Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 20:40
Russian Warplanes Go on 24-Hour Duty in Snap Alert Drill

MOSCOW, May 28 (RIA Novosti)

 

MiG-31 Foxhound interceptors are going on round-the-clock duty in northern Russia as part of a snap combat readiness check of the nation's aerospace defense capabilities, the Defense Ministry said Tuesday.

 

The fighters, “in conjunction with A-50 airborne warning and control system aircraft, are performing continuous missions to protect the airspace, including from cruise missile strikes,” the ministry said in a statement. The aircraft are to be refueled while still in the air.

 

The three-day exercise, in which the fighters will fend off aerospace attacks, is part of a series of random checks of the Russian armed forces that began in February. It involves Air Force units from the Western Military District, General Staff chief Valery Gerasimov said during a teleconference, adding that the upcoming maneuver had been ordered by Defense Minister Sergei Shoigu.

 

A total of 8,700 personnel, 185 warplanes and 240 armored vehicles are participating in the checks, overseen by Col. Gen. Vladimir Zarudnitsky. The checks include missile launches at the Ashuluk test range in Astrakhan, Zarudnitsky said.

 

In late February, a raft of random tests of military preparedness revealed a number of systemic shortcomings, in particular in the Central and Southern Military Districts, the Airborne Assault Forces and military air-transportation units.

 

Alert-duty officers in some units were slow to respond to orders via automated combat command and control systems, especially in the airborne forces and at the 201st Military Base in Tajikistan. Other problems included poor accuracy in firing, especially by tanks and infantry fighting vehicle crews.

 

The checks, which the Defense Ministry said are being carried out for the first time in the past 20 years, will now be conducted on a regular basis.

Partager cet article

Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 20:40
Russia to Buy Range of New Army Vehicles

BRONNITSY, May 28 (RIA Novosti)

 

The Russian Defense Ministry is to purchase a range of new vehicles, Defense Minister Sergei Shoigu announced on Tuesday during a visit to a military test center.

 

"We have decided to start the serial purchase of a range of vehicles ... we need the most mobile and modern vehicles for transporting our forces and supplies to areas of military activity," Shoigu said at a Defense Ministry test center in the Moscow Region, where he watched a display of Russian-made military vehicles and equipment.

 

He did not specify which vehicles would be purchased, in what numbers, or when.

The demonstration featured the Typhoon-U and Typhoon-K six-wheel transporters, Bulava and Bulat vehicles, Volk 1 (VPK-3927) and Volk 2 multirole wheeled vehicles, and the Rys and Tigr-M armored jeeps, as well as Vityaz twin-compartment tracked vehicles for use in harsh climatic conditions.

 

The Vityaz was a focal point on the show, during which it crossed a water-filled ditch and then climbed a plus 30-degree slope.

 

In January, Ground Forces commander Vladimir Chirkin said the Defense Ministry would buy Russian-made Tigr vehicles in preference to a follow-on order for Italian Lynx jeeps made under license in Russia.

 
Russia and Italy signed a contract in December 2011 for the production of Iveco Rys/Lynx vehicles under license in Russia.
 

Deputy Prime Minister Dmitry Rogozin, who is responsible for the defense industry, has conducted a policy of buying some foreign military equipment where Russian technology is lagging behind, or where the domestic industry can gain know-how, while generally preferring to buy from local suppliers.

Partager cet article

Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 12:40
No Sale For MiGs

May 28, 2013: Strategy Page

 

Hungary has been trying to sell of its fleet of 24 MiG-29s for the last two years, without much success. Now it will try auctioning them off, along with 21 replacement engines, for a minimum price of $43 million. Bids must arrive by June 14th and if no one offers the minimum it will try again with an even lower price. An earlier effort to find a buyer went nowhere and the obstacle was believed to be price. At less than $2 million each the MiGs appear to be a real bargain. Appearances can be deceiving.

 

Hungary received 28 MiG-29s in 1993, in payment of $800 million Russia owned Hungary. That came out to about $29 million per aircraft, each with about 14 years of service left in them. But Hungary found the aircraft expensive to maintain. Despite that, half of them were refurbished to extend their service life. In the meantime, two aircraft crashed, and now those that were not refurbished are being cannibalized for spare parts. Hungary has taken its MiG-29s out of service and bought Swedish Gripens. This is a superior fighter and easier and cheaper to operate.

 

But not everyone is fed up with the MiG-29. Although many nations (Algeria, Hungary, Malaysia, Lebanon) are refusing, or retiring, MiG-29s, Syria has been eager to get them. That's because Syria is broke, and patron Iran is becoming less generous (because of its own economic problems, including more sanctions) with subsidies for military equipment. In 2010 Russia announced that it was selling another 24 (or more) MiG-29s to Syria (which already has about fifty of them). Syria would also like to get its existing MiG-29s upgraded, but may not be able to afford that. That sale and upgrades are on hold until the current civil war in Syria is over.

 

Other nations are backing away from MiG-29s because of reliability and durability problems. Several times in the last year, Russia has had MiG-29s grounded because of crashes, and suspicion that there might be some kind of fundamental design flaw. All aircraft were eventually returned to flight status. This has not helped sales, and most export customers prefer the larger Su-27 (and its derivatives like the Su-30).

 

The MiG-29 entered Russian service in 1983, as the answer to the American F-16. Some 1,600 MiG-29s have been produced so far, with most (about 900) exported. The biggest customer, India, received its first MiG-29s in 1986, with deliveries continuing into the 1990s. The 22 ton aircraft is, indeed, roughly comparable to the F-16, but it depends a lot on which version of either aircraft you are talking about. Then there are the notorious reliability problems. Compared to Western aircraft, like the F-16, the MiG-29 is available for action about two thirds as often.

Partager cet article

Repost0
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 07:40
OTSC: Poutine prendra part au sommet informel sur l'Afghanistan

SOTCHI, 27 mai - RIA Novosti

 

Le président russe partira ce soir pour Bichkek (Kirghizstan) afin de participer à un sommet informel de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) consacré à l'Afghanistan suite au retrait la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) en 2014, a annoncé lundi le conseiller du président Iouri Ouchakov.

"Le président Poutine partira pour Bichkek afin de prendre part au sommet informel des Etats-membres de l'OTSC. Les parties devraient essentiellement évoquer les menaces émanant de l'Afghanistan après le retrait, en 2014, des troupes de l'ISAF", a indiqué le conseiller.

Selon lui, les problèmes liés à la protection de la frontière entre le Tadjikistan et l'Afghanistan ainsi que la lutte contre le trafic de drogue afghane, l'immigration clandestine et l'extrémisme seront passés en revue lors de ce sommet.

"Il s'agit d'un sommet informel qui prévoit un échange de vues apaisé. Aucun document ne sera signé", a précisé le conseiller du chef de l'Etat russe, rappelant que le sommet officiel de l'OTSC se déroulerait traditionnellement à Moscou fin 2013.

L'OTSC, qualifiée par certains analystes d'"Otan russe", regroupe à ce jour l'Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Russie, et le Tadjikistan.

Partager cet article

Repost0
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 11:40
Russie: une arme secrète de défense collective

MOSCOU, 24 mai - RIA Novosti

 

Moscou est préoccupé par la situation aux frontières de la CEI après le retrait du contingent militaire étranger d'Afghanistan en 2014. Le Kremlin compte se pencher sérieusement sur le renforcement du système de sécurité sur ses frontières sud et en Asie centrale. Une grande partie de cette activité devrait être menée dans le cadre de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) dont le sommet se tiendra à Bichkek les 27 et 28 mai, écrit vendredi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

 

Dans la capitale kirghize le président russe Vladimir Poutine proposera d'accélérer l’équipement des forces collectives de l'OTSC en armes russes modernes - y compris secrètes - et en matériel militaire dont d'autres pays étrangers ne disposent pas. Ces nouveaux armements attendus d’ici fin 2013 ne coûteraient rien aux troupes de l’OTSC car ils seraient vendus à un prix préférentiel et en paiement différé - tout en bénéficiant d’un soutien budgétaire russe prévu pour l'assistance militaire et technique. On déterminera également l'effectif commun et les plans opérationnels des forces de sécurité collective actuellement en formation à l'OTSC.

 

Les nouveaux armements seront envoyés aux unités de l'OTSC à partir des arsenaux de l'armée russe. Cette directive a été donnée au ministère de la Défense par l'administration présidentielle après la réunion du Conseil de sécurité le 8 mai au Kremlin, consacrée aux problèmes du retrait des troupes de l'Otan d'Afghanistan.

 

Poutine a directement chargé le gouvernement d'accélérer l'équipement des forces collectives de réaction opérationnelle de l'OTSC en matériel moderne. Par ailleurs, comme l'a annoncé le porte-parole de l'organisation Vladimir Zaïnetdinov, l'ordre du jour concret du sommet n'est pas défini "car il est informel". Mais Zaïnetdinov est convaincu qu'on doit s'attendre à de nouvelles idées et des propositions révolutionnaires pour le renforcement de l'OTSC, comme cela s'est déjà produit dans le passé. Evidemment, toutes les idées suggérées par la Russie seront soutenues par les alliés.

 

La rencontre des chefs d'Etat dans la capitale kirghize sera précédée par les réunions des organismes statutaires de l'organisation, dont le Conseil des ministres des Affaires étrangères, le Conseil des ministres de la Défense et le Comité des secrétaires des conseils de sécurité. Pendant ces réunions une attention particulière sera accordée à la mise en œuvre des solutions adoptées en décembre 2012 par la session du Conseil de sécurité collective de l'OTSC à Moscou. 18 documents avaient été signés à l'époque, notamment sur les priorités de la coopération militaire, la formation d'un dispositif pour réagir aux situations de crise, le développement des forces collectives de l'OTSC intégrant toutes les structures qui existaient auparavant - les forces collectives de réaction opérationnelle, les forces collectives de déploiement opérationnel en Asie centrale, les contingents de maintien de la paix et les unités bilatérales. A l'heure actuelle, un état-major interarmées de l'OTSC a été fondé sur de nouveaux principes et il a déjà commencé un travail actif. Aujourd’hui se met en place une composante aérienne des forces collectives, des forces spéciales, etc.

 

Toutes ces initiatives reçoivent le soutien matériel et financier de la Russie. "Le ministre des Finances Anton Silouanov a récemment déclaré que le budget militaire allait être rogné. Mais cela ne devrait pas influer sur le réarmement des pays alliés qui font partie du système de défense collective. L'assistance militaro-technique russe dans le cadre de l'OTSC sera effective et garantira nos intérêts dans l'espace postsoviétique", a déclaré l'expert militaire Iouri Netkatchev.

 

Cependant, l'expert craint que l'intégration militaire puisse devenir "légèrement unilatérale" en l'absence d'initiatives diplomatiques et politiques du Kremlin. "Nous apportons depuis longtemps une aide militaire à nos alliés et ils nous considèrent comme des donateurs potentiels. Toutefois, ils commettent en parallèle des actes qui nuisent aux intérêts de la Russie", a déclaré le général.

Partager cet article

Repost0
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 11:40
Le radar russes d'alerte précoce de type "Voronej"

Le radar russes d'alerte précoce de type "Voronej"

KALININGRAD, 24 mai - RIA Novosti

 

Les radars russes d'alerte précoce "Voronej", construits dans les régions d'Irkoutsk et de Kaliningrad, seront optimisés d'ici la fin 2014, a déclaré vendredi le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, lors d'une visite d'inspection au radar Voronej-DM de Kaliningrad.

"Le programme national d'armement prévoit d'assurer la couverture totale du territoire russe par les radars, afin de parer toute attaque de missiles balistiques suivant n'importe quelle trajectoire et venant de n'importe quel secteur. Il faut combler le retard accusé dans la construction de radars dans les régions éloignées et terminer la construction des radars à ondes métriques dans la région d'Irkoutsk et à ondes décimétriques dans la région de Kaliningrad d'ici la fin de 2014", a indiqué M.Choïgou.

Selon le ministre, le président russe Vladimir Poutine a de nouveau insisté le 12 mai dernier, lors d'une réunion des responsables du ministère de la Défense, sur la nécessité de mettre en place le Système national d'alerte aux missiles protégeant l'ensemble du territoire russe.

"Nous avons déjà un radar à Kaliningrad. Les travaux en sont à un stade avancé. J'espère que nous terminerons tous les travaux à temps à Irkoutsk et à Kaliningrad", a ajouté le ministre Choïgou.

Le radar Voronej-DM (ondes décimétriques) situé à Pionerski, dans la région de Kaliningrad, fonctionne au régime d'essai depuis novembre 2011. Il doit contrôler le territoire allant de l'Atlantique du Nord à l'Afrique du Nord. Ce radar a un rayon d'action de 6.000 km. Il est en mesure de surveiller jusqu'à 500 cibles simultanément.

Le radar de type "Voronej-M" (ondes métriques) est en service opérationnel à Oussolie-Sibirskoïe, dans la région d'Irkoutsk (Sibérie orientale) depuis mai 2012. Il contrôle les attaques de missiles venant de l'Est. Le ministère de la Défense envisage d'y construire un autre rideau d'antenne pour augmenter son champ de couverture.

Ce sont des radars "préfabriqués" produits sous forme de modules (23 pièces d'équipements), ce qui permet un montage relativement rapide (de 12 à 16 mois) sur son site aménagé. Les radars soviétiques plus anciens se présentaient sous forme de grands bâtiments en béton où l'on installait des éléments radiotechniques (jusqu'à 4.000 unités d'équipements), ce qui demandait parfois plus de 5 ans pour la mise en service de la station.

La Russie compte quatre radars préfabriqués de type "Voronej", les deux autres stations de ce type étant déployées près de Saint-Pétersbourg et à Armavir, dans le territoire de Krasnodar (sud). Le radar de Saint-Pétersbourg est de type Voronej-M et celui d'Armavir - Voronej-DM.

Le ministère russe de la Défense envisage de remplacer d'ici 2020 tous les radars datant de l'époque soviétique par ces nouvelles stations. D'autres radars "préfabriqués" pourraient être installés dans les villes de Petchora, de Barnaoul et d'Enisseïsk.

Partager cet article

Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 16:40
BMD-4 source red-stars.org

BMD-4 source red-stars.org

MOSCOU, 24 mai - RIA Novosti

 

Les troupes aéroportées russes ont commandé à l'usine de Kourgan un canon automoteur à chenilles de 125 millimètres, qui pourra être débarqué d'un avion sans plateforme. Les troupes aéroportées ont en effet besoin d'un nouveau véhicule pour remplacer les canons Sprout-SD auxquels les "paras" ont renoncé en 2010 après l'incendie survenu sur la place Rouge immédiatement après la Parade du 9 mai, en raison d'une fuite de carburant. Avec ce nouveau canon ces troupes disposeront d'une arme capable d'affronter les américains Abrams et les israéliens Merkava, écrit vendredi le quotidien Izvestia.

 

Un représentant des troupes aéroportées a déclaré que le nouveau canon automoteur sera monté sur le châssis du véhicule blindé de combat d'infanterie BMD-4. Au lieu d'un canon de 100 mm, ce châssis sera équipé du 2A46M-5 de 125 mm, équipant aujourd’hui les chars T-90.

 

Une source proche du dossier a expliqué que le nouveau véhicule devait peser près de 18 tonnes (un char classique pèse plus de 40 tonnes) avec un canon légèrement supérieur à 7 mètres. Il pourra ainsi être facilement transporté par les avions Il-76 et les hélicoptères Mi-26.

 

De plus, grâce au châssis du BMD-4, le nouveau canon automoteur pourra arpenter des pentes inclinées jusqu'à 35 degrés et même se déplacer sur l'eau.

 

Le canon 2A46M-5 pourra tirer de nouveaux obus perforants (y compris les obus Svinets – Plomb – capables de percer le blindage des Abrams et des Merkava), ainsi que des missiles antichars.

 

La visée sera munie d'un système thermique et de traçage automatique de la cible, qui mesurera la distance jusqu'à l'objectif et calculera la trajectoire de l'obus en tenant compte de la force du vent.

 

L'expert militaire Alexeï Khlopotov a expliqué que les chars légers, y compris le nouveau canon automoteur, devenaient de plus en plus populaires dans les armées du monde.

 

"C'est une tendance mondiale : la Suède, la Pologne et la Chine en fabriquent par exemple. Un char léger est indispensable en montagne et dans les marécages, où le matériel lourd ne passe pas. Il peut être projeté sur un théâtre d'opérations par avion ou hélicoptère, ce qui mettrait à disposition de l'infanterie un véhicule de combat fiable avec une importante puissance de feu", a expliqué Khlopotov.

 

D'après l'expert, le nouveau canon automoteur des troupes aéroportées ne servira pas uniquement à lutter contre les chars mais aussi à éliminer les abris de l'ennemi, des bâtiments renforcés, etc. Si l'artillerie longue portée n'arrivait pas à atteindre sa cible, le nouveau canon pourrait la détruire par un tir direct.

 

La décision de créer un nouveau canon d'artillerie a été prise par le vice-ministre de la Défense Iouri Borissov en février 2013, pendant une réunion sur le développement des troupes aéroportées. Il remplacera le canon antichar automoteur Sprout-SD.

 

Ce dernier a été conçu dans les années 1980 à l'usine de Volgograd. Au total, 24 engins ont été mis en service dans les troupes aéroportées. Le 9 mai 2010, immédiatement après la cérémonie sur la place Rouge, le moteur d'un canon Sprout avait pris feu. La même année l'ex-ministre de la Défense Anatoli Serdioukov avait renoncé à l'achat de ces canons.

Aérolargage d’un BMD-4 depuis un avion de transport Il-76

Aérolargage d’un BMD-4 depuis un avion de transport Il-76

Partager cet article

Repost0
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 16:40
Iak-130: les Forces aériennes russes s'équipent de trois appareils

IRKOUTSK, 22 mai - RIA Novosti

 

L'usine aéronautique d'Irkoutsk a remis trois avions d'entraînement et de combat russes Iakovlev Iak-130 au centre de formation des Forces aériennes russes de Borisoglebsk (région de Voronej, sud-est), lit-on mercredi sur le site du constructeur. 

 

"Il s'agit du premier lot de Iak-130 destinés aux Forces aériennes russes de l'année 2013", indique le communiqué. 

 

En vertu du contrat passé le 5 décembre 2011, le chantier d'Irkoutsk, qui fait partie du groupe aéronautique Irkout, doit livrer au ministère russe de la Défense 55 avions d'entraînement et de combat de type Iak-130.

 

A présent, le parc des Forces aériennes russes compte 29 Iak-30, dont 18 construits par le groupe aéronautique Irkout et 11 autres par l'usine aéronautique Sokol de Nijni Novgorod. La livraison de 15 autres avions de ce type est prévue avant 2014. 

 

Conçu par le bureau d'études Iakovlev, le Iak-130 permet de perfectionner les compétences des pilotes d'avions russes et étrangers de 5e génération. Il s'agit d'un avion universel d'entraînement et de combat qui peut être utilisé comme un chasseur léger.

Partager cet article

Repost0
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 07:40
Quelle activité navale russe en Méditerranée?

20 mai 2013 rusnavyintelligence.com

 

L'activité navale russe suscite depuis quelques jours de nombreux commentaires, toutefois, elle s'inscrit dans une dynamique plus globale de réinvestissement des eaux méditerranéennes par la Russie, et reste très limitée par rapport à ce que fut l'activité de la 5e escadre opérationnelle soviétique au cours de la Guerre froide.

 

Les informations concernant l'activité navale russe en Méditerranée se sont multipliées ces derniers jours et ont très souvent été directement rattachées à d'autres informations du Wall Street Journal selon lesquelles la Russie entendait livrer des systèmes anti-missiles et anti-aériens S-300 à la Syrie. Toujours selon la même source, le détachement de navires russes en Méditerranée compterait désormais une douzaine de bâtiments qui patrouilleraient au large de la Syrie.

 

Le détachement naval russe en Méditerranée est à ce jour composé des navires suivants :

  • Le grand navire de lutte ASM Amiral Panteleïev (Projet 1155, flotte du Pacifique)
  • Le grand navire de lutte ASM Severomorsk (Projet 1155, flotte du Pacifique)
  • La frégate Yaroslav Mudriy (Projet 11540, flotte de la Baltique)
  • Le grand navire de débarquement Peresvet (Projet 775III, flotte du Pacifique)
  • Le grand navire de débarquement Amiral Nevelski (Projet 775II, flotte du Pacifique)
  • Le grand navire de débarquement Azov (Projet 775III , flotte de la mer Noire), qui a franchi les Détroits turcs le 19 mai dernier
  • Le grand navire de débarquement Nikolaï Filtchenkov (Projet 1171, flotte de la mer Noire), qui devrait quitter sa base navale pontique prochainement
  • Les navires de support logistique Altaï, SB-921 et Fotiy Krilov
  • Les ravitailleurs Lena, Dubna et Petchenga

Soit, si l'on considère les grands navires de lutte ASM, la frégate et les navires amphibies, 7 bâtiments principaux, pour un tonnage d'environ 36 200 tonnes, et un âge moyen de 23,7 années. Ces valeurs ne prennent pas en compte le probable sous-marin nucléaire qui pourrait éventuellement être déployé pour protéger cette escadre, comme cela a été le cas lors des grandes manoeuvre interflottes réalisées fin janvier 2013. Pour comparaison, au maximum de son activité au cours des années 1970 - début des années 1980, la 5e escadre opérationnelle soviétique comportait entre 50 et 60 bâtiments, ainsi que des sous-marins nucléaires. Aussi, le déploiement de navires russes ne prétend pas contrer une hypothètique opération occidentale en Syrie, mais possède plus une valeur dissuasive.

 

L'activité navale russe devrait cependant s'accroître dans les années à venir. Si l'on en croit le commandant en chef de la marine, l'un des deux Mistrals achetés par la Russie et en cours de construction en France, pourrait constituer le navire amiral de l'escadre méditerranéenne que la Russie entend déployer en permanence à compter de 2015. Plus précisément, il s'agirait du Sébastopol.

 

Concernant les livraisons d'armements, si la question des S-300 occupe depuis quelques jours les devants de l'actualité, il ne faut pas oublier que d'autres systèmes anti-aériens ont déjà été livrés où sont en cours de livraisons, dans le cadre de la réalisation de contrats signés entre Rosoboronexport (agence fédérale russe pour les exportations et les importations de matériels militaires), et Damas, dont (source SIPRI):

  • 36 à 50 systèmes mobiles anti-aériens Pantsir-S1 (courte et moyenne portée), dont la livraison doit s'achever d'ici la fin de l'année 2013
  • 8 systèmes anti-aériens mobiles polyvalents 9K40 Buk dont la livraison s'est étalée sur 2010-2012
  • 2 batteries de défense cotière Bastion dont la livraison a été réalisée en 2010-2011 avec la livraison de 72 missiles anti-navires Yakhont (SS-N-26)

Si la commande des S-300 n'apparaît pas dans les registres du SIPRI, celles des missiles anti-navires apparaît bien et la livraison aurait déjà été réalisée, rendant le système opérationnel dès la fin 2011, notamment pour protéger Tartous où se trouve un point naval de support logistique russe.

 

Sources : SIPRI; RIA Novosti; Flotprom; Turkish Navy.net

Partager cet article

Repost0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 11:40
Moscou se dote du premier ABM numérique

MOSCOU, 15 mai - RIA Novosti

 

La Russie disposera prochainement du premier système numérique de défense antimissile (ABM). Il regroupera les missiles sol-air actuels (S-300, S-400), les radars et les systèmes de contrôle en un réseau commun à haut débit, écrit le quotidien Izvestia du 15 mai 2013.

 

Selon une source de l'état-major de la défense aérospatiale, la première "zone positionnelle intégrée" du nouveau système sera déployée à l’automne 2013 dans la région de Moscou.

 

Cette nouvelle configuration de l’ABM est basée sur le "système de contrôle automatisé de l'armement de l'armée de l'air et de la défense aérospatiale" conçu par la société Almaz Anteï.

 

"Les missiles sol-air et intercepteurs ainsi que les systèmes mobiles d'ABM et les radars seront connectés au centre commun de contrôle. Par la suite, tous les nouveaux systèmes antimissiles - tels que les S-500 – et les nouveaux radars seront intégrés à ce système", explique la source.

 

Selon elle, le système de contrôle automatisé regroupera les informations de tous les radars, des avions-radars de détection avancée et des moyens de détection spatiale. La liaison et l'échange d'informations seront assurés par les systèmes mobiles de transmission sans fil à haut débit de la société Mikran, basée à Tomsk.

 

Alexandre Konovalov, président de l'Institut des estimations stratégiques, explique que la mise en place d'un système de contrôle de l'ABM à haut débit permettrait à l'armée d'améliorer considérablement les capacités actuelles des armements russes.

 

"Le système d'information de tout système offensif est la clé de son succès. C'est pourquoi cette avancée est cruciale pour les forces armées russes. Ce n'est pas un hasard si la première zone positionnelle est déployée dans la région de Moscou. C'est le seul endroit en Russie où se trouvent les tous nouveaux missiles antiaériens S-400", explique Konovalov.

 

Toutefois, il souligne qu'avant de mettre en place un système global de défense antimissile sur l'ensemble du territoire russe, il faudra au moins achever la création de missiles sol-air performants.

 

"A l'heure actuelle la Russie dispose déjà de tels missiles mais ils ont de nombreuses failles. Notamment, il n'existe pas de couverture radar commune sur tout le territoire du pays", relève l'expert.

 

Dmitri Kornev, rédacteur en chef du site Military Russia, note à son tour que l'armée tente depuis les années 1950 de mettre en place un système de défense antiaérienne et antimissile commun mais, à chaque fois, sa mise en œuvre butait sur l'imperfection des canaux de transmission des informations des radars et des systèmes ABM vers les points de commandement.

 

"Les systèmes n'ont jamais été capables de traiter la grande quantité d'informations générées par les nombreux éléments qui lui étaient reliés. Dans les conditions actuelles ce problème est pratiquement résolu. Hélas, quant à la pertinence de la protection contre une attaque aérospatiale, elle ne fait que croître d'année en année", remarque Kornev.

 

Les premiers essais, concernant seulement certains éléments du système de contrôle automatisé se sont déroulés en 2012. Ceux du système complet sont prévus pour juin-juillet sur un polygone spécial. Ensuite, une zone expérimentale sera déployée dans la région de Moscou où sera testé à moindre échelle le fonctionnement de l'ensemble du système pour identifier les défauts éventuels associés à l'échange de données entre le point de commandement et la défense aérospatiale.

 

Le système de défense antiaérienne de Moscou S-25 Berkout a été installé dans les années 1950 afin de protéger la capitale contre l'aviation et les missiles. Plus tard le Berkout a été complété par le système A-35 avec des antimissiles nucléaires – destinés à exploser sur la trajectoire du missile ennemi pour le faire dévier ou le détruire.

Partager cet article

Repost0
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 12:40
Un nouvel engin de déminage pour l'armée russe

MOSCOU, 17 mai - RIA Novosti

 

Le ministère de la Défense de la Russie devrait recevoir en 2014 son premier engin de déminage télécommandé UR-07M appelé à succéder aux légendaires UR-77, baptisés par les militaires "Zmeï Gorynytch" (dragon mythique à trois têtes) pour son principe de fonctionnement, écrit le quotidien Izvestia du 17 mai 2013.

 

Le nouveau modèle sera installé sur le châssis du véhicule blindé de combat d'infanterie BMP-3. Equipé d'une charge étendue de déminage UZP-06 et UZP-06D, il pourra se frayer un chemin dans les champs de mines sur un périmètre compris entre 340 et 1 000 mètres de long et de plusieurs dizaines de mètres de large. Sa nouvelle charge est capable de neutraliser tout type de mines.

 

"La charge de déminage est un long câble comportant des explosifs.

 

Le câble est fixé à un propulseur qui l'étend sur plusieurs centaines de mètres. Après le tir, le câble et ses charges tombent sur le sol, ces dernières explosent et détruisent les mines dans un rayon de plusieurs mètres. Au final, en quelques secondes on met en place un couloir de sécurité dans un champ de mines, ce qui permet de faire passer l'infanterie et le matériel. Les démineurs ont besoin d'une journée pour mener à bien une telle opération", a expliqué un officier qui a participé aux essais du UR-07M.

 

L'expert militaire indépendant Alexeï Khlopotov explique que l'armée a particulièrement besoin de ces "dragons" car ils permettent de lutter contre la principale menace passive : les champs de mines.

 

"Ce véhicule est nécessaire pour une grande guerre high-tech, lorsque l'ennemi peut installer des champs de mines à distance grâce à l'aviation et à l'artillerie. A présent, c'est le meilleur moyen de franchir rapidement un champ de mines", assure-t-il.

 

Les charges de déminage à distance sont apparues pour la première fois dans l'armée américaine pendant la Seconde guerre mondiale. Ces engins ont été activement utilisés au Vietnam et en Irak en 1991. Toutefois en 2003, l'armée américaine y avait renoncé en Irak, bien qu'ils aient fait partie des troupes offensives.

 

Aujourd'hui, tous les pays de l'Otan disposent de tels véhicules. Le premier engin de déminage à distance russe UR-67 a été mis en service en 1968.

Partager cet article

Repost0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 12:40
Défense : la Russie a conçu un missile antichar autoguidé

MOSCOU, 16 mai - RIA Novosti

 

Le bureau d'étude de Toula a conçu une nouvelle version du missile antichar Kornet, capable d'anéantir des cibles en régime automatique comme l'américain Javelin et l'israélien Spike, écrit le quotidien Izvestia du 16 mai 2013.

 

Jusqu'à présent, les missiles russes devaient être guidés manuellement vers leur cible. Le nouveau système fonctionne sur le principe " tire et oublie" (fire and forget), mais l'opérateur pourra modifier la trajectoire du projectile si besoin.

 

Le ministère de la Défense russe reste sceptique quant à cette nouveauté : il estime que sa construction et ses performances sont obsolètes.

 

"Le missile n'est pas autoguidé en vol comme celui des Américains mais il est contrôlé à partir du système de lancement. Autrement dit, ce n'est pas une troisième génération de missile antichar mais "2+". Le fait que la commande ne soit pas lancée par l'opérateur mais par le lance-missile ne change rien. Détruisez le lance-missile et le missile tombera", explique un officier de l'armée de terre proche du dossier.

 

Cependant, les constructeurs expliquent qu'ils ont sciemment installé le système de guidage sur le lance-missile et non pas sur le missile.

 

"Trois chars passent. Vous en abattez un. Il est en feu et devient une puissante source de chaleur. Par conséquent, tous les autres missiles à ogive thermique, comme Javelin, réagiront à cette puissante source de chaleur. Et l'opérateur ne pourra plus corriger la visée du missile. Or notre système frappe précisément sur la marque placée par l'opérateur", explique un ingénieur.

 

De plus, le système d'autoguidage situé dans l'ogive du missile représente pratiquement 90% de son prix et "périt" avec le missile. Or le système de guidage du Kornet reste dans le lance-missile.

 

Par conséquent, la version russe est meilleur marché que les missiles américain ou israélien.

 

"Ces derniers coûtent près de 120 000 dollars pièce alors que les russes sont 6 à 7 fois plus économiques", souligne-t-il.

 

Il ajoute que le nouveau missile peut abattre non seulement des chars et des véhicules blindés mais aussi des hélicoptères et des avions volant à plusieurs centaines de mètres d'altitude. Les missiles existent également dans une version portative et peuvent ainsi être installés sur des véhicules blindés.

 

Viatcheslav Tselouïko, expert militaire indépendant, note que les concepteurs occidentaux mettent aujourd'hui au point leurs missiles avec des ogives autoguidées équipées de systèmes de contrôle à distance.

 

"L'expérience irakienne, libanaise et afghane montre qu'on tire plus souvent avec les missiles antichars sur les bâtiments, les positions renforcées et les refuges que sur les chars. L'ogive autoguidée est inutile pour ce genre de cibles : elle ne les voit pas. Pour cette raison Javelin et Spike ont été dotés d'une visée multiple afin que l'opérateur puisse librement choisir et atteindre toute cible indépendamment du fonctionnement de l'ogive autoguidée", déclare Tselouïko.

 

Le rédacteur en chef du site Otvaga-2004, Vitali Moïsseev, pense que le Kornet pourrait devenir une arme de transition avant l'apparition de missiles antichars autoguidés.

 

"Il faut indéniablement doter les troupes de nouveaux missiles. Ce serait une version de transition avant un missile de troisième génération à part entière. Pour l'instant il remplacera les missiles obsolètes de deuxième génération Metis, Fagot et Kornet", remarque-t-il.

 

Le premier missile antichar de troisième génération a été l'américain Javelin, conçu au début des années 1990 et mis en service dans les forces américaines en 1996. Il a été activement utilisé par les troupes américaines en Irak et actuellement en Afghanistan. Plus de 10 pays, dont la Géorgie, en disposent.

 

Le nouveau Kornet est aujourd'hui en phase d'essais, qui devraient s'achever fin 2013.

Partager cet article

Repost0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 12:40
L'escadre russe de la Méditerranée participera à la lutte contre les pirates

BRUXELLES, 15 mai - RIA Novosti

 

La future escadre russe de la Méditerranée coopérera probablement avec l'OTAN dans la lutte contre les pirates, a déclaré mercredi à Bruxelles le chef-adjoint de l'Etat-major général des Forces armées russes Alexandre Postnikov-Streltsov.

 

"Nos partenaires otaniens nous ont demandé d'intensifier la coopération dans le cadre de l'opération antiterroriste Active Endeavour que l'OTAN mène en Méditerranée. Nous avons répondu que si notre coopération repose sur les mêmes principes que ceux appliqués pour combattre les pirates dans le golfe d'Aden, nous aurons des résultats positifs", a indiqué le général.

 

"La Russie crée une escadre en Méditerranée, cela lui permettra de coopérer avec l'Alliance dans la lutte contre les pirates et les terroristes, si c'est nécessaire, ou même dans le règlement de crises et la réalisation de missions conjointes plus complexes", a-t-il ajouté.

 

Selon le général, la coopération militaire entre la Russie et l'OTAN évolue de manière positive.

Partager cet article

Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 11:40
La Russie lance la conception d'un hélicoptère à grande vitesse

MOSCOU, 13 mai - RIA Novosti

 

Conjointement avec les ministères russes de la Défense et de l'Industrie et du Commerce, le holding "Hélicoptères de Russie" a lancé la conception d'un nouvel hélicoptère à grande vitesse, a déclaré lundi Roman Tchernychov, PDG adjoint du groupe.

 

A ce jour, le projet de développement d'un hélicoptère à grande vitesse évolue selon deux axes: "Le premier prévoit une légère augmentation de la vitesse de près de 25% par rapport aux technologies disponibles à présent", a indiqué le responsable avant d'ajouter que le nouvel hélicoptère subirait les tests de certification entre 2018 et 2020.

 

Le second axe est lié à la recherche expérimentale portant sur la création d'un appareil dont la vitesse et les caractéristiques dépasseraient de manière encore plus importante celles des appareils existants à ce jour

Partager cet article

Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 11:40
Appontage d’un Mig-29K sur le porte-avions Kouznetsov. Photo MIG

Appontage d’un Mig-29K sur le porte-avions Kouznetsov. Photo MIG

MOSCOW, May 12 (RIA Novosti)

 

A new Russian carrier-deck pilot training site will be ready for operation by next year, Navy Commander Admiral Viktor Chirkov said on Sunday, replacing a Soviet-era base in Ukraine which Kiev has said it may lease to other countries.

 

The work on the training facility in the city of Yeisk, on Russia's Black Sea coast, “is proceeding according to plan,” he said in an interview with RIA Novosti.

 

Grigory Naginsky, head of the Federal Agency for Special Construction Work (Spetsstroi), said last month the construction work at the site was effectively complete and that aircraft should start flying there in August or September.

 

Former Russian Navy chief Adm. Vladimir Vysotsky had previously said the training facility should be complete by 2020.

 

In March, Ukrainian First Deputy Defense Minister Oleksandr Oleinik said Ukraine, which does not operate fixed-wing shipborne naval aircraft, was considering leasing out its Nitka training site in Crimea to other countries.

 

Under a 1997 bilateral agreement, Russia occasionally uses Ukraine's Nitka Naval Pilot Training Center, the only land-based training facility for its carrier-based fixed-wing pilots. At present, the site is only used by Russia on a short-term basis to train Northern Fleet carrier pilots, who fly Su-33 naval fighter jets and Su-25UTG conversion trainers for Russia's sole carrier, the Admiral Kuznetsov.

 

 

The Nitka Center was built in the Soviet era for pilots to practice taking-off and landing from aircraft carrier decks. After the collapse of the Soviet Union in 1991, the facility remained under Ukraine’s control.

 

The center provides facilities such as a launch pad, a catapult launch device and arrester wires, a glide-path localizer, a marker beacon, and an optical landing system.

 

The Russian Defense Ministry has previously asked the Ukrainian Defense Ministry to lease the site to Russia. Ukraine’s then-Defense Minister Mykhailo Yezhel supported Russia’s request. However, a firm deal for the Russia lease option was not clinched, Oleinik said earlier, so the Ukrainian Defense Ministry was looking at other options for using it.

 

"India and China are the obvious potential candidates for this," Douglas Barrie, air warfare analyst at the London-based International Institute for Strategic Studies, said last month.

 

India is awaiting delivery of a refurbished Russian aircraft carrier which will operate Russian MiG-29K fighter jets. China only has one carrier, from which naval aircraft were seen operating for the first time last year, and has little experience of fixed-wing naval operations. Most other aircraft carrier operators either use short take-off/vertical landing (STOVL) aircraft whose crews would not need a facility like Nitka, or have their own such facilities, or use only ships for training.

 

Under the original agreement, Russia traded use of the Nitka facilities for spare parts for Sukhoi-family naval fighter jets, which were the only type allowed to operate at the center. Russia and Ukraine were Nitka's only users.

 

In August, Russia’s then-Defense Minister Anatoly Serdyukov said Russia and Ukraine had signed a protocol on amendments to that agreement, setting out payment for using the site, unrestricted use of a range of naval aircraft for training and testing, and the possibility of sharing the center with third parties.

 

The Russian Defense Ministry said last year it was paying about $700,000 annually to rent Nitka and was willing to upgrade the facility. Russia, which has only one aircraft carrier - the Admiral Kuznetsov - is drawing up plans for a new nuclear-powered aircraft carrier for its Navy by 2018.

Russia Delays Opening Carrier Pilot Training Site

Partager cet article

Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 11:40
L'ABM américain impuissant face à Iskander

MOSCOU, 13 mai - RIA Novosti

 

Selon une source du ministère russe de la Défense, les missiles opérationnels et stratégiques Iskander-M, équipés de systèmes de guerre électronique, seront mis en service cet été, écrit le quotidien Izvestia du 13 mai 2013.

 

Cette technologie permet à Iskander d’être invisible pour les systèmes antimissiles (ABM) américains Patriot et Aegis, ainsi que pour l'israélien Arrow.

 

"Ces nouveaux missiles Iskander seront envoyés dans les brigades des districts militaires Ouest et Sud. Je ne peux pas parler de leur nombre et de leurs caractéristiques techniques mais on ne prévoit pas de remplacer tous les missiles Iskander", explique la source.

 

Le nouveau système de guerre électronique permet de protéger les missiles pendant leur phase finale de vol. Il brouille tous les radars d'observation ou de tir de la défense antiaérienne et antimissile grâce à des leurres.

 

Un officier participant au projet a expliqué que ce système est incapable de brouiller complètement les systèmes de défense antiaérienne et antimissile de l'ennemi, mais que ce n'est pas le but. Il suffit de perturber temporairement leur travail afin de permettre au missile de passer la zone dangereuse.

 

"Evidemment, les capacités de détection de la défense antimissile et antiaérienne moderne sont très élevées, elle trie rapidement les leurres et traversent le brouillage. Mais dans tous les cas cela demandera du temps - qui sera suffisant pour permettre au missile Iskander d'atteindre son objectif", a-t-il déclaré.

 

Le bureau d'étude qui a conçu et produit les missiles Iskander s'est refusé à tout commentaire.

 

L'expert indépendant en conflits armés Viatcheslav Tselouïko a déclaré que ces missiles étaient une réponse appropriée à l'éventuel déploiement de l'ABM américain en Europe.

 

"Les radars et les missiles d'interception stationnés en Europe sont vulnérables pour l'aviation et les missiles opérationnels et tactiques. C'est pourquoi les Américains couvriront les sites de l'ABM européen de systèmes zonaux de défense antimissile avec des Patriot. Or les missiles Iskander seront équipés de systèmes de guerre électronique leur permettant d'atteindre leur cible", a déclaré Tselouïko. Il a précisé que les missiles modernisés ne seront pas nécessaires dans les conflits locaux ou dans la lutte anti-rébellion.

 

"Les systèmes tels que Patriot et Arrow sont trop coûteux et sont seulement mis à disposition de certains pays riches. Iskander a besoin d'une cible "high-tech", d'un ennemi très moderne. Tirer sur des sites non protégés reviendrait à tirer sur une mouche au bazooka", affirme l'expert.

 

Dmitri Kornev, rédacteur en chef du site Military Russia, pense qu’équiper un grand nombre de missiles Iskander en systèmes de guerre électronique est inutile.

 

"C’est un progrès. Mais on ne voudrait pas que ce genre de nouvelles cache les problèmes de la production en série problématique des Iskanders et l'éventuel retard dans les délais de réarmement des brigades de missiles", déclare Kornev.

 

Le missile opérationnel et tactique Iskander, conçu à la fin des années 1980-début des années 1990 pour remplacer les Totchka et Totchka-M, a été mis en service en 2006. Les forces armées russes disposent actuellement d'environ 200 systèmes Totchka-M et Iskander. Le missile est capable d'atteindre des cibles jusqu'à 400 km avec une ogive explosive, à têtes multiples ou thermobarique.

Partager cet article

Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 11:30
Les armes produites en Azerbaïdjan peuvent être adopté à l'armée turque

13 Mai 2013 Rashad Suleymanov - APA

 

Bakou -  Certains types d'armes produites en Azerbaïdjan peuvent être prises par l'armée turque, a déclaré le ministre de l'Industrie de la défense Yaver Jamalov.

 

Le ministre a dit que lors de la réunion avec le secrétaire de l’Industrie de la Défense Bayar Murad, la Turquie, qui s'est tenue dans le cadre de l’exposition internationale de la défense IDEF-2013, a été discuté le développement de la coopération bilatérale.

 

« Dans la réunion, nous avons également discuté de l'utilisation de certaines armes fabriquées en Azerbaïdjan par l'armée turque. J’espère que dans un proche avenir certaines mesures à cet égard seront prises » a annoncé Jamalov.

 

Notant que l'Azerbaïdjan attache l'importance à la coopération avec la Turquie dans le domaine de la défense, le ministre a dit que, dans ce cadre sont prévus des projets communs.

Partager cet article

Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 07:40
source natomission.ru

source natomission.ru

BRUXELLES, 8 mai - RIA Novosti

 

Une réunion du Conseil Russie-Otan au niveau des chefs d'état-major aura lieu le 14 mai prochain à Bruxelles, a annoncé mercredi à RIA Novosti un porte-parole de la représentation russe auprès du QG de l'Alliance dans la capitale belge.

 

"La Russie y sera représentée par le chef adjoint de l'état-major général Alexandre Postnikov-Streltsov", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

 

Selon le diplomate, la discussion portera sur la défense antimissile, la mise en œuvre du plan de coopération militaire pour 2013 et la préparation d'un plan similaire pour 2014.

 

Par ailleurs, les chefs militaires procèderont à un échange d'information sur les futurs exercices de l'Otan Steadfast Jazz et les exercices stratégiques russes Zapad-2013, prévus à l'automne.

 

L'Otan est intéressée à développer sa coopération avec la Russie sur l'Afghanistan et à étudier notamment l'expérience du retrait de troupes russes de ce pays.

Partager cet article

Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 18:40
Un programme de création d’armes hypersoniques mis en oeuvre en Russie

12.05.2013 Oleg Nekhaï  - La Voix de la Russie

 

En tout une soixantaine d’entreprises participent à son élaboration. Les travaux sur la mise en œuvre des missiles hypersoniques étaient menés encore à l’époque soviétique. Depuis 2009, ces travaux de R&D ont repris à la demande du ministère russe de la Défense.

 

Il s'agit d'un programme global visant à créer un complexe d’armes hypersoniques en Russie. C’est la corporation « Missiles tactiques » qui sera en charge de ce projet. Les armes hypersoniques ne sont pas une conception fondamentalement nouvelle. Des progrès considérables étaient réalisés dans ce domaine au cours du siècle dernier.

 

« À l'époque soviétique, il y avait des projets très réussis, mais il faut comprendre que le temps a passé », analyse Viktor Litovkine, chef d’édition de la Revue militaire indépendante. « Ces projets sont restés sur papier à cause du manque de moyens. Et puis, il n’y avait pas de nécessité de mettre en œuvre ces projets. Mais maintenant, si ces armes sont développées dans les pays occidentaux, nous ne pouvons pas rester à l'écart, car dans certaines circonstances, ces armes peuvent être dirigées contre nous. Nous devons donc créer quelque chose qui nous est propre, en utilisant l'expérience des années 1990. 20 ans se sont écoulés, de nouveaux matériaux ont été créés et des logiciels informatiques plus performants. Nous tiendrons compte de tout cela ».

 

Selon les experts, les missiles hypersoniques peuvent développer une vitesse 10 fois ou plus supérieure à celle du son (1200 km/h). Une telle arme est créée non pas pour la défense antimissile, mais pour surmonter cette défense, souligne le directeur adjoint de l'Institut d'analyse politique et militaire Alexandre Kramtchikhine.

 

« C’est une arme de frappe, et non pas un missile anti-aérien ou un missile antimissile. Son avantage, c’est sa vitesse. Si cette arme est créée, il est peu probable que quelqu'un puisse vérifier de quelles armes elle est équipée. Même si grâce à la vitesse élevée cette arme possède l’énergie cinétique, en visant la cible grâce à cette énergie ».

 

Les Etats-Unis sont en train d’élaborer les armes hypersoniques, ce qui ouvre pour les forces armées américaines la perspective de création d’un missile multifonctionnel d’ici 2015-2018. La Russie n’a pas l’intention de se lancer dans une compétition avec les Etats-Unis pour créer des armes similaires avant cette date.

 

« Ce n’est pas certain que les Etats-Unis puissent se doter d’armes hypersoniques vers 2015 », analyse Viktor Litovkine. « Des armes distinctes ne jouent aucun rôle sur le champ de bataille. Ainsi, un avion sans ce genre de missiles possède un potentiel inférieur par rapport à un avion équipé avec un tel missile. Même chose pour un missile sans porteur, surtout s’il est impossible de le lancer depuis un bombardier de longue portée ou un sous-marin. L’armement doit être complet, équipé d’un système de contrôle et de ciblage. C’est pourquoi nous envisageons de créer nos propres systèmes d’armement hypersonique ».

 

Les spécialistes russes sont donc confrontés à une tâche compliquée. Mais ce programme de réalisation d’objectifs fonctionnera sur plusieurs fronts. Les élaborations technologiques dans ce domaine permettent de créer des systèmes d’armement avec des propriétés fondamentalement nouvelles propriétés.

Partager cet article

Repost0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 11:40
L'escadre russe en Méditerranée pourrait comprendre des Mistrals

MOSCOU, 12 mai - RIA Novosti

 

Les futurs porte-hélicoptères russes de type Mistral pourraient faire partie de l'escadre russe en Méditerranée, a annoncé dimanche à RIA Novosti le commandant en chef de la Marine russe, l'amiral Viktor Tchirkov.

 

"Oui, c'est possible, pourquoi pas? Mais il s'agit d'une perspective assez lointaine, car le premier navre de ce type n'équipera la Marine russe qu'en 2015 au plus tôt", a indiqué l'amiral interrogé sur l'éventuelle utilisation de ces navires au sein de l'escadre russe en Méditerranée.

 

Auparavant, le ministre russe de la Défense a annoncé qu'il fallait créer en Méditerranée un groupe de navires de guerre afin d'assurer en permanence la protection des intérêts russes dans cette région.

 

"Il faut créer un nouveau département pour le groupement opérationnel de la Marine qui défendra les intérêts nationaux de la Russie dans la région de la Méditerranée et garantira la présence permanente de navires russes dans ce secteur", a indiqué le ministre lors d'une réunion élargie du collège du ministère de la Défense.

Partager cet article

Repost0
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 11:40
Missiles S-400: la Russie construit deux usines supplémentaires (Poutine)

MOSCOU, 25 avril - RIA Novosti

 

Les missiles sol-air russes S-400 sont si demandés sur le marché mondial que la Russie a lancé la construction de deux usines supplémentaires, a annoncé jeudi le président russe Vladimir Poutine lors de sa traditionnelle séance de questions-réponses en direct avec la population.

 

"Nous avons lancé la construction de deux nouvelles usines de production de missiles sol-air S-400. Ces missiles se vendent comme des petits pains auprès de nos clients dans le monde entier. Nous n'arrivons même pas à satisfaire cette demande", a indiqué le président.

 

Le S-400 Triumph (code Otan: SA-21 Growler) est un système de missiles sol-air de grande et moyenne portée destiné à abattre tout type de cible aérienne: avions, drones et missiles de croisière hypersoniques.

Partager cet article

Repost0
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 11:40
Biélorussie: les importations de missiles S-300 ne visent aucun pays (président)

MINSK, 26 avril - RIA Novosti

 

Les importations biélorusses de missiles sol-air russes S-300 ne visent aucun pays, a déclaré vendredi à Minsk le président biélorusse Alexandre Loukachenko à l'issue d'une rencontre avec le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

 

"La Russie nous livrera des missiles S-300. Les Russes ont des missiles qu'ils n'utilisent pas alors que nous en avons besoin. Ils ne visent personne, c'est une arme purement défensive", a indiqué M.Loukachenko.

 

Pendant la rencontre, M.Choïgou a annoncé que la Russie livrerait quatre divisions de missiles sol-air S-300 à la Biélorussie en 2014.

"Je suis très content que la Russie ait enfin fait un pas à notre encontre et qu'elle nous livrera ces missiles", a noté le président Loukachenko. Et de rappeler que l'armée biélorusse disposait déjà de missiles S-300.

 

La Russie renforce ainsi la puissante défense antiaérienne biélorusse qui "protège déjà non seulement la frontière biélorusse, mais aussi le territoire russe", a conclu M.Loukachenko.

 

Les missiles S-300 sont destinés à protéger les grands sites industriels et civils, les bases militaires et les postes de commandement contre une attaque aérospatiale. Les S-300 sont capables de détruire les missiles balistiques et de croisière, ainsi que d'abattre les avions à une distance de 150 km et à une altitude allant jusqu'à 27 km.

Partager cet article

Repost0
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 11:40
Marine russe: une nouvelle frégate pour la Flottille de la mer Noire en 2014

MOSCOU, 29 avril - RIA Novosti

 

La Flottille russe de la mer Noire sera équipée en 2014 de la première des six frégates dernier cri du projet 11356, baptisée Amiral Grigorovitch, a annoncé lundi aux journalistes le commandant en chef de la Flottille, le vice-amiral Alexandre Fédotenkov.

 

"Dès 2013, la frégate denier cri Amiral Grigorovitch (projet 11356)  sera mise à l'eau pour équiper, en 2014, la Flottille russe de la mer Noire. Ce navire sera le premier des six frégates de ce projet, doté d'un système de missiles de croisière longue portée et à haute précision Calibre", a indiqué le vice-amiral.

 

"La Flottille compte également s'équiper de six sous-marins du projet 636, dont les trois premiers porteront les noms de Novorossiïsk, Rostov-sur-le-Don et Stari Oskol. La Flottille sera aussi dotée de six embarcations de combat  à usages divers", a ajouté le responsable.

 

Les frégates du projet 11356 sont destinées à mener les opérations contre les navires et les submersibles dans les mers et les océans, ainsi qu'à parer les attaques aériennes. Elles seront armées de missiles mer-mer, mer-air, de pièces d'artillerie, de torpilles et de bombes.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 16:40
Russian Navy's Project 20380-class lead ship, Steregushchy

Russian Navy's Project 20380-class lead ship, Steregushchy

8 May 2013 naval-technology.com

 

The Russian Navy is set to receive its third Steregushchy-class (Project 20380) corvette, Boiky, on 16 May from St Petersburg's Severnaya Verf shipyard.

 

Built at Severnaya Verf, Boiky has completed sea trials and was put through a series of final tests at the shipyard to validate its capabilities, as reported by RIA Novosti.

 

Designed by Almaz Central Marine Design Bureau, the Steregushchy-class corvette has a displacement capacity of 2,000t, is capable of reaching a speed of 27k, and can accommodate a crew of 100, including helicopter maintenance personnel.

 

The corvette is armed with Kh-35 missiles, 3M-54 Klub missiles and Arsenal A-190 100mm naval gun, as well as two 30mm six-barrelled AK-630M automatic gun mounts, fitted with two quadruple torpedo tubes for Paket-E/NK anti-torpedo missiles.

"The ship provides artillery support for beach landings and can also destroy enemy surface ships, submarines and aircraft."

 

Featuring stealth technology to reduce secondary radar fields, as well as acoustic, infrared, magnetic and visual signatures, the ship provides artillery support for beach landings and can also destroy enemy surface ships, submarines and aircraft.

 

Powered by a combined diesel and diesel (CODAD) propulsion system, the 20380-class vessels are fitted with Sigma combat information management system, Zarya-ME sonar suite, TK-25E-5 ECM system and PK-10E decoy system.

 

The first corvette, Steregushchy, is already in service with Russia's Baltic Fleet, while the second ship, Soobrazitelny, joined the navy in 2011.

 

The fourth vessel Stoyky was rolled-out at St Petersburg's Severnaya Verf shipyard in May 2012 and is scheduled to enter service in November, following a series of sea trials.

 

Around 30 Steregushchy-class ships are being considered for procurement by the country in a bid to safeguard oil and gas transportation routes in the Black and the Baltic seas, as well as protect its coastal waters.

Partager cet article

Repost0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 11:40
Russie: l'Armée de l'air disposera de 60 à 70 aérodromes neufs d'ici 2020

ASTRAKHAN, 7 mai - RIA Novosti

 

Près de 60 à 70 aérodromes militaires seront construits ou reconstruits en Russie d'ici 2020, a annoncé mardi aux journalistes le commandant en chef de l'Armée de l'air russe, le général Viktor Bondarev.

 

"Au total, nous sommes en train de construire ou de reconstruire actuellement 11 aérodromes et nous poursuivrons ces travaux. D'ici 2020, ce chiffre sera porté à 60-70", a indiqué le général.

 

Selon lui, les essais d'avions de combats modernes qui comprennent des manœuvres très compliquées telles qu'un décollage répété ou interrompu, ne peuvent être effectués que sur les pistes de décollage longues de quatre kilomètres au moins.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories