Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 12:45
photo G. Belan (FOB)

photo G. Belan (FOB)

 

04-04-2014 par RFI

 

Commencées en début de semaine, des patrouilles de grande envergure initiées par l'armée malienne avec l'appui des forces étrangères, notamment françaises, se poursuivent. Des jihadistes présumés ont été arrêtés dans la région de Kidal, affirme l’armée malienne.

« L'armée malienne, qui organise actuellement une vaste patrouille dans la région de Tombouctou et de Kidal, a arrêté cette semaine [...] plusieurs jihadistes », a affirmé un officier malien. Les présumés jihadistes ont été arrêtés dans la région de Kidal, dont certains alors qu’ils étaient à bord d’un véhicule. « Le chiffre de dix » arrestations ne serait pas exagéré, selon une source militaire malienne, mais leur nombre exact n’a pas été divulgué, « pour des raisons de stratégie », explique un officier malien.

 

Les jihadistes de retour dans le Nord

D’autres opérations militaires sont en effet en cours dans la région. Pour être plus précis, des patrouilles de grande envergure, dans les régions de Kidal, et surtout de Tombouctou, au nord-ouest. Des soldats des quatre bataillons de l’armée malienne, formés par des instructeurs des pays de l’Union européenne, participent à ces patrouilles dont l’objectif premier est la sécurisation des biens et des personnes. Mais la traque des jihadistes fait également partie des objectifs de l’armée malienne, appuyée notamment par endroits par les militaires français de l’opération Serval. « Les soldats de l'opération Serval sont en appui des forces armées maliennes aux alentours de Kidal », a confirmé une source militaire française.

 

 → A (RE)LIRE : Paix dans le nord du Mali, des efforts vains ?

 

Sur le terrain, différentes sources sécuritaires sont formelles : les jihadistes reviennent de plus en plus. Ils auraient la ferme intention de se reconstituer et de reprendre le contrôle du septentrion malien.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 12:45
Libya: Greed, Islamic Terrorism And Sense Of Entitlement

 

April 3, 2014: Strategy Page

 

The predicted (last Summer when the rebel militias cut off oil exports) cash crises has arrived and it has everyone’s attention. Despite the rebels blocking oil exports now expressing willingness to deal, oil exports are still at an all-time low of 100,000 barrels a day. The government has only $116 billion left and little credit. Government banking officials insist that can be made to last for at least two years but Libyans are seeing growing cutbacks in government spending. Most Libyans depend on the government for jobs, food and other essentials. Without oil income the government cannot deliver. About two thirds of the $53 billion annual government budget is for salaries and benefits. A growing number of government workers are having their pay or benefits delayed so that more essential issues (like food imports) can be attended to. The government reserves are not all cash and it takes time to convert some of those assets into cash. The government is also warning people that a lot of Kaddafi era subsidies will have to go in order to keep the economy going. Such a move would be very unpopular. Kaddafi provided a lot of stuff at very low prices. Like loaves of bread for a few pennies. Fuel and electricity was also sold far below cost as were airline, bus and train tickets. Another problem is the many people who collect a government paycheck don’t do any work, or even show up for work. Thus there are 22,000 soldiers in Benghazi, according to payroll records, but few of them are on the job. Some of that is because some government or military official is pocketing the payroll, but in other cases there are real people getting paid but they only show up on payday, if that (because direct-deposit is available). Changing all these bad habits is very difficult. The greed, Islamic terrorism and sense of entitlement that is so widespread in Libya also means that foreign investors are not interested because Libyans make inefficient and troublesome employees. Libya is no place to create wealth but it is an ideal place to squander it.

 

The basic problem is that Libyans have proved unable to agree on how to handle their oil wealth. The tribes living where the oil comes from want a larger share. Actually, everyone wants more, for one reason or another. In the last year various local militias near the oil fields and export terminals have seized these facilities halted most (over 70 percent by the end of 2013 and over 90 percent now) oil exports. All this was largely unexpected because at the start of 2013 oil production was at 1.4 million barrels a day and nearly back to normal. Then greed got the best of many factions who decided their loyalties were more to themselves than to Libya as a whole. It’s been downhill since then. Before the 2011 revolution oil accounted for over 90 percent of government revenue and over 70 percent of GDP. With over $20 billion in oil revenue lost so far the government is running out of credit and will soon have no way to pay for essential imports, like food. These shortages have become more widespread and severe and that is driving many people to either back the government or use more desperate measures to grab whatever they can.

 

Because the refineries that provide fuel for Libyans are also shut down the government has to spend scarce cash to import fuel. Even the greedy militias are now aware that what they are doing means the economy will collapse and with that food and other essentials will not be available for most Libyans. To avoid that catastrophe there is compromise or force, or a combination of the two. Ultimately force will prevail as starvation is the last thing anyone wants. The economy is already in decline because many payments have not been made for things that can be delayed (infrastructure and replacements for old or destroyed equipment). The government ordering the troops in does not sound so crazy in light of the dire financial situation. The absence of law in most of the country is crippling the economy, which is still trying to recover from the 2011 revolution. Kaddafi tightly controlled the economy and his overthrow was supposed to allow economic activity to flourish. But the widespread presence of armed men taking what they want and kidnapping for ransom has made entrepreneurs and investors unwilling to do much.

 

Let’s Make A Deal

 

The rebel militias holding east Libyan oil facilities now say they are ready to work out a deal over control of these facilities. What changed their minds was the March 17th U.S. Navy SEAL raid to capture the rebel controlled tanker full of Libyan oil. Apparently over the last two weeks the rebels have learned that the foreign criminal gangs who were once willing to broker sales of stolen Libyan oil have backed away. The oil smuggling gangs see the American warships and commandoes as a deal breaker. With no way to sell the oil they control, the rebel militias must quickly make the best deal they can with the government because these militia leaders are broke and their armed followers expected great things to come from occupying the oil facilities. Government troops are closing in and apparently it comes down to working out a price to avoid a battle and get the militias out of the oil export facilities.

 

The militias holding the eastern oil facilities have also lose some of their Robin Hood glow. They now stand accused of working with former officials of the Kaddafi government to smuggle oil out of the country and sell it. There are still a lot of Kaddafi era officials in Libya and even more overseas. Some of these Kaddafi henchmen are still wealthy, having gotten a lot of money (usually obtained by corrupt means) out of the country before the 2011 revolution. These guys still have contacts and fans inside Libya (among the tribes that Kaddafi favored) as well as a taste for obtaining more Libyan cash. The pro-Kaddafi exiles are open for business and smuggling is more attractive to them than subsidizing terrorism. The war is over, Kaddafi is gone and life goes on.

 

The Shortages

 

Another unresolved problem is that while there is a Libya there are not enough true (patriotic and loyal to a central government) Libyans. There are many countries suffering from this problem with tribal, ethnic, regional and other loyalties that create lots of corruption and little national unity. In these conditions a lot of the corruption is not seen as stealing, but simply taking care of your own group. In a place like Libya, where decades of oil wealth have created a population largely dependent on oil income for basic survival, this lack of unity has become a matter of life or death.

 

Another source of unrest is brewing on the Tunisian border. There the smugglers are having more problems with the security forces on both sides of the frontier. It’s all about money of course as the smuggling deprives the governments of over half a billion dollars a year in revenue. But the smuggling, especially of cheap Libyan into Tunisia, has become the primary livelihood for thousands of Libyan families. Locals believe the Libyan and Tunisian security forces are simply seeking a bigger cut of the smuggler profits. That’s how things work in this part of the world. The smugglers also have to find a patron, a “boss of all bosses” to negotiate deals with local army and police commanders. Everybody wants to get paid.

 

France Guards The South

 

The continued success of the French-led counter-terrorism effort in northern Mali and the equally determined efforts by Islamic terrorists to maintain a presence there anyway has led France to set up a permanent base in the north. This would be similar to the base it has long maintained on the other end of Africa in Djibouti. Since September 11, 2001 that base has been shared with the Americans and the Mali base is expected to see a lot of Americans helping out. France currently has about 1,600 troops in northern Mali and that appears to be about what it will take to staff the permanent base. France is particularly concerned about the continuing unrest in Libya and the ability of Islamic terrorists to establish bases and training facilities there. Because of all that, this year there have been several incidents of Islamic terrorists moving into northern Mali from Libya and until the Libyan government establishes some control over the many Islamic terrorists roaming Libya, more will show up in northern Mali.

 

March 31, 2014:  As a goodwill gesture to get negotiations going the government has released the three militiamen who were arrested off Cyprus by U.S. SEALs on the tanker carrying $30 million in stolen Libyan oil. The rebels are also demanding the return of the tanker and the stolen oil but the government is apparently not willing to go that far. The three militiamen were quickly pointed out by the crew of the tanker after the SEALs seized control. The ship captain said the three were armed and tasked with ensuring that the tanker went to wherever the oil brokers (who were going to sell the stolen oil) instructed. The three Libyan militiamen were armed and the crew was not, so they just went along, having been assured that they would be paid and not harmed if they did. The crew were not so sure they would be safe as it appeared the Libyan militiamen were dealing with some pretty shady characters.

 

March 27, 2014:  Another militia composed of personnel hired to provide oil facility security has gone rogue and blocked a pipeline from a southwestern oil field. The former guards want lots of money. The main source of exported oil now are two offshore fields.

 

March 26, 2014: The U.S. has sent a team of American soldiers to Libya to work out details of a training program being set up in Bulgaria for the new Libyan Army. In late 2013 the U.S. agreed to establish a training facility in Bulgaria where 500 American soldiers would serve as instructors at a camp that would train 8,000 (or more) Libyan recruits in basic military skills.

 

March 24, 2014: The government said it is releasing the 21 man crew (consisting of six Pakistanis, six Indians, three Sri Lankans, two Syrians, two Sudanese and two Eritreans) of the oil tanker captured by American SEALs and returned to Libya on the 23rd and its cargo of 350,000 barrels of oil will be unloaded there. The U.S. handed control of the tanker to Libya in international waters some 30 kilometers off Tripoli and removed the American sailors who had supervised the return of the ship.

 

March 23, 2014: In the east (Derna) gunmen ambushed a van carrying $600,000 from a telecommunications company to a bank and made off with the money. The thieves were probably members of one the militias that dominate the city (to the east of Benghazi). There is no law in places like Derna but the local militias still need cash.

 

March 22, 2014: The army began fighting rebel militias in the east that are holding three oil export ports. The rebels apparently hoped to interfere with the arrival of more troops but were driven off. The troops are better trained than the militiamen and that is apparently making a difference. On March 12rh the government gave the rebel militias until the 26th to relinquish control of the oil ports. The rebels do not appear to be making preparations to leave.

 

March 21, 2014: In the capital a Tunisian diplomat was apparently kidnapped for ransom. Earlier in the day (before dawn) someone got past the tight security at the main airport and placed a bomb on the main runway. A timer detonated the bomb, causing little damage but closing down flight operations for several hours.

 

March 20, 2014: In a first, the Libyan government finally admitted that it has an Islamic terrorism problem and called for international help to deal with it. The government now wants to form a dedicated counter-terrorism force and knows that will require outside help. NATO, which has many members just across the Mediterranean, is expected to be the main source of assistance.  Countries like Italy and France have many Arab speaking counter-terrorism operatives and many expatriate Libyans live over there. Then there are the Americans, with all their useful gadgets, technical magic and unique specialists (like the SEAL commandos who took back the tanker full of stolen Libyan oil).

 

March 19, 2014: The success of recent joint operations around Lake Chad has led the nations bordering Lake Chad (Chad, Cameroon, Libya, Niger, Nigeria and the Central African Republic/CAR) to form a permanent task force to patrol the lake region and coordinate operations against smugglers, Islamic terrorists and bandits. The initial emphasis will be on containing the Islamic terrorists, mainly the Nigerian Boko Haram, in the area. The new task force will have its headquarters in the Nigerian town of Baga, which is on the lake. Baga is large enough to accommodate a new military base. The goal is to have the new task force up and running before the end of the year. Increased coordination will start immediately.

 

March 18, 2014: In the southwest the local Tuareg tribes warned the government not to use force to remove the militias occupying oil facilities in the area.

 

March 17, 2014: Some 32 kilometers off the coast of Cyprus two dozen U.S. Navy SEAL commandos used power boats to go from a U.S. Navy destroyer to a nearby North Korean tanker. Once aboard the tanker the SEALs quickly took control and arrested three Libyans the crew of 21 said had, in effect, hijacked the tanker and its $30 million cargo of stolen Libyan oil. There were no casualties and the tanker was taken back to Libya. Libya had asked the United States to help retrieve the tanker, which had fled Libya with the oil. The North Korean registered tanker fled the Libyan oil loading port of Es Sider early on March 11th and made it to international waters before Libyan Navy gunboats could catch up. The Libyan sailors were within their rights to board the tanker and retake it, but they were not trained to do so and there were apparently some armed men on the tanker. The tanker then moved towards Cyprus and Libya asked the Americans for some help. The U.S. dispatched a destroyer with SEALs on board and the American warship was soon following the tanker. The U.S. government agreed on the 16th to use SEALs to get the tanker back and the raid was carried out before dawn on the 17th.

 

In the east (Benghazi) a car bomb went off outside a military school killing seven soldiers and wounding twelve.

 

March 16, 2014: The rebel militias in the east that are holding three oil export ports now say they are willing to negotiate. Up until now the militias asserted that they were representing the new government of an independent country called Cyrenaica. The rebels have been trying to make this stick since the beginning of the year but without cash (from selling oil) they got no traction.

 

March 15, 2014: The parliament gave the interim prime minister another 15 days in power. Parliament is, as usual, deadlocked. This time it is over who the new prime minister should be. Parliament is split into many factions, most of them either secular or Islamic.

 

March 14, 2014:  The UN agreed to extend its support effort in Libya until March 13, 2015.

 

March 13, 2014: North Korea denied any involvement with the North Korean registered tanker that carried off Libyan oil illegally. North Korea pointed out that the ship was registered in North Korea in February for six months with the understanding that there would be no illegality involved. The ship is actually owned by a Saudi company and currently controlled by an Egyptian shipping company that is apparently helping to sell the oil. North Korea has long been involved with shady deals like this and is apparently trying to distance itself from one that went off the rails.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 16:45
Mali : la gendarmerie prévôtale veille sur la force Serval

 

 

02/04/2014 Sources : EMA

 

Engagés début novembre 2013 dans le cadre de l’opération Serval, les deux détachements de gendarmerie prévôtale basés sur Bamako et Gao accompagnent les soldats français déployés au Mali. Ils assurent les missions de « police judiciaire » et préviennent ou traitent les infractions qui pourraient mettre en cause les militaires français.

 

Véritables appui à la force, les prévôts interviennent au quotidien pour sensibiliser les militaires français sur les risques encourus en opération extérieure et garantissent leurs droits juridiques.

 

Les prévôts participent également au renseignement dans le domaine de la sécurité publique et peuvent soutenir la gendarmerie malienne lorsque ces dernières interpellent des individus. En parallèle de toutes ces opérations, les prévôts remplissent occasionnellement des missions d’escorte de fonds à travers le Mali ou réalisent différents actes administratifs, comme par exemple l’établissement de procurations pour permettre aux militaires de voter en France.

 

Douze détachements prévôtaux, soit une centaine de militaires, sont actuellement déployés à l’étranger et sur les différents théâtres d’opération.

 

Trois sont permanents et sont stationnés auprès des Forces Française à Djibouti (FFDj), des Forces Françaises au Gabon (FFG) et des Eléments Français au Sénégal (EFS). Neuf sont temporaires et sont basés sur les théâtres d’opérations extérieures.

 

Environ 1600 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

Mali : la gendarmerie prévôtale veille sur la force Serval
Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 07:50
Picture: German Air Force

Picture: German Air Force

 

2 April - EATC

 

Few weeks ago a German Airbus A310 MRTT with Aeromedical Evacuation configuration flew two dozen injured Ukrainian people from Kiev to Germany for a better intensiv care, while another aircraft is permanently stationed at the military part of the Cologne airport to guarantee 24/7 readiness for action, e.g. to evacuate wounded soldiers out of Afghanistan/Usbekistan.

 

Last year another aircraft with Air-to-Air Refuelling equipment cruised of Western Africa to sustain the French air superiority for "Operation Serval": the MRTT (Multirole, Tanker, Transport) is not just a strategic carrier, but with all its conversion alternatives a flexible mean for the German Air Force, the EATC Participating Nations and all other Allies within EU and NATO to facilitate remote operations abroad.

 

In our new serial about military air transport aircraft read more about this MRTT here.

 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 07:45
Fuites: le journaliste Michael Yon dévoile quelques rapports en français sur des attaques au Mali

 

01.04.2014 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Sur son site web Michael Yon a mis en ligne trois rapports dont l'origine n'est pas précisée: ils sont en français et traitent d'attaques contre des cibles à Gao et Tessalit.

Le plus récent des posts du journaliste américain est titré: "French Facing IEDs in Mali, Africa"; il est à consulter ici (télécharger l'ensemble du dossier).

Le second s'intitule: "French Facing Improvised Weapons in Mali", il est à consulter ici (télécharger le pdf pour tout lire).

Le premier post (chronologiquement) s'appelle: "French Army information about Mali suicide attacks", il est à consulter ici (idem, à télécharger). Il concerne une attaque suicide à Tessalit, le 23 octobre, contre des éléments tchadiens. Attention: photos très parlantes ! Mais à lire jusqu'à la page 16.

 

Quelques remarques:
- Les titres des posts sont à ignorer ("La France face à...) car ils ne disent pas grand-chose de la situation tactique et tendent à généraliser ce qui reste isolé (rien de comparable avec l'Afghanistan),
- Les incidents décrits témoignent seulement des attaques lancées en octobre 2013 (le 8 avec des tirs de roquettes, le 11 avec la découverte de trois roquettes et le 23 avec une attaque à Tessalit); on ne peut donc en tirer des tendances.
- La question de la source et celle d'une fuite se posent certes mais ces CR ne dévoilent rien de confidentiel. Toutefois ces documents sont intéressants pour quiconque s'intéresse à l'utilisation des IED par les combattants islamistes au Mali et à leur tactique.

On lira ici quelques réflexions de Florent de Saint-Victor sur son blog Mars attaque.

Partager cet article
Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 17:45
Serval : point de situation du jeudi 27 mars

 

 

28/03/2014 Sources : EMA

 

Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec environ 70 sorties, dont 30 effectuées par les avions de chasse. 20 sorties ont été dédiées aux missions de transport et 20 aux missions de renseignement et de ravitaillement.

 

Débarqués les 17 et 20 mars par Antonov sur l’aéroport de Bamako-Ségou, quatre porteurs polyvalents logistiques (PPLOG) ont été acheminés par convoi routier du 25 au 27 mars vers la plateforme opérationnelle désert de Gao pour être affectés au sous groupement logistique du BATLOG Camargue, armé par le 503e Régiment du Train de Nîmes-Garons. Le 26 mars ce sont six PPLOG qui ont de nouveau été acheminés par Antonov. Dix PPLOG sont ainsi engagés sur le théâtre malien et permettent d’assurer le ravitaillement logistique des emprises de Kidal, Tessalit, Tombouctou ou encore Ansongo. Ils peuvent également assurer le transport de personnel, de véhicules, et de matériaux pour l’appui à la mobilité.

 

Du 17 au 20 mars, le colonel Olivier KIM, commandant la gendarmerie prévôtale en France, s’est rendu sur le théâtre malien pour inspecter et échanger avec les détachements de prévôts basés sur Gao et Bamako.

 

Du 21 au 24 mars, une mission de sécurisation de l’axe Tessalit-Gao a été menée par le bataillon tchadien de la MINUSMA, avec le soutien du détachement de liaison et d’appui opérationnel (DLAO) n°1, basé à Tessalit.

 

Les actions conjointes ont permis de reconnaître les abords du massif au Sud Est de Tessalit et de reconnaître en véhicule les axes de la région d’Aguelhok.

 

Le 23 mars, le groupement tactique Vercors (GT-Vercors) a mené des actions de « Key Leader Engagement » (KLE) avec les autorités d’un village à l’Est de Taghlit. En parallèle était réalisée une Aide Médicale à la Population (AMP), sécurisée par le GTIA « SIGUI » des FAMA et appuyée par le DLAO 5 de SERVAL. Trois jours après, le GT-V a engagé des moyens d’escorte et de transport stationnés sur la plateforme opérationnelle désert de Gao pour assurer un convoi logistique vers Tessalit.

 

Mme MAIGA, députée de Tessalit, a salué l’engagement de SERVAL et de l’ambassade de France dans la mise en œuvre des actions civilo-militaires sur l’axe Tessalit-Kidal : les projets ACM viennent en appui d’une population longtemps menacée par le joug des terroristes.

 

Environ 1600 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

 

Reportage photos

Partager cet article
Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:45
photo G.Rozier Armée de Terre

photo G.Rozier Armée de Terre

 

27/03/2014 Manuel Pavard – 20minutes.fr

 

Trois cents militaires du 7e BCA, basé à Varces (Isère), sont partis au Mali depuis fin janvier, dans le cadre de l’opération Serval…

 

Note RP Defense : voir le reportage photo de G.Rozier (armée de Terre) sur le GTIA VERCORS sur le terrain dans le nord du Mali

 

Ils sont arrivés par vagues successives depuis la fin janvier. Environ 300 soldats du 7e BCA (Bataillon de chasseurs alpins) de Varces (Isère) sont actuellement déployés dans le nord du Mali, à Gao, Kidal et Tessalit, dans le cadre de l’opération Serval, débutée en janvier 2013. Objectif: neutraliser les groupes djihadistes opérant dans la bande sahélienne.

 

«Les terroristes nous fuient»

«On effectue des patrouilles et des missions d’une à trois semaines, à plus de 350 km de nos bases de départ, dans des zones désertiques et semi-montagneuses», raconte, depuis Gao, le capitaine Jounayd, qui commande la 2e compagnie du 7e BCA. «Le but est de montrer notre présence, localiser les groupes armés et les dissuader en les gênant dans leurs mouvements.»

Leur quotidien? «Reconnaître des villages, discuter avec la population et fouiller des cavernes ou des endroits indiqués par nos renseignements, précise le militaire. Ca nous permet de trouver des caches ou des munitions abandonnées.» Pour l’instant, les hommes du 7e BCA n’ont «pas encore eu de contact avec les terroristes. Ces groupes sont très mobiles, se déplacent plus légers et se fondent dans les populations nomades. Globalement, ils nous fuient et cherchent d’autres moyens de lutte, comme les IED (engins explosifs). Les premiers mois de l'opération Serval les ont largement dissuadés de nous combattre.»

 

Plus de 50°C au soleil

Formés au combat en montagne et en conditions extrêmes, les chasseurs alpins ont subi un entraînement intensif avant leur départ. «Les exercices de préparation en montagne sont presque les mêmes que dans le désert», souligne le capitaine Jounayd. Mais «le plus difficile, c’est la chaleur». Les températures avoisinent en effet les «40°C à l’ombre et plus de 50°C au soleil. Et dans un mois, il fera 5 ou 6°C de plus!»

Le capitaine Jounayd l’avoue, «on se prend une petite claque à l’arrivée! Il a fallu 15 jours d’adaptation. C’est éprouvant pour les organismes et le matériel. On débarque de nos véhicules et on part en mission à pied, très lourdement chargés: l’équipement moyen, avec gilets pare-balles, armes et munitions, est de 30 à 35 kilos par homme. Et on est obligé d’emporter six à huit litres d’eau chacun, en plus de nos sacs.»

 

photo G.Rozier Armée de Terre

photo G.Rozier Armée de Terre

 

«On compte en journées plus qu’en kilomètres»

Ces conditions deviendront encore plus difficiles en mai, avec le début de la saison humide et ses très fortes pluies. «Ce sera plus compliqué de se déplacer car certaines zones nous seront interdites d’accès en raison de la boue et des grands étangs qui se formeront», explique le militaire. Outre le climat et la topographie, les chasseurs alpins doivent aussi s’habituer à  des distances inédites. «On a fait des choses proches en Afghanistan mais le plus déroutant, c’est la taille de la zone d’action qui était beaucoup plus réduite en Kapisa. Ici, on compte en journées plus qu’en kilomètres: 200 km représentent une journée et demi de progression. Et ça dépend de l’état des pistes.»

Les contacts avec la population malienne sont, eux, «excellents», se félicite le capitaine Jounayd: «On reçoit un très bon accueil partout, notamment à Gao et dans les villes bordant le Niger. On est souvent applaudi par les gens et on n’hésite pas à s’arrêter pour discuter et mieux comprendre leur mode de vie.» Retour en Isère prévu au début de l’été.

Partager cet article
Repost0
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 13:46
Crédits : ADC Courtillat Alain

Crédits : ADC Courtillat Alain

 

26/03/2014 J. SEVERIN - Armée de Terre

 

Le 20 mars 2014, quatre nouveaux porteurs polyvalents logistiques (PPLOG) ont été débarqués par Antonov sur l’aéroport de Bamako-Ségou au Mali.

 

Les PPLOG permettent d’assurer les missions suivantes : ravitaillements logistiques sur les théâtres d'opération, transport ou évacuation de personnel en condition opérationnelle, maintenance et évacuation de véhicules immobilisés, transport de matériaux pour l’appui à la mobilité, à la contre-mobilité et à l’aide au déploiement d’urgence.

 

Ces camions blindés sont dotés d’un système autonome de chargement. Ils permettent l’emport jusqu’à 16 tonnes en capacité maximale. Ils sont équipés d'un dispositif de protection comprenant une cabine blindée contre les mines et les tirs d'armes de calibre 7,62 mm, il peut également recevoir un poste radio de 4e génération et le système informatisé SITTEL, ainsi qu'un GPS. Sa puissance de 450 CV, ses 8 roues motrices et son double essieu avant directionnel le rendent plus maniable que son prédécesseur, le VTL. Six PPLOG ont déjà été déployés sur le théâtre en octobre 2013.

 

Environ 1600 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien où ils poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 17:45
Dernière étape avant le départ

Dernière étape avant le départ / Crédits : Armée de Terre

 

21/03/2014 J. SEVERIN

 

Les marsouins de la 2e compagnie du régiment de marche du Tchad effectuent leurs derniers exercices dans le sud de Colmar, avant leur projection au Mali, fin mai 2014.

 

Trois jours sur le terrain pour mettre les militaires en condition, avant leur projection sur le théâtre d’opération. Un entraînement intensif pour travailler la reconnaissance, le contrôle de zone et le combat en milieu urbain. Une dernière étape, indispensable, pour valider l’ensemble des acquis et s’assurer de la préparation optimale de l’ensemble de la compagnie.

Partager cet article
Repost0
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 11:45
Sahel: l'armée française présente «dans la durée», affirme Le Drian


20.03.2014 par RFI
 

« La lutte contre le terrorisme continue au Mali. » C'est le ministre français de la Défense qui l'affirme. Il a également confirmé la mort du jihadiste Omar Ould Hamaha, surnommé «Barbe Rouge». Début mars, une dizaine de combattants d'Aqmi avaient été tués par des avions de combats et des hélicoptères français dans le nord-est du Mali. Le ministre français précise que les forces françaises resteront sur place dans la durée.

« Nos forces présentes au Mali - un millier d'hommes à peu près, qui resteront dans la durée - leur objectif, c'est le contre-terrorisme. Et le contre-terrorisme, ca se passe au Mali, mais ca se passe aussi au nord-Niger », a déclaré le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian sur RMC ce jeudi matin.

« Ca se passe plutôt bien », assure-t-il en évoquant « plusieurs dizaines de terroristes » neutralisés au cours de récentes opérations. Des terroristes qui tenteraient de se regrouper, notamment au Mali. Le ministre a également revendiqué la neutralisation de plusieurs chefs, dont Ould Hamaha, leader historique d'Aqmi et beau-père de Mokhtar Belmokhtar.

« Nous avons une responsabilité sur la durée, a affirmé Jean-Yves Le Drian. Nous avons un ensemble de 3000 militaires coordonnées par un état-major unique pour éviter qu'il y ait un retour du terrorisme dans cette région, qui nous concerne aussi. »

Le ministre de la Défense a refusé de faire un commentaire sur l'assassinat de nos deux confrères Ghislaine Dupont et Claude Verlon, tués le 2 novembre dernier à Kidal.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 12:45
Une quarantaine de jihadistes, dont des chefs, tués en quelques semaines au Mali

 

20 mars 2014 Romandie.com (AFP)

 

PARIS - Une quarantaine de jihadistes, dont plusieurs chefs, ont été tués par les forces françaises en quelques semaines au Mali, a annoncé jeudi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

 

Depuis quelques semaines, nous avons mené des opérations qui ont permis de neutraliser plusieurs dizaines de terroristes qui tentaient de se regrouper, une quarantaine, a-t-il déclaré sur RMC-BFMTV.

 

On a pu neutraliser plusieurs chefs, dont en particulier Ould Hamaha, un chef historique d'Aqmi ((Al-Qaïda au Maghreb islamique), qui était le beau-père de Mokhtar Belmokhtar, a poursuivi le ministre. Neutraliser ça veut dire éliminer, a-t-il précisé.

 

La mort d'Omar Ould Hamaha, surnommé le barbu rouge et recherché notamment par le Mali et les Etats-Unis, avait déjà été annoncée le 14 mars par un haut responsable de l'armée malienne.

 

Ould Hamaha a été responsable de différents groupes jihadistes, dont le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et Aqmi qui ont occupé pendant près de dix mois entre 2012 et début 2013 les régions du nord du Mali.

 

Ecarté d'Aqmi, Mokhtar Belmokhtar a créé le groupe des Signataires par le sang, responsable en janvier 2013 d'une prise d'otages sanglante à In-Amenas, en Algérie.

 

Au Mali, les jihadistes ont été en grande partie chassés par une opération militaire déclenchée en janvier 2013 par la France, ensuite rejointe par des troupes de plusieurs pays.

 

La guerre de libération du Mali est finie, elle a été gagnée, a assuré Jean-Yves Le Drian, ce qui est loin d'être fini, et pas uniquement au Mali, c'est la lutte contre le terrorisme.

 

Les forces françaises présentes dans le pays, où un millier d'hommes resteront dans le durée, ont désormais le contre-terrorisme pour objectif. Ca se passe au Mali, au nord Niger... Et ça se passe plutôt bien, a-t-il affirmé.

 

Nous avons une responsabilité sur la durée. Le terrorisme et les groupes jihadistes ne se sont pas arrêtés uniquement parce que nous avons gagné la guerre du Mali. Ils existent toujours, il y a des circuits du terrorisme qui perdurent, de l'océan atlantique jusqu'à la corne de l'Afrique, a souligné le ministre de la Défense.

 

Dans la nuit du 4 au 5 mars, une dizaine de combattants d'Aqmi avaient été tués par des avions de combat et des hélicoptères français dans le nord-est du Mali.

 

Environ 1.600 soldats français sont actuellement présents au Mali, dans le cadre de l'opération Serval lancée en janvier 2013. Leur nombre doit être ramené à un millier dans les prochains mois.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 17:45
Mali detains commander of Islamist group MUJWA

 

17 March 2014 defenceWeb (Reuters)

 

Malian authorities are holding one of the country's most wanted Islamist fighters after he surrendered to French troops, a military source and French radio said on Sunday.

 

France had been pursuing Abu Dar Dar, a leader of the al Qaeda-linked Movement for Unity and Jihad in West Africa (MUJWA), since Paris launched a military offensive in January 2013 to drive out Islamists who had seized control of northern Mali.

 

"I confirm that Abu Dar Dar has handed himself into Serval troops," said a Malian military source in the northern city of Gao, using the name of the French military mission.

 

"He was then turned over to our troops and transferred immediately to Bamako since yesterday evening."

 

Several fighters in the region go by the name Abu Dar Dar and the source did not specify which one had been detained. Radio France International identified the captured Islamist as the MUJWA leader, without citing a source.

 

French armed forces could not immediately be reached for comment.

 

MUJWA was one of two militant groups that attacked French nuclear company Areva's uranium mine in northern Niger in May 2013.

 

The detention comes days after French troops killed Oumar Ould Hamaha, a jihadist known as 'Red Beard' with a $3 million U.S. government bounty on his head.

 

The French-led military offensive has broken the grip of the al Qaeda-linked militants across northern Mali but pockets of fighters still operate from desert and mountain bases.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 15:45
French air strikes kill wanted Islamist militant 'Red Beard' in Mali (14 march)

 

 

14 March 2014 defenceWeb (Reuters)

 

French air strikes in the mountains of northern Mali have killed Islamist militant Oumar Ould Hamaha, a jihadist with a $3 million U.S. government bounty on his head, a Malian military source said on Friday.

 

Hamaha, known as 'Red Beard' because of his henna-dyed whiskers, became a leading figure in the Islamist coalition that seized control of northern Mali in April 2012 after drifting among armed Muslim groups in the Sahara over the last decade.

 

A French-led military offensive launched in January 2013 broke the grip of the al Qaeda-linked militants over northern Mali, but small pockets of Islamists have continued to operate in the vast desert region.

 

The Malian military source said Hamaha was reported killed in the Tigharghar mountains in northeastern Mali near the remote town of Kidal.

 

"This is what intelligence services told us yesterday. He was killed by French air strikes in the Tigharghar," the source said.

 

Hamaha was a long-standing member of al Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM), the group's North African arm, and a close associate of veteran Algerian jihadist Mokhtar Belmokhtar.

 

According to the bounty offered under the U.S. State Department's 'Rewards for Justice' program, Hamaha had participated in the kidnapping and ransom of several foreigners, including Canadian diplomat Robert Fowler from Niger in 2008.

 

During the Islamists' 10-month rule over northern Mali, Hamaha became a spokesman for the Movement for Unity and Jihad in the Islamic Maghreb (MUJWA) that imposed strict sharia law in his hometown of Timbuktu. Militants there cut the hands off thieves and flogged women for dressing immodestly.

 

He vocally defended the Islamists' destruction of the ancient caravan town's historic mausoleums, sacred to followers of Sufi Islam and part of a UNESCO World Heritage site.

 

France is winding down its troop presence in Mali as a 12,000-strong U.N. mission slowly comes up to full strength.

 

Paris still has about 1,600 troops in Mali trying to mop up Islamist cells in the north. It has said it will redeploy its forces across the region to counter Islamist militancy.

 

Paris said last week its forces had killed 10 suspected Islamist fighters in the northern Adrar des Ifoghas mountains, after the group was spotted by a U.S.-made Reaper surveillance drone acquired by the French military last year.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 22:45
Mali: l’islamiste Abou Dardar aux mains des forces maliennes

 

 

16-03-2014 par RFI

 

Abou Dardar, un islamiste connu du nord du Mali à l'époque de l'occupation, s'est rendu aux troupes françaises, qui l'ont remis, hier samedi 15 mars, aux forces de sécurités maliennes. Itinéraire de l'homme qui régnait entre les localités maliennes de Douenza et de Tombouctou.

 

Il est tantôt présenté comme un Malien, tantôt comme un Mauritanien. A l’époque de l’occupation du nord du Mali, il ne se déplaçait jamais sans deux choses : une ceinture d’explosifs autour de la taille et des roquettes dans son véhicule.

 

Abou Dardar, qui portait un moment l’étiquette du Mujao, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest, a régné d’abord sur la localité malienne de Douenza. A l’époque, pour les jihadistes, Douenza était une ville stratégique.

 

Cadre islamiste

 

Lorsqu’il quittait Tombouctou pour Gao et vice versa, il passait généralement par cette localité. De Douenza, Abou Dardar ravitaillait Tomboctou en armes et en munitions, une ville où il a également vécu lorsque les jihadistes contrôlaient le nord du Mali.

 

Sur place là-bas on se souvient d’un homme qui faisait partie de la crème des dirigeants islamistes locaux. Après l’intervention militaire française de janvier 2013, Abou Dardar s’était réfugié dans la région de Gao.

 

Mine d'informations

 

Finalement, récemment il s’est rendu aux troupes françaises, qui après l’avoir brièvement interrogé, l’ont remis aux forces maliennes. Une mine d’informations en perspective.

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 13:45
La France va installer une base militaire au nord du Mali, près de la frontière algérienne

 

15 mars 2014 Maghreb Emergent

 

L'Algérie, rapporte Jeune Afrique, sera officiellement informée de cette décision lors d'une visite du ministre de la Défense français à Alger. Selon le site d'information malien Maliactu "une partie des marchés obtenus par les entreprises françaises consiste au réaménagement de la piste d'atterrissage de l'aéroport du camp de la ville de Tessalit" qui devrait accueillir la base.

 

La France, a rapporté hier Jeune Afrique, va installer une base militaire avancée dans le nord du Mali, à Tessalit, non loin de la frontière algérienne.

Cette décision, précise le magazine panafricain paraissant à Paris, "a déjà été prise mais elle ne sera pas officialisée tant que le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, n'en aura pas informé son homologue algérien de vive voix lors d'un déplacement ministériel à Alger".

Un journal d'information malien a rapporté la même information le lendemain. Selon Maliactu, l'intervention française au Mali "a dévoilé son agenda caché". Il s'agit de " l'installation d'une base militaire permanente à Tessalit", écrit-il précisant qu'"une partie des marchés obtenus par les entreprises françaises consiste au réaménagement de la piste d'atterrissage de l'aéroport du camp de la ville".

Maliactu souligne que "la France semble avoir commencé son installation en attendant la signature de l'accord de défense qui devra officialiser l'acte de fait ". Il conclut : "Il est primordiale pour la France de ménager ce pays, qui facilite actuellement le ravitaillement des troupes françaises présentes dans le nord du Mali à partir de son territoire."

Partager cet article
Repost0
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 12:45
Serval : Travaux de terrassement à Tessalit

 

Crédits photos : EMA / armée de Terre

 

13 février 2014, la force Serval réalise des travaux de terrassement sur le camp de Tessalit.
Environ 2300 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de lutte contre les groupes armées terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

 

Reportage photos

 

Partager cet article
Repost0
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 08:45
Soldats maliens (crédits G Belan)

Soldats maliens (crédits G Belan)

 

14 mars, 2014 Guillaume Belan (FOB)



En reportage cette semaine au Mali, FOB débute une série d’articles sur la situation sur place, notamment l’action d’EUTM Mali et la reconstruction des forces armées maliennes (FAMA). Premier volet, un point sur la présence française et l’opération Serval. Rencontre avec le général Foucaud, commandant la force française.

 

A un peu plus d’un an de présence française au Mali depuis le déclenchement de l’opération Serval, « les objectifs militaires et politique ont été atteints » a précisé le général Foucaud. L’intégrité du territoire a été sauvegardée, un Président et une assemblée nationale ont été désignés dans des conditions démocratiques et sécuritaires satisfaisantes. Et les groupes armés terroristes (GAT) ont été fortement affaiblis. Bref, les objectifs premiers de l’intervention française, lancée en urgence, il y a un an, sont remplis.

 

 
Le général Foucaud, commandant Serval, à Bamako (crédits: G Belan)

Le général Foucaud, commandant Serval, à Bamako (crédits: G Belan)

 

« Une situation qui reste fragile »

 

« L’essai doit maintenant être transformé dans la durée » reconnaît le général Foucaud. Car les GAT sont toujours présents dans le nord du pays, estimés à « plusieurs centaines (… ) et tentent de se reconstituer ». Les djihadistes (AQMI , Ansar Dine, Mujao…) adoptent dorénavant des tactiques de guerre asymétriques, à savoir tirs de roquettes, IED… afin de peser sur les forces (MINUSMA, FAMA, Serval) et la population. Les derniers accrochages datent du 4 et 5 mars, dans la vallée d’Ametettaï, où une dizaine de combattants ont été neutralisés, dont peut-être un de leurs chefs emblématiques.

 

Serval: diminution et réorganisation

 

Serval aujourd’hui, c’est encore 1600 soldats sur place, un nombre qui va descendre à 1100 cet été. Avec la perte de certaines capacités. Les VBCI notamment vont bientôt rejoindre le territoire national. Certaines fonctions seront par contre préservées, voir développées, notamment pour la partie aéromobilité, jugée comme « élément clef » , vu l’élongation du théâtre. « L’action de la France s’inscrit dans la durée, nous continuerons d’être présents en fournissant des appuis en renseignement, santé, close air support, logistique… »

 

De Bamako à Gao

 

Le « centre de gravité » de Serval va se déplacer dans les mois qui viennent dans le Nord, à Gao. Ainsi si les français devraient conserver un point à Bamako, proche de l’aéroport, l’essentiel du dispositif, y compris l’état-major pourrait basculer à Gao. Un mouvement somme tout logique, vu que toutes les forces combattantes françaises sont dans le nord, là où est la menace.

 

Une issue régionale

 

Première étape nécessaire, le dialogue national. « il faut la signature d’un accord entre le nord et Bamako, c’est urgent » reconnaît le général Foucaud. Bien que très délicat, « des signes montrent que les lignes bougent, mais il y a encore du boulot ».

Autre aspect essentiel d’un retour à la stabilité du nord du pays, le dialogue avec les pays voisins. « Il faut encourager les actions bilatérales, impliquer ces états et les appuyer ». Certains  pays sont réceptifs à ces appels du pied, notamment le Tchad ou le Niger, avec qui des contacts entre armées ont été établies (opérations Meharee en janvier/février 2014). « Ces armées retournent dans des zones où elles n’étaient pas allées depuis longtemps » admet le commandant de Serval. « L’avenir, ce sont des unités mixtes » (FAMA et armées limitrophes). Plus problématique, les relations avec l’Algérie, peu évidentes. Pourtant « Il n’y a pas de solution sans l’Algérie » insiste le général français « il faut arriver à travailler avec eux ».

Partager cet article
Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 23:45
Serval : point de situation du jeudi 13 mars

 

14/03/2014 Sources : EMA

 

Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec environ 60 sorties, dont une vingtaine effectuées par les avions de chasse. 30 sorties ont été dédiées aux missions de transport et une dizaine aux missions de renseignement et de ravitaillement.

 

Le lundi 10 mars, le général de division Marc Foucaud, commandant de la force SERVAL, s’est rendu sur Tessalit pour rencontrer les DLAO 1 et 5 (détachement de liaison d’appui opérationnel), ainsi que le général Ousmane, chef du contingent tchadien de la MINUSMA et le chef de corps du GTIA SIGUI. Cette visite lui a permis de faire un point de situation avec les différents acteurs de terrain sur la situation sécuritaire dans la région.

 

Le 11 mars, dans la région d’Aguelhok, un VAB du DLAO1 a été l’objet d’une explosion déclenchée par un engin explosif improvisé, alors qu’il était engagé dans une mission de contrôle de zone en appui des forces armées maliennes. Cette explosion n’a fait qu’un blessé léger.

 

Du 11 au 13 mars, le général de corps d’armée Castres, sous-chef d’état-major des opérations de l’EMA, et Mme Landais, directrice des Affaires Juridiques, se sont rendus au Mali pour une visite de trois jours sur le théâtre. Après une présentation de la mission EUTM Mali à Bamako le mercredi 12 mars, la délégation s’est rendue à Tombouctou pour rencontrer les forces partenaires, ainsi que les éléments du DLAO présent sur place.

 

Le mercredi 12 mars, le général de corps d’armée Wolfgang Wosolsobe,  chef d’état-major de l’Union européenne (EMUE) en déplacement auprès d’EUTM Mali, s’est rendu sur le camp « Damien Boiteux » à Bamako pour rencontrer le général de division Foucaud, afin d’échanger sur la situation sécuritaire au Mali ainsi que sur les relations qui se sont tissées entre les unités françaises et les GTIA maliens formés par EUTM Mali. Le COMANFOR Serval lui a présenté la fonction d’assistance militaire opérationnelle et le rôle des DLAO.

 

Environ 1600 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 17:45
Mali : l’Unité de distribution en produits de santé

 

06/03/2014 Sources : EMA

 

Du 28 février au 5 mars 2014, plus d’une demi-tonne de médicaments et de matériels médicaux stériles a été acheminée depuis la France vers le camp Damien Boiteux à Bamako. Ces médicaments et ces produits stériles seront redistribués dans les différents postes médicaux de la force Serval.

 

L’UDPS travaille en partenariat avec la Direction des approvisionnements en produits de santé des Armées (DAPSA), qui est basée au nord d’Orléans. Elle assure la livraison des médicaments en France et à l’étranger.

 

Au Mali, la pharmacie gère les stocks, réalise les commandes et approvisionne les différentes entités militaires basées sur le théâtre (Gao, Ansongo, Kidal, Tessalit…). La pharmacie du camp Damien Boiteux possède un stock qui lui permet de fonctionner au minimum deux mois de façon autonome. Certains produits, tels que les poches de sang, sont en revanche rapidement périssables et doivent être changés toutes les trois semaines.

 

Les militaires français déployés sur le sol malien poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

Mali : l’Unité de distribution en produits de santéMali : l’Unité de distribution en produits de santé
Mali : l’Unité de distribution en produits de santé
Mali : l’Unité de distribution en produits de santéMali : l’Unité de distribution en produits de santé
Partager cet article
Repost0
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 16:45
Adrar-des-Ifoghas-mountains-source-BBC

Adrar-des-Ifoghas-mountains-source-BBC

 

07 March 2014 defenceWeb (Reuters)

 

French and Malian forces have killed about 10 suspected Islamist fighters during an operation in northern Mali's mountainous Adrar des Ifoghas region, French army spokesman Gilles Jaron said on Thursday.

 

Confirming comments made by French Defence Minister Jean-Yves Le Drian earlier on Thursday, armed forces spokesman Gilles Jaron said the militants had been spotted by a drone.

 

Air units were immediately called in to intervene, he said.

 

A French-led offensive in January 2013 drove out Islamist militants who had seized control of northern Mali. Small groups of fighters loyal to Islamist groups including the Movement for Unity and Jihad in West Africa and al Qaeda in the Maghreb still operate in the desert region, carrying out periodic attacks.

 

"We discovered about a dozen jihadists that were handling rocket launchers around a weapons' cache in the Adrar," Le Drian told Le Figaro, describing the incident which took place on Tuesday night.

 

According to the newspaper it was one of the first successful missions by U.S.-made Reaper unarmed surveillance drones, which Paris bought at the end of last year to replace its EADS-made Harfang drones.

 

"This shows that there are a number of jihadist networks that are seeking to hide out," Jaron said.

 

France is winding down its troop presence in Mali to 1,000 soldiers as a 12,000-strong U.N. mission comes into force.

 

However, Paris, which now has about 1,600 troops in Mali has said it will redeploy its forces across the region to counter Islamist militancy.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 14:45
Serval : opération anti-terroriste dans les Ifoghas

La force Serval a engagé une action combinée impliquant un drone Reaper, des Mirage 2000D ainsi que des hélicoptères de type Tigre. - Crédit: DGA

 

06/03/2014 Sources : EMA

 

Dans la nuit du mardi 4 au mercredi 5 mars 2014, les forces françaises ont conduit une opération combinée qui a permis de neutraliser un groupe d’une dizaine de terroristes dans l’Adrar des Ifoghas.

 

Le 4 mars dans l’après-midi, la force Serval a décelé la présence d’individus suspects qui progressaient dans la vallée de l’Amettetaï. Cette région, comme toutes celles susceptibles de servir d’abri aux terroristes, est une zone d’intérêt couverte par les moyens de renseignement français. Ces derniers ont permis d’identifier les membres de ce groupe comme des terroristes. Ils étaient entre autres armés de roquettes de 122mm, dont l’une a été mise à feu.

 

La force Serval a engagé une action combinée impliquant un drone Reaper, des Mirage 2000D ainsi que des hélicoptères de type Tigre. Elle a conduit à la neutralisation de ce groupe.

 

L’ensemble des capacités de renseignement et de combat présentes dans la région apporte souplesse et réactivité aux forces françaises pour conduire des opérations d’opportunité de ce type.

 

1600 militaires français sont présents sur le sol malien et poursuivent la mission de lutte contre les groupes armés terroristes tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 14:45
Serval : point de situation du 6 mars 2014

 

07/03/2014 Sources : EMA

 

Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec environ 65 sorties, dont 25 effectuées par les avions de chasse. 20 sorties ont été dédiées aux missions de transport et une autre vingtaine aux missions de renseignement et de ravitaillement.

 

Les mouvements de relève de la force Serval, en particulier entre Korrigan et Vercors (groupement tactique désert, GTD), sont achevés. Près de 1600 militaires français sont désormais présents sur le sol malien et poursuivent la mission de lutte contre les groupes armés terroristes tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

 

En marge des patrouilles et opérations de contrôle de zone quotidiennes, le général de brigade Benoit Houssay, général adjoint des opérations de la force SERVAL, s’est rendu à Tessalit le 1ermars pour rencontrer les deux détachements de liaison et d’appui opérationnel (DLAO) et leurs forces armées partenaires (FAMA et MINUSMA). Les DLAO sont engagés régulièrement en mission de patrouille ou de contrôle de zone aux côtés des militaires maliens et africains dans le Nord Mali.

 

A Tessalit le 2 mars vers midi, une détonation a été entendue à une centaine de mètres au nord-est (plateau de Batal) du camp où sont stationnés les DLAO. Il s’agissait de l’explosion d’une roquette de 122 mm qui n’a fait ni dégât ni victime. Ce mode d’action des groupes armés terroristes illustre leur volonté de marquer les esprits, sans disposer pour autant des capacités à engager le combat. Les deux DLAO ont été engagés dans des patrouilles avec les forces armées maliennes (FAMA) et la MINUSMA dans la zone présumée du départ du coup distant d’une dizaine de kilomètres pour conduire des actions de reconnaissance. Le 3 mars, l’escadron du GTIA Vercors (Azur) a été engagé avec une unité FAMA dans la zone du plateau de Batal pour y reconnaitre une zone d’implantation d’un poste de surveillance permanent. Les militaires français ont ainsi facilité l’installation de leurs homologues maliens en leur apportant leur appui et leurs conseils.

 

Le 4 mars dans l’après-midi, la force Serval a décelé la présence d’individus suspects qui progressaient dans la vallée de l’Amettetaï. Cette région, comme toutes celles susceptibles de servir d’abri aux terroristes, est une zone d’intérêt couverte par les moyens de renseignement français. Ces derniers ont permis d’identifier les membres de ce groupe comme des terroristes. Ils étaient entre autres armés de roquettes de 122mm, dont l’une a été mise à feu. La force Serval a engagé une action combinée impliquant un drone Reaper, des Mirage 2000D ainsi que des hélicoptères de type Tigre. Elle a conduit à la neutralisation de ce groupe.

 

Enfin, la force Serval a reçu la visite le 28 février à Bamako de Madame Najat Vallaud Belkacem, porte-parole du Gouvernement et ministre des Droits de la femme puis c’est le député-maire de Grenoble, monsieur Michel Destot, membre de la commission des affaires Etrangères de l’Assemblée Nationale, qui a allé retrouver les soldats des troupes de montagne déployés à Bamako et Gao ou sur le terrain à Ansango avec les hommes du DLAO.

Serval : point de situation du 6 mars 2014
Partager cet article
Repost0
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 12:45
Mali : visite du général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées

 

 

04/03/2014 Sources : EMA

 

Le 27 février 2014, dans le cadre de sa prise de fonction, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, s’est rendu au Mali pour y rencontrer les soldats français déployés en opération.

 

La première étape de cette visite a été consacrée aux instructeurs de la mission européenne de formation de l’armée malienne (EUTM). Sur le camp de Koulikoro, le CEMA a ainsi pu prendre la mesure de la coopération qui s’est développée entre les différentes nationalités représentées au sein de la mission EUTM et les forces armées maliennes, bien décidées à profiter de l’instruction dispensée pour renforcer leur capacité opérationnelle.

 

Plus tard, devant les soldats de la force Serval stationnés sur le camp Boiteux à Bamako, le général d’armée de Villiers a rappelé l’importance des opérations en cours, tout en soulignant la nécessité d’en prolonger les effets en renforçant la sécurité de la bande sahélo-saharienne. Dans son adresse aux troupes, il a par ailleurs tenu a saluer le travail accompli depuis les premiers jours de l’opération: « le combat mené ici au Mali est difficile, mais c’est un combat à la mesure du soldat français : un soldat professionnel, aguerri, qui maîtrise tous les savoir-faire ».Mais au-delà du discours, il a surtout souhaité aller à la rencontre des hommes et des femmes de Serval pour qu’ils lui livrent directement leur appréciation du terrain.

 

Le CEMA a terminé sa visite à Bamako en rencontrant l’ambassadeur de France, les autorités maliennes ainsi que celles de la MINUSMA, avant de rejoindre dans la soirée la force Sangaris déployée en République Centrafricaine.

 

Les militaires français actuellement présents sur le sol malien poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

Mali : visite du général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées
Mali : visite du général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des arméesMali : visite du général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées
Mali : visite du général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées
Partager cet article
Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 07:45
Serval : Actions civilo-militaires à Tessalit

 

28.02.2014 EMA / ECPAD

 

Le 9 février 2014, les soldats du détachement de liaison et d’appui opérationnel (DLAO) de Tessalit ont appuyé une action de coopération civilo-militaire (CIMIC) dans la ville.

Ce genre d’action s’inscrit dans le cadre d’une normalisation et d’une relance du développement dans la région du nord du Mali. Les équipes CIMIC de Serval et le DLAO agissent en soutien de la MINUSMA pour la mise en œuvre de ce volet développement.

 

Reportage photos

Partager cet article
Repost0
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 10:45
Serval : point de situation du jeudi 27 février

 

 

28/02/2014 Sources : EMA

 

Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec environ soixante-cinq sorties, dont une vingtaine effectuées par les avions de chasse. Trente sorties ont été dédiées aux missions de transport et quinze aux missions de renseignement et de ravitaillement.

 

Les opérations au sol se poursuivent également avec près d’une trentaine de patrouilles exécutées par le groupement tactique interarmes (GTIA) Vercors dans la région de Gao élargie et des opérations de contrôle de zone dans la région de Bourem.

 

Les détachements de liaison et d’appui opérationnel (DLAO) poursuivent également leurs missions d’appui des FAMA et de la MINUSMA : des patrouilles ont été organisées dans les régions de Tombouctou, de Kidal et d’Ansongo.

 

Le jeudi 20 février, dans la région de Tessalit, des tirs d’armes légères (7,62 mm) ont visé une patrouille d’hélicoptères en mission de reconnaissance. La Gazelle qui a été ciblée par ces tirs n’a pas subi de dommage matériel important et a pu se poser sans heurt en fin de mission. Son chef de bord blessé à la main, a rapidement été pris en compte par le service de santé des armées avant d’être évacué et opéré le jour même sur Gao. Son état est aujourd’hui stable. Le militaire a été rapatrié en France dès le lendemain.

 

Le mercredi 26 février, les EOD (Explosive Ordonance Disposal) du DLAO 2 sont intervenus près de l’aéroport de Kidal suite à l’explosion d’un engin explosif improvisé (IED) au passage du véhicule d’une ONG.

 

Enfin, le jeudi 27 février, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, est venu inspecter le camp Damien Boiteux à Bamako. Il s’agissait d’une première étape dans ses inspections des différents théâtres d’opérations. Il s’agissait aussi de rencontrer les troupes françaises déployées en Afrique et les différents partenaires politiques et militaires de la région. Le CEMA a ensuite rejoint dans la soirée la force Sangaris stationnée en République Centrafricaine.

 

Le GTIA Vercors, basé sur la plateforme opérationnelle Désert (PFOD) de Gao,  approfondit la connaissance de sa zone des opérations.

 

Environ 2300 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent une mission de lutte contre les groupes armés terroristes, tout en appuyant la montée en puissance des forces de la MINUSMA et des FAMA.

Serval : point de situation du jeudi 27 févrierServal : point de situation du jeudi 27 février
Serval : point de situation du jeudi 27 février
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories