienne (R-U) ; Dr Kate Langley (R-U). (MDN)

 

23 septembre 2014 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Annoncé en mai dernier par 45eNord.ca, le Canada a finalement signé lundi 22 septembre un protocole d’entente pour réaliser des opérations spatiales avec les ministères de la Défense de l’Australie, des États-Unis et du Royaume-Uni.

 

Cette entente permet le partage d’information et de ressources relatives à l’espace, et permettra au Canada et à nos alliés de collaborer de manière plus efficace pour identifier et comprendre des objets spatiaux, pour assurer le fonctionnement continu des satellites et pour éviter les collisions de satellites.

Les Forces armées canadiennes dépendent de l’espace pour une vaste gamme de fonctions, comme le commandement et le contrôle, les renseignements météorologiques, la navigation, les communications, la cartographie et les activités de recherche et de sauvetage.

«Le Canada s’est doté d’un programme spatial il y a plus de 50 ans, et, depuis, l’environnement spatial est devenu un milieu plus achalandé et plus complexe dans lequel opérer. En développant davantage notre collaboration avec nos plus proches alliés, nous pouvons partager notre expertise, régler des problèmes communs et nous assurer que les ressources financières de la Défense sont dépensées de manière optimale», a déclaré le ministre de la Défense nationale Rob Nicholson.

Cette entente s’appuie sur plusieurs projets spatiaux récents des Forces armées canadiennes:

  • Sapphire: Le premier satellite militaire opérationnel spécialisé du Canada, le satellite Sapphire détecte des objets anthropiques en orbite, puis achemine les données au catalogue américain de surveillance de l’espace visant à prévenir les collisions de satellites.
  • Système mondial de communications par satellite à large bande: Dirigé par les États-Unis, ce programme fournit un accès garanti et sûr aux systèmes de communications gouvernementaux à haute fréquence. Puisque les coûts sont partagés parmi sept pays partenaires, ce programme permet aux FAC à respecter, de manière rentable, ses exigences relatives aux communications stratégiques par satellite.
  • Projet protégé militaire de SATCOM: Ce programme fournira des communications quasi planétaires, sûres, viables et résistantes aux brouillages pour des ressources aériennes, maritimes et terrestres à priorité élevée. Les objectifs du programme seront atteints par l’entremise de la participation au système à satellites à bande des fréquences extrêmement hautes des États-Unis.
  • Expériences multinationales: Il s’agit d’un projet d’expérimentation et d’élaboration de concept entrepris conjointement aux deux ans par les groupes de recherche sur la défense et la sécurité de 17 pays. Lors de plus récente série d’expériences, des officiers des FAC ont dirigé l’élaboration d’un concept international pour l’atténuation des risques en espace.

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 11:50
Deux CF-18 Hornets du 425e Escadron d’appui tactique, de la 3e Escadre Bagotville (Qué.) (Archives/Attila Papp/ARC)

Deux CF-18 Hornets du 425e Escadron d’appui tactique, de la 3e Escadre Bagotville (Qué.) (Archives/Attila Papp/ARC)

 

1 septembre 2014 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

La force opérationnelle aérienne (FOA) canadienne commence ce 1er septembre sa mission de police aérienne dans les pays baltes dans le cadre des mesures de réassurance de l’OTAN envers les pays alliés.

 

LA FAO s’est jointe officiellement à la mission de police aérienne des pays baltes de l’OTAN, lors d’une cérémonie de transfert qui s’est déroulée aujourd’hui à Šiauliai, en Lituanie.

 

Pendant la mission de police aérienne dans les pays baltes, quatre aéronefs CF188 Hornet et plus de 130 membres de l’Aviation royale canadienne (ARC) travailleront de concert avec les alliés de l’OTAN de septembre à décembre 2014, afin, dit le communiqué de la Défense nationale qui annonce le début de cette mission,  » de préserver l’intégrité de l’espace aérien estonien, letton et lituanien et d’intervenir en cas d’intrusion ».

 

«Dans la foulée de l’augmentation de l’agression militaire accrue de la part de la Russie, la mission de police aérienne dans les pays balte est une démonstration de la solidarité des allies et du dévouement de l’OTAN envers la sécurité de ses membres», a déclaré le ministre de la Défense du Canada, Rob Nicholson.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 22:40
Un deuxième avion de transport militaire canadien est parti de Trenton pour l’Ukraine

Un avion de transport stratégique CC-177 Globemaster III de l’Aviation royale du Canada prend son envol (MDN)

 

9 août 2014 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

 

Un avion de transport stratégique CC-177 Globemaster III de l’Aviation royale du Canada, est parti aujourd’hui de la 8e Escadre, Base des Forces canadiennes Trenton, d’oû avait décollé jeudi un avion de transport militaire Hercules CC-130J, et arrivera en Ukraine au début de la semaine prochaine.

Au moment où s’intensifient les combats dans l’Est ukrainien et où les puissances occidentales craignent une intervention russe, le premier ministre canadien et son ministre de la Défense, Rob Nicholson, ont tous deux annoncé jeudi 7 août que le Canada enverra de l’équipement militaire non létale en Ukraine pour aider le pays à protéger la frontière orientale contre une agression russe.

Aujourd’hui, a donc eu lieu le deuxième d’une série d’envois, par transport aérien, de matériel militaire non cinétique en Ukraine.

«Depuis le début de la crise, le Canada a été solidaire des Ukrainiens et il a pris d’importantes mesures pour soutenir l’Ukraine, dont des sanctions cautionnées par la communauté internationale. Le Canada est fier de pouvoir aider l’Ukraine en lui fournissant ce matériel», a déclaré à ce propos le ministre de la Défense, Rob Nicholson.

La contribution du Canada, qui pourrait atteindre 5 millions de dollars, se fait par l’entremise du Fonds pour la paix et la sécurité mondiales, et comprend diverses mesures de protection ciblées ainsi que du matériel médical et logistique, dont des casques, des lunettes de protection balistique, des vestes protectrices, des trousses de premiers soins, des tentes et des sacs de couchage, précise le communiqué de la DFéfense nationale qui annonce ce deuxième envoi.

Le Canada dispose, souligne la Défense, de quatre appareils CC-177 Globemaster III, qui sont basés à la 8e Escadre Trenton. Ces appareils servent à diverses missions stratégiques et tactiques, notamment à transporter rapidement des soldats et du matériel n’importe où dans le monde.

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 16:20
Convertir des hélicoptères américains briserait un engagement du ministère (Canada)

 

04 juillet 2014 par 98,5 (La Presse Canadienne)

 

OTTAWA - Convertir la flotte d'hélicoptères excédentaires de l'armée américaine pour les opérations de recherche et sauvetage canadiennes serait un procédé compliqué qui contreviendrait à l'engagement qu'a pris la défense canadienne pour acheter ces appareils, révèlent des documents tout juste rendus publics.

 

L'an dernier, l'ancien ministre de la Défense, Peter MacKay, a demandé à la force aérienne de vérifier si certains des tout nouveaux hélicoptères VH-71, achetés pour procurer des pièces de rechange aux hélicoptères CH-149 Cormorant SAR du Canada, pourraient être rendus opérationnels pour le Canada.

 

À ce moment, le ministre se relevait d'un rapport du vérificateur général, qui avait terriblement critiqué le gouvernement Harper pour l'état du système de recherche et sauvetage.

 

Les documents démontrent que, bien que M. MacKay soit devenu ministre de la Justice l'an dernier, il a continué à défendre l'idée de convertir les hélicoptères américains auprès de son successeur, Rob Nicholson, l'automne dernier.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 11:20
Le Guide d’acquisition de la Défense accueilli favorablement par l’industrie

 

16 juin 2014 par Jacques N. Godbout - 45e Nord.ca

 

Le Guide d’acquisition de la Défense (GAD) dont le ministre de la Défense, Rob Nicholson, avait annoncé la sortie le mois dernier au salon CANSEC 2014 et qui a été publié aujourd’hui tel que prévu a été bien accueilli par les représentants de l’industrie.

 

On y retrouve énoncés les besoins éventuels des Forces armées canadiennes et les achats connexes envisagés au cours des 20 prochaines années.

Le GAD, souligne le communiqué du ministère de la Défense qui annonce sa publication, est conçu pour fournir à l’industrie les renseignements dont elle a besoin pour investir judicieusement en recherche et développement en fonction des besoins possibles.

Élément fondamental de la Stratégie d’approvisionnement en matière de défense du gouvernement du Canada, «le guide veillera», dit le communiqué « à ce que les achats de matériel militaire renforcent l’industrie canadienne, tout en appuyant la création d’emplois au Canada et en répondant de manière opportune et efficace aux besoins des Canadiennes et Canadiens en uniforme».

« Le Guide d’acquisition de la Défense tiendra l’industrie et les éventuels soumissionnaires au courant des secteurs d’investissement à long terme du gouvernement. En publiant ce document, notre gouvernement répond aux besoins du secteur privé en le mobilisant dès la conception des projets d’approvisionnement. Voilà qui témoigne une fois de plus des efforts déployés par notre gouvernement afin que les militaires, hommes et femmes, de nos Forces armées canadiennes aient à leur disposition l’équipement voulu au meilleur prix possible.», a déclaré le ministre Nicholson.

Le Guide a été accueillie favorablement par les représentants de l’industrie de la défense dont les membres cherchent à obtenir plus de clarté de la part d’Ottawa dans ses projets d’acquisitions.

« Du fait que l’industrie est prévenue des approvisionnements à venir, le Guide d’acquisition de la Défense permet aux entreprises de prendre des décisions plus éclairées en matière de recherche, d’exploitation et de stratégie, et ainsi de renforcer leur aptitude à soumissionner et à combler avec innovation et opportunité les besoins des Forces armées canadiennes», a déclaré à ce propos Jim Quick, le président et chef de la direction, Association des industries aérospatiales du Canada (AIAC), le président de l’Association des industries canadiennes de défense et de sécurité, Timothy I. Page, ajoutant pour sa part que «Les achats militaires seront plus prévisibles, de sorte que l’industrie canadienne pourra investir dans le personnel, les procédés, l’équipement et les partenaires qui l’aideront à soumissionner avec succès lors du lancement des projets.»

Le Guide doit faire en sorte fera que les entreprises et les soumissionnaires éventuels connaissent les secteurs d’investissement à long terme du Ministère.

Il sera mis à jour chaque année et actualisé aux trois ans conformément au cycle de planification des investissements des Forces armées canadiennes.

Les projets présentés pourront toutefois changer, bien sûr, ou être supprimés selon les décisions politiques prises par le gouvernement en fonction de l’évolution du contexte en matière de sécurité et des nouvelles technologies.

 

Page Web du Guide d’acquisition de la Défense

 

 

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 18:35
Ministère de la Défense nationale : Les 100 derniers jours en Afghanistan

 15 octobre 2010 - District de Panjwayi, Afghanistan

Un char de combat principal Leopard 2A6M du Lord Strathcona’s Horse (Royal Canadians) et qui fait partie du groupement tactique du 1er Bataillon, The Royal Canadian Regiment, assure la surveillance lors d’opérations récentes dans les districts instables de Panjwayi et de Zhari, dans la province de Kandahar. La taille imposante et la puissance de feu du char de combat principal Leopard 2A6M le rendent un outil impressionnant et un moyen de dissuasion important contre les insurgés.

Photo : Caporal Shilo Adamson, Caméra de combat des Forces canadiennes, © 2010 DND-MDN Canada

 
 
22 décembre 2013 DND-MDN Canada

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 22 déc. 2013) - Aujourd'hui marque le début des 100 derniers jours de la mission militaire canadienne en Afghanistan. Après plus de 12 ans, le plus important déploiement de membres des Forces armées canadiennes depuis la Seconde Guerre mondiale prendra fin le 31 mars 2014.

 

"Les Canadiens devraient être fiers de leurs extraordinaires contributions en Afghanistan, a déclaré l'honorable Rob Nicholson, ministre de la Défense nationale. En appui au gouvernement afghan, à nos partenaires pangouvernementaux et à nos alliés internationaux, le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes ont des effets positifs sur la vie du peuple afghan tout en contribuant à la paix et à la sécurité internationales."

 

"Les membres des Forces armées canadiennes quitteront l'Afghanistan convaincus qu'ils ont aidé les Afghans à reprendre leur pays des mains des terroristes, et qu'ils les ont secondés alors que les Afghans assuraient leur propre sécurité, a commenté le général Tom Lawson, chef d'état-major de la Défense. Il reste à écrire le dernier chapitre de notre mission en Afghanistan, et l'écriture de ce passage ne relève de nous. Cette tâche incombe plutôt aux Afghans eux-mêmes. C'est avec fierté que nous nous remémorerons nos contributions et réalisations, que nous avons par ailleurs chèrement payées. Nous pouvons partir la tête haute."

 

Le Canada est fier de son rôle dans le cadre de la démarche internationale visant à faire de l'Afghanistan un pays plus sécuritaire et plus stable, bien gouverné, et prospère. Misant sur les gains des 12 dernières années et consolidant ceux-ci, le Canada continuera de jouer un rôle important en appuyant les efforts ayant pour objectif de bâtir un avenir meilleur au bénéfice de tous les Afghans. A cette fin, le Canada s'engage à verser, de 2015 à 2017, 330 millions de dollars pour aider à soutenir les forces de sécurité nationale afghanes ainsi que 227 millions de dollars pour l'aide au développement.

 

La mission militaire tirant à sa fin, le ministère de la Défense nationale dévoilera 100 photographies immortalisant des moments vécus en Afghanistan. Une photographie sera dévoilée chaque jour à 14 h HNE pendant les 100 derniers jours de la mission, et ce, à compter du dimanche 22 décembre 2013, sur le compte Twitter : @CFOperations et sur Flickr : http://www.flickr.com/photos/cfoperations/sets/72157638824476296">www.flickr.com/photos/cfoperations/sets/72157638824476296

 

Les photos et les vidéos de l'opération ATTENTION (l'actuelle mission du Canada en Afghanistan) sont disponibles dans le site de la Caméra de combat : http://www.combatcamera.forces.gc.ca/site/gallery-fra.asp?value=OPATTENTION">photos et vidéos de l'opération ATTENTION.

 

Renseignements sur la mission du Canada en Afghanistan : http://www.afghanistan.gc.ca/">engagement du Canada en Afghanistan.

 

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 11:20
Le Canada renforce son appui à la première ligne des Forces armées canadiennes

7 oct. 2013 OTTAWA, ONTARIO-(Marketwired ) - L'honorable Rob Nicholson, C.P., c.r., député de Niagara Falls et ministre de la Défense nationale, a lancé aujourd'hui d'une importante initiative visant à renforcer l'appui aux investissements liés à la première ligne, grâce à la réduction des inefficiences, la simplification des processus opérationnels et la diminution des frais généraux de l'organisation de la défense du Canada.

« Conformément à la volonté du premier ministre de libérer des ressources de soutien pour les affecter à la capacité et à la disponibilité opérationnelles, la Défense nationale a déposé un plan ambitieux pour diminuer ses frais généraux, a déclaré le ministre Nicholson. Le renouvellement de la Défense aidera le ministère de la Défense nationale à continuer de fournir une force armée de premier ordre, prête à relever les défis de demain. »

On prévoit que cette initiative entraînera des économies entre 750 M$ et 1,2 G$ par année d'ici 2017-2018, qui seront réinvesties dans les priorités opérationnelles et de première ligne de la Défense. Depuis 2006, le gouvernement a augmenté le budget de la Défense de 4,5 M$ dans le but de soutenir les femmes et les hommes militaires du Canada. Voici quelques secteurs clés où l'on cherchera à augmenter l'efficience :

  • regroupement et synchronisation des programmes de formation des FAC pour toutes les compétences communes;
  • harmonisation et modernisation des systèmes d'information afin qu'il soit possible de mieux prévoir les exigences touchant les pièces de rechange et l'entretien, d'augmenter la précision de la prise d'inventaire et d'utiliser au maximum les articles déjà en stock;
  • amélioration du processus d'approvisionnement en biens et en services grâce à la simplification des modalités des marchés et du regroupement des achats, lorsque cela est possible.

Le renouvellement de la Défense ne constitue pas un exercice de réduction de coût, et l'intention globale n'est pas de réduire le nombre d'employés de la Force régulière, de la Réserve ou d'employés civils. Cependant, on prévoit redistribuer l'effectif afin de tenir compte de plus hautes priorités opérationnelles. Dans le cadre de cette redistribution de l'organisation de la Défense, l'objectif sera de réaffecter l'équivalent d'entre 2 800 et 4 800 postes de militaires et d'employés civils afin de s'acquitter de tâches à priorité plus élevée.

« En offrant à chacun des membres du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes la chance de se faire entendre à l'égard du renouvellement de la Défense, nous faisons la promotion d'une culture de changement et nous préparons notre avenir ensemble », a déclaré Richard Fadden, sous-ministre de la Défense nationale.

« Cette initiative a reçu l'appui du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes et sera menée par les niveaux supérieurs de l'organisation de la Défense, a expliqué le général Tom Lawson, Chef d'état-major de la défense. Grâce à cela, le renouvellement de la Défense nous donne l'occasion de chercher d'autres moyens de répartir de façon plus efficace les ressources limitées pour les affecter à des priorités plus élevées en matière de capacité et de disponibilité opérationnelles. »

Le ministère de la Défense nationale a mis en œuvre l'initiative de renouvellement de la Défense afin de positionner ses ressources et ses investissements de manière stratégique et de continuer d'offrir une force militaire moderne, polyvalente et apte au combat proposée par le gouvernement dans la Stratégie de défense Le Canada d'abord.

 

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site concernant l'annonce sur le renouvellement de la Défense

Pour plus d'information sur la Stratégie de défense Le Canada d'abord, veuillez visiter le site sur la Stratégie de défense Le Canada d'abord.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories