Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 17:40

Russia Weapon Maker

 

MOSCOU, 3 avril - RIA Novosti

 

Les exportations d'armes russes ont augmenté de 12% en 2012, pour atteindre 15,2 milliards de dollars, la Russie est le deuxième exportateur mondial d'armements après les Etats-Unis, a annoncé mercredi le président russe Vladimir Poutine.

 

"Nous pouvons dire que le travail que nous avons accompli est satisfaisant. La croissance a été de 12%, les exportations russes d'armes ont constitué 15,2 milliards de dollars", a indiqué M.Poutine lors d'une réunion de la commission pour la coopération militaire et technique avec les Etats étrangers.

 

"On peut affirmer avec certitude que la Fédération de Russie est un leader incontestable sur le marché de la vente d'armes et d'équipements spéciaux. Seuls les Etats-Unis sont au même niveau. Nous détenons plus d'un quart du marché mondial. Les Etats-Unis sont le seul pays à nous devancer, avec un petit écart. Tous nos autres partenaires vendent beaucoup moins d'armes, bien qu'il s'agisse des pays dotés de hautes technologies, des leaders mondiaux incontestables dans le domaine des hautes technologies qu'on utilise assez souvent dans l'industrie de guerre", a ajouté le président russe.

 

La Russie exporte des véhicules militaires spéciaux vers 66 pays et a conclu des accords de coopération militaire et technique avec 85 pays. "J'ai le plaisir d'annoncer que notre carnet de commandes a considérablement augmenté en 2012, nous avons des commandes pour 46,3 milliards de dollars", a conclu M.Poutine.

Partager cet article

Repost0
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 17:40

Yars (RS-24) intercontinental ballistic missile systems

 

MOSCOU, 4 avril - RIA Novosti

 

L'armée russe recevra le premier missile balistique intercontinental de 5e génération modernisé Iars-M d'ici la fin de l'année, a appris jeudi RIA Novosti d'une source au sein de l'industrie de défense russe.

 

"Nous remettrons un missile balistique Iars-M au ministère russe de la Défense d'ici la fin de 2013. Le missile sera livré à l'armée la même année", a indiqué le responsable.

 

Selon le général en retraite Victor Essine, ex-chef d'Etat-major général des Troupes balistiques stratégiques russes, le missile modernisé Iars-M est doté d'un meilleur système de commande que son prédécesseur.

 

Deux divisions des forces nucléaires russes sont déjà équipées de missiles de 5e génération Iars et Topol-M. Trois autres divisions seront dotées de ces missiles en 2012, d'après le général Sergueï Karakaïev, commandant des Troupes balistiques stratégiques russes.

 

Le RS-24 Iars (code OTAN SS-X-29), missile à propergol solide et à trois étages, est une version modernisée du missile monobloc RS-12M2 Topol-M. Il est doté d'ogives multiples de 150 à 300 kt à guidage individuel et a une portée de 11.000 km Le RS-24 constituera, avec le Topol-M monobloc (RS-12M2), le noyau des forces nucléaires russes.

La puissance d'une ogive du missile Iars ou Topol-M (en équivalent TNT) est 50 fois supérieure à celle des bombes atomiques utilisées à Hiroshima et Nagasaki.

Partager cet article

Repost0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 11:40

Nuclear north korea

 

03 avril 2013 Romandie.com (AFP)

 

MOSCOU - La Russie est préoccupée par la situation explosive autour de la Corée du Nord, a déclaré mercredi le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Igor Morgoulov.

 

Ce qui se passe préoccupe sans aucun doute la Russie parce qu'il s'agit d'une situation explosive à proximité de nos frontières en Extrême-Orient, a déclaré M. Morgoulov cité par l'agence Interfax.

 

Nous appelons toutes les parties à s'abstenir de toute déclaration et de tout acte susceptibles d'aggraver la situation, a poursuivi le diplomate.

 

Je ne pense pas qu'une des parties fasse exprès pour déchaîner la guerre. Mais dans la situation actuelle très tendue, il suffit d'une erreur humaine banale ou d'une défaillance technique pour que la situation devienne hors de contrôle, a souligné M. Morgoulov.

 

Le dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong-Un, a ordonné vendredi dernier des préparatifs en vue de frappes de missiles visant le continent américain et les bases des Etats-Unis dans l'océan Pacifique, en réponse à des vols d'entraînement de bombardiers furtifs B-2 américains.

 

La Corée du Nord a empêché mercredi les employés sud-coréens d'entrer dans le complexe industriel intercoréen de Kaesong, poussant Séoul à ne pas exclure une action militaire pour protéger ses ressortissants.

 

La veille, Washington avait promis de se défendre et de protéger ses alliés sud-coréen et japonais face à Pyongyang, le secrétaire d'Etat américain John Kerry qualifiant le comportement du dirigeant nord-coréen de dangereux et d'irresponsable.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 17:40

BPC Mistral photo Marine Nationale

 

LANGKAWI (Malaisie), 29 mars - RIA Novosti

 

Les chantiers navals russes sont en mesure de construire des bâtiments de projection non moins performants que les navires étrangers de même classe, a annoncé vendredi aux journalistes Igor Zakharov, vice-président du Groupe unifié de construction navale (OSK).

 

Selon lui, si l'on décide de concevoir et de construire des navires de type Mistral en Russie, les chantiers navals du pays seront en mesure de remplir cette mission.

 

"Pour nous, il n'existe pas d'obstacles à un projet de ce genre. Si le ministère de la Défense et la Marine nationale ont besoins de bâtiments de projection universels, nous les créerons", a déclaré le vice-président d'OSK.

 

La Russie et la France ont signé en juin 2011 un contrat de 1,2 milliard d'euros pour la construction de deux porte-hélicoptères de classe Mistral. Le premier, le Vladivostok, doit entrer en service en 2014 et le second, le Sébastopol, en 2015. Ces bâtiments sont construits en France avec la participation de spécialistes russes, cette participation étant de 20% pour le Vladivostok et de 40% pour le Sébastopol.

 

"OSK salue la décision de se borner aux deux premiers navires de type Mistral, car cette décision assure l'avenir des constructions navales russes", a indiqué le vice-président d'OSK.

 

Il a souligné que la conception de navires de cette classe ne demanderait pas à la Russie plus de temps qu'à la France, mais a reconnu que leur cycle de fabrication dans les chantiers russes était plus long que chez les leaders mondiaux de la construction navale.

 

Selon M. Zakharov, ce retard tient principalement aux procédures en vigueur en Russie dans la définition du concept de navires, la mise au point du cahier des charges et l'organisation de l'appel d'offres.

"Nous sommes conscients que plus vite les navires sont construits, plus il est facile de limiter les coûts de production, plus les contrats sont transparents et moins les frais supplémentaires sont élevés. Voici pourquoi, les ingénieurs d'OSK œuvrent à réduire les délais de construction", a conclu le vice-président du groupe unifié.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 12:40

Borey class nuclear-powered ballistic missile submarine Yur

 

April 2, 2013: Strategy Page

 

Russia has decided to build 13 of its new Borei SSBNs (nuclear powered ballistic missile boats), including a slightly larger second batch. The first of these subs is to make its first long range "combat patrol" this year. The Russian Navy finally accepted its first new Borei class SSBN (Yury Dolgoruky) for service last December 30th. Thus it appears that the newly commissioned Yury Dolgoruky will be the first Russian SSBN in many years to make a long range cruise. A second Borei is undergoing sea trials and is expected to enter service this year. A third Borei class boat began sea trials earlier this year.

 

The Boreis are 170 meters (558 feet) long and 13meters (42 feet) in diameter. Surface displacement is 15,000 tons, and 16 Bulava SLBMs are carried. The boat also has four torpedo tubes, and twelve torpedoes or torpedo tube launched missiles. The Borei also sports a huge sonar dome in the bow. The Boreis have a crew of 107, with half of them being officers (a common Russian practice when it comes to high tech ships like nuclear subs). Each of these boats will cost at least two billion dollars. This high cost, by Russian standards, is partly because many factories that supplied parts for Russian subs were in parts of the Soviet Union that are not now within the borders of present day Russia. New factories had to be built. All components of the Boreis, and their missiles, will be built in Russia. Eight of these boats are to be built by the end of the decade. After that there are plans to build five “improved Borei” (or Borei A) with new technology added and the ability to carry 20 SLBMs.

 

In recent years, there have been only about ten nuclear submarine patrols a year, each lasting three months at most and usually a lot less. Most have not gone far from Russian waters and some were by recently built SSNs (nuclear attack subs) or SSGNs (SSNs equipped with cruise missiles) and not by SSBNs.

 

The problem here was that the Russian Navy has not only shrunk since the end of the Cold War in 1991 but it has also become much less active. Much of the time at sea consisted of short range training missions, which often lasted a few days, or just a few hours. But the true measure of a fleet is the "combat patrol" or "deployment." In the U.S. Navy most of these last from 2-6 months and in the last decade U.S. nuclear subs have carried out ten times as many patrols as their Russian counterparts.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 11:40

http://2.bp.blogspot.com/-kLsGwrtAEYs/UVeV2EDcaTI/AAAAAAAAYaM/oE_reN7J188/s1600/Project+865+Piranha.jpg

Project 865 Piranha L - 28.2m, W - 4.8m, Displacement - 218 ton surface, 319 ton dived,

Speed - 7 kts surfaced, Crew - 3 + 6 (photo : Vitaly V Kuzmin)

 

LANGKAWI (Malaysia), March 29 (RIA Novosti)

 

Russian shipbuilders are working on developing new “super mini” submarines, the United Shipbuilding Corporation state holding company said on Friday.

 

USC vice president Igor Zakharov said work on the sea craft is in progress at the St. Petersburg-based Malakhit naval machine manufacturing bureau and that Navy command has been showing interest in the project.

 

Alexander Terenov, an advisor to Malakhit’s general director, said the Project 865 Piranha submersible (NATO reporting name Losos) could go beyond just “hit and run” operations.

 

http://en.rian.ru/images/15874/82/158748267.jpg

 

“They have a broad range of applications and can carry full-fledged missile and torpedo systems,” Terenov said.

Terenov said the Piranha could also be deployed for the protection of naval installations, and would be operated by small crews and cost little to maintain.

 

Piranha is a midget submarine designed for special operations and is almost completely silent. Only two Piranha-class submarines were reportedly ever built in Russia.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 07:40

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/35/United_Nations_Security_Council.jpg/800px-United_Nations_Security_Council.jpg

 

01/04/2013 Par Adèle Smith – LeFigaro.fr

 

Éclats de voix, manœuvres d'obstruction : les tensions entre Russes et Américains rappellent l'atmosphère des années 1950.

 

Ce jeudi à l'ONU, l'ambassadeur russe Vitali Tchourkine inaugure la nouvelle salle de consultation du Conseil de sécurité, qui vient d'être entièrement rénovée aux frais de Moscou. «Prions le ciel pour que les négociations y soient moins tendues à l'avenir», soupire-t-il en russe. Une allusion à ses récentes querelles avec l'implacable ambassadrice américaine, Susan Rice, qui débordent régulièrement en public au point que certains parlent d'une ambiance digne de la guerre froide. Le stratège russe proche du président Poutine, Sergueï Markov, évoque, lui, une «paix froide» entre les deux pays. En privé, certains diplomates décrivent un climat délétère depuis que la Syrie s'enfonce dans le chaos.

 

«Avec le retour de Poutine au pouvoir, la Russie a adopté une politique étrangère plus nationaliste et les positions de Vitali Tchourkine reflètent cette tendance», commente un diplomate occidental. Depuis le début du printemps arabe, la Russie soupçonne les Occidentaux de pousser systématiquement au changement de régime dans les pays concernés. Ces derniers, en retour, s'irritent de voir Moscou raisonner encore selon des schémas de pensée de la guerre froide. Une opposition qui, toutes proportions gardées, rappelle les grandes empoignades d'antan, lorsque le chef de la diplomatie soviétique, Andreï Gromyko, surnommé «M. Niet», ne dégainait pas moins de 26 veto en deux ans. Ou lorsque les Américains profitant de l'absence du représentant soviétique firent adopter en 1950 une résolution autorisant l'intervention contre la Corée du Nord…

 

Dans la crise actuelle autour de la Syrie, la dernière passe d'armes entre Russes et Occidentaux porte sur l'usage d'armes chimiques, dont s'accusent mutuellement le gouvernement et l'opposition. Les Russes ont été les premiers à pousser Damas à réclamer une enquête à l'ONU, bientôt suivis par la France et la Grande-Bretagne, qui ont exigé la leur avec le soutien de Washington. «Les États-Unis, la France et les autres» emploient des «tactiques de diversion», a vociféré l'ambassadeur russe. Et d'émettre l'hypothèse que l'opposition, soutenue par les Occidentaux, inventerait des attaques chimiques pour provoquer une intervention militaire en Syrie… À l'ONU, on prédit de sérieuses frictions sur le résultat de l'enquête tandis qu'une autre bataille, déjà, se profile. L'opposition syrienne s'apprête, avec le soutien des États-Unis, à demander le siège des Nations unies actuellement occupé par Bachar Jafari, allié fidèle de Bachar el-Assad. Une démarche à laquelle Vitali Tchourkine compte bien s'opposer de toutes ses forces.

 

La Syrie, au demeurant, n'est pas la seule pomme de discorde entre Russes et Occidentaux. Début mars, les débats ont tourné au pugilat à propos du Soudan. Vitali Tchourkine a doublé sa collègue Susan Rice en proposant un texte singulièrement clément envers le président soudanais, alors qu'elle-même essayait d'en faire adopter une version plus musclée depuis des semaines. Furieuse, elle a immédiatement raconté aux médias cette tactique de sabotage. Tchourkine, offusqué, l'a à son tour mise en garde contre des méthodes d'intimidation «inutiles avec la délégation russe».

 

Le représentant russe, décrit par ses collègues comme un brillant diplomate, est un habitué des manœuvres de torpillage, qui font partie des règles du jeu diplomatique. «On dirait des adolescents», glisse un membre du Conseil qui, pour faire bonne mesure, rappelle que Susan Rice peut se montrer tout aussi intraitable avec ses alliés britanniques et français. «Les heurts sont extrêmement réguliers» entre Tchourkine et Rice, note un autre, blasé. «Ce sont deux tempéraments qui démarrent au quart de tour. Gérard Araud n'est pas mal non plus dans le genre», relève-t-il. Tous trois adorent se livrer à des joutes verbales et se retrouvent régulièrement à déjeuner.

 

Spécialiste des Nations unies à l'université de New York, Richard Gowan distingue l'attitude russe de celle adoptée par la Chine, son alliée fidèle au Conseil de sécurité, avec qui elle a opposé trois veto sur la Syrie. «Pékin se préoccupe plus de son image et se montre globalement plus coopérative sur les dossiers quotidiens comme le Soudan, alors que la Russie a une attitude généralement belliqueuse et obstructionniste.» Deux tendances que les attaques américaines sur le dossier Magnitski et les violations des droits de l'homme en Russie ne devraient guère contribuer à assouplir.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 06:43

Youri-Ivanov1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

source :  airbase.ru

 

1 avril 2013 rusnavyintelligence.com

 

Le GRU (Direction générale des renseignements de l'Etat-major des forces armées russes) recevra l'année prochaine un nouveau navire de renseignement dont l'objectif sera de surveiller le bouclier anti-missiles américain dans le Pacifique.

 

Les marins qui serviront à bord du vice-Amiral Youri Ivanov devraient naviguer dans les eaux situées entre Hawaï et l'Alaska. Selon le journal russe  Izvestia qui s'appuie sur des sources au sein de l'armée et d'OSK (consortium des constructions navales russes), c'est en tous les cas l'une des pricnipales tâches qui sera assignée au Youri Ivanov une fois celui-ci admis au service actif.

Mis sur cale fin décembre 2004 au chantier naval du Nord (Saint-Pétersbourg), le vice-amiral Youri Ivanov est le navire tête de série du Projet 18280. Sa mise à l'eau était prévue pour 2012, toutefois, des retards de livraison chez les équipementiers l'ont notamment repoussé : elle est désormais prévue pour cette année, avec une livraison au ministère russe de la Défense en 2014. L'équipementier chargé de livrer les deux moteurs diesels du navire n'a pu par exemple en livrer qu'un seul il y a quelques jours au lieu des deux l'été dernier, et a dû s'acquitter de pénalités vis-à-vis du chantier naval. Une fois livré, le Youri Ivanov sera alors affecté à la flotte du Pacifique et exploité par le GRU.

 

Selon la source citée par Izvestia, le bâtiment sera affecté à la surveillance des élements du bouclier anti-missiles américain déployés sur Hawaï et en Alaska. Le Youri Ivanov sera équipé à cette fin de matériels pour le renseignements électroniques afin d'écouter, détecter et analyser les signaux émis par les sytèmes d'armements et les sytèmes de communications liés au bouclier américain. "Le Youri Ivanov est équipé d'un complexe de renseignement multispectre et peut traiter en même temps un grand nombre de signaux. Il peut non seulement en identifier la source, mais également analyser sa nature et son origine" a indiqué la source.

Le Youri Ivanov ne devrait disposer d'aucuns armements à son bord afin de ne pas être restreint dans ses déplacements. Contactés par Izvestia, des responsables du GRU ont confirmé que leurs attentes vis-à-vis du navire étaient très fortes. Le navire présente l'avantage de pouvoir opérer plus longtemps et plus discrétement que des moyens aériens (avions espions). Par ailleurs, le bâtiment viendra combler, très partiellement, un vide capacitaire, dans la mesure où l'essentiel des capacités de renseignements navals russes encore en service aujourd'hui repose sur la génération de bâtiments mis à l'eau par l'URSS dans les années 1970 et 1980 (Projet 1826 et Projet 864 notamment).

 

Une fois sa mise à l'eau effectuée, le Youri Ivanov entamera des essais en mer Baltique en 2014, tandis qu'une seconde unité devrait être mise sur cale d'ici le fin 2013.

 

Quelques caractéristiques techniques du Youri Ivanov (Projet 18280) :

 

Déplacement : 2 500 t (standard) ; 4 000 t (pleine charge)

Longueur : 95 m

Equipage : 120 hommes

 

Quelques photos (source :  airbase.ru) 

Youri-Ivanov-2.jpg

 

Youri-Ivanov-3.jpg

Source : Izvestia

 

Commentaire :

Même s'ils ne peuvent pas le dire aussi facilement que pour les Etats-Unis, ce navire servira également aux Russes pour surveiller l'accroissement de l'activité navale chinoise.

Partager cet article

Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 17:40

 

 Russia Weapon Maker

MOSCOU, 27 mars - RIA Novosti

 

Les participants russes à la conférence internationale qui se réunira les 23 et 24 mai à Moscou envisagent d'évoquer la situation en Afghanistan, la mise en place d'une capacité de défense antimissile américaine (ABM) et le contrôle des armements conventionnels en Europe, a annoncé un responsable du ministère russe de la Défense, Sergueï Kochelev.

 

Selon M. Kochelev, qui dirige le département de la coopération internationale du ministère, le problème des armements conventionnels sera examiné en priorité.

 

"L'une des questions que nous voudrions soulever est de savoir si nous avons besoin du contrôle des armements conventionnels en Europe. Cette question est d'autant plus importante que les mécanismes de contrôle qui existaient à l'époque de la guerre froide ne fonctionnent plus", a constaté mercredi le responsable du ministère de la Défense lors d'une rencontre avec les attachés militaires en poste à Moscou.

 

D'après M. Kochelev, une attention particulière sera également accordée au déploiement du bouclier antimissile américain en Europe à la lumière des récentes déclarations du Pentagone selon lesquelles les Etats-Unis ont renoncé à l'installation de leurs missiles intercepteurs en Pologne.

 

La Russie invitera en outre les participants de la conférence à se pencher sur la situation en Afghanistan en prévision du retrait des forces de l'Otan et des Etats-Unis.

 

M. Kochelev a également fait savoir que la conférence serait convoquée à l'initiative du ministre de la Défense Sergueï Choïgou.

 

"Nous espérons qu'au total plus de 400 personnes y prendront part", a-t-il indiqué.

 

Selon le responsable russe, la conférence de Moscou réunira les dirigeants politiques et militaires de la Russie, le ministre des Affaires étrangères, ainsi que les représentants du Conseil de la Fédération, du Conseil de sécurité, de l'administration présidentielle et du gouvernement russe. Des invitations personnelles ont été envoyées aux ministres de la Défense des pays membres de l'Otan, au secrétaire général de l'Alliance, aux représentants de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), au secrétaire général de l'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC), au chef du comité exécutif de la Communauté des Etats indépendants (CEI) et aux représentants des principales organisations non gouvernementales.

 

Les participants étrangers auront l'occasion de visiter une base militaire déployée dans la région de Moscou, a indiqué M. Kochelev.

Partager cet article

Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 17:40

Bouclier missile source Ria Novisti

 

MOSCOU, 27 mars - RIA Novosti

 

Le renoncement des Etats-Unis à déployer en Pologne des éléments de leur bouclier antimissile ne lève pas la menace que ce projet constitue pour la Russie, a déclaré mercredi le représentant permanent de la Russie auprès de l'Otan, Alexandre Grouchko.

 

"Nous pouvons parler d'un changement dans la configuration du projet initial, mais le problème fondamental n'est pas résolu", a indiqué le diplomate.

 

Selon lui, "la Russie n'a pas de raisons de constater que l'administration américaine est prête à remodeler le bouclier" dans des buts strictement défensifs.

 

Le diplomate a ajouté que Moscou espérait que Washington fournirait prochainement de nouvelles informations concernant ses projets de déploiement du bouclier antimissile.

Partager cet article

Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 13:40

Borey class nuclear-powered ballistic missile submarine Yur

 

MOSCOU, 27 mars - RIA Novosti

 

La Russie compte équiper ses sous-marins d'armes de haute précision afin d'augmenter son niveau de dissuasion stratégique, a déclaré mercredi le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

 

"Vous savez que nous avons l'intention de doter les forces sous-marines d'armes de haute précision à longue portée, augmentant ainsi les possibilités de recours aux sous-marins dans le cadre de la dissuasion stratégique", a déclaré le ministre lors d'une réunion de l'Etat-major des forces sous-marines de la Flotte russe du Pacifique.

 

Selon lui, "les forces sous-marines de la Flotte russe du Pacifique jouent un rôle crucial dans le maintien de la stabilité stratégique et de la sécurité militaire de la Russie dans l'Extrême-Orient".

 

"A cet égard, la base des sous-marins au Kamtchatka est unique, car elle permet à ces derniers de déboucher librement vers l'océan et d'accomplir leurs missions en toute condition", a souligné le ministre.

Partager cet article

Repost0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 13:40

Borey class nuclear-powered ballistic missile submarine Yur

 

26/03/2013 Izvestia – Ria Novisti

 

L'état-major de la marine russe a décidé de concevoir un sous-marin capable de détecter en régime passif les navires, les sous-marins ainsi que les objets volant à basse altitude dans un rayon de 600 kilomètres. D'après une source de la marine, un tel dispositif est nécessaire pour contrôler l'espace maritime et aérien de l'Atlantique et du Pacifique, écrit mardi le quotidien Izvestia. "Le sous-marin doit être capable de détecter des objets jusqu'à 600 km et d'identifier le type de l'appareil, sa vitesse et sa direction dans un rayon de 100 km", explique la source du journal.

 

Selon cette dernière, l'analogue sous-marin du système de détection et de commandement aéroporté (SDCA) porte officiellement le nom de "sous-marin pour la surveillance hydroacoustique et la couverture de l'environnement sous-marin". Contrairement au système aéroporté, il fonctionne en régime passif, c’est-à-dire qu’il observe les signaux sous-marins sans émettre de signaux actifs et reste ainsi invisible pour l'ennemi.

 

D'après la source du journal, plusieurs instituts de recherche de la marine travaillent actuellement sur les nouveaux plans du sous-marin. Cette phase devrait être achevée d'ici fin 2013 et encore quelques années seront nécessaires pour développer puis faire approuver les projets et la construction du sous-marin. Pour l'instant, la marine prévoit de mettre en service un seul bâtiment de ce type.

 

"Le clou du projet est son sonar de haute sensibilité capable de détecter des engins à très longue distance. Ses observations ne doivent être influencées ni par les changements de température de l'eau ni par la direction des courants, ni les sons biologiques et sismiques ni même le bruit du sous-marin. Sachant que la précision du signal reçu doit permettre d'identifier la cible à coup sûr", explique le représentant de la marine.

 

Il a ajouté qu'on discutait actuellement la nécessité d'équiper d'un tel sonar un sous-marin déjà existant, ou construire un nouveau sous-marin spécialement pour celui-ci, car un sous-main de combat aurait besoin de modifications considérables de sa structure. Le sous-marin de reconnaissance doit également être muni d'antennes latérales conformes ainsi que d'une antenne rétractable située dans sa queue et pouvant être sortie en mouvement.

 

L'une des entreprises qui participera à sa construction a déclaré que l’expérience accumulée lors de fabrication des sous-marins existants serait utilisée pour sa conception.

 

"Le tout nouveau sous-marin Severodvinsk, du projet Iassen, est équipé du sonar Irtych-Amfora fabriqué par Okeanpribor, qui n'a rien à envier à ses concurrents. C'est le meilleur système qui existe en Russie à l'heure actuelle. On y empruntera quelques éléments mais dans l'ensemble il s'agira d'un tout nouveau concept", a déclaré le représentant de la compagnie.

 

L'expert militaire indépendant Maxim Tokarev a expliqué que la conception d'un sous-marin de reconnaissance impliquait que les tâches de la marine soient revues ces prochaines années.

 

"Un sous-marin de surveillance hydroacoustique est utile pour suivre les groupes aéronavals et les sous-marins stratégiques américains aux quatre coins du monde. Mais dans la doctrine navale actuelle, approuvée jusqu'en 2020, la principale mission globale de la marine russe - hormis la protection de ses eaux territoriales et ses forces nucléaires stratégiques - est la présence permanente en Méditerranée et périodique dans l'océan Indien. Or il n'existe aucune cible dans ces régions pour de tels sous-marins", a déclaré Tokarev.

 

Il souligne toutefois que même si ce sous-marin n'avait pas de signification pratique, les recherches réalisées seraient utilisées pour la conception de sous-marins de cinquième génération.

 

Le sous-marin "sonar" devrait être construit par le chantier Sevmach et s'il était décidé de rééquiper un sous-marin déjà existant, les travaux seraient transmis au chantier Zvezdotchka.

Partager cet article

Repost0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 12:40

Bouclier missile source Ria Novisti

 

WASHINGTON, 26 mars - RIA Novosti

 

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou et le chef du Pentagone Chuck Hagel ont convenu de poursuivre les négociations sur le bouclier antimissile au niveau de vice-ministres de la Défense, a annoncé lundi soir le porte-parole du Pentagone George Little dans un communiqué.

 

"Le ministre Choïgou a souhaité reprendre les négociations avec les Etats-Unis au sujet du bouclier antimissile au niveau des vice-ministres. M. Hagel a accepté tout en soulignant qu'elles constituaient une importante partie des relations russo-américaines. Il a assuré le ministre Choïgou que ces négociations seraient poursuivies par le sous-secrétaire à la Défense pour la politique James N. Miller", précise le  communiqué.

 

Le chef du Pentagone Chuck Hagel a annoncé vendredi 15 mars que les Etats-Unis avaient décidé de renoncer au déploiement de missiles intercepteurs supplémentaires en Pologne. Selon M.Hagel, la mise en place d'une capacité de défense antimissile en Europe a été remise à 2022, faute de ressources budgétaires suffisantes.

 

A cette occasion, le Pentagone a décidé d'utiliser les fonds affectés à l'implantation de missiles SM-3 IIB en Pologne pour déployer des missiles intercepteurs supplémentaires en Alaska et en Californie afin de contrer la menace balistique émanant de Pyongyang.

Partager cet article

Repost0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 08:40

chuck-hagel

 

26/03/2013 par Nicolas Laffont - 45enord.ca

 

Sergueï Shoigu, le ministre russe de la Défense, a téléphoné ce lundi à son homologue américain Chuck Hagel pour lui faire part de son «désir de continuer les discussions sur la défense antimissile» à haut niveau, a annoncé le Pentagone.

 

Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel s’est dit «d’accord» et a réaffirmé que cela constituait «une part importante des relations américano-russes».

 

Dans un communiqué, le porte-parole du Pentagone, George Little, a précisé que les discussions devraient se poursuivre au niveau des vice-ministres.

 

Le Pentagone a récemment annoncé qu’il allait restructurer le programme de bouclier antimissile de l’OTAN, destiné à faire face à une menace balistique iranienne, mais que la Russie voit comme une menace à sa sécurité.

 

Perçue par les observateurs à Washington comme une ouverture à l’égard de Moscou, cette décision n’est en aucun cas une «concession à la Russie», a déclaré un vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov.

 

Dans son discours sur l’état de l’Union en février dernier, le président américain Barack Obama avait par ailleurs annoncé son intention de négocier avec la Russie une réduction supplémentaire de l’arsenal nucléaire des pays après l’adoption du traité START (acronyme en anglais de Traité sur la réduction des armes stratégiques) en 2010. «Nous allons engager des pourparlers avec la Russie pour rechercher des réductions supplémentaires de nos arsenaux nucléaires», avait ainsi affirmé M. Obama.

 

Depuis la ratification du traité START, signé le 8 avril 2010 par le président Obama et son homologue russe Dimitri Medvedev, les discussions sur le désarmement nucléaire entre les deux anciens blocs de la guerre froide sont tombées dans le sommeil.

 

«Le Secrétaire Hagel et le ministre Shoygu ont discuté de la transition en cours en Afghanistan, a également indiqué George Little. Le Secrétaire Hagel a assuré son homologue que le transfert des responsabilités de sécurité se déroule tandis que les capacités des Forces de sécurité nationales afghanes continuent de s’améliorer. Il a également déclaré que les États-Unis tiendront informés la Russie et toutes les parties concernées tout au long du processus. Par ailleurs, le Secrétaire Hagel a encouragé une coopération bilatérale proche sur une série d’autres questions d’intérêt commun, y compris la Syrie, la Corée du Nord et l’Iran.»

Partager cet article

Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 18:40

Nato Russia source natomission.ru

 

MOSCOU, 25 mars - RIA Novosti

 

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a proposé à son homologue américain Chuck Hagel de tenir le 24 mai prochain à Moscou une réunion ministérielle du Conseil Russie-Otan, a annoncé lundi Anatoli Antonov, adjoint de M.Choïgou.

 

"Le ministre russe a réaffirmé son invitation écrite au chef du Pentagone à participer à la conférence sur les problèmes de sécurité européenne prévue en mai à Moscou", a déclaré devant les journalistes le général Antonov, en précisant qu'il s'agissait d'une conversation téléphonique entre MM.Choïgou et Hagel.

 

Et d'ajouter que M.Choïgou avait proposé de tenir une réunion ministérielle du Conseil Russie-Otan en marge de la conférence de mai à Moscou où seraient invités les ministres de la Défense de tous les pays de l'Otan.

 

"Lors de cette réunion, la Russie pourrait entre autres exposer les objectifs des futurs exercices stratégiques Zapad-2013 qui préoccupent tant nos partenaires de l'Otan", a indiqué le vice-ministre.

 

Les exercices conjoints de grande envergure  Zapad-2013 auront lieu dans le district militaire de l'Ouest, impliquant du matériel de combat, l'aviation de l'armée et des navires de guerre.

Partager cet article

Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 18:40

Pantsyr short-range gun-missile air defense system

 

22 March 2013 airforce-technology.com

 

The Russian Air Force is conducting a large-scale air-defence exercise near the Republic of Buryatia, Russia, in an effort to evaluate its combat readiness.

 

Conducted under the Eastern Military District operational command, the exercise involves participation from approximately 2,000 personnel, more than 500 weapon systems and 50 front-line aircraft, as reported by RIA Novosti.

 

Eastern Military District press officer lieutenant colonel Alexander Gordeyev said the drill aims to validate operational readiness of the district's air-defence forces and combat aviation to conduct joint missions and practise an array of combat training sorties in modern warfare.

 

The drill involved the deployment of S-300 surface-to-air missile (SAM) systems, Osa, Buk, Strela and Shilka anti-aircraft missiles, Igla man-portable SAM missiles and the recently delivered Pantsyr-S gun-missile systems, Gordeyev added. The exercise is scheduled to conclude in the middle of April.

 

Meanwhile, unidentified military officials were reported by the news agency as saying that the air force is also conducting a series of tactical drills in preparation for the Ladoga-2013 exercise, which is scheduled to start next week on Lake Ladoga in the Republic of Karelia, near the Finnish border.

 

Carried out in Karelia and the Leningrad, Smolensk and Tver regions, the preparatory exercises include mid-air refuelling flights, landing on unknown airfields, aerial reconnaissance, air protection and elimination of ground based and airborne threats.

 

Approximately 1,000 soldiers are participating along with more than 70 aircraft, which include a mixture of fighters, bombers, as well as army aviation platforms, such as MiG-31 Foxhound and Su-27 Flanker fighters.

 

Additional aircraft include MiG-25RB Foxbat interceptors, Su-24M Fencer attack aircraft and Su24MR reconnaissance aircraft, besides Mi-8 Hip multirole helicopters and Mi-24 Hind attack helicopters.

Partager cet article

Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 18:40

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d8/Submarine_Vepr_by_Ilya_Kurganov_crop.jpg

Akula-class submarine

 

22 March 2013 naval-technology.com

 

The Russian Ministry of Defence is upgrading its third-generation Akula-class Project 971 nuclear-powered attack submarines, according to Malakhit Design Bureau head Vladimir Dorofeyev.

 

Dorofeyev was quoted by RIA Novosti as saying that currently, the first Project 971 submarine is undergoing moderation at the Zvezdochka shipyard in northern Russia.

 

Further details of other vessels, which will undergo refit and the total number of submarines to be upgraded, were undisclosed.

 

Upgrades include installation of enhanced electronics and technology to improve stealth capabilities. The first Akula-class submarine is expected to complete modernisation in two years and will undergo sea trails prior to its deliver to the navy, Dorofeyev added.

 

Built at Amur and Sevmash shipyard, the submarines feature very low acoustic signatures and can carry up to 12 Granit submarine-launched cruise missiles, which have a range of about 3,000km and deploys 200kt warheads.

 

Fitted with Novator SS-N-15 Starfish and the Novator SS-N-16 Stallion anti-ship missiles, the submarines of the class can cruise at a maximum submerged speed of 33k and operate at depths of 600m.

 

In January 2004, the Indian Navy signed a $650m agreement with Russia to lease an Akula II submarine, the SSN Nerpa, for ten years, in a move to enhance the country's defence capabilities.

 

Commissioned by the Russian Navy in December 2009, the SSN Nerpa was renamed INS Chakra and was re-commissioned by the Indian Navy in April 2012.

 

The Bars-class project 971 submarines, also known as Akula-class submarines, will form the core of the Russian nuclear attack submarines fleet, along with Project 885 Yasen/Graney-class nuclear-powered submarines.

Partager cet article

Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 18:40

Su-35-en-vol

 

Mar. 25, 2013 - By Wendell Minnick – Defense News

 

TAIPEI — Russia is denying Chinese media claims that Moscow and Beijing have signed agreements to sell Russian-made arms and military technology to China, including 24 Su-35 multirole fighter jets and four Amur-class diesel submarines.

 

During a recent visit by Chinese President Xi Jinping to Moscow from Friday to Sunday, no discussions took place regarding “military-technical cooperation” issues, the ITAR-TASS news agency reported Monday. This was in response to an earlier report by China’s CCTV on the same day.

 

“The Kremlin is officially denying even discussing arms trade during Xi’s visit,” said Vasiliy Kashin, a China military specialist at the Moscow-based Centre for Analysis of Strategies and Technologies (CAST). “In Russia-China relations, specific arms trade contracts are almost never discussed by the top leaders, just the general approaches.”

 

Another defense industry source in Russia said there are strong reservations about going forward on the memorandum of understanding signed in December to explore the sale of the twin-engine Su-35s and Amur submarines to China.

 

China intentionally violated intellectual property right (IPR) agreements when it copied and manufactured Russia’s Su-27 fighter as the J-11B, according to Russia.

 

In 1995, China secured a production deal with Russia to build 200 Su-27SKs, dubbed the J-11A, for $2.5 billion for the Shenyang Aircraft Corp. In 2006, Russia canceled the deal after 95 aircraft when it discovered China had reverse-engineered the fighter and was secretly manufacturing an indigenous copy, the J-11B, with Chinese-made avionics and engines.

 

There are strong suspicions China will procure the technological know-how of the Su-35 and Amur and simply produce an indigenous version.

 

But not all agree. Gary Li, a senior analyst at London-based IHS Fairplay, said China’s research and development have moved forward.

 

“It no longer will seek to directly reverse engineer everything it buys, but maybe adopt parts of the platform for other projects [and] integrate into domestic designs,” he said.

 

There also are concerns China wants access to the Su-35’s Saturn AL-117S engine, which is outfitted on the T-50, a prototype of Russia’s fifth-generation Sukhoi PAK FA stealth fighter.

 

However, Kashin said the risks of selling the Russian engine to China are negligible.

 

“An engine cannot be copied by obtaining a sample,” he said.

 

Li said he could envision Chinese aerospace engineers studying the aircraft’s engine and thrust-vectoring for future inclusion, as well as the Amur sub’s air-independent propulsion, but it will still be more than a decade before China will stop having to order engines to replace “worn-out ones,” as it has been doing with the J-11 and J-10 fighters.

 

“It always takes a few years before they can make a domestic alternative,” Li said.

 

Kashin cautions that a Chinese attempt to copy the Su-35, as they did with the Su-27, would be more difficult, “because this time, our Ukrainian ‘brothers’ cannot help them by selling the Chinese all the technology they lacked for a handful of dollars. I think the Amur situation will be generally the same.”

 

Ukraine has been accused of selling China former Soviet defense technologies, but it has no access to information regarding newer systems, such as the Su-35 and Amur.

 

“The Amur ultimately isn’t a strategic submarine, and as Russia’s interests in the Far East are not yet that ambitious, they can afford to sell them to China,” Li said. “How better to keep the U.S. pivot off their backs?”

Partager cet article

Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 17:40

Russia Weapon Maker

 

March 23, 2013: Strategy Page

 

When the Soviet Union dissolved in 1991, the new Russian state created a new constitution that was very different from what the Soviet Union had. For example, the 1993 constitution called for the government to develop a plan for defending Russia and make this a public document. Such things were always top secret during the Soviet period and before that as well. Within a decade of the 1993 constitution going into effect, these military plans became secret again. This was done quietly and gradually until now nearly all the details are top secret. There is some wisdom in this, because Russia has always been surrounded by a lot of actual or potential enemies and was usually lacking the forces needed to deal with all the dangers. So by keeping everything military top secret you caused uncertainty and doubt for your foes. This actually had some utility.

 

These days Russia is claiming to have far more enemies than it actually does. Vladimir Putin, who has been running Russia (in one elected capacity or another) for over a decade sees enemies everywhere, even where they aren’t. Putin confidently tells the Russian people that national defense is well taken care of and not to worry. This, despite things like personnel shortages in the military being common knowledge, as well as a lack of modern equipment. Putin has lately been talking about how military education was undergoing some long (since Soviet times) needed reforms and consolidations. Russia is also increasing military education opportunities at the high school and college level, in order to attract high quality personnel to the ranks of career (as opposed to reservist) officers. The airborne troops are being reorganized as a force of 22 infantry battalions of well-equipped and trained troops who will be available for emergencies anywhere within the vast expanse of Russia.

 

For all this, Russia is now less of a land power than at any time in centuries. The Russian Army is smaller than that of the United States and China. In fact, China has an army three times the size of Russia’s and the Chinese defense spending is three times that of Russia. In practice, Russia depends on its nuclear weapons, especially those carried by ballistic missiles, to keep major enemies out.

Partager cet article

Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 08:40

http://1.bp.blogspot.com/_enYnBb8Tj-Y/TBVYfwgClfI/AAAAAAAAAFc/HKF8giqABR4/s1600/RussieChine117965499.jpg

 

MOSCOU, 24 mars - RIA Novosti

 

La situation internationale complexe pousse Moscou et Pékin à accorder plus d'attention à la coopération bilatérale, a déclaré dimanche le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou inaugurant une rencontre avec son homologue chinois Chang Wanquan.

 

"Aujourd'hui, la situation dans le monde subit des changements profonds. On observe une tendance stable à recourir à la force dans les affaires internationales", a indiqué le ministre russe, avant d'ajouter que de plus en plus d'Etats tiers se retrouvaient impliqués dans des conflits régionaux.

 

"L'intervention des forces extérieures dans les affaires d'Afrique du Nord a complétement déstabilisé cette région. (…) L'importance d'une collaboration étroite entre la Russie et la Chine augmente dans ce contexte", a souligné M.Choïgou.

 

"J'espère que notre rencontre permettra de renforcer les relations entre les départements militaires russe et chinois", a encore ajouté le ministre russe avant de qualifier de "prioritaire" la coopération militaire et technique entre les deux Etats.

Partager cet article

Repost0
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 20:40

Bouclier missile source Ria Novisti

 

MOSCOU, 24 mars - RIA Novosti

 

Une simulation sur ordinateur d'un possible impact du bouclier antimissile américain sur la stabilité stratégique a été présentée à la délégation militaire chinoise en visite en Russie, a déclaré dimanche aux journalistes le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov.

 

"Nous suivons de près toutes les démarches entreprises par les Etats-Unis et l'Otan dans le but de mettre au point des systèmes antimissiles capables de torpiller la stabilité régionale et stratégique. Aujourd'hui, nous avons présenté à nos amis chinois une simulation sur ordinateur d'un possible impact du bouclier antimissile américain sur la stabilité stratégique", a déclaré M.Antonov à l'issue d'une rencontre entre les ministres de la Défense des deux Etats, Sergueï Choïgou et Chang Wanquan.

 

"On espère que nos collègues ont été impressionnés par cette présentation. Le chef du département militaire chinois a exprimé sa volonté de poursuivre le dialogue sur ce sujet", a poursuivi le vice-ministre.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 17:40

SNLE Vadímir Monomak Projet 955 Borei

 

MOSCOW, March 19 (RIA Novosti)

 

The distinguishing feature of Russia’s newest, fifth-generation submarines will be stealth rather than higher speed or greater depth capabilities, Vladimir Dorofeyev, head of the Malakhit Design Bureau, said on Tuesday.

 

“It is quite possible that new technological solutions will appear to protect submarines from detection,” he said in an interview with RIA Novosti.

 

The fifth-generation submarine will acquire new capabilities through close interaction with other components of the Armed Forces, including surface warships, warplanes, spacecraft, satellites, as well as other submarines, based on an integrated information space, he said.

 

He added, however, that the incorporation of submarines, alongside surface warships and warplanes, into a single communications system is at odds with the idea of a “stealth vessel,” insofar as the sheer exchange of information is a “telltale sign.”

 

“But that is a field that requires serious scientific-technical research,” Dorofeyev said Rubin Central Design Bureau head Igor Vilnit said on Monday work is in progress on fifth-generation nuclear-powered and diesel submarines.

 

The new submarine will have a service life of about 50 years, he said.

 

The fifth generation will be distinguished by its lowered noise, automated control systems, reactor safety, and long-range weapons.

 

The Russian Navy currently relies on third-generation submarines with fourth-generation subs of the Yury Dolgoruky (Project 955 Borey) and St. Petersburg (Project 677 Lada) class just beginning to be adopted for service. In addition to Rubin, Defense Ministry research centers and the Navy Institute, as well as Rubin’s partners and contractors, are currently working to develop a basic design of the fifth-generation submarine.

 

The Defense Ministry previously said Russia is planning to develop its fifth-generation submarine by 2020 under a 2011-2020 arms procurement program, to be armed with both ballistic and cruise missiles.

 

Russia also plans to build eight fourth-generation strategic nuclear subs by 2020 and arm them with Bulava submarine-launched ballistic missiles.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 13:40

Russia Weapon Maker

 

MOSCOU, 20 mars - RIA Novosti

 

La Russie doit déterminer les menaces extérieures qui pèsent sur sa sécurité pour développer ses forces armées de façon plus adaptée, a déclaré mercredi à Moscou le vice-premier ministre russe Dmitri Rogozine.

 

"Nous devons déterminer les menaces présentes sur nos destinations stratégiques, définir clairement qui est notre ennemi et quelles sont ses capacités, en vue de former une combinaison des forces armées et des moyens militaro-techniques empêchant ces menaces de se concrétiser", a indiqué M.Rogozine lors d'une conférence militaro-industrielle tenue à Moscou.

 

Selon lui, il est nécessaire de modéliser des situations-type de recours à la force armée en fonction de l'évaluation générale de ce que seront les conflits militaires de demain.

 

M.Rogozine a souligné qu'une analyse approfondie et complète de telles situations permettrait de jeter les bases de nouveaux moyens et méthodes de guerre.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 12:40

Admiral Chabanenko destroyer

 

20 mars 2013 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

La Russie va moderniser ses grands navaires de lutte ASM de type Udaloy (Projet 1155, classe Fregat) qu’elle mobilise notamment pour les missions de lutte anti-piraterie au large de la Corne africaine depuis 2008.

 

Référence : RusNav Intelligence

Partager cet article

Repost0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 08:40

Russia Navy

 

19 Mars 2013 Par Marine & Océans

 

A l'heure où la marine nationale française s'interroge sur son avenir et sur la manière dont elle va pouvoir préserver sa cohérence au regard des menaces qui planent sur le buget de la défense, la marine russe se plait à présenter un futur plus encourageant. Commentant le projet de création d'une escadre russe pour la Méditerranée, son patron, l'amiral Tchirkov, a précisé qu'elle pourrait proposer au pouvoir politique de faire renaître, si le besoin s'en faisait sentir, les escadres de l'océan Indien et du Pacifique qui existaient sous l'ére soviétique. Le 10 janvier 2013, à l'occasion de l'entrée en service du sous-marin Iouri Dolgorouki, premier des huit nouveaux SNLE de la classe Boreï appelés à reconstituer l'ossature de la force maritime stratégique russe, le président Vladimir Poutine avait annoncé que la Russie investirait, d'ici 2020, plus de 100 milliards d'euros dans le renouvellement de sa marine.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories