Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 19:35
photo Office of SIGAR

photo Office of SIGAR

 

03-11-2015 Par RFI

 

Quarante-trois millions de dollars. C'est la somme astronomique dépensée par les Etats-Unis pour la construction d'une station-service dans le nord de l'Afghanistan. Un rapport officiel dénonce ce nouvel exemple du gaspillage de l'aide américaine au gouvernement afghan.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 12:35
La force aérienne afghane dispose actuellement de deux avions C-130 fournis par les États-Unis.(Archives/Capt. Anastasia Wasem/US Air Force)

La force aérienne afghane dispose actuellement de deux avions C-130 fournis par les États-Unis.(Archives/Capt. Anastasia Wasem/US Air Force)

 

16.07.2014 par Nicolas Laffont - 45eNord.ca
 

Le chien de garde du gouvernement américain, l’inspecteur général spécial pour la reconstruction de l’Afghanistan (SIGAR), a écrit une lettre d’avertissement que la Force aérienne afghane peut ne pas avoir besoin de tous les C-130 fournis par les États-Unis.

 

Deux C-130 ont d’ores et déjà été livrés, un troisième est censé l’être en août et un quatrième d’ici la fin de l’année.

Le SIGAR insiste ainsi pour que les États-Unis mettent un terme au contrat de 100 millions $, stoppant la livraison du reste des avions.

Dans sa lettre, envoyé à plusieurs militaires de haut-rang et hauts responsables au Pentagone, John F. Sopko, note que:

- le Département de la Défense des États-Unis n’a pas été en mesure de fournir des documents à l’appui de sa décision d’acheter des C-130.

- la Force aérienne afghane sous-utilise (48% de la capacité), les deux C-130 déjà livrés. Entre octobre 2013 et mai 2014, sur les 555 heures de vols possibles selon la capacité opérationnelle des appareils, seules 261 auront été faites.

- l’élimination d’un seul C-130 pourrait permettre au contribuable américain d’économiser jusqu’à 40,5 millions $ d’ici à 2017.

- l’équipe de la force aérienne des États-Unis (USAF) a soulevé des préoccupations à l’effet que le C-130 serait trop complexe et coûteux pour l’aviation afghane. En dépit de ces préoccupations, le Secrétaire adjoint à la Défense a ordonné à l’US Air Force de fournir des C-130 à la Force aérienne afghane.

- alors qu’il visitait les installations, le SIGAR a été informé de problèmes de soutien associés à la formation, aux pièces de rechange et à l’entretien des C-130 qui ont été fournis à l’aviation afghane.

Partager cet article

Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 18:35
USA: des bateaux de patrouille fluviale commandés en pure perte pour Kaboul

 

Washington, 12 juin 2014 marine-oceans.com (AFP)

 

L'armée américaine a dépensé en pure perte 3 millions de dollars pour huit bateaux de patrouille fluviale destinés à l'Afghanistan qui n'ont jamais été livrés et pourrissent dans un hangar depuis trois ans, a dénoncé jeudi un organisme de contrôle américain.

 

Ces huit embarcations semi-rigides hors-bord ont été commandés en octobre 2010 pour le compte de la police afghane afin qu'elles puisse patrouiller sur la rivière Amu Darya, qui marque la frontière avec l'Ouzbékistan.

 

"Moins de neuf mois plus tard, la commande a été annulée", observe l'inspecteur général spécial pour la reconstruction de l'Afghanistan (Sigar) John Sopko dans une lettre au secrétaire à la Marine Ray Mabus.

 

Le Sigar dit n'avoir trouvé aucune trace de "documents précisant le concept d'emploi de ces bateaux, d'étude de faisabilité, ou détaillant l'implication, si jamais il y en a eu, du ministère afghan de l'Intérieur dans la prise de décision".

 

Depuis, les huit navires, d'un coût unitaire de 265.000 dollars sans compter les pièces détachées et l'assistance technique prévues dans le contrat, sont stockés dans un hangar de l'US Navy en Virginie (est).

 

Ce contrat, assez mineur, ne constitue qu'un illustration du gigantisme des gaspillages enregistrés dans l'aide américaine à la "reconstruction de l'Afghanistan" et dénoncés par l'organisme de contrôle.

 

Par le passé, le Sigar a notamment pointé l'échec de la lutte contre la culture du pavot malgré les sommes colossales investies ou encore les centaines de millions de dollars dépensés dans la création d'une unité d'aviation de l'armée afghane que les Afghans n'ont pas la capacité d'opérer et d'entretenir.

 

Depuis 2002, les Etats-Unis ont consacré 18 milliards de dollars pour divers programmes de développement en Afghanistan.

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 07:35
a 64,000-square-foot HQ facility in Afghanistan, (photo Office of SIGAR )

a 64,000-square-foot HQ facility in Afghanistan, (photo Office of SIGAR )

Jul. 10, 2013 - By JIM McELHATTON  - Defense News

 

The Office of Special Inspector General for Afghanistan Reconstruction called a 64,000-square-foot headquarters facility in Afghanistan, which cost the U.S. military $34 million to build, a 'troubling example of waste' in a letter to Defense Secretary Chuck Hagel. The building will likely never be used and torn down.

 

The military spent $34 million to build a 64,000-square-foot headquarters facility in Afghanistan, but officials concede they’ll probably just tear it down or turn it over to the Afghan government in what some officials call a case study of what can go wrong in military construction.

 

Located in the country’s Helmand province, it’s a project the Office of Special Inspector General for Afghanistan Reconstruction (SIGAR) called a “troubling example of waste” in a letter this week to Defense Secretary Chuck Hagel.

 

Whether the building is turned over to Afghan officials or torn down, both outcomes raise troubling questions about why the military would push forward on the project despite early concerns that there was no need for it, according to the July 8 letter from IG John F. Sopko.

 

Sopko praised the building as impressive, perhaps the best built facility he’s seen in his travels around Afghanistan.

 

“Unfortunately, it is unused, unoccupied and presumably will never be used for its intended purpose,” he wrote.

 

He also cited unnamed military officials who cited the project as an example of the pitfalls of military construction, saying “once a project is started, it is very difficult to stop.”

 

SIGAR investigators said the Army sought funding for the project in February 2010, but the I Marine Expeditionary Force (FORWARD) requested the project be canceled months later.

 

Nonetheless, the Air Force’s 772nd Enterprise Sourcing Squadron issued a task order to AMEC Earth and Environmental Inc. to build the facility in February 2011, and the U.S. government took control of it in November 2012, according to the letter.

 

Sopko said one senior military official noted that as U.S. military presence decreases at Camp Leatherneck, the Marine Corps base in the province, the building could fall outside of the security perimeter, making it unsafe for the military to occupy.

 

“This leaves the military with two primary options — demolish the building or give it to the Afhan government,” Sopko told Hagel.

 

But the problem with turning the building over to the Afghans is that doing so would require a “major overhaul” in heating, ventilation and air-conditioning systems.

 

Yet another problem: The building was constructed based on U.S. construction standards, not Afghan standards. As a result, the power runs at a different voltage, complicating the transfer.

 

“These were some of the reasons why the U.S. military officials we spoke with believe the building will probably be demolished,” Sopko wrote.

Partager cet article

Repost0
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 11:35
Afghan_MI-17_helicopters photo US DoD

Afghan_MI-17_helicopters photo US DoD

Jun. 28, 2013 - By AARON MEHTA – Defense News

 

WASHINGTON — The government’s watchdog in Afghanistan feels the Pentagon made an “imprudent” decision to purchase 30 rotorcraft for an Afghan special unit, despite Pentagon officials having seen a draft report warning of major risks in doing so.

Earlier this week, Defense News reported on a draft version of a report by the Special Inspector General for Afghanistan Reconstruction (SIGAR) that called for the Pentagon to freeze plans to purchase 30 Mi-17 helicopters, designed by Russian firm Rosoboronexport, in order to equip a special anti-narcotics/counterterrorism unit known as the Afghan Special Mission Wing (SMW).

“The Afghans lack the capacity — in both personnel numbers and expertise — to operate and maintain the existing and planned fleets,” SIGAR auditors warned in the draft report. “Without an effective support structure, US funded SMW aircraft could be left sitting on runways in Afghanistan, rather than supporting critical missions, resulting in waste of US funds.”

The final report, released today, still warns against the Pentagon purchasing the equipment. But in the time between when the draft was written and the final report released, DoD announced the purchase — something SIGAR auditors lament in their final report.

“SIGAR maintains that moving forward with the acquisition of these aircraft is highly imprudent until an agreement between the ministries is reached,” auditors wrote, noting that the draft was sent to DoD officials June 3. “SIGAR also notes that, prior to awarding the contract for the 30 Mi-17s on June 16, 2013, DOD received a draft of this report containing a recommendation to suspend plans to purchase new aircraft for the SMW.”

“Despite our recommendations, the Department awarded a $553,759,240 contract modification to Rosoboronexport, a Russian government agency, on June 16, 2013, for 30 Mi-17 helicopters, spare parts, test equipment, and engineering support services,” auditors continued. “We maintain that moving forward with the acquisition of these aircraft is imprudent.”

In addition to the inclusion of Pentagon comment and SIGAR’s response, the final report lowers the estimated cost of the program from $908 million to $771.8. That total includes the purchase of the Mi-17s, as well as the purchase of 18 PC-12s, which have already been purchased. The contract for the Swiss-made transport planes was announced on Oct. 16 with a price of $218 million.

As with the draft report, the final report warns that the SMW faces serious recruiting and training challenges.

Partager cet article

Repost0
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 07:20
Afghanistan: des millions partis en fumée pour rien sur une base américaine

 

25 avril 2013 Romandie.com (AFP)

 

WASHINGTON - L'armée américaine a dépensé cinq millions de dollars dans un incinérateur sur une base en Afghanistan en pure perte obligeant les militaires à brûler leurs déchets à ciel ouvert malgré les risques sanitaires, dénonce un rapport.

 

En juin 2010, le corps des Ingénieurs de l'Armée de Terre a passé un contrat de 5,4 millions de dollars avec une société turque pour qu'elle construise deux incinérateurs d'une capacité de huit tonnes chacun sur une base avancée, la FOB Salerno, située dans la province de Khost (est), relate l'Inspection générale spéciale pour la reconstruction de l'Afghanistan (Sigar), chargée de contrôler comment les fonds gouvernementaux sont dépensés.

 

La seule chose que ces incinérateurs ont brûlé, c'est l'argent du contribuable, dénoncé le patron du Sigar, John Sopko, dans un communiqué. Pire, brûler à la place les déchets dans une décharge à ciel ouvert met en danger la santé de nos troupes, regrette-t-il.

 

L'armée a pris réception de cet incinérateur bien que sa construction ne soit pas totalement terminée et si sa capacité était suffisante à condition qu'il fonctionne 24 heures sur 24, il était irréaliste de l'utiliser plus de 12 heures par jour en raison des menaces talibanes contre la base.

 

Quelque 4.000 soldats ont été stationnés sur la FOB Salerno au plus fort de l'engagement américain.

 

Par manque d'entretien, l'installation s'est délabrée, pointe encore le Sigar. Outre les frais de réparation, son utilisation coûterait un million de dollars par an, alors que la FOB Salerno doit fermer à la fin de l'année 2013 dans le cadre du retrait progressif des troupes américaines.

 

Pour se débarrasser des 16 tonnes de déchets produits par jour sur cette base, l'armée les brûle bien qu'on sache qu'il y a des risques potentiels pour la santé du le personnel de la base en raison des fumées toxiques, dénonce-t-il.

 

De nombreux vétérans ont déjà intenté des poursuites contre l'armée, soutenant avoir été intoxiqués par ces fumées. Sur son site un internet, un avocat, David Huffman, recense 69 bases américains en Irak et Afghanistan où les déchets ont été incinérés à ciel ouvert.

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 16:35

Hélicoptères Mi-17 source Ria novisiti

 

Les factures relatives à 475 millions de dollars d'achat de carburant, essentiellement du diesel et du kérosène pour l'armée nationale afghane (ANA), auraient disparues.

 

11/09/2012 Par Maurin Picard - LeFigaro.fr

 

Un nouveau scandale vient entacher les relations américano-afghanes déjà passablement dégradées par les accusations de corruption envers Kaboul et les meurtres de soldats étrangers.

 

L'inspecteur général spécial pour la reconstruction de l'Afghanistan (SIGAR), John Sopko, a révélé dimanche dans un rapport préliminaire remis au secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, que les factures relatives à 475 millions de dollars d'achat de carburant, essentiellement du diesel et du kérosène pour l'armée nationale afghane (ANA), étaient purement et simplement «introuvables» entre octobre 2006 et février 2011. À l'issue d'une enquête remontant six ans en arrière dans la comptabilité de la mission d'assistance de l'Otan, Sopko s'est ému des réponses lapidaires de ses interlocuteurs militaires à ses demandes de précisions. La moitié des factures sur la période allant de février 2011 à mars 2012 seraient elles aussi introuvables.

 

L'affaire ne pouvait plus mal tomber, à quatre mois de la passation de pouvoir pour la logistique des forces internationales à la jeune armée afghane, avant le départ définitif des dernières unités combattantes de l'Otan à l'horizon 2014.

 

Le spectre des talibans

Les déficiences pointées du doigt par Sopko, récemment nommé par Barack Obama avec mission d'identifier les comportements criminels ainsi que les fraudes et gaspillages au sein des projets contribuant à la reconstruction de l'Afghanistan, semblent multiples: le commandement allié en charge de l'entraînement des forces afghanes (CSTC-A, pour Combined Security Transition Command-Afghanistan) se serait avéré incapable de préciser si le carburant fourni à l'ANA a été utilisé ou stocké. Pis, certains cadres du CSTC-A, placé sous les ordres du général américain Daniel Bolger, auraient «broyé» des piles de factures, sans que l'enquête ait pu déterminer s'il s'agit de malveillance ou d'incompétence.

 

Derrière ces stocks de carburant volatilisés se profile le spectre des talibans, qui auraient largement infiltré l'ANA pour mieux la disloquer de l'intérieur lorsqu'elle prendra la relève progressive des forces de l'Otan à compter du 1er janvier prochain.

 

Le CSTC-A, qui aurait dépensé 480 millions de dollars en carburant en 2011-2012 et 1,1 milliard au total depuis 2007, a néanmoins demandé que ces frais soient portés à 555 millions de dollars d'ici à 2014. «Dans l'attente des justificatifs manquants, il est impératif de limiter ces dépenses à 306 millions de dollars par an», a répondu John Sopko, frappé par la sourde hostilité des officiers de ce commandement. Ceux-ci ont invoqué la montée en puissance des forces de sécurité afghanes, censées attendre un record de 352 000 hommes à la fin de l'année, ainsi que l'arrivée de 25 000 nouveaux véhicules et générateurs, arguant qu'une limitation de ces dépenses entraînerait une chute de 37 % dans la disponibilité opérationnelle de l'ANA.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories