Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 00:33
Serval : quelques retours sur le renseignement tactique

 

 

12 novembre, 2013 by FOB

 

Le succès de l’opération française au Mali a aussi été rendu possible par la qualité du renseignement sur ce gigantesque théâtre d’opération. Et même si les premières colonnes françaises arrivées n’avaient que de très vieilles cartes du pays, datant des années 60, rapidement, la « machine renseignement » s’est mise en place. A Creil (Direction du Renseignement Militaire), notamment, qui a amalgamé plusieurs sources, dont des vues satellites ou la base de données mondiales MGCP (multinational geospatial coproduction program).

 

Mais c’est aussi sur le terrain que la fonction renseignement a montrée un réel succès : qualité des forces engagées ou dialogues entre les forces conventionnelles et spéciales…

 

L’opération Serval aura été l’occasion pour la première fois de l’utilisation d’un système d’exploitation appelé SAer (Système d’Aide à l’exploitation du renseignement), un outil qui a permis le partage du renseignement sans rupture du plus petit niveau tactique jusqu’au plus haut niveau, à savoir le CPCO (centre de planification et de conduite des opérations) à Paris. Un logiciel développé par le CERAT (Centre de Renseignement et d’Etude du Renseignement).

 

Crée en 2002, le CEERAT a achevé sa montée en puissance en 2005. Cette école localisée à Saumur forme les officiers et sous officiers qui seront appelés à traiter du renseignement de niveau tactique, et pas seulement dans l’armée de terre (DPSD, DRM, DGSE…). L’exploitation est le cœur de métier du CEERAT. Et son rôle a été sans aucun doute l’une des clefs du succès de la fonction renseignement durant l’opération Serval au Mali. Car l’une des réussites a été l’excellente fluidité des informations entre les pions déployés sur place et les structures de commandement, notamment grâce à ce logiciel. Pour la première fois le SAer a été déployé au niveau du GTIA, qui avait donc accès au système d’information. Facilement exploitable, les informations ont été transmises sans aucune perte, permettant l’analyse de la situation dans le temps et dans l’espace. Outil à l’origine dédié à la formation à l’exploitation du renseignement, l’utilisation du SAer a finalement été généralisée et a permis la bonne compréhension de la situation sur place.

 

Le succès de l’opération au Mali aura été également due à l’excellente coopération entre les divers services interarmées (DGSE, Forces Spéciales…). A noter aussi que Serval a été l’occasion du premier déploiement d’une BRB complète (Batterie de renseignement de Brigade). L’une des leçons de Serval confirme l’utilité d’un dialogue en boucle courte des acteurs (rendu possible notamment grâce aux VAB transmission doté d’une liaison satellite, transmettant en direct).

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 12:45
Côte d’ivoire : opération de présence de moyenne durée à Abengourou

 

15/11/2013 Sources : EMA

 

Du 4 au 8 novembre 2013, la compagnie d’infanterie de la force Licorne a effectué une opération de présence de moyenne durée (OPMD) à Abengourou, à 210 kilomètres au nord-est d’Abidjan, dans la région du Moyen-Comoé.

 

Le détachement, composé de deux sections et d’un groupe commandement de la compagnie d’infanterie, fort d’une quinzaine de véhicules, s’est déployé aux environs d’Abengourou, chef lieu de région, non loin de la frontière ghanéenne.

 

Afin d’étendre le rayonnement de la force Licorne, les OPMD ont pour objectifs premiers de prendre contact avec les autorités civiles, militaires et coutumières locales, de nouer des liens avec la population et de permettre aux soldats de la force de renforcer leur connaissance du pays.

 

Ces opérations de présence menées par la force Licorne s'inscrivent dans une logique de sécurisation qui participent au processus de normalisation en cours en Côte d’Ivoire.

 

Cette OPMD a aussi été l’occasion de mener des actions civilo-militaires au profit de la population d’Abengourou. Les militaires de la force Licorne ont procédé à la distribution de kits scolaires pour les écoles de la région. Tout en assurant le soutien sanitaire du détachement, l’équipe médicale de l’unité a également effectué de nombreux soins et une distribution de médicaments.

 

La force Licorne comprend 450 hommes qui accompagnent la réforme de l’armée ivoirienne en soutien de l’ONUCI. Elle apporte également son soutien aux opérations logistiques réalisées au profit de la force SERVAL. En collaboration avec les autorités locales, la force Licorne réalise également des actions civilo-militaires au bénéfice de la population ivoirienne, comme des projets de réhabilitation dans les villages proches d’Abidjan, la distribution de kits scolaires et l’apport d’une aide médicale. Elle est, par ailleurs, en mesure d’assurer la protection des ressortissants français si besoin était.

Côte d’ivoire : opération de présence de moyenne durée à Abengourou
Côte d’ivoire : opération de présence de moyenne durée à Abengourou
Côte d’ivoire : opération de présence de moyenne durée à Abengourou
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 07:45
photo EMA

photo EMA

 

14 novembre 2013 à 15:50 Par RFI

 

L'armée française a attaqué, dans la nuit du mercredi 13 au jeudi 14 novembre 2013, un groupe lié à al-Qaïda au Maghreb islamique dans le nord du Mali. Des véhicules tout terrain suspects ont été découverts grâce à des informations données par la population. Le groupe de jihadistes roulait sur une piste à 250 kilomètres à l'ouest de la ville de Tessalit. Il a été « neutralisé », affirme l'Etat major, ce qui signifie que les hommes qui le constituait ont été soit tués, soit faits prisonniers. Les opérations étaient encore en cours jeudi à la mi-journée, précise-t-on à Paris, sans donner plus de détails.

Le colonel Gilles Jarron
(00:49)
 

porte-parole de l'état-major des armées

 
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 06:45
photos EMA

photos EMA

 

14/11/2013 19:19 Sources : EMA

 

Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 7 novembre 18h00 jusqu’au jeudi 14 novembre, 18h00

 

Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec environ 80 sorties, dont une trentaine effectuées par les avions de chasse. Environ 25 sorties ont été dédiées aux missions de transport et autant aux missions de ravitaillement et de renseignement.

 

Au sol, la force Serval poursuit les opérations autour de la boucle du Niger, et dans le Nord du pays, en coordination avec les unités de la MINUSMA et des FAMA.

 

Depuis le 7 novembre 2013, les opérations terrestres se poursuivent dans la région élargie de Kidal. Des opérations combinées y ont été menées et se poursuivent toujours. Parallèlement, des patrouilles mixtes sont menées quotidiennement en ville par le bataillon sénégalais de la MINUSMA, appuyé par le détachement de liaison et d’appui (DLA) de la force Serval ainsi que les FAMA.

 

Depuis le 2 novembre, le dispositif militaire a été ponctuellement renforcé dans la région. Environ 200 militaires en provenance de Gao sont ainsi arrivés à Kidal. Ces mouvements illustrent la mobilité et la souplesse de la force Serval, en mesure de concentrer des moyens sur une zone ou une autre en fonction des besoins.

 

Le 11 novembre 2013, les militaires engagés dans l’opération Serval ont, comme leurs camarades en France et dans le monde entier, commémoré le 95e anniversaire de l’armistice de 1918 et le souvenir de tous les soldats morts pour la France. A Bamako, peu avant la cérémonie, le Général de division Marc Foucaud, commandant la Force Serval, accompagné du ministre de la Défense et des anciens combattants malien, Monsieur Soumeylou Boubéye Maïga, de l’ambassadeur de la France au Mali, Monsieur Gilles Huberson, ainsi que des représentants des forces de la MINUSMA et d’EUTM Mali, ont inauguré le camp « CBA Damien Boiteux », abritant les troupes françaises à Bamako. Le camp porte le nom du premier soldat tombé dans la cadre de l’opération Serval.

 

Enfin, dans la nuit du 13 au 14 novembre, à 2h30 du matin, une opération combinée a été conduite contre un groupe suspect circulant en véhicule en plein milieu du désert à plus de 200 kilomètres à l'ouest de Tessalit. Cette opération d’opportunité, pendant laquelle un certain nombre d'individus d'Al Qaïda ont été « neutralisés », a pu être conduite grâce aux renseignements fournis par la population.

 

Environ 2800 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent leur mission visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, tout en accompagnant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

Serval : point de situation du 14 novembre 2013Serval : point de situation du 14 novembre 2013
Serval : point de situation du 14 novembre 2013Serval : point de situation du 14 novembre 2013Serval : point de situation du 14 novembre 2013
Serval : point de situation du 14 novembre 2013Serval : point de situation du 14 novembre 2013
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 13:45
Une opération française menée dans le désert malien

 

14 novembre 2013 Liberation.fr (AFP)

 

Des armes ont été saisies et des membres d'Al-Qaeda «neutralisés» dans les environs de Tessalit, selon l'armée.

 

Une opération militaire ponctuelle a été menée dans la nuit de mercredi à jeudi dans le désert malien, lors de laquelle des armes ont été saisies et des membres d’Aqmi «neutralisés», a indiqué l’amiral Edouard Guillaud, chef d’état-major des armées (CEMA).

 

Interrogé par Europe 1 sur la situation dans ce pays, le haut responsable a relevé que les opérations militaires «ne sont pas encore terminées». Exemple : «cette nuit même, à 2h30 du matin, nous avons une opération spéciale contre un pick up dans le désert, à à peu près 200-250 kilomètres à l’ouest de Tessalit, donc en plein milieu du désert, où nous avons neutralisé un certain nombre de gens d’Al-Qaeda». L’opération, a relevé l’officier général, «continue et maintenant nous récupérons le matériel qui va "parler" d’une certaine façon».

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 12:45
Mali : "Al-Qaïda voulait avoir des Français"

14.11.2013 JDD

 

"Non, les opérations militaires au Mali ne sont pas terminées", a confié Edouard Guillaud, chef d’Etat major des armées françaises , jeudi matin sur Europe 1. "En ce moment même une opération se déroule d’ailleurs contre des gens d’Aqmi", a-t-il ajouté sans en livrer les détails.

 

RFI : l'enquête avance. Interrogé sur l’avancée de l’enquête sur le meurtre des deux journalistes de RFI, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, Edouard Guillaud a confirmé que les pistes pointent, "pour l’instant vers Al-Qaïda ou un groupe dépendant d’Al-Qaïda". La nébuleuse terroriste "voulait visiblement avoir des Français comme otages et le fait qu'ils étaient journalistes ne pouvait que renforcer leur valeur", a-t-il ajouté, confirmant la volonté d'Al-qaïda de se venger de l'action menée par l'armée française au Mali.

 

Des accusations d'exactions. Le chef d'Etat major des armées a, en revanche, démenti tout comportement brutal de la part des soldats français à l'encontre de la population locale, comme le soutient un chef rebelle touareg dans les colonnes du quotidien Le Monde. "Je ne suis pas dans le roman, je ne suis pas dans l'excès, ce n'est pas la manière dont travaille les militaires français", a-t-il répondu, précisant que "tout excès serait évidemment sanctionné".

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 08:55
Le gouvernement s'accroche pour sanctuariser le budget de la Défense, une rallonge de 578 M€ pour les OPEX

 

13/11/2013 Par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord – Défense Globale

 

Répondant à une question du député-maire UMP de Lunéville, Jacques Lamblin, le ministre délégué auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattant, Kader Arif, a tenu à rassurer l'Assemblée nationale ce mercredi lors des questions au gouvernement sur la " sanctuarisation " du budget de la Défense.

 

Le trou dans le budget à 4,1 % du PIB (soit 71,9 milliards d'euros) définit l'enveloppe du Projet de loi de finances rectificatives. Le PLFR avance la plus grande ouverture de crédits aux opérations extérieures (OPEX). Avec l'opération au Mali, le budget de 630 M€ a logiquement explosé. En cohérence politique, on prévoit ainsi une rallonge de 578 M€.

 

S'exprimant au nom du ministre de la Défense, Kader Arif a lancé aux députés des phrases claires et à retenir :

" Tous les programmes prévus dans cette loi de programmation seront lancés comme indiqué dans le projet qui vous est soumis.

S'agissant de la fin de gestion 2013, un accord équilibré a été trouvé entre le ministère du Budget et le ministère de la Défense. Il prévoit :

- une dotation au titre de nos opérations extérieures pour compenser le coût de l'opération Serval, qui a fait l'unanimité ;

- la prise en charge par le budget de la défense de l'accroissement de dépenses salariales résultant principalement des dysfonctionnements du système Louvois ;

- une contribution du ministère de la défense à la réduction des dépenses publiques, rendue indispensable pour garantir l'équilibre des comptes de l'Etat comme cela a été exposé ce matin en conseil des ministres. En effet, pour nous, souveraineté financière et autonomie stratégique vont de pair.

S'agissant de la loi de programmation militaire, le ministre du Budget et le ministre de la Défense sont tombés d'accord pour que soient garantis les investissements prévus pour les programmes d'armement qui doivent être lancés en début de programmation. "

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 08:55
Colloque annuel de doctrine de l’armée de Terre - 4 décembre 2013

 

13/11/2013 Armée de Terre

 

L’armée de Terre présentera son colloque annuel de doctrine le mercredi 4 décembre 2013, à partir de 14 h, à l’Assemblée nationale, salle Victor Hugo.

 

Il sera placé sous le haut patronage de Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, et s’intitule Opération SERVAL : le retour de la manœuvre aéroterrestre dans la profondeur. Les débats viseront à exprimer les enjeux de l’adaptation des forces terrestres selon les orientations désormais retenues.

 

Participation sur invitation envoyée par courrier.

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 07:45
photo MinDefFR

photo MinDefFR

 

13/11/2013 Sources : EMA

 

Le2 novembre 2013, le bataillon logistique (BATLOG) NormandieProvence, commandé par le colonel Jérôme de Roquefeuil, chef de corps du 2e régiment du matériel (2eRMAT, stationné à Bruz) a succédé au BATLOG Croix du Sud commandé par le colonel Christophe Barbe, chef de corps du 515e régiment du train (515eRT, Angoulême).

 

Armé par plus de 500 militaires, principalement issus du 2eRMAT, le BATLOG Normandie Provence a pour mission de mettre en œuvre le soutien de la force Serval. Réparti sur deux sites, Bamako et Gao, sa zone d’action couvre l’ensemble du Mali et s’étend jusqu’à Abidjan, point d’entrées et sorties par voie maritime des matériels.

 

Le BATLOG est ainsi amené à parcourir en moyenne 400 000 km/mois, soit l’équivalent de 10 fois le tour de la Terre.

 

Le BATLOG a été baptisé Normandie Provence en hommage aux militaires africains morts au cours des débarquements de Normandie et de Provence en 1944.

 

Moins de 3000 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, tout en appuyant le transfert de la zone aux contingents relevant de la MINUSMA.

photos MinDefFR
photos MinDefFR
photos MinDefFR
photos MinDefFR

photos MinDefFR

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 18:45
Serval : inauguration du camp « CBA Damien Boiteux »

 

12/11/2013 Sources : EMA

 

Le 11 novembre 2013, le général Marc Foucaud, commandant la Force Serval (COMFOR Serval) a inauguré le nouveau camp des troupes françaises à Bamako baptisée « CBA Damien Boiteux » en souvenir du premier soldat français tué au Mali le 11 janvier 2013.

 

La cérémonie s’est déroulée en présence du ministre de la Défense et des anciens combattants malien, Monsieur Soumeylou Boubéye Maïga, de l’ambassadeur de France au Mali, Monsieur Gilles Huberson, ainsi que des représentants de la MINUSMA et d’EUTM Mali.

 

Réalisé par le service d’infrastructure de la Défense (SID), ce nouveau camp a pris le nom du chef de bataillon Damien Boiteux, premier soldat tombé dans la cadre de l’opération Serval. Les militaires positionnés à Bamako sont dorénavant regroupés sur une même zone. Elle inclut les moyens de communication de la force (PCIAT), ainsi que l’unité médicale de transit (UMT) et la zone vie. Près de 1000 hommes, opérationnels armant le poste de commandement, transmetteurs, logisticiens, responsables du soutien et du transit sont présents sur ce camp.

 

Moins de 3000 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, tout en appuyant le transfert de la zone aux contingents relevant de la MINUSMA.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 17:45
Préparation opérationnelle - Le 503e RT passe la seconde !

 

08/11/2013 À la une

 

La deuxième étape de la préparation opérationnelle pour le 503e régiment du train (503e RT) s’est déroulée en camp intermédiaire à Mourmelon, début novembre 2013. Corps pilote pour la relève du BatLog, mandat Serval 4, le 503e RT s’entraîne à faire face aux incidents qu’il rencontrera au Mali, lors de sa projection en février 2014. Les unités rassemblées, qui mettent en commun leurs méthodes de travail, se mobilisent déjà autour de leur devise : « Tout seul, on va vite, ensemble, on va loin ! »

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 11:45
Serval : point de situation du 8 novembre 2013

 

08/11/2013 19:41 Sources : EMA

 

Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 31 octobre 18h00, jusqu’au jeudi 7 novembre, 18h00

 

Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec près de 90 sorties, dont une quarantaine effectuées par les avions de chasse. Une trentaine de sorties ont été dédiées aux missions de transport et une vingtaine aux missions de ravitaillement et de renseignement.

 

Au sol, la force Serval poursuit les opérations autour de la boucle du Niger, et dans le Nord du pays, en coordination avec les unités de la MINUSMA et des FAMa.

 

Le 2 novembre, après avoir été informés de l’enlèvement de deux journalistes français, les éléments (DLA) de la force Serval présents à Kidal ont immédiatement déployé un dispositif de surveillance et de reconnaissance pour tenter de retrouver nos ressortissants :

 

Un dispositif de surveillance a été mis en place aux sorties nord-est et nord-ouest de la ville de Kidal. Une patrouille en véhicules, composée d’une trentaine de soldats français, a également été engagée en reconnaissance sur une piste située au nord-est de la ville, direction probable de fuite du véhicule indiquée par les témoins de l’enlèvement.

 

Par ailleurs, une patrouille de deux hélicoptères, un Tigre et un Puma, a décollé de Tessalit, près de 200 km au nord de Kidal, pour tenter de retrouver le véhicule.

 

Arrivée à une dizaine de kilomètres à l’est de Kidal, la patrouille routière a découvert un pick-up à l’arrêt qui semblait répondre aux descriptions des témoins. A proximité de ce véhicule, les soldats français ont découvert deux corps sans vie.

 

Un peu moins d’une heure après cette découverte, les hélicoptères, qui étaient engagés dans une mission de reconnaissance ont rejoint la position des éléments à terre. Informés de la découverte des corps, ils ont, après ravitaillement, regagné leur position à Tessalit.

 

Les éléments de la patrouille à terre, après avoir mis en place un dispositif de sécurité, ont procédé aux vérifications habituelles de non piégeage de la zone, à sa sécurisation, ainsi qu’à celle de ses abords immédiats. Ils ont pu alors accueillir les éléments de la gendarmerie prévôtale, puis contribuer au rapatriement des dépouilles et à l’évacuation du "pick-up".

 

Des opérations combinées prolongent les actions de renseignement. Par ailleurs, près de 150 militaires en provenance de Gao sont arrivés à Kidal pour renforcer localement le dispositif de la force Serval qui agit en appui des FAMa responsables de la sécurité de la ville. Ce type de renforcements ponctuels illustre la capacité d’action de la force Serval à partir de ses éléments basés à Gao qui peut ainsi engager des éléments sur différents points en fonction des besoins.

 

Les 3 et 4 novembre, une cérémonie de levée de corps des deux journalistes assassinés à Kidal, s’est déroulée sur le tarmac de l’aéroport de Bamako.

 

Engageant près de 1500 militaires des FAMa, de la MINUSMA et de Serval, l’opération Hydre, lancée le 20 octobre de part et d’autre de la boucle du Niger, s’est achevée le 2 novembre. Cette opération, de grande envergure, conduite en coopération avec les FAMa et la MINUSMA, avait pour objectif d’éviter la résurgence d’éventuels mouvements terroristes.

 

Pour une meilleure coordination de l’ensemble des moyens déployés dans cette opération, une base opérationnelle avancée temporaire (BOAT) a été implantée à 300 Km au Nord-Ouest de GAO, intégrant toutes les composantes terrestres Serval de l’opération : le GTIA Korrigan et le GAM.

 

Plusieurs dizaines de puits et près d’une cinquantaine de points ont été fouillés par les éléments de la force Serval, concentrés sur des actions de contrôle de zone. De l’autre côté de la rive, le GTIA Elou et son détachement d’assistance opérationnelle ont progressé sur l’axe GAO-GOSSI, puis en direction du nord vers le fleuve. Les FAMa avaient pour missions de reconnaitre ces axes, contrôler la zone notamment grâce aux fouilles, d’aller à la rencontre de la population pour évaluer la situation dans la zone et avoir des renseignements sur d’éventuels mouvements terroristes. Les trois bataillons de la MINUSMA se sont quant à eux orientés sur des actions de sécurisation d’axes.

 

L’opération Hydre ne s’est traduite par aucun affrontement direct, les terroristes évitant systématiquement le contact et fuyant à l’approche des forces.

 

Un important site logistique des groupes terroristes a néanmoins été mis à jour au Nord-Est de Tombouctou, avec une organisation minutieuse ne laissant aucun doute sur sa fonction.

 

Cette opération a enfin démontré la capacité des forces armées maliennes et des forces de la MINUSMA à durer sur le terrain, dans des actions complémentaires, en agissant avec le soutien de la population.

 

Moins de 3000 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, tout en appuyant le transfert de la zone aux contingents relevant de la MINUSMA.

Serval : point de situation du 8 novembre 2013Serval : point de situation du 8 novembre 2013
Serval : point de situation du 8 novembre 2013
Serval : point de situation du 8 novembre 2013Serval : point de situation du 8 novembre 2013
Partager cet article
Repost0
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 08:45
Mali : ce qu'a tenté l'armée française après l'enlèvement des envoyés spéciaux de RFI

 

08.11.2013 Par Nathalie Guibert  - Le Monde.fr


Plusieurs moyens de la force française Serval au Mali, engagés dans des opérations en cours, ont été dépêchés, en vain, vers Kidal, pour tenter de secourir Ghislaine Dupont et Claude Verlon, les deux envoyés spéciaux de Radio France internationale (RFI) assassinés le 2 novembre, a précisé l'état-major de l'armée française, jeudi 7 novembre.

 

Outre les deux hélicoptères de Tessalit, à qui le quartier général de Gao a donné l'ordre d'annuler une mission prévue pour décoller en urgence, deux Rafale ont été déroutés d'une opération dans l'extrême nord du Mali pour tenter d'intercepter les ravisseurs. Hélicoptères et avions arrivèrent tous sur la zone sans avoir pu intervenir.

 

C'est un convoi parti par la piste vers l'est, en direction de Tin-Essako, qui a découvert le véhicule des ravisseurs à 14 h 30, soit une heure après l'alerte donnée par un habitant de Kidal à la force Serval.

 

RAFALE, HÉLICOPTÈRES ET PATROUILLE AU SOL

 

Les Rafale sont arrivés sur ce point, à 12 km de la ville, en même temps que cette patrouille au sol, a expliqué le colonel Gilles Jaron, porte-parole de l'état major de l'armée française. Selon lui, "en fouillant les approches", pour s'assurer que la zone n'était pas piégée, les militaires de la patrouille au sol découvrirent les corps sans vie des deux envoyés spéciaux "aux alentours de 14 h 50".

 

Les hélicoptères sont arrivés eux quarante minutes plus tard, compte tenu des distances, près de 250 km, entre Tessalit et Kidal, où aucun appareil n'est stationné en permanence.

 

"Une force capable de réorienter un avion de chasse configuré pour une mission donnée, ainsi que d'autres moyens, en cinquante minutes est une force très entraînée", a justifié l’état-major en réponse à des questions de la presse sur la réactivité de Serval.

 

Lire notre décryptage : Mali : questions au sujet d’un double assassinat

 

ÉVITEMENT ET ARMEMENT

 

Aucune précision n'a été fournie sur la façon dont les ravisseurs ont pu ou non être pistés par la suite ; leur véhicule abandonné, ils ont pu être emmenés par un autre pick-up. "Des actions combinées de renseignement se poursuivent", a simplement ajouté le colonel Jaron.

 

Douze hélicoptères de Serval sur seize – pour ce qui concerne les forces conventionnelles – étaient mobilisés ces jours derniers pour l'opération Hydre. Cette vaste opération de contrôle de zone a été menée du 20 octobre au 3 novembre avec 1 500 soldats français, maliens et onusiens.

 

Lire : Tuer l'hydre djihadiste au Mali

 

Elle n'a, officiellement, pas permis d'arrêter ou de neutraliser de chefs djihadistes. Dans la région de Gao, ces derniers n'ont pas cessé de s'armer, selon les sources militaires françaises, mais ils poursuivent leur stratégie d'évitement : "Nous avons eu confirmation de leur mode d'action. A l'approche des forces, l'adversaire tente d'échapper au combat. Et nous n'avons pas retrouvé d'armement significatif", a encore précisé le colonel Jaron.

 

UNE IMPORTANTE PLATEFORME LOGISTIQUE NEUTRALISÉE

 

Des sources sur le terrain avaient cependant révélé au Monde que des caches d'armes "résiduelles" avaient été découvertes. L'état-major a annoncé jeudi qu'une plateforme logistique importante a été neutralisée près de Tombouctou.

 

Organisée de façon militaire, "comme l'aurait fait l'armée française", elle comportait en plusieurs lieux du ravitaillement, des véhicules, et des moyens de soutien aux combattants.

 

Entre juin et octobre, soit les cent vingt premiers jours de Serval II, les Français ont été en opération pendant quatre-vingt-dix jours au total. Trente tonnes d'armement et une tonne et demie de matières explosives ont été découvertes, ainsi que des ateliers de fabrication de bombes artisanales.

 

Deux accrochages seulement se sont produits. Le premier le 14 septembre à Bourem, où Serval a fait trois prisonniers, l'un étant mort de ses blessures. Le second à Tombouctou le 1er octobre, au cours duquel les forces spéciales ont tué 10 djihadistes.

 

Lire aussi : Kidal, "ville de tous les dangers" pour les journalistes

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 20:45
Côte d’Ivoire : Licorne soutient le désengagement de Serval

 

07/11/2013 Sources : EMA

 

Du 31 octobre au 2 novembre 2013, la force Licorne a appuyé la manœuvre logistique de l’opération Serval en assurant le stockage puis l’embarquement de matériel désengagé à destination de la France. Elle a également réceptionné du matériel destiné à être engagé au Mali.

 

Sous la conduite du pôle soutien de la force Licorne, plus d’une centaine de véhicules et remorques et près de 90 containers ont été chargés à bord du navire affrété « Calao », après avoir été acheminés en convoi sur les 1200 km séparant Bamako et Abidjan.

 

Pour assurer cette opération, le Centre de coordination interarmées des transports, transits et mouvements (CCITTM) de Licorne a été renforcé par un peloton du 519eGroupe de Transit maritime (GTM), par deux patrouilles de circulation et par le détachement de liaison Serval.

 

Des éléments du 2erégiment de Dragons ont au préalable procédé à la désinfection des véhicules et containers quittant le territoire par voie maritime. Acheminés vers le port autonome d’Abidjan par le peloton de circulation sous escorte des prévôts de la force Licorne, les véhicules et containers ont été placés sur les parkings à proximité du navire, dans l’ordre de chargement puis ont été embarqués à bord du navire.

 

Préalablement avaient été débarqués une trentaine de véhicules provenant de France (AMX10RCR, VAB, ESRC, etc.) et destinés à être engagés au Mali. Parmi eux figuraient 6 porteurs polyvalents logistiques avec dispositif de protection (PPLOG DP) déployés pour la première fois sur un théâtre d’opération. Ils ont quitté la Côte d’Ivoire en direction de Bamako le 2 novembre dernier.

 

Dès les premières heures du déploiement au Mali, la force Licorne a apporté une contribution opérationnelle et logistique conséquente au profit de Serval. Aujourd’hui, tout en assurant les missions qui lui sont normalement dévolues, elle poursuit ce soutien en mettant à disposition de l’opération Serval une base opérationnelle avancée qui permet de faciliter l’acheminement et le désengagement des hommes et du matériel depuis Bamako.

Côte d’Ivoire : Licorne soutient le désengagement de ServalCôte d’Ivoire : Licorne soutient le désengagement de ServalCôte d’Ivoire : Licorne soutient le désengagement de Serval
Côte d’Ivoire : Licorne soutient le désengagement de ServalCôte d’Ivoire : Licorne soutient le désengagement de Serval
Partager cet article
Repost0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 19:45
Serval : M. Kader Arif rend hommage aux soldats tombés au Mali

 

06/11/2013 Sources : EMA

 

Le 31 octobre, monsieur Kader Arif, Ministre délégué auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants, s’est rendu au Mali pour y rencontrer les plus hautes autorités civiles et militaires du pays, ainsi que les soldats français qui y sont actuellement. Cette visite a permis d’aborder les problématiques régionales et les différentes thématiques relevant de la coopération militaire bilatérale.

 

Accueilli à Bamako par le général de division Foucaud, commandant la Force Serval, Monsieur Kader Arif s’est rendu à Gao pour y rencontrer les autorités civiles et militaires de la ville. Cette visite lui a permis d’avoir un point de situation sur les projets et les opérations à venir dans la région. Le ministre a profité de ce déplacement pour visiter la plateforme opérationnelle « Désert » (PfOD) où se trouvent actuellement 1200 soldats de la Force SERVAL. « Je tenais, comme cela a été fait maintes fois, à vous dire à nouveau toute mon admiration, mon respect et ma reconnaissance pour ce qui a été collectivement réussi, ici au Mali, par les différentes composantes de nos forces armées. La République sait ce qu’elle vous doit. Et elle ne le dit pas que les jours de deuil. Je tiens, avant toute chose, à rendre hommage à vos sept compagnons d’armes qui ont perdu la vie depuis maintenant dix mois. »,a déclaré Monsieur Kader Arif devant les troupes.

 

Après l’adresse au détachement de Gao, le ministre s’est rendu auprès des militaires basés à Bamako pour les féliciter et les encourager dans la lutte qu’ils mènent contre le terrorisme au Mali. Il a inauguré une stèle, commémorant le sacrifice des sept soldats français morts depuis le début de l’opération. Rencontrant à nouveau les soldats français, il leur a dit son admiration, notant que la devise de la République « Liberté, Egalité, Fraternité », était vécue de façon concrète et absolue par les soldats lors de leurs engagements au combat.

 

Près de 3000 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, tout en appuyant le transfert de la zone aux contingents relevant de la MINUSMA.

Serval : M. Kader Arif rend hommage aux soldats tombés au Mali
Serval : M. Kader Arif rend hommage aux soldats tombés au Mali
Partager cet article
Repost0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 18:56
Salon de l'armement - L'armée de Terre s'expose à Washington

25/10/2013 Actu Terre

 

Washington. Du 21 au 23 octobre 2013, s'est tenu le Salon AUSA 2013, convention annuelle de l'US Army.

L'armée de Terre y était représentée par une délégation de personnels de plusieurs unités ayant participé à l'opération SERVAL au Mali. Ces militaires sont venus témoigner de leur expérience et partager leurs savoir-être et savoir-faire.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 18:45
photo EMA

photo EMA

 

05 November 2013 defenceWeb (Reuters)

 

France will not delay its troop withdrawal from Mali despite a resurgence in violence that saw two French journalists killed at the weekend, Foreign Minister Laurent Fabius said on Tuesday.

 

France, which sent soldiers to its former colony in January to combat militants who had taken over swathes of the country, has already pushed back by two months plans to reduce troop numbers to 1,000, from 3,200 by the end of the year.

 

Fabius, speaking on RFI radio, confirmed the French army had redeployed 150 soldiers from the south to Kidal, the Tuareg rebel stronghold in the north, where instability has grown in recent months.

 

"President (Hollande) immediately decided to strengthen our presence in Kidal, but that does not put into question the calendar and the reduction of French forces," Fabius said.

 

Malian forces and U.N. peacekeeping troops would also be increased, he said.

 

France launched air strikes and sent thousands of soldiers into Mali in January to drive back al Qaeda-linked rebels it said could turn Mali into a base for militant attacks.

 

Islamists scattered during the French assault and a presidential election was held in August that brought Ibrahim Boubacar Keita to power.

 

Legislative elections are due on November 24, but the journalists' deaths follow a string of attacks in the desert zone of northern Mali.

 

Last month Malian and international forces launched a big operation to keep pressure on Islamist groups.

 

Although Malian, U.N. and French troops are stationed in Kidal, none are heavily deployed. The Malian army's contingent is generally symbolic and soldiers are confined to their base.

 

About 200 U.N. peacekeepers (MINUSMA) are officially in control of security and France also has about 200 troops, though their operations in the region have focussed on the Adrar des Ifoghas mountains to the north, which served for years as a hide-out for militants.

 

Officials said on Monday that French and Malian forces were hunting the killers of the journalists and questioning suspects, with Fabius suggesting Paris believed Islamist militants were behind the attack.

 

He said on Tuesday the situation was difficult in the north, but that Paris would continue to support the Malian authorities.

 

"President (Keita) is the one who needs to take decisions and France stands by him," Fabius said. "In the next few days we will perhaps be forced to take a number of decisions," he added without elaborating.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 18:45
Serval est engagé dans la sécurisation du nord du Mali et adapte son dispositif

Mali: En appui des forces maliennes et de la MINUSMA, Serval est engagé dans la sécurisation du nord du Mali et adapte son dispositif

 

04/11/2013 20:12 Sources : EMA

 

Depuis le 3 novembre 2013, près de 150 hommes en provenance de Gao sont arrivés à Kidal pour renforcer le dispositif de la force Serval déjà présent sur zone. Ce renforcement, ponctuel, s’inscrit dans l’ensemble des mesures prises pour appuyer le travail constant de sécurisation mené au nord du Mali.

 

En appui des forces maliennes et de la MINUSMA, la force Serval poursuit sa mission de sécurisation du nord du Mali contre les groupes terroristes qui contrôlaient les axes et les principales villes de cette région avant le lancement de l’opération, le 11 janvier 2013.

 

A la suite de l’événement survenu à Kidal le 2 novembre et de l’assassinat de deux journalistes français, le dispositif militaire a été adapté dans la région.

 

150 hommes ont été projetés en renfort à Kidal en provenance de Gao depuis le 3 novembre. Cette décision permet de renforcer la sécurisation de la zone.

 

Ce type de renforcements ponctuels, comme celui aujourd’hui conduit à Kidal, illustre la capacité d’action de la force Serval à partir de ses éléments basés à Gao. La force Serval peut ainsi engager des éléments sur différents points en fonction des besoins.

 

Sur décision du Président de la République, l’allègement de la force a marqué un palier dès le mois de septembre pour que les militaires français présents au Mali puissent contribuer au soutien de la sécurisation des élections législatives.

 

La sécurisation de ces élections, dont le premier tour est prévu le 24 novembre, est confiée aux forces de sécurité maliennes. Ces dernières seront appuyées par les forces de la MINUSMA, elles-mêmes soutenues, en fonction de leurs besoins, par les éléments de la force Serval.

 

Dans le cadre de cette mission, la force Serval s’est mise en situation de pouvoir répondre à toute demande de soutien, en adaptant son dispositif en fonction de l’effort à produire.

 

En prévision de la préparation de ces élections, la force Serval avait déjà procédé au début du mois d’octobre à la relève de la compagnie présente de Kidal par une unité en provenance des forces prépositionnées. Cette relève marquait un palier dans le processus initial d’allègement du dispositif Serval.

 

Parallèlement et en coordination avec les FAMA et la MINUSMA, près de 3000 militaires de la force Serval poursuivent les opérations de sécurisation visant à affaiblir les groupes terroristes. Serval appuie également la montée en puissance des éléments de la MINUSMA.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 17:55
forces spéciales françaises dans Kidal, début 2013

forces spéciales françaises dans Kidal, début 2013

 

 4 novembre, 2013 FOB

 

kidalLe 20 septembre dernier, à Bamako, François Hollande déclarait « nous avons gagné cette guerre, nous avons chassé les terroristes ». Patatras… La mort tragique à Kidal de deux journalistes de RFI qui coïncide (est ce un hasard ?) avec la libération des otages du Niger, a malheureusement mis à mal cette déclaration optimiste. Mais ce double assassinat, qui a pris un relief particulier dans les médias français dominés par les réactions émotives, n’est que la partie émergée de l’iceberg. Car sur le fond, le problème du « terrorisme » et du Mali tout entier ne semble pas avoir été réglé. Deux semaines avant la mort des deux journalistes, le lancement de l’opération Hydre montrait déjà que rien n’était réglé dans le nord : 1500 hommes de Serval, de la Minusma et des forces armées maliennes opéraient au sud et au nord de la boucle du Niger avec comme objectif, « le maintien de la pression sur les groupes terroristes » nous expliquait-on officiellement. Belle phrase en vérité, qui vient non seulement contredire la déclaration du président de la République (doit on maintenir la pression sur quelque chose qui n’existe plus ?) et qui pose surtout un redoutable problème de physique. Sigourney Weaver se battant au lance-flamme contre Alien nous avait rappelé que « dans le vide, personne ne vous entend crier ». Plus près de nous, c’est Sandra Bullock qui se livre dans Gravity à des expériences de physique amusante sur la pressurisation en orbite terrestre. Maintenir une pression dans le vide politique et géographique du Sahel n’est pas plus facile ni moins dangeureux.

 

Certes le massif des Iforas a été « nettoyé » au cours de l’opération Serval et le bilan militaire de l’opération est flatteur. Mais cette réussite n’a aucunement réglé la question de l’irrédentisme du nord du pays sur lequel prospère l’islamisme. Comment aurait-il pu en aller autrement ? On a donc bien compris que les « terroristes », si toutefois ils avaient été véritablement chassés, sont maintenant de retour. « L’action française relève maintenant du contre-terrorisme » déclarait mercredi à l’assemblé nationale Jean Yves le Drian. Pour cette nouvelle phase qui débute, la France réarticule son dispositif : les maigres effectifs présents sur l’aéroport de Kidal (on parle de seulement 200 hommes) seront renforcés et l’objectif de réduire rapidement l’empreinte française dans le pays sera difficile à tenir. Pas plus qu’une opération militaire, la tenue des élections législatives le 24 novembre prochain ne garantira la stabilité à venir. Plus à l’est, l’opération Epervier débutée au Tchad en 1986 pour une banale histoire là aussi de dépressurisation du nord  du pays dure toujours… Et juste au sud du Tchad, c’est à présent une opération qui se prépare en République Centre Africaine, ventre mou de l’Afrique Noire francophone. Le tout sur fond de dissolution des régiments et de paupérisation des armées. On souhaite bon courage aux planificateurs de l’EMA…

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 06:45
Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 24 octobre 18h00 jusqu’au jeudi 31 octobre, 18h00 (màj)

 

 

31/10/2013 17:52 Sources : EMA

 

Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec près de 80 sorties, dont environ 40 effectuées par les avions de chasse. Une vingtaine de sorties ont été dédiées aux missions de transport et une quinzaine aux missions de ravitaillement et de renseignement.

 

Au sol,la force Serval poursuit les opérations autour de la boucle du Niger, et dans le Nord du pays, en coordination avec les unités de la MINUSMA et des FAMa.

 

L’opération Hydre qui a débuté le 20 octobre se poursuit. Cette opération conjointe et coordonnée est conduite de part et d’autre de la boucle du Niger par plusieurs centaines de militaires des FAMA, de la MINUSMA et de Serval. Son objectif est de maintenir la pression sur les groupes terroristes.

 

Cette semaine, trois convois majeurs totalisant 1500 km ont été menés par les logisticiens de la force Serval. Ces missions de ravitaillement se font au profit des bases avancées de Gao, Tessalit et Kidal et des unités déployées sur le terrain.

 

Parallèlement, les manœuvres de relèves du bataillon logistique se poursuivent.

 

Moins de 3000 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, tout en appuyant le transfert de la zone aux contingents relevant de la MINUSMA.

Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 24 octobre 18h00 jusqu’au jeudi 31 octobre, 18h00 (màj)Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 24 octobre 18h00 jusqu’au jeudi 31 octobre, 18h00 (màj)Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 24 octobre 18h00 jusqu’au jeudi 31 octobre, 18h00 (màj)
Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 24 octobre 18h00 jusqu’au jeudi 31 octobre, 18h00 (màj)Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 24 octobre 18h00 jusqu’au jeudi 31 octobre, 18h00 (màj)
Partager cet article
Repost0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 12:45
photo ECPAD

photo ECPAD

30 oct. 2013 FORCESFRANCAISES

 

Du 05 au 10 octobre 2013, le bataillon logistique « Croix du Sud » de la force Serval a procédé aux ravitaillements des plateformes déserts relais (PfDR) de Kidal et Tessalit, dans le cadre de flux d'entretien. Profitant de son déplacement, le convoi a également ravitaillé le détachement de liaison avancé (DLA) d'Aghelhok, qui accompagne et soutient le bataillon tchadien de la MINUSMA.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 18:55
Vidéo - Le 503e RT se prépare pour le Mali

23/10/2013 Armée de Terre - Opérations

 

Dans le cadre de la préparation opérationnelle du mandat 4 de la force Serval, le 503e régiment du train était au camp de la Courtine pendant 4 semaines, en septembre et octobre 2013. Sous le commandement du PC opérationnel du régiment, toutes les unités, depuis le niveau peloton, ont revu les fondamentaux du combattant : instruction sur le tir, tir FAMAS et lance-roquettes, combat, sport, secourisme au combat... Des cours théoriques sur la logistique en milieu hostile ont été également dispensés. Dans les prochaines semaines, le régiment se trouvera à Mourmelon pour commencer sa préparation opérationnelle BAT-LOG (bataillon logistique).

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 18:50
EMA : 61e session plénière du Groupe franco-allemand de coopération militaire

28/10/2013 Sources : EMA

 

Le 22 octobre 2013,  le major général des armées, le général  d’armées Pierre de Villiers, a co-présidé à l’EMA avec son homologue, le général SCHELZIG, nouveau co-président allemand, la 61ème session plénière du Groupe franco-allemand de coopération militaire (GFACM).  Cette réunion biannuelle franco-allemande permet de faire un tour d’horizon des vingt projets majeurs de coopération militaire irriguant la relation franco-allemande. Sa co-présidence par les MGA permet l’orientation et l’entretien de la dynamique des travaux et la stimulation de certains domaines.

 

Plus d’une quinzaine d’officiers généraux et trente officiers français et allemands représentaient les sept sous-groupes de travail correspondant aux trois fonctions majeures (opérations, capacités, soutien), aux trois armées et aux services de santé. La DGA et la DAS ont également participé aux travaux.

 

Au lendemain d’un dîner de travail qui a permis d’accueillir les nouveaux membres des sous-groupes, la session plénière a été l’occasion d'apprécier combien notre coopération est concrète. Si les espoirs placés, à l’occasion de l’anniversaire du Traité de l’Elysée, dans les projets phares  « drones » et « observation satellitaire » n’ont pas encore reçu de traduction concrète, d’autres actions ont permis de mettre en valeur la réalité et la densité de notre coopération.

 

Sur le plan opérationnel, l’Allemagne  a en effet rapidement apporté son soutien à l’opération SERVAL. Les capacités mises à disposition en termes de transport tactique et de ravitaillement en vol  ont contribué à l’atteinte des objectifs fixés. Dans le domaine de la mutualisation, la signature de l’arrangement technique portant sur le partage de la formation du personnel appelé à servir sur A400M ouvre le champ à des coopérations prometteuses.

 

La prochaine session devrait avoir lieu au premier semestre 2014 à Paris et ouvrira une année dense pour la relation franco-allemande. L’anniversaire de la Première guerre mondiale permettra de mesurer l’ampleur du chemin parcouru dans la relation entre les deux pays ; les enjeux sécuritaires, conjugués à une situation économique difficile, devront continuer à nous inspirer pour développer des projets porteurs (notamment dans le domaine capacitaire) et sources d’économies tangibles. A cet égard, le Conseil européen de défense de décembre 2013 devrait donner des impulsions qu’il appartiendra au GFACM de concrétiser dans son domaine.

EMA : 61e session plénière du Groupe franco-allemand de coopération militaire
EMA : 61e session plénière du Groupe franco-allemand de coopération militaire
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 18:45
Serval : le défi du bataillon logistique « Croix du Sud »

22/10/2013 Sources : EMA

 

Du 05 au 10 octobre 2013, le bataillon logistique « Croix du Sud » de la force Serval a procédé aux ravitaillements des plateformes déserts relais (PfDR) de Kidal et Tessalit, dans le cadre de flux d’entretien. Profitant de son déplacement, le convoi a également ravitaillé le détachement de liaison avancé (DLA) d’Aghelhok, qui accompagne et soutient le bataillon tchadien de la MINUSMA.

 

Projeté au Mali depuis le mois de juin 2013, le bataillon logistique « Croix du Sud », commandé par le colonel BARBE, chef de corps du 515e régiment du Train, a pour mission majeure de soutenir les opérations de la force SERVAL dans l’ensemble du pays. De façon permanente, il contribue à la sécurisation et au renseignement de situation sur l’ensemble des axes logistiques majeurs (main supply road, « MSR »).

 

Agissant dans des conditions particulièrement  rustiques et difficiles et dans un contexte sécuritaire dégradé, les pistes maliennes se révèlent être un défi permanent. Sable à perte de vue et oueds constituent le décor principal de l’action du bataillon, complexifiant les déplacements tactiques. Chaque convoi peut rapidement devenir un convoi de l’extrême, au déroulement imprévisible et à l’issue aléatoire. Ayant un rythme dense et soutenu, le bataillon s’adapte en toutes circonstances dictées par les contraintes opérationnelles.

 

Le défi logistique que représente ce théâtre d’opérations avec d’une part les élongations et d’autre part la dispersion, et ce dans des conditions éprouvantes tant pour les hommes que pour les matériels, est un défi unique et nouveau.

 

3000 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, tout en appuyant le transfert de la zone aux contingents relevant de la MINUSMA.

Serval : le défi du bataillon logistique « Croix du Sud »Serval : le défi du bataillon logistique « Croix du Sud »
Serval : le défi du bataillon logistique « Croix du Sud »
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 12:46
Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 17 octobre 18h00 jusqu’au jeudi 24 octobre, 18h00

25/10/2013 Sources : EMA

 

Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec environ 75 sorties, dont environ 35 effectuées par les avions de chasse. Une vingtaine de sorties ont été dédiées aux missions de transport et autant aux missions de ravitaillement et de renseignement.

 

Au sol, la force Serval poursuit les opérations autour de la boucle du Niger, et dans le Nord du pays, en coordination avec les unités de la MINUSMA et des FAMa.

 

Du 16 au 18 octobre, l’amiral Édouard Guillaud, chef d’état-major des armées (CEMA), s’est successivement rendu au Mali, au Niger et au Tchad pour y rencontrer les plus hautes autorités civiles et militaires de ces pays, ainsi que les soldats français qui y sont actuellement déployés en opération. Cette visite a permis d’aborder les problématiques régionales et les différentes thématiques relevant de la coopération militaire bilatérale.

 

Accueilli le 16 octobre à Bamako par le général de division Foucaud, commandant de la force Serval, le CEMA s’est fait présenter les nouvelles installations du poste de commandement interarmées de théâtre (le PCIAT), avant un point de situation détaillé sur les opérations en cours. Il a  poursuivi ce déplacement par une série de rencontres de niveau politico-militaire au cours desquelles il a rencontré  son homologue, le général Dembele, chef d’état-major général des armées (CEMGA), ainsi que le ministre malien de la défense, Monsieur Boubeye Maïga et le président de la République du Mali, Monsieur Ibrahim Boubacar Keïta.

 

Le CEMA s’est ensuite rendu à Gao pour y rencontrer les troupes françaises déployées au nord de la boucle du Niger. Il a profité de cette rencontre pour leur rappeler l’esprit de cette mission : désorganiser et neutraliser les réseaux terroristes, tout en soutenant la montée en puissance de la MINUSMA et en accompagnant celle des FAMa. Face à un adversaire qui peut se montrer jusqu’au-boutiste, il leur a demandé de poursuivre leurs efforts en faisant preuve d’imagination et de vigilance. A l’issue de cette rencontre, le CEMA a quitté le territoire malien.

 

Les 19 et 20 octobre, le bataillon nigérien (BATNIGER) de la MINUSMA a mené une opération de contrôle de zone dans la région de Menaka-Anderanboukane.

 

Il s’agissait d’une opération combinée de niveau bataillon. La présence d’un DLA Serval (détachement de liaison et d’appui) au côté du BATNIGER a permis de coordonner les moyens français, en particulier aériens, fournis à leur profit. Un détachement des forces armées maliennes a également pris part à cette action. Le niveau de coordination atteint souligne l’efficacité du travail accompli en liaison avec la MINUSMA et illustre le rôle clef du DLA. Cette opération a permis de maintenir la pression sur les groupes armés terroristes, tout en contribuant à l’appropriation de la zone par la MINUSMA.

 

Le 20 octobre, la compagnie du 126e régiment d’infanterie (126e RI) en provenance de la Force Epervier et déployée temporairement à Kidal, a conduit une opération de reconnaissance sur l’axe logistique majeur Kidal-Anefis, ainsi que sur les axes secondaires. Elle a par ailleurs contribué au contrôle de la zone en conduisant des patrouilles dans différentes zones. Cette opération a permis d’entretenir le contact avec la population et, là encore, d’approfondir la connaissance de la zone d’action.

 

Depuis le 20 octobre, une opération conjointe et coordonnée, baptisée Hydre, est conduite par plusieurs centaines de militaires des FAMA, de la MINUSMA et de Serval de part et d’autre de la boucle du Niger. Faisant appel à des modes d’action classiques, son objectif est de maintenir la pression sur les éventuels mouvements terroristes, afin d’éviter leur résurgence. A quelques semaines des élections législatives, cette opération, au même titre que celles qui sont régulièrement menées, participe à la stabilisation du pays.

 

Le 23 octobre, les militaires du bataillon tchadien (BATCHAD) déployés à Tessalit ont été la cible d’une attaque menée par des terroristes. La réactivité du BATCHAD lui a permis de stopper cette attaque. Stationnée en dehors du village de Tessalit, la force Serval est intervenue au profit du BATCHAD en lui apportant un soutien sanitaire et un appui d’éléments spécialisés du génie. Un avion CASA « nurse » a été engagé pour évacuer vers Gao des blessés civils et militaires. Une équipe EOD (Explosive Ordonance Disposal) est également intervenue pour sécuriser la zone (neutralisation d’explosifs).

 

Moins de 3000 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, tout en appuyant le transfert de la zone aux contingents relevant de la MINUSMA.

Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 17 octobre 18h00 jusqu’au jeudi 24 octobre, 18h00Point sur les opérations de la force Serval depuis le jeudi 17 octobre 18h00 jusqu’au jeudi 24 octobre, 18h00
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories