Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 07:50
Thales Alenia Space-built Sentinel-1A, the first satellite in Europe's Copernicus program, ready for launch
 
March 31, 2014 Thales Group
 

Cannes, March 31st, 2014 – The European Space Agency's Sentinel-1A satellite, designed and built by Thales Alenia Space, is ready to be launched from the Guiana Space Center in French Guiana, using a Soyuz-Fregat A launcher.

Sentinel-1A is the first satellite in Europe's vast Earth Observation program Copernicus (formerly known as GMES), coordinated by the European Commission, with the European Space Agency (ESA) in charge of the space component. It is designed to give Europe complete independence in the acquisition and management of environmental data concerning our planet, to support Europe's public policies.

Thales Alenia Space was named prime contractor for the Sentinel-1, with responsibility for the design, development, integration and testing of the satellites comprising these systems.

The Sentinel-1A satellite was built and integrated at the Thales Alenia Space plant in Rome, while the basic technologies, like the T/R modules and the Front End Electronics for the C-Band Synthetic Aperture Radar antenna, as well as the advanced data management and transmission subsystems and the on-board computer, were developed at the Italian sites in L’Aquila and Milan. The T/R modules and the Front End Electronics are the “heart” of the C-Band Synthetic Aperture Radar antenna developed by AIRBUS Defence & Space on Thales Alenia Space Italia specifications.

The satellite also completed its final verification tests at Thales Alenia Space's clean rooms in Rome and Cannes.

Italy plays a key role in the Copernicus program, with backing from the Italian space agency, ASI, which has supported the country's broad commitment to Earth observation programs. Copernicus also benefits from the excellent results of the Cosmo-SkyMed program, which demonstrated the Italian space agency’s vision and the country's cutting-edge technical expertise.

Based on the Prima platform, developed by Thales Alenia Space on behalf of the Italian Space Agency, Sentinel-1A will weigh approximately 2,200 kg at launch. It will observe the Earth from an altitude of 700 km, with a resolution between 5 and 25 meters, depending on the operating mode. The satellite will continuously provide users with images, taken day and night, under all weather conditions.

Data from the Sentinel-1A satellite will be collected by various European centers, and in Italy by the ground station at the e-GEOS space center in Matera (e-GEOS is an 80/20 joint venture of Telespazio and the Italian space agency).

The main goals of the Sentinel-1 mission are: mapping of urban areas, observing environmental impact, monitoring risks due to movements in the Earth’s surface, surveillance of the marine environment, maritime security, sea ice monitoring, monitoring of forests and climate change.

ESA is developing five Sentinel satellite families for the Copernicus program: Sentinel-1 is designed to ensure the continuity of ERS and Envisat radar data.

The second satellite in this mission, Sentinel-1B, is scheduled for delivery to ESA during the last quarter of 2015. It is now being integrated at Thales Alenia Space’s Integration Center in Rome, while the Sentinel-3A satellite, for which Thales Alenia Space is prime contractor, is about to complete its initial integration and test phase.

 

NICE TO KNOW: Thales Alenia Space successful references in Radar Earth observation

The company’s expertise is largely recognized in international markets, and has led to collaborative missions outside Europe, including with South Korea (Kompsat 5), India (Saral), Canada (Radarsat 2) and the United States (Topex, Jason, Calipso, GFO-RA), Russia (Sadko).

Thales Alenia Space is making a major contribution to Copernicus as prime contractor for the Sentinel 1 and Sentinel 3 satellites. At the same time, Thales Alenia Space continues to explore the vast possibilities offered by its advanced technologies to develop new applications: for instance, taking a closer look at the carbon cycle, another key factor in climate change.

Regarding defense or dual-use missions, Thales Alenia Space is the prime contractor for the Italian dual radar observation system, Cosmo SkyMed. A four-satellite constellation, the Cosmo-SkyMed system delivers data to government, military and private users. The system is now totally operational and has reached its optimum image acquisition capacity of about 1,800 images/day, day or night and in all weather conditions. These capabilities make the Italian observation system one of the most advanced and reliable systems of this type in the world. Thales Alenia Space is also developing COSMO New Generation.

Thales Alenia Space is the acknowledged European expert in high-resolution radar imaging. The company supplied the electronics for the radar instruments on the SAR-Lupe constellation of five satellites, which delivers high-resolution images of the Earth to the German Ministry of Defense.

 

About Thales Alenia Space:

Thales Alenia Space, a joint venture between Thales (67%) and Finmeccanica (33%), is a key European player in space telecommunications, navigation, Earth observation, exploration and orbital infrastructures. Thales Alenia Space and Telespazio form the two parent companies' “Space Alliance”, which offers a complete range of services and solutions. Because of its unrivaled expertise in dual (civil/military) missions, constellations, flexible payloads, altimetry, meteorology and high-resolution optical and radar instruments, Thales Alenia Space is the natural partner to countries that want to expand their space program. The company posted consolidated revenues in excess of 2 billion euros in 2013, and has 7,500 employees in six countries. www.thalesaleniaspace.com

Partager cet article
Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 07:20
Boeing va utiliser son chasseur F-15 pour mettre des satellites en orbite

 

 

31.03.2014 Romain Guillot journal-aviation.com

 

Boeing a dévoilé un nouveau concept de lanceur de satellites développé par sa division Phantom Works Advanced Space Exploration, dans le cadre d’un contrat avec la DARPA.

 

Lancé en 2011 par l’agence de recherche américaine pour la défense, le contrat de lanceurs ALASA (Airborne Launch Assist Space Access), qui vise à réduire de 66% les coûts de mise en orbite basse de microsatellites, a en effet été remporté par Boeing il y a quelques jours.

 

ALASA sera donc constitué d’un lanceur de 7,3 mètres de long (24 pieds), spécialement conçu pour être emporté sous le ventre d’un F-15E. Le largage du lanceur, qui est propulsé par quatre moteurs du même type, aussi bien pour le premier que le second étage, s’effectuera à une altitude de 40 000 pieds. ALASA pourra ainsi mettre sur une orbite basse une charge pouvant atteindre 45 kg (100 livres).

 

Boeing précise également que le contrat avec la DARPA, valorisé à 30,6 millions de dollars, comprend la construction de 12 lanceurs sur une durée de 11 mois. L’objectif final est de pouvoir utiliser ALASA avec un coût par tir inférieur au million de dollars.

 

La DARPA travaille parallèlement sur le véhicule hypersonique réutilisable XS-1 qui vise également à réduire les coûts de mise sur orbite de satellites, mais pour des charges plus importante (1,3 à 2,3 tonnes).

 

On se souviendra aussi d’un projet similaire proposé par la défunte société AirLaunch, qui utilisait une fusée baptisée Quick Reach larguée depuis la soute d’un C-17 pour emporter une charge d’une demi-tonne en orbite basse. Le lanceur était notamment financé par la DARPA et l’US Air Force dans le cadre du programme Falcon.

 

Un premier essai de largage seul avait été effectué avec succès en septembre 2005. Ce programme s’inspirait d’une tentative réussie de largage et de mise à feu d’un missile balistique intercontinental (ICBM) de type Minuteman depuis un C-5 Galaxy en 1974.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 14:35
Satellites espions : les pays d'Amérique Latine veulent s'équiper

Les deux constructeurs Airbus Defence and Space et Thales Alenia Space vont partir chacun de leur côté dans les compétitions en Amérique latine.

 

27/03/2014 Michel Cabirol, de Santiago (Chili) – LaTribune.fr

 

Les satellites d’observation est l’un de marchés de défense les plus dynamiques de la région. Tous les constructeurs se sont donné rendez-vous à Santiago au show FIDAE, le plus grand salon de défense d’Amérique latine, qui a ouvert ses portes mardi.

 

Sous-équipée jusqu'ici, l'Amérique latine est l'un des nouveaux terrains de jeu commerciaux pour tous les constructeurs de satellites d'observation du monde entier. Et notamment pour les deux groupes tricolores, Airbus Defence & Space (ADS) et Thales Alenia Space (TAS), qui maîtrisent tous les deux les technologies clés de ces équipements de souveraineté et d'autonomie à la prise de décision.

Contrairement aux Emirats Arabes Unis et au Maroc où Paris avait exigé une offre commune, les deux constructeurs vont partir chacun de leur côté dans les compétitions en Amérique latine. C'est le cas dans les appels d'offre déjà lancés. "Nous en avons discuté mais il n'y a pas eu d'accord entre nous", explique-t-on à La Tribune. "Nous sommes partisans de laisser le marché décider", confirme une autre source. Que le meilleur gagne donc. D'autant que les offres des fabricants américains devraient être très attrayantes en termes de performances, estime-t-on. Parallèlement, les Israéliens, les Coréens (Satrec), voire les Espagnols, pourraient jouer sur les prix pour rafler la mise.  

 

Chili, le précurseur

La plupart des pays d'Amérique latine sont en train d'exprimer, voire de formaliser, un besoin dans le domaine de l'observation de la terre civile et militaire. Profitant de leur croissance, les pays qui sont prêts à se lancer dans l'achat d'un système d'observation spatiale, sont intéressés par l'identification puis le contrôle de leurs ressources naturelles sur terre comme sur mer (agriculture et pêche) ainsi que par les dossiers sécuritaires comme la lutte contre les trafics, notamment les narcotrafiquants. Et au-delà avec des enjeux de défense nationale.

C'est le Chili, qui a été le précurseur, avec le programme SSOT (nom de code : Fasat Charlie), un programme de nouvelle génération beaucoup plus performant que ceux qui existaient déjà sur le continent sud-américain (Venezuela, Brésil…). Gagné de haute lutte par ADS face au consortium américano-canadien MDA, il est opérationnel depuis 2011. "Nous voulons construire nos succès à partir de celui du Pérou, qui est un client référent et respecté dans la région", explique-t-on chez ADS. L'acquisition par le Chili d'un satellite d'observation performant a aiguisé les appétits des pays de la région et a peu à peu entrainé une dynamique en Amérique latine, où les pays ont la volonté d'acquérir une autonomie en matière d'observation spatiale.

 

Chili, vers un deuxième satellite

Satisfait de son système SSOT, Santiago pense déjà au suivant. Les constructeurs anticipent pour fin 2014, début 2015 un appel d'offre pour "Fasat Delta", le deuxième satellite qui remplacera à l'horizon de 2018 "Fasat Charlie". Soit trois ans environ pour mettre au point le futur satellite chilien. Présents au salon de défense de Santiago FIDAE, les deux constructeurs tricolores, tout comme leurs rivaux internationaux, notamment les israéliens d'IAI, très redoutés pour leur offre, ont été très actifs pour attirer les décideurs sur leur stand et chalet.

Au Pérou, ADS a également une longueur d'avance sur TAS. Lima a sélectionné la filiale spatiale du groupe Airbus pour la fourniture d'un satellite d'observation. Les négociations sont terminées. Si le contrat met du temps à être finalisé, ce ne serait aujourd'hui plus qu'une question de temps. "Nous sommes très avancés au Pérou", confirme-t-on chez ADS où on croise les doigts pour obtenir un contrat de gouvernement à gouvernement (Pérou/France) très, très prochainement.

 

Colombie puis Bolivie

En Colombie, l'élection présidentielle prévue en mai devrait retarder quelque peu le processus de sélection. Mais tous les constructeurs (ADS, TAS, Lockheed Martin, IAI, les espagnols Deimos et ITP-Seiner, ont déjà répondu aux demandes d'informations (RFI, Request for information) lancé fin 2013 par la force aérienne de la Colombie, qui elle aussi veut avoir son satellite d'observation (SOT-COL, satellite d'observation de la Terre de la Colombie).

Selon des sources concordantes, les israéliens IAI auraient fait une offre agressive… mais qui est non engageante à ce stade. "C'est prématuré de dire que les Israéliens sont favoris", assure-t-on à La Tribune. Car le processus de sélection est suspendu pendant la campagne de l'élection présidentielle. Les Colombiens devrait sans doute réélire Juan Manuel Santos. Dans ce contexte, Bogotá devrait lancer un appel d'offre vers la fin de l'été.

La Bolivie est également très intéressée par l'acquisition d'un satellite d'observation. "Les Boliviens ont identifié un besoin", souligne-t-on chez TAS, qui ne s'attend pas à un appel d'offre avant 2016. Une compétition où il faudra compter sur les Chinois, très présents en Bolivie dans le domaine des télécoms. "Ils nous ont dit que la compétition serait ouverte", précise-t-on chez ADS, qui anticipe quant à lui un appel d'offre fin 2014, début 2015. "Ils sont très intéressés par ce que l'on propose", précise-t-on dans la division spatiale d'Airbus Group. Enfin, TAS concourt actuellement sur le segment sol d'un satellite de télécoms bolivien.

 

Brésil et Mexique, deux géants qui se réveillent

Dans la continuité du projet de télécoms duals SGDC-1 remporté par TAS, le Brésil a exprimé de gros besoins avec l'acquisition de deux satellites optiques (programme Carponis) et un satellite radar (lessonia). Des projets qui pourraient se formaliser en 2015 après l'élection présidentielle prévue en octobre et qui seront également l'objet d'importants transferts de technologies (ToT). On veut croire chez ADS que la compétition reste ouverte au Brésil après SGDC-1.

Pour sa part, le Mexique devrait lancer des programmes d'observation spatiale fin 2015, début 2016. Et les deux constructeurs français ont déjà commencé à labourer le terrain en organisant avec la Direction générale de l'armement (DGA) il y a une semaine une table-ronde au Mexique.

 

L'Amérique latine, un nouveau terrain de jeu pour Airbus et Thales

Les deux constructeurs français, ADS et TAS, nourrissent beaucoup d'ambitions dans le domaine de l'observation en Amérique latine. ADS a aujourd'hui un temps d'avance sur son rival français avec la livraison au Chili du programme SSOT et avec la sélection de son offre par le Pérou. Mais TAS a réussi un véritable tour de force au Brésil dans les télécoms (SGDC-1). Et veut durablement s'implanter en Amérique latine. "Nous voulons être plus présents sur l'observation dans ces pays", assure le vice-président de l'observation de la Terre et des sciences de TAS, Michel Orman.

Pour attaquer ce marché, Thales a lancé sur FIDAE une nouvelle plateforme  HRS1 (résolution de 70 cm à 1 mètre) pour tenter de faire la différence avec ses concurrents. Un satellite qui pèse environ deux fois moins que les Pléiades (1 tonne). Soit un prix très attractif pour les clients d'autant que le lancement leur coûtera moins cher. Quant à ADS, on estime que la société a une longueur d'avance en terme de technologies par rapport à TAS, notamment grâce au carbure de silicium (SiC) très léger. ADS et son partenaire Boostec ont réussi à créer, au fil des réalisations spatiales, une véritable filière économique aujourd'hui couronnée de succès. Le SiC produit en région Midi-Pyrénées est exporté dans le monde entier.

Partager cet article
Repost0
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 13:20
GD to provide network communications element for additional GPS III satellites

 

26 March 2014 airforce-technology.com

 

General Dynamics (GD) subsidiary General Dynamics Advanced Information Systems has been awarded a contract to provide network communications element (NCE) for additional US Air Force's (USAF) Global Positioning System (GPS) III satellites.

 

Awarded by Lockheed Martin, the $26m contract provides the company with funding to complete the NCE for fifth and sixth GPS III space vehicles (SV05 and SV06).

 

General Dynamics Advanced Information Systems Intelligence, Surveillance and Reconnaissance vice-president and general manager Kirstan Rock said the company brings more than a half-century of experience in the spacecraft communications and navigation domain to the GPS III programme.

 

"We look forward to continuing working with Lockheed Martin to deliver high-quality, reliable and affordable solutions to the air force to advance their mission," Rock said.

 

GD is already under contract with Lockheed to produce the NCE for SV01 to SV04 satellites, as well as for the procurement of long lead material for the second set comprising SV05 to SV08.

 

The NCE components provide a range of communications functions for the GPS III satellites, including the ground-to-space command and control channel, the space-to-space inter-satellite channel, as well as the command and telemetry communications channels within each satellite.

"The $26m contract provides the company with funding to complete the NCE for fifth and sixth GPS III space vehicles."

 

GD has already delivered NCE components for SV01 and SV02, while the NCEs for SV03 and SV04 are scheduled to be handed over to Lockheed by June 2014.

 

Delivery schedule for the latest contract remains undisclosed.

 

Under development by Lockheed-led team, the GPS III is a next-generation communication satellite designed to replace the existing GPS constellation used by the military and civilian customers to offer navigational information across the globe.

 

Capable of delivering enhanced accuracy, navigation and timing services, and anti-jamming power, the satellites feature enhancements that extend its service life by 25% than the GPS block, and carry a new L1C civil signal that ensures interoperability with other international global navigation satellite systems.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 13:25
Ariane 5 : Arianespace réussit son deuxième lancement en 2014

Deuxième mission de l'année et deuxième succès pour le lanceur Ariane 5

 

23/03/2014 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Arianespace a réussi le 59è lancement d'Ariane 5 d'affilée en mettant en orbite deux satellites de télécommunications, ASTRA 5B pour l'opérateur luxembourgeois SES et Amazonas 4A pour l'opérateur espagnol Hispasat.


 

Deuxième mission de l'année et deuxième succès pour le lanceur Ariane 5. Arianespace a réussi le 59è lancement d'Ariane 5 d'affilée en mettant en orbite deux satellites de télécommunications, ASTRA 5B pour l'opérateur luxembourgeois SES et Amazonas 4A pour l'opérateur espagnol Hispasat. A l'occasion de cette mission, ASTRA 5B héberge la charge utile de navigation EGNOS (European Geostationary Navigation Overlay Service) au service de la Commission européenne.

Le décollage s'est déroulé à 19h04 heure locale (22h04, GMT) depuis le centre spatial guyanais à Kourou. Vingt-sept minutes et trois secondes plus tard, le lanceur européen se séparait du satellite Astra 5B pour le compte de SES. Trente-quatre minutes et 37 secondes après le lancement, Ariane a placé à son tour sur orbite Amazonas 4A (3 tonnes environ) pour le compte de l'opérateur espagnol Hispasat et qui a été fabriqué par le constructeur américain Orbital Sciences Corporation.

Un lancement qui intervient au moment où le lanceur européen est fortement déstabilisé par son concurrent américain Falcon 9 de SpaceX, qui pratique un très fort dumping sur les prix. Ce qui oblige l'Europe spatiale à repenser son organisation dans la douleur et qui va entraîner de nombreuses suppressions d'emplois.

 

59e succès d'Ariane 5

"Ce nouveau succès, le 59è d'affilée du lanceur européen Ariane 5 a confirmé que l'offre d'Arianespace est la référence d'un accès garanti à l'espace pour tous les acteurs du secteur spatial, agences internationales ou nationales, opérateurs commerciaux ou institutionnels", a rappelé samedi Arianespace dans un communiqué.

Ce succès "confirme les niveaux de fiabilité et de disponibilité inégalés du lanceur européen, a confirmé le PDG d'Arianespace Stéphane Israël, cité dans le communiqué. Ce soir, nous sommes particulièrement fiers d'avoir mis cette excellence au service de deux grands opérateurs européens, SES et Hispasat, clients de référence d'Arianespace, ainsi que de la Commission européenne qui dispose à bord d'ASTRA 5B d'une charge utile pour son service de navigation par satellite EGNOS".

 

Airbus Defense ans Space maître d'oeuvre d'Ariane 5 et d'ASTRA 5B

Pour ce 217ème vol Ariane, la performance requise était de 9.468 kg en orbite de transfert géostationnaire dont 8.662 kg pour les deux satellites (ASTRA 5B et Amazonas 4A), le reste correspondant au Sylda, le système de lancement double d'Airbus Defence and Space (ADS), et aux structures adaptatrices pour les satellites, a expliqué Airbus Space Systems. ADS, le numéro deux mondial des technologies spatiales, qui développe et construit Ariane 5, était également sur ce lancement maître d'oeuvre d'ASTRA 5B, conçu et réalisé pour SES.

Ce lancement réussi "démontre une fois encore l'extrême fiabilité de notre organisation industrielle, aussi bien en tant que maître d'oeuvre d'Ariane 5 et des futurs lanceurs européens que comme constructeur de satellites de télécommunications comme ASTRA 5B, dont la plateforme Eurostar E3000 fête actuellement 10 ans de succès en orbite", a affirmé le directeur général de Space Systems, François Auque.

ASTRA 5B est le 8ème de la plateforme Eurostar E3000 de la flotte SES placé en orbite, après les lancements d'ASTRA 2F en septembre 2012, de SES-6 en juin 2013 et d'ASTRA 2E en septembre 2013. Un autre satellite Eurostar E3000 destiné à SES (ASTRA 2G) se trouve actuellement en phase finale d'intégration et de tests dans les locaux d'Airbus Defence and Space, tandis que la conception de SES-10, le dernier né de la flotte SES commandé en février 2013, a débuté.

 

EGNOS à bord

ASTRA 5B est un satellite de télécommunications qui offrira des services de télédiffusion directe DTH (Direct-to-Home) et d'alimentation des réseaux de TNT (Télévision Numérique Terrestre) en Europe pour le compte de SES. "Sa durée de vie estimée est de 15 ans", a expliqué le CNES dans un communiqué.

Amazonas 4A, d'une masse au lancement de 3 tonnes, est un satellite de télécommunications qui fournira un éventail étendu de services de télécoms sur toute l'Amérique du Sud pour le compte de l'opérateur Hispasat. Il hébergera également un équipement destiné au service européen de navigation par recouvrement géostationnaire EGNOS. La durée de vie d'Amazonas 4A est estimée à 15 ans, selon le CNES.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 12:25
Thales at FIDAE 2014

 

20/03/2014 Thales


Thales, a global technology leader in the Aerospace, Transportation and Defence & Security markets, will present its latest products and technologies at the 2014 edition of FIDAE (Feria Internacional del Aire y del Espacio) on March 25-30 in Santiago, Chile. Organised every two years for over 35 years with the support of the Chilean government, FIDAE is one of the key events for defence, aerospace and security professionals in Latin America.

 

Thales has been operating in Chile since 1968, mainly serving the air traffic control market, armed forces (air, land and naval), the civil aviation authority, the finance industry, the urban rail transport sector and also providing avionics equipment and service activities. With over 40 years of history in Latin America, Thales has continuously expanded its operations and has strengthened its presence in the region through a number of significant local partnerships. Thales employs about 650 people in the region and serves the aerospace, defence, security transportation and space markets.

 

At FIDAE 2014, Thales will present a broad range of equipment and solutions in the following areas:

Advanced air defence: Thales is leading the way for air defence solutions and is able to deliver a fully integrated air defence capability, from radars and C2 centres through to effectors and their respective fire control systems. Thales’s Advanced Air Defence offering is an integrated set of solutions designed to ensure timely decision-making and effective responses for the protection of military forces, key assets, nations and citizens around the globe. Thales and ThalesRaytheonSystems have developed, manufactured and supported best-in-class air defence systems for customers worldwide for more than 40 years. Over 300 air defence radars have been sold to 26 countries. Thales is also the world's leading supplier of integrated weapon systems, with more than 450 mobile, integrated systems in service with customers throughout the world. Its solutions include the STARStreak system, integrated on a wide range of armoured vehicle platforms. Thales’s innovations in open systems architecture are behind the development of the RAPID range of mobile integrated weapon systems, which combine sophisticated sensors, fire control software, latest-generation human-machine interfaces and a wide range of weapons, including missiles, guns and directed-energy weapons.

 

Communications: Thales offers a broad array of communication products and solutions to provide the armed forces with the information superiority and network-centric capabilities they need. Thales offers interoperable systems and a complete range of tactical radios for all levels of command, from C2 centres to infantry in the field and for land, air and naval platforms, to meet the requirements for air-to-air, ground-to-air and surface-to-air communications. The armed forces of more than 50 countries around the world are equipped with Thales communication solutions.

 

Optronics: Thales is a pioneer in optronic equipment and systems, with thousands of products in service in more than 60 countries. Working closely with its partners and end users, Thales draws on a range of advanced optronics technologies to develop imaging and image processing solutions, tailored to the precise requirements of each customer.

 

Air Traffic Management: Today, Thales ranks as the leading global provider of Air Traffic Management (ATM) solutions. Thales’s mission is to contribute to the future prosperity of the civil aerospace sector by providing equipment, systems and services - both in the air and on the ground - to support air traffic controllers, airports and civil aviation authorities in meeting the challenges of growth, safety, economic and environmental performance, security and passenger comfort.

 

High-Resolution Observation Satellites: Thales Alenia Space is the European leader in high-resolution optical and radar (sub-metric) payloads for military, civil or dual-use missions: intelligence gathering, target designation, meteorology, oceanography, climatology, mapping and crisis management. The world leader in space altimetry, Thales Alenia Space has been the exclusive supplier for the last 30 years of all high- and very-high-resolution optical instruments on French intelligence satellites, as well as for Italy with the dual-use COSMO-SkyMed constellation.

 

Thales’s training solutions: Thales is a major training services provider serving an international customer base in the military domain as well as in the civil helicopter area. Thales works with its customers to analyse their requirements in full, and developed thorough understanding of them. Thales can design the solution that meets their operational and financial needs precisely. Thales then implements the training solution and relevant infrastructure, getting the customer’s unique training underway. Depending on the requirements, Thales’s solutions include a full range of equipment, systems and infrastructure, from basic to advanced, from standalone missions to collective operations, and for all platforms, across all domains.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 17:55
Stratobus photo Thales Alania Space

Stratobus photo Thales Alania Space

 

21 mars 2014 Par Julien Bonnet - Usinenouvelle.com

 

Thales Alania Space a présenté son projet Stratobus, un dirigeable autonome évoluant juste au-dessus du trafic aérien, à 20 kilomètres d'altitude. Cet engin, à mi-chemin entre le drone et le satellite sera capable d'effectuer par exemple des missions d'observation et de télecommunication durant 5 ans d'affilée, sans se (re)poser. Le premier prototype devrait voir le jour d'ici 2020.

 

Engin hybride entre le satellite, le drone et le dirigeable, le projet Stratobus est piloté par Thales Alenia Space et ses partenaires Airbus Defense & Space, Zodiac Marine et le CEA-Liten (Laboratoire d'Innovation pour les Technologies des Energies Nouvelles). Un premier prototype est prévu d'ici 2020.

 

Stratosphérique, géostationnaire et autonome

Grâce à sa position géostationnaire et à la limite de la stratosphère, à 20 kilomètres d'altitude soit juste au-dessus du trafic aérien mais bien plus près de la Terre qu'un satellite, l'appareil pourra effectuer de nombreuses missions, de la surveillance de précision d'une zone donnée à des opérations de télécommunications et de navigation. Il est destiné "à de nombreuses applications telles que la surveillance des frontières et de la piraterie maritime, le renforcement du réseau GSM au cours d’événements de grande ampleur ou l’amélioration du système GPS sur les zones de trafic intense", imagine Thales Alenia Space. Stratobus pourra emporter jusqu'à 200 kg de charge utile.

D'une longueur comprise entre 70 et 100 mètres pour une largeur de 20 à 30 mètres, Stratobus devrait disposer d'une autonomie de cinq ans. D'après Thales, il utilisera ainsi un grand nombre d’innovations pour capter les rayons du soleil en toutes saisons : système de génération d’énergie (couplage des panneaux photovoltaïques à un système d’amplification de l’énergie solaire breveté par Thales), dispositif de stockage par une pile à combustible réversible ultra-légère… Un apport d'énergie nécessaire aux deux moteurs électriques qui adapteront automatiquement leur puissance pour compenser la force du vent et ainsi conserver leur position géostationnaire.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 18:50
La DGA qualifie le satellite de communications franco-italien Athena-Fidus

 

20/03/2014 DGA

 

La direction générale de l’armement (DGA) a prononcé, le 14 mars 2014, la qualification du satellite franco-italien de télécommunications à très haut débit Athena-Fidus (Access on theatres for European allied forces nations - French Italian dual use satellite).

 

Depuis son lancement par une fusée Ariane 5 le 6 février dernier depuis Kourou, Athena-Fidus a été amené à sa position sur l’orbite géostationnaire et y a subi l’ensemble des tests permettant de valider à la fois son bon fonctionnement et la performance en communication des charges utiles française et italienne. La capacité ainsi qualifiée est désormais mise en oeuvre par les forces armées.

 

Athena-Fidus apporte de nouvelles capacités de télécommunications par satellite à très haut débit pour faire face à l’accroissement des besoins de défense et de sécurité en France et en Italie dans ce domaine. Ce satellite est complémentaire du système Syracuse 3 dont le remplacement à terme prévu par le programme COMSAT NG. Fonctionnant en bande Ka, Athena-Fidus prépare les satellites de demain par une utilisation innovante des standards de télécommunications civiles les plus performants (DVB-RCS et DVB-S2) pour la sécurité et la défense de la France et de ses alliés.

 

Athena-Fidus est cofinancé par la France et l’Italie à hauteur de 140 M€ chacune. Il s’appuie pour la part française sur un partenariat entre la Direction générale de l’armement (DGA) et le Centre national d’études spatiales (CNES), et côté italien, entre le Secrétariat général pour la Défense (Segredifesa) et l’agence spatiale italienne (ASI). Le maître d’ouvrage du système est Thales Alenia Space (filiale conjointe de Thales et Finmeccanica).

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 08:50
Airbus Defence and Space is double prime contractor for the upcoming launch of ASTRA 5B by Ariane

 

 

Mar 19, 2014 ASDNews Source : Airbus Defence and Space

 

    ASTRA 5B will be the first of six telecommunications satellites scheduled for launch in 2014

 

Airbus Defence and Space, number two worldwide in space technologies, is preparing the launch of ASTRA 5B, which is due to be put into geostationary orbit (36,000 kilometres) aboard an Ariane 5 launcher on 21 March. ASTRA 5B is the first of six telecommunications satellites that will be launched in 2014. Airbus Defence and Space is also the industrial prime contractor for Ariane 5.

 

Astra 5B will be deployed at the orbital location of 31.5° East. It will provide extended transponder capacity in Ku and Ka bands with geographical reach over Eastern European and neighbouring markets for DTH (Direct to Home) direct-to-cable and feeding to digital terrestrial television networks. It will also carry a hosted L-band payload for the European Commission’s European Geostationary Navigation Overlay Service (EGNOS).

 

Read more

Partager cet article
Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 17:40
photo Rostec

photo Rostec

 

19.03.2014 Boris Pavlichtchev - La Voix de la Russie

 

L’armée russe sera bientôt dotée d'une tenue individuelle de combat sous le nom de Ratnik.

 

Il s'agit d'une tenue à armements et liaisons intégrés, si bien que chaque combattant se transforme en « soldat du futur » dans toute l’acception du terme, et est capable d’exécuter seul des missions. Cette tenue accroît de façon spectaculaire l’efficacité des unités engagées dans les zones de conflits locaux ou les opérations anti-terroristes.

 

La tenue de combat Ratnik comporte une quarantaine d’éléments et pèse 20 kilos, mais on peut s’en débarrasser en quelques secondes. Selon Igor Korotchenko, rédacteur en chef de la revue Défense nationale, la nouvelle tenue est parfaitement adaptée aux besoins de l’armée russe :

 

« Elle n’équipera que les unités composés de soldats de métier qui sont les plus aptes au combat. Les liaisons et communications se font via le système russe de positionnement par satellite GLONASS et les postes émetteurs-récepteurs sont de fabrication russe. Il en va de même des armes, des appareils de vision nocturne et de l’uniforme. »

 

 

« Ratnik » ou le soldat russe du futur

Cinquante entreprises russes ont pris part à la conception de Ratnik, qui est en fait une combinaison en fibres synthétiques respirantes et qu’on peut porter sans l'enlever pendant deux jours d’affilée. Le tissu protège du feu et des petits éclats, et rend le soldat invisible aux rayons infrarouges captés par les appareils de vision nocturne.

 

Le gilet pare-balles n’est plus en titane mais en plaques céramiques armées de kevlar, que même un fusil à lunette ne peut pas percer. Sa version pour les marins tient lieu de gilet de sauvetage. Le combattant a également besoin d'un casque, mais le cas échéant, ce dernier, fait en matériaux composites, est équipé d’une caméra vidéo pour enregistrer le déroulement du combat ainsi que d’un petit écran jumelé avec le viseur, ce qui permet de viser dans n’importe quelle position. La décision concernant le type d’arme principale, un fusil d’assaut, n’a pas encore été prise.

 

C’est lors du prochain conseil d’experts de la Commission militaro-industriel, qui doit se réunir au mois de mai, que sera décidé le sort de Ratnik.  

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 20:35
#MH370 - la France met ses moyens satellitaires à disposition, envoie des enquêteurs

 

 

16 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

PARIS - La France a annoncé dimanche qu'elle assistait les autorités malaisiennes dans la recherche du Boeing 777 disparu il y a huit jours, à l'aide de ses moyens satellitaires civils et militaires et par l'envoi de trois enquêteurs spécialisés.

 

Le ministère des affaires étrangères a confirmé l'assistance de la France aux autorités malaisiennes et aux efforts internationaux en cours pour retrouver l'avion MH370 de Malaysian Airlines, dans un communiqué.

 

L'aide de la France consiste notamment en une assistance aux recherches par nos moyens satellitaires civils et militaires, a précisé le ministère.

 

Plus tôt, le ministère des Transports avait fait état de l'envoi de trois agents du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) pour la sécurité de l'aviation civile).

 

Trois membres du BEA se rendent donc à Kuala Lumpur dès aujourd'hui et rejoindront les équipes du NTSB, l'homologue américain du BEA, pour se tenir à disposition des autorités malaisiennes dès lundi matin afin d'examiner et exploiter les données disponibles et aider à l'organisation des recherches, selon le ministère.

 

La Malaisie a annoncé dimanche que 25 pays étaient désormais impliqués dans les recherches du vol MH370, qui a changé de cap et désactivé ses communications de manière délibérée avant de disparaître il y a huit jours, tandis que les enquêteurs passaient dimanche au crible les antécédents des pilotes et passagers.

 

Ces révélations ont accru la perplexité des experts et des médias, et le désarroi des proches des 239 personnes à bord, qui se raccrochent parfois à l'infime espoir que l'avion ait pu atterrir quelque part.

 

Samedi, le Premier ministre de Malaisie Najib Razak a refusé de confirmer un détournement.

 

Le BEA a pour sa part souligné dans un communiqué distinct que toute communication sur les avancées de l'enquête relève exclusivement des autorités malaisiennes.

 

Anciennement appelé Bureau enquêtes-accidents, le BEA est un organisme public mondialement reconnu. Il est le seul en France à mener les enquêtes techniques pour déterminer les causes d'un accident d'avion.

 

Il avait notamment conduit l'enquête sur le crash de l'A330 d'Air France entre Rio et Paris, qui s'était abîmé au large du Brésil en juin 2009, coûtant la vie à 228 personnes.

 

Chaque année, il dirige en France plusieurs centaines d'enquêtes concernant tous les accidents ou incidents, aussi bien sur des avions de transport public que des vols privés ou de loisirs.

 

Hors de France, le BEA intervient quand l'accident se produit dans les eaux internationales, dans deux cas: si le constructeur ou concepteur de l'avion est français ou partiellement; si l'appareil est immatriculé ou exploité en France. Il peut aussi apporter une assistance technique, et participer en observateur à une enquête si un accident a fait des victimes françaises.

 

Quatre Français figurent parmi les 239 passagers du vol de la Malaysian Airlines. La justice française a ouvert mardi une enquête préliminaire pour homicides involontaires dans le cadre de la disparition de l'avion.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 17:50
La France sort 25 millions d'euros pour proposer des satellites à propulsion électrique dès 2016

 

14 mars 2014 Par Hassan Meddah - Usinenouvelle.com

 

Dans le cadre des 34 projets de la Nouvelle France Industrielle, le Cnes vise une commercialisation accélérée des satellites à propulsion électrique dès 2016 en adaptant les plates-formes existantes de Thales Alenia Space et d’Airbus Space & Defense.

 

La France a décidé d’aller plus vite que l’Europe pour mettre sur le marché des satellites à propulsion électrique et éviter de laisser le champ libre à la concurrence américaine. "Nous voulons gagner trois années sur le calendrier et avoir une solution commerciale dès 2016", ambitionne Jean-Yves Legall, président du Cnes (Centre national d’études spatiales) et par ailleurs chef du projet des satellites à propulsion électrique, retenu dans le cadre des 34 plans de la Nouvelle Filière Industrielle installés par le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, en septembre 2013. L’enjeu industriel est significatif puisque la propulsion électrique, amenée à compléter ou remplacer la propulsion chimique, devrait représenter 20% du marché mondial des satellites dès 2020.

 

25 millions d’euros

Pour y parvenir, 25 millions d’euros, dégagés dans le cadre du PIA (programme d’investissements d’avenir) seront attribués aux principaux industriels du secteur. Safran, le motoriste d’Ariane, va bénéficier de 9 millions d’euros pour accélérer la conception d’un propulseur électrique de forte puissance, le PPS5000. Thales Alenia Space et Airbus Defense & Space vont chacun bénéficier de 8 millions d’euros pour mettre à jour leur plate-forme, baptisée respectivement SpaceBus et Eurostar E3000.   

Cette initiative pragmatique, qui vise à adapter les satellites existants, permet de gagner trois années sur le calendrier européen. L’Agence spatiale européenne promeut en effet NEOSAT, une nouvelle plate-forme de satellites de télécommunications plus ambitieuse mais qui ne sera opérationelle qu’en 2019. Elle a notifié en février pour cela des contrats d’une valeur cumulée de 18,2 millions d’euros aux industriels Thales Alenia Space et Airbus Defense &Space. Cette démarche vise des gains de productivité de 30% mais nécessite de repartir d’une feuille blanche sur le plan technologique. Selon le Cnes, les deux démarches sont complémentaires et permettent de répondre à l’urgence commerciale tout en préparant le long terme. 

 

Concurrencer Boeing

Or le temps presse car le principal concurrent Boeing est en train de s’accaparer le marché sur ce nouveau segment. Le groupe américain a déjà remporté les deux premières commandes de satellites électriques en 2013. Et au récent salon Satellites 2014 de Washington qui vient de fermer ses portes, certains observateurs s’attendaient à ce que Boeing annonce 3 nouvelles commandes d’ici fin mars.

Selon l’agence spatiale européenne, le marché mondial des satellites de télécommunications sur la période 2018-2030, représente un chiffre d’affaires de 50 milliards d’euros. En France, le secteur des satellites emploie plus de la moitié des 16 000 salariés du secteur spatial.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 21:50
Le satellite franco-italien Athena-Fidus est en orbite

 

14/03/2014 Economie et technologie

 

Le satellite franco-italien de télécommunications civilo-militaire à très haut débit Athena-Fidus (Access on theatres for European allied forces nations - French Italian dual use satellite) a été lancé avec succès le 6 février 2014 depuis le « port spatial » de Kourou (Guyane).

 

Athena-Fidus a été mis en orbite par une fusée Ariane 5 à 23H03, heure de Paris. Cette réussite consolide la coopération franco-italienne dans le domaine spatial et contribue à renforcer les capacités opérationnelles européennes. Le satellite apporte de nouvelles capacités de télécommunications par satellite à très haut débit pour faire face à l'accroissement des besoins de défense et de sécurité en France et en Italie dans ce domaine. Ce satellite est complémentaire du système Syracuse 3 dont le remplacement à terme est prévu par le programme COMSAT NG. Fonctionnant en bandes Ka et EHF, Athena-Fidus prépare les satellites de demain.

 

Athena-Fidus est cofinancé par la France et l'Italie à hauteur de 140 M€ chacune. Il s'appuie pour la part française sur un partenariat entre la Direction générale de l'armement (DGA) et le Centre national d'études spatiales (CNES), et côté italien, entre le Secrétariat général pour la Défense italienne (Segredifesa) et l'Agence spatiale italienne (ASI). Le maître d'ouvrage du système est Thales Alenia Space.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 08:50
Airbus Defence & Space lance AuroraGlobal

 

 

12 mars 2014 Info-Aviation

 

Airbus Defence & Space* a lancé la solution AuroraGlobal  pour ses nouveaux services haut débit de télécommunications par satellite lors du salon Satellite 2014 à Washington le 10 mars (source : Airbus).

 

Depuis le 10 mars, AuroraGlobal fournit des services à haut débit conçus pour répondre aux besoins croissants dans les marchés publics, maritimes et des entreprises. Cette nouvelle offre est une solution de communication par satellite utilisant le réseau multi-bande d’Airbus (Ku, X, et Ka-bandes) sans qu’il soit nécessaire de changer de système d’antenne.

 

L’offre AuroraGlobal cible aussi bien les satellites militaires que commerciaux tels que Global Xpress d’Inmarsat et Epic NG d’Intelsat (image ci-dessus).

 

Ce service fournit de meilleurs performances en bande X à des fins gouvernementales civiles et militaires, avec un débit jusqu’à quatre fois supérieur à ceux des services actuels en utilisant des terminaux existants. Cette offre permet aussi un plus grand débit par l’intermédiaire de nouveaux terminaux plus petits, en fonction des besoins opérationnels croissants.

 

Des essais récents effectués avec les satellites Skynet d’Airbus Defence & Space ont démontré qu’un terminal en bande X 60 cm peut supporter un débit de plus de 70Mbps. D’autres tests ont confirmé qu’en utilisant les bornes navales SCOT5 1,5 m les niveaux de débit garanti du service peuvent être réalisées jusqu’à quatre fois les niveaux actuels fournis aux clients de Skynet.

 

Sur le marché maritime, les clients bénéficieront de la bande Ku du service VSAT de prochaine génération, sans remplacer l’antenne existante. La nouvelle offre maritime VSAT est une solution tout-en-un avec deux fois les quotas de volume de données antérieures et deux fois les vitesses de données précédentes. Il est livré avec un service illimité de back-up en bande L, ainsi que la nouvelle plate-forme XChange, sans avoir à investir dans une nouvelle antenne VSAT.

 

* Le 2 janvier 2014, EADS a été renommé Airbus Group, et Airbus Defence and Space est créé à partir de la fusion entre Cassidian, Astrium et Airbus Military.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 07:50
Progress for European Satellite Communication Procurement Cell (ESCPC)
 

Brussels - 05 February, 2014 European Defence Agency

 

Since the signature of a framework contract between EDA and Astrium Services in September 2012, ESCPC, the Agency’s initiative for the pooled procurement of commercial satellite communication services, has proven its operational and financial value by delivering concrete support to Member States. In 2013 the ESCPC scheme facilitated orders of more than €1 million. Three additional contributing Member States (Belgium, Finland and Luxembourg) have joined the five ESCPC founding nations (France, Italy, Poland, Romania and the United Kingdom) while others declared their interest in the pay-per-use scheme.

In military operations satellite communications are fundamental for Communication, Command and Control. They also allow operational effectiveness of Intelligence, Surveillance and Reconnaissance platforms, including Remotely Piloted Aircraft Systems. Member States often resort to commercial satellite communications either to complement similar military capabilities or as the sole means to effectively conduct military operations. The EDA ESCPC pools commercial satellite communication demand from a number of European defence departments, reducing costs by up to 20 per cent.

Astrium Services serves as the contractual, commercial and operational interface allowing for a flexible “pay per use” access to satellite communications with very little administrative burden for Member States.

 

More information:

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 17:55
ELISA à la manœuvre

 

13/03/2014 Armée de l'Air

 

Vendredi 28 février 2014, un satellite d’écoute français de la constellation ELISA1 a manœuvré afin d'éviter un satellite inactif représentant un danger potentiel de collision. En étroite coordination avec le centre national d’études spatiales (CNES), la division surveillance de l’espace (DSE) suit la trajectoire des rentrées à risques (RAR), mais joue également un rôle de premier ordre lorsqu’une collision d’objets spatiaux est annoncée.

 

Une constellation comporte plusieurs satellites. Les quatre satellites de la constellation ELISA sont en orbite depuis décembre 2011 et évoluent autour de notre planète à plus de 600km d’altitude (orbite basse). Ces satellites démonstrateurs pèsent environ 40 kilos et ont pour mission l’écoute des émissions électromagnétiques. Lors de leur rotation orbitale, il arrive parfois qu’ils soient exposés à des risques de collision.

Mardi 25 février, la DSE est alertée par le centre d'orbitographie opérationnelle (COO) du CNES à propos d’une collision possible entre l’un des satellites ELISA, le E12, et un satellite inopérant, donc non-manœuvrable. Les spécialistes de la DSE se alors sont appuyés sur les radars SATAM2  de Sommepy et Solenzara pour fournir au CNES les données du satellite inactif, complémentaires à celles déjà recueillies par le système d’acquisition GRAVES3.

En 24h, une décision est prise par le CNES : faire évoluer l’orbite d’ELISA E12. Jeudi 27 février, après analyse du COO, E12 est manœuvré par l’agence spatiale française et évite ainsi la collision. Le cas d’ELISA aurait pu conduire à la destruction totale du satellite et de ses données. Le processus de traitement mis en place conjointement par l’armée de l’air et le CNES a une fois de plus fait preuve de sa fiabilité.

Près de 60% des objets spatiaux répertoriés sont des débris issus de collisions, dont certaines, très rares, concernent les satellites.

1 ELISA : ELectronic Intelligence by SAtellite.
2 SATAM : Système d’Acquisition et de Trajectographie des Avions et des Munitions.
3 GRAVES : Grand Réseau Adapté à la Veille Spatiale.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 13:50
ESA to certify first Galileo position fixes worldwide

 

 

Mar 12, 2014 ASDNews Source : European Space Agency (ESA)

 

To mark the first anniversary of Galileo’s historic first satnav positioning measurement, ESA plans to award certificates to groups who picked up signals from the four satellites in orbit to perform their own fixes.

 

In 2011 and 2012 the first four satellites were launched – the minimum number needed for navigation fixes.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 12:40
Cosmos 1220 : une rentrée atmosphérique à risque

 

13/03/2014 Adjudant-chef Mireille Léger  - Actus Air

 

Le 16 février à 03h08 du matin, COSMOS 1220, un satellite militaire de reconnaissance navale de quatre tonnes, utilisé par les Soviétiques durant la Guerre froide, est entré dans l’atmosphère. En liaison étroite avec le CNES1 et certains pays alliés dotés de moyens de détection adaptés, la division "surveillance de l’espace" (DSE) du commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA) a suivi la trajectoire de cette rentrée atmosphérique à risques (RAR).

 

En cas de danger spatial inopiné, le CDAOA a pour mission de contribuer à l’alerte de la population. À ce titre, le premier volet de responsabilités concernant les RAR est confié aux spécialistes de Division surveillance de l’espace. Durant les semaines précédant sa rentrée dans notre atmosphère, COSMOS 1220 a donc fait l’objet d’un suivi attentif à l’aide du système GRAVES2 et des radars de trajectographie SATAM3. Ainsi, les données recueillies et analysées par le CNES ont pu être comparées aux calculs de probabilité obtenus par nos voisins allemands et les homologues américains du CNES (JSpOC4). Lorsqu’un satellite de cette taille retombe dans l’atmosphère, il est soumis à de multiples frottements qui provoquent sa destruction. Il est estimé qu’environ 30 % de la masse survit à la traversée de l’atmosphère. D’après les estimations, les restes de COSMOS 1220 se sont dispersés dans l’océan Indien.

 

Cosmos 1220 : une rentrée atmosphérique à risque

En 2013, six RAR plus imposants que COSMOS 1220 ont été suivis par la DSE en coordination avec le CNES. Aucun d’entre eux n’a créé de dommage en retombant sur notre planète.

 

CNES1: Centre national des études spatiales

GRAVES2: Grand réseau adapté à la veille spatiale

SATAM3: Radar de suivi et d’acquisition de trajectoires avion et munitions

JSpOC4: Joint space operations center

Partager cet article
Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 20:20
Track24 Defence Launches New Canadian-Built Beyond Line-of-Sight Satellite Device

 

 

March 10, 2014. David Pugliese Defence Watch

 

News release from Track24 Defence:

 

10 March 2014, Ottawa, Canada – Situational command and control (SCC) specialist Track24 Defence has manufactured and launched a new IP68-rated beyond line-of-sight (BLOS) satellite device, the Echo, for secure blue force tracking (BFT) and command and control.

Functional both as a standalone device and as part of Track24′s SCC TITAN BFT solution, the Echo operates on the Iridium satellite constellation. It is a commercial off-the-shelf (COTS) tracking and messaging solution designed for security and defence sector users.

A ruggedized handheld device, the Canadian-built Echo is IP68-rated waterproof to 2 meters, designed to withstand the austere land and sea environments that military users operate within. As well as a satellite tracking and BLOS communications solution, the hardware’s M2M functionality means it can connect to an array of tablets, smart phones or sensors to transmit data in near real time to the operational command. This could be situational awareness or vital signs of a soldier. The device has already been adopted by one special forces organization.

Track24 defence sector director Giles Peeters comments: “The Echo is smaller and lighter than Track24′s existing tracking device, the Whisper, yet represents a more robust, ruggedized option for forces operating in vast and austere terrain. As a COTS solution, it’s cost-effective and delivers secure and reliable BLOS communications, an important operational requirement for BFT – we’ve already shipped the first units to a special forces client.”

The Echo works with Windows and Android operating systems and the solution is configurable over the air using the Track24 SCC Platform – all data communications are secured by AES256 encryption.

Peeters concludes: “The Echo integrates with SCC TITAN command and control system, relaying GPS position updates, emergency panic alerts, pre-configured text messages and other M2M data reports – all securely encrypted. This information can then be plotted on a common operational picture to enable better and faster command and control decision-making.”

Partager cet article
Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 18:56
Airbus Defense and Space launches AuroraGlobal, its new high throughput satcom services

 

10 March 2014 astrium.eads.net

 

AuroraGlobal provides unmatched high throughput services set to address the growing needs of markets including government, maritime and enterprise

 

This new offer, available today, provides the best value next generation satcom-enabled solutions using Airbus Defense and Space’s global multi-band network

 

Following the recent creation of Airbus Defense and Space, the company launched the AuroraGlobal high throughput services for government, maritime and enterprise markets at Satellite 2014 in Washington DC as a response to increased bandwidth demand. This new portfolio of high throughput services – featuring Ku-, X-, and Ka-bands – provides increased throughput, without the need to change antenna systems.

 

Evert Dudok, Head of Communications, Intelligence & Security at Airbus Defense and Space, announced at Satellite 2014: “AuroraGlobal is now available and is setting new standards for high throughput services to provide the best value on the market. With this offer, Airbus Defense and Space is bringing its customers one step closer to next generation satcom whether it be military or commercial satellites such as Inmarsat’s Global Xpress and Intelsat’s Epic NG.”

 

It can provide enhanced X-band capabilities and performance for civil and military government purposes, dramatically increasing throughput up to four times more than current services using existing terminals, and enabling greater throughput via new smaller terminals, in line with growing operational needs. For instance, recent trials with hardened Skynet satellites at Airbus Defense and Space have proven that a 60-cm X-band terminal can support more than 70Mbps of throughput. Separate tests using the SCOT5 1.5-m naval terminals confirmed that levels of assured service throughput can be achieved at four times the current levels provided to Skynet customers.

 

In the maritime market, the customers will benefit from the next generation Ku-band VSAT service without the need to replace existing antenna. The new maritime VSAT offering is an all-in-one solution featuring twice the previous data volume allowances and twice the previous data speeds. It comes with unlimited L-band back-up service, as well as the new XChange platform, without having to invest in a new VSAT antenna.

Shipping companies can now select this offer and maintain the option to upgrade to future Ku- and Ka-band high throughput services.

 

In the Enterprise vertical markets, customers will further benefit from the latest technology fully compatible with high throughput satellites following the recent signature of a contract with Newtec. Customers will have access to new network hubs on Airbus Defense and Space’s teleports, optimizing frequency bands and providing throughput up to 150Mbps.

 

As part of the new offer, Airbus Defense and Space will also deliver Global Xpress high-speed broadband services through its worldwide distribution channels in the near future. The strategic agreement signed last December with Inmarsat covers key vertical markets – including the maritime, as well as the government and defense sectors – initially in Europe, and will allow us to provide highly competitive Ka-band services. In due course, Airbus Defense and Space’s Global Xpress offering will encompass all service types – packaged services, bandwidth capacity, as well as commercial and military Ka-band.

 

With the creation of Airbus Defense and Space, the combined satcom activities within the Communications, Intelligence & Security business line bring together the number one military satcom operator in the world and the leading commercial satcom provider for maritime and enterprise customers. AuroraGlobal complements other Airbus Defense and Space services provided at UHF-, L- and C-bands.

 

About Airbus Defense and Space

 

Airbus Defense and Space is a division of Airbus Group formed by combining the business activities of Cassidian, Astrium and Airbus Military. The new division is Europe’s number one defense and space enterprise, the second largest space business worldwide and among the top ten global defense enterprises. It employs some 40,000 employees generating revenues of approximately €14 billion per year.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 17:50
photo Thales group

photo Thales group

 

 

10.03.2014 Mariama Diallo - journal-aviation.com

 

À 51 ans, Martin Van Schaik a été nommé directeur commercial de Thales Alenia Space (TAS). Il est en poste depuis le 3 mars dernier. Il occupait auparavant la fonction de directeur des activités Systèmes de combat de surface (AWS) de Thales et des activités Systèmes de combat naval pour Thales aux Pays-Bas.

 

Sa carrière

 

Diplômé en ingénierie électronique et en administration commerciale (université de Twente, Pays-Bas), Martin Van Schaik a toujours travaillé pour Thales. Il entre au sein de l’électronicien français en 1986 comme ingénieur système aux Pays-Bas. De 1990 à 2000, il occupe successivement les postes de responsable de programme adjoint, responsable technico-commercial de programme, directeur des ventes et contrats, puis directeur développement radar. Martin Van Schaik est nommé directeur des activités systèmes de combat naval en 2000.

 

Il rejoint les équipes de Thales en France en 2003 en tant que directeur du centre de transformation de l’espace de bataille, centre qui fédère l’ensemble des travaux menés par Thales dans le domaine des capacités infocentrées. En 2007, il est promu vice-président des activités de défense antimissiles de ThalesRaytheonSystems.

 

Martin Van Schaik dirigeait les activités Systèmes de combat de surface (AWS) de Thales et des activités Systèmes de combat naval pour Thales aux Pays-Bas depuis 2010.

Partager cet article
Repost0
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 12:55
Espace : Jean-Yves Le Gall premier Français à recevoir l’Aviation Week’s Laureate Award

 

07/03/2014 Michel Cabirol –laTribune.fr

 

Le président du CNES a reçu à Washington, l’Aviation Week’s Laureate Award, catégorie Espace. Une première pour un Français.


 

La France a été à l'honneur pour les "Oscars" de l'industrie aérospatiale mondiale organisés par le magazine américain Aviation Week et qui avait lieu jeudi soir à Washington. Outre Dassault Aviation et la direction générale de l'armement (DGA) pour le démonstrateur de drone de combat Neuron, le président du CNES, Jean-Yves Le Gall a également été honoré. Il a reçu l'Aviation Week's Laureate Award, catégorie Espace. "C'est la première fois qu'un Français est ainsi distingué dans la catégorie Espace", a souligné le CNES dans un communiqué.

Jean-Yves Le Gall a gagné son prix face à trois autres finalistes : l'Agence spatiale chinoise, Orbital Sciences pour le programme Cygnus Commercial Cargo - un vaisseau cargo spatial - et, enfin, l'US Air Force pour la coentreprise constituée entre Boeing et Lockheed Martin, United Launch Alliance.

 

Un prix qui illustre le rayonnement de la politique spatiale française

"Ce prix international attribué à Jean-Yves Le Gall, président du Centre national d'études spatiales (CNES) et précédemment PDG d'Arianespace, récompense un parcours exceptionnel et une carrière internationale toute entière dédiée à l'espace", s'est réjoui la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, en charge des questions spatiales, Geneviève Fioraso. L'annonce de ce prix "illustre, une nouvelle fois, le rayonnement international de la politique spatiale française", a-t-elle souligné.

 

Une carrière entièrement consacrée à l'espace

Ingénieur de l'Ecole Supérieure d'Optique (1981) et Docteur-Ingénieur de l'Université de Paris-Sud (1983), Jean-Yves Le Gall débute en 1981 sa carrière comme chercheur au Laboratoire d'Astronomie Spatiale du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Puis, il rejoint la Direction Générale de l'Industrie en 1985. Affecté à la sous-direction Espace, il est plus particulièrement chargé des relations avec l'industrie spatiale. En 1988, conseiller technique auprès du ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Espace, il participe à l'élaboration des programmes du Centre National d'Etudes Spatiales (CNES) et de l'Agence spatiale européenne (ESA).

En 1993, il devient en 1993, directeur général de la société Novespace, puis directeur général adjoint du CNES en 1996. A ce titre, il est responsable de l'élaboration du plan stratégique et est délégué français au conseil de l'Agence spatiale européenne. Puis, il est nommé en 1998, PDG de la société euro-russe Starsem, chargée d'exploiter et de commercialiser le lanceur Soyuz. En 2001, il devient directeur général d'Arianespace et en 2007, PDG de la société. Enfin, Jean-Yves Le Gall est nommé le 3 avril 2013, président du CNES.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 13:30
Anka - Turkish Aerospace Industries

Anka - Turkish Aerospace Industries

 

07/03/2014 Michel Cabirol, à Ankara – LaTribune.fr

 

Dans le cadre de la célébration du centième anniversaire de la République turque en 2023, la Turquie s'est fixé des objectifs ambitieux avec notamment le développement d'un avion de combat de 5e génération, un avion commercial régional...

 

Pour le 100e anniversaire de la République laïque de Turquie en 2023 fondée par Mustapha Kemal Atatürk, Ankara voit les choses en grand, en très grand même dans le domaine de l'aéronautique civile et militaire. La Turquie (17ème puissance mondiale) s'est lancée dans une série de grands travaux très (trop ?) ambitieux tout en  développant une industrie de défense nationale capable de développer et fabriquer des programmes aéronautiques complexes comme, par exemple, un avion de combat de 5e génération. Le secrétariat d'Etat turc aux Industries de défense (SSM) défend une politique d'indigénisation de l'industrie de défense turque tout en multipliant les coopérations avec les entreprises étrangères pour bénéficier de transferts de technologies. Car à terme, Ankara souhaite devenir indépendant sur le plan technologique.

Pour autant, "les Turcs devront faire un tri dans leurs programmes, ils ne pourront pas développer tous leurs programmes de façon concomitante avant 2023", estimait-on dans la délégation française du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (GIFAS), qui a emmené la semaine dernière une soixantaine d'industriels lors d'une mission en Turquie. C'est dans ce contexte que ces industriels tricolores, dont notamment des patrons de PME ont fait le déplacement de mardi à vendredi dans quatre villes turques (Istanbul, Ankara, Izmir et Eskisehir) pour prendre contact avec des industriels turcs afin d'identifier puis développer des coopérations.

Une opération plutôt réussie puisque la plupart d'entre eux sont repartis avec des espoirs de partenariats en Turquie, qui est seulement à trois heures de Paris. A charge à eux de concrétiser cette première prise de contact par des coopérations dans les semaines qui viennent.

 

Un avion de combat de 5e génération turc

Le TF-X est le programme phare de la Turquie en matière d'aéronautique militaire. Ce projet d'avion de combat de 5e génération a été confié en 2001 à Turkish Aerospace Industries (TAI) qui est un peu l'équivalent en beaucoup plus petit d'Airbus Group (plus de 800 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2013). Le coût du développement du projet est évalué à 70-80 milliards de dollars, hors développement du moteur. Ces appareils, dont le coût unitaire doit s'élever à 100 millions de dollars, devront remplacer à partir de 2025 les F-16 américains et les avions d'entrainement T-38 de la Turkish Air Forces (TAF). Le vol inaugural est prévu en 2013.

Mais en mars 2013, les Turcs ont fait appel à Saab pour aider TAI à la définition du design de l'appareil. En mai 2013, TAI a présenté trois versions possibles : un monomoteur adoptant un design proche du F-22, un bimoteur ou enfin un monomoteur plus petit avec des ailes-canard. En matière de motorisation, les Turcs ont envoyé des RFP (Request for proposal) en demandant une poussée de 10 tonnes. Ce qui semble exclure le M-88 de Snecma (7,5 tonnes actuellement). Certains industriels français considèrent que les appels d'offre rédigés par le secrétariat d'Etat turc aux Industries de défense sont clairement orientés pour des industriels américains.

 

Un avion d'entrainement et un drone MALE

Parallèlement à l'avion de combat, la Turquie est en train de développer un programme d'avion d'entrainement, le Hurkus dérivé de l'appareil coréen de Korean Aerospace Industries (KAI) le KT-1. Cet appareil, qui sera utilisé pour la formation des pilotes turcs, a fait son premier vol en août 2013. TAI compte le certifier avant la fin de 2014. En décembre 2013, Ankara a signé un contrat pour l'acquisition de 15 Hurkus B (version civile) et un contrat de développement du démonstrateur Hurkus C (version militaire). Deux versions qui sont proposées à l'export.

Ankara a également lancé en 2004 un programme de drone MALE, baptisé ANKA, qui a fait son premier vol en 2010. Mais les deux prototypes développés se sont écrasés au cours des essais. Premier drone de fabrication turque, ANKA a été commandé par l'armée turque à dix exemplaires, qui devront être livrés entre 2016 et 2018. ce drone a été proposé à l'exportation, notamment en Egypte, Pakistan, Libye, Azerbaïdjan…

 

Un hélicoptère léger et un avion régional

Ankara ambitionne de développer un hélicoptère léger, un programme lancé en juin 2010. Cet appareil - un bimoteur de cinq tonnes - doit remplacer les vieux UH-1 de la flotte militaire turque. En octobre 2012, TAI a proposé un hélicoptère dual à partir des technologies transférées dans le cadre de la coopération avec le constructeur américain Sikorsky sur les hélicoptères de transport T-70, une version adaptée du S-70 pour la Turquie. Ankara devrait faire appel à un motoriste étranger pour équiper cet appareil. Turbomeca est sur les rangs.

Enfin, le gouvernement turc a annoncé en mars 2013 avoir l'intention de lancer un projet d'avion régional produit localement. Avec pour objectif, une entrée en service en 2023. Pour l'heure, rien ne semble tranché. Ankara ne sait pas encore si ce programme sera un jet ou un turbopropulseur, qui semble-t-il à la préférence de TAI. Pas d'information précise sur la capacité de cet appareil, qui navigue entre 60 et 120 places. Enfin, sera-t-il produit sous licence ou développé et produit localement ? Ce programme bénéficierait ( ?) d'un financement du gouvernement de 1 milliard de dollars.

 

Des satellites d'observation et de télécoms et un lanceur

 Dans l'observation de la Terre, la Turquie développe le programme Gokturk, qui répond aux besoins de surveillance du territoire et de l'environnement. Lancé par la fusée chinoise Longue Marche, le satellite Gokturk 2 est en orbite depuis décembre 2012. Ankara a confié à Thales Alenia Space (TAS), via les italiens Telespazio,  la maîtrise d'oeuvre du système Gokturk-1A, qui sera lancé fin 2014 à partir de Kourou par le lanceur italien Vega. Dans les télécoms, Ankara veut opérer d'ici à 2025 quinze satellites en orbite (contre quatre aujourd'hui). Enfin, la Turquie a annoncé en juin 2013 la volonté de développer un projet de lanceur confié au groupe Roketsan.

D'une façon générale, la Turquie, qui consacre 1,1 milliard de dollars à l'espace, souhaite accélérer la maîtrise de ces programmes pour devenir un acteur majeur de l'industrie spatiale. C'est dans cet esprit que le pays a créé une agence spatiale nationale pour à terme assembler en Turquie des satellites de télécoms. TAS accompagne TAI dans la maîtrise d'oeuvre des futurs programmes. En outre, un centre d'intégration clé en main a été construit par l'industrie franco-italien.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 19:50
Radarsat-2 Information To Be Used By European Maritime Safety Agency

 

March 4, 2014 By David Pugliese  - Defence Watch

 

MacDonald, Dettwiler and Associates Ltd. has announcedthat it has received an order to provide RADARSAT-2 information to the European Maritime Safety Agency (EMSA) as part of EMSA’s CleanSeaNet program.

 

More from the MDA news release:

 

This order is the first issued under a four-year Indefinite Delivery/Indefinite Quantity (IDIQ) agreement MDA has with EMSA. The IDIQ has a ceiling of CA$7.5 million.

 

MDA will provide EMSA with RADARSAT-2 information covering all European sea areas, for use in detecting possible oil spills on the sea surface, and providing information for maritime surveillance projects, such as vessel detection.

 

The RADARSAT-2 satellite has global high-resolution surveillance capabilities that include a large collection capacity and high accuracy. The satellite acquires data regardless of light or weather condition, provides frequent re-visit imaging options, and is supported by ground receiving stations that provide near real-time information delivery services. This versatility makes RADARSAT-2 a reliable source of information in multi-faceted intelligence surveying and monitoring programs.

Partager cet article
Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 18:50
Satellite 2014 Exhibition: Airbus Defense and Space showcases its technology portfolio

 

 

3 March 2014 astrium.eads.net

 

Presentation at the stand No. 5023, at the Walter E. Washington Convention Center in Washington D.C., ranges from secure band services and connectivity solutions to telecommunications and commercial communications satellites

 

Airbus Defense and Space, the world’s second largest space company, is highlighting its technology at this year’s Satellite 2014 conference in Washington D.C. The newly branded company will display some of its latest products and solutions for the military and commercial satellite communications sectors, ranging from secure band services and connectivity solutions to telecommunications and commercial communications satellites.

 

Airbus Defense and Space is displaying its innovative secure X-band, Ku/C-band, L-band and Ka-band services. Cutting-edge technologies will be presented, including advanced mobile and fixed connectivity solutions for reliable communications. This display of portable antennas and handheld satellite phones demonstrates how communications needs can be met – for customers in Defense, maritime and enterprise sectors – where telecoms infrastructure is damaged or unavailable.

 

Attendees can find out more about telecommunications satellites such as the latest communications satellite built for DirecTV that will provide High Definition television to Brazil. Based on Airbus Defense and Space’s highly reliable Eurostar E3000 platform, this second satellite built for the US operator is set to be placed in orbit at the start of 2016.

 

The stand will feature a model of Alphasat, the world’s most sophisticated commercial communications satellite, designed and built by Airbus Defense and Space for Inmarsat. Alphasat, the first Alphabus-based satellite carrying a new generation of advanced geomobile communications payload in L-band, entered commercial service in November 2013. Its advanced payload features eight new generation digital signal processors, which are able to efficiently manage multiple communications with maximum flexibility in both frequency and beam power allocation, and an 11-metre antenna reflector.

 

Electric propulsion equipment for spacecraft will also be on display. This propulsion system of the future has now become a reality with Airbus Defense and Space’s Radio Frequency Ion Technology (RITA), which provides a specific impulse ten to twenty times higher than today's best performing liquid propellant rocket engines.

 

About Airbus Defense and Space

 

Airbus Defense and Space is a division of Airbus Group formed by combining the business activities of Cassidian, Astrium and Airbus Military. The new division is Europe’s number one defense and space enterprise, the second largest space business worldwide and among the top ten global defense enterprises. It employs some 40,000 employees generating revenues of approximately €14 billion per year.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories