Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 13:50
History of the Aircraft Carrier and the construction of HMS Queen Elizabeth

 

07.07.2014 Royal Navy

 

This dramatic video demonstrates how the different blocks of the new Aircraft Carrier, HMS Queen Elizabeth, were shipped from various parts of the UK and then put together in Rosyth,

 

It gives you an insight on how precisely made each block had to be and the enormous effort that went it making sure they fit together and amazing engineering that went into this feat.

 

The video also gives you a history of British aircraft carriers throughout history and the original concept behind them ranging from the original flying of a bi plane from the deck of an adapted Battleship by Lt Charles Samson on the 10th January 1912 and the first aircraft carrier to be built in 1918 (HMS Argus) to the carrier today.

 

This video was shown to Her Majesty The Queen and other guests at the HMS Queen Elizabeth naming ceremony on the 4th July 2014.

 

You can find more information about the carrier on our website: http://www.royalnavy.mod.uk/news-and-latest-activity/features/equipped-for-the-future

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 12:50
We have the centrepiece…but what about the rest of the board?

 

4th July 2014  – by Alexander Clarke *   - europeangeostrategy.org

 

The game of chess is played with both players having sixteen pieces, of which eight on each side are pawns. Pawns are often the most undervalued of all pieces, but as Anatoly Karpov once said ‘pawns not only create the sketch for the whole painting, they are also the soil, the foundation, of any position’. The Queen Elizabeth-class aircraft carriers will be the Queens of British strategy for most likely the next four to five decades. However, that strategy may evolve to deal with potential threats/situations which will arise over a far longer period of time. The trouble is that security, much like the game of chess, requires more than just Queens.

This is the problem for many navies in the modern world, including the United States Navy (USN), but for Britain, for the Royal Navy (RN), it is particularly acute. Gone are the Harriers, which leaving aside their operating from the Invincible-class carriers (that have been the most versatile pillar of Britain’s global reach capability for more than three decades), which would have operated from the Queen Elizabeths until the F35Bs were ready for service. This decision though is in the past. Short-termist it was, but it is not the only decision that was; and Britain has not been alone in making such decisions. The fact is democracies, Western ones especially, seem to have developed blinkers when it comes to conceiving of problems beyond the next election cycle. This is possibly because the political leaders fear public reaction to what might be required, but more likely it reflects a fear of their ability to sell the need for such things to a taxpaying public that in the modern 24-hour news cycle seems to consume information in ever smaller chunks.

Therefore while the economic crisis is starting to recede (although the joy of ‘boom and bust’ means there is another around the corner), nations are going to have to live with the decisions made in times of crisis for many years to come.

This is the problem for strategists, and for those looking after a nation’s security; they know the threats, they know what is needed – a ship may be twenty times better than a vessel in its predecessor class, but it can still only be in one place at a time. The same goes for planes, for tanks, for troops. Britain has equipped itself with an excellent, First Rate expeditionary aircraft carrier, but it is without fighters that can fly from it; it has six of the world’s best destroyers, yet they were not fitted with vital communications equipment or land attack missile capability; it has built some of the most complex and advanced submarines ever conceived, and is conceiving what could be a brilliantly versatile frigate class. The RN will be fielding some of the best First Rate vessels of any nation. The problem is that this is what all Western nations are doing and it is another trap, perhaps even worse than that posed by the election cycle.

Building the best and fielding only the best; it is arguable that Admiral Fisher started this habit when he was First Sea Lord and got rid of so many of Britain’s gunboats in order to provide manpower for his first rate Dreadnought Battleships of the Grand Fleet. Today it has led to navies, with Queens, with Rooks, with Bishops and Knights, but without Pawns; only First Rate ships are built and there are no cheap frigates or corvettes – that is the biggest problem. Without them there is no real chance for the presence that can alert, and even deter minor conflicts; allowing the First Rates to be saved for when they are really needed. The worst thing about all this, is that governments know there is the problem; the Black Swan concept was envisaged by the British Ministry of Defence/RN as the solution to the problem in 2012, but two years later the closest Britain has got to a small/affordable escort is the order for three new River-class offshore patrol vessels (OPVs).

 

* Dr. Alexander Clarke recently finished his PhD on British Naval Aviation in the 1920-1930s at the War Studies Department, King’s College London. He writes here in a personal capacity.

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 11:50
HMS Queen Elizabeth Naming Ceremony

 

04.07.201 British Forces News

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 11:50
HMS Queen Elizabeth Overview Part1 - by @BAESystemsplc

 

04.07.2014 BAE Systems

 

An overview of the HMS Queen Elizabeth Aircraft Carrier and the journey so far

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 16:50
HMS Queen Elizabeth CGI Ship Tour

 

 

04.07.2014 BAE Systems

 

Take an animated tour of the HMS Queen Elizabeth Aircraft Carriers and understand the role they will play in the Royal Navy

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 11:50
HMS Queen Elizabeth Facts

 

04.07.2014 Defence Headquarters

 

As the carrier is named today, find out more about this feat of British engineering.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 16:50
Industry leaders gather to celebrate Royal Navy's new carrier

HMS Queen Elizabeth at the dockyard in Rosyth - Picture Aircraft Carrier Alliance

 

2 July 2014 Ministry of Defence, Defence Equipment and Support and The Rt Hon Philip Hammond MP

 

The Defence Secretary has thanked the defence industry for their help in building the Royal Navy's new aircraft carrier.


 

Speaking at an event ahead of the HMS Queen Elizabeth naming ceremony this Friday, Philip Hammond told more than 200 business leaders that the sector should be proud of its work on the biggest ship ever built for the Royal Navy. HMS Queen Elizabeth is also the biggest ship in Europe and the largest outside the US fleet.

In his speech to the Institute of Directors, the Defence Secretary thanked the tens of thousands of workers who have been involved in constructing the aircraft carrier at shipyards and companies across the UK.

The 65,000-tonne vessel will be christened this week by Her Majesty The Queen during a ceremony at the dockyard in Rosyth, near Edinburgh, where she has been assembled.

HMS Queen Elizabeth under construction at Rosyth dockyard
HMS Queen Elizabeth under construction at Rosyth dockyard in Scotland (library image) [Picture: Andrew Linnett, Crown copyright]

Mr Hammond said:

The engineers, designers, steel-cutters, welders, plumbers, electricians, software writers and the many other trades that are required to build complex warships, from Rosyth to Appledore, from the banks of the Clyde to the shores of the Solent; together they have demonstrated what a united Britain can accomplish.

As a warship in service, she will not just be a military capability but a giant floating advertisement for the high calibre of Britain’s manufacturing and industrial base. The Queen Elizabeth will demonstrate that not only can we punch above our weight militarily, but also that we have the skills and ingenuity in this country to rival any in the world.

For half-a-century, she will be an enduring symbol of our commitment to play a leading role on the global stage. Those who have worked on this great vessel should take great pride. They have not just built a new flagship of the Royal Navy, but a flagship for the nation.

The forward island section of HMS Queen Elizabeth leaving Portsmouth Naval Base
The forward island section of HMS Queen Elizabeth leaving Portsmouth Naval Base (library image) [Picture: Leading Airman (Photographer) Dave Jenkins, Crown copyright]

During the event, the first commanding officer of HMS Queen Elizabeth, Captain Jerry Kyd, was presented with a bottle of Scottish whisky that will be used to christen the vessel on Friday.

The bottle of Islay malt whisky, from the first distillery the Queen visited in 1981, will replace the more traditional champagne, reflecting the fact that the ship has been assembled in Scotland.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 11:50
Royal Navy warship completes Syria chemical weapons mission

 

2 July 2014 Ministry of Defence

 

Type 45 destroyer HMS Diamond has completed her role escorting ships carrying Syria's chemical weapons stock for disposal.

 

HMS Diamond joined the Danish, Norwegian and British task group in February to provide maritime force protection to merchant vessels transporting chemical agents from Syria.

The Limassol-based task group recently escorted the container ship the MV Ark Futura to Italy with some of the most dangerous chemical agents. These will be neutralised at sea in the next few months.

The operation followed diplomatic efforts to eliminate chemical weapons from the Syrian regime and the adoption of United Nations Security Council Resolution 2118, which calls for the destruction of the Syrian chemical weapons programme.

Leading Seaman Leigh Pickle, who works in HMS Diamond’s operations room, said:

This is my fourth deployment with the Royal Navy. The biggest achievement for me is that I have been a part of the ship’s company that directly contributed to the removal of chemical weapons from Syria. This makes me really proud.

Commander Andy Ingham, commanding officer of HMS Diamond, said:

This has been an operationally-intense deployment which required us to be at high readiness at all times. While this has meant the crew have worked hard to maintain this, we were able to balance the maintenance of the ship with a sustained edge, whilst ensuring internal routines maintained high morale.

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 15:50
First Sea Lord Warns New Aircraft Carriers Are Crucial

 

01.07.14 British Forces News

 

The First Sea Lord has called on the Government to ensure both new aircraft carriers being built for the Royal Navy come into full operational service.

 

Admiral Sir George Zambellas warned that without them Britain would not have a credible answer to global threats to maritime security.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 17:50
Warfare Dept on board HMS Queen Elizabeth

 

30.06.2014 Royal Navy

 

Here is a short video showing you around the the Warfare Department on board HMS Queen Eliabeth.

The naming ceremony will take place this Friday the 4th July if you want to find out more about HMS Queen Elizabeth visit her feature page on our website http://ow.ly/yBh6h

Partager cet article
Repost0
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 11:50
Tour around the Air Engineering Dept on HMS Queen Elizabeth


25 juin 2014 Royal Navy

 

Here is a video giving you a short tour around the Air Engineering Department on board HMS Queen Elizabeth, the first in her class.

Her naming ceremony takes place on the 4th July and is a Naval tradition dating back hundreds of years.

For more information about HMS Queen Elizabeth visit our feature page

Partager cet article
Repost0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 11:50
Babcock commences design work for Type 26 AWHS

 

Jun 25, 2014 ASDNews Source : Babcock International

 

Babcock has begun work on the first phase of the contract to design and supply the Air Weapons Handling System (AWHS) for the UK’s new Type 26 Global Combat Ship (GCS) announced recently by BAE Systems.

 

Under the full contract Babcock will design, manufacture, test and oversee the installation of the AWHS system on the 13 ships planned in the UK Type 26 GCS programme, as well as providing long term support functions to ensure through life system performance and availability.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 07:50
The Commanding Officer of HMS Montrose gives his insight on Exercise Baltops

 

24.06.2014 Royal Navy

 

For 10 days the Plymouth based frigate HMS Montrose has been put through her paces on exercise BALTOPS 14.

 

She took part in nearly 100 serials that tested all of her capabilities while working alongside NATO and non NATO navies from 14 different countries.

 

In this video the Commanding Officer of HMS Montrose, Cdr James Parkin talks about what his ship is taking away from the exercise.

 

You can find more news and images of Montrose on our website

Partager cet article
Repost0
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 17:50
Destroyer deal boosts jobs in Portsmouth

A Type 45 destroyer enters Portsmouth Harbour (library image) [Picture Leading Photographer Dave Jenkins, UK MoD]

 

23 June 2014 Ministry of Defence and Defence Equipment and Support

 

A £70 million contract to support the Royal Navy's Type 45 destroyers will secure more than 100 engineering jobs.

 

The 2-and-a-half-year contract will protect around 100 highly skilled engineering jobs at BAE Systems in Portsmouth, the home port of the Royal Navy’s 6 Type 45 destroyers and future home of the Queen Elizabeth Class aircraft carriers. Further jobs will be sustained in the company’s wider supply chain.

The contract will ensure the effectiveness of these complex and capable warships is maintained, ensuring they are fit to operate effectively around the world.

Minister for Defence Equipment, Support and Technology, Philip Dunne, said:

This £70 million contract is good news for Portsmouth. It will protect the skills of around 100 expert engineers and makes clear that the future of the city’s ship support industry is bright.

Our Type 45 destroyers are the largest and most powerful the navy has ever had, featuring state-of-the-art equipment and weapons systems. It is essential that the ships receive top class support and Portsmouth has the skills needed to do this.

There is no question that the shipyard will continue to play an important role in the city’s future.

Partager cet article
Repost0
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 11:50
Entraînement de lutte anti-sous-marine pour la frégate La Motte-Picquet

Le HMS Illustrious et la FASM La Motte-Picquet en ravitaillement à la mer avec le RFA Wave Knight , avec le HMS Torbay et un Merlin en arrière-plan.

 

20/06/2014 Sources : Marine nationale

 

L’entraînement Deep Blue a rassemblé, du 9 au 20 juin 2014, neuf bâtiments français et britanniques pour un exercice à vocation sous-marine de grande ampleur, qui s’est déroulé en Atlantique, au large des îles Britanniques. Les deux semaines d’entraînement ont vu s’opposer deux sous-marins : le HMS Torbay et le SNA Améthyste, trois frégates : la FASM La Motte-Picquet, le HMS Westminster et le HMS Richmond, ainsi qu’un porte-aéronef : l’HMS Illustriouset un pétrolier-ravitailleur, le RFA : Wave Knight.

 

Des exercices de lutte anti-sous-marine de configuration et de niveau d’intensité variables se sont succédés tout au long des deux semaines. Ces entraînements consistaient pour les bâtiments de surface à détecter la menace sous-marine et pour le sous-marin à éviter de se faire repérer pendant la durée de l’exercice et à simuler une attaque, le tout s’effectuant dans un périmètre déterminé.

 

Le HMS Illustrious disposait de neufs hélicoptères d’un type nouveau, les Merlin Mark 2, aux capacités accrues (sonar flash, bouées actives et passives), augmentant ainsi les scénarios d’exercice possibles. Le La Motte-Picquet avait quant à lui à son bord un hélicoptère de type Lynx, spécialisé dans la lutte anti-sous-marine, venu compléter les moyens d’écoute de la frégate.

 

La frégate a eu par ailleurs la chance d’être plusieurs fois désignée dans les fonctions d’Anti-submarine warfare commander (ASWC), chargée d’organiser les exercices de lutte anti-sous-marine). Une preuve des robustes capacités en planification et en coordination de la lutte sous la mer du La Motte-Picquet.

 

Deep Blue a, en douze jours d’exercice, atteint ses trois objectifs principaux : tester un nouveau dispositif de protection d’un porte-aéronefs par les hélicoptères Merlin assurant une permanence de vol ; conforter l’interopérabilité entre marines française et britannique et qualifier le HMS Richmondet le HMS Westminster en lutte anti-sous-marine. Autant d’occasions de renforcer la coopération entre Royal Navy et Marine nationale, dans l’optique de futures missions menées en commun.

Partager cet article
Repost0
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 16:50
photo ECPAD

photo ECPAD

Au large de la Libye, les marines française et britannique ont coopéré étroitement, avec une efficacité opérationnelle remarquée. photo Marine nationale

 

20.06.2014 Source Marine Nationale
 

Seuls pays d’Europe disposant de l’arme nucléaire, membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations unies, ayant des responsabilités et une crédibilité internationales et appuyés par des outils politiques et militaires adaptés, le Royaume-Uni et la France partagent souvent leurs ambitions au sein des organisations internationales, dont notamment à l’ONU. La crise libyenne a par exemple démontré des convergences de vues et d’analyse entre Paris et Londres[1]. En matière de Défense et de Sécurité, la coopération franco-britannique se concrétise par deux traités majeurs, dits « de Lancaster House » signés en novembre 2010. Ces traités portent sur les volets opérationnels, capacitaires, industriels de la coopération de défense. Une « entente au sommet » qui se décline entre les deux marines et que détaillent les chefs d’états-majors de la Royal Navy et de la Marine nationale.


[1] : La France et la Grande-Bretagne ont  pris l’initiative de l’action internationale avec notamment l’adoption de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité des Nations unies. Cette crise a mobilisé en 2011 les deux diplomaties tout en permettant de rapprocher sur le plan opérationnel les deux armées, en première ligne dans les actions militaires engagées

 

Interview croisée du chef d’état-major de la Marine et du First Sea Lord. 

 

Cols Bleus : Amiral, en 2010, les traités de Londres - encore appelés accords de Lancaster House - ont été signés par la France et le Royaume-Uni. Quatre ans plus tard, pouvez-vous faire un rapide état des lieux des progrès réalisés dans ce domaine par la marine que vous commandez ?

Amiral Bernard Rogel, chef d’état-major de la marine (CEMM) : Les accords de Lancaster House ont été très rapidement mis en pratique au travers de la coopération entre nos deux marines lors des opérations en Libye en 2011. Cela en a constitué en quelque sorte le baptême du feu, avec le succès que l’on sait, et a lancé une dynamique puissante que nous continuons à entretenir. Elle s’est poursuivie par l’exercice Corsican Lion 2012, qui a permis de mettre en place les premiers jalons de la CJEF (Combined Joint Expeditionary Force), prévu d’être opérationnelle en 2016. Il nous reste encore  certains axes d’effort, sur lesquels nous travaillons : je pense en particulier au partage du renseignement et à l’établissement de communications protégées communes. Nous avançons. J’en veux pour preuve l’affectation d’un officier britannique à l’état-major opérations de la marine, chargé de la programmation de l’activité de la marine française et d’un autre au poste de Battle watch captain à bord du porte-avions Charles de Gaulle. Cet officier est au cœur de notre dispositif opérationnel.

Admiral Sir George Zambellas, First Sea Lord (FSL) : En les observant depuis mon poste de chef d'état-major de la Royal Navy, je pense que les traités de 2010 ont démultiplié la relation bilatérale entre la Royal Navy et nos bons amis de la Marine Nationale. La signature de ces accords de grande envergure a constitué une véritable déclaration d'ambition stratégique pour notre coopération navale future.
Avec quelques années de recul, ce que j’observe au quotidien, c’est la réalisation pratique de cette ambition - aux niveaux stratégique, opérationnel et tactique. Notre coopération poussée au large des côtes de la Libye il y a 3 ans et le développement, la mise en place et la progression de la force expéditionnaire interarmées combinée (CJEF-Combined Joint Expeditionary Force) sont autant d’illustrations très médiatisées des progrès que nous avons accomplis ensemble. Mais il y a beaucoup d'autres exemples moins visibles de la maturité de notre partenariat, comme l’embarquement d’hélicoptères Lynx, les échanges de personnel et les avancées dans le domaine de l'équipement, autant d’aspects que j’aborderai plus loin. Et il y a encore plus à attendre de cette aventure conjointe - par exemple, la CJEF devrait être opérationnelle en 2016 et la coopération entre nos porte-avions s'intensifiera à mesure que les porte-avions de classe Queen Elizabeth seront mis à l’eau et commenceront à embarquer des groupes aériens en temps voulu.

 

ACCORDS DITS DE LANCASTER HOUSE

Les Traités de Londres ou Accords de Lancaster House sont les deux traités militaires signés lors du sommet franco-britannique de Londres, à Lancaster House, par le président français et le Premier ministre britannique le 2 novembre 2010. Le premier est « relatif à des installations radiographiques et hydrodynamiques communes » et concerne le développement et l'emploi des armes nucléaires. Le deuxième est une « coopération en matière de défense et de sécurité ». Il concerne « le déploiement et l’emploi des forces armées », les « transferts de technologies » entre les deux industries de l'armement, les programmes d'achats d'armements et les échanges d'informations.

 

Cols Bleus : La coopération dans les programmes navals n'a pas toujours été couronnée de succès. Y-a-t-il, dans les années à venir, des renouvellements de grandes capacités qui seraient plus en phase? Si oui, existe-t-il des possibilités de mutualisation ou de complémentarité?

CEMM : Parmi les programmes sur lesquels nous discutons, il y a en particulier le missile antinavire léger.  La France et le Royaume-Uni se sont par ailleurs engagés ensemble sur le programme SLAMF[1], dont le pilotage est confié à l’OCCAR[2]. Plus loin, nous réfléchissons à des programmes communs dans les domaines de la lutte sous la mer, des missiles de croisière ou antinavires futurs. Je crois que nous avons là des occasions prometteuses de coopération.

FSL : Permettez-moi de commencer en disant que, après un début de carrière aux fonctions d’aviateur naval, j'ai passé deux années très agréables en tant que pilote du Lynx. Cet hélicoptère qui sert de longue date a été le cheval de bataille aérien des flottes de destroyers et de frégates de la Royal Navy comme de la Marine Nationale. Ainsi, la réussite du Lynx démontre que la coopération mutuelle et l'alignement des capacités futures disposent déjà d’un terreau fertile où prendre racine et s’épanouir. En fait, pas plus tard que le mois dernier, une annonce a été faite concernant notre acquisition commune d'un futur système de missiles antinavires, qui, dans le cas de la Royal Navy, sera exploité via son nouvel hélicoptère Wildcat, notre remplacement pour le Lynx.

Et il existe d'autres opportunités futures très intéressantes pour aligner le renouvellement de nos capacités. Laissez-moi vous expliquer pourquoi. Nos systèmes ont de plus en plus besoin d’être ouverts, tant techniquement que commercialement. Pourquoi ? Parce que cela permet une connectivité et une mise à niveau rapides des technologies, ce qui, à son tour, nous permet de maintenir un avantage crédible, évolutif et gagnant au combat. Les opportunités à saisir grâce à l'architecture ouverte sont peut-être encore plus importantes dans l’univers commercial des systèmes commandés à distance, sans équipage. Pour la Royal Navy, notre futur programme MHC (Minecountermeasures and Hydrographic Capability - capacités antimines et hydrographiques) nécessite un examen précoce de l'utilité des véhicules sans pilote et des possibilités offertes par l'architecture ouverte. Notre programme anti-mines maritimes conjoint contribue à alimenter notre ambition mutuelle dans ce domaine.


[1] Système de lutte anti-mine futur

[2] Organisme conjoint de coopération en matière d’armement

 

Cols Bleus : Y-a-t-il des capacités majeures qui vous manquent ou qui viendraient à manquer dans les prochaines années? Quelles synergies seraient alors envisageables avec votre allié?

CEMM : Au-delà des programmes, je crois qu’il faut effectivement raisonner en termes de capacités. La France dispose d’un porte-avions. C’est un outil clef de notre défense, qui accroît considérablement nos capacités d’intervention. Nombreuses en effet sont les opérations qui ont montré tout l’intérêt de disposer d’une plate-forme permettant de mettre en œuvre sans contrainte des avions d’armes à proximité immédiate de la majorité des centres névralgiques dans le monde[1]. Mais notre porte-avions est unique : lors de ses périodes d’entretien, nous perdons cette précieuse capacité d’action. La marine nationale et la Royal Navy ont donc tout intérêt à posséder des outils interopérables. Ainsi, à l’horizon 2020, nous travaillons à la mise à disposition d’un groupe aéronaval commun, constitué autour d’un porte-avions et de son groupe aérien qui pourront être alternativement fourni par la France ou la Grande-Bretagne. C’est un projet ambitieux mais qui présente de nombreux avantages, pour nous comme pour nos alliés britanniques, me semble-t-il.

FSL : Nous travaillons dur, dans la Royal Navy, à régénérer notre capacité de frappe depuis nos porte-avions, le « Carrier Strike ». Ce qui est important, c’est qu’il ne s’agira pas de remplacer à l’identique une force d’attaque s’appuyant sur les porte-avions de classe Invincible, mais de retrouver l'ampleur des opérations des années soixante et soixante-dix avec des avions à réaction rapides - un retour à une force aéronavale d'attaque mature et crédible.
Ce programme naval phare crée une importante opportunité de collaboration au niveau maritime pour la France et le Royaume-Uni, notamment parce que ces porte-avions seront au cœur du volet maritime de la CJEF. En effet, au moment où le Royaume-Uni poursuit ses efforts pour reconstruire sa capacité en porte-avions, nous bénéficions déjà de l'assistance généreuse de nos alliés français et américains. D'ici à 2020, nous espérons commencer l'exploitation d'un groupe commun de force aéronavale d’attaque (Carrier Strike Group) – en utilisant un porte-avions britannique ou français. Il s'agit là d'un objectif précieux pour nos deux marines. Mais nous n'avons pas besoin d'attendre que le HMS Queen Elizabeth soit opérationnel pour réaliser cette vision. Nous explorons déjà le domaine du possible avec l'intégration d'une frégate de type 23 ou d’un destroyer de type 45 au sein du groupe de force aéronavale d’attaque français dans le courant de cette année.


[1] 80% des habitants de la planète vivent à moins de 100km du littoral

 
Guerre de Libye

L'intervention militaire de 2011 en Libye est la concrétisation de ce rapprochement. Les deux pays mènent conjointement 80 % des raids aériens contre l'armée de Mouammar Kadhafi. C'est leur première opération militaire commune, certes dans un cadre différent, depuis l’opération de Suez en 1956.

Cols Bleus : Des choix ont été faits pour le design des porte-avions qui ne vont pas dans le sens d'une plus grande interopérabilité, notamment pour les groupes aériens. Pouvez-vous commenter?

CEMM : L’interopérabilité peut prendre plusieurs formes et son niveau le plus abouti ne constitue pas un but en soi. C’est un moyen. Nous avons chacun nos contraintes et nos cultures. Ainsi, certains roulent à droite, d’autres à gauche. La question n’est pas de savoir de quel côté rouler mais de rouler de conserve vers la même direction et de coordonner les interactions. Il en va de même avec les outils navals.
En l’occurrence, le porte-avions, quel que soit son design, est un outil majeur mais indissociable d’un groupe aéronaval. De nombreuses combinaisons sont possibles à l’intérieur de celui-ci : au sein de l’état-major, dans la complémentarité des bâtiments ou des aéronefs, quelles que soient les nationalités. Le détachement d’un Lynx britannique sur le Surcouf en début d’année 2013 est un bel exemple d’intégration réussie. Les pilotes britanniques s’étaient vus confier les mêmes responsabilités et les mêmes règles d’engagement que ceux que l’on donne à nos pilotes français. Le moins que l’on puisse dire est que cela a été concluant. C’est ainsi que je vois la coopération de nos outils.

FSL. : Il est sans aucun doute vrai que le chasseur rapide français, le Rafale, ne sera pas en mesure d’opérer à partir de la nouvelle classe Queen Elizabeth. Mais ce serait percevoir l’interopérabilité des porte-avions franco-britanniques par le petit bout de la lorgnette. Laissez-moi vous expliquer pourquoi. 
Tout d'abord, les porte-avions de classe Queen Elizabeth n’assumeront pas uniquement un rôle de plate-forme pour les appareils à réaction rapides. Ils posséderont également une capacité de manœuvre littorale. Cela signifie que même si les chasseurs rapides français ne peuvent pas opérer actuellement depuis un porte-avions de classe Queen Elizabeth, les hélicoptères français devraient, eux, pouvoir bénéficier de ce soutien.
Mais il y a un aspect plus important à souligner. Nous devons également prendre en compte l'interopérabilité future - et j’entends par là loin dans l'avenir - car un élément clé de ces plates-formes est leur longévité. Les porte-avions de classe Queen Elizabeth auront une durée de vie de plus de 50 ans. Notre horizon professionnel s'étend donc sur de nombreuses décennies à venir pour l’aviation navale qui opérera depuis ces terrains d'aviation flottants. C'est une longue période, qui offre donc de nombreuses opportunités pour une plus grande interopérabilité dans les années à venir. Peut-être pourrais-je préciser ma pensée en ces termes : étant donné que le dernier commandant de la nouvelle plate-forme HMS Queen Elizabeth ne naîtra qu’aux environs de 2023 - soit rejoindra la marine aux alentours de 2044 - la technologie qui sera alors à notre disposition ne connaît pour limite que notre imagination.

 

 

Cols Bleus : Une coopération efficace passe par l'action sur le terrain des hommes et des femmes de vos états-majors et de vos équipages. Pouvez-vous faire nous dire comment cela se passe concrètement aujourd'hui entre les deux marines?

CEMM : Les échanges entre marins des deux bords de la Manche s’intensifient. Là encore, les résultats sont encourageants. 3 officiers britanniques travaillent à l’état-major de la marine dans des fonctions de direction, dont un dans mon propre cabinet, 5 sont en ce moment en opérations au sein du CTG français, notamment à bord du Charles de Gaulle. Ces officiers sont employés exactement comme leurs homologues français. Les relations de confiance sont très fortes.
En réalité, nous constatons à chaque fois que l’adaptation des officiers britanniques chez nous est immédiate : nous avons la même approche du combat, les mêmes procédures, ce qui facilite grandement les choses.

FSL : Oui, absolument. Permettez-moi de vous donner quelques exemples spécifiques. Tout d'abord, nous avons 14 postes d'échange. Pourquoi les mentionner ? En partie parce que ces échanges ont une réelle importance stratégique: ils influencent la communication politique au niveau intergouvernemental. Ils sont également stratégiques dans un autre sens. Ces postes d'échange se situent non seulement au niveau tactique et opérationnel, mais aussi aux plus hautes fonctions des états-majors. Par exemple, un capitaine de frégate français est l’un de mes officiers à l’état-major de la marine, ici, au ministère britannique de la Défense, et je compte sur lui pour m'aider à concrétiser les avantages stratégiques potentiels pour la Royal Navy et la Marine Nationale.
Un deuxième exemple est l’embarquement, l'année dernière, d'un Lynx de la Royal Navy pour une mission de l’escadron 815 de l'aéronavale à bord d’une frégate française, le FS Surcouf. Ce n'était pas une opération de façade. L'intégration d'un équipage de la Royal Navy a eu lieu lors d'un déploiement opérationnel exigeant au Moyen-Orient où le navire était engagé dans des opérations de lutte contre la piraterie. Notons par ailleurs que, dans l’autre sens, un observateur français est en cours de déploiement depuis le HMS Diamond
Je m'attends à ce que ces types d’échanges deviennent réguliers et systématiques.
Alors, quelle est l’utilité de toute cette activité ? Elle contribue à nous apporter une réelle interopérabilité, tout en nous aidant à promouvoir une prise de conscience culturelle instinctive et mutuelle. Elle n'est pas simplement utile, elle est essentielle

 

CORSICAN LION

Du 17 au 26 octobre 2012, près de 5 000 militaires, répartis sur 11 bâtiments de surface et un sous-marin, ont participé à Corsican Lion, le plus important entraînement naval de l’année à l’échelle européenne. Il s’agit du premier déploiement amphibie de la force expéditionnaire interarmées franco-britannique (CJEF). L’intervention au Mali, soutenue par les Britanniques, a démontré la qualité de notre coopération.

 

Cols Bleus : En termes d'activité, de préparation opérationnelle et d'opérations, on a beaucoup parlé de la CJEF (Combined Joint Expeditionnary Force). L'ambition étant posée, pensez-vous être au rendez-vous des différents jalons, et de l'échéance, dans le domaine des opérations aéro-maritimes?

CEMM : Oui, comme je le disais à l’instant, les objectifs identifiés lors de CORSICAN LION sont en bonne voie de réalisation. Nous rencontrons parfois des difficultés, dues aux contraintes budgétaires ou opérationnelles dans nos marines respectives, mais cela ne remet pas en cause l’avancement du projet. S’il l’on veut obtenir la validation du concept lors de l’exercice GRIFFIN STRIKE en 2016, nous avons le devoir de saisir toute occasion de s’entraîner ensemble, ce que nous faisons d’ores et déjà.

FSL : L'ambition de parvenir à un degré élevé de coopération et, autant que possible, à l'interopérabilité dans les porte-avions et l'aéronavale, est clairement exprimée dans les accords de Lancaster House. Mais, comme nous en avons déjà discuté, je perçois l'interopérabilité et la coopération comme quelque chose de beaucoup plus poussé que la simple utilisation de porte-avions alliés pour lancer des avions ; Il s'agit d'améliorer la planification conjointe à long terme et, le cas échéant, d’une mise en commun et d’un partage (du « pooling and sharing ») afin de parvenir à une utilisation plus efficace de nos capacités, tant individuellement que collectivement. Bien sûr, pour le Royaume-Uni, nos calendriers seront inévitablement assujettis au programme de mise en service du HMS QUEEN ELIZABETH, mais en attendant, nous travaillerons avec l’aéronautique navale pour assurer une capacité CJEF validée dès 2016.

CJEF

Les deux gouvernements ont décidé de créer une force expéditionnaire commune interarmées (en anglais, Combined Joint Expeditionary Force - CJEF). Le but de cette force est de permettre, d’ici 2016, de disposer d’une capacité conjointe pouvant être engagée dans des opérations bilatérales, mais également dans le cadre d’une coalition internationale (OTAN, UE ou ONU). Il y a aussi un objectif, à terme, de créer un état-major de force commun déployable (en anglais, Combined Joint Force Headquarters – CJFHQ)

 

Cols Bleus : Pensez-vous que le couple Marine Nationale-Royal Navy devrait servir de modèle ou de moteur potentiel pour l'émergence d'une force maritime européenne? Si oui, de quelle manière?

CEMM : Je crois qu’il faut utiliser la méthode des petits pas. Plutôt que de chercher à bâtir d’emblée une force commune à 28, il faut construire des briques, qui pourront ensuite s’agréger à d’autres. La coopération franco-britannique est une brique essentielle, qui pourra effectivement servir dans le cadre d’un projet plus ambitieux, auquel nous aspirons tous. Notons cependant que de nombreuses choses se font déjà. La plupart des marines européennes travaillent toutes avec les mêmes procédures, qui sont les procédures de l’OTAN. Dès lors que la volonté politique est commune, nous savons travailler ensemble. Dans le bas du spectre, l’opération européenne ATALANTA de lutte contre la piraterie en océan Indien  en est le meilleur exemple.

FSL : Eh bien, l'idée d'une force maritime européenne est, bien sûr, un concept politique plutôt que militaire, il ne serait donc pas approprié pour moi de m’étendre sur le sujet. Mais ce que je peux dire, d'un point de vue militaire, c’est que le partenariat franco-britannique forme le cœur des activités maritimes européennes. Il s’est, par exemple, manifesté dans les rôles de premier plan assumés par la France et le Royaume-Uni dans l’exécution de l'opération Atalanta. Notre patrimoine commun nous donne également un important rôle à jouer dans de nombreuses régions du monde. Par exemple, nous souhaitons développer notre coopération dans l'Atlantique, dans la ceinture tropicale qui s'étend du golfe de Guinée aux Caraïbes, et au début de cette année, le HMS PORTLAND et le FS BIROT ont opéré ensemble au large du Ghana. Et, comme la Libye l’a illustré avec force, les politiciens de nos deux nations reconnaissent l'utilité de la force militaire et ont été prêts à prendre des décisions difficiles quant au moment de sa mise en œuvre.

 

Cols Bleus : En pratique, l'OTAN est historiquement l'organisation de référence. Comment voyez-vous le positionnement de votre marine et du couple FR-UK dans les opérations maritimes de l'OTAN dont le commandement est désormais centralisé à Northwood? Quelle conséquence peut-on anticiper sur le développement d'une identité plus strictement européenne dans ce domaine?

CEMM : Il ne faut pas confondre but et moyens. L’OTAN est un moyen. Une force maritime européenne est un moyen. Ces moyens sont compatibles. C’est tout l’intérêt du standard commun, les procédures OTAN, qui permettent de relier différentes unités ou états-majors avec de faibles préavis. La question de l’objectif est quant à elle une question politique. C’est elle qui détermine les moyens qui sont mis en commun, et donc la coalition engagée pour arriver à ces objectifs. Il n’y a à mon sens pas de concurrence, mais bien une complémentarité.

FSL. : Ce qui est clair, c'est que, avec le rééquilibrage des États-Unis dans le Pacifique, notre principal partenaire stratégique attend de la Grande-Bretagne et de la France qu’elles convainquent les autres pays européens d’assumer conjointement le poids de la défense et de la sécurité en Europe et dans son voisinage. Au sens stratégique large, peu importe que nous agissions sous la bannière de l'OTAN ou de l'UE. L'effet stratégique obtenu sera le même. Par exemple, l'opération OCEAN SHIELD, une mission de l'OTAN, et l'opération ATALANTA, une mission de l'UE, ont toutes les deux le même objectif : tenir en échec l'anarchie que constitue la piraterie dans l'Océan Indien. 
Nous partageons ce fardeau non seulement par notre participation aux opérations maritimes de l'OTAN et de l'UE, mais également par notre leadership au sein de l'OTAN. Cela signifie que nous partageons une « voix maritime » qui résonne à travers toutes les zones internationales de la planète. Le commandement maritime de l'OTAN en donne une bonne illustration, depuis que la France a rejoint la structure intégrée de l'OTAN, puisqu’il possède un commandant britannique permanent et un commandant adjoint français (tous deux au niveau 3*). Cela donne à nos deux marines une autorité professionnelle en partenariat dans les cercles maritimes de l'OTAN.

 

Cols Bleus : La France et le Royaume Uni entretiennent chacune une relation bilatérale forte avec l'US Navy pour des raisons historiques ou dictées par les circonstances de l'engagement opérationnel. Comment voyez-vous le binôme FR-UK dans ce jeu à 3?

CEMM : Chacun des trois pays entretient des relations fortes avec les deux autres. C’est effectivement le cas entre la marine nationale et l’US Navy. Nos frégates de défense aérienne se sont encore vues récemment confier la responsabilité de la défense aérienne de groupes aéronavals américains et vice-et-versa. L’estime mutuelle est donc très haute et l’interopérabilité très forte.
Ces interactions sont essentielles. Nos trois pays partagent des ambitions politiques mondiales et une même vision du rôle des océans dans leur défense. Il est donc nécessaire qu’ils puissent s’allier et s’appuyer les uns sur les autres.
La relation entre les marines française et britannique s’inscrit dans cette ligne.

FSL : Pour moi, c'est un exemple d’« un pour tous et tous pour un ». Notre relation mutuelle avec les États-Unis est un facteur critique qui rend possible la relation entre la France et le Royaume-Uni. Un exemple récent classique est le soutien apporté par les États-Unis dans certains domaines très pointus, par exemple, la surveillance des zones et les avions ravitailleurs au cours des opérations en Libye en 2011. Nos capacités sont imbriquées sur le plan opérationnel. Une bonne illustration serait une frégate ou un destroyer britannique déployé dans le cadre du groupe aéronaval français dans un théâtre d'opérations commandé par les États-Unis. Et, comme je l'ai déjà évoqué, à la suite de son rééquilibrage vers le Pacifique, les États-Unis attendent à la fois du Royaume-Uni et de la France que nos deux nations l’aident à assumer la charge de l'OTAN.

 

Cols Bleus : Amiral, pour terminer, quel est l'intérêt de votre marine à cette coopération bilatérale franco-britannique? Quels bénéfices en retirez-vous ? 

CEMM : Essentiellement un intérêt opérationnel, notamment en cette période de crise économique qui tend à limiter le nombre de nos bâtiments et d’aéronefs. Il faut se serrer les coudes et essayer de multiplier les effets de nos différents outils.
Le tandem franco-britannique est un vieux couple, qui connaît des hauts et des bas. J’ai le sentiment que nous traversons une période favorable au développement d’une « Entente formidable », comme cela a été dit lors de la signature de Lancaster House. En quelque sorte, cette crise économique est une occasion de faire avancer encore cette entente de manière pragmatique. Saisissons-là !

FSL : Dans l'ère moderne, le partenariat et l'interopérabilité sont des précurseurs à une action d’envergure et de conséquence. C'est l’enjeu stratégique, et nous préparons aujourd’hui le mortier de l'interopérabilité pour cimenter ensemble les briques de notre partenariat.
Alors, si vous me demandez mon message global, ce sera le suivant : les accords de Lancaster House ont suscité une vague d'ambition, d’autorité et d’opportunité sur laquelle nous surfons maintenant ensemble. Cela signifie que j’attends avec impatience un partenariat toujours plus profond entre la Royal Navy et la Marine Nationale, pendant que nous développons nos structures, nos capacités et notre compréhension culturelle mutuelle afin d'être en mesure de travailler et de lutter plus efficacement aux côtés les uns des autres.

Partager cet article
Repost0
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 16:50
UK armed forces to undergo further 1,060 job cuts

 

 

12 June 2014 BBC

 

The government plans to reduce the size of the armed forces by 2018

 

The Ministry of Defence has announced 1,060 armed forces redundancies in its fourth and final round of cuts.

 

As a result, 995 service personnel will leave the Army, 10 will go from the Royal Navy and 55 from the RAF.

 

Defence Secretary Philip Hammond said the cuts - part of the government's Strategic Defence and Security Review, called Army 2020 - "were unavoidable".

 

The National Audit Office has warned that plans to cut the Army and increase reservists have "significant risks".

 

Mr Hammond said the announcement "marks the end to a period of uncertainty and doubt for our personnel" and will address the "blackhole" in 2010's defence budget.

 

He said the announcement will allow "greater certainty for armed forces personnel going forward".

'Challenges'

 

"It is with great regret that we have had to make redundancies to reduce the size of the armed forces, but unfortunately they were unavoidable," he added.

 

General Sir Nicholas Haughton, chief of the defence staff, said the cuts would present "opportunities and challenges" and vowed to support military personnel who will leave the armed forces.

 

Read Analysis By Caroline Wyatt

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 12:50
A Royal Navy Pacific 24 rigid inflatable boat [Picture: Andrew Linnett, UK MoD]

A Royal Navy Pacific 24 rigid inflatable boat [Picture: Andrew Linnett, UK MoD]

 

 

11 June 2014 Ministry of Defence, Defence Equipment and Support and Philip Dunne MP

 

The Ministry of Defence has awarded millions of pounds worth of new contracts to maintain its fleet of small boats.

 

Six UK companies will benefit from a 5-year contract that will involve support for 1,450 boats used by the Royal Navy, Royal Marines, British Army, and the Ministry of Defence (MOD) Police. They are:

The Minister for Defence Equipment, Support and Technology, Philip Dunne, said:

The award of these contracts by the MOD provides the UK’s marine support industry with a steady volume of work, helping to maintain technical and engineering skills in this sector.

The competition attracted interest from across the marine industry, and is another example of the MOD’s commitment to seek best value for money from the commercial market.

Pacific 24 rigid inflatable boat during a man over board exercise
Pacific 24 rigid inflatable boat during a man over board exercise [Picture: Andrew Linnett, Crown copyright]

The fleet of boats includes offshore raiding craft, pontoons up to 50 metres in length, police launchers, and Pacific 24 rigid inflatable boats (RIBs), and inflatables.

The contracts will provide maintenance, upkeep, repair, chartering, defect rectification, technical support, provision of spares and replacements.

Alistair Hughes, from the MOD’s Defence Equipment & Support organisation, is the team leader for commercially supported shipping. He said about the new contracts:

Small boats make up a critical component of the UK’s military effect, operating in the UK and globally. They can be seen in all areas of maritime from policing the UK’s naval bases to counter-piracy operations off Africa to training new recruits into the Royal Navy.

The award of the contracts follows 18 months of intensive activity between the team and industry to ensure the continued support of the numerous craft that make up the small boat fleet and find the best deal for the armed forces.

Partager cet article
Repost0
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 18:50
Exploring HMS Queen Elizabeth - video

11 juin 2014 Royal Navy

 

Would you like a tour of HMS Queen Elizabeth? Well this video gives you that tour with a intriguing look at some of the departments on board and what their role will be on the new carrier.

If you have any questions after watching this video and you want to know more why not ask the current Commanding Officer of the ship, Captain Simon Petitt.

On Monday the 16 June between 1pm and 2pm the Captain will be available to answer your questions on our twitter channel @RoyalNavy.

Look out for #asktheCo and have your questions ready!

If you wish to find out more about HMS Queen Elizabeth visit her feature page

Partager cet article
Repost0
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 16:50
Royal Navy Type 26 Contract Awards

 

by

 

The Royal Navy Type 26 programme is progressing with news yesterday from BAE on the award of a number of design and development contracts.

Six Design Development Agreements have been awarded covering key areas such as propulsion, ventilation and electrical equipment, as well as combat and navigation systems. The design contracts have been awarded to the following companies:

Babcock for the ship’s Air Weapons Handling System

DCNS for work on the vessel’s propulsion shaftlines

GE Energy Power Conversion for the Electric Propulsion Motor and Drive System

Imtech for the  Heating, Ventilation and Air Conditioning System, and the Low Voltage Electrical equipment

Raytheon to develop the Integrated Navigation and Bridge Systems

Tyco Fire & Integrated Solutions for the ship’s Fixed Firefighting Systems

The latest contract awards build on the first four suppliers to the programme announced in September 2013. Covering propulsion and communications equipment for the ship, the initial Design Development Agreements were awarded to Rolls Royce, MTU, David Brown Gear Systems and Rohde & Schwarz. It is expected that a total of 25 agreements will be placed this year.

Read more at BAE, click here

 

Relevant website links below;

 

From the earlier batch of contracts

Partager cet article
Repost0
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 12:50
UK Defence Organisation – Levene and Army 2020

A post from a new contributor, MartinR

 

The Levene Report on changes to the MOD sensibly pulled a number of defence organisations into one central joint forces command. However it also appeared to push the three armed services into deeper silos than before, each with their own budgets, etc.

I believe that an opportunity was missed to bring the three armed services together at the operational level. I would like to discuss this.

Annex I is a rough sketch of how I suggest that HM Armed Forces should be organised. It does not show everything, as I do not know everything, but it provides a framework. I have not included training organisations, establishments or units.

I suggest reducing the number of 4 star officers to four, as the numbers of service personnel do not, in my view, warrant more. Each 4 star officer should be a member of the Defence Staff, rather than the Naval, General or Air Staffs.

The 4 star officers should each command elements of all three armed services and the civil services to achieve their shared aim of defending the United Kingdom’s people, territories and interests.

I consider that the three armed services should remain separate entities. However they must always be looked on as parts of the whole; rather than as independent services that cooperate when necessary but otherwise go their separate ways.

Each armed service should be headed by a 3 star officer, who is the head of his service, and who concentrates on his service to ensure that it is always ready to play its part in defending the nation. However he must be subordinate to the CDS & VCDS.

The present system resembles a battalion where all the company commanders are lieutenant colonels, rather than majors, who consider that they can do as they wish, with just a nod to the CO & 2IC every now and then.

If the Navy complain that the RN cannot possibly be headed by a Vice-Admiral they should be reminded that Lord Nelson was a Vice-Admiral and if that rank was good enough for him…..

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 18:50
The importance of Europe in NATO's maritime work

British Royal Marines train alongside their counterparts from the French Marine Corps (library image) [Picture: Petty Officer (Photographer) Sean Clee, Crown copyright]

 

23 May 2014 Ministry of Defence

 

Defence Secretary Philip Hammond has delivered a speech at the annual meeting of the Chiefs of European Navies in Portsmouth.

 

During his speech Mr Hammond was clear on the role European navy chiefs must play in explaining the importance of Europe’s part in NATO’s maritime work in the lead up to the NATO Summit in Wales in September this year.

He discussed how important this coming together of nations was, with an emphasis on finding better ways of working together to tackle shared threats such as international piracy and blockades of economic choke points. Mr Hammond said:

Since the threats we face are global in scale, we must be ready to deploy, willing to project force around the globe, whenever and wherever the need arises. As we head towards the NATO Summit in Wales, we can shape our forces to meet the new security challenges that lie ahead.

British and French paratroopers congratulate each other
British and French paratroopers congratulate each other after a successful joint exercise (library image) [Picture: Corporal Obi Igbo, Crown copyright]

Mr Hammond also referred to the NATO Summit as a chance to ‘reinvigorate and revitalise our network of alliances’, with particular focus on the development of command and control and logistics structures that will enable the UK and France to conduct combined joint operations. He said:

Having proved the concept, we want to expand the principle with the Joint Expeditionary Force. This would involve a maritime task force, commanded by a lead nation that would be generated, trained and validated for NATO operations but able to operate independently while at notice. We plan to sign a letter of intent with key potential participating nations at the NATO Summit in Wales in September.

The NATO Summit will be the largest gathering of international leaders ever to take place in Britain. As well as discussing Europe’s role in NATO’s maritime work, talk will address issues which threaten NATO countries’ national security and also the withdrawal of troops from Afghanistan at the end of this year.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 11:50
UK MoD receives additional Babcock Phalanx systems

 

8 May 2014 naval-technology.com

 

The UK Ministry of Defence (MoD) has taken delivery of four additional Babcock Phalanx 1B kit modifications and two conversions of the land-based Phalanx weapon system, in the upgraded marinised configuration.

 

These systems form part of a contract awarded in 2006 to manage and execute all maintenance support activities, such as a 24/7 helpdesk for the Royal Navy, as well as logistics support for spares and repairable units.

 

Babcock has worked with Phalanx 1B systems' original equipment manufacturer Raytheon to convert the two land-based systems using their own support engineers.

 

Babcock weapons business development manager Martin Laity said: "We are pleased to have been able to deliver this further Phalanx capability upgrade successfully and on time, in partnership with Raytheon and the MoD, to enable the MoD and Royal Navy [to] build up the Phalanx close-in weapon systems (CIWS) capability it needs."

 

As part of an on-going programme in collaboration with Raytheon and the International Guns Missiles and Rockets Project Team, Babcock is also under contract to modernise 16 Phalanx systems to the 1B configuration.

 

Acting as the UK's primary defence for ships against the threat of anti-ship missiles, Phalanx CIWS is a rapid-fire, computer-controlled radar and 20mm Gatling gun system.

 

Incorporating a side-mounted forward looking infra-red camera (FLIR), the upgraded Phalanx 1B weapon system enables the CIWS to guard the ship against surface targets, while slowing air targets and anti-ship missiles.

 

Furthermore, the 1B configuration also plays a vital role in terms of countering the threat from small surface craft in littoral waters.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 16:50
Female submariners make history

Left to right: Lieutenants Maxine Stiles, Alex Olsson and Penny Thackray [Picture: Chief Petty Officer Airman (Photographer) Thomas McDonald, UK MoD]

 

5 May 2014 Ministry of Defence

 

Three women have become the first females to serve in the Royal Navy Submarine Service.

 

Pioneering lieutenants Maxine Stiles, Alex Olsson and Penny Thackray have become the first women to serve on a submarine in the 110 years of the ‘Silent Service’.

Following months of specialised training, the 3 women have each earned their ‘dolphins’ badge; the hard-won and much-prized symbol of a submariner.

Defence Secretary Philip Hammond said:

I am delighted to be able to congratulate our first ever female submariners and wish them all the best in their future careers.

Our armed forces offer an enormous range of opportunities and careers, no matter what your gender. This is another important step forward as we strive to make sure our armed forces better represent the society we serve.

HMS Vigiliant
HMS Vigiliant returning to Her Majesty's Naval Base Clyde (library image) [Picture: Chief Petty Officer Airman (Photographer) Thomas McDonald, Crown copyright]

During the rigorous training, previously only undertaken by men, the 3 female officers conducted operations on HMS Vigilant, a Vanguard Class submarine, learning how to run the complex systems on board that keep our country safe.

The final hurdle was a robust examination programme, culminating in an intensive board with the commanding officer, which they all passed with flying colours.

All 3 women will now embark on careers in the Submarine Service, working in support of our continuous at-sea deterrent, the ultimate guarantee of our nation’s security.

Lieutenant Maxine Stiles
Lieutenant Maxine Stiles of the Royal Navy Submarine Service [Picture: Chief Petty Officer Airman (Photographer) Thomas McDonald, Crown copyright]

Lieutenant Maxine Stiles, one of the newly-qualified female submariners, said:

I am immensely proud to wear the dolphins and say that I am now a part of the Submarine Service, with its great tradition and ethos.

My first deployment at sea on a nuclear submarine is one I’ll never forget. It was a challenging but hugely rewarding experience. It was a unique experience but one that I hope becomes commonplace for many future female submariners.

Left to right: Lieutenants Maxine Stiles, Alex Olsson and Penny Thackray
Left to right: Lieutenants Maxine Stiles, Alex Olsson and Penny Thackray; the first women to qualify as Royal Navy submariners [Picture: Chief Petty Officer Airman (Photographer) Thomas McDonald, Crown copyright]

The role of women in the Royal Navy has changed drastically over the years: 20 years ago they began serving at sea in surface ships, and in 2011 Philip Hammond lifted the ban preventing women from serving on board submarines.

Women can now serve in all of the Royal Navy’s seagoing branches, demonstrating the service’s commitment to making sure all its personnel have the same opportunities, with exemptions only made where there is a clear operational need.

The 3 officers will now all take up their new positions: Lieutenant Stiles will continue in her logistics officer post on board Vigilant; Lieutenant Olsson is undertaking deputy weapons engineering officer training; and Lieutenant Thackray will become an education officer.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 11:50
A watchful eye on UK sea and airspace

 

24 April 2014 Ministry of Defence

 

HMS Dragon and RAF Typhoons have been in contact with their Russian counterparts this week.

 

The Royal Navy’s fleet ready escort tracked and met up with the Russian destroyer Vice Admiral Kulakov as it transited past the UK.

HMS Dragon, a Type 45 destroyer, pinpointed and monitored the movement of the Russian vessel as she approached British waters in a well-established and standard response to such events.

Dragon deployed from Portsmouth last week to pre-position well north of Scotland in good time to respond to the Udaloy Class destroyer’s deployment. She made contact with the Kulakov and is now keeping an eye on the Russian ship’s transit south.

The commanding officer of HMS Dragon, Captain Iain Lower, said:

For a mission like this, it is not about sending any ship; we need speed, we need endurance, and, as the weather can be atrocious, sea-keeping is all-important.

The Russian Navy is a very capable force and it is right that the Royal Navy sends a ship that is credible, and none are more so than the Type 45 destroyer. With the world’s best air defence radars, Dragon’s sensors are able to monitor UK airspace and sea lanes of communication at very long range.

In the air
Typhoon aircraft Photo Senior Aircraftman Graham Taylor UK MoD

Typhoon aircraft Photo Senior Aircraftman Graham Taylor UK MoD

The Royal Air Force was also involved recently with its Russian counterparts when RAF Typhoon Quick Reaction Alert (QRA) aircraft were launched from RAF Leuchars to determine the identity of unknown aircraft that were approaching the Nato air policing area north of Scotland.

The aircraft were identified as Russian military aircraft carrying out a routine training sortie in international airspace.

RAF QRA aircraft are launched to intercept unidentified aircraft when they cannot be identified by any other means. This means that the aircraft is not talking to civilian or military air traffic control, has not filed a flight plan, and is not transmitting a recognisable secondary surveillance radar code.

The Typhoon mission was a routine part of the RAF’s air defence role protecting the UK and its airspace. High readiness RAF fighter aircraft are available around the clock, 365-days-a-year, and can be scrambled to identify and intercept any unidentified aircraft approaching our shores.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories