Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 08:20
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

20/01/2016 Armée de l'air

 

Le 8 janvier 2016, sur la base de Ramstein en Allemagne, des récompenses ont été attribuées par le commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR) aux officiers, sous-officiers et personnel civil de l’Otan qui se sont particulièrement distingués dans l’exercice de leurs fonctions et responsabilités au sein de l’organisation.

 

Le général Frank Gorenc, commandant de l’état-major air de l’Otan (AIRCOM), a ainsi remis un « SACEUR Awards » au lieutenant-colonel Antoine Garand, qui occupe la fonction d’adjoint au directeur du management depuis l’été 2013. Le colonel Thierry Coupeau (muté au commandement des forces terrestres depuis l’été 2015) a également reçu un « SACEUR Awards » en reconnaissance de la qualité de son travail et de son implication dans le cadre du NATINAMDS (NATO Integrated Air and Missile Defense System).

 

Décernée à titre individuel, cette récompense  est le reflet de la bonne image et de la crédibilité dont bénéficie l’ensemble du contingent français au sein de l’état-major de Ramstein. Celui-ci, placé sous les ordres du général de Longvilliers, commandant en second de l’état-major air de l’Otan, est composé de 36 officiers et 22 sous-officiers qui participent au quotidien à l’exécution des missions permanentes de l’Alliance dans les domaines aérien et spatial, que ce soit pour la police du ciel ou la défense antimissile. Ils sont également pleinement engagés dans les travaux contribuant à l’adaptation de l’Alliance au nouveau contexte géostratégique, concourant ainsi à l’amélioration de la réactivité et de la flexibilité de l’organisation. Enfin, ils participent à la mise en œuvre et au maintien des capacités de commandement et conduite des opérations aériennes de l’Alliance, au travers des nombreux exercices organisés par AIRCOM ainsi que du développement des systèmes de commandement et contrôle.

photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Repost 0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 16:50
VADM C. JOHNSTONE (New COM MARCOM) recieving the MARCOM flag- 13 OCT 2015 - Photo by WO ARTIGUES (HQ MARCOM)

VADM C. JOHNSTONE (New COM MARCOM) recieving the MARCOM flag- 13 OCT 2015 - Photo by WO ARTIGUES (HQ MARCOM)

 

13.10.2015 by NATO MARCOM

 

NORTHWOOD, UK – In a brief ceremony this morning at Northwood Headquarters outside London, Vice Admiral Peter Hudson CB CBE handed over command of NATO’s Allied Maritime Command MARCOM to Vice Admiral Clive Johnstone CB CBE.  Numerous NATO and UK national defence leaders were in attendance, including NATO’s Supreme Allied Commander Europe (SACEUR), General Philip Breedlove. 

Vice Admiral Hudson has held command of MARCOM since February 14, 2013, leading the newly consolidated command forward as the Alliance’s Single Service Command for the maritime with command of a range of NATO maritime assets (maritime patrol aircraft, ships and submarines) from its initial operating capability to full operational capability, culminating with the certification exercise TRIDENT JEWEL 2015 in March. 

As Commander MARCOM, Vice Admiral Hudson commanded two live operations: NATO’s counter-piracy Operation OCEAN SHIELD and NATO’s counter-terrorism Operation ACTIVE ENDEAVOUR, and held overall command of four Standing Naval Forces: Standing NATO Maritime Groups ONE and TWO and Standing NATO Mine Counter-Measures Groups ONE and TWO. 

During his tour, Vice Admiral Hudson met with key leaders of numerous Allied and partner nation navies, and led two major maritime commanders meetings, titled Sea Sense, that brought together naval leaders from around the world to discuss issues of shared concern, interoperability, and partnership opportunities in various aspects of maritime security.

"Under the command of Vice Admiral Peter Hudson, Allied Maritime Command has kept their fingers on the pulse of all threats and risks to maritime security, wherever they occurred,” said General Breedlove.  “His extraordinary strategic vision, insight and leadership took this command to new operational levels under challenging and emerging security threats.  I am grateful for his wise counsel over the past two years and it has been my honor and privilege to serve with him."

Vice Admiral Johnstone takes command of MARCOM following his previous assignment as Assistant Chief of Naval Staff, the First Sea Lord's agent in the UK MoD, Whitehall and London.  His afloat commands include HMS IRON DUKE (a Type 23 Frigate), and HMS BULWARK (an amphibious assault ship and the Fleet’s Amphibious Flagship); where he undertook operations in the Northern Gulf, Horn of Africa and off Lebanon. He was awarded a CBE for an extended Gulf Deployment and the evacuation of British Nationals out of Beirut. 

As Commander Allied Maritime Command, he will continue the work begun by Vice Admiral Hudson in support of NATO’s transition to a more ready and capable Alliance, developing maritime aspects of the Readiness Action Plan and the Very High Readiness Joint Task Force. 

"To Vice Admiral Clive Johnstone, you are taking command of a competent and profession force, you will undoubtedly be tested over the course of your command, but make no mistake about it, you are the right man to lead this force,” said General Breedlove.  “I look forward to your candid guidance and insight in support of our Alliance."

Repost 0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 15:50
Joint Press Conference - NATO Chiefs of Defence Meeting - 2015 MAR 21

 

21 mai 2015 by NATO

 

Joint Press conference with General Knud Bartels, Chairman of the NATO Military Committee, General Philip M. Breedlove, Supreme Allied Commander, Europe (SACEUR) and General Jean-Paul Paloméros, Supreme Allied Commander, Transformation (SACT) during the 173rd meeting of the Military Committee in Chiefs of Staff session.

Repost 0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 08:50
Comité militaire de l’OTAN : le CEMA et ses partenaires font le point sur les travaux de l’Alliance


23/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Les 21 et 22 janvier 2015, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), a participé au comité militaire de l’OTAN à Bruxelles.

 

Ce comité réunit trois fois par an les chefs d’états-majors des pays membres de l’OTAN afin d’aborder l’évolution de l’environnement stratégique de l’Alliance et son adaptation. Cette édition était centrée sur le suivi des travaux engagés au lendemain du sommet de Newport, en septembre 2014. Elle visait plus particulièrement à préparer la réunion des ministres de la Défense de l’OTAN qui aura lieu le 5 février prochain.

Au cours de ces deux jours, les chefs d’état-major sont longuement revenus sur l’évolution du contexte sécuritaire, et les moyens pour l’OTAN d’y répondre. Ils ont ainsi évoqué la situation sur le « flanc Est » de l’Europe et l’action menée dans le cadre, notamment, des mesures de réassurance. Ils ont également abordé la question des enjeux sécuritaires dans le « flanc Sud » (régions africaine, proche et moyen orientale) et du rôle que l’OTAN peut jouer dans la prise en compte des menaces transnationales. Le général de Villiers a ainsi pu souligner l’importance d’une approche globale dans le traitement de cette menace, avant de faire le point sur nos engagements actuels au Sahel, dans le cadre de l’opération Barkhane, et au Levant, dans le cadre de l’opération Chammal, au sein de la coalition.

Le CEMA et ses homologues de l’Alliance ont également échangé sur la mise en œuvre du « plan d’action pour la réactivité » (Readiness action plan – RAP), qui vise à améliorer l’efficacité de l’OTAN. Le général de Villiers a d’ailleurs rappelé que la création d’une force interarmées à très haute réactivité (Very high readiness joint task force –VJTF) constituait un enjeu majeur.

Enfin, les CEMA ont confirmé la nécessité de poursuivre la dynamique visant à renforcer l’interopérabilité de leurs forces en optimisant, notamment, la planification des entrainements opérationnels au sein de l’Alliance et en renforçant les mutualisations capacitaires.

Ce comité militaire s’inscrivait dans la continuité d’une série d’entretiens du général de Villiers avec les principaux acteurs de l’OTAN. La semaine dernière, il a en effet reçu successivement à Paris le général d’armée Petr Pavel, futur président du comité militaire, le général d’armée aérienne Jean-Paul Paloméros, commandant suprême allié pour la transformation de l’OTAN (SACT) et le général d’armée aérienne américain Philip Mark Breedlove, commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR).

Repost 0
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 08:50
Semaine de rencontres avec les acteurs clefs de l’OTAN

 

16/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 15 puis le 16 janvier 2015, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), a rencontré, respectivement à Paris, les deux commandants stratégiques de l’Organisation de l’Alliance du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) : le général Jean-Paul Paloméros, commandant suprême allié pour la transformation de l’OTAN (SACT) et le général d’armée aérienne américain Philip Mark Breedlove, commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR).

 

Ces deux rencontres interviennent quelques jours après celle du général de Villiers avec son homologue tchèque, le général d’armée Petr Pavel, futur président du comité militaire de l’OTAN.

 

Ce cycle d’entretiens avec le commandement stratégique de l’Alliance s’inscrit notamment dans le cadre des travaux visant à mettre en œuvre les orientations stratégiques prises lors du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Alliance atlantique à Newport en septembre 2014.

 

Dans le contexte sécuritaire actuel, le CEMA a confirmé avec le général Paloméros et le général Breedlove la nécessité d’adapter l’Alliance à l’évolution de notre environnement stratégique et à ses nouvelles menaces. Les trois autorités ont souligné le lien étroit entre le processus de transformation et la révision stratégique de l’OTAN, dont l’objectif consiste à renforcer la capacité de l’Alliance et de ses partenaires à agir conjointement pour faire face aux défis opérationnels, capacitaires et budgétaires.

 

Au cours de ses entretiens, le général de Villiers est revenu sur les principaux axes relevant de cette dynamique : la mise en œuvre du plan de réaction rapide visant à améliorer l’efficacité de l’OTAN ; la nécessité pour l’OTAN de prendre en compte les menaces émanant du flanc Sud de l’Europe, d’une part, et celles relevant du flanc Est, d’autre part.

 

Avec le général Breedlove le CEMA a plus spécifiquement abordé la question des capacité de réaction rapide de l’Alliance et celle des mesure de réassurance à l’égard de certains de ses alliés. Son entretien avec le général Paloméros a été l’occasion de revenir plus spécifiquement sur les mesures permettant de renforcer l’interopérabilité entre les partenaires de l’Alliance en optimisant, par exemple, la planification des entrainements opérationnels ou en renforçant les mutualisations capacitaires.

 

Ces rencontres ont ainsi permis de faire un premier tour d’horizon des principaux travaux engagés au comité militaire de l’OTAN, dans la perspective de la réunion au niveau des chefs d’état-major qui aura lieu les 21 et 22 janvier 2015 à Bruxelles.

Semaine de rencontres avec les acteurs clefs de l’OTAN
Repost 0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 06:50
Le général de Villiers participe aux comités militaires de l’UE et de l’OTAN

 

27/05/2014 Sources : EMA

 

Les 20 et 21 mai 2014, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA) a participé pour la première fois aux réunions des chefs d’état-major de l’Union européenne et de l’OTAN, qui se déroulent régulièrement à Bruxelles.

 

Le comité militaire de l’Union européenne (CMUE) est une enceinte de consultation et de coopération militaire entre les Etats membres de l’Union européenne. Les chefs d’état-major des armées de chacun des pays membres s'y retrouvent pour étudier les questions relevant du domaine de la prévention des conflits et de la gestion des crises. Le 20 mai, leurs discussions ont ainsi  porté sur les opérations militaires et civiles en cours de l’Union européenne, sur les suites du sommet européen de décembre 2013, ainsi que sur la situation en Ukraine.

 

Le lendemain, lors de la 168ème réunion du comité militaire en session des chefs d’état-major de la défense (CEMD) de l’OTAN, le CEMA a pris part aux échanges qui étaient principalement centrés sur les opérations de l’OTAN et la préparation du sommet de Newport en 2014. La situation en Ukraine et les mesures de réassurances mises en œuvre par l’Alliance ont également été au centre des discussions. À cette occasion, le général de Villiers a retrouvé le général d’armée aérienne américain Philip Mark Breedlove, commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR), ainsi que le général d’armée aérienne Jean-Paul Paloméros, commandant suprême allié Transformation (ACT), deux officiers généreux qu''il avait reçu quelques semaines auparavant pour   partager avec eux son appréciation de la situation sécuritaire.

Repost 0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 20:39
Entretien avec le général commandant suprême des forces alliées en Europe

 

08/04/2014 Sources : EMA

 

Le 07 avril 2014, à Paris, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), a reçu le général d’armée aérienne américain Philip Mark Breedlove, commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR).

 

Au cours de cette réunion de travail, le général de Villiers et le général Breedlove ont abordé des sujets d’actualité, dont celui de la crise ukrainienne. Après avoir partagé leur évaluation de la situation et évoqué les premières mesures de réassurance engagées par l’OTAN, les deux autorités ont fait un point sur les échéances opérationnelles de l’Alliance en Europe. Ils ont par ailleurs évoqué la question du retrait des troupes de l’OTAN d’Afghanistan (où 350 militaires français sont encore présents), ainsi que celle de la transition post 2014.

Réunis dans le cadre du séminaire sur la transformation de l’OTAN, ils ont poursuivi par un échange de vue sur le futur de l’Alliance, dont la transformation constitue l’un des enjeux majeurs.

Le commandant suprême des forces alliées en Europe est responsable de l’ensemble des opérations de l’OTAN. Il est l’un trois grands responsables militaires de l’Alliance avec le général danois Knud Bartels, président du comité militaire, et le général français Jean-Paul Paloméros, commandant suprême pour la transformation de l’Alliance.

Repost 0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 17:50
Russie: Washington pourrait revoir sa présence militaire en Europe (Pentagone)

 

08 avr 2014 marine-oceans.com (AFP)

 

WASHINGTON - Les actions militaires de la Russie en Crimée pourraient conduire à un réexamen de la présence militaire américaine en Europe, qui n'a cessé de décroître depuis la fin de la Guerre froide, a affirmé mardi un haut responsable du Pentagone.

 

Les "actions (russes) en Europe et en Eurasie pourraient conduire les Etats-Unis à réexaminer leur dispositif militaire et leurs besoins en matière de futurs déploiements, d'exercices et d'entraînements dans la région", a affirmé Derek Chollet, chargé des affaires de sécurité internationale au Pentagone.

 

Washington ne "cherche pas la confrontation" avec Moscou pour autant, a-t-il précisé devant les élus de la commission des forces armées de la Chambre des représentants.

 

Quelque 67.000 militaires américains sont actuellement stationnés sur le continent européen, principalement en Allemagne (40.000 hommes), en Italie (11.000) et en Grande-Bretagne (9.500). Ils étaient 285.000 à la fin 1991 quand l'Union soviétique a cessé d'exister.

 

Derek Chollet n'a pas précisé ce que le réexamen du dispositif pourrait comprendre alors que le Pentagone est confronté à des restrictions budgétaires et cherche à redéployer une partie de ses moyens vers l'Asie-Pacifique dans le cadre de sa stratégie dite de "pivot".

 

Evoquant "l'intervention militaire illégale de la Russie en Ukraine", M. Chollet a considéré que cette action changeait "le paysage sécuritaire en Europe" et provoquait une instabilité sur les frontières de l'Otan.

 

Pour rassurer les pays d'Europe de l'Est membres de l'Otan, Washington a déjà déployé six chasseurs-bombardiers F-15 en renfort dans les pays Baltes, 12 F-16 et trois avions de transport en Pologne. Un destroyer lance-missiles, l'USS Donald-Cook doit par ailleurs arriver en mer Noire dans les jours à venir.

 

La prise de contrôle de bâtiments de l'administration locale à Donetsk et Kharkiv, dans l'est russophone de l'Ukraine est "très inquiétant", a par ailleurs observé le responsable du Pentagone, d'autant qu'il ne s'agissait "pas de manifestations spontanées".

 

Une action en russe en Ukraine orientale "constituerait clairement une escalade très sérieuse de la crise", a-t-il mis en garde.

 

Les pressions de Moscou ne se cantonnent pas à l'Ukraine, a-t-il par ailleurs observé dans son témoignage écrit, un passage qu'il n'a pas prononcé devant les élus.

 

"La Moldavie par exemple a des forces russes sur son territoire, en théorie des forces de maintien de la paix, mais qui en fait soutiennent la région séparatiste de Transnistrie", selon lui.

 

Le commandant suprême des forces alliées en Europe (Saceur), le général américain Philip Breedlove, s'était déjà inquiété fin mars de la présence massive de troupes russes à la frontière de l'Ukraine, craignant qu'elle ne débouche sur une intervention de Moscou en Transnistrie.

Repost 0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 22:55
CEMA : entretien avec SACT

 

15/11/2013 Sources : EMA

 

Le 8 novembre 2013, le chef d’état-major des armées (CEMA) s’est entretenu avec le commandant suprême allié pour la transformation de l’OTAN (SACT), le général d'armée Jean-Paul Paloméros, en fonction depuis le 28 septembre 2012.

 

L’amiral Guillaud et le général d'armée Paloméros ont notamment fait le point sur l’actualité et l’avenir de l’OTAN, alors que l’Alliance conduit la transition en Afghanistan où elle prépare son redéploiement après 2014. Dans la perspective du sommet de l’OTAN qui aura lieu à l’automne 2014, les deux autorités ont abordé deux sujets d’intérêt majeur dans le cadre de la transformation de l’Alliance : le développement de l’interopérabilité dans le cadre de la Connected forces initiative (CFI), et la mutualisation et le partage capacitaire selon le concept de Smart defense. Sur le premier point, SACT a rappelé l’importance de développer les entraînements conjoints au sein de l’Alliance, afin de maintenir la capacité des forces à faire face aux menaces actuelles et optimiser les moyens déployés par chaque nation pour la défense collective. Sur le volet capacitaire, les échanges ont porté sur les initiatives à promouvoir, l’enjeu étant de ne pas augmenter le financement en commun dans ce domaine, et de préserver le budget de défense des alliés.

 

Avec SACEUR [qui dirige le Commandement allié Opération], SACT est un des commandeurs stratégiques de l’OTAN . Sa mission consiste à diriger, à l’échelon stratégique, la transformation des structures, des forces, des capacités et des doctrines militaires de l’OTAN, pour améliorer l’efficacité militaire de l’Alliance. L’exercice de cette fonction par un général français depuis la réintégration de la France dans le commandement intégré de l’OTAN en 2009 témoigne de l’intérêt porté par notre pays à l’avenir de l’OTAN et à sa transformation.

Repost 0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 11:50
Kosovo : visite du nouveau SACEUR à DOG 31

08/06/2013 Sources : EMA

 

Le 6 juin 2013, le général américain Philip Breedlove, nouveau commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR) a visité la Kosovo Force (KFOR) dans le cadre de sa tournée des théâtres d’opérations sur lesquels est engagée l’OTAN.

 

Le général Breedlove a été accueilli à Novo-Selo par le colonel Woods, commandant le Battle Group multinational  Est (MNBG-E) et par le lieutenant-colonel Crider, commandant le poste de commandement avancé (Forward Command Post, FCP) du MNBG-E, où il a assisté à un point de situation complet de cette zone de responsabilité.

 

Après avoir visité plusieurs emprises de la KFOR en compagnie du général allemand Volker Halbauer, commandant la KFOR (COMKFOR), il s’est rendu au poste administratif de Brnjak (DOG 31), poste frontière entre la Serbie et le Kosovo, actuellement sécurisé par l’escadron d’éclairage et d’investigation (EEI) français. Le général Breedlove a effectué le tour des installations (postes de garde, d’observation, de contrôle de véhicule, zone de vie) et a tenu à féliciter les soldats français de l’EEI pour la remarquable qualité du travail accompli.

 

Actuellement armé par le 4e escadron du 1errégiment de chasseurs (1e RCH) de Thierville-sur-Meuse, l’EEI est placé sous le commandement tactique du MNBG-E. Il effectue des rotations sur l’ensemble des postes de la zone de responsabilité du BMNG-E, dans le but de surveiller, d’interdire et dissuader tout trafic illégal à travers cette frontière.

 

La KFOR participe au maintien d’un environnement sûr et sécurisé au profit de l’ensemble de la population du Kosovo, en collaboration avec la mission des Nations unies au Kosovo (MINUK), la mission de l’Union européenne (EULEX). Environ 320 militaires français sont actuellement engagés dans l’opération TRIDENT, nom de la participation française à la KFOR.

Kosovo : visite du nouveau SACEUR à DOG 31
Repost 0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 08:55

lieutenant-general-john-allen-lg

 

nov 13, 2012 Nicolas Gros-Verheyde (BRUXELLES2)

 

Le général américain John Allen, chef de la Force Internationale d’Assistance et de Sécurité en Afghanistan (ISAF), ne devrait pas exercer ses fonctions de Commandant Suprême des Forces de l’Alliance Atlantique (SACEUR). Il est à son tour éclaboussé par la démission, pour adultère, de David Petraeus, directeur de la CIA. Selon The Washington Post, l’enquête du FBI sur D. Petraeus aurait fait la découverte d’une correspondance «inappropriée» de plusieurs centaines de mails entre le général Allen et Jill Kelley, l’un des personnages clés du scandale, une amie du couple Petraeus.

 

Nomination à la tête de l’OTAN suspendue

 

L’inspection générale du Département de la Défense a ouverte une enquête a affirmé Leon Panetta, le ministre de la Défense, alors qu’il était à bord d’un avion militaire en route vers le Pacifique (Australie…) confirmant l’implication du général de Marines dans une enquête du FBI. La commission des services armés du Sénat tout comme celle de la Chambre des représentants ont été « averties » a-t-il confirmé.

 

Nomination suspendue

 

On se rappelle que le Congrès devait encore se prononcer sur sa nomination. Celle-ci est dorénavant suspendue. « Tant qu’il reste sous enquête et que les faits sont déterminés, le Général Allen restera commandant de l’ISAF » a précisé Panetta. « Son commandement a permis de réaliser de significatifs progrès pour l’ISAF qui, en coopération avec nos partenaires afghans, a apporté une très sécurité au peuple afghan (et) s’assurer que l’Afghanistan ne devienne plus jamais un refuge pour les terroristes » a-t-il ajouté en guise de pommade. Mais c’est aussitôt pour préciser la sanction conservatoire qui a été prise à son égard : « J’ai demandé au président de suspendre sa nomination tant que les faits ne seront pas éclaircis ». Et de la même façon il a demandé aux sénateurs Carl Levin (Démocrate) et John McCain (Républicain) de reporter à plus tard, l’audition prévue au Sénat jeudi (15 novembre). Panetta a, en revanche, demandé au Sénat d’agir «rapidement» pour la nomination du général Joseph Dunford, numéro deux du corps des Marines, pour lui succéder comme prochain commandant de l’ISAF.

 

Commentaire : Une Alliance encore très atlantique et peu européenne

 

On peut remarquer d’une part la dureté des mesures prises. On ne badine avec le respect des règles à Washington où on redoute, outre le respect d’une certaine morale et de certaines règles, qu’une liaison ne puisse faire l’objet d’un chantage. Je ne suis pas sûr que cette conception soit vraiment partagée partout… On peut aussi remarquer que le commandement de l’OTAN est étroitement soumis à des règles et un encadrement américain. Il n’y a pas encore beaucoup d’indépendance dans le fonctionnement de l’Alliance atlantique, où les principaux éléments continuent d’être décidés à Washington et non à Bruxelles. Ce qui explique sans doute pourquoi cette nouvelle n’a pas vraiment été commentée officiellement bd Leopold. Il est vrai que d’une certaine façon le commandement reste assuré, avec l’Amiral Stavridis qui pourrait rester en place et assure pour l’instant le commandement, avec son adjoint. Mais on a là certainement matière à réflexion. Si les Américains veulent que les Européens se prennent en main, il faut aussi qu’ils leur en laissent la latitude…

 

Lire aussi : Le haut commandement Allié change de main, celui de l’ISAF également),

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories