Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 21:30
Ryad somme la milice chiite au Yémen de mettre fin à son coup d'Etat

 

23 mars 2015  Romandie.com (AFP)

 

Ryad - L'Arabie saoudite a sommé lundi la milice chiite des Houthis, qui s'est emparée du pouvoir dans la capitale yéménite Sanaa, de mettre fin à son coup d'Etat pour rétablir les autorités légitimes représentées par le président Abd Rabbo Mansour Hadi.

 

Une sortie de crise passe par le rejet du coup d'Etat du 6 février et le retrait des Houthis armés de tous les bâtiments publics et le rétablissement du gouvernement légitime, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Saoud Al-Fayçal dans une conférence de presse à Ryad avec son homologue britannique Philip Hammond.

 

Il a souligné, dans ce contexte, la nécessité de hâter la tenue à Ryad d'une conférence de réconciliation inter-yéménite, convoquée par le roi saoudien à la demande du président Hadi.

 

Sont invitées à participer à cette conférence toutes les factions yéménites qui désirent préserver la sécurité et la stabilité du Yémen, a ajouté le prince Saoud, sans avancer de date pour cette rencontre à propos de laquelle les Houthis ne se sont pas clairement prononcés.

 

Le chef de la milice chiite des Houthis, Abdel Malek al-Houthi, a implicitement rejeté l'offre de Ryad dans un discours dimanche soir.

 

Le dialogue ne peut être placé sous le patronage d'une quelconque partie qui alimente les tensions au sein du peuple yéménite, a-t-il dit dans une allusion à l'Arabie saoudite sunnite, qui classe les Houthis comme organisation terroriste.

 

Les belligérants au Yémen, où le conflit s'est durci, ont continué lundi à mobiliser leurs troupes en dépit d'un appel du Conseil de sécurité de l'ONU à reconnaître la légitimité de M. Hadi et à préserver l'unité du pays.

 

Evoquant par ailleurs la perspective d'une solution politique en Syrie après plus de quatre ans de guerre dans ce pays, le prince Saoud a répété que le président Bachar al-Assad n'avait aucun rôle à jouer actuellement ou à l'avenir dans un règlement négocié.

 

En attendant un tel règlement, il importe de soutenir militairement l'opposition modérée pour réaliser sur le terrain un équilibre des forces avec les troupes du régime Assad, selon lui.

Partager cet article

Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 17:30
Iran: Advancing On Four Fronts Towards Defeat

 

March 21, 2015: Strategy Page

 

Iranians are feeling pretty ebullient just now. There forces are advancing on many fronts (in Yemen, Syria, Iraq and in defeating the sanctions). The future looks bright, except it isn’t. 

 

The government, and most Iranians are confident that Iran will manage to negotiate its way out of the growing list of sanctions seeking a halt to Iranian nuclear weapons and ballistic missile programs. The negotiations are facing a March 31st deadline and there are still key points of disagreement. Iran takes comfort in the fact that members of the coalition (Britain, China, France, Germany, Russia, United States) they are negotiating with are divided with growing willingness among many coalition members to trust Iranian pledges to abide by any treaty. Many in the West (and the Arab world) don’t trust Iran and demand a deal with strict monitoring. Iran rules this out as a violation of their sovereignty, an affront to their honor and so on.

 

The Iranian religious dictatorship sees these negotiations as crucial to its survival. In part that is because most Iranians have decided that the ruling clerics and their Islamic Republic are a failure. This can be seen in the plunging birthrate, growing number of drug addicts and the many small protests against the rule of religious zealots. Young Iranians feel like prisoners serving life sentences in a nightmarish jail run by unpredictable religious fanatics who are also corrupt and unable to manage the economy. The sanctions have made this worse and while the damage has been controlled it is draining Iran’s limited cash reserves.

 

Even with the sanctions lifted Iran still has the problem with the Saudi ability to keep the price of oil so low that Iran cannot maintain living standards or modernization of their military and oil industry. This Saudi price war makes Iranians more eager to get nukes because that would give them a weapon that might be capable of getting the Saudis to back off and let the price of oil rise (by cutting Saudi production). Even then there is the problem with the growing use of fracking to obtain oil and gas trapped in shale formations. These shale formations are found worldwide and production from this source will ultimately lower the value of Iranian (and Arab and Russian) oil fields.

 

But ending the sanctions and producing a working nuke are the only two things the Iranian clerics can do to improve their position. Resigning or allowing free voting are not options because most of the senior clerics (or members of their families) would be vulnerable to prosecution for corruption or abuse of power (having enemies, like reform advocates, killed or falsely imprisoned) if they lost control of the government. The clerics can deceive themselves thinking they are running the country in the name of Islam, but that does not justify the corruption, murder and sundry other bad behavior. Most Iranians have already figured that out.

 

Inflation is still high but not rising. It has been about 16 percent for nearly six months. Iranian smuggling efforts have prevented oil shipments from declining . These sales are currently bringing in about $1.4 billion a month, which is less than the government is spending.  In addition to the reduced oil income the government is forced to spend nearly 8 percent of the $62 billion sovereign wealth fund (the government savings account) in the next year for long-delayed modernizing of oil and natural gas fields. Maintenance and updates have been delayed for decades because of sanctions (that prevented foreign firms who do this sort of work or supply necessary equipment from doing business with Iran) and other spending priorities. So the maintenance and upgrades were put off year after year. Now the vast collection of wells, pipeline and other facilities are falling apart and so is the ability to pump much oil, even if there were no sanctions. Because of the sanctions the upgrades to equipment will be somewhat limited but a lot of deferred maintenance can be performed. China produces a lot of the needed equipment and that can be smuggled in. China can also supply manufacturing equipment to help Iran create some of the needed equipment. Iran is smuggling more oil out, but with local forecasts of prices declining to $40 a barrel, all Iran can do is ship even higher quantities.

 

On the Syrian border Israel is working more with Syrian rebels (except ISIL) to help oppose Iran from establishing a presence in the area so they can launch attacks into Israel. Iranians have been bragging about doing this and Iran has sent more senior officers to work with Hezbollah and the Syrian Army efforts to clear all the rebels away from the Israeli border. Iran is also bringing in thousands of additional Iranian volunteers to join rebel militias in the fight against the rebels. It appears that Iran is trying to gain control of the area opposite the Israeli border and hang onto it. This would provide Iran with “Iranian controlled territory” on the Israeli border. The Syrian rebels that long controlled this border are being pushed away and Israel is uneasy about what might happen next.

 

The Iraqi offensive to take Tikrit (a Sunni Arab city 125 kilometers north of Baghdad) is basically an Iranian operation. The offensive began on March 1st and is halted outside the city center to allow most of the civilians to get away and avoid the bloody and destructive final battle. Most of the attacking troops are Iraqi Shia militia organized, trained, armed and advised (in some cases led) by Iranian officers. A senior Iranian general (head of the Quds Force, officially an international terrorist organization that organizes pro-Iran armed groups outside Iran) is on hand to supervise the operation. No American air support is being used and the Americans say that is because Iraq did not request any. The real reason for no U.S. air support is the fact that this is an Iranian operation and if American smart bombs and missiles were used the Iranians would blame the Americans for any civilian casualties. Iraq fears there will be a lot of civilian casualties because most of the 200,000 residents of Tikrit are Sunni Arabs. This is the hometown of Saddam Hussein, who is still considered a hero here. Iran considers Saddam Hussein a war criminal and arch enemy of Shia Moslems. The advance was slow but steady, thanks to Iranian training and supervision. ISIL deployed lots of mines, remotely detonated bombs, oil wells set on fire and snipers to hinder the advance. The Shia forces have found mass graves of Shia (or Sunnis working for the government) slaughtered by ISIL. There is fear that the Shia troops and militia will do the same to Sunni gunmen and civilians. Officially the Iraqi government is against the murder of Sunni civilians, but that tactic is what led to the collapse of the last Islamic terror offensive in 2008. Since then the Sunnis have maintained their disdain for Islamic terrorists and fear of another round of Shia reprisal killings. So this time around there is official prohibition of retaliation against Sunni civilians and an understanding among many (but not all) Shia that these mass murders are counterproductive this time around.

 

Iranian officials have repeatedly assured Iraqis and the West that Iran will not send combat units to Iraq. The rumors that Iranian combat units are in Iraq are largely because there are so many individual Iranians who have volunteered to fight ISIL. While Iranian Arabs might not be noticed the ethnic Iranians often look like Europeans and are easier to spot before you hear their accent. While Iran encourages Shia from anywhere to come volunteer to defend the Shia holy places in southern Iraq, there do not appear to be any Iranian military units in Iraq.

 

The attack on Tikrit (which ISIL has held since mid-2014) began March 1st when 27,000 troops and militia advanced in three columns. After three days the attack force has moved into the suburbs of Tikrit and recaptured some villages. The main battle will be in Tikrit itself. American advisors say most Iraqi troops are not yet ready to handle large-scale urban warfare. The militias are trained for a more primitive style of combat that means taking a lot more casualties to advance. Iran has trained these guys to think of this as a religious war, of Shia against fanatic Sunnis who see Shia as heretics to be murdered on sight. Iran has trained the militia to see this as a very personal battle in which death is martyrdom and as much a reward as victory. The problem is that ISIL trains their people the same way so the U.S. (and many Iraqi Army commanders) expects an epic bloodbath made even more horrific by mass murder of Sunni civilians. Neither has occurred. ISIL did not put that many gunmen into harm’s way and the Iranian advisors taught the militiamen to at least be careful, cautious and keep moving forward. Iran has supplied artillery (usually rocket launchers) and some armored vehicles (plus mechanics to get Iraqi ones operational) and this has turned the Tikrit Offensive into a slow, boring but relatively bloodless operation. The good news is that eventually ISIL will lose and the Shia will have bragging rights and positive press for a while. Iran will take credit and that will put more pressure on Western nations to get moving with an effort to take Mosul.

 

An Iranian freighter recently docked at Yemen’s second largest port (al Saleef) and unloaded 185 tons of weapons and military equipment. The Saudis could blockade this port and monitor Red Sea shipping to make it very difficult for Iran to keep delivering supplies to the Shia rebels. But that would risk an undeclared naval war with Iran and the Saudis try to avoid that sort of thing, Until recently Iran officially had nothing to do with what is going on in Yemen but now they have signed aid and support agreements with the Shia rebels who are still fighting the Sunni majority for control of the entire country. Arabs know that the “victory” in Yemen is being celebrated in the streets of Iran (at least in conversation) and increasingly in Iranian media as well. This is humiliating for the Gulf Arabs and Sunnis in general. Iran has not directly intervened (but is now openly supplying the Yemen Shia with cash, goods, advice and some commandos to rescue kidnapped Iranians) but is definitely enjoying the situation. The best Sunni hope for military intervention is the Saudis, but that’s not the Saudi style. The Saudis don’t want to see their armed forces tied down in Yemen, not when Iran remains a major, and growing, threat.

 

Then there is the ISIL threat in Syria and Iraq (and, to a lesser extent, inside Saudi Arabia itself). There is no easy way out of this mess for anyone. The customary way these things are settled in Arabia is by making deals. The Yemeni Shia feel an affinity for Iran, considered the “leader” of the Shia world and expect help from that direction. Most Yemeni Shia don’t want the religious fanaticism of Iran but are willing to accept aid from Iran and work to make Sunni majority Yemen a “friend“ of Iran (much like the Shia minority has done in Lebanon and Syria). The Saudis and the other Gulf Arab states are very hostile to this sort of thing but reluctant to go to war over it. That may change now that the Yemeni Shia rebels have officially declared themselves the rulers of Yemen even though they control only the capital and the north (about a third of the country).

 

March 17, 2015:  This year even more Iranians defied the religious dictatorship and celebrated Nowruz (Festival of Fire) a tradition that began nearly 4,000 years ago and was a part of the New Year (which started in Spring, as it did worldwide until Christians changed that) festivities under the pre-Islamic Zoroastrian religion. This ancient faith dominated what is now Iran for over four thousand years until most Iranians were converted at sword point by invading Moslem armies. As with new converts to any religion some aspects of the former religion remained and were tolerated. However this was always a problem for conservative Islamic clergy who usually lose out when they attempt to completely extinguish ancient religious customs (like the Christmas tree, Halloween and so much more). The Iranian religious dictatorship has been trying to suppress Nawruz for over two decades and have been losing during the last decade and will not admit defeat.

 

March 16, 2015: Pakistan revealed that earlier this month Saudi Arabia had asked Pakistan to join a Sunni Arab coalition against Iranian aggression and send a brigade of troops to help deal with the Shia rebellion in Yemen. Pakistan declined, for now, apparently not willing to antagonize Iranr. Pakistan got a similar request in 1979 when Shia clergy led a revolution against the Iranian monarchy and talked of attacking the Sunni Arab states. For most of the 1980s Pakistan had an armor brigade stationed in Saudi Araba and served as a threat to eastern Iran, which borders Pakistan. Since then Pakistan and the Shia religious dictatorship in Iran have learned to get along. About 20 percent of Pakistanis are Shia and Pakistan has its hands full trying to halt Sunni Islamic terrorists from attacking those Shia. Those attacks anger Iran and Pakistan does not want to make that worse.

 

March 14, 2015: Iran and Russia worked out details and signed an agreement on forming a joint supervisory board for a joint bank which would enable Iran to evade sanctions, at least with Russia, by gaining access to the Russian banking system. While this subterfuge could expose Russia to more international banking sanctions, Russia apparently sees that coming anyway and is seeking to build a separate international banking system for outcast nations. Iraq has become an unofficial member of this new banking system with a growing number of Iranian firms establishing themselves in Iraq. Afghanistan is also a growing trade partner but because Afghanistan relies so much on Western aid to stay solvent, Iran cannot get as involved in manipulating the Afghan economy to help Iran beat the sanctions. If China can be persuaded to join this arrangement it will be a formidable competitor for the existing international banking system. That said there are numerous pitfalls to get around before reaching that goal. Meanwhile Iran is playing up (in Iraqi media) the aid Iran is providing to defeat ISIL. This makes Iraqis more eager to do business with Iran.

 

March 8, 2015: China has declined to get involved in Yemen. The Shia rebels there have declared themselves the legitimate rulers of Yemen, but they only control about a third of it. Shia militiamen occupy nearly half the country but in central Yemen the majority Sunnis are resisting with demonstrations and armed violence. The last elected leaders have set up a new capital in the southern port of Aden. The Shia rebels are trying to obtain aid, investment and diplomatic support from Russia and China, two countries that have long supported Iran, the primary supporter of the Yemeni rebels. China does a lot of business with Iran because of the oil and some export business to Iran. But Yemen has nothing of interest to China.

 

March 6, 2015: A second air freight flight from Iran landed at the airport outside the Yemeni capital (Sanna). Both of these transports were said to contain “humanitarian cargo.” Yemeni Shia envoys in Iran asked Iran to set up cultural centers and a museum of Persian art in Yemen.

 

March 5, 2015:  An Iranian diplomat captured by AQAP (Al Qaeda in the Arabian Peninsula) Islamic terrorists in Yemen in 2013 arrived back in Iran. He was freed by Iranian commandos who now operate openly in Sanna. The Yemeni rebels denied that Iranian commandos are in Yemen.

 

March 4, 2015: Iran executed eight Kurds it had prosecuted on various charges. The Kurds are rebellious, Sunni and not ethnic Iranian, which makes them very vulnerable. Iran has always been an empire, and still is and only half the population is ethnic Iranian. What gives the ethnic Iranians control is that they share power with the quarter of the population that are ethnic Turks (mainly Azerbaijanis) and this power sharing can be seen by the many senior clerics who are ethnic Turks. There is one big problem with empires and that is that there tends to develop a sense of "Greater Iran" which includes, at the least, claims on any nearby areas containing ethnic Iranians. Hitler used this concept to guide his strategy during World War II. Thus internal ethnic or religious opponents are dealt with harshly. There are still 25 other Sunnis (Kurds, Baluchis, Arabs and others) on death row in Iran and all are expected to be executed eventually. Iran routinely ignores foreign criticism of its mistreatment of its ethnic and religious (Sunni, Sufi, Bahai, Christians and the few remaining Jews) minorities.

 

March 2, 2015: Israel claims that Syria has transferred some long range (700 kilometers) SCUD ballistic missiles to Hezbollah. These missiles carry a half ton high-explosive warhead. These SCUDs are actually North Korean variants on the original Russian SCUD that have a smaller warhead to enable longer range. Syria is giving them to Hezbollah to free up troops who have been guarding them and to avoid the risk of them getting captured. Israel has an anti-missile defense system that can stop these Scuds, as well as the other long range (about 200 kilometers) rockets Hezbollah has received from Iran and Syria.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 12:30
M198 155mm howitzer being unloaded from a ship at Beirut’s port in Lebanon, February 8, 2015 photo Military In the Middle East

M198 155mm howitzer being unloaded from a ship at Beirut’s port in Lebanon, February 8, 2015 photo Military In the Middle East

 

March 20, 2015: Strategy Page

 

The United States recently sent Lebanon 72 M198 155mm howitzers and 25 million rounds of ammunition (mostly for rifles, but also thousands of mortar and 155mm shells). The U.S. valued the shipment at $25 million but that was being generous. The Americans began replacing their 1980s vintage M198s with M777s in 2007. Thus the United States has lots of M198s that were going to be scrapped or put in storage (and eventually scrapped). Artillery is much less in demand since the 1990s because of the development of cheaper and more accurate guided rockets and artillery shells. That said, the Lebanese were grateful for the American howitzers since these are still useful and Lebanon received them as a gift.

 

Until recently the M198 was the standard towed 155mm howitzer for the United States and many NATO counties. Each one weighs eight tons, and can fire conventional rounds as far as 22.4 kilometers. For rocket-assisted projectiles the range is 30 kilometers. These unguided shells land anywhere within a 200 meter circle. That's at 25 kilometers range. Accuracy gets worse at longer ranges. It takes 12 minutes for the M198 to be ready to fire after the truck towing it stops. It can pack up and move again in about 4 minutes. Using GPS the M198 can be in position to fire in less than ten minutes and shift to another target in about 8 minutes.

 

The M198 has been replaced by the M777A1 lightweight 155mm howitzers. The M777s cost $1.9 million each and the U.S. has bought 800 of them so far, for use by the army and marines (who are getting 377 of them). The manufacturer, BAE, has also received a contract to refurbish 33 M777s that returned from service in Afghanistan. This cost $91,000 per howitzer. The British designed howitzer is also used by Canada and Britain. The U.S. Army uses M777s in airborne and Stryker brigades. A five ton truck is used to tow the guns, but a special, 4.5 ton LWPM (Lightweight Prime Mover) is available to do that as well.

 

The five ton M777A1 is 40 percent lighter than the weapon it replaces, the M198. This is because the M777A1 makes extensive use of titanium, and new design techniques. It fires shells with a maximum range of 40 kilometers (using RAP, or rocket assisted projectile, ammo). A crew of five operates the gun, which can be ready to fire in under three minutes, and ready to move in under two minutes. The M777A1 is light enough to be moved (via a sling) by CH-53E and CH-47D helicopters. Its sustained rate of fire is two rounds a minute, with four rounds a minute for short periods.

 

What will really makes the M77A1 (and the M198) useful is the new GPS guided Excalibur shell which entered service in 2007. The Excalibur shell falls within a ten meter circle (the middle of that circle being the "aim point") at any range compared to the unguided shell that lands within a 200 meter (or larger) circle depending on range. The Excalibur shell is essential, because ten 155mm shells (of any type, with their propellant and packaging) weigh about a ton. Ammo supply has always been a major problem with artillery, and Excalibur is the solution making one shell where previously ten or more unguided ones were needed.

 

For users like Lebanon ammo supply is less of a problem because the howitsers will be operating within tiny Lebanon and never that far from a port or airbase were new supplies of ammo will arrive. Besides the U.S. isn’t giving any of the expensive Excalibur shells away.

Partager cet article

Repost0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 18:30
Saab Close to Sale of Bill 2 Missile to Saudi

 

Mar 18, 2015 defense-aerospace.com

 (Source: Radio Sweden; published Mar 14, 2015)

 

New Weapons On the Way to Saudi Arabia

 

Swedish defence company Saab Dynamics is close to finalising a new arms sales deal with Saudi Arabia, financial newspaper Dagens Industri reports.

 

Intense negotiations over the delivery of the anti-tank missile Bill 2 have been going on for nearly one year, according to Dagens Industri.

 

The ongoing diplomatic row between Sweden and Saudi Arabia will reportedly not affect the deal, although it has disrupted the process.

 

The government can do little to stop the deal because it is considered to be a delivery within the framework of an agreement made in 2007. The deal has been approved by the Swedish Trade and Invest Council and by the Inspectorate of Strategic Products, which cannot stop weapons deliveries without a UN embargo, writes Dagens Industri.

 

Saab Dynamics, based in Linköping, south-eastern Sweden, has neither denied nor confirmed the allegations.

Partager cet article

Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 12:30
Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

 

16/03/2015 lorientlejour.com

 

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est attendu le 22 avril à Beyrouth pour une visite officielle qui s'inscrit dans le cadre de la concrétisation du plan des trois milliards de dollars conclu entre la France, le Liban et l'Arabie saoudite et visant à moderniser les forces armées, selon des sources citées par l'agence al-Markaziya.

Ce plan devra démarrer au début du mois d'avril, avec au menu de la première livraison « des armes sophistiquées, dont certaines disponibles dans les entrepôts des entreprises françaises, et réhabilitées de manière à satisfaire les besoins de l'armée, conformément à une liste établie par le commandement et remise aux responsables français ». D'autres armes ont été spécialement fabriquées pour le Liban.

La première livraison comportera ainsi des hélicoptères de combat, des roquettes, des batteries d'artillerie lourde, des vedettes de surveillance maritime et des équipements de communication sophistiqués « susceptibles de renforcer la capacité de l'armée à lutter contre les terroristes, principalement dans les régions montagneuses à la frontière est du pays ».

La livraison des armements et du matériel se poursuivra progressivement sur une durée de trois ans, du fait de l'absence de stocks dans les entrepôts des entreprises qui vont les fournir.

Selon ces sources, une délégation militaire française est également attendue au Liban pour entraîner l'armée libanaise. Parallèlement, des officiers et des militaires libanais recevront une formation en France.

Partager cet article

Repost0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 13:50
MBDA bat une nouvelle fois son record de commandes à l'export en 2014

MBDA a réussi à engranger environ 4 milliards d'euros de commandes, dont un peu plus de 2 milliards à l'export (Crédits : Roland Pellegrino, ministère de la Défense)

 

13/03/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le missilier européen a réussi à engranger environ 4 milliards d'euros de commandes, dont un peu plus de 2 milliards à l'export, en 2014.

 

Selon des sources concordantes, le missilier européen MBDA, qui va présenter lundi ses résultats de 2014, a battu à nouveau son record de prises de commandes à l'exportation. Après avoir réussi une belle année en 2013 (4 milliards d'euros, dont 2,2 milliards à l'export), le missilier européen a réédité l'année dernière sa performance commerciale. Et ce en dépit de quelques déceptions de prises de commandes attendues en 2014.

Selon plusieurs sources concordantes, MBDA a réussi à engranger environ 4 milliards d'euros de commandes, dont un peu plus de 2 milliards à l'export, en 2014. Des commandes qui concernent essentiellement des missiles de fabrication britannique. Notamment un contrat signé avec l'Arabie Saoudite, qui va équiper ses Eurofighter de missiles air-air Meteor, dont c'est le premier contrat export. Cette commande est estimée à un plus de 1 milliard d'euros.

 

Un book to bill supérieur à 1

En tout cas, cette performance va à nouveau ravir le PDG de MBDA, Antoine Bouvier, qui avait fixé pour 2013 un objectif à ses troupes commerciales d'avoir un ratio chiffre d'affaires, prises de commandes (le fameux book to bill) supérieur à 1. Et bingo, le groupe y parvient deux années consécutives alors que le carnet de commandes déclinait inexorablement depuis 2009. Il était même passé en 2012 pour la première fois depuis la création de MBDA en 2001 sous la barre symbolique des 10 milliards d'euros (9,8 milliards). En 2009, le carnet s'élevait à 12 milliards, déjà en net retrait par rapport à 2003 (14,8 milliards).

Seule ombre au tableau, le chiffre d'affaires de MBDA devrait être à la baisse en raison des efforts consentis (réduction des livraisons négociée avec la direction générale de l'armement) par Antoine Bouvier en vue de préserver l'avenir avec le développement de nouveaux programmes : Missile terrestre de nouvelle génération (MMP), Anti Navire Léger (ANL), CAMM, un missile britannique qui répondra aux besoins futurs des marines, forces terrestres et forces aériennes en matière de défense anti-aérienne.

Partager cet article

Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 12:30
Germany Floods Middle East with Weapons

 

March 10th, 2015 By German Radio - defencetalk.com

 

German Vice Chancellor and Economics Minister Sigmar Gabriel is facing an awkward trip. From Saturday, he will be on a four-day journey through Saudi Arabia, the United Arab Emirates and Qatar – all countries where Germany has significant business interests. Representatives from 140 German companies will be accompanying him.

 

Less exhilarating, however, is the fact that each of these countries is guilty of significant human rights atrocities in the name of Islamic law – including beheadings and brutal corporal punishment.

 

The most notorious of these is Saudi Arabia, the first stop on Gabriel’s tour. Opposition parties have been making the usual appeals to Gabriel’s conscience in advance. Katrin Göring-Eckardt, parliamentary leader of the Green party, called on the vice chancellor to use his meetings to bring up the case of Raif Badawi, the DW prize-winning blogger sentenced to 1,000 lashes and 10 years in prison for allegedly “insulting Islam.” She also wants Badawi to be offered asylum in Germany. The socialist Left party MP Jan van Aken echoed the call and demanded that future weapons exports be made contingent on improvements in the human rights situation.

 

Two days before his journey, the pressure on Gabriel was cranked up further by the release of an answer to an official Bundestag question made by the Left party. In response to the question, Gabriel’s ministry was forced to reveal exactly how many weapons exports Germany had approved over the last 12 years, and to which German arms manufacturers.

 

Olaf Boehnke, German foreign policy analyst at the European Council of Foreign Relations, points out that the government justifies the sales in a number of ways beyond the economic. “The political argument is that Saudi Arabia is an important cooperation partner in a region marked by a lot of insecurity and defragmentation,” he told DW. “Our interest has to be to support those who support European interests in the fight against IS.”

 

More precise numbers

The answer to Left party’s question shows that, since 2002, Germany has approved an average of 14 weapons exports a year – Chancellor Gerhard Schröder’s 2002 – 2005 tenure saw the approval of 68 exports, Chancellor Angela Merkel’s 2005 – 2009 tenure 48, and her second – up to 2013 – saw 52 approvals.

 

The figures also showed that Saudi Arabia has been one of Germany’s best weapons customers. In the period 2009 – 2013 alone, under Merkel’s coalition government with the Free Democrats, fully 43 of 52 approvals went to Saudi Arabia – including machine guns, ammunition, and parts for tanks and armored vehicles – all ideal equipment for suppressing internal dissent.

 

As well as the three countries on Gabriel’s tour, Germany’s other customers in the past 12 years have included Pakistan (fighter plane parts), Indonesia (tank parts), both pre- and post-revolutionary Egypt (ammunition manufacturing equipment), Turkey (assault rifles, ammunition), pre- and post-revolutionary Libya (radar systems), Algeria (parts for surveillance systems), Israel (ammunition, weapons parts), Oman (sniper rifles, machine guns), Lebanon (machine guns, handguns), Bhutan (machine guns, grenades), and Turkmenistan (patrol boats).

 

While a member of the opposition, Gabriel criticized Germany’s weapons exports, but in office, he has been confronted with grubby realities dealing with business interest groups, Now, he says that the country is still caught in old contracts that it can’t get out of. “But there are various interest camps in a permanent conflict here,” said Boehnke. “In a recent speech, Gabriel said he would much prefer to pass the decision-making to the foreign ministry, because it was much better equipped to judging the human rights situation – which I expect led to a lot of laughter in the foreign ministry, because, of course ,they don’t want to either.”

 

The government’s weapons exports decisions are made periodically by a secret “security council,” chaired by the chancellor and attended by key ministers, like Gabriel and Foreign Minister Frank-Walter Steinmeier.

 

Flooding the Middle East with weapons

The new figures also show that fully one-third of the approved contracts went to the controversial gun-maker Heckler and Koch, named by anti-weapons campaigners as the “deadliest company in the world,” and currently under investigation by Stuttgart prosecutors for illegally exporting assault rifles to Mexico. Heckler and Koch’s machine guns are used by police forces and armies all over the world, as well as virtually every Islamist militia – from Hezbollah to “Islamic State.”

 

Despite this, Saudi Arabia has repeatedly been sold “manufacturing equipment” for Heckler and Koch guns over the past decade. “Whether it’s Schröder, Merkel, [former Foreign Minister Joschka] Fischer, or Steinmeier, they all personally decided to put the instruments of oppression into the hands of the unjust regime in Saudi Arabia,” van Aken told the Süddeutsche Zeitung.

 

Thanks to Germany, Saudi Arabia now has the capacity to make its own Heckler and Koch G36 assault rifles – the state-of-the-art weapon used by the Bundeswehr and other NATO forces. Given that these guns can be functional for a period of 30 to 50 years, it seems likely they will be in circulation around the Middle East conflicts for decades to come, and that Western coalition soldiers will eventually be facing “terrorist” militias armed with German weaponry.

Partager cet article

Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 08:30
Margot Wallström Photo Kristian Pohl - Government Offices of Sweden

Margot Wallström Photo Kristian Pohl - Government Offices of Sweden

 

10.03.2015 Le Monde.fr (AFP)

 

La Suède a décidé de ne pas renouveler son accord de coopération militaire signé avec l'Arabie saoudite en 2005, a annoncé mardi 10 mars le premier ministre social-démocrate, Stefan Löfven. « Il sera rompu », a déclaré M. Löfven à la radio publique SR depuis Kiev, à propos de cet accord qui était controversé au sein de la majorité de gauche en raison de la question des droits de l'homme. Cette décision survient peu après que l'Arabie saoudite a empêché la ministre des affaires étrangères suédoise, Margot Wallström, de prononcer un discours prévu lors d'une réunion de la Ligue arabe au Caire.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 17:30
Saudi Arabia defence Map (Feb 2015) - source indiandefencereview

Saudi Arabia defence Map (Feb 2015) - source indiandefencereview

L'augmentation des ventes d'armes est nourrie par les tensions au Moyen-Orient, souligne l'étude. A eux seuls, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont importé davantage d'équipements militaires que toute l'Europe de l'Ouest en 2014.

 

08/03/2015 latribune.fr (AFP)

 

Les importations saoudiennes d'armes ont augmenté de 54% en 2014, pour atteindre 6,4 milliards de dollars, révèle dimanche un rapport d'experts. Globalement, les ventes d'armes ont crû de 13,4% en 2014 pour s'élever à 64,4 milliards de dollars.

 

Ryad a détrôné New Dehli. L'Arabie saoudite est en effet devenue en 2014 le premier importateur mondial d'équipements militaires, dans un marché dont le volume a atteint un niveau record, indique un rapport publié dimanche 8 mars par le cabinet d'experts IHS Janes, basé à Londres.

En 2014, les ventes d'armes "ont augmenté pour la sixième année consécutive", atteignant 64,4 milliards de dollars (59,3 milliards de dollars), contre 56 milliards de dollars (51,6 milliards d'euros) en 2013, soit une augmentation de 13,4%, affirme le document. Ben Moores, de IHS Janes, explique:

"Ce chiffre record a été alimenté par une demande sans précédent des économies émergentes pour des avions militaires et la hausse des tensions régionales au Moyen-Orient et (dans la zone) Asie Pacifique".

 

"Un dollar sur sept dépensés pour l'achat d'armes (est déboursé) par l'Arabie Saoudite"

Le rapport, qui couvre quelque 65 pays, indique que Ryad est désormais le plus gros acheteur d'armes au monde, avec des importations atteignant 6,4 milliards de dollars (5,9 milliards d'euros). "Les importations saoudiennes ont augmenté de 54%", et grimperont encore de 52% en 2015 pour atteindre 9,8 milliards de dollars (9 milliards d'euros), précise le rapport.

L'Arabie saoudite, deuxième en 2013, dépasse ainsi l'Inde (5,5 milliards de dollars) et devient du même coup le "plus important marché" pour les États-Unis.

"En 2015, un dollar sur sept dépensés pour l'achat d'armes (est déboursé) par l'Arabie Saoudite", insiste IHS Janes, soulignant que "le Moyen-Orient est le plus gros marché régional" pour les ventes d'armes, avec quelque 110 milliards de dollars d'importations potentielles pour la décennie à venir.

A eux seuls, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont importé 8,6 milliards de dollars d'équipements militaires en 2014, soit davantage que toute l'Europe de l'Ouest.

Partager cet article

Repost0
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 13:30
Crédits G. Gesquière Armée de Terre

Crédits G. Gesquière Armée de Terre

 

08.03.2015 i24news (AFP)

 

La crainte d'un rapprochement entre les USA et Téhéran pousse l'Arabie saoudite à importer plus d'armes

 

L'Arabie saoudite a dépassé l'Inde pour devenir en 2014 le premier importateur mondial d'équipements militaires dans un marché dont le volume a atteint un niveau record, nourri par les tensions au Moyen-Orient et en Asie, indique un rapport d'experts publié dimanche.

En 2014, les ventes d'armes "ont augmenté pour la sixième année consécutive", atteignant 64,4 milliards de dollars, contre 56 milliards en 2013, soit une augmentation de 13,4%, affirme ce document rédigé par le cabinet d'experts IHS Janes, basé à Londres.

"Ce chiffre record a été alimenté par une demande sans précédent des économies émergentes pour des avions militaires et la hausse des tensions régionales au Moyen-Orient et (dans la zone) Asie Pacifique", explique Ben Moores, de IHS Janes.

Le rapport, qui couvre quelque 65 pays, indique que Riyad est désormais le plus gros acheteur d'armes au monde, avec des importations atteignant 6,4 milliards de dollars.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 08:30
La coalition antidjihadistes devra relever le défi au sol, insiste l’Arabie saoudite

Le Secrétaire d'État américain, John Kerry, se rend avec le ministre des Affaires étrangères d'Arabie saoudite Saoud al-Fayçal, à laréunion du Conseil de coopération du Golfe le 5 mars à Riyad (U.S. Department of State)

 

5 mars 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Le ministre saoudien des Affaires étrangères a estimé jeudi que la coalition internationale contre les djihadistes du groupe État islamique (EI) devrait relever le défi au sol, lors d’une conférence de presse conjointe avec le secrétaire d’État américain John Kerry.

 

Évoquant les actions de cette coalition, conduite par les États-Unis, en Syrie et en Irak, le prince Saoud Al-Fayçal a déclaré: « Le royaume saoudien souligne l’importance de favoriser les moyens militaires nécessaires pour relever ce défi au sol ».

Le ministre saoudien, dont le pays participe aux opérations de la coalition en Syrie, a déploré l’implication en Irak de l’Iran, son rival régional aux ambitions hégémoniques selon Ryad.

Il a cité notamment le rôle de l’Iran et des milices chiites dans l’offensive menée depuis lundi par les forces irakiennes pour reprendre à l’EI Tikrit, une ville clé au nord de Bagdad.

« Tikrit est un excellent exemple de ce dont nous nous inquiétons. L’Iran est en train de prendre le contrôle du pays », a commenté le prince Saoud Al-Fayçal.

« L’offensive de Tikrit marque l’implication iranienne la plus manifeste en Irak depuis 2004, avec de l’artillerie et d’autres moyens », a déclaré mardi le général américain Martin Dempsey, chef d’état-major inter-armées, devant la commission des forces armées du Sénat.

Partager cet article

Repost0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 18:55
Mission Arromanches 2015 : Le groupe aéronaval en océan Indien

Les unités du groupe aéronaval français ont conduit avec les forces armées saoudiennes des patrouilles communes puis les manœuvres opérationnelles « White Shark ». photo Marine nationale

 

3 Mars 2015 Source : Marine Nationale

 

Le groupe aéronaval (GAN) constitué en Task Force 473 (TF 473) autour du porte-avions Charles de Gaulle a largué les amarres le 13 janvier dernier afin d’entamer un nouveau déploiement opérationnel en océan Indien. La mission Arromanches a pour objet le pré-positionnement du GAN dans une zone d’intérêt stratégique, couvrant notamment les façades maritimes de la corne de l’Afrique et du Moyen-Orient. Cette mission permettra en fonction des évolutions de la crise au Levant, de contribuer de façon majeure à l’action de  la coalition luttant contre le groupe terroriste Daech.

 

Des opportunités pour agir

 

Les premières semaines de déploiement du GAN ont été marquées par l’intégration à la SNMG2[1], force permanente de l’OTAN déployée en Méditerranée, et par des patrouilles menées au plus proche des zones de crise de la Méditerranée occidentale au golfe d’Aden, puis dans le golfe Arabo-Persique.

 

Depuis qu’il a appareillé, le GAN a participé à des manœuvres conjointes dans un cadre multinational et interallié, ainsi qu’à des manœuvres bilatérales avec les pays de la région. Durant plusieurs jours, la TF 473 a coordonné l’action d’une force aéronavale imposante, qui a contribué à la surveillance et à la sécurisation des espaces maritimes, de la Méditerranée occidentale au canal de Suez.

 

Entré en mer Rouge début février, le GAN a participé au renforcement de la connaissance du théâtre par le biais de missions de renseignement. Il a ainsi réalisé une patrouille opérationnelle dans le golfe d’Aden permettant de contribuer à la sécurisation d’une des zones les plus denses au monde en termes de trafic maritime et de menaces en mer. Les bâtiments du GAN ont également conduit d’importantes manœuvres communes avec les forces armées saoudiennes.

 

Le groupe aéronaval engagé en Irak

 

Dans le golfe Arabo-Persique, il opère aux côtés du groupe aéronaval américain, constituant autour du porte-avions Carl Vinson une « carrier battle force » au sein de la TF 50. Une nouvelle phase commence pour les marins français, placée sous le signe de la coopération étroite avec l’US Navy.

 

Le 23 février, à l’occasion d’un déplacement à bord du Charles de Gaulle, le ministre de la Défense a annoncé aux 2 600 marins de la TF 473 leur intégration à l’opération Chammal. Cet engagement opérationnel en Irak marque la détermination de la France à prendre toute sa part dans la lutte contre Daech et à peser dans la coalition ; notre pays étant le seul avec les Etats-Unis à mettre en œuvre un groupe aéronaval dans cette guerre contre le terrorisme. « Déployer le groupe aéronaval français n’est jamais anodin. C’est ici un signal politique fort, qui vient conforter la détermination de la France à vaincre cette barbarie que représente Daech » a souligné le ministre de la Défense.

 

Le GAN constitue un atout stratégique précieux : il contribue simultanément à la maîtrise des espaces aéromaritimes vitaux, à l’entretien de la capacité d’appréciation autonome de situation et à la projection de puissance. Il offre ainsi une capacité d’action graduée, adaptée aux besoins des autorités politiques.

 

[1] Le Standing Nato Maritime Group 2 (SNMG2) était composé à l’occasion du croiseur américain USS Vicksburg, des frégates turque Turgutreis et canadienne HMCS Fredericton et du ravitailleur allemand Spessart. La mission de cette force est d’assurer une permanence en Méditerranée afin de surveiller les navires impliqués dans des trafics liés au terrorisme international.

photo Marine nationalephoto Marine nationale

photo Marine nationale

La mission Arromanches 2015, baptisée ainsi pour mettre en lumière la coopération entre la France, les Etats-Unis et le Royaume Uni, constitue un nouveau pré-positionnement stratégique, permettant de renforcer la présence de la France en océan Indien et dans le golfe Arabo-Persique, de recueillir du renseignement, et de contribuer aux opérations menées par la coalition dans la zone.

 

Partager cet article

Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 08:30
Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

 

25 février, 2015 Pierre Brassart (FOB)

 

Ca y est! L’Arabie saoudite a procédé au paiement d’une première échéance du contrat géant de près de 3 milliards de dollars (2,6 milliards d’euros). Avec ce versement, la France va pouvoir procéder, en avril, à la livraison des premiers matériels commandés il y a maintenant quelques mois.

 

Parmi ces différents équipements, on retrouve des VBC-90, des automoteurs d’artillerie CAESAR de 155mm, des missiles anti-chars, des missiles anti-aériens Mistral, des hélicoptères, des patrouilleurs rapides Combattante, etc… On ignore encore pour l’instant comment vont s’échelonner ces livraisons.

 

Il y a moins d’un mois, le Liban a reçu 70 obusiers et des humvee de la part des Américains. Ces dernières années, le Liban a reçu beaucoup d’équipements militaires afin d’accroitre ses capacités face à la situation sécuritaire de la région at à la menace que représente le Hezbollah.

 

Encore faut-il que ce matériel soit bien employé et que l’armée libanaise l’assimile convenablement et en fasse bon usage. On a vu, ces derniers mois, que du bon matériel ne fait pas nécessairement une bonne armée (#Irak)…

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 20:30
Les quatre cibles de l'Etat islamique en Libye

 

23 février 2015 par Antoine Malo - JDD

 

Des djihadistes venus de Syrie attirent de nouveaux combattants sur le sol libyen. y multiplie démonstrations de force, attaques et décapitations d’otages.

 

La Libye, nouvelle terre de conquête de Daech? Les images de la décapitation des 21 coptes égyptiens ont brutalement mis en lumière la place de l'organisation État islamique (EI) en Libye. À la différence de la Syrie et de l'Irak, elle ne contrôle pas un territoire homogène, mais son expansion est indéniable. "Daech devient un pôle d'attraction pour la jeunesse libyenne, spécialement celle des campagnes", prévient Omar Altwati, journaliste libyen aujourd'hui exilé aux États-Unis. L'EI a repris le découpage historique du pays en trois provinces, Barqa (Cyrénaïque, Est), Fezzan (Sud) et Tarabulus (Tripolitaine, Ouest), comme autant de territoires à conquérir.

 

Derna, le quartier général

C'est dans cette ville côtière de l'Est, bastion historique du radicalisme religieux, que l'organisation est apparue il y a plusieurs mois à travers le Majlis Shura Shabab al-Islam (conseil consultatif de la jeunesse islamique), un rassemblement de djihadistes. Le noyau dur de Daech à Derna est composé de combattants revenus de Syrie, ­appartenant à la brigade Al-Batar : 200 à 300 hommes, libyens mais aussi algériens, tunisiens, yéménites… "Ce sont des professionnels, capables de commettre des attentats-suicides", assure Muftar D.*, un avocat de la ville. Une autre source évoque la présence d'une deuxième brigade revenue de Syrie, qui compterait quelque 500 combattants. L'organisation n'est pas la seule à régner sur Derna puisqu'elle doit composer avec un Conseil consultatif de la Choura des moudjahidin. On y retrouve des groupes plus ou moins liés à Al-Qaida, comme Ansar al-Charia, mais aussi la Brigade des martyrs d'Abou Salim, dirigée par une figure de la révolution, Salim Derbi. Un vétéran du djihad libyen jouerait les intermédiaires entre Daech et ce Conseil de la Choura.

L'EI, pourvu d'un arsenal considérable, contrôle le centre-ville, et les autres groupes plutôt la périphérie. Un Yéménite répondant au nom de guerre d'Abou Bara Al-Azdi serait arrivé il y a six mois et jouerait un rôle prépondérant dans l'organisation. À ses côtés officierait un cheikh saoudien, responsable du tribunal et de la police islamiques. Comme en Syrie, la vie des habitants est régie par une application stricte de la charia. "Les magasins qui vendent des cigarettes ont été fermés, les femmes doivent sortir couvertes, les coiffeurs ne peuvent plus couper les barbes et les échoppes doivent fermer aux heures de prière", résume une habitante qui a préféré garder l'anonymat.

Les djihadistes disposent de différents camps d'entraînement dans et à l'extérieur de la ville. Selon un habitant, l'un d'eux aurait été la cible des bombardements égyptiens. En représailles, l'EI a revendiqué des attentats-suicides qui ont tué au moins 40 personnes vendredi à Al-Qoba, à quelques dizaines de kilomètres de Derna.

 

Objectif pétrole?

Les plus grandes inquiétudes entourent aujourd'hui la ville de Syrte. Jusqu'ici, l'ancien fief de ­Kadhafi vivait sous la coupe de divers groupes dont Ansar al-Charia. Mais ses membres semblent se rallier peu à peu à Daech. Jeudi, l'EI s'est emparé de l'université et aurait mis sur pied, selon le journaliste Omar Altwati, un tribunal islamique. Il y a dix jours, ils ont aussi mis la main sur des radios locales et diffusent depuis des versets du Coran et des discours de leur "calife" Baghdadi. Un peu plus à l'est, aux abords du village de Nofilia, Daech a fait récemment une démonstration de force en organisant un convoi de plusieurs dizaines de pick-up surmontés de drapeaux noirs.

"Nofilia est un village stratégique, un carrefour routier important", s'inquiète-t-on chez le général Haftar. C'est aussi une porte d'entrée vers les terminaux pétroliers de Ben Jawad, Ras Lanouf, Al-Sedra et Brega : les prochaines cibles de Daech? "C'est une possibilité à envisager", explique le géographe Ali Bensaad, spécialiste de la Libye. L'objectif? Peut-être moins mettre la main sur l'or noir que de plonger un peu plus le pays dans le chaos en empêchant l'exploitation pétrolière, déjà perturbée par la guerre que se livrent les gouvernements de Tobrouk et de Tripoli. Le 4 février, une attaque contre le champ pétrolier d'Al-Mabrouk, à 180 km au sud de Syrte, était ainsi attribuée à l'EI. Le 13, c'est le site d'Al-Bahi, à une trentaine de kilomètres, qui étaient la cible de tirs de roquettes.

 

À la conquête de l'Ouest

La Tripolitaine est l'autre nouveau terrain de chasse de l'EI : fin novembre, des images circulant sur les réseaux sociaux montraient la naissance d'une cellule dans la ­région de Tripoli. N'y figuraient que quelques pick-up, une dizaine de "combattants" portant de vieux lance-roquettes.

En trois mois, ­l'organisation s'est distinguée par plusieurs attentats revendiqués contre des bâtiments publics ou des ambassades étrangères. Le 27 janvier, ce sera le coup d'éclat avec l'attaque-­suicide contre le ­Corinthia, un hôtel de luxe, qui fera 9 morts. Mais il est difficile d'évaluer la force de Daech dans la région, d'autant que les autorités de Tripoli niaient jusqu'à récemment son existence.

 

Les mystères du Sud

L'EI serait-il aussi implanté dans cette zone de non-droit où pullulent groupes djihadistes et trafiquants sahéliens? "Il y a là un risque de connexion entre les terroristes d'Aqmi [Al-Qaida au Maghreb islamique] et ceux de l'EI", explique-t-on côté français. Début janvier, 14 soldats libyens loyaux au gouvernement de Tobrouk étaient tués près de la ville de Sebha dans une embuscade revendiquée par l'EI.

Le géographe Ali Bensaâd tempère : "Il y a peut-être du passage des combattants de l'EI dans la zone, mais pour qu'ils s'y implantent, il leur faudrait d'abord négocier avec les diverses tribus qui la contrôlent." Le Sud libyen semble être encore et surtout une base de repli pour Aqmi et ses affidés. Mokhtar Belmokhtar, chef du groupe djihadiste des Signataires par le sang, s'y serait installé avec ses hommes. Selon une source à Paris, il y aurait pris femme et y aurait eu, très récemment, un enfant.

* Nom modifié pour des raisons de sécurité.

 

Lire aussi : L'Égypte sur le front de l'extrémisme religieux contre l'Etat islamique

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 16:30
Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

Canon Caesar (Nexter Systems) - VBL Mistral (RTD - MBDA)

 

25/02/2015 Ministère de la Défense

 

Le programme de modernisation des Forces armées libanaises est lancé

 

Face aux menaces qui pèsent sur la stabilité du Liban, les Forces armées libanaises doivent être modernisées, équipées et formées pour défendre l’intégrité de cet Etat ami de la France.

 

A cette fin, le Royaume d’Arabie saoudite a décidé l’an dernier d’associer la France à un programme ambitieux de soutien aux Forces armées libanaises. Doté de 3 milliards de dollars, ce plan financé par l’Arabie saoudite contribuera à renforcer l’armée libanaise avec la livraison de matériels d’armement français : véhicules blindés, bateaux armés, hélicoptères de combat, munitions, moyens de communications. De nombreuses formations seront également mises en place par les forces françaises au profit de l’armée libanaise.

 

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, se félicite du lancement effectif de ce programme. A la suite du versement de la première échéance, le contrat vient de démarrer sa phase de réalisation. Les premières livraisons interviendront dès le mois d’avril 2015.

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 12:30
Sortie d’assemblage pour le 100ème PC-21 de Pilatus

 

23 février Aerobuzz.fr

 

Le 100ème PC-21 est sorti de la chaine d’assemblage finale de Pilatus, le 20 février. Il s’agit aussi du 1.000ème Turbopop Trainer produit par le constructeur suisse. Cet appareil sera livré aux forces aériennes saoudiennes qui en ont commandé 55 exemplaires destinés à la formation de leurs pilotes. Trois autres pays utilisent déjà le PC-21 pour la formation : la Suisse qui en possède 8, Singapour (19) et les Emirats Arabes Unis (25). La Qatar en a commandé 24 exemplaires en 2012.

Partager cet article

Repost0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 20:30
Kership reçoit la commande des 30 patrouilleurs destinés à l'Arabie Saoudite

 

5 février 2015 par ActuNautique.com

 

C'est un secret de polichinelle, mais cette information est dans toute les bouches, sur le salon Euromaritime.

Et pourtant, les deux associés au sein de Kership, les chantier DCNS et Piriou ont affirmé ne pas être au courant de cette information, qui leur aurait cependant été notifiée par l'Odas, société créée par l'Etat français pour gérer certains marchés d'armement export.

Dans le cadre des 30 patrouilleurs de 30m commandés par le royaume saoudien, plusieurs chantiers ou groupements étaient en lice, Kership (DCNS et Piriou), mais aussi le tandem Ocea-Couach, spécialisé dans ce type de navires depuis toujours.

Au final, c'est donc Kership qui se voit attribuée la commande par l'Odas, ce qui représente une première pour ce tandem, qui n'a encore jamais construit de patrouilleurs aussi petits, DCNS étant plutôt spécialisé dans les unités de 50m et Piriou étant assez récent dans le naval militaire, avec les trois B2M signés pour la Marine Nationale, un quatrième à l'export, et un bâtiment de formation des marines étrangères, construit pour la DCI et stationné à Concarneau.

A terme de ce contrat, les 30 patrouilleurs seront construits chez Piriou et aménagés chez DCNS.

Partager cet article

Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 12:30
Counter-Terrorism: Saudi Arabia Builds A Better Fence

 

February 1, 2015: Strategy Page

 

Saudi Arabia is suddenly very alarmed at the vulnerability of their long borders with Iraq and Yemen. For generations the main border problem was smugglers. Since the 1990s the smugglers have been joined by huge numbers of people trying to enter Saudi Arabia illegally. Worse, the smugglers have now added hard drugs (cocaine, heroin and worse) to their inventory. Finally a growing number of the illegal traffic has been Islamic terrorists entering the kingdom with malice in mind. By late 2014 Saudi Arabia had reached the point where it had told its border guards to shoot-on-sight and shoot-to-kill if anyone caught illegally crossing and refusing to stop. This could cause problems with some of the Saudi tribes living near the border, where tribal members have been smuggling for generations and tribal leadership tolerates a lot of it (especially if they are getting a percentage). But the Saudis know that Islamic terrorists will exploit these relationships if they can and the Islamic terrorist threat. Is seen as more dangerous than tribal unrest.

 

The second big decision was the new border fence. There was already a border fence along the Iraq and Yemen frontiers, but it was not much of an obstacle. So it was decided to revive a 2006 plan for a security “barrier” along the Iraqi border that would cost over $13 million per kilometer. This would come to nearly $14 billion for the 900 kilometer Iraq border. Work was supposed to begin in 2007 but didn’t. The fence was to be finished in 2009 and wasn’t. The fence was intended to keep out Sunni Islamic terrorists (mainly al Qaeda) who sought to overthrow the monarchy and establish a Sunni Islamic republic, as well as Shia Islamic terrorists who wanted to establish a Shia Islamic republic under the leader ship of Iran. The fence would also reduce smuggling, which has been rampant along this border since the kingdom was established in the 1920s.

 

Then some government officials, and many ordinary Saudis, complained about the cost. Despite all the oil income Saudi Arabia is still having money problems. A growing population, with too many young people not willing to work as hard as all the imported help, puts an enormous financial burden on the kingdom. Building this fence, as designed, would require a lot more foreign experts and imported technology. So the security people were sent back to the drawing board, and came up with a cheaper solution, that would put more unskilled young Saudis to work. The new design cost only a billion dollars. It consisted of two barbed wire fences and lots of radars, heat sensing devices (infrared “radar”) and other sensors. This would take less than a year to build and would put plenty of people to work setting up 1,800 kilometers of fence, and installing the electronic devices. This new design was believed able to do the job as well as the original 2006 security fence, cost a lot less, and employ lots of Saudis. While completed, the cheap fence lacked many of the sensors (or used ones that were not reliable) and was easy to cut through. When these flaws became obvious enough to a lot of people there were calls for a return to the original design and in 2014 it was agreed to “upgrade” the border fence to standards first proposed in 2006.

 

The original design used lots of sensors, supported by 1,450 kilometers of fiber optic cables. The high-speed fiber optic lines allowed for real time monitoring of fifty radars (able to detect vehicles, pack animals and individual people) along with 78 monitoring towers equipped with optical day and night sensors (digital cameras) with zoom. The monitoring was done from eight command centers. From these centers sensor operators could quickly determine if someone was attempting to breach the border barrier and where. They could then order armed men to the trouble spot from 32 rapid response centers. There are ten vehicles equipped with surveillance equipment that can be sent to areas where trouble is expected, to make sure the trouble, if it shows up, is spotted and identified sooner.

 

Legal traffic goes through 38 crossings, which are heavily guarded and monitored. The foreign consultants that helped design the barrier warned the Saudis that the more effective the new border barrier was the more likely the personnel operating the system would be bribed. So the software used to run the monitoring and control system has safeguards and monitoring routines built in to detect and quickly report possible bribery activity. A similar barrier is being built along the Yemen border and all 5,000 kilometers of land borders will eventually have upgraded border security, now with some kind of fence and sensors.

Partager cet article

Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 20:50
MBDA : une année commerciale record en 2014 sous le signe de l'Union Jack

Premier contrat export pour le missile air-air Meteor développé par le missilier MBDA en Arabie Saoudite en 2014 (photo MBDA)

 

03/02/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

MBDA va-t-il à nouveau battre son record de commandes en 2014 ? C'est possible car le missilier, tout comme en 2013, a réalisé 4 milliards d'euros de prises de commandes, dont une majeure en Arabie Saoudite (contrat Meteor).

 

Bis repetita pour MBDA au niveau commercial. Après avoir réussi une belle année en 2013 (4 milliards d'euros, dont 2,2 milliards à l'export), le missilier européen a réédité l'année dernière sa performance commerciale. Et ce en dépit de quelques déceptions de prises de commandes attendues en 2014. Selon plusieurs sources concordantes, MBDA a toutefois réussi à engranger environ 4 milliards d'euros de commandes, dont un peu plus de 2 milliards à l'export. Des commandes qui concernent essentiellement des missiles de fabrication britannique.

En tout cas, cette performance va à nouveau ravir le PDG de MBDA, Antoine Bouvier, qui avait fixé pour 2013 un objectif à ses troupes commerciales d'avoir un ratio chiffre d'affaires, prises de commandes (le fameux book to bill) supérieur à 1. Et bingo, le groupe y parvient deux années consécutives alors que le carnet de commandes déclinait inexorablement depuis 2009. Il était même passé en 2012 pour la première fois depuis la création de MBDA en 2001 sous la barre symbolique des 10 milliards d'euros (9,8 milliards). En 2009, le carnet s'élevait à 12 milliards, déjà en net retrait par rapport à 2003 (14,8 milliards).

Seule ombre au tableau, le chiffre d'affaires de MBDA devrait être à la baisse en raison des efforts consentis (réduction des livraisons négociée avec la direction générale de l'armement) par Antoine Bouvier en vue de préserver l'avenir avec le développement de nouveaux programmes : Missile terrestre de nouvelle génération (MMP), Anti Navire Léger (ANL), CAMM, un missile britannique qui répondra aux besoins futurs des marines, forces terrestres et forces aériennes en matière de défense anti-aérienne.

 

Arabie saoudite : un contrat Meteor qui fait du bien

Longtemps, les équipes du patron de l'export Jean-Luc Lamothe se sont rongées les ongles, attendant la mise en vigueur d'un contrat qui fait passer l'année du bon côté ou pas. Ce ne donc sera ni T-Loramids (Air Defence en Turquie), estimé à 3 à 4 milliards d'euros, ni le programme polonais Wisla (environ 4 milliards), ni un contrat export Rafale avec la panoplie de missiles MBDA, ni bien sûr SRSAM (Air Defence en Inde), un programme en perdition... Selon des sources concordantes, la bonne surprise est venue en fin d'année d'Arabie Saoudite, qui a équipé ses Eurofighter fournis par BAE Systems de missiles air-air Meteor, un contrat estimé à un plus de 1 milliard d'euros. C'est d'ailleurs le premier contrat export du Meteor.

Une nouvelle fois l'Arabie Saoudite est venue sauver l'année commerciale de MBDA. En 2013, le missilier y avait gagné cinq contrats, selon nos informations. Notamment BAE Systems avait choisi le missilier européen pour fournir à l'armée de l'air saoudienne le missile air-sol britannique le Dual-Mode Brimstone. En outre, il équipera l'armée de l'air saoudienne un lot supplémentaire de missiles de croisière Storm Shadow. Soit environ une commande évaluée pour MBDA à 500 millions d'euros.

 

Enfin un contrat en Inde

Outre l'Arabie saoudite, MBDA a enfin obtenu en Inde en début d'année un contrat attendu pendant très longtemps. New Delhi a mis en vigueur un contrat estimé à 428 millions de dollars en vue d'équiper les vieux Jaguar de l'armée de l'air indienne de missiles britanniques air-air de courte portée Asraam. Outre le SR-SAM (Short Range Surface to Air Missile), un missile sol-air de nouvelle génération co-développé et coproduit en Inde avec Bharat Dynamics Limited, le missilier a plus d'une trentaine de campagnes en cours actuellement en Inde dont celles concernant MMRCA (Scalp, Meteor...).

Enfin, MBDA a obtenu plusieurs autres contrats de taille plus modeste. Notamment deux  nouvelles commandes pour le missile britannique surface-air Sea Ceptor à la marine brésilienne et néo-zélandaise après la Grande-Bretagne. MBDA a également vendu ses installations de tir (50 millions d'euros environ) sur les quatre corvettes vendues par DCNS à l'Égypte. Enfin, le Chili et le Maroc ont passé des petites commandes en vue de compléter leurs armements.

 

Deux déceptions commerciales

Au rang des déceptions commerciales, il y a bien sûr le programme SR-SAM en Inde, qui semble en mauvaise posture pour MBDA alors que cela fait trois ans que les négociations sont pourtant terminées, depuis décembre 2011. Mais le nouveau gouvernement indien pourrait annuler le programme SRSAM (Short Range Surface to Air Missile) faute de trouver un financement. Ce missile sol-air de nouvelle génération devait être co-développé avec la DRDO (Defence Research and Development Organisation) et coproduit en Inde avec Bharat Dynamics Limited.

Par ailleurs, le missilier comptait beaucoup en France sur le programme AT4 CS, un programme de lance-roquette, destinés à la Marine et aux armées de Terre et de l'Air. Un matériel qui venait parfaitement compléter la trame missile-roquette de MBDA, selon la stratégie définie par Antoine Bouvier. Mais finalement, après avoir beaucoup pataugé, le missilier, associé à l'espagnol Instalaza a perdu face au suédois Saab, associé à Nexter. La première commande s'élève à 32 millions d'euros, mais le contrat, toutes options comprises jusqu'à 2024, pourrait monter jusqu'à 220 millions d'euros. En outre, Antoine Bouvier voulait avec ce contrat faire entrer l'Espagne dans la galaxie MBDA à travers Instalaza. Echec et mat...

 

Des commandes domestiques en demi-teinte

S'agissant des commandes nationales, MBDA a obtenu fin mars 2014 après quelques péripéties la signature de la phase de développement et de production du programme de missile FASGW(H)/ANL (Future Anti Surface Guided Weapon (Heavy)/Anti Navire Léger). Ce contrat d'un montant d'environ 600 millions d'euros est financé conjointement par la France et le Royaume-Uni. Cette nouvelle phase de travaux vient poursuivre les étapes de faisabilité et de conception financées conjointement par les deux nations depuis 2009.

En outre, le missilier a signé un contrat d'étude de près 50 millions d'euros (36 millions de livres) avec le ministère de la Défense britannique pour adapter le système CAMM à l'environnement terrestre. MBDA propose à l'armée de terre une variante, appelée Future Local Area Air Defence System (FLAADS Land). Enfin, le missilier a signé de très nombreux contrat de supports et de maintien en condition opérationnel avec les armées françaises, britanniques, italiennes et allemandes.

Partager cet article

Repost0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 08:30
Arromanches : Coopération bilatérale avec l’Arabie Saoudite

 

30/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 27 au 29 janvier 2015, le groupe aéronaval a effectué un exercice avec les forces armées saoudiennes ainsi qu’une courte patrouille opérationnelle.

 

Pendant près de trois jours, en mer Rouge, le groupe aéronaval a conduit de nombreuses activités d’entraînement et une patrouille opérationnelle avec les unités de la marine et de l’armée de l’air saoudiennes, dans le cadre de l’exercice White Shark.

 

Avec les frégates saoudiennes Al Dammamet Makkha, ainsi qu’avec le pétrolier ravitailleur Yunbu, ce sont des exercices de tir, de lutte contre avions ou contre sous-marins et des manœuvres de ravitaillement à la mer qui ont été réalisés. Plusieurs COMposite Air Operation (COMAO) ont été organisées en parallèle entre Rafale Marine, Super Etendards Modernisés français et Typhoon et F15 saoudiens.

 

C’est pour tirer les enseignements de ces activités que le chef d’état-major de la Marine du royaume d’Arabie Saoudite a été accueilli à bord du porte-avions Charles de Gaulle le 28 janvier 2015. Au cours de sa rencontre avec le contre-amiral Chaperon, commandant de la Task Force 473, rejoint pour l’occasion par le contre-amiral Beaussant, commandant la zone maritime de l’océan Indien (ALINDIEN), le vice-amiral d’escadre Abdallah Bin Sultan Al Sultan, manifestement très satisfait de cette visite, a pu évoquer les progrès manifestes accomplis en termes d’interopérabilité et de savoir-faire communs.

 

A la fin de l’exercice, les unités navales saoudiennes ont patrouillé quelques heures avec la TF 473 illustrant la volonté partagée de donner une dimension plus opérationnelle à notre coopération, davantage orientée vers la sécurisation des espaces maritimes.

 

Les relations militaires entre la France et l’Arabie Saoudite sont étroites et anciennes. Formalisées en 1982 par la signature d’un accord de coopération et d’assistance, elles se sont très sensiblement développées au fil des années. Aujourd’hui, cette coopération s’attache au développement des savoir-faire opérationnels communs et de l’interopérabilité. Dans le domaine aéro-maritime, elle se traduit notamment par le partage d’expérience tactique au cours d’exercices bilatéraux tels que Red Shark, avec le groupe amphibie, ou White Shark avec le groupe aéronaval.

 

Le groupe aéronaval ou TF 473 comprend le porte-avions Charles de Gaulle, son groupe aérien embarqué, la frégate de défense aérienne Chevalier Paul, la frégate anti-sous-marine britannique HMS Kent, le pétrolier ravitailleur Meuse et un sous-marin nucléaire d’attaque, déployé en précurseur.

Arromanches : Coopération bilatérale avec l’Arabie SaouditeArromanches : Coopération bilatérale avec l’Arabie Saoudite
Arromanches : Coopération bilatérale avec l’Arabie SaouditeArromanches : Coopération bilatérale avec l’Arabie SaouditeArromanches : Coopération bilatérale avec l’Arabie Saoudite
Arromanches : Coopération bilatérale avec l’Arabie SaouditeArromanches : Coopération bilatérale avec l’Arabie Saoudite

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 12:55
PLG - credits DGA

PLG - credits DGA

 

28/01/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Les chantiers navals français - Kership, Ocea, CMN et Socarenam - ont réussi un très beau début d'année 2015 sur le plan commercial dans le domaine militaire.

 

Très joli tir groupé sur le plan commercial pour les chantiers navals militaires français, qui ont engrangé en janvier plusieurs commandes intéressantes sur le plan national et surtout à l'export. C'est le cas de Socarenam, d'Ocea, de CMN et de Kership, la filiale commune entre DCNS et Piriou. Une belle série qui a commencé avec le chantier de Boulogne-sur-mer, qui a été sélectionné par la direction générale de l'armement (DGA) pour la réalisation de deux patrouilleurs légers guyanais (PLG) destinés à la Marine nationale. Ces navires sont dédiés aux missions de souveraineté et de protection des intérêts français dans la zone maritime Antilles-Guyane, en particulier le Centre Spatial Guyanais.

En outre, la DGA a également sélectionné Socarenam pour une commande de 21 vedettes de liaison trans-rades destinées aux ports militaires (Brest, Toulon, Cherbourg et outremer). Enfin, le chantier naval s'est vu notifier un contrat d'un patrouilleur de 53 mètres de long par la douane française, baptisé "Jean-François Deniau". Ce navire, qui sera le plus important de la flotte de la douane,  est financé à 90 % par l'Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l'Union européenne, FronTières extérieures.

 

Kership, sélectionné par l'Arabie Saoudite

Kership, la co-entreprise formée en 2013 par DCNS et Piriou a été choisie par le prince Salmane, le ministre de la Défense d'Arabie Saoudite et prince héritier de la dynastie saoudienne pour fabriquer entre 25 et 30 patrouilleurs de 30 mètres. Soit un contrat estimé à 500 millions d'euros. En outre, une quinzaine de bateaux supplémentaires seraient en option. L'Arabie Saoudite et Kership vont négocier en 2015 le contrat. En outre, Kership a gagné un contrat fin octobre auprès du ministère de la Défense du Gabon pour la construction d'un OPV 50 (Offshore Patrol Vessel), un patrouilleur hauturier de 58 mètres, ainsi que la modernisation d'une Combattante la Gracieuse au profit de la marine gabonaise. Soit un contrat total de l'ordre de 26 millions d'euros.

Ocea n'est pas en reste. Le chantier des Sables d'Olonne a vendu un patrouilleur hauturier, OPV 190 MKII de 58 mètres au Sénégal. En outre, la municipalité des Sables d'Olonne envisage de créer une formation de garde-côte pour les clients d'Ocea. Enfin, CMN a vendu au Mozambique trois nouveaux patrouilleurs HSI 32 supplémentaires, qui étaient en option. Enfin, le chantier naval de Cherbourg attend toujours la mise en vigueur du contrat tripartite entre l'Arabie Saoudite (le pays qui finance), le Liban (pays utilisateur) et la France (le vendeur) portant sur la vente de trois patrouilleurs du type Combattante FS56 armés par un système surface-air à très courte portée Simbad-RC de MBDA, ainsi qu'une formation et un support de cinq ans. Soit une commande évaluée à environ 250 millions d'euros.

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 08:30
Contre l'État islamique, une grande muraille d'Arabie saoudite ?

 

18/01/2015 Le Point

 

Après un attentat contre un poste-frontière, le royaume a accéléré la construction d'une clôture de haute technologie, selon "The Daily Telegraph".

 

La Grande Muraille de Chine n'avait pas arrêté les Mongols. La Grande Muraille d'Arabie saoudite arrêtera-t-elle les djihadistes de l'organisation État islamique ? Selon le quotidien britannique The Daily Telegraph et son correspondant au Moyen-Orient, le royaume wahhabite a commencé la construction d'un mur de 900 kilomètres, le long de sa frontière avec l'Irak.

Le projet n'est pas récent puisqu'il est envisagé depuis 2006, en pleine guerre civile irakienne. Mais son lancement a été accéléré en septembre 2014 par la montée en puissance rapide du groupe État islamique, qui contrôle désormais une large partie du territoire irakien, et dont "l'objectif essentiel" est "la conquête ultime de l'Arabie saoudite, qui renferme les deux mosquées saintes de La Mecque et Médine".

 

Attentat-suicide au poste-frontière

La semaine dernière, l'organisation État islamique a tué, lors d'un attentat-suicide, deux gardes saoudiens et le général Oudah al-Belawi, commandant des opérations frontalières de la zone nord-est de l'Arabie saoudite. L'attentat a eu lieu au poste-frontière de Suweif, près de la ville saoudienne d'Arar. L'événement a incité les autorités saoudiennes à intensifier encore les travaux d'érection du mur.

La clôture sera équipée de tours de surveillance, de fossés, de caméras infrarouges et d'une cinquantaine de radars, comme le montre le Telegraph. Ceux-ci seront capables de déceler des mouvements de piétons à 18 kilomètres de distance, et des mouvements d'hélicoptères à 36 kilomètres de distance.

Une autre muraille est en cours de construction à l'autre bout du pays, le long de la frontière saoudienne avec le Yémen, foyer d'al-Qaida dans la péninsule arabique.

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 17:30
Le Drian a évoqué une livraison d'armes au Liban

 

04/01/2015 Par Lefigaro.fr (AFP)



Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, en visite en Arabie saoudite, a été reçu dimanche par le prince héritier Salmane Ben Abdel Aziz et évoqué la question de la livraison d'armes au Liban, selon une source diplomatique. Outre l'entretien avec le prince héritier, Jean-Yves Le Drian a rencontré les ministres saoudiens de l'Intérieur, des Affaires étrangères, de la Garde nationale ainsi que le vice-ministre de la Défense.

"L'Arabie saoudite a représenté 40% des prises de commandes d'armement français en 2014 (4 milliards d'euros). Et les contrats d'armement ont représenté 60% des grands contrats signés par la France dans ce pays", indique-t-on au ministère de la Défense à Paris. La visite de Jean-Yves Le Drian est intervenue alors que le souverain saoudien Abdallah Ben Abdel Aziz est hospitalisé à Ryad pour une pneumonie.

Un accord sur la livraison d'armes au Liban dans le cadre du don de trois milliards de dollars promis par Ryad avait été paraphé le 15 décembre à Beyrouth. La livraison de ces armes doit s'étaler sur trois ans et parmi les armes figurent notamment 7 hélicoptères Gazelle muni de missiles anti-char téléguidés HOT et 7 hélicoptères Puma pour le transport des troupes. La liste d'équipements retenus, qui a nécessité plusieurs mois de discussions, correspond à des "besoins identifiés par les forces armées libanaises, qui sont sous-équipées et sous-entraînées pour remplir leurs missions de sécurité et de renseignement", avait relevé un responsable au ministère français de la Défense, sous couvert d'anonymat. Outre les hélicoptères, le contrat porte sur des VAB (Véhicules de l'avant blindés), de l'artillerie lourde (dont des systèmes Caesar), des patrouilleurs armés et des moyens de communication et de surveillance, dont des drones de type SDTI, afin d'améliorer la capacité de renseignement des Libanais.

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 13:30
Caesar du 68e RAA - photo A.Karaghezian Armée de Terre

Caesar du 68e RAA - photo A.Karaghezian Armée de Terre

Beyrouth, 15 déc 2014Marine et Océans (AFP)

La France et le Liban ont signé lundi à Beyrouth le protocole d'accord ouvrant la voie à la livraison d'armes à l'armée libanaise dans le cadre du don de trois milliards de dollars promis par l'Arabie saoudite.

Selon un communiqué militaire, l'accord a été paraphé au quartier général de l'armée à Yarzé (banlieue de Beyrouth) entre le commandant en chef de l'armée libanaise Jean Kahwaji et l'amiral Édouard Guillaud, PDG d'ODAS, la compagnie française chargée du développement des exportations dans le domaine de la défense, de la sécurité et des hautes technologies.

Selon une source politique libanaise, l'amiral Guillaud, doit se rendre à Ryad pour le faire signer par les autorités saoudiennes qui devront effectuer un premier versement de 600 millions dollars soit 20% du contrat.

Les armes françaises commenceront à être livrées deux mois plus tard. La livraison s'étalera sur trois ans et parmi les armes figurent notamment 7 hélicoptères Gazelle muni de missiles anti-char téléguidés HOT et 7 hélicoptères Puma pour le transport des troupes.

La liste d'équipements retenus, qui a nécessité plusieurs mois de discussions, correspond à des "besoins identifiés par les forces armées libanaises, qui sont sous-équipées et sous-entraînées pour remplir leurs missions de sécurité et de renseignement", avait relevé un responsable au ministère français de la Défense, sous couvert d'anonymat.

Outre les hélicoptères, le contrat porte sur des VAB (Véhicules de l'avant blindés), de l'artillerie lourde (dont des systèmes Caesar), des patrouilleurs armés et des moyens de communication et de surveillance, dont des drones de type SDTI, afin d'améliorer la capacité de renseignement des Libanais.

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 11:50
Perquisitions en Allemagne chez Airbus DS

 

03/12 Jean-Philippe Lacour / Correspondant à Francfort – LesEchos.fr

 

Le parquet de Munich a ouvert une enquête sur des soupçons de corruption active dans le cadre de grands contrats avec la Roumanie et l’Arabie-Saoudite devant revenir à la division défense et aérospatiale d’Airbus

 

Airbus est à nouveau confronté à un passé sulfureux. Après une affaire de délit d’initié en cours qui frappe plusieurs hauts dirigeants de l’ancien groupe EADS, on a appris mercredi que le parquet de Munich avait ouvert une enquête sur des soupçons de corruption active dans le cadre de grands contrats avec la Roumanie et l’Arabie-Saoudite devant revenir à la division défense et aérospatiale d’Airbus. Des perquisitions ont été effectuées dans plusieurs endroits de Bavière.

 

Les faits remonteraient en Arabie Saoudite à l’année 2009. Des fonctionnaires auraient reçu des pots-de-vin en millions d’euros en marge de l’attribution de contrats portant sur des dispositifs de sécurité de haute technologie pour surveiller les frontières longues de 9.000 kilomètres dans le désert, les montagnes et la mer. Le contrat saoudien et celui en Roumaine portent sur 1,8 milliards d’euros, selon un porte-parole d’Airbus. Des perquisitions ont été effectuées dans plusieurs locaux d’Airbus en Bavière de même qu’à des domiciles privés, a rapporté mercredi le quotidien Süddeutsche Zeitung, sans citer ses sources. La justice est sur la pistes de possibles fraudes depuis l’année 2013, a indiqué mercredi un membre du parquet de Munich, confirmant les perquisitions.

 

Dossiers de plusieurs groupes de défense

 

La justice allemande se montre en ce moment active dans des affaires de malversations liées à des groupes de défense. Les allemands Rheinmetall et Krauss-Maffei-Wegmann ont aussi eu, dans d’autres dossiers, des visites dans leurs locaux d’enquêteurs de la brigade policière. Airbus lui-même est parallèlement visé dans une affaire de pots-de-vin prétendument versés lors de la vente d’avions de chasse Eurofighter à l’Autriche pour plus d’1,5 milliard d’euros.

 

Airbus n’est pas visé en tant que société dans l’enquête sur les contrats de dispositifs de sécurité. Les personnes soupçonnées seraient moins d’une dizaine, indiquait mercredi le parquet munichois. Le matériel saisi lors des perquisitions ayant eu lieu en octobre doit maintenant être analysé par la justice. Airbus se borne à dire qu’il soutient l’action de la justice et qu’il mène sa propre enquête

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories