Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 07:45
L’Algérie fait commande de deux sous-marins russes « Varchavianka » de 3ème génération

 

26 juin 2014 Yazid Ferhat - maghrebemergent.com


Deux sous-marins à propulsion diesel-électrique du projet 636 « Varchavianka », seront construits par les chantiers navals russes de l'Amirauté pour l'Algérie, a rapporté ce jeudi l'agence RIA Novosti, citant une source au sein du complexe militaro-industriel russe.

 

« Le contrat portant sur la construction de deux sous-marins a été approuvé », a précisé la même source de l'agence sans préciser le montant du contrat et les délais de sa réalisation. Les Chantiers navals russes de l'Amirauté font partie du Groupe unifié de construction navale russe (OSK). La société avait déjà livré des sous-marins de classe Varchavianka à l'Algérie, a indiqué RIA Novosti, qui rappelle qu’en 2009, les Chantiers avaient ont signé avec le Vietnam un contrat prévoyant la livraison de six sous-marins du projet 636.1 pour un montant total de deux milliards de dollars.
Baptisés « trou noir » par les experts de l'Otan pour sa discrétion, les sous-marins diesel-électriques polyvalents du projet 636 "Varchavianka" (Improved Kilo, selon le code de l'Otan) appartiennent à la 3ème génération de sous-marins russes. Ils peuvent être dotés notamment de systèmes de missiles multirôles 3M-54 Club.

 

90 pour cent de l'armement algérien d'origine russe

La Russie est le premier fournisseur d’armements de l’Algérie avec 93 % des fournitures en 2013, selon le dernier rapport de l’Institut de Stockholm pour la recherche sur la paix (SIPRI). Ces cinq dernières années, l’Algérie a acquis auprès de ce pays 44 avions de combat Su-30MKA, 2 sous-marins Project-636, 3 systèmes de défense S-300 PMU-2 (SA-20B) à longue portée sol-air missiles (SAM) et 185 chars T-90S.
L’Algérie commence toutefois à diversifier ses commandes militaires. Elle a était en 2013, le premier client de l’industrie allemande de l’armement. En 2014, l’Algérie devrait signer avec l’Allemagne un contrat de 2,7 milliards d'euros portant sur la production de 980 blindés destinés à son armée et la construction d'une usine d'assemblage d'armement sur son sol.

Partager cet article
Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 07:40
Another super quiet sub for Russia’s Black Sea fleet

Project 636.3 Varshavyanka class diesel-electric submarine (RIA Novosti / Vitaliy Ankov)

 

June 26, 2014 RT.com

 

St. Petersburg shipbuilders have launched an improved Kilo-class submarine for Russia’s Black Sea fleet. Armed with cruise missiles, this diesel-electric stealth sub is believed to be the quietest in the world, and so was dubbed ‘black hole’ by NATO.

 

The multipurpose, low-noise and highly maneuverable Varshavyanka-class (Project 636.3) submarine is named after the city of Rostov-on-Don. Construction began at the Admiralty Shipyard on November 21, 2011.

 

It is the second Varshavyanka submarine out of six planned for the Black Sea Fleet by the end of 2016. Unlike the fleet’s main forces stationed in Sevastopol in Crimea, these new submarines will use the port of Novorossiysk as their home base.

 

Armed with 18 torpedoes and eight surface-to-air Club missiles, Project 636.3 submarines are mainly intended for anti-shipping and anti-submarine missions in relatively shallow waters. They have an extended combat range and can strike surface, underwater and land targets.

 

The prototype Varshavyanka submarine ‘Novorossiysk’ is undergoing tests in the Baltic Sea, and in early 2015 is expected to make a two-month journey around Europe under its own power to its home base.

 

At present, there are two more Project 636.3 submarines under construction: work on the ‘Stary Oskol’ began in August 2012 and on the ‘Krasnodar’ in February of this year.

 

In the 1990s and 2000s, Russian shipwrights constructed a number of previous version Kilo-class submarines for export. According to open sources, China operates 10 Russian-built Kilo-class submarines (Project 636 and 636M). Vietnam possesses two Kilo submarines (project 636.1) and is expecting four more, which are at various stages of readiness. Two Project 636M submarines have also been delivered to Algeria.

 

On Friday, the Admiralty Shipyard will launch a state-of-the-art mine sweeper, the ‘Aleksandr Obukhov’ (Project ‘Aleksandrit’); its entire 62-meter hull is made of monolithic fiberglass. It took over a year to form the hull, which has no magnetic signature, in a specially designed matrix. The ‘Aleksandr Obukhov’ is the largest plastic-hulled ship ever made in Russia. The vessel is capable of detecting and destroying all kinds of modern sea mines, even if they are silt-covered.

Partager cet article
Repost0
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 16:40
La Russie livrera deux sous-marins à l'Algérie

 

SAINT-PETERSBOURG, 26 juin - RIA Novosti

 

Les Chantiers navals russes de l'Amirauté construiront deux sous-marins à propulsion diesel-électrique du projet 636 "Varchavianka" à l'Algérie, a fait savoir à RIA Novosti une source au sein du complexe militaro-industriel russe.

 

"Le contrat portant sur la construction de deux sous-marins a été approuvé", a indiqué l'interlocuteur de l'agence sans préciser le montant du contrat et les délais de sa réalisation.

 

Les Chantiers navals russes de l'Amirauté font partie du Groupe unifié de construction navale russe (OSK). Auparavant, la société a déjà livré des sous-marins de classe Varchavianka à l'Algérie. En 2009, les Chantiers ont signé avec le Vietnam un contrat prévoyant la livraison de six sous-marins du projet 636.1 pour un montant total de deux milliards de dollars.

 

Baptisés "trou noir" par les experts de l'Otan pour sa discrétion, les sous-marins diesel-électriques polyvalents du projet 636 "Varchavianka" (Improved Kilo, selon le code de l'Otan) appartiennent à la 3ème génération de sous-marins. Ils peuvent être dotés notamment de systèmes de missiles multirôles 3M-54 Club.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 12:35
Le nouveau SNLE indien toujours pas prêt pour ses essais en mer

 

18 juin 2014. Portail des Sous-Marins

 

Contrairement à certaines affirmations, le premier SNLE indien de construction locale, l’INS Arihant, n’est toujours pas prêt pour effectuer des essais à la mer, une étape indispensable pour vérifier les systèmes du sous-marin et son armement avant qu’il ne puisse être mis en service par la marine indienne.

 

Le réacteur nucléaire de l’Arihant, construit avec une aide russe, est devenu “critique” pour la première fois en aout dernier. Depuis, le sous-marin subit des essais à quai, ce qui pourrait encore prendre quelques mois, expliquent des sources haut placées de la marine.

 

Le sous-marin devait prendre la mer au début de l’année, mais cela n’a pas été possible puisque des tests supplémentaires ont été effectués pour s’assurer que tous les systèmes du sous-marin sont prêts pour la navigation, ont indiqué les sources.

 

Il est très important pour l’Inde que le sous-marin prenne la mer, afin de tester son missile balistique. Le missile Bo5 (ou K-15) a déjà été testé mais seulement depuis un ponton immergé, pas en conditions réelles.

 

Une fois que l’Arihant prendra la mer, il effectuera des essais pendant 6 à 8 mois. Il testera aussi le missile Bo5, dont 12 équiperont le sous-marin.

 

Référence : New Indian Express

Partager cet article
Repost0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 07:20
L'USS Pennsylvania, SNLE américain, établit un nouveau record de durée de mission

 

17 juin 2014. Portail des Sous-Marins

 

L’équipage "Or" du SNLE américain USS Pennsylvania est rentré le 14 juin à son port-base de Kitsap-Bangor à la suite de 140 jours de patrouille de dissuasion, établissant ainsi un nouveau record de durée de patrouille par un SNLE de la classe Ohio.

 

La patrouille a commencé en janvier dernier. Il s’agit de la plus longue depuis le début des années 70.

 

Comme le Pennsylvania est sorti en 2013 d’une période d’entretien prolongée, la patrouille avait dès le début été prévue pour être plus longue que ce qui est considéré comme normal pour un SNLE. Le sous-marin est resté presque tout le temps en plongée : contrairement aux bâtiments de surface et aux autres sous-marins, les SNLE ne font généralement pas d’escales.

 

Référence : US Navy

Partager cet article
Repost0
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 16:40
La Russie équipera ses sous-marins de robots de combat

 

SEVERODVINSK, 17 juin - RIA Novosti

 

Les sous-marins russes de cinquième génération seront équipés de robots de combat, a déclaré mardi aux journalistes le commandant en chef de la Marine russe, l'amiral Viktor Tchirkov.

 

"A l'avenir, les capacités de combat des sous-marins nucléaires et non nucléaires polyvalents seront renforcées grâce à l'intégration de systèmes robotiques", a indiqué l'amiral lors de la cérémonie de montée des couleurs à bord du sous-marin nucléaire polyvalent Severodvinsk.

 

Selon M.Tchirkov, la réalisation de ces projets permettra à la Russie d'éviter un retard technologique et de se doter de sous-marins répondant aux exigences les plus modernes.

 

A l'heure actuelle, les forces navales russes sont en train de recevoir des sous-marins de quatrième génération. Il s'agit de sous-marins polyvalents du projet 885 (code Iassen) et d'appareils stratégiques 955 (code Boreï).

Partager cet article
Repost0
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 11:40
Russie: le SNLE Severodvinsk en service opérationnel

Le sous-marin nucléaire polyvalent russe Severodvinsk

 

SEVERODVINSK, 17 juin - RIA Novosti

 

Le sous-marin nucléaire polyvalent russe Severodvinsk (projet 885 Iassen) a été mis en service opérationnel ce mardi 17 juin : la cérémonie de remise du navire à la Marine s'est tenue aux chantiers navals Sevmach. 

"Le SNLE Severodvinsk, [chef de file du projet 885 Iassen], devra rejoindre d'ici la fin de l'année les lieux du stationnement permanent des Forces sous-marines de la Flotte du Nord, où il remplira des missions d'entraînement au combat", a annoncé mardi aux journalistes le commandant en chef de la Marine russe Viktor Tchirkov. 

Deux autres sous-marins de cette classe, le Kazan et le Novossibirsk, sont actuellement en chantier à l'usine Sevmach. La remise du Kazan à la Marine est programmée pour 2015. Le quatrième sous-marin du projet 885 Iassen, qui sera baptisé en l'honneur de la ville russe de Krasnoïarsk, sera mis en chantier le 19 juillet.

Les sous-marins nucléaires d'attaque du projet 885 Iassen ont un déplacement de 8.600/13.800 tonnes et peuvent plonger à 600 mètres de profondeur. Leur vitesse est de 16/30 nœuds. Selon les spécialistes de Sevmach, ce sont "les sous-marins les plus modernes et les moins bruyants de fabrication russe". Dotés de missiles de croisière supersoniques de type Oniks et Kalibr et de torpilles universelles à guidage automatique, ces sous-marins pourront détruire des cibles terrestres à une distance de 1.500 km des côtes.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 18:35
photo DCNS

photo DCNS

 

12 juin 2014. Portail des Sous-Marins

 

Le chef d’état-major de la marine indienne, l’amiral Robin Dhowan, a déclaré que la construction des sous-marins Scorpène d’origine français, au chantier naval Mazagon Dock, progressait correctement. La livraison du premier sous-marin est désormais prévue en septembre 2016.

 

L’amiral Dhowan a expliqué jeudi que la marine avait l’intention de prendre livraison du premier sous-marin Scorpène, construit dans le cadre du “Projet 75”, en septembre 2016.

 

Elle s’assurera aussi que l’intervalle entre les livraisons des 5 autres sous-marins soit minimisé.

 

Référence : The Hindu (Inde)

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 11:55
SNLE dans la rade de L'ile Longue – photo  Alain Monot Marine nationale

SNLE dans la rade de L'ile Longue – photo Alain Monot Marine nationale

 

27/05/2014 Jean Guisnel - Défense ouverte / Le Point.fr

 

La technologie permettra bientôt de détecter les réacteurs nucléaires. Quand ? C'est toute la question, cruciale pour l'avenir de la dissuasion.


 

Le prochain débat sur les affaires militaires françaises concernera les forces nucléaires stratégiques. Les discussions sur leur modernisation ont déjà commencé en coulisse. Elles portent notamment sur la poursuite du programme de simulation des essais à l'aide du laser mégajoule et sur la modernisation du missile ASMP-A emporté par les Rafale dans leur mission nucléaire. La construction du premier sous-marin nucléaire lanceurs d'engins (SNLE) de troisième génération est envisagée à partir de 2020, et à la même époque, les actuels missiles M-51 seront rénovés pour emporter un troisième étage plus lourd, permettant une portée plus longue.

Un rapport sénatorial de juillet 2012 expliquait que "les options possibles pour les missiles des années 2050-2060 devraient donc être étudiées avant de figer l'architecture du SNLE de troisième génération (SNLE 3G) vers 2015". En décembre dernier, la loi de programmation militaire précisait que celle-ci serait le cadre "du lancement des travaux d'élaboration du sous-marin nucléaire lanceur d'engins de troisième génération et du lancement du développement de la future version du missile M 51 (M 51.3)". À ce jour, les vulnérabilités les plus connues des sous-marins concernent leur détection acoustique, que l'on "évite en rendant les sous-marins de plus en plus discrets".

 

Vulnérabilité de l'arme "ultime" ?

Or, le délégué général pour l'armement (DGA), l'ingénieur général Laurent Collet-Billon, a fait état le 30 avril, en termes sibyllins, d'une percée technologique qui pourrait changer la donne. Auditionné par la commission de la Défense de l'Assemblée nationale, il a levé le voile sur un secret jusqu'alors bien gardé : "Les particules émises en nombre ridiculement faible par les réacteurs nucléaires embarqués seront peut-être un jour détectables dans les conditions tactiques." En d'autres termes, quand ils se trouvent dans les abysses, les SNLE ne jouiraient plus de cet avantage crucial de l'invisibilité, donc de l'invulnérabilité qui est leur meilleure protection. Une perspective d'autant plus inquiétante que la technostructure politico-militaire française envisage sérieusement de supprimer la composante aéroportée pour faire reposer la stratégie de dissuasion sur les seuls sous-marins. De la triade stratégique de naguère, qui comptait aussi les missiles du plateau d'Albion, la dissuasion passerait dans cette hypothèse à une composante unique : les sous-marins.

Sauf qu'il y a un problème, que Laurent Collet-Billon n'a pas évoqué par hasard. Il a choisi de lever, pour les députés, un coin du voile qui recouvre la possible détection de particules connues depuis les années 1930, les antineutrinos. Les réactions nucléaires dans un réacteur en produisent des milliards, la particularité de ces antineutrinos étant que rien ne peut les arrêter. Ni l'eau ni la roche, rien. Mais il était jusqu'à présent quasi impossible de les détecter. Or, des progrès récents permettent d'envisager ce repérage des antineutrinos, à tel point que l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) a lancé voilà dix ans des études visant à la mise au point de méthodes de détection à distance de l'activité d'un réacteur nucléaire. Et les travaux progressent vite, y compris en France. On mesure le progrès qu'une telle avancée permettrait, en rendant possible, par exemple, le contrôle d'une activité illicite. Ou des déplacements d'un sous-marin en plongée.

 

Pas de conséquence durant le siècle à venir

Pour étudier ces particules, le Commissariat à l'énergie atomique a lancé en 2009 l'expérience Double Chooz, installée à proximité de la centrale nucléaire de Chooz (Ardennes). Il s'agit d'un programme scientifique qui pèche par les dimensions énormes du détecteur, comparables à celles d'un petit immeuble. Les amateurs liront avec intérêt la thèse du chercheur Antoine Collin sur le sujet. En juillet 2013, une autre expérience de taille beaucoup plus modeste a donné ses premiers résultats. Installé à Saclay, dans la région parisienne, le détecteur Nucifer a été développé par le CEA, le CNRS et le Max Planck Institut für Kernphysik pour évaluer la pertinence d'un détecteur d'antineutrinos de petite taille et bon marché pour une application éventuelle à la non-prolifération. Pour cet expert en la matière que nous avons consulté : "Cet outil est conçu pour prendre les proliférants la main dans le sac." Et les sous-marins nucléaires en plongée ?

La question ne consiste plus aujourd'hui à savoir s'il sera possible de les détecter, mais quand. À la marine nationale, où le sujet est sous le boisseau, on estime que "cette question n'est pas d'actualité et n'aura pas de conséquence opérationnelle durant le siècle à venir". Mais les Français préparant aujourd'hui la force de dissuasion nucléaire qui sera en oeuvre dans une quarantaine d'années, cette interrogation sur la vulnérabilité de l'arme "ultime" de l'arsenal français est on ne peut plus légitime. Sur son site web, le labo APC de l'université Paris-Diderot/CNRS explique : "La détection des antineutrinos par les moyens développés par les physiciens ouvre des perspectives plus vastes. Ainsi, il est possible, en y mettant les moyens, de détecter des sous-marins (nucléaires s'entend) dans un rayon d'une vingtaine de kilomètres autour de points sensibles. La forme du signal renseigne sur sa vitesse et sa distance."

 

Un détecteur de la taille d'un iceberg

Les réserves et les conditions mises par Laurent Collet-Billon au succès éventuel de tels moyens de détection ne sont pas des formules oratoires. À ce stade, il est encore bien tôt pour envisager - au moins en France - une détection des submersibles. Un bon connaisseur du dossier nous a expliqué que "détecter un sous-marin sera possible un jour si le détecteur se trouve à moins d'un kilomètre du navire. Et il faudra que ce détecteur contienne mille tonnes de matière sensible. Dans l'absolu, c'est possible. Dans l'immédiat, certainement pas !"

À l'état-major de la marine, on confirme n'avoir "aucune inquiétude sur la sécurité des sous-marins nucléaires, y compris ceux de l'avenir. Un détecteur pourrait éventuellement fonctionner avec une installation fixe, mais les réacteurs du sous-marin sont mobiles, beaucoup moins puissants que ceux d'une centrale à terre tout en n'utilisant qu'une petite partie de leur capacité. Nous estimons que le jour où l'on pourra remorquer sur la mer un détecteur de la taille d'un iceberg, il sera temps d'évoquer la question !"

Une chose est sûre : à ce stade, nous n'avons rencontré au cours de notre enquête que de très rares interlocuteurs connaissant et acceptant de discuter de ce sujet. Dans le monde politique, cette question n'a jamais été abordée dans un rapport parlementaire, et aucun membre de l'exécutif n'a jamais évoqué cette question pourtant cruciale pour l'avenir de la dissuasion.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 11:35
Les deux Scorpène® malaisiens, invités des 40 ans de la Marine royale malaisienne

 

 

23/05/2014 DCNS Group

 

Après un entretien de plusieurs mois, le Tunku Abdul Rahman est parti du chantier naval de Lumut mi-avril pour participer à la cérémonie du quarantième anniversaire de la Marine malaisienne. A son retour à la base, le premier des deux Scorpène® malaisiens a rencontré le Tun Razak, qui effectuait ses essais à la mer suite à son entretien de cinq semaines.

 

Les deux sous-marins ont alors navigué ensemble jusqu’à leur base, située à Kota Kinabalu, dans la baie de Sépangar (île de Bornéo): « Ces navigations sont la démonstration de la force sous-marine de la Marine royale malaisienne et DCNS est fier de contribuer à cette réussite, notamment en participant aux opérations d’entretien de cette flotte avec BDNC (Boustead DCNS Naval Corporation) », souligne Roland Ulvoas, Directeur Adjoint du Programme Scorpène®  Malaisie.

 

Signé en juin 2002, le contrat entre le gouvernement de Malaisie et DCNS portait sur la fourniture de deux sous-marins de type Scorpène®, de prestations logistiques et d’un programme de formation. Le Groupe a également activement participé à la conception et à la construction de la nouvelle base navale malaisienne.

 

Les deux bâtiments, d’une longueur de 67,5 m et d’un déplacement de 1 550 tonnes, sont conduits par un équipage réduit de 31 hommes pour une autonomie de 45 jours.

 

Ce programme de sous-marins Scorpène®  confirme le savoir-faire reconnu de DCNS dans la maîtrise d’œuvre de programmes navals complexes. Avec quatorze unités vendues dans le monde, le Scorpène® est une référence mondiale en matière de sous-marins conventionnels (deux ont été vendus au Chili, deux à la Malaisie, six à l’Inde, quatre au Brésil).

 

Conçus par DCNS, ces sous-marins bénéficient des innovations développées ces dernières années sur d’autres programmes et rassemblent les technologies les plus avancées, notamment dans les domaines de l’hydrodynamisme, de la discrétion acoustique et de l’automatisation.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 19:55
SNLE dans la rade de L'ile Longue – photo  Alain Monot Marine nationale

SNLE dans la rade de L'ile Longue – photo Alain Monot Marine nationale

 

PARIS, 15 avr 2014 marine-oceans.com  (AFP)

 

La marine française a décidé l'affectation à titre expérimental de trois femmes officiers à bord d'un sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE), une première qui pourrait conduire à terme à l'ouverture pérenne de la filière sous-marine au personnel féminin.

 

La formation débutera en 2015 pour ces trois officiers, qui devraient pouvoir embarquer en 2017 à bord d'un SNLE, a annoncé mardi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Les femmes n'étaient jusqu'ici pas autorisées dans les équipages des sous-marins.

 

M. Le Drian s'exprimait à l'occasion de la remise du rapport sur la prévention des risques de harcèlement sexuel et moral dans les armées, après des cas dénoncés dans un livre-enquête paru fin février.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 12:50
First Sea Lord Admiral Sir George Zambellas

First Sea Lord Admiral Sir George Zambellas

 

 

15 April 2014 Ministry of Defence

 

The First Sea Lord has said that the security of Scotland and the rest of the UK would be compromised if the Scottish choose independence.

Today, 15 April, Admiral Sir George Zambellas has written an article in The Telegraph about the potential impact of Scottish independence on the Royal Navy’s people, ships and submarines that help keep the United Kingdom safe.

In the article, the professional Head of the Royal Navy sets out why Scottish independence would damage Britain’s maritime security. He also writes about the bond between Scotland and the rest of the UK, and the vital role Scotland plays in maritime defence.

He said:

I believe that independence would fundamentally change maritime security for all of us in the United Kingdom and damage the very heart of the capabilities that are made up of the Royal Navy, the Royal Marines, the Royal Fleet Auxiliary and the Fleet Air Arm.

While the continuing United Kingdom would eventually adapt and cope, the deeper impact would be felt in Scotland which would no longer have access of right to the security contribution of one of the finest and most efficient navies in the world.

Read the article in The Telegraph in full here.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:35
photo Australian Navy

photo Australian Navy


15.04.2014 Defense Studies

SWEDISH defence giant Saab is making a bold, secret play for a slice of Australia’s $30 billion future submarine project.

As Federal Government placed all options for the navy’s future submarine back on the table this week, News Corp Australia can reveal that Saab and the Swedish Government have been engaged in secret talks with the Defence Department about the design of the new boats.

A Swedish delegation travelled to Canberra in March for first round talks.

Sweden has along history in submarines but it moved away from the business about 15 years ago when its shipbuilder Kockums — the company that designed the Collins Class submarine — was sold to German company Thyssen Krupp MS (TKMS).

The Swedish Government last month cancelled a deal with Kockums to buy its future submarine and since then it has contracted Saab to examine options for the nation’s sub-surface fleet.

One option is buying the submarine builder back from TKMS and possibly expanding operations in Australia.

Saab has hired almost 100 submarine experts from Kockums during the past month and its spokesman Anders Carp hinted that the hi-tech defence company could make a bid for Adelaide based submarine maker ASC if an when it came up for sale.

“We are impressed with the company,” Mr Carp said.

When asked if Saab might buy the company and build the Swedish submarines in Adelaide he did not rule it out and he added that 80 per cent of the company’s popular Gripen fighter jet was built elsewhere.

He said discussions between Saab and Australia had involved the design of the vessel and not the combat management systems. Australia favours an American combat system.

Saab already has crucial safety systems installed in the Collins Class fleet.

Mr Carp said the option for an evolved Collins Class vessel would be the most cost effective solution for Australia.

Saab executives met with government staffers on the sidelines of this week’s ASPI submarine conference in Canberra.

Defence Minister David Johnston told the conference that all options were on the table as the government developed its first Defence White Paper for release early next year.

He said the favoured option was to build the boats in Adelaide but “not at any cost”.

Options also include a possible partnership with the world’s biggest and most capable diesel-electric submarines the 4200-tonne Japanese Soryu Class boat.

Discussions with the Japanese are well advanced, but Senator Johnston refused to elaborate saying they were “commercial-in-confidence”.

There is strong interest in the Swedish designed Stirling engine and its air independent propulsion system that allows the vessel to remain submerged for long periods of time.

The biggest drawback with a diesel-electric boat compared with a nuclear vessel is the need to “snorkel” for air to feed the diesels that recharge the batteries.

The advantage of conventional powered vessels is their silence and that they can operate in shallower waters than nuclear submarines.

(News)

Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 16:55
ODISSEUS® : le nouveau logiciel d’aide à la navigation de DCNS dédié aux sous-marins

 

21/03/2014 DCNS Group

 

Si le marché dispose aujourd’hui de plusieurs logiciels de cartographie numérique pour les bâtiments de surface, rares sont les produits dédiés aux sous-marins. Fort de ce constat, DCNS s’est engagé dans le développement d’un outil doté de fonctionnalités uniques, prenant en compte une troisième dimension : l’immersion.

 

Toutes les fonctionnalités de sécurité nautique sont au rendez-vous

 

ODISSEUS® (Onboard Display & Information System for SubmarinE Underwater Safety) va permettre aux équipages des sous-marins d’intégrer l’environnement tactique à la situation nautique et d’être alertés sur les dangers en milieu immergé (échouement ou collision avec les navires détectés). Le logiciel permettra également d’optimiser la précision de positionnement du navire.

 

ODISSEUS® est intégré au système de combat

 

Grâce à ses interfaces avec le système de combat, ODISSEUS® met à la disposition des marins l’ensemble des données indispensables à la sécurité nautique de leurs missions. Ces informations sont affichées en superposition d’un fond cartographique à jour : routes planifiées, pistes environnantes, vidéo radar, visées des mâts optroniques et même l’image en temps réel issue du sonar d’évitement de mines.

 

Un logiciel disponible partout dans le sous-marin

 

A produit innovant, liberté d’utilisation optimale. ODISSEUS® met fin aux barrières d’exploitation sur un seul poste en un seul lieu. Sa disponibilité est démultipliée : depuis le poste de central de navigation opérations jusqu’au carré des officiers.

Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 16:50
Ecosse : l’avenir de la base des sous-marins nucléaires de Faslane inquiète Londres

 

13 avril 2014. Portail des Sous-Marins

 

L’inquiétude demeure mesurée, mais elle est bien réelle. Dans les milieux de défense britanniques, des préoccupations s’expriment, à mesure que les intentions de vote montent pour un oui au référendum sur l’indépendance de l’Ecosse, le 18 septembre. Car l’Ecosse est d’importance stratégique : elle abrite de nombreuses installations militaires, dont la base de sous-marins nucléaires de Faslane.

 

Référence : Le Monde

Naval Base Clyde - Faslane photo UK MoD

Naval Base Clyde - Faslane photo UK MoD

Note RP Defense : View all Vanguard Class

Partager cet article
Repost0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 16:35
La marine chinoise modifie ses sous-marins de la classe Yuan

Une nouvelle photo publiée sur des sites militaires chinois, montre que la marine chinoise continue de modifier son sous-marin classique Type 041, classe Yuan.

 

14 avril 2014. Portail des Sous-Marins

 

Selon les sources, cette nouvelle version du sous-marin est baptisée Type 039A, Type 039C, Type 039X, ou nouveau Type 041. Les images sont apparues pour la première fois en décembre 2013, après son lancement au chantier naval de Wuhan. La nouvelle photo, publiée le 6 avril, montre que cette nouvelle version du sous-marin possède un kiosque équipé d’un bourrelet, similaire à celui des sous-marins allemands.

 

Ce nouveau kiosque pourrait intégré un sonar haute-fréquence supplémentaire. Le nouveau sous-marin Type 041 est légèrement plus long que ses prédécesseurs. Des sources chinoises non confirmées indiquent que le déplacement de la nouvelle version est de 3.500 tonnes, 500 de plus que le Type 041 actuel et plus de 1.000 de plus que les 2.300 du S20, la version export du Type 041 conçu pour le Pakistan.

 

Référence : China Times (Taiwan)

Partager cet article
Repost0
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 05:55
Thales underwater warfare systems

9 avr. 2014 Thales underwater warfare systems

 

Building on 50 years of experience in undersea warfare, Thales is now a global leader in underwater systems and the world's top exporter of sonars and related systems for navies and air forces.

Thales designs and delivers acoustic and communication systems and subsystems for anti-submarine warfare and anti-mine warfare.
The solutions and related services are suitable for all types of platforms: submarines, surface ships, helicopters, maritime patrol aircrafts and unmanned naval systems.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 06:50
La Suède annule l’achat de 2 sous-marins à Kockums

 

9 avril 2014. Portail des Sous-Marins

 

Le gouvernement suédois a annulé l’achat de 2 sous-marins et la modernisation de 2 autres, dans le cadre d’un contrat signé avec Kockums AB, une filiale de ThyseenKrupp.

 

Selon la télévision suédoise, le ministère suédois de la défense est convaincu que la compagnie Kockums n’est désormais plus capable d’accomplir le travail.

 

Les mêmes sources indiquent que la Suède a toujours besoin de 2 sous-marins neufs et de moderniser 2 autres. Le ministère de la défense a donc demandé à Saab une étude préliminaire pour déterminer si l’entreprise serait capable de faire le travail.

 

Pour cela, Saab a déjà commencé à recruter des ingénieurs de Kockums, pendant que ThyseenKrupp propose des primes à son personnel pour l’inciter à rester dans l’entreprise.

 

Les experts estiment que le gouvernement suédois pourrait appuyer en sous-marin un rachat de Kockums AB par Saab.

 

Des sources officielles du ministère de la défense ont manifesté leur mécontentement devant l’absence de réponse de TKMS à certaines de ses demandes, comme par exemple la fixation d’un prix ferme pour l’achat des 2 nouveaux sous-marins du modèle A26 et la modernisation des 2 Gotland en service.

 

Référence : Info Defensa (Espagne)

Partager cet article
Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 17:35
Australia in Talks to Buy Japanese Submarines to Upgrade Fleet


One of Japan's hi-tech Soryu class submarines (photo : kure-news)

 

08 April 2014 Defense Studies

ALMOST 72 years after Japanese midget submarines attacked Sydney Harbour killing 21 sailors, Australia could buy Japanese subs for its $30 billion replacement program.

Possible access to Japanese technology and even a so-called “military off-the-shelf” deal to buy the boats is on the agenda during high-level defence talks in Tokyo between Prime Minister Tony Abbott and senior Japanese officials.

Mr Abbott’s talks follow a top-secret mission to Japan in February by the nation’s defence purchasing guru and head of the Defence Materiel Organisation Warren King to open negotiations with Japan’s defence agency for possible access to its Soryu Class submarines.

Defence Minister David Johnston has also met Japanese officials to discuss submarines and senior navy officers have been on board the Japanese boats to examine technologies such as the Swedish-designed air independent propulsion (AIP) system.

The AIP system allows the diesel-electric vessels to remain submerged for long periods of time without the need for fresh air for diesel power-plants.

When asked yesterday what aspects of the Japanese boats might be included in an Australian design, a senior government source replied: “Everything.”

When pressed on whether that included buying the boats off-the-shelf from the Japanese the answer was an emphatic “yes”.


 

Soryu class cutaway (image : goo)

At a submarine conference in Canberra tomorrow Senator Johnston will tell Defence and industry that “all bets are off” when it comes to options for the future Australian submarine fleet.

He will also debunk the myth that Australia needs 12 submarines and will make it plain that the government is not a job-creation agency for local shipbuilders.

That means shipbuilder ASC would need to prove its credentials as a competitive and skilled shipyard.

Japanese officials have visited the ASC shipyard at Port Adelaide, where the navy’s six Collins Class boats were built.

The Japanese vessels cost about $600 million each, or less than half the price of an Australian-made alternative.

The 4200-tonne (submerged) Soryu submarines would be an ideal fit to replace the ageing 3400-tonne Collins boats.

It is understood the Japanese technology could also be used to extend the life of the Collins boats beyond the late 2020s.

Senator Johnston will also urge Defence to get moving quickly so a decision can be taken by March 2015.
He will point out that it took Singapore just 10 months to move from concept to decision for its new submarine.

(News)

Partager cet article
Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 11:40
Russie: une dizaine de sous-marins nucléaires modernisés d'ici 2020

 

 

MOSCOU, 8 avril - RIA Novosti

 

Les Forces navales russes seront dotées d'ici 2020 d'une dizaine de sous-marins nucléaires polyvalents modernisés, a annoncé mardi aux journalistes un représentant de la Marine.

 

"D'ici 2020, une dizaine de sous-marins des projets 971, 945 et 949 devraient être modernisés", a indiqué la source se référant au commandant en chef de la Marine russe, l'amiral Viktor Tchirkov.

 

A l'issue des travaux de modernisation, les appareils en question seront dotés d'équipements de survie et de systèmes de communications modernes ainsi que de complexes de navigation et de sonars, a expliqué l'interlocuteur de l'agence avant d'ajouter que la durée de service des sous-marins serait multipliée par deux.

 

Les travaux en question sont assurés par les chantiers navals Zvezdotchka de Severodvinsk et Zvezda (Extrême-Orient russe), a encore précisé la source.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 07:30
Israel to Commission Two New Subs in 2014

April 7, 2014 defense-aerospace.com

(Source: Israel Defense Forces; issued April 6, 2014)

 

Stealth and Resilience: Meet the IDF’s New Submarines

 

Graduates of the IDF’s Submariners course are about to receive a more advance training regimen, in order to keep up with the evolution of IDF submarine capabilities.

 

In 2014, the Israel Navy is expected to put two new advanced Dolphin-class submarines into service: the INS Crocodile, and the INS Rahav. These two submarines were acquired from Germany in 2012. With the introduction of these submarines into the fleet, submariner recruits will now undergo a new training regimen.

 

The current course of submarine recruits will be the first to complete the training for the new submarines. The new training includes two new roles for the control panel and sonar.

 

“These new submarines have new systems, and therefore new capabilities. Among these are greater stealth and the ability to stay longer under water,” said the commander of the school, Maj. Y. These new submarines will use AIP (air-independent propulsion) technology, which enables them to stay underwater longer. These submarines are also stealthier because they produce less noise.

 

IDF Submarine

 

Moreover, the new submarines will be equipped with the most up-to-date naval weapons systems and improved detection capabilities. They are also designed to be easily maneuvered. “These submarines are larger than previous ones. In the event of a clash with strong water currents, the new steering station is designed to allow them to move more easily,” Maj. Y.said.

 

In addition to the regular submariner course, one long retraining course took place for the veterans. “Each submarine team consists of veterans who qualified in Germany, submariners and other veterans who were retrained, and new soldiers who enlisted when their course was adapted to the new submarines,” said Major Y.

 

Inside an IDF Submarine

 

The soldiers’ daily routine consists of morning roll call, courses in a classroom, frequent treks of six to 20 kilometers, the use of digital simulators, and most importantly, tours in a submarine. “Obviously the goal of the training is to be relevant to the reality in the field,” said Major Y. While Israel’s enemies are training and improving all of the time, the Israel Navy will always stay one step ahead of them.

Partager cet article
Repost0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 07:55
Crédits DCNS

Crédits DCNS

 

05 avril 2014 Varmatin.com

 

Confirmé dans ses fonctions de ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian est très attendu par les personnels militaires de la base de défense de Toulon et le personnel de DCNS liés aux futurs sous-marins d'attaque (SNA) de classe Barracuda.

 

Selon une réponse faite aux syndicats, le ministre aurait une nouvelle fois retardé sa réponse quant au transfert à Brest - ou le maintien à Toulon - de l'accueil et de l'entretien des futurs SNA, dont le premier exemplaire est en construction à Cherbourg.

 

Réponse repoussée

 

La réponse serait repoussée avant la fin de l'année. L'enjeu est à la fois stratégique et économique.

 

Stratégiquement, des sous-marins sont indispensables à Toulon pour protéger le porte-avions Charles-de-Gaulle, comme le fait actuellement la flottille de six SNA, de classe Rubis.

 

Mais ils sont tout aussi utiles pour protéger les sous-marins porteurs de missiles nucléaires (SNLE) basés à Brest. C'est pourquoi, plus qu'un transfert global, on s'acheminerait davantage vers une répartition entre les deux ports de défense.

 

Économiquement parlant, ce sont surtout les grands carénages de sous-marins (indisponibilité périodique pour entretien et réparation ou Iper, tous les dix ans) qui retiennent l'attention (1).

 

Des centaines d'emplois sont en jeu à l'horizon 2027, date prévisionnelle du premier Iper d'un Barracuda.

 

À Toulon, les six sous-marins de la génération précédente emploient 1 000 marins, auxquels s'ajoutent 1 200 salariés de DCNS liés à leur entretien, sans compter les sous-traitants.

 

Ils génèrent, selon les syndicats, 120 millions d'euros par an.

 

1. Du 22 avril au 23 mai, à la DDTM de Toulon, une enquête publique sera ouverte en vue d'adapter les infrastructures existantes à l'accueil des Barracuda dans la base navale. Ces aménagements ne sont pas liés au futur site retenu pour les Iper.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 17:55
L'Ile Longue en rade de Brest, base des sous-marins nucléaires - photo Marine Nationale

L'Ile Longue en rade de Brest, base des sous-marins nucléaires - photo Marine Nationale

 

 

04 avril 2014 Ouest-France 

 

Cet exercice interarmées se déroulera du lundi 7 au vendredi 18 avril autour de la rade de Brest et en presqu'île de Crozon.

 

Cet entraînement consiste en un renforcement de la protection défense de la rade de Brest et de ses installations militaires, précise la préfecture maritime. Il mettra en œuvre de nombreux moyens interarmées, notamment un dispositif sol-air de l'armée de l'air ainsi que des éléments des forces terrestres et maritimes.

 

Cet entraînement a lieu une fois par an. Il permet à l'ensemble des moyens interarmées de tester les procédures de renforcement du dispositif de protection autour de la rade de Brest et de ses installations militaires.

Partager cet article
Repost0
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 11:50
Première femme officier à bord d’un sous-marin allemand

 

 

4 avril 2014 Portail des Sous-Marins

 

Les femmes sont rares à bord des sous-marins. Cependant, la marine allemande vient d’affecter sa première femme officier à bord d’un sous-marin.

 

Depuis le début de l’année, Janine Asseln, 27 ans, est affectée à bord du U31 comme 4è officier de quart.

 

Elle est la seule femme dans la marine allemande à être affectée à bord d’un sous-marin. Selon la tradition, la présence d’une femme à bord porte malheur.

 

« N’importe qui peut supporter d’être au-dessus de l’eau, » explique Asseln, dont le père et le grand-père ont tous les 2 appartenu à la marine et ont inspiré son choix de carrière. Il n’y a qu’en Norvège que les femmes officiers ont commencé à être couramment affectées à bord de sous-marins.

 

Élevée à Eckenförde près de la base navale où elle travaille désormais, naviguer sur un sous-marin a toujours été un rêve pour elle, raconte-t-elle, mais un rêve que sa mère et sa grand-mère considérait avec un peu de scepticisme.

 

« Ils sont tous fiers de moi, » explique-t-elle, ajoutant que son copain l’est aussi. Asseln est la seule femme à vivre et travailler au milieu d’un équipage de 27 hommes.

 

Son copain trouve difficiles les longues périodes d’absence. « Mais il me soutient complètement, » souligne-t-elle.

 

Comme tous les autres membres d’équipage, elle a dû apprendre à gagner le respect de ses camarades de bord. « Bien sûr, ils attendaient de voir de quoi vous êtes faites, » indique-t-elle, ajoutant que tout le monde à bord « doit savoir tout faire. » Cela exige un haut niveau de compétences.

 

Par exemple, dans une situation d’urgence, tout le monde doit savoir quelle vanne doit être ouverte ou fermée. La plupart du temps, l’officier de quart Asseln regarde dans le périscope pour surveiller ce qui se passe en surface, ou aider à préparer la route que le sous-marin va suivre.

 

Mais le plus grand défi est de vivre à bord d’un sous-marin, puisqu’il y a très peu de place pour se déplacer. « Au début, j’avais plus de bleus que je ne pouvais en compter. »

 

En tant que femme, Asseln n’a pas de traitement particulier. Elle a sa couchette au milieu de celles des hommes et s’y est habitué relativement rapidement. « Tout le monde a son propre sac de couchage, » explique-t-elle, tout en reconnaissant qu’il n’y a pratiquement aucune vie privée.

 

Asseln a un rideau qu’elle accroche lorsqu’elle se change et ajoute qu’elle ne reste pas en sous-vêtements.

 

L’équipage du U-31 aura sa prochaine mission en mai et se dirigera vers la Grande-Bretagne puis vers la Norvège. Asseln a déjà participé à une mission de longue durée.

 

Elle est destinée à rester à bord de cet équipage pour les prochaines années. Comme elle, d’autres femmes réussiront peut-être à faire leur chemin vers les sous-marins.

 

Référence : The Local (Allemagne)

Partager cet article
Repost0
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 07:35
Le drapeau vietnamien hissé sur deux sous-marins

Le Premier ministre Nguyên Tân Dung remet le drapeau national aux commandants des sous-marins HQ-182 Hanoi et HQ-183 Hô Chi Minh-Ville. Photo/VNA

 

03/04/2014 Vietnam+

 

La Marine populaire du Vietnam a organisé une cérémonie de hissement du drapeau national sur les deux premiers sous-marins de la classe Kilo, marquant la mise en service officielle de ces bâtiments jeudi dans le port militaire de Cam Ranh, province de Khanh Hoa (Centre).

 

Cet événement revêt une importance particulière comme il marque un nouveau développement de la Marine populaire du Vietnam en particulier et de l’Armée populaire du Vietnam en général, s’est félicité le Premier ministre Nguyên Tân Dung lors de la cérémonie à laquelle ont assisté l’ancien secrétaire du Parti communiste du Vietnam Lê Kha Phiêu, le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Pham Binh Minh et des dirigeants de certains ministères et localités.

 

La fondation et la défense nationales, l’édification et la défense de la Patrie sont une loi vitale dans l’histoire de développement de la nation vietnamienne. C’est aussi une belle tradition, une obligation sacrée des générations des Vietnamiens, a déclaré le chef du gouvernement.

 

Dans le contexte mondial et régional immédiat comme à long terme, tout le Parti, toute l’armée et tout le peuple doivent s’unir et faire cause commune, s’efforcer, par la force globale de tout le pays, d’édifier et de sauvegarder à tout prix l’indépendance, la souvernaineté, l’intégrité territoriale de la Patrie, a-t-il souligné.

 

Le pays ayant subi tant de souffrances et sacrifices dues aux guerres d’agression féroces, nous aspirons à la paix pour la construction nationale et l’amélioration des conditions de vie du peuple, a poursuivi le dirigeant vietnamien.

 

Mais les bons voeux ne sauraient suffire à nous assurer la paix. Nous devons être puissants dans tous les domaines que ce soient politique, économie, culture, société, défense, sécurité, diplomatie, solidarité nationale, et seulement avec cela que nous pouvons défendre fermement la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays.

 

Ainsi, tout le Party, tout le peuple et toute l’armée devraient saisir à fond et réaliser efficacement les options et résolutions du Party, poursuivre le développement socio-économique rapide et durable, se concentrer sur le renforcement de la capacité de l’armée populaire et de la police populaire, notamment les forces maritimes et aériennes, a indiqué Nguyên Tân Dung.

 

Le Premier ministre a réaffirmé que la politique de défense du Vietnam est celle de la paix et de l’auto-défense. La modernisation de l’armée du Vietnam est seulement destinée à l’autodéfense et à la sauvegarde des intérêts légitimes du pays. Elle ne vise aucunement un quelconque pays.

 

Il a profité de cette occasion pour exprimer ses remerciements aux amis internationaux, en particulier le président russe Vladimir Putin, le Premier ministre russe Dmitry Medvedev, le gouvernement russe et le ministère russe de la Défense, les amis russes pour leur soutien précieux accordé au Vietnam durant son processus de modernisation de son armée.

 

 

HQ-182 Hanoi HQ-183 Ho Chi Minh photo tuoitre

HQ-182 Hanoi HQ-183 Ho Chi Minh photo tuoitre

A ce jour, le Vietnam a pris livraison de deux sous-marins à propulsion diesel-électrique du projet 636 Varchavianka (Improved Kilo, selon le code de l'OTAN). Baptisés HQ-182 Hanoi et HQ-183 Hô Chi Minh-Ville, ces bâtiments appartiennent à la troisième génération de sous-marins.

 

D'un déplacement en charge de 3.100 tonnes, les submersibles de cette classe ont un déplacement de 2.350 tonnes en surface et de 3.950 tonnes en plongée et une vitesse de 17/20 nœuds. Ils peuvent plonger à 300 mètres de profondeur et sont dotés de torpilles de 533 mm (six tubes), de mines et de missiles de croisière Kalibr.

 

Ces bâtiments sont en mesure de repérer leur cible à une distance trois à quatre fois supérieure à celle à laquelle ils peuvent eux-mêmes être repérés par l'ennemi. Cette discrétion leur a valu d'être surnommés "trous noirs" dans l’océan par les experts de l'OTAN

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories