Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 11:45
« Diana 2015 » : exercice de haut vol

 

05/06/2015 Armée de l'air

 

Du 18 au 26 mai 2015, les forces armées de la zone sud de l’océan Indien (FAZSOI) ont participé, avec les armées d’autres pays de la région (Comores, Seychelles, Madagascar) à un exercice militaire multinational sur la base de Diego Suarez à Madagascar.

 

Pour l’édition 2015 de cet exercice, plus de 730 militaires ont été déployés à Madagascar, dont 405 Français, 215 Malgaches, 60 Seychellois et une soixantaine de Comoriens et de Mauriciens. Destiné à renforcer la coopération régionale, cet exercice annuel permet notamment aux différentes forces armées engagées d’apprendre à  travailler ensemble.;

 

Le détachement air 181 a engagé deux Transall C160 de l’escadron de transport (ET) 50 « Réunion » et un détachement de transit interarmées (DETIA). Les deux aéronefs de l’ET 50 ont rempli avec succès l’intégralité des missions qui leur étaient assignées, avec un taux de disponibilité de 100% : logistique (projection de la force), tactique (largage de parachutistes, posé d’assaut, soutien aux troupes sur le terrain par largage de petits colis) et médicale (évacuation médicale vers la capitale malgache et La Réunion). En liaison avec l’état-major interarmées, le DETIA a optimisé tous les chargements des avions à chaque rotation, ainsi que la manœuvre au sol des C160 sur le parking étroit et ouvert à la circulation aérienne civile de Diego Suarez.

 

Le Transall a une dernière fois déployé dans la zone sa silhouette légendaire, contribuant ainsi, en étroite collaboration avec tous les éléments présents, au succès de cet exercice et au rayonnement des FAZSOI.

« Diana 2015 » : exercice de haut vol

Partager cet article

Repost0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 16:45
photo EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

 

21/05/2015 Sources : État-major des armées

 

Entre le 27 avril et le 4 mai 2015, le BCR Var, qui embarque l’état-major de la Combined Task Force (CTF) 150 engagée dans des missions de lutte contre le terrorisme, était en relâche opérationnelle à Victoria, aux Seychelles. Le bâtiment a ainsi mené plusieurs interactions avec les garde-côtes seychellois, ainsi qu’avec le HMAS Newcastle de la Marine australienne, également déployé au sein de la Task Force. Par ailleurs, cette visite a été l’occasion pour le capitaine de vaisseau Crignola, commandant la CTF 150, de rencontrer les autorités seychelloises dans le cadre du volet « engagement régional » de la coalition.

 

Ces entraînements conjoints s’inscrivent dans le cadre de la préparation aux opérations de sécurité maritime de la Task Force et du renforcement de l’interopérabilité entre les marines alliées. En effet, la France, l’Australie et les Seychelles sont membres de la coalition des Combined Maritime Forces, qui s’attachent à assurer la sécurité maritime dans une large partie de l’océan Indien.

 

Ainsi, le 4 mai 2015, les bâtiments français et australiens, ainsi que le patrouilleur seychellois Constant se sont rejoints au large des côtes seychelloises pour un exercice d’évolution tactique (déplacement en formation), et de sauvetage en mer (Search and Rescue). Ces entraînements, mobilisant notamment les équipes de navigation, de visite, et le personnel médical, ont permis aux marins et aux garde-côtes d’échanger leur savoir-faire pour la prise en charge de blessés en mer et de mesurer leur capacité à effectuer des manœuvres navales coordonnées.

 

Le lendemain, le BCR Var et le HMAS Newcastle ont poursuivi toute la journée leurs entraînements conjoints, mobilisant l’ensemble des deux équipages. Le bâtiment australien a ainsi mis en œuvre son hélicoptère Sea Hawk pour des exercices de transport de charge sous élingue (câble de transport positionné sous l’hélicoptère) et d’hélitreuillage sur la plateforme hélicoptère du Var. Ces manœuvres complexes et exigeantes ont pleinement mobilisé les équipes aviation et sécurité du bâtiment français, leur permettant de confirmer leur bonne préparation opérationnelle.

 

Profitant de cette rencontre à la mer, les équipes de visite australienne et française se sont livrées à des exercices de visites croisées, opérations que les deux bâtiments sont amenés à effectuer dans le cadre du déploiement au sein de la Task Force. En effet, régulièrement, les unités de la CTF 150 conduisent des opérations d’approches et d’interrogations de navires, boutres ou bateaux de pêche. Dans un mode plus offensif, et en conformité avec le droit international, les bâtiments peuvent mettre en œuvre leur équipe de visite afin de réaliser des enquêtes de pavillon sur des navires suspects. Celles-ci peuvent ensuite déboucher sur des mesures plus coercitives en cas de trafic illicite avéré.

 

Ces interactions ont également permis à des membres d’équipage d’embarquer pendant quelques heures sur les bâtiments alliés, leur permettant ainsi d’échanger avec leurs homologues en étant pleinement intégrés à l’équipage. Par ailleurs, d’autres entraînements conjoints ont été menés dans des domaines aussi divers que la plongée ou encore les tirs d’artillerie, contribuant à renforcer l’interopérabilité et la coordination des différents équipages dans ces domaines opérationnelles très techniques.

 

Soulignant le bon niveau de ces échanges, le capitaine de vaisseau Crignola, commandant la CTF 150, a déclaré : « L’efficacité de la CTF 150 repose sur une collaboration étroite entre les marines de la coalition et une parfaite connaissance des procédures communes par les équipages déployés dans la zone d’opération. Les entraînements que nous avons menés sont l’illustration de cette volonté de travailler ensemble. Aucune nation ne peut relever seule les défis auxquels nous devons faire face. C’est unis que nous pouvons agir et assurer ainsi la sécurité maritime dans l’océan Indien ».

 

La CTF 150 est l’une des trois Task Forces de la coalition Combined Maritime Forces (CMF), sous commandement américain, avec la CTF 151, engagée dans la lutte contre la piraterie, et la CTF 152, assurant la sécurité maritime du golfe arabo-persique. Aujourd’hui, 30 nations sont engagées dans la coalition, dont 18 participent à la CTF 150, chargée de lutter contre le terrorisme et les trafics qui lui sont associés dans une partie de l’océan Indien.

photo EMA / Marine Nationale
photo EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationalephoto EMA / Marine Nationale

photo EMA / Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 12:35
India Developing Network of Coastal Radars

Indian PM Narendra Modi inspects the Guard of Honour, at the Ceremonial Reception, in Seychelles on March 11.(Photo M.Asokan -Indian Prime Minister's Office)

 

March 20, 2015 By Oscar Nkala – Defense News

 

GABORONE, Botswana — Indian Prime Minister Narendra Modi has activated the first of the Indian Navy's planned 32 coastal surveillance radar (CSR) stations in the Seychelles, marking the beginning of the rollout of an Indian-led maritime surveillance project set to have stations in the Seychelles, the Maldives, Mauritius and Sri Lanka.

 

Modi activated the radar system during his recent tour of the Seychelles as he visited key Indian Ocean region allies in a move some military strategists view as an effort to forge a strong alliance to counter aggressive expansion by the Chinese People's Liberation Army Navy (PLAN) in the region since October.

 

Addressing senior Indian Navy and Seychelles Coast Guard officers during the commissioning, Modi said India's plan includes setting up radar stations in the Seychelles, Mauritius and the Maldives. Negotiations to set up at least 10 more in Sri Lanka are ongoing.

 

He said the CSRs will improve the operational capabilities of the maritime security forces of partner nations and the overall security of the exclusive economic zones which make up the region's "blue economy."

 

"We regard Seychelles as a vital partner in our Indian Ocean neighborhood. Our relationship is unique and special. It is founded on a deep sense of mutual trust and confidence. Our security partnership is strong and has enabled us to fulfill our shared responsibility to advance maritime security in the region," he said.

 

"It is a privilege to be a partner of the Seychelles in the development of its security capabilities. We also hope that Seychelles will soon be a full partner in the maritime security cooperation between India, Maldives and Sri Lanka," Modi said.

 

Regional defense analysts say that once completed, the 32-station surveillance project will enable the Indian Navy, through its allies, to monitor the movements of all ships operating in the Indian Ocean.

 

Modi pledged to donate a second Dornier maritime surveillance aircraft to boost the intelligence, surveillance and reconnaissance capabilities of the Seychelles Coast Guard.

 

India donated the first Dornier (Do 228) aircraft and some naval vessels to the Seychelles in mid-2013. Seychelles President James Michel said the stations are proof of his country's exemplary defense and security relationship with India.

 

"Everybody recognizes India's footprints on many facets of our economic, social and cultural development. We have an exemplary partnership in the defense and security sectors.

 

"This is very much reflected in our fight against piracy and the joint patrolling of our oceans and also the training of our defense personnel. We are very encouraged by the willingness of the government and people of India to work with us in the context of the development of our blue economy,"

 

In addition to the newly commissioned CSR on the main island of Mahe, more will be installed on the smaller islands of Farqhuar, Astove and Assumption. All are expected to be commissioned into service between July and August.

 

In neighboring Mauritius, Modi signed an agreement to set up eight Indian-controlled CSR stations and pledged to continue strengthening the Mauritius Coast Guard with new aircraft, naval vessels and Indian training for its seamen.

 

The IOR surveillance project is widely seen as India's response to China's aggressive new operations in the region. In January, the Chinese Ministry of National Defense said it will step up the deployment of Navy vessels in the area to protect its security and economic interests while contributing to regional international anti-piracy operations.

 

The Indian move follows recent reports suggesting that China is pushing for the establishment of at least 18 deepwater ports with African and Asian littoral states to set up bases and maintenance yards for vessels.

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 12:45
La FS Floréal appareille pour une mission de surveillance maritime

 

04/12/2014 Sources : Marine nationale

 

Le lundi 17 novembre 2014, la frégate de surveillance Floréal a quitté Port-des-galets à La Réunion pour une mission de surveillance maritime d’un mois dans la ZRP des FAZSOI*. Réalisée essentiellement dans les zones économiques exclusives avoisinant La Réunion, Mayotte et les îles Eparses, elle aura aussi un volet de coopération internationale avec les nations voisines, notamment les Seychelles et Madagascar.

 

Chargé de défendre les intérêts français dans la zone sud de l’océan indien, le Floréal est rompu à ces missions qui représentent une forte mobilisation des FAZSOI tout au long de l’année. Les enjeux y sont nombreux. Il s’agit avant tout de faire respecter la souveraineté française dans des zones convoitées et d’y protéger nos intérêts économiques, ainsi que le patrimoine naturel. L’interception le mois dernier du catamaran de plaisance « Cassinga » par le Floréal dans les eaux de Bassas Da India (pêche de loisirs illégale - canal du Mozambique), ainsi que la diminution des infractions dans la zone illustrent les attendus de ces missions.

 

*FAZSOI : Forces armées de la zone sud de l’océan indien

Partager cet article

Repost0
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 12:45
Atalante : formation des garde-côtes seychellois.

 

05/05/2014 Sources : EMA

 

Les 21 et 24 avril 2014, lors de son escale à Port-Victoria, la frégate de surveillance (FS) Floréal, engagée dans l’opération de lutte contre la piraterie Atalante, a mené plusieurs actions de formation au profit des garde-côtes seychellois.

 

Le 21 avril, une délégation de six marins de ce corps de protection des approches maritimes seychelloises s’est rendue à bord du Floréal pour bénéficier d’une formation centrée sur la lutte contre les incendies en mer : instruction sur le matériel et les procédures, répartition des rôles, identification des dangers spécifiques aux sinistres en espaces cloisonnés. Les marins seychellois ont pu mettre en application leurs savoir-faire acquis lors d’un exercice sécurité simulant un feu d’origine électrique qu’ils ont réalisé avec les marins-pompiers français.

 

Le même jour, cinq plongeurs seychellois ont effectué un entraînement aux côtés des plongeurs de bord de la frégate. Cette activité commune, marquée par un exercice de navigation en profondeur, a permis aux marins seychellois et français d’échanger sur leurs modes d’action respectifs et d’identifier une zone propice à ce type de plongée.

Deux marins du Floréal se sont également rendus à la base des garde-côtes pour dispenser une formation sur le système d’information Mercury. Ce réseau d’échange informatique, mis à disposition par le MSCHOA (Maritime Security Center Horn Of Africa), permet à l’ensemble des moyens militaires présents sur zone de communiquer dans le cadre de la lutte contre la piraterie maritime.

 

Le 24 avril, les garde-côtes seychellois ont reçu, dans le cadre du programme LMCB (Local Maritime Capability Building) de l’opération européenne Atalante, une formation « équipe de visite ». Plusieurs thèmes ont été abordés tels que l’instruction sur les palpations, la progression tactique à bord du bateau visité, ou encore le comportement à adopter face à un personnel récalcitrant.

 

Ces formations assurées par les marins français visent le transfert de savoir-faire qui permettront aux Seychelles d’assurer à terme la sécurité de ses approches maritime et de contribuer à la lutte contre la piraterie dans la région.

 

Le 25 avril, quelques heures après avoir quitté Port-Victoria, le Floréal a porté assistance à quatre pêcheurs seychellois en panne de moteur, illustrant ainsi la coopération et la complémentarité des moyens militaires français, européens et locaux.

 

La frégate Floréal est déployée depuis le 18 avril 2014 au sein de l’opération Atalante. Cette opération a pour mission d’escorter les navires du Programme alimentaire mondial (PAM), de participer à la sécurité du trafic maritime et de contribuer à la dissuasion, à la prévention et à la répression des actes de piraterie au large des côtes somaliennes.

La France participe à l’opération Atalante avec le déploiement permanent d’au moins une frégate de la marine nationale. Le dispositif peut être renforcé ponctuellement par un avion de patrouille maritime Atlantique 2 (ATL 2), de surveillance maritime Falcon 50, ou par un avion de commandement et de détection E3F.

Atalante : formation des garde-côtes seychellois.
Atalante : formation des garde-côtes seychellois.
Atalante : formation des garde-côtes seychellois.
Atalante : formation des garde-côtes seychellois.

Partager cet article

Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 13:45
FAZSOI : Coopération avec les Seychelles

 

 

19/02/2014 Sources : EMA

 

Du 8 au 17 janvier 2014, un détachement de onze militaire du 2erégiment de parachutistes d’infanterie de marine (2eRPIMa) des forces armées en zone sud de l’océan Indien (FAZSOI) s’est rendu à l’académie de défense des Seychelles sur l’île de Mahé dans le cadre d’une formation au profit des forces seychelloises, la Seychelles People Defense Force (SPDF). Cette formation était centrée sur la capacité d’intervention dans le cadre d’opérations de vive force telles que la récupération d’otages.

 

Le développement de la coopération militaire opérationnelle avec les pays d'Afrique australe et du Sud de l'océan Indien est l'une des missions majeures des FAZSOI. C’est dans ce cadre qu’une coopération dense est entretenue avec les Seychelles.

 

En 2013, plus d'une vingtaine d’interactions ont eu lieu dans ce cadre, plus particulièrement dans le domaine de la lutte contre la piraterie maritime.

 

En parallèle, les Seychelles ont développé le concept d’équipes de protection embarquées (EPE) en s’appuyant sur le modèle français qui prévoit la mise en place de moyens dédiés à la protection des navires de pêche au thon battant pavillon français.

 

Par ailleurs, au mois de novembre, une équipe de marins français, experts dans la mise en œuvre et l'exploitation des radars, a conduit une mission d'aide à l'organisation du nouveau centre opérationnel maritime situé sur la base navale des Seychelles. Ce centre devrait permettre à terme aux Seychellois de contrôler l'ensemble de leurs eaux archipélagiques.

 

Les FAZSOI ont pour mission de protéger le territoire national et les installations stratégiques, et de contribuer au maintien de la sécurité. Ils sont également chargés d’assurer la prévention et la préservation des intérêts de la France dans leur zone de responsabilité contre toute forme d’agression extérieure ; de soutenir l’action de l’Etat et contribuer aux conditions de stabilité et de développement des collectivités territoriales par la mise en œuvre de moyens militaires ;  d’affirmer la souveraineté française. En cas de crise, elles sont en mesure de conduire ou participer à une opération militaire et/ou de mener des opérations de secours d’urgence (assistance humanitaire, catastrophes naturelles).

FAZSOI : Coopération avec les Seychelles
FAZSOI : Coopération avec les Seychelles

Partager cet article

Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 12:55
Mission Jeanne d’Arc 2013 : Bilan à mi-parcours avant une nouvelle phase du déploiement

07.06.2013 Marine nationale

 

Le groupe amphibie composé du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre et de la frégate anti-sous-marine (FASM) Georges Leygues, arrive à mi-parcours et entame une nouvelle phase de la mission Jeanne d’Arc 2013. Retour sur les actions conduites par le groupe auquel sont intégrés 133 officiers-élèves, dont dix médecins, onze commissaires, huit administrateurs et dix-huit élèves étrangers, qui effectuent leur premier déploiement opérationnel de longue durée avec les enseignes de la promotion École navale 2010.

Coopérations bilatérales et projection de force interarmées

Parti de Brest le 6 mars dernier, le groupe a conduit des actions de coopération bilatérale significatives au travers de manœuvres amphibies mettant en œuvre, outre les deux bâtiments, le groupe tactique embarqué (300 militaires de la 6ème BLB et du 2èmeREI), un détachement de la flottille amphibie, un sous-groupement aéromobile (ALAT) et un détachement de l’aéronautique navale (22S). Cette capacité amphibie interarmées a été mise en œuvre à Portsmouth dans le cadre de l’exercice Gant de fer, lors de l’exercice franco-libanais Cèdre Bleuau nord de Beyrouth, à l’occasion encore de l’exercice franco-jordanien Mercy au nord d’Aqaba et de Tonnerre d’Acier, un exercice amphibie mené conjointement avec les Forces Françaises stationnées à DJibouti (FFDJ), en collaboration avec l’US Air Force et les Forces Armées Djiboutiennes (FAD). Ces actions conjointes ont permis de mettre en avant, outre toute la valeur du concept d’emploi des BPC, le savoir-faire du groupe dans le domaine des opérations amphibies et sa capacité à œuvrer efficacement en interarmées et en coopération avec des armées étrangères. Ces interactions constituent parallèlement un terrain de formation privilégié pour les officiers-élèves embarqués. C’est dans ce contexte interarmées, interallié et international qu’ils auront à conduire leurs missions demain.

Action européenne 

À l’ouvert de l’océan Indien, le groupe amphibie a basculé dans une nouvelle phase de son déploiement en rejoignant le 12 avril l’opération européenne de lutte anti-piraterie Atalante, aux côtés de la frégate de surveillance (FS) Nivôse et du patrouilleur de surveillance océanique (PSO) L’Adroit. Ce deuxième temps de la mission s’est inscrit dans les objectifs de sécurisation du trafic maritime, de dissuasion et de répression des actes de piraterie au large des côtes somaliennes. En particulier, quatre « friendly approachs » (approches amicales) ont été conduites sur des boutres au large de la Somalie. Ces interventions permettent d’expliquer aux pêcheurs et marins de commerce de la zone, la raison d’une présence militaire et de sensibiliser les équipages aux attaques de pirates qui y sévissent. A cette occasion sont ainsi rappelées les bonnes conduites à appliquer (« Best Management Practices ») au titre du volet prévention de la mission Atalante.

Avec 3 attaques à ce jour en 2013 contre 35 attaques en 2012, 176 en 2011 et 174 en 2010. La baisse des chiffres de la piraterie traduit le succès de l’action de la force européenne, conjointement à celles engagées sous d’autres mandats (OTAN, nationaux, …).

L’action maritime du groupe a trouvé son prolongement en escale à Port-Victoria lors de sa relâche opérationnelle. Le BPC Tonnerre a notamment apporté son concours au premier exercice de lutte contre la piraterie organisé avec les gardes-côtes seychellois par l’antenne locale d’EUCAP NESTOR, inaugurée à l’occasion de l’escale du groupe. Par cette antenne, EUCAP NESTOR contribue au développement des capacités maritimes seychelloises. Cette mission de l’UE, moins connue qu’Atalante, est placée sous la direction de l’Amiral (2s)  Launay et complète, avec la mission EUTM Somalia, l’approche globale qu’adopte l’Union Européenne pour la corne de l’Afrique. Là encore, les officiers-élèves ont pu tirer profit de leur pleine intégration aux équipages des deux bâtiments pour appréhender in situ l’action de la force européenne, au plus proche des réalités opérationnelles.

À mi- parcours : même mission, nouvelle phase

À présent, le groupe amphibie poursuit son déploiement de l’océan Indien jusqu’à la mer de Chine méridionale afin d’honorer deux missions. La première vise à développer nos partenariats et à mener des actions de coopérations bilatérales afin d’appuyer l’action diplomatique française. La seconde consiste à apporter un concours au soutien à l’exportation des industries de défense grâce à la démonstration ou à la présentation in situ de nos matériels militaires.

Ce volet du déploiement met en exergue une fonction inhérente aux bâtiments hauturiers de la marine nationale, celle d’ambassadeur[1]. Il s’inscrit également dans la fonction connaissance et anticipation, reprise et appuyée dans le nouveau Livre blanc de 2013, en ouvrant un accès géographique à cette région du globe vers lequel le centre de gravité s’est déplacé. Plus que jamais, les officiers-élèves sont au cœur du sujet.

[1] Le meilleur des ambassadeurs,  Hervé Couteau-Bégarie.

Partager cet article

Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 16:45
Piraterie : entrainement du BPC Tonnerre avec le patrouilleur Topaz

01/05/2013 Sources : EMA

 

Le 26 avril 2013, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre, en escale à Port Victoria aux Seychelles, a participé à un entraînement de lutte contre la piraterie avec le patrouilleur des garde-côtes seychellois Topaz.

 

Cet entraînement avait un double-objectif. Le premier visait à ouvrir une coopération entre les garde-côtes seychellois et l’équipage d’un bâtiment de la force Atalante, afin de coordonner une action conjointe de lutte contre la piraterie dans les eaux seychelloises.

 

Le second objectif était de mettre au profit des garde-côtes seychellois l’expertise des membres de la mission européenne EUCAP Nestor. Cette mission, lancée par l’Union européenne en 2012, a pour but d’assister et de conseiller l’ensemble des pays de la région, notamment la république des Seychelles sur des problématiques juridiques, stratégiques et opérationnelles en matière de piraterie. Elle est implantée aux Seychelles depuis le 24 avril 2013.

Piraterie : entrainement du BPC Tonnerre avec le patrouilleur Topaz

Le déroulé de l’entrainement a été le suivant : un bateau de pêche seychellois est attaqué par un skiff présumé pirate dans les eaux territoriales seychelloises. Le skiff étant parvenu à s’échapper, le bateau de pêche alerte les garde-côtes seychellois. Après avoir été informé, le BPC Tonnerre envoie un hélicoptère Alouette III de la Marine nationale pour relocaliser le skiff. Une fois le skiff localisé, le BPC Tonnerre transmet l’information aux garde-côtes seychellois qui envoient deux zodiacs pour l’intercepter. Les présumés pirates sont finalement identifiés puis retenus à bord du patrouilleur Topaz  tandis que les preuves découvertes à bord du skiff sont répertoriées et remises au tribunal de Port Victoria.

Piraterie : entrainement du BPC Tonnerre avec le patrouilleur Topaz

Placée sous le signe de la coopération entre les autorités européennes et seychelloises, cet entrainement a réaffirmé de manière concrète l’engagement de la République des Seychelles, dans son combat contre la piraterie.

 

Le  Tonnerre a rejoint l’opération Atalante de lutte contre la piraterie, au large de la corne de l’Afrique aux côtés du Georges Leygues avec qui il forme le groupe Jeanne d’arc, du Nivôse, et de l’Adroit depuis le 12 avril 2013. L’opération Atalante a pour mission d’escorter les navires du Programme alimentaire mondial (PAM), de participer à la sécurité du trafic maritime et de contribuer à la dissuasion, à la prévention et à la répression des actes de piraterie au large des côtes somaliennes. La France participe à l’opération Atalante avec le déploiement permanent d’au moins un bâtiment de la marine nationale. Le dispositif peut être renforcé ponctuellement d’un avion de patrouille maritime, le plus souvent un Atlantique 2 (ATL 2), d’un Falcon 50 ou d’un Awacs.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories