Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 14:40
Poutine promet de soutenir Damas y compris militairement

 

29 juin 2015 Romandie.com (AFP)

 

Moscou - Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem a affirmé lundi à Moscou avoir reçu des assurances du président russe Vladimir Poutine que son pays continuerait à aider la Syrie, y compris militairement.

 

J'ai reçu une promesse du président Poutine qu'il allait soutenir la Syrie, politiquement, économiquement et militairement, a-t-il dit lors d'une conférence de presse commune avec son homologue russe Sergueï Lavrov et après une rencontre avec le dirigeant russe.

 

La Russie est un allié de premier plan du régime de Bachar al-Assad qu'il a soutenu depuis le début du conflit en mars 2011. Son appui s'est traduit par des vétos au Conseil de sécurité de l'ONU chaque fois que les Occidentaux ont voulu condamner Damas ainsi que par une assistance militaire et financière.

 

Moscou a également accueilli deux séances de négociations entre le régime et une opposition tolérée mais peu représentative, qui n'ont pas abouti à des conclusions concrètes d'autant que l'opposition en exil, soutenue par l'Occident, n'y participait pas.

 

M. Poutine, après sa rencontre avec M. Mouallem, a assuré que son pays continuerait à se ranger du côté du régime syrien, faisant ainsi taire les rumeurs et les affirmations d'analystes sur un prétendu changement de position de Moscou.

 

Nous sommes convaincus qu'au final, le peuple syrien sera victorieux. Et notre politique, qui vise à soutenir la Syrie, les dirigeants syriens et le peuple syrien, reste inchangée, a affirmé le président russe.

 

Il a également discuté de la possibilité de constituer une nouvelle coalition internationale pour combattre le terrorisme, notamment le groupe jihadiste Etat islamique (EI), qui contrôle des pans entiers en Syrie et en Irak.

 

Si les dirigeants syriens considèrent (l'idée d'une coalition) acceptable et possible, nous ferons tout notre possible pour vous soutenir. Et nous utiliserons nos relations, qui sont bonnes avec tous les pays de la région, pour tenter de créer à tout prix une telle coalition, a déclaré M. Poutine.

 

Selon lui, pour lutter contre le terrorisme, tous les pays de la région doivent joindre leurs efforts.

 

Tous nos contacts avec les pays de cette région montrent que lorsqu'il s'agit de combattre le soi-disant Etat islamique, chacun est prêt à combattre ce mal. Cela s'applique à la Turquie, à la Jordanie, à l'Arabie saoudite, a-t-il ajouté.

 

Mais M. Mouallem s'est montré sceptique. Je sais que Poutine est un homme qui fait des miracles, mais une alliance avec l'Arabie saoudite, la Turquie, le Qatar ou les Etats-Unis nécessite un grand miracle, a-t-il dit avec humour.

 

Comment ces pays qui ont encouragé et financé le terrorisme peuvent-ils devenir des alliés contre le terrorisme, a-t-il souligné. Le régime syrien accuse ces pays de financer les rebelles qu'il combat depuis plus de quatre ans.

Repost 0
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 07:55
Op. Turquoise - photo ECPAD

Op. Turquoise - photo ECPAD


22.06.2015 par SHD
 

22 juin 1476 : bataille de Morat (Suisse). Lors des guerres de Bourgogne (1474-1477), le destin tragique du dernier Grand-Duc d'Occident peut être résumé dans cette formule laconique, connue par cœur de tous les écoliers suisses : "Charles le Téméraire perdit à Grandson le bien (sa fortune matérielle), à Morat le courage (à la suite de la destruction de son armée), à Nancy la vie (il fut tué au combat)". Dans l'histoire militaire suisse, la bataille décisive de Morat reste la bataille la plus célèbre. L'armée bourguignonne est taillée en pièces par ce "peuple de bouviers" que le duc de Bourgogne ne cesse de sous-estimer. Pourtant, celui-ci est loin d'être un chef incapable. A certains égards, son armée préfigure les armées de l'époque moderne. A Morat toutefois, le fantassin suisse, rustique, l'emporte sur le chevalier bourguignon, l'archer anglais ou le "piéton" lombard. Selon une formule consacrée, la bataille s'est jouée en une heure, au-dessus de Morat, dans le secteur de la "Haie verte". Cette heure a été suivie de cinq heures d'épouvante : Pas de prisonniers, tel est le mot d'ordre que les Suisses vont appliquer sans état d'âme. La bataille a été marquée par le renseignement et les erreurs d'appréciation commises de part et d'autre. A ce jeu-là, les Suisses tirent le meilleur parti possible du fait qu'ils tiennent la ville de Morat, que celle-ci résiste à l'assaut du 18 juin et que le Téméraire se fait surprendre par l’arrivée de l’armée de secours suisse qu’il guettait pourtant. Les Suisses n'ont pas seulement combattu pour l'argent du roi Louis XI, mais ils ont aussi défendu leurs intérêts et préservé leur autonomie. L’ouvrage référence sur la bataille est celui de Pierre Streit.

« Le mot d’ordre donné avant la bataille [ pas de prisonniers], et la rigueur avec laquelle il a été appliqué, ne sont en effet pas liés à une brutalité particulière qui aurait été propre aux combattants Suisses de cette période mais trouvent leur origine dans les évènements qui se sont déroulés quelques mois plus tôt. Le 28 février 1476, le duc de Bourgogne a pris aux Suisses  le château de Grandson. Aux dires des chroniques contemporaines de l’évènement, les 400 défenseurs auraient alors eu l’assurance d’avoir la vie sauve ; mais après la reddition de la place, le duc Charles les fit tous pendre ou noyer dans le lac de Neuchâtel. C’est donc en représailles à cet acte contraire aux coutumes de la guerre médiévale que les Suisses décidèrent de ne plus faire de quartiers aux Bourguignons ». Christophe Chevassus (EMZD Lyon).

 

22 juin 1940 : 2e armistice de Rethondes (forêt de Compiègne).Hitler impose la signature de l'armistice à l'endroit même où Foch, 22 ans plus tôt, avait imposé ses conditions à l'Allemagne. Hitler fait ensuite démanteler le site.

Note RP Defense : L'historien Henri Amouroux raconte les coulisses de cet événement dans Le Figaro du 22 juin 1992.

 

22 juin 1941 : opération Barbarossa. Hitler déclenche l'invasion de l'URSS, malgré le pacte de non-agression. Staline a négligé tous les signes précurseurs de l'invasion. Il fera exécuter le général Pavlov et tout son état-major pour incompétence le 30 juin, l'armée rouge étant bousculée de toutes parts. L'attaque précipite les communistes français dans la résistance.

 

22 juin 1994 : l’ONU autorise l’opération turquoise . Par la résolution 929, le Conseil de sécurité des Nations Unies décide d’intervenir temporairement au Rwanda, avec une force armée multinationale commandée par le général Jean-Claude Lafourcade. La durée de la mission (qui débute le lendemain) est de 2 mois afin de donner le temps à la Mission des Nations Unies pour l’Assistance au Rwanda - MINUAR (octobre 1993 à mars 1996) de renforcer ses effectifs. Les controverses nées du conflit rwandais ont obligé certains officiers français à publier des livres témoignage sur leurs actions. C’est le cas du général Lafourcade, Opération turquoise – Rwanda – 1994 et du général Tauzin, Je demande justice pour la France et ses soldats.

Note RP Defense : lire Les larmes de l'honneur : 60 jours dans la tourmente du Rwanda

Repost 0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 10:55
Chronique culturelle du 17 Juin 2015 - SHD


17.06.2015 par SHD
 

17 juin 1696 : bataille de Dogger bank (Mer du Nord). Le corsaire français Jean Bart capture un convoi d'une centaine de navires marchands, chargés de blé, après avoir défait leur escorte hollandaise. Pris en chasse par une escadre de l'amiral britannique Benbow, Jean Bart se cache au Danemark puis passant au travers de tous les pièges tendus en Mer du Nord et dans la Manche, rejoint triomphalement Dunkerque.

 

17 juin 1734 : mort du maréchal de Villars (Turin). Héros de Maastricht (juin 1673), Seneffe (aout 1674), Friedelinghen (octobre 1702), Denain ( juillet 1712), il meurt à 82 ans en rentrant victorieux d’une campagne en Italie. Louis XIV l’avait remarqué à Maastricht lors de ses débuts :  « Il semble que dès que l’on tire en quelque endroit, ce petit garçon sorte de terre pour s’y trouver ». Puis le maréchal de Créqui : « Jeune homme, si Dieu te laisse vivre, tu auras ma place plus tôt que personne ».

 

17 juin 1778 : combat naval de Roscoff (Baie de Goulven). La frégate française La belle poule est attaquée sans sommations par la frégate anglaise Arethusa. Celle-ci est finalement vaincue et ramenée à Brest. Cet affrontement pousse Louis XVI à déclarer la guerre à l’Angleterre dans le cadre de ce que l’on va appeler la guerre d’indépendance américaine.

 

17 juin 1940 : premier acte de résistance de Jean Moulin (Chartres). Préfet d'Eure et Loir lors de l'arrivée de la Wehrmacht à Chartres, Jean Moulin refuse de signer un rapport que les Allemands ont préparé pour faire attribuer la mort de civils à l'aviation française et aux troupes africaines. Comprenant l'intention, Moulin refuse de signer. Passé à tabac, il tente de se suicider pour ne pas faiblir. Au sujet de Jean Moulin, voir l'excellent dossier que lui consacre Le Figaro Histoire n°8 "Jean Moulin, un héros très secret".

 

17 juin 1944 : prise de l’ile d’Elbe. Surveillant la portion de Méditerranée entre la Corse et l’Italie, l’ile est tenue par les Allemands et ne peut rester comme une menace dans le dos des alliés qui ont passé la ligne Gustav. Le bataillon de choc (Cdt Gambiez), et les commandos d’Afrique, lors de l’opération Brassard, débarquent sur l’ile et prennent d’assaut les batteries côtières. La 9ème Division d’Infanterie coloniale débarque quelques heures plus tard et parachève la libération de l’ile. Les combats sont durs : 250 français périssent contre 700 Allemands durant les deux jours d’affrontement.

 

17 juin 1953 : l'armée rouge réprime une insurrection populaire (Berlin-Est). Quelques mois après la mort de Staline, les ouvriers est-Allemands se mettent en grève puis créent une insurrection rassemblant 60 000 manifestants dans Berlin-Est. Appelés en renforts, les chars soviétiques écrasent la révolte : plus de 80 morts et des milliers d'arrestations.

 

17 juin 1967 : explosion de la première bombe H chinoise (désert du Takla-Makan – Chine). La Chine teste avec succès sa première bombe à fusion nucléaire (ou bombe H) à peine 3 ans après sa première bombe à fission (bombe A). La France a testé les siennes en 1960 (A) et 1968 (H). Pour les Américains, 1945 et 1952. Pour les Soviétiques, 1949 et 1953.

 

17 juin 1985 : le colonel Baudry dans l’espace (Etats-Unis – Floride). Patrick Baudry décolle du Kennedy center à bord de la navette Discovery et passe 7 jours dans l’espace. C’est le deuxième spationaute français (le premier étant le général Jean-Loup Chétien).

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 16:40
Kalachnikov: "Nous obtenons de nouveaux marchés grâce aux sanctions"

 

16.06.2015 Sputniknews.com

 

Kalachnikov, leader russe de la production d’armes d'infanterie, affirme que les sanctions occidentales contre la Russie ont fourni au groupe de nouveaux débouchés en Afrique, en Asie, en Amérique latine et au Proche-Orient.

 

Le consortium russe Kalachnikov ne dépend plus du marché américain, a annoncé le directeur général du groupe Alexeï Krivoroutchko dans une interview accordée à RIA Novosti.

 

"Les sanctions ont eu une incidence, certes. Mais à vrai dire, il y a plus d'avantages que d'inconvénients. Nous avons trouvé d'autres débouchés, et nous avons fixé des prix plus intéressants pour nous", a conclu M.Krivoroutchko.

 

Selon lui, les sanctions ont poussé Kalachnikov à réorienter son activité vers de nouveaux marchés, notamment les pays d'Afrique, du Proche-Orient, d'Asie du Sud-Est et d'Amérique latine.

 

Kalachnikov prend part au forum international "Armée-2015", qui se tiendra du 16 au 19 juin à Koubinka, dans la région de Moscou, à l'initiative du ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou. La plupart des entreprises du complexe militaro-industriel national, toutes les armes et subdivisions des forces armées russes et les représentants de 32 Etats participeront au forum et assisteront aux expositions et à la démonstration des derniers-nés de l'industrie de défense russe.

 

Le consortium Kalachnikov organisera une exposition de grande envergure qui comprendra des nouveautés dans le domaine des armes d'infanterie et des modèles d'équipement militaire de dernière génération.

 

Répondant aux questions de RIA Novosti, M.Krivoroutchko a mis l'accent sur l'embarcation de débarquement BK-16 équipée d'un module militaire automatique et d'un drone. Le navire sert à mener des opérations sur le littoral, à transporter des hommes, à débarquer des troupes, à réaliser un appui-feu, ainsi qu'à lutter contre la piraterie et le terrorisme.

 

"Selon ses caractéristiques techniques, le BK-16 peut concurrencer ses homologues produits en Occident, en outre le prix de l'embarcation russe est bien plus intéressant", a-t-il fait remarquer.

 

Le directeur général a également fait savoir que les clients étrangers sont déjà intéressés par l'achat éventuel de drones produits par la filiale du consortium ZALA Aero.

 

"Nous avons montré que les caractéristiques techniques de nos drones correspondent aux meilleurs modèles mondiaux, mais le rapport qualité/prix est plus intéressant. Voilà pourquoi cela suscite un grand intérêt", a-t-il ajouté.

 

Selon M.Krivoroutchko, le groupe russe a l'intention de participer à l'élaboration d'armes du futur. Il s'agit principalement de la production des cartouches à longue portée capables de percer le blindage le plus puissant.

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 16:40
BPC Sebastopol photo Grigory Sysoev -  Sputnik

BPC Sebastopol photo Grigory Sysoev - Sputnik

 

17.06.2015 sputniknews.com

 

La compagnie française est disposée à proposer ses technologies les plus avancées à l'industrie navale russe.

 

Le leader mondial des logiciels de création 3D Dassault Systèmes est prêt à coopérer avec la Russie dans la construction de navires similaires aux BPC Mistral, a annoncé le vice-président du groupe Michel Tellier.

 

Dassault Systèmes compte parmi ses clients des compagnies comme Boeing, Airbus, Dassault Aviation (constructeur des chasseurs Rafale) ainsi que le groupe russe Soukhoї. La société coopère également avec le chantier naval français DCNS qui a construit deux porte-hélicoptères classe Mistral commandés par Moscou à la France.

 

"En conformité avec nos engagements internationaux et dans l'objectif de poursuivre le travail accompli au cours de nos dix années de partenariat, nous sommes prêts à proposer nos technologies les plus avancées à l'industrie navale russe", a déclaré M.Tellier dans une interview accordée à RIA Novosti (propos retraduits du russe).

 

Le constructeur naval français DNCS/STX a signé en juin 2011 un contrat de 1,2 milliard d'euros prévoyant la construction de deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) de classe Mistral pour la Russie.

 

La livraison du premier des deux navires, le Vladivostok, aurait dû avoir lieu à l'automne 2014, mais elle a été suspendue par le président François Hollande sine die au motif que les conditions "n'étaient pas réunies" en raison de la crise ukrainienne.

 

En mai 2015, les médias russes ont rapporté que la France envisageait de proposer à Moscou environ 785 millions d'euros à titre de dédommagement pour la rupture du contrat sur les Mistral. Cette somme ne sera payée à la partie russe qu’en échange d’une lettre autorisant la cession des porte-hélicoptères à un pays tiers.

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 11:40
Le président russe Vladimir Poutine se prononce sur le forum international «Armée-2015» - photo RN

Le président russe Vladimir Poutine se prononce sur le forum international «Armée-2015» - photo RN

 

16 juin 2015 RT.com

 

Plus de 40 missiles balistiques intercontinentaux viendront augmenter l’arsenal nucléaire de la Russie d’ici fin 2015, a annoncé le président russe Vladimir Poutine.

 

«Avant la fin de l’année en cours, plus de 40 nouveaux missiles balistiques intercontinentaux s’ajouteront à l’arsenal nucléaire de la Russie. Ces missiles pourront déjouer tous les systèmes de défense antimissiles, même les plus perfectionnées», a déclaré le dirigeant russe au forum militaire international Armée-2015.

 

Vladimir Poutine a ajouté que la Russie continuerait de prêter une attention maximale à la réalisation du programme massif de réarmement et de modernisation de l’industrie de la défense.

 

«C’est le complexe militaro-industriel qui doit (…) rester la locomotive de l’innovation technologique, dont celles à double finalité [militaires et civiles …] dans les domaines telles que l’énergie, la machinerie, les communications, les ordinateurs», a estimé le président russe.

 

Le président russe a également annoncé la création d’une nouvelle station radar. «Les essais d’une nouvelle station radar de détection transhorizon d’objets aériens commenceront dans les mois à venir. Cette station contrôlera plus tard la frontière occidentale», a précisé Vladimir Poutine.

 

Il a aussi ordonné le début de construction d’une autre station à la frontière orientale pour 2015, en rappelant qu’une telle station fonctionnait déjà dans la ville d’Armavir, dans le Sud de la Russie.

 

Le chef de l’Etat russe a hautement apprécié les robots de combats et les systèmes de contrôle présentés lors du forum, qui vont, selon lui, influencer pendant longtemps le présent et le futur des forces militaires de la Russie.

 

Entretemps, le vice-ministre de la Défense Anatoli Antonov, qui était également présent au forum Armée-2015, a estimé que l’agressivité de l’OTAN, dont des troupes pourraient être stationnées de manière permanente à la frontière russe, obligeaient la Russie à s’engager de nouveau dans la course aux armements.

 

«On a l’impression que nos collègues de l’OTAN nous poussent vers une course aux armements», a déclaré le vice-ministre.

Repost 0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 07:40
La Russie et l’Ukraine, un an après l’annexion de la Crimée - La lettre de l'IRSEM n°3 - 2015


10/06/2015  par IRSEM

 

La Lettre de l'IRSEM est notre lettre d'information. Chaque mois, chercheurs résidents et invités y présentent un dossier stratégique, des chroniques et points d'actualité.
 

La lettre de l'IRSEM n°3 - 2015

 

Dossier stratégique : La Russie et l’Ukraine, un an après l’annexion de la Crimée

 

La lettre de l'IRSEM n°2 - 2015
Dossier stratégique : La diplomatie proactive des pays du Conseil de Coopéra-tion du Golfe au Moyen-Orient

La lettre de l'IRSEM n°1 - 2015
Dossier stratégique : Risques et défis internationaux

 

2014 - La lettre de l'IRSEM

La lettre de l'IRSEM n°8 - 2014
Dossier stratégique : Sécurité globale et surprises stratégiques en Europe

La lettre de l'IRSEM n°7 - 2014
Dossier stratégique : La Syrie : Quelles perspectives pour une sortie de crise ?

La lettre de l'IRSEM n°6 - 2014
Dossier stratégique : La politique étrangère et de défense de la Chine :  Une nouvelle étape?

La lettre de l'IRSEM n° 5 - 2014

La Lettre de l'IRSEM n°4 - 2014
Dossier stratégique : Quelles stratégies étatiques dans le monde arabe face au jihadisme?

La Lettre de l'IRSEM N°3 - 2014
Dossier stratégique: La Pologne, un acteur de la défense européenne

Version en polonais du dossier stratégique

La Lettre de l'IRSEM N°2 - 2014

La Lettre de l'IRSEM N°1 (2,02 Mo)

 

Afin de recevoir par mail notre newsletter mensuelle, la Lettre de l'IRSEM, merci de nous préciser :
- vos noms, prénoms, grade, fonction, organisme, et adresse mail, à partir du lien ci-dessous :

Repost 0
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 16:40
Crédit photo Min. Def Kazakhstan

Crédit photo Min. Def Kazakhstan

 

12 juin, 2015 Youri Obraztsov (FOB)

 

Mi-avril, la Russie et le Kazakhstan ont signé une série d’accords qui modifient les conditions d’utilisation des terrains militaires kazakhs par l’armée russe. À la demande du Kazakhstan, la taille de ces terrains a été fortement réduite. Ainsi, la Russie perd plus d’1,6 million d’hectares (16 000 km²). Cela concerne surtout le 929e Centre d’essais aériens du ministère de la Défense russe, dont les dimensions étaient restées inchangées depuis l’époque de l’Union soviétique.

 

Les terres libérées seront utilisées pour l’extraction de richesses naturelles, l’agriculture, ainsi qu’à la construction d’une autoroute Samara-Tchimkent, qui fait partie des voies de communication internationales « Europe-Chine occidentale ».

 

Le terme « optimisation », officiellement employé lors de la signature par les autorités russes, est le même mis en avant par toutes les armées occidentales lors de diverses réductions, et qui cache généralement une perte de capacité.

 

Avec cette restitution de terres au Kazakhstan, Moscou réduit de 4 millions de dollars la location annuelle de terrains militaires, qui passent de 23,49 à 19,36 millions de dollars, un prix bien symbolique vu leur importance stratégique.

Repost 0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 16:50
La bataille de Koursk



:03/02/2015 par CESAT

 

Pour visualiser le contenu, cliquez sur le lien suivant: LA BATAILLE DE KOURSK

German plan of attack

German plan of attack

 

Note RP Defense :

 

voir Bataille de Koursk

 

 

Repost 0
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 16:55
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

08/06/2015 Marie Broyer - Armée de l'air

 

Jeudi 4 juin une exposition permanente entièrement consacrée au régiment de chasse «Normandie-Niémen» a été inaugurée au Musée de l’air et de l’espace, à Paris-Le Bourget. Cette unité des Forces aériennes françaises libres a lutté contre le nazisme sur le front de l’est de 1943 à 1945.

 

C’est sous un soleil de plomb, dans le cadre de l’aéroport de Paris-Le Bourget, que se sont réunis plus de 300 invités.

 

Militaires, politiques, représentants de l’actuel régiment de chasse «Normandie-Niémen» et familles étaient présents autour de Catherine Maunoury, la directrice du musée; M. Borisov, vice-ministre de la Défense russe accompagnait Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’état chargé des anciens combattants et de la mémoire, auprès du ministre de la défense. Ensemble, ils ont rendu hommage aux hommes, pilotes et mécaniciens, français et soviétiques, qui ont uni leurs forces, au nom de la paix et de la liberté.

 

À l’ombre des porte-drapeaux, devant la stèle commémorative, plusieurs gerbes ont été déposées par les autorités russes et françaises. La sonnerie aux morts et les hymnes nationaux ont donné lieu à un instant de recueillement. Certains se souviennent de leurs aînés : «C’est un grand honneur d’être ici en souvenir de mon oncle, témoigne le neveu de Marcel Albert, l’un des pilotes du «Normandie-Niémen» entre 1943 et 1945. Sans lui, sans le régiment, nous ne serions peut-être pas ici aujourd’hui. Nous ne serions pas libres.»

 

La cérémonie militaire a été saluée par le passage de deux Rafale et deux « Yak » 9, anciens avions de chasse russe.

 

 

photo Armée de l'Airphoto Armée de l'Airphoto Armée de l'Air
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Une exposition riche en objets témoins du passé

 

L’espace de 300m2 consacré à cette page de l’Histoire réunit plus de 200 objets. Chacun fait partie d’une collection unique et rend compte de la vie des pilotes français sur le front russe. Répartis sur 6 grandes séquences thématiques (la constitution, les campagnes, la vie quotidienne, les pilotes et mécaniciens, les avions, le retour), l’exposition est agencée autour d’un Yak 3 grandeur nature, dernier exemplaire des avions utilisés sur le front russe, ayant atterri au Bourget le 20 juin 1945 lors du retour en France du régiment.

 

À l’origine de ce nouvel espace, Catherine Maunoury a souhaité mettre en avant le côté humain plutôt que technique : «À travers ces objets, ces souvenirs qu’ils nous lèguent, les hommes du «Normandie-Niémen» entrent, aujourd’hui, au Panthéon de l’air et de l’espace», confie la directrice du musée. En fil rouge, un portrait émouvant de Marcel Lefèvre, à l’origine de la création du régiment.

 

photo Armée de l'Airphoto Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Au-delà des objets (photographies, documents d’époque, uniformes, vaisselle, jeux d’échecs…) c’est la valeur, le courage et l’esprit de fraternité qui émane de cette exposition. Un espace qui inspirera les pilotes actuels et en devenir, comme l’espère la directrice du musée: «Nous croyons que l’exposition rétrospective empreinte de mémoire et de souvenirs pourra, pour longtemps encore, susciter l’engouement des jeunes qui fréquentent ce lieu.»

 

Le mot du patron du « Neu-Neu »

 

photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Interview du lieutenant-colonel Yann Malard, commandant le régiment de chasse 2/30 «Normandie-Niémen», à Mont-de-Marsan. Propos recueillis par Alexandra Milhat

 

 

Vous êtes le garant des traditions de cette célèbre unité. Que signifie pour vous cette cérémonie ?

C’est une grande fierté ! Aujourd’hui, le régiment se compose de pilotes de Rafale déployés sur tous les théâtres d’opérations extérieures, mais qui sont avant tout attachés aux traditions et à l’histoire du régiment. Les vétérans ont eu un parcours fantastique, entre 1942 et 1945, pendant trois campagnes, couronnées par 273 victoires. Ils ont donné leur vie pour la guerre et pour la victoire. Aujourd’hui, le retour de cet espace Normandie-Niémen au sein d’un établissement aussi prestigieux que le Musée de l’air et de l’espace est un véritable bonheur. Nous sommes très heureux de partager ce moment avec les familles de nos ainés et les nombreux vétérans russes… Il s’agit aussi d’un beau moyen de célébrer l’amitié franco-russe qui ne s’est pas démentie depuis 70 ans.

 

Qu’avez-vous pensé de l’exposition en elle-même ?

L’exposition nous permet de remonter jusqu’à 70 ans en arrière. D’abord avec cet immense Yak 3, conservé dans son état originel, puisqu’il n’a été ni entièrement repeint, ni refait à neuf. Il est resté « dans son jus » et c’est ce qui nous permet aussi d’imaginer dans quel cadre pilotait le personnel du Normandie-Niémen. Ce sont des avions qui n’ont plus rien à voir avec les nôtres, des avions dans lesquels l’engagement était total, d’ailleurs 42 d’entre eux n’en sont jamais revenus. L’entrée dans cette pièce est donc particulièrement bien pensée car on est plongé d’emblée dans le quotidien de nos anciens, et on se rend bien compte du travail et de la volonté des mécaniciens français et russes et bien entendu des pilotes aux commandes des Yak.

Repost 0
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 11:40
Mil MI-26T2

Mil MI-26T2

 

June 4, 2015: Strategy Page

 

 In May 2015 Russian announced that production of an upgraded Mi-26 (Halo) transport helicopter has started. In 2011 the new model, the Mi-26T2, made its first flight and Russia began looking for export customers. In 2014 Algeria agreed to buy six of them. Earlier the Russian Air Force ordered 22 Mi-26T2s and paid to have twenty older Mi-26s upgraded to the Mi-26T2 standard. In 2010 China agreed to build the Mi-26 under license but that project is stalled.

 

The original 49 ton Mi-26 entered service in 1983 and production continued into the 1990s, with 322 built for military and commercial customers. This model could haul 20 tons 550 kilometers or 15 tons for 900 kilometers. The Mi-26 can also carry up to 60 troops or 30 stretchers. The Mi-26T2 weighs 56 tons and has about 25 percent better performance than the original Mi-26 as well as being more reliable.

 

The Mi-26 is similar to the American CH-53E and the Mi-26T2 is more like CH-53K. The CH-53 is a contemporary of the original Mi-26 and used mainly by the U.S. Navy and Marine Corps. The new CH-53K is 16 percent heavier (at 42.3 tons) than the current CH-53E and able to carry nearly twice as much (13.5 tons). The CH-53K will be much easier to maintain and cost about half as much per flight hour to operate. Thus, the CH-53 can haul cargo at half the cost but at half the speed. Russia has similar goals with the Mi-26 and Mi-26T2.

Repost 0
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 07:50
Poland increases military spending in response to Russia's belligerence

 

31 May 2015 By Matthew Day, Warsaw - TheTelegraph

 

The defence budget will increase by 18 per cent meaning that it will achieve Nato target of spending two per cent of GDP income on defence

 

Poland has responded to Russia's belligerence by raising its defence budget by 18 per cent, achieving the biggest increase in military spending of any country in Europe. Haunted by memories of Soviet invasion, Poland is set to join the handful of Nato members who meet the alliance's target of investing at least two per cent of national income in defence.

 

Read more

Repost 0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 14:40
 Ukraine: Porochenko met en garde contre le risque d'une reprise des combats

 

04 juin 2015 Romandie.com (AFP)

 

Kiev - L'Ukraine a mis en garde jeudi contre la menace gigantesque d'une reprise des attaques des rebelles au lendemain d'une flambée de violence qui a fait 26 morts dans l'est du pays, selon un nouveau bilan, la Russie avertissant de son côté que le processus de paix risquait de voler en éclats.

Les combats de mercredi ont été les plus violents en Ukraine depuis la reprise par les rebelles du noeud ferroviaire stratégique de Debaltseve, à mi-chemin des bastions séparatistes de Donetsk et de Lougansk, peu après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu le 15 février.

La menace d'une reprise d'actions militaires de grande envergure des groupuscules terroristes russes demeure gigantesque, a déclaré M. Porochenko, lors de son adresse annuelle au Parlement ukrainien, affirmant que plus de 9.000 soldats russes se trouvaient actuellement en Ukraine.

L'Union européenne a fait écho à ces propos, estimant que l'escalade des combats la veille, considérée comme la plus grave violation du cessez-le-feu depuis février, risquait d'enclencher une nouvelle spirale de violences.

Alors que les rebelles ont nié toute implication dans l'offensive près de Mariinka, à une vingtaine de kilomètres de Donetsk, la Russie, accusée par l'Ukraine et par les Occidentaux de soutenir et d'armer les séparatistes prorusses, a pour sa part dénoncé des provocations ukrainiennes. Elle s'est aussi dite préoccupée quant à l'avenir des accords de Minsk 2, signés le 12 février.

Ces derniers sont en permanence menacés de voler en éclats à cause des actes des autorités de Kiev, a déclaré le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov, cité par l'agence Interfax.

 

- Mouvement d'armes lourdes -

Kiev a accusé les rebelles d'avoir déclenché une offensive majeure avec plus de 10 chars et 1.000 hommes contre leurs positions à Mariinka mercredi à l'aube.

Dans un rapport publié mercredi soir, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a indiqué avoir observé le mouvement d'un grand nombre d'armes lourdes dans les territoires contrôlés par la République populaire de Donetsk, généralement vers l'ouest de la ligne de front, près de Mariinka, avant et durant les combats.

L'OSCE a précisé avoir notamment vu huit véhicules blindés se diriger vers l'ouest, dont quatre étaient des chars, ainsi qu'un camion militaire transportant une pièce d'artillerie de calibre 122 millimètres ou encore une colonne d'infanterie.

La mission, basée à Donetsk, a de plus rapporté avoir entendu environ 100 tirs sortants d'artillerie, lancés depuis une zone située entre 1 et 5 kilomètres de Donetsk à l'aube mercredi , ainsi que des tirs sortants de lance-roquettes multiples Grad. Selon l'OSCE, les tirs sortants se sont poursuivis par la suite, et des tirs entrants ont ensuite également été entendus. Le calme était revenu dans la soirée, a précisé l'OSCE.

Les armes de calibre supérieur à 100 millimètres auraient normalement dû être retirées de la ligne de front selon les accords de Minsk 2.

L'état-major ukrainien a admis mercredi que ses troupes avaient rapporté de telles armes sur la ligne de front pour contrer l'attaque rebelle. Selon le président Porochenko, ces armes ont déjà été retirées de la ligne de front.

 

- 'Toute nouvelle attaque est inacceptable' -

Le bilan des affrontements s'élève pour l'instant à au moins 26 morts. Un représentant de la République populaire autoproclamée de Donetsk, Edouard Bassourine, a déclaré à l'AFP que 16 rebelles et 5 civils avaient été tués ces dernières 24 heures. De son côté, Iouri Birioukov, un proche conseiller du président ukrainien Petro Porochenko, a fait état de cinq soldats tués, sur sa page Facebook.

Cette flambée des violences fait craindre que les accords de Minsk, qui visaient à mettre fin à une crise qui a conduit à une confrontation sans précédent depuis la Guerre froide entre la Russie et les Occidentaux, ne volent en éclat. Le conflit dans l'Est a déjà fait plus de 6.400 morts depuis son déclenchement en avril 2014.

Nous sommes préoccupés par les informations faisant état de combats hier à Mariinka. Ils doivent cesser immédiatement, a réagi le ministère français des Affaires étrangères.

Mercredi soir, la diplomatie américaine avait déjà qualifié d'inacceptable toute nouvelle attaque ou acte d'agression de la part des forces russo-séparatistes.

Repost 0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 12:40
Le processus de paix en Ukraine risque de voler en éclats

 

04 juin 2015 Romandie.com (AFP)

 

Moscou - Le processus de paix dans l'est de l'Ukraine, où un conflit armé oppose les forces régulières aux séparatistes prorusses, risque de voler en éclats à cause des actes de Kiev, a accusé jeudi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

 

Les accords de paix de Minsk 2, signés le 12 février, sont en permanence menacés de voler en éclats à cause des actes des autorités de Kiev qui tentent d'échapper à leurs obligations d'établir un dialogue direct avec les séparatistes, a déclaré M. Lavrov, cité par l'agence Interfax, lors d'une conférence sur la sécurité à Moscou.

 

Il a déploré une grave crise intérieure en Ukraine où au moins 24 personnes ont péri dans les combats au cours des dernières 24 heures, selon des bilans des autorités ukrainiennes et des séparatistes.

 

Des tentatives de déstabiliser la situation et de provoquer les tensions sont évidentes, a déclaré pour sa part le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, en affirmant que ces actes provocateurs sont organisés par les forces ukrainiennes.

 

La partie ukrainienne a déjà pris à plusieurs reprises des mesures visant à faire monter la tension, a-t-il déclaré, cité par l'agence publique Ria-Novosti.

 

Nous sommes très préoccupés par une nouvelle répétition de ces activités, a souligné M. Peskov.

 

Le gouvernement ukrainien a accusé mercredi les rebelles d'avoir lancé, malgré la trêve en vigueur, une offensive majeure près de Mariinka, à une vingtaine de kilomètres de Donetsk.

 

Les rebelles ont eux nié ces accusations mais ont confirmé la tenue de combats près de cette localité.

 

Il s'agit des plus importants affrontements depuis la reprise par les rebelles du noeud ferroviaire stratégique de Debaltseve, à mi-chemin entre les bastions séparatistes de Donetsk et de Lougansk, peu après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu le 15 février, à la suite des accords de paix de Minsk.

 

Le conflit armé entre Kiev et les séparatistes prorusses a fait plus de 6.400 morts depuis avril 2014, selon l'ONU.

Repost 0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 07:50
Information Warfare: NATO Is Lost In Cyberspace

 

May 30, 2015: Strategy Page

 

Tiny Estonia (population 1.3 million) has formed a Cyber War militia because Russia keeps threatening another major Cyber War offensive. Despite its small size Estonia is the most technically advanced (on a per-capita basis) nation in East Europe and was able to recruit several hundred skilled volunteers who are hard at work pooling their knowledge and skills to better handle more Cyber War aggression from Russia.

 

Estonia borders Russia and is a member of NATO. That last bit makes Russia reluctant to come in with tanks to take over like they did twice in the 1940s. Russia made a major effort to crush Estonia via major Internet based attacks in 2007. Estonia survived that “invasion” but admitted that this sort of Russian aggression caused great financial harm to Estonia. In the wake of these Russian Cyber War attacks Estonia demanded that the UN and NATO declare this sort of thing terrorism and dealt with accordingly. NATO tried to be helpful, but that wasn’t enough. The UN was even less helpful as the UN has a hard time getting anything done when Russia is involved because Russia is one of the handful of founding members that has a veto.

 

NATO did make an effort and in 2008 established a Cyber Defense Center in Estonia. This was the most tangible NATO response to Estonian calls for NATO to declare Cyber War on Russia. NATO agreed to discuss the issue but never took any action against Russia. The Cyber Defense Center was a consolation prize and studies Cyber War techniques and incidents and attempts to coordinate efforts by other NATO members to create Cyber War defenses and offensive weapons. NATO say that this appears to have deterred Russia from making another Cyber War attack. The Estonians are not so sure as Russia went ahead and invaded Georgia (a nation of four million in the Caucasus) in 2008 and Ukraine in 2014 and still makes very public threats against Estonia.

 

  Cyber Wars have actually been going on since the late 1990s and they are getting worse. It started in the 1990s as individuals attacked the web sites in other nations because of diplomatic disputes. This was usually stirred up by some international incident. India and Pakistan went at it several times, and Arabs and Israelis have been trashing each other’s web sites for years. The Arabs backed off at first, mainly because the Israeli hackers are much more effective. But in the last few years the Arabs have acquired more skills and are back at it. Chinese and Taiwanese hackers go at each other periodically, and in 2001, Chinese and American hackers clashed because of a collision off the Chinese coast between an American reconnaissance aircraft and a Chinese fighter. That was just the beginning for China, which now regularly makes major hacking attacks on the U.S. and other NATO members.

 

Since 2005 these Cyber Wars have escalated from web site defacing and shutting down sites with massive amounts of junk traffic (DDOS attacks), to elaborate espionage efforts against American military networks. The attackers are believed to be Chinese, and some American military commanders are calling for a more active defense (namely, a counterattack) to deal with the matter.

 

The Russian attacks against Estonia were the result of Estonia moving a statue, honoring Russian World War II soldiers, from the center of the capital, to a military cemetery in the countryside. The Estonians always saw the statue as a reminder of half a century of Russian occupation and oppression. Russia saw the statue move as an insult to the efforts of Russian soldiers to liberate Estonia and enable the Russians to occupy the place for half a century. The basic problem here is that most Russians don't see their Soviet era ancestors as evil people, despite the millions of Russians and non-Russians killed by the Soviet secret police. The Russians are very proud of their defeat of Nazi Germany in World War II, ignoring the fact that the Soviet government was just biding its time before it launched its own invasion of Germany and Europe in general.

 

While many Russians would have backed a military attack on Estonia to retaliate for the insult by an ungrateful neighbor, this approach was seen as imprudent. Estonia is part of NATO and an attack on one NATO member is considered an attack on all. It's because of this Russian threat that Estonia was so eager to get into NATO. The Russians, however, believe that massive Cyber War attacks will not trigger a NATO response. They were so sure of this, that some of the early DDOS attacks were easily traced back to computers owned by the Russian government. When that got out, the attacks stopped for a few days, and then resumed from what appear to be illegal botnets. Maybe some legal botnets as well. Russian language message boards were full of useful information on how to join the holy war against evil Estonia. There's no indication that any Russians are afraid of a visit from the Russian cyber-police for any damage they might do to Estonia. And the damage has been significant, amounting to millions of dollars. While no one has been injured, Estonia is insisting that this attack, by Russia, should trigger the mutual defense provisions of the NATO treaty. It didn't, but it was a reminder to all that Cyber War is very real except when it comes time to fight back.

Repost 0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 16:40
The Curse Of GLONASS

 

May 28, 2015: Strategy Page

 

A recent cell phone photo from inside a Russian Su-24 fighter cockpit was meant to show the fighter refueling with a Russian Il-76 aerial tanker. But it also showed an American commercial (Garmin) handheld GPS device sitting in handmade cradle placed in front of the pilot. Such improvised GPS receivers were common in Western warplanes in the late 1990s, before they all got GPS built into their navigation systems. Russia has not been able to upgrade the navigation systems on all their older aircraft and improvisations like this are allowed, but not officially publicized.

 

The Russian Air Force is adapting as best it can to two decades of sharply reduced budgets. That means the elderly Su-24 (first introduced in the mid-1970s) has had to wait longer than expected for a replacement. So far Russia has only been able to buy 60 of the new Su-34 light bombers to replace the Su-24. The Su-34 had its first flight in 1990 and finally entered service in early 2014. While most nations using Su-24s have retired them by now mainly because it was so expensive to operate and maintain them. With all the budget shortages the Russians improvised, because even the refurbished Su-24s usually lacked built in satellite navigation devices. That’s because Russia wanted its air force to have its forces use a Russian built satellite navigation system. This is called GLONASS and without much publicity was Russia was quick to copy the American GPS system even before the Cold War ended and the Soviet Union collapsed in 1991.

 

GLONASS was at full strength (24 satellites) in 1995. But the end of the Cold War meant the end of the regular financing for GLONASS. Maintaining the system required launching replacement satellites every 5-7 years. With no money that was not possible and by the end of 2002 only seven GLONASS birds were still operational. However, the Russian economy recovered at about the same time. This made possible rebuilding the GLONASS network. By the end of 2007 there were 18 GLONASS satellites active. Russia had 24 GLONASS satellites in orbit by 2011, and the system was fully operational in 2012. It is widely used in Russia and most smart phones adapted for the Russian market have GLONASS.

 

The money for GLONASS is coming from a Russian government that does not want to be dependent on the American controlled GPS system. But the money is only there because of high oil prices. Most GLONASS receivers in use are actually combined GPS/GLONASS receivers. Russia has put billions of dollars into GLONASS since 2012 to keep the system fully operational. The problem now is money, because of the lower oil prices and growing economic sanctions there may not be enough money to maintain the satellite network. GLONASS will be probably be declared an essential system and the money found. But something will have to be sacrificed and new aircraft for the Russian Air Force is more vulnerable to cuts than GLONASS.

Repost 0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 16:50
Signature de la reddition le 7 mai 1945 - Crédits Musée de la Reddition et Fondation Maréchal de Lattre de Tassigny

Signature de la reddition le 7 mai 1945 - Crédits Musée de la Reddition et Fondation Maréchal de Lattre de Tassigny

 

01/06/2015 M. Bernard Edinger - armée de Terre

 

Pourquoi la France célèbre-t-elle la reddition allemande de 1945 le 8 mai, et la Russie le 9 mai, quand un acte de reddition fut signé à Reims le 7 mai ? C’est parce que, pour des raisons diplomatiques, la reddition fut signée une deuxième fois, dans des termes presque identiques,  le lendemain, le 8 mai à Berlin.

 

« Berlin a eu beaucoup plus de publicité que Reims, et comme la chose a été annoncée le 8 mai, la mémoire collective se rappelle le 8 mai. On oublie un peu que c’est à Reims le 7 mai que ça s’est passé », explique à Terre information magazine M. Marc Bouxin,  Conservateur en chef du patrimoine et directeur du Musée de la Reddition à Reims.

 

Hitler est mort le 30 avril. Le 6 mai, le général Alfred Jodl, chef d’état-major allemand, vient négocier en essayant d’obtenir un délai  permettant  à un maximum de civils et soldats allemands de gagner les lignes occidentales en Allemagne pour ne pas tomber aux mains des Soviétiques.

 

Le délai fut accordé car les Alliés voulaient rapidement mettre fin aux négociations pour éviter du jusqu’au boutisme par les Allemands, et parce que l’armée rouge pénétrait de plus en plus profondément en Allemagne et en Europe centrale.

 

L’acte de reddition fut signé à Reims au quartier général allié à 2 heures 41 du matin le 7 mai, prévoyant la fin des combats le 8 mai à 23 h 01, pratiquement deux jours plus tard.

 

Mais le chef soviétique, le maréchal Staline, vexé, exigea ensuite une seconde cérémonie au quartier général soviétique à Berlin. Les Occidentaux acceptèrent pour ménager diplomatiquement l’URSS.

 

La cérémonie de Berlin eut lieu quelques minutes après le cessez-le-feu sur tous les fronts européens le 8 mai à 23 heures 01. Avec la différence de fuseau horaire, c’était déjà le 9 mai pour les Soviétiques.

Repost 0
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 16:40
La Russie renforce sa flotte de Tu-160

 

30 mai 2015 par Info-Aviation

 

Le ministère russe de la Défense compte acheter près de 50 nouveaux bombardiers lanceurs de missiles Tu-160, surnommés « Cygne blanc », ce qui permettra de tripler la flotte russe de bombardiers stratégiques.

 

Le Tu-160 est un bombardier nucléaire qui peut replier ses ailes rappelant celles d’un cygne et fondre sur ses cibles à grande vitesse.

 

C’est aussi un avion supersonique doté d’ailes à géométrie variable et l’avion de combat le plus lourd au monde.

 

A l’heure actuelle, l’armée russe compte une quinzaine d’appareils de ce genre. La plupart d’entre eux subissent une modernisation annoncée en 2012. La Russie développe également un bombardier stratégique de cinquième génération, le PAK DA, qui doit effectuer son premier vol en 2019 et équiper les forces aériennes en 2023-2025.

 

Récemment, le commandant en chef de l’Armée de l’air russe Viktor Bondarev a déclaré que décision avait été prise de relancer la production des bombardiers Tu-160, une initiative qui fait suite à la demande du ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou d’étudier les possibilités des entreprises russes dans ce domaine.

 

L’avion Tu-160 était produit de 1984 à 1992. Pendant les années de production 34 appareils, dont 19 appartiennent aujourd’hui à l’Ukraine, ont été mis en service.

Repost 0
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 16:40
Les médias étrangers ont salué le nouveau char russe T-14 « Armata »

Le nouveau char russe T-14 a dépassé le Léopard 2 allemand et l’Abrams américain par sa technologie (plateforme chenillée, tourelle plate, capsule blindée d’équipage, canons mitrailleurs télécommandés, station radar de guidage des obus, nouveau type d’acier et de céramique du blindage)

 

27 avril, 2015 Aleksandar Le Comte - Les réflexions d'Arès

 

La première apparition officielle du nouveau char russe T-14 « Armata » en public se produira le 9 mai 2015, lors de la parade militaire de Moscou commémorant le Jour de la Victoire. Les médias étrangers ne cessent d’aborder ce thème depuis des mois. Le magazine illustré allemand Stern a même publié un article le 31 Mars 2015 intitulé « Une nouvelle arme-miracle de Poutine ».

 

 

En cette matière, les Allemands ont décidé de rassembler toutes les informations à caractère secret concernant ce char. Outre l’unique vidéo provenant de Nizhny Tagil, de nombreuses vidéos-animations amateurs faites par informatique sur l’aspect supposé de ce char que les Allemands ont qualifiée de « Wunderwaffe ». Les conclusions et les notations vont bon train, et il faut le noter que la création ex-nihilo d’un nouveau modèle de char de combat de base est une grande rareté pour la plupart des armées du monde. Le « Leopard-2 » est le char principal de la Bundeswehr — créé il y a plus de 35 ans, le M1 « Abrams » américain n’est pas plus jeune. Parmi les modèles existants de véhicules de combat occidentaux, il y a toujours des refit ou un certain nombre d’améliorations, mais la conception de base ancienne.

 

Une attention particulière des articles est accordée au canon de 120-mm, qui d’après les rumeurs, surpassera l’un des meilleurs armements de char au monde – à savoir, l’arme du char allemand Leopard-2. Les médias allemands méticuleux n’ont pas non plus ignoré la tourelle plate inhabitée T-14 « Armata ».

 

La plus grande différence fondamentale caractérisant ce nouveau char est qu’aucun des membres de son équipage ne sera placé dans la tourelle et, par conséquent, ne sera pas exposé à un risque accru. Selon divers témoignages, les deux ou trois membres de l’équipage seront protégés dans une capsule spéciale située dans la partie avant de la machine. L’équipage sera mieux protégé que dans tous les autres chars au monde (Source : Stern)

 

L’éloge du char russe ne se termine pas là, puisque les observateurs américains ont également fait l’éloge du nouveau char, de sa mobilité, et de la plateforme technique de son système de chenille, blindage ultramoderne à base d’acier et de céramique.

 

« Imaginez que vous êtes responsable de la flotte d’une brigade de chars, et que vous avez des châssis chenillés différents, alors, vous devez garder en réserve une quantité suffisante de pièces de rechange, puis enseigner aux personnels l’assemblage de toutes les pièces sur chaque châssis différent. Or, il est beaucoup plus facile de prévoir le succès d’une réparation et sa mise en œuvre lorsque vous n’avez plus qu’à vous soucier que d’un seul type de châssis », a commenté l’expert américain sur la technologie russe Charles Bartlay sur ce même portail.

 

 Rappelons que divers autres modèles de matériel militaire sont à l’étude pour la plate-forme T-14 « Armata », telle que la pièce d’artillerie automotrice 2S35 « Coalition-SV », ainsi que le futur véhicule de combat d’infanterie russe T-15.

Repost 0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 18:50
Open Skies - planned aircraft flights in UK airspace

 

,

 

There has been lots of media coverage of unannounced Russian aircraft being intercepted by RAF Typhoon fighter jets in recent weeks. Today, the flight of a Russian military Antonov aircraft over the UK this weekend has also attracted lots of media attention.

Quick Reaction Alert (QRA) flights by RAF Typhoons are scrambled in response to unidentified aircraft approaching the UK. These are in direct contrast to flights by foreign militaries under an international ‘Open Skies’ agreement which take off from the UK and have RAF personnel on board.

This weekend’s Antonov flight was one such Open Skies flight. Pilot Officer Leo Collins, who works in the Arms Control and Counter Proliferation team at the MOD and was on the flight, outlines the facts.

I work as part of a team which basically looks after the wide range of international conventional arms control agreements and confidence building measures that the UK is party to. One of the long-standing treaties we administer is called ‘Open Skies’ which came into force in January 2002 and currently has 34 signatory nations.



Open Skies establishes a program of unarmed aerial surveillance flights over the territory of its participants and is aimed at building confidence and familiarity through participation in over flights. It was under this agreement that the Russian military deployed an Antonov 30 (unarmed photography aircraft) to RAF Brize Norton in Oxfordshire and it was there that I joined the aircraft, with several of my RAF colleagues, to monitor the flight as it flew across the UK.



The flight in question was pretty routine. The route was first pre-approved by the MOD and RAF and then flown as per the flight plan. Such sorties are commonplace, reciprocal and have been going on for many years. Indeed, at the same time as we were hosting the Russians, representatives from the RAF were conducting a similar flight over Russia.



When Open Skies flights occur over the UK, we always have RAF representatives onboard – and the UK always gets to see all the photos which were taken on the flight.



So why do we do it? The opportunity to observe each others’ territories is invaluable for transparency and the development of international trust between nations. In addition, aside from observing their work in the sky, we also get to interact professionally and to learn more about the culture of the nation in question; in this instance interacting with our Russian counterparts.



So, was this a dark and shady intelligence gathering exercise mounted by our enemies? No - instead it was a hugely valuable and professional experience for both nations – and long may that continue.

Repost 0
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 10:55
Chronique culturelle du 14 mai 2015 - SHD


source SHD
 

14 mai 1747 : bataille naval du Cap Finisterre (au large du cap Ortegal - Espagne). Les Anglais (Amiral Anson), très supérieurs en nombre, battent les Français qui escortent 2 convois, l’un à destination du Canada (Chef d’escadre La Jonquière), l’autre de L’Inde (Chevalier Saint Georges). 800 marins français périssent dont La Jonquière. Les Anglais font l’éloge du comportement de leur adversaire. Le convoi pour le Canada réussi à s’esquiver et parviendra à destination.

 

14 mai 1807 : le sergent Chopot fait honneur au Génie à Dantzig (actuelle Gdansk – Pologne). Le général Lefebvre assiège Dantzig où se sont repliés 20 000 Prussiens et Russes depuis le 19 mars. En repoussant une tentative de sortie, les troupes du génie découvrent une mine en cours d'excavation sous les positions récemment acquises par les assiégeants. Le sergent Chopot fait prisonniers, seul, 12 Prussiens en plein travail de sape.

 

14 mai 1915 : le général Gouraud commandant du CE des Dardanelles. Le général de division Gouraud succède au général d’Amade et reçoit le commandement du corps expéditionnaire d’Orient (CEO) des Dardanelles. Un mois et demi plus tard (30 juin) il perd un bras suite à l’explosion d’un obus turc alors qu’il inspecte un hôpital de campagne.

 

14 mai 1917 : bataille d’Otrante (Mer Adriatique). L’amiral Miklos Horthy commande l’attaque du barrage du détroit d’Otrante où Italiens, Britanniques et Français ferment l’accès à la Méditerranée à la marine Austro-hongroise. Horthy inflige de lourdes pertes aux Alliés après un raid audacieux qui lui vaudra d’être nommé commandant des forces navales austro-hongroises. (A noter la conférence de Catherine Horel sur l’Amiral Horthy au SHD le 18 juin 2015).

 

14 mai 1940 : l'Allemagne déferle

- En Hollande la Luftwaffe bombarde Rotterdam (30 000 civils tués), les parachutistes allemands prennent les aéroports malgré des pertes sévères. La Hollande capitule le jour même.

- En Belgique, la 7ème Panzerdivision de Rommel est à Dinant et franchit la Meuse.

- En France, les Allemands percent à Sedan depuis le 13, grâce aux Pionniers. Leur pont flottant permet au général Guderian de faire franchir ses blindés qui séparent la IIème armée du général Huntziger de la IX de Corap. Côté allemand : décision, rapidité des ordres, des mouvements et belle coordination entre l'appui aérien et l'attaque terrestre. Côté français : la prise de conscience progressive des erreurs et manquements paralyse la chaîne de commandement malgré ici et là des actions de résistance héroïques, vouées à l'échec car non coordonnées.

 

14 mai 1941 : les aérodromes français de Syrie bombardés par les Britanniques. Une révolution de palais à Bagdad ayant porté au pouvoir un gouvernement pro-allemand, le contrôle des sources d'approvisionnement en pétrole est dangereusement menacé pour les Britanniques. Les putschistes irakiens, le carré d'or, demandent l'aide de l'Allemagne qui est alors engagée dans la campagne des Balkans et qui de plus ne dispose pas de suffisamment d'allonge stratégique. Sollicité par l'Allemagne, Vichy après quelques hésitations accorde le droit d'escale sur ses aérodromes en Syrie. Londres les fait bombarder le 14.

 

14 mai 1955 : création du pacte de Varsovie. En réponse à l’OTAN (avril 1949) et à l’intégration de la RFA dans l’Alliance Atlantique (oct 1954), les Soviétiques constituent leur propre alliance avec l’Albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la RDA, la Roumanie, la Tchécoslovaquie et la Pologne.

Repost 0
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 17:35
Airbus et Tata fourniront 56 avions militaires à l'Inde

Le deal Le gouvernement de Narendra Modi tente de moderniser l'ensemble de ses équipements de défense de l'Inde, notamment pour être en mesure de réagir aux initiatives de ses voisins et rivaux, le Pakistan et la Chine. photo Airbus DS

 

14/05/2015 latribune.fr 

 

L'avionneur européen et le groupe indien viennent de décrocher un contrat avec New Dehli de la valeur de 1,6 milliard d'euros. Le comité chargé de négocier la commande de 36 Rafale a également été installé.

 

Le conseil d'acquisition du ministère indien de la Défense, organisme chargé d'approuver les contrats les plus importants, a donné son feu vert. L'offre conjointe du géant européen Airbus Defence and Space et du groupe indien Tata Advanced Systems pour fournir à l'Inde 56 avions de transport militaire a été approuvée, a indiqué jeudi 14 mai à l'AFP un haut responsable indien sous couvert d'anonymat.

Le contrat est estimé à 119,30 milliards de roupies, à savoir 1,64 milliards d'euros. Le contrat a été approuvé tard mercredi soir avec d'autres commandes d'un montant d'environ 766 millions d'euros, a précisé le responsable du ministère.

 

Des modèles vieillissants remplacés

L'offre d'Airbus et Tata était la seule en course. Le projet prévoit qu'Airbus livrera les 16 premiers appareils "prêts à voler" tandis que les 40 autres seront assemblés dans la ville d'Hyderabad (sud) par Tata, ce qui permettrait un transfert de technologie.

Les appareils, des C295, sont destinés à remplacer des modèles vieillissants. L'Inde tente en effet de moderniser l'ensemble de ses équipements de défense, notamment pour être en mesure de réagir aux initiatives de ses voisins et rivaux, le Pakistan et la Chine.

 

La fabrication sur place encouragée

Depuis son arrivée au pouvoir il y a un an, le gouvernement de Narendra Modi a donné son feu vert à une série de projets bloqués sous le précédent gouvernement, en partie en raison de soupçons de corruption. Modi, un fervent nationaliste hindou, veut que l'Inde perde sa place de premier importateur mondial d'armement conventionnel et souhaite fabriquer sur son sol 70% de ses équipements militaires d'ici la fin de la décennie.

Son gouvernement a relevé à 49% la participation que peut prendre un groupe étranger dans un groupe indien de défense.

 

D'autres commandes pour un montant de 766 millions d'euros

Les autres commandes approuvées mercredi soir portent sur 145 mortiers ultra-légers de BAE Systems, des missiles de croisières indo-russes BrahMos et 197 hélicoptères russes Kamov, selon le responsable indien.

Le conseil, présidé par le ministre de la Défense, Manohar Parrikar, a aussi installé le comité chargé de négocier le détail des 36 Rafale de Dassault que l'Inde a prévu de commander. Cette commande a été annoncée par Narendra Modi lors de sa visite en France mi-avril, une décision qui a mis fin aux négociations entamées en 2012 pour l'achat de 126 Rafale, dont 108 fabriqués en Inde.

Repost 0
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 06:40
Le BPC Vladivostok et le Smolniy à Saint-Nazaire - photo RP Defense

Le BPC Vladivostok et le Smolniy à Saint-Nazaire - photo RP Defense

 

15.05.2015 sputniknews.com

 

Deputy director from the Russian Federal Service for Military-Technical Cooperation said that Paris and Moscow are holding consultations over the situation of the Mistral-class helicopter carrier ships that were not delivered to Russia and expect to reach an agreement by the end of May.

 

LIMA (Sputnik) – Paris and Moscow are holding consultations over the situation of the Mistral-class helicopter carrier ships that were not delivered to Russia and expect to reach an agreement by the end of May, a deputy director from the Russian Federal Service for Military-Technical Cooperation told RIA Novosti on Friday.

 

“Consultations are being held currently with France on settling the situation within the frameworks of agreements reached between the presidents of Russia and France. We’re expecting results at the end of May,” Anatoly Punchuk said.

 

He said that the negotiations process on the Mistrals are being held with mutual understanding and are showing some positive trends.

 

“According to our assessments, the French side is set on a mutually acceptable solution to the situation at hand,” Punchuk added.

 

Russia and France struck a $1.5-billion deal for two Mistral-class ships in 2011. The first ship was scheduled to be handed over to Russia in November 2014, but the ceremony was postponed. French President Francois Hollande halted the delivery, citing Moscow's alleged interference in the Ukrainian crisis.

 

Russia has repeatedly dismissed allegations of involvement in the Ukraine conflict as groundless and criticized France for not executing its contractual obligations.

 

On April 22, Hollande said Paris would refund Moscow in the event of non-delivery of the warships.

 

Earlier on Friday, the Russian Kommersant newspaper reported that Paris has sent proposals to Moscow on terminating the contract. According to the proposals, Paris will pay back $865 million if Russia consents to authorizing the sale of the ships to a third party.

Repost 0
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 16:40
La Russie construit un nouveau porte-avions

 

16 mai 2015 Info-Aviation

 

Le Centre d’Etat de Recherche Krylovsky (KRSC) a développé un nouveau concept de porte-avions lourd polyvalent appelé Projet 23000E ou Shtorm.

La Russie va renforcer sa force de projection navale avec un nouveau porte-avions dont un modèle réduit sera présenté pour la première fois au Salon international de la défense maritime qui se déroule à Saint-Pétersbourg du 1er au 5 juillet 2015, a annoncé Valery Polyakov, directeur adjoint du KRSC.

« Le porte-avions polyvalent 23000E est conçu pour mener des opérations dans des zones océaniques éloignées, engager des cibles ennemies d’origines terrestres et maritimes, assurer la stabilité opérationnelle des forces navales russes, protéger les troupes de débarquement, et leur fournir une défense anti-aérienne, » a ajouté Mr Polyakov.

La conception prévoit un tonnage compris entre 90 000 et 100 000 tonnes, une dimension de 330 m de long sur 40 m de large, et un tirant de 11 m. Il aura une vitesse de pointe de 30 noeuds, une autonomie de 120 jours, un équipage de 4000 à 5000 personnes, et pourra résister en vitesse de croisière à des forces en mer de 6 à 7. Sa propulsion sera assurée par une centrale électrique conventionnelle, mais qui pourrait être remplacée par un réacteur nucléaire.

Le porte-avions embarquera un groupe aérien de 80 à 90 avions comprenant des MiG-P29K et des versions navalisées du nouveau chasseur furtif PAK FA T-50, ainsi que des hélicoptères Ka-27.

Le pont disposera d’un pont d’envol oblique et de quatre positions de lancement : deux par des rampes en saut à ski et deux via des catapultes électromagnétiques. Un ensemble de dispositifs d’arrêt est inclus dans la conception qui prévoit également deux tours de contrôle.

La défense du navire sera assurée par quatre systèmes de missiles anti-aériens et des armements anti-torpille.

Le complexe de soutien électronique comprend des capteurs intégrés, avec un radar à balayage électronique, un système de guerre électronique et un système de communication.

Mr Polyakov a souligné que ces spécifications de base sont sujettes à des adaptations et des modifications selon les demandes des clients potentiels (armement, communication, propulsion) puisque le 23000E sera également proposé à l’exportation.

Repost 0
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 10:55
Les spahis chargeant les blindés de Guderian - 15 Mai 1940

Les spahis chargeant les blindés de Guderian - 15 Mai 1940


source SHD
 

15 mai 1917 : Pétain remplace Nivelle. « Le général Pétain remplace Nivelle au commandement en chef des armées françaises. En un mois, l’armée française a perdu 135 000 hommes, 25 000 tués ». LCL Rémy Porte (EMAT/ MGAT).

 

15 mai 1940 : 1460 soldats français tués ce jour. La 1ére armée repousse l'attaque du XVIème corps blindé allemand à Gembloux (Belgique) et le tient en échec pendant 72 heures. A Stonne (Ardennes), le combat est tout aussi furieux : le village change 19 fois de camps. Des poches vont y résister jusqu'au 25 mai. A la Horgne (Ardennes), ce sont les Spahis qui mettent un coup d'arrêt au général Guderian. Le résultat final de la campagne de France est certes un échec cuisant pour l'armée française et donne souvent l'impression que la combativité de nos forces y a été nulle. Cependant, le taux de pertes de cette période est tout aussi effrayant qu'aux mauvais jours de Verdun (1916)  ou de l’offensive du Chemin des Dames (Avril 1917) et la plupart des morts sont comptabilisées au combat et non lors d'une retraite.

 

15 mai 1941 : l'espion Sorge annonce Barbarossa. L'Allemand Richard Sorge, espion à la solde des Soviétiques et en poste à Tokyo, transmet un message à Moscou révélant que l'invasion de l'URSS par le IIIème Reich doit être déclenchée entre le 20 et le 30 juin. Le renseignement est d'une grande valeur mais Staline n'y croit pas. Le 22 juin, Hitler déclenchera le plan Barbarossa.

 

15 mai 1943 : naissance du Comité National de la Résistance. Le CNR est constitué sous l'égide de Jean Moulin. Celui-ci parvient après plusieurs réunions secrètes et quelques compromis à déclarer la primauté du politique (de Gaulle) sur l'ensemble des mouvements de la Résistance intérieure.

 

15 mai 1945 : la France est désignée comme membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU (San Francisco)

 

15 mai 1958 : de Gaulle sort de son silence. La IVème République vacille sous l’effet de la menace d’un putsch de l’armée française en Algérie à l’occasion d’une manifestation patriotique qui dégénère à Alger (13 mai). Une majorité de pied-noir souhaite le retour de de Gaulle pour enrayer le processus d’indépendance de l’Algérie. Le général Massu prend la présidence du Comité de salut public né de l’insurrection algéroise et en appelle au général de Gaulle, l’exhortant à sortir de son silence.  De Gaulle déclare qu’il se tient « prêt à assumer les pouvoirs de la République ».  Le président de la République, René Coty, conscient de l’état d’esprit des Français, appelle le 1er juin, « le plus illustre des Français» à former son gouvernement

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • News review for Industry - European Defence Agency
    source European Defence Agency If you want to subscribe to the News Review, or if you want to stop receiving the News review: News4Ind@eda.europa.eu News of the News EDA Study on the Impact of REACH & CLP European Chemical Regulations on the Defence Sector:...
  • Chronique culturelle - 13 Février 2017
    13 février 1960 explosion de la première bombe atomique française 13.02.2017 source JFP 13 février 1692 : massacre du clan Mac Donald dans la Glencoe (Ecosse).Le protestant Guillaume d’Orange ayant mis en fuite le catholique Jacques II, les chefs de clans...
  • Le PGHM et le GAM s’entraînent ensemble au secours en montagne
    Equipement de passage en neige - photo GAM Armée de Terre 07.02.2016 source 27e BIM Le lundi 13 février 2017 se déroulera un entraînement conjoint entre le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) et le groupement d’aguerrissement montagne (GAM)...
  • ITW SDBR : général Vincent Desportes, Professeur des Universités associé à Sciences Po Paris, Ancien directeur de l’Ecole de Guerre
    23.01.2017 par Alain Establier - SECURITY DEFENSE Business Review N°164 SDBR : Quel regard portez-vous sur la Défense de la France ? Vincent Desportes* : A l'issue de cette mandature, nous voyons un empilement d'actions réactives, à vocations plus politiciennes...
  • Chronique culturelle 9 Janvier
    Hussards du régiment de Bercheny en 1776 09.01.2017 source JFP 9 janvier 1778 : mort du créateur des régiments de Hussards (Luzancy – près de Meaux). Emigré hongrois et excellent capitaine au service de la France, Ladislas Ignace de Bercheny , obtient...
  • Chronique culturelle 04 Jan.
    Insigne général des Troupes de Forteresse de la Ligne Maginot 04.01.2016 source JFP 4 janvier 1894 : signature de l’alliance franco-russe. Préparée par de nombreuses activités bilatérales dans les années précédentes, une convention militaire secrète est...
  • Chronique culturelle 03 Jan.
    Napoléon en Egypte par Jean-Léon Gérome 03.01.2017 source JFP 3 janvier : Sainte Geneviève, patronne de la gendarmerie. Issue de la noblesse gallo-romaine du IVe siècle, elle convainc les habitants de Lutèce de ne pas livrer leur ville à Attila, roi des...
  • Au Levant, contre Daech avec les Forces Spéciales
    photo Thomas Goisque www.thomasgoisque-photo.com Depuis plus de deux ans, les hommes du C.O.S (Commandement des Opérations Spéciales) sont déployés au Levant et mènent, en toute discrétion, des opérations contre l’Etat islamisque.Au nord de l’Irak, ils...
  • Les blessés en Opérations extérieures ne prennent pas de vacances !
    Source CTSA Pendant la période des fêtes de fin d'années, le nombre de donneurs diminue dangereusement. Le site de Clamart du Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA) invite fortement les donneurs des communes proches à profiter des vacances de...
  • Interview SDBR de Gaël-Georges Moullec, Historien
    photo SDBR 20.12.2016 par Alain Establier - « SECURITY DEFENSE Business Review » n°162 SDBR: Comment va la Russie aujourd’hui? Gaël-Georges Moullec * : Il n’y a plus d’ascenseur social dans la Russie d’aujourd’hui, ce qui est un problème moins connu,...

Categories