Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 12:40
La flotte russe de la mer Noire se dotera de nouveaux sous-marins

 

20.01.2014 Oleg Nekhaï, La Voix de la Russie

 

Six sous-marins non nucléaires du projet 636.3 renforceront la flotte de la mer Noire russe d’ici 2016. Trois d’entre eux entreront en service dès cette année.

 

Il s’agit des sous-marins diesel-électriques Novorossiïsk, Rostov-sur-le-Don et Stary Oskol. Ces navires font partie de la troisième génération de navires de la classe Varchavianka (Kilo, selon la classification de l’OTAN). Novorossiïsk sera mis en service en premier. Ce sous-marin est de 73 mètres de long, 10 mètres de large et 350 mètres de profondeur d’immersion. Sa vitesse de déplacement en en immersion peut atteindre 20 nœuds. Selon les informations qui sont en accès ouvert, ces navires sont dotées d’armes puissantes et peuvent porter des coups grâce aux missiles de croisière Club-S à leur bord, explique le vice-président de l'Académie des problèmes géopolitiques, le capitaine Konstantin Sivkov.

 

« Ces missiles peuvent avoir une portée allant jusqu’à 300 km. Si les sous-marins sont équipés de complexes Calibre, la portée de ces derniers atteindra 1200 à 1500 kilomètres. Selon le commandant en chef de la marine russe, l'amiral Viktor Tchirkov, ce système a été mis en service par la marine russe. Et par cet indicateur, l’armement russe est comparable aux missiles de croisière américains Tomahawk. Avec une aussi grande portée, les missiles peuvent atteindre les cibles sur le territoire des pays qui se trouvent au-delà de la région de la mer Noire, dans la région la région du Proche et du Moyen-Orient. »

 

Les nouveaux sous-marins possèdent des caractéristiques uniques en termes de protection contre le bruit. Leurs prédécesseurs, les sous-marins du projet 877 Varchavianka ont été baptisés « Trou noir » par les experts occidentaux pour leur discrétion. Par ce paramètre, les navires russes dépassent sensiblement leurs analogues occidentaux. Le sous-marin du projet 636,3, qui représente une version modernisée du sous-marin Varchavianka, se distingue par un niveau de bruit encore plus bas. Et le fait d’être équipé d’un système de sonar sophistiqué, cela donne à ce navire un avantage sensible par rapport aux sous-marins étrangers de la même classe. Même par rapport aux sous-marins atomiques. Les nouveaux navires vont pouvoir résoudre un large spectre de missions, notamment en matière de la lutte contre les sous-marins dans les zones adjacentes aux côtes de l’ennemi éventuel, et non pas près de côtes russes. C’est aussi la défense des bases navales, et des communications côtières et maritimes.

 

« Il ne faut pas oublier que la situation est tendue au bassin méditerranéen, qui se trouve tout près. Sous certaines conditions, cette tension peut s’étendre sur la mer Noire, surtout si le conflit en Syrie n’est pas résolu, ou en cas d’un conflit avec l’Iran. Le flux de réfugiés pourrait s’étendre jusqu’à cette région et les terroristes pourraient également y pénétrer », ajoute Konstantine Sivkov.

 

Selon les experts, l'augmentation de six unités en trois ans du nombre de sous-marins à la flotte de la mer Noire, permettra de protéger les côtes des attaques d’un ennemi éventuel. A l’avenir, la flotte sous-marine de la mer Noire devrait être composée de 12 à 15 sous-marins non-nucléaires, ce qui permettra à la marine russe de relever efficacement toutes les mission qui se posent devant elle.

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 12:35
La Russie livre au Vietnam son deuxième sous-marin

 

21 janvier 2014. Portail des Sous-Marins

 

Le Ho Chi Minh, le 2è des 6 sous-marins de la classe Kilo achetés par le Vietnam, a terminé ses essais opérationnels et devrait arriver au Vietnam d’ici le mois d’avril.

 

Jeudi, la marine vietnamienne et les chantiers de l’Amirauté, le constructeur des sous-marins, ont signé le document marquant la fin des essais du sous-marin.

 

Le chantier a ensuite remis le sous-marin au Vietnam, selon des sources industrielles russes.

 

Il devrait arriver au Vietnam en mars ou avril.

 

L'analyse de la rédaction : Incertitude sur le nom exact du sous-marin : « Ho Chi Minh » ou « Ho Chi Minh Ville » selon les sources.

 

Référence : Thanh Nien Daily (Vietnam)

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 21:50
8 Foreign, Polish Bidders Apply For Submarine Contest

The Polish submarine Kondor is one of four Kobben-class boats.

 

Jan. 20, 2014 - By JAROSLAW ADAMOWSKI – Defense News

 

WARSAW — Eight offers have been submitted for the technical dialogue to supply three submarines to the Polish Navy. The defense companies include foreign and Polish entities, according to a statement obtained from the Ministry of Defense by local news site Defence24.pl.

 

The bidders include France’s DCNS and Thales, Spanish shipbuilder Navantia, Germany’s ThyssenKrupp Marine Systems, a consortium of Sweden’s state-run defense procurement agency Försvarets Materielverk and Kockums shipyard, Poland’s defense company Kenbit, Sweden’s Saab, and Norway’s Kongsberg Defence & Aerospace.

 

In addition, the ministry’s Armament Inspectorate reserves “the right to invite other entities which did not reply to the call to participate in the [dialogue],” the statement said.

 

Local media have reported that the submarine procurement is estimated to be worth at least 7.5 billion zloty (US $2.44 billion).

 

The ministry is aiming to acquire two new submarines by 2022, and a further one by 2030 as part of its Navy modernization program. The Polish Navy has one Kilo-class submarine and four Kobben-class submarines in its fleet. The latter four were acquired from Norway and are expected to be withdrawn from service by 2015

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 12:35
German Navy Type 212 submarine

German Navy Type 212 submarine

 

 

January 07, 2014 By Otfried Nassauer and Gordon Repinski – Spiegel.de

 

The German defense industry is increasingly looking to Asia as a growing market for its products. Conflicts in the Far East have led to a demand for the kind of giant -- and expensive -- submarines that come from shipyards in northern Germany.

 

The special fascination of ThyssenKrupp's new Type 218SG submarine is not immidiately apparent. It only becomes clear at the sight of the delicate, detailed engineering at its stern. That's where the "air independent propulsion system" is installed, connected directly with a gearless Permasyn motor. Built to glide through the sea almost noiselessly, the submarine is quieter and more durable than any other conventional model.

 

With fuel-cell drive and lithium-ion batteries, such a submarine can stay deployed at sea for more than 80 days and spend four weeks at a time under the surface.

 

These are ideal capabilities for a war machine built to function in the depths of seemingly endless waters, over routes that can be navigated without interruption for longer than ever before. It is a design suitable for the largest of all oceans: the Pacific.

 

At the end of November, Singapore, an authoritarian city-state on the edge of the crisis regions of the West Pacific, ordered the first two Type 218SG submarines to be released by German firm ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS). The custom-designed machines are to be delivered to the Singapore Navy by 2020. The deal cost the country €1.6 billion ($2.18 billion), which will go directly into the German economy.

 

German specialists will offer training for the crew and logistical support as part of the deal, in accord with industry standards. Thanks to German engineering, the Singapore Navy will become the most modern in the region.

 

An Arms Race in the Pacific

 

The deal is also a contribution to the arms race for military dominance in the Pacific. To underscore its interests, China has already sent its first aircraft carrier cruising over the South China Sea and presented a stealth jet. Japan and the United States are strengthening their engagement in the West Pacific. Vietnam is arming itself with submarines, frigates and fighter jets. Singapore's neighbor Malaysia is involved in scuffles over islands with the Chinese People's Republic. Even Russia is involved: Last summer they engaged in joint naval exercises with China -- in the Sea of Japan.

 

The entire region is expected to become one of the world's most important focal points for security policy. The conflicts that play out there relate to fishing areas, island groups and large mineral deposits believed to lie at the bottom of the ocean.

 

It is a state of affairs that promises big business for the German defense industry. Next to the Gulf region, the Pacific is increasingly becoming one of the few global growth markets for defense firms. According to a 2013 report published by the Swedish research institute SIPRI, three of the worlds five biggest arms importers are West Pacific states: China, South Korea and Singapore. For the German economy, the sale of large submarines is especially lucrative. Each vessel costs €400-800 million, depending on size.

 

The German government supports the business with benevolence. Each contract is given its own federal export guarantee. In the case of Singapore, the German state guaranteed the value of the submarines. It's a risk that pays off: In the end, the state also profits off global exports through tax revenue. In addition, long-running jobs for the North German HDW shipyard, a subsidiary of ThyssenKrupp, means secure jobs for the otherwise structurally weak region at the Kiel Fjord.

 

Merkel's Business-Friendly Approach

 

Thus far, when it comes to arms export policy, the government of Chancellor Angela Merkel has been as business-friendly as possible. German security interests have tended to trump the human rights situation in recipient countries. The coalition agreement between Merkel's conservatives and their governing partners, the center-left Social Democratic Party (SPD), also failed to resolve the issue, long a point of contention between the two parties. "An arms race is taking place in the Pacific," said Rolf Mützenich, the SPD's foreign policy point man in parliament. "We must look into this carefully." Human rights, said Mützenich, should have priority over security concerns.

 

In the case of the submarines, however, everything is still chugging along in the business-friendly direction: The deal was carefully prepared in the summer. On June 3 of last year, Steffen Kampeter, a state secretary in Germany's Finance Ministry, wrote a letter to Petra Merkel, chair of the parliament's Budget Committee for the SPD, approving the government export guarantee.

 

Kampeter asked that Merkel treat the documents as if they were confidential, because ultimately "the exporter is in direct competition with suppliers from France and Sweden." It was valuable "not to compromise" the "competitive environment." In that, they were successful.

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 08:40
Deux sous-marins russes mis en chantier courant 2014

 

MOSCOU, 9 janvier - RIA Novosti

 

Deux sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) relevant du projet 955A Boreï seront mis en chantier en 2014 à l'occasion de fêtes militaires russes, a annoncé jeudi à RIA Novosti une source haut placée au sein du complexe militaro-industriel du pays.

 

Selon la source, la construction de ces sous-marins censés constituer l'ossature des forces navales nucléaires russes sera lancée à l'occasion de la Journée du sous-marinier célébrée le 19 mars, et de la Journée de la Marine fêtée le dernier dimanche de juillet.

 

"Le cinquième SNLE de classe Boreï doit être mis en chantier en mars prochain et le sixième, en juillet à l'occasion de la Journée de la Marine nationale", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

 

Ces sous-marins, comme tous les autres bâtiments de la famille Boreï, seront construits par les chantiers navals Sevmach à Severodvinsk (région d'Arkhangelsk).

 

Selon la source, la tradition qui consiste à donner aux SNLE Boreï les noms de princes russes sera poursuivie.

 

Le premier sous-marin de la série, Iouri Dolgorouki, a été remis à la Marine russe le 10 janvier 2013 et rattaché à la flotte du Nord. Le deuxième sous-marin Alexandre Nevski est entrée en service le 23 décembre au sein de la flotte du Pacifique. Le troisième SNLE de cette classe Vladimir Monomakh est en train de subir des essais en mer pour être livré en 2014. Le quatrième bâtiment Kniaz Vladimir (le Prince Vladimir) est en cours de construction aux chantiers navals Sevmach.

 

D'ici 2020, huit sous-marins nucléaire du projet 955A Boreï viendront équiper les forces navales russe.

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 12:55
Un nouveau commandant des sous-marins nucléaires à Brest

 

Brest - 07 Janvier Ouest-France

 

Fabrice d'Ornano succède à Fabrice Legrand à la tête de l'escadrille des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins.

 

Le capitaine de vaisseau Fabrice d’Ornano est le nouveau commandant de l’Escadrille des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (ESNLE). Il remplace le capitaine de vaisseau Fabrice Legrand qui prend ses fonctions de chef d’état-major à l’État-major de la force océanique stratégique et des forces sous-marines (EM Alfost).

 

Fabrice d’Ornano est né à Antony (92) en 1965 et a intégré l’École navale en 1987. Il a rejoint les forces sous-marines quelques années après et a servi sur sous-marins nucléaires d’attaque à Toulon et sur sous-marins nucléaires lanceurs d’engins à Brest. Il a, à son actif 23 665 heures de plongée.

 

L’Escadrille des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (ESNLE) est basée à Brest et compte quatre sous-marins à l’Ile-Longue : Le terrible, Le Vigilant, Le Triomphant et Le Téméraire.

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 08:20
L’un des quatre sous-marins canadiens, le NCSM Chicoutimi, bientôt de retour

Un Sea King et le sous-marin NCSM Windsor en exercice en mer au large d'Halifax en 2005 (Photo: MDN)

 

7 janvier 2014 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

La Marine s'approche de l'objectif de trois sous-marins sur quatre

 

L’un des quatre sous-marins de la flotte canadienne sera enfin bientôt de retour. Dix ans après l’incendie qui avait coûté la vie à l’un de ses officiers, le sous-marin a été entièrement réparé et modernisé et doit commencer ses essais en mer dans quelques semaines, rapporte la Presse Canadienne.

Après toutes ces années de travaux au chantier de la Vancouver Shipyards, le Chicoutimi va être rendue à la Marine et l’équipage devrait commencer les essais en mer au large d’Esquimalt, en Colombie-Britannique, au cours des prochaines semaines , a déclaré le vice-amiral Mark Norman, commandant de la Marine, à l’agence de presse.

«Nous sommes sur le point de réaliser ce que nous avions établi », a déclaré le vice-amiral, se référant à l’objectif initial du programme des sous-marins qui prévoyait qu’il y ait trois des quatre sous-marins de la Marine royale opérationnels à tout moment.

On nous avait promis en décembre 2012 que les sous-marins NCSM Windsor et NCSM Chicoutimi seraient opérationnels en 2013 et s’ajouteraient au NCSM Victoria qui est déjà opérationnel.

Pendant ce temps, se poursuivraient au chantier naval de la Victoria Shipyards Co. Ltd., les réparations au NCSM Corner Brook, qui avait heurté le fond de l’océan au printemps 2011 alors qu’il faisait des manœuvres en plongée pour l’instruction d’officiers sous-mariniers dans la baie Nootka, sur la côte Ouest de l’île de Vancouver

Mais, si le NCSM Windsor avait bien été remis à l’eau en avril 2012, le sous-marin a subi «un défaut inattendu» en 2013 et a dû limiter son activité depuis.

Après cinq années de travaux pour le remettre à neuf, le sous-marin basé à Halifax doit en effet changer un générateur diesel défectueux et, d’ici là, la profondeur à laquelle le bâtiment peut plonger étant désormais limitée, il n’est plus pleinement opérationnel.

Si un second générateur fonctionne actuellement, le NCSM Windsor ne pourra reprendre la totalité de ses activités que lorsque cet énorme moteur de 16 cylindres sera retiré et remplacé, ce qui pourrait être fait à la fin de l’été 2014, avait alors déclaré le capitaine Luc Cassivi, de la Marine royale canadienne, à 45eNord.ca.le capitaine Cassivi ayant confié que cette opération de remplacement puisse prendre «quelques mois».

Toutefois, le Chicoutimi sera pour le moment limité lui aussi aux plongées en eau peu profonde plongée , rapporte l’agence de presse.

L’incendie du Chicoutimi, qui s’était produit au large des côtes d’Irlande en octobre 2004 au cours du voyage du navire à Halifax, avait causé la mort du lieutenant Chris Saunders, envoyé deux autres marins à l’hôpital et bien failli compromettre définitivement le programme canadien de sous-marins.

Un conseil militaire d’enquête, qui avait conclu qu’une écoutille ouverte avait permis à une vague scélérate d’ inonder des fils à haute tension mal isolés , déclenchant l’incendie, n’avait toutefois blâmé personne.

La première évaluation du coût des réparations en 2005 était 15 millions $, mais elle a rapidement grimpé à 20 millions de dollars en 2006.

Finalement, selon le journaliste de la Presse Canadienne spécialisé en questions de défense Murray Brewster, qui s’appuie , dit-il, sur des documents internes dont il a eu copie, le coût des réparations pourrait s’élever à plus de 125 millions de dollars, si on inclut le coût du le de tous les composants endommagés par le feu .

Toujours est-il que le moment où notre flotte de sous-marins sera vraiment opérationnelle approche et les hauts gradés peuvent commencer à penser sérieusement à l’usage qu’il en feront.

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 08:45
Armement : Le Maroc s’intéresserait à un sous-marin espagnol

 

18.12.2013  Par El Hadji Mamadou Gueye - yabiladi.com

 

La marine marocaine serait-elle intéressée par les nouveaux sous-marins espagnols? Tout semble en tout cas l’indiquer. Selon des sources espagnoles, le royaume aurait des vues sur le dernier sous-marin S-80 construits sur le chantier naval de Navantia à Carthagène.

 

Le vice-amiral Mohamed Laghmari, l'inspecteur général de la marine marocaine, a visité hier les installations de la marine espagnole à Carthagène. Il s’est également rendu au Centre des opérations et de surveillance de l'action maritime (COVAM) où des explications lui ont été fournies sur les fonctionnements, les missions et la capacité de cette structure.

 

Toutefois, selon la MAP, cette visite s’inscrit seulement dans le cadre de la mise en place d'un lien de coopération en matière de lutte contre les risques environnementaux et de la pollution marine.

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 12:45
Le Maroc s’intéresse au sous-marin espagnol S-80

 

18 décembre 2013, Portail des Sous-Marins

 

La marine marocaine s’intéresse aux nouveaux sous-marins S-80 construits au chantier naval espagnol de Carthagène par Navantia.

 

L’inspecteur général de la marine du royaume chérifien, le vice-amiral Mohamed Laghmari, a visité le 18 décembre les ateliers où le sous-marin est en construction, ainsi que les installations de la marine espagnole à Carthagène.

 

A son arrivée, le responsable marocain a été reçu par le chef de l’arsenal de Carthagène, le vice-amiral Fernando Zumalacárregui Luxán, accompagné par l’Amiral d’Action Maritime, le vice-amiral Salvador María Delgado Moreno, qui lui ont présenté le Centre d’Opérations et de Surveillance de l’Action Maritime.

 

Ensuite, ils se sont rendus à la base de la flottille des sous-marins, dans l’arsenal, où son commandant, le capitaine de vaisseau José Sierra Ménde, les a accueillis.

 

Référence : La Opinión de Murcia (Espagne)

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 17:50
New investment in Successor submarines

A computer-generated image of a Successor Class submarine [Picture: BAE Systems]

 

16 December 2013 Ministry of Defence

 

The Defence Secretary has announced £79 million of investment in the next generation of Royal Navy submarines.

 

 

The Successor submarines, which will carry the UK’s strategic nuclear deterrent, will be the largest and most advanced boats operated by the Navy, and their design and construction will be the most technologically complex in the history of the UK.

Two contracts worth £47 million and £32 million have been awarded to BAE Systems Maritime-Submarines who are leading on the design of the vessels.

The investment will allow BAE Systems, who currently have more than a thousand people working on the Successor programme, to begin work on some initial items for the submarines that are due to replace the Vanguard Class from 2028. It is essential these items, which include structural fittings, electrical equipment, castings and forgings are ordered now to ensure the submarines are able to meet their in-service date.

MOD has also released a picture today which shows for the first time how the early designs of Successor are taking shape. The image forms part of an update on the Successor programme that has been presented to Parliament.

Defence Secretary Philip Hammond said:

This £79 million investment is another important milestone in our preparations to build these world-leading submarines. The current Vanguard Class of deterrent submarines perform a vital role in the defence of the UK and the replacement for this capability is of national importance.

The Successor programme is supporting around 2,000 jobs, and up to 850 British businesses could benefit from the supply chain as we exploit the most modern technologies and employ a significant portion of the UK’s engineers, project managers and technicians over the coming years.

First Sea Lord Admiral Sir George Zambellas said:

The Royal Navy has been operating continuous at-sea deterrent patrols for more than 40 years and the Successor submarines will allow us to do so with cutting-edge equipment well into the future.

The submarines are being designed to be some of the stealthiest in the world and are expected to see operational service from the late 2020s right up to the 2060s.

The Successor design and build programme is amongst the most complex ever undertaken by British industry. The total number of MOD and industrial staff currently working on the Successor programme is around 2,000, with more than half working as engineers and designers.

Over 850 potential UK suppliers have so far been identified as benefiting from investment in the programme and as many as 6,000 people will be involved by the time that the construction reaches a peak

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 12:35
La Chine pourrait avoir lancé un nouveau type de sous-marin classique

 

12 décembre 2013. Portail des Sous-Marins

 

Selon certaines images publiées par des forums spécialisés chinois, il semble qu’un nouveau type de sous-marin classique ait été lancé au chantier naval de WuChang.

 

Certains, sur ces forums chinois, considèrent qu’il s’agit d’une évolution de la classe Yuan.

 

Mais d’autres le jugent trop différent pour cela : il présente des différences notables au niveau du kiosque, de la hauteur et de la position de la bosse du pont, la forme de l’avant et de la coque en général.

 

Référence : Information Dissemination (Etats-Unis)

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 17:40
La Russie renforce ses sous-marins stratégiques en Arctique

 

 

MOSCOU, 9 décembre - RIA Novosti

 

Le ministère russe de l'Industrie et du Commerce a décidé d'améliorer l'efficacité des sous-marins russes en Arctique, écrit lundi le quotidien Izvestia.

 

D'ici 2015, les sous-marins seront équipés de nouveaux éléments et leur coque sera renforcée : elle permettra au sous-marin de percer une épaisse couche de glace sans être endommagée lors de la remontée à la surface.

 

Le cahier des charges indique que la remontée d'urgence sous la glace pourrait être nécessaire dans le cadre d’une mission ou pour sauver l'équipage en cas d'accident. Les dispositifs actuels des sous-marins pour briser la glace ne permettent pas de remonter suffisamment vite sans endommager la coque.

 

Igor Kourdine, ancien commandant du sous-marin nucléaire Ekaterinbourg et président du club des sous-mariniers de Saint-Pétersbourg, explique que deux moyens existent actuellement pour remonter à la surface dans une région recouverte de glace : la remontée stationnaire ou, en cas d'urgence, la remontée en mouvement en brisant la glace avec la coque.

 

"La remontée en mouvement est susceptible d'endommager la coque, les dispositifs amovibles, le sonar et les systèmes de torpilles. Actuellement, on ne connait pas de cas de glace brisée en mouvement. Alors que l'émersion stationnaire est une manœuvre classique utilisée fréquemment", a déclaré Igor Kourdine.

 

L'expert explique qu'avant la remontée classique le sous-marin se retrouve "suspendu" dans l'eau, puis commence à remonter lentement – quelques centimètres par minute. Selon lui il sera nécessaire de renforcer le centre de commandement et la proue du sous-marin pour une remontée en mouvement car ces parties encaissent le choc.

 

Après la percée réussie de la glace et la remontée à la surface survient le problème de déblayage de la glace sur le pont du sous-marin – la solution à ce problème est également prévue par le projet du ministère de l'Industrie et du Commerce.

 

Igor Kourdine relève que souvent, la glace obstrue les zones cruciales des sous-marins stratégiques : les silos de missiles.

 

D'après lui les sous-marins russes modernes peuvent en moyen franchir 60 centimètres de glace en émersion stationnaire et 80 centimètres en mouvement. Un programme spécial pour les systèmes de navigation du sous-marin sera créé dans le cadre de ce projet pour rechercher la zone où la glace est la plus mince.

 

Igor Kourdine précise que le détecteur d'épaisseur de la glace sera une écho-sonde orientée vers la surface - en connaissant la profondeur du sous-marin il est possible d'obtenir des informations sur l'épaisseur de la glace en utilisant les données du sondeur acoustique.

 

Le projet inclut également la création d'une soute de sauvetage pour l'équipage, qui devra également être capable de percer la glace pour avoir accès à l'air et contacter les sauveteurs. Après la remontée de la soute en surface il est prévu d'utiliser des dispositifs de chauffage. La soute de sauvetage sera équipée de moyens de communications, d'appareils de navigation et de bouées de signalement.

 

Pour assurer une meilleure sécurité des sous-marins arctiques au moment de la percée de la glace, le ministère propose de créer un centre terrestre qui aura pour mission d'analyser l'état de la glace dans les zones où naviguent les sous-marins.

 

Le ministère compte mettre au point cette technologie d'ici avril 2015 et les premiers dispositifs pourraient être installés sur les sous-marins en Arctique en 2016. Ce projet est estimé à 285 millions de roubles, soit près de 6,5 millions d'euros.

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 17:35
Type 039 Song Class attack submarine

Type 039 Song Class attack submarine

 

 

December 6, 2013: Strategy Page

 

Bangladesh has ordered two submarines from China. The specific type of sub was not mentioned but it was probably the Type 39 class, which is relatively modern and very similar to the Russian Kilo class that is a popular export item. This would be the first Chinese sale of their submarines and the Type 39 is the first successful Chinese designed and built submarine.

 

For over a decade China has been designing and building a rapidly evolving collection of "Song" (Type 39) class diesel-electric submarines that emphasize quietness and reliability. The changes have been so great that the latest seven Songs have been called Yuan class (Type 39A or Type 41). The original design (Type 39) first appeared in 2001, and 13 have been built. But in 2008, a noticeably different Type 39 appeared. This has been called Type 39A or Type 41 and is now accepted as a separate class. The evolution continued until there were seven "Type 41 Yuan Class" subs (of at least three distinct models). These latest models appear to have AIP (air independent propulsion system) along with new electronics and other internal improvements.

 

This rapid evolution of the Type 39 appears to be another example of China adapting Russian submarine technology to Chinese design ideas and new technology. China has been doing this for as long as it has been building subs (since the 1960s). But this latest version of what appears to be the Type 41 design shows Chinese naval engineers getting more creative. Two or more Yuans are believed to have an AIP that would allow them to cruise underwater longer. Western AIP systems allow subs to stay under water for two weeks or more. The Chinese AIP has less power and reliability and does not appear to be nearly as capable as Russian or Western models. The Chinese will keep improving on their AIP, just as they have done with so much other military technology.

 

The Songs look a lot like the Russian Kilo class and that was apparently no accident. The 39s and 41s are both 1,800 ton boats with crews of 60 sailors and six torpedo tubes. This is very similar to the Kilos (which are a bit larger). China began ordering Russian Kilo class subs, then one of the latest diesel-electric designs available, in the late 1990s. The first two Type 41s appeared to be a copy of the early model Kilo (the model 877), while the second pair of Type 41s appeared to copy the late Kilos (model 636). The latest Yuans still appear like Kilos but may be part of an evolution into a sub that is similar to the Russian successor to the Kilo, the Lada. The Type 39s were the first Chinese subs to have the teardrop shaped hull. The Type 41 was thought to be just an improved Song but on closer examination, especially by the Russians, it looked like a clone of the Kilos. The Russians now believe that the entire Song/Yuan project is part of a long-range plan to successfully copy the Kilo. If that is the case, it appears to be succeeding.

 

China currently has 13 Song class, 12 Kilo class, 7 Yuan class, and 18 Ming (improved Russian Romeo) class boats. There are only 4 Shang class and 3 Han class SSNs, as the Chinese are still having a lot of problems with nuclear power in subs. Despite that, the Hans are going to sea, even though they are noisy and easily detected by Western sensors. Five Hans were built (between 1974 and 1991) but 2 have already been retired. There are 4 newer Shang class SSNs in service, but these are still pretty noisy. The Song/Yuan class subs are meant to replace the elderly Mings. China is in the process of buying some even more advanced diesel-electric submarine technology from Russia for a new class of boats.

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 12:35
DCNS propose de livrer à l’Inde 2 sous-marins Scorpène construits en France

 

 

5 décembre 2013, Portail des Sous-Marins

 

Le constructeur naval DCNS a proposé à la marine indienne de construire en France 2 sous-marins Scorpène qu’elle a commandé, une tentative de combler rapidement le trou laissé par le désarmement rapide de sous-marins vieillissants.

 

DCNS a été autorisé par le gouvernement français à faire cette proposition. Selon l’offre faite, le groupe français peut construire 2 sous-marins Scorpène et les livrer à la marine indienne en même temps que le premier des Scorpène construits sous licence à Mazagon Docks à Mumbai.

 

Des dirigeants de DCNS ont confirmé que la construction en Inde de Scorpène se déroulait désormais comme prévu, après plusieurs retards importants au cours des dernières années. Une réunion mensuelle se déroule entre le chantier indien, la DGA, DCNS et des industriels français.

 

DCNS a conclu un accord avec le DRDO pour faciliter l’intégration d’un module de propulsion anaérobie sur les sous-marins 5 et 6. Pour ne pas retarder la construction des sous-marins, ce module devrait être prêt pour 2015.

 

DCNS a exprimé son inquiétude face au fait que, au cas où le DRDO ne puisse respecter cette échéance, il n’y ait aucune solution de secours prévue.

 

Selon des sources de DCNS, la compagnie aurait donc l’intention de proposer officiellement une 2è génération de son système MESMA comme solution de secours. Dans cette nouvelle version, le générateur de vapeur est remplacé par des piles à combustible.

 

Référence : Livefist Defense (Inde)

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 12:35
INS Sindhurakshak (S63)

INS Sindhurakshak (S63)

 

5 décembre 2013, Portail des Sous-Marins

 

C’est officiel : la marine indienne, craignant de perdre à terme sa flotte sous-marine, a mis au point un projet de prolonger la vie de 6 de ses sous-marins vieillissants.

 

Le vice-amiral Satish Soni, commandant en chef de la flotte du Sud, a révélé mardi que la marine voulait effectuer des travaux pour prolonger la vie de 4 sous-marins Kilo (classe Sindhughosh) et 2 U-209/1500 « pour empêcher la réduction du nombre de ses sous-marins. »

 

« Ce projet a été proposé au gouvernement et prendrait un certain temps, mais la marine a des projets, » a-t-il indiqué.

 

Le vice-amiral a néanmoins indiqué que la marine n’avait pas l’intention de louer un autre sous-marin nucléaire à la Russie. « A ce jour, et selon ce que je sais, la marine n’a pas de tels projets. Le gouvernement l’a peut-être, mais pas la marine, » a-t-il indiqué.

 

Référence : The Hindu (Inde)

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 20:35
L’épage du sous-marin indien INS Sindhurakshak

L’épage du sous-marin indien INS Sindhurakshak

 

 

3 décembre 2013, portail des Sous-Marins

 

La marine indienne espère voir à nouveau le sous-marin Sindhurakshak opérationnel à nouveau, a déclaré mardi son chef, l’amiral D.K. Joshi.

 

Le chef de la marine indienne a indiqué que 5 compagnies avaient soumis des propositions pour renflouer l’INS Sindhurakshak. Sur ces 5, 2 ont été retenues et invitées à présenter une offre commerciale. « Le processus d’appel d’offres devrait se terminer d’un jour à l’autre, » a-t-il indiqué. « Nous espérons le remettre en état après qu’il ait été renfloué, » a-t-il ajouté.

 

Le chef de la marine a expliqué qu’un comité sera formé « au moment où le sous-marin sera renfloué » pour vérifier son état. « Le comité sera constitué d’architectes navals et d’ingénieurs maritimes. Une expertise de la coque sera effectuée. Selon leurs conclusions, une décision sera prise sur l’avenir du sous-marin, » a-t-il déclaré.

 

Référence : Daily News & Analysis (Inde)

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 17:50
Navantia a « camouflé » dans son rapport annuel les problèmes de sur-poids du sous-marin S-80

 

3 décembre 2013, Portail des Sous-Marins

 

Navantia a camouflé dans son rapport annuel 2012 les problèmes de sur-poids et d’erreur de conception de son nouveau sous-marin S-80. Alors que la compagnie espagnole avait déjà connaissance de la problématique compliquée de son nouveau joyau de la couronne, elle a caché ce contre-temps dans son rapport annuel et a évité de donner des données révélatrices.

 

Quand le document a été approuvé, les comptes ont été signés le 14 mars 2012, la compagnie connaissait déjà le problème. De fait, il a été dévoilé au public en mai. Le problème doit entrainer une modification du sous-marin et le retard de livraison du 1er exemplaire.

 

Provisions et impondérables

 

Mais Navantia a essayé de le cacher jusqu’au dernier moment. Dans son rapport annuel 2012, dans le paragraphe consacré aux provisions et impondérables, elle aborde le problème avec ce texte elliptique : « Fruit de ce suivi des travaux en cours, la compagnie estime que l’un de ces travaux souffre d’un dépassement prévisible et significatif des couts par rapport au budget initial. » Ce texte fait clairement référence aux problèmes du S-80 sans le citer expressément.

 

Plus loin, elle ajoute que le retard possible « a été porté à la connaissance du client (le ministère de la défense, mais elle ne le dit pas) à qui elle a demandé de revoir les aspects principaux du contrat, et celui-ci a accepté. »

 

Information classifiée

 

Interrogé sur cette présentation si ambigüe, un porte-parole officiel de Navantia justifie le contenu du rapport annuel en expliquant « qu’il s’agit d’informations classifiées et qu’on ne peut donner plus de détails dans un document public. » Le conseiller juridique de l’entreprise publique ajoute que cela se fait habituellement quand il s’agit d’un document aussi délicat.

 

Référence : El Economista (Espagne)

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 18:35
HDW Klasse 212A U34

HDW Klasse 212A U34

Le ministère de la Défense singapourien a finalement choisi ThyssenKrupp Marine System (TKMS) pour l'acquisition de deux sous-marins

 

02/12/2013 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

En dépit d'un forcing politique et commercial, DCNS perd un joli contrat à Singapour. L'Ile-Etat a choisi les Allemands, qui vont vendre deux sous-marins 218SG pour 1,8 milliard d'euros

 

C'est un gros coup de bambou pour Paris, qui avait beaucoup œuvré pour la réussite de DCNS à Singapour. Le ministère de la Défense de l'Ile-Etat a finalement choisi ThyssenKrupp Marine System (TKMS) pour l'acquisition de deux sous-marins, selon un communiqué publié ce lundi par le ministère de la Défense. Le chantier naval allemand a réussi à vendre deux 218SG, qui ont pris le dessus sur les Scorpène proposés par DCNS.

 

Les 218SG, qui seront livrés en 2020, remplaceront les vieux sous-marins suédois Challenger construits dans les années 1960 et acquis dans les années 1990. "Les sous-marins de remplacement auront des capacités significativement supérieures et seront équipés de systèmes de propulsion anaérobie" permettant des plongées prolongées, a précisé le ministère dans un communiqué.

 

Une compétition importante

 

Pour les deux compétiteurs, cette campagne était très importante. Car c'est d'abord un très joli contrat évalué à 1,8 milliard d'euros pour les deux premiers sous-marins. Au-delà, Singapour fait partie des clients de référence très recherchés par les industriels de l'armement du monde entier. Leur comité d'évaluation est en général apprécié pour le sérieux de leur choix. Enfin, la compétition entre les deux rivaux va se déplacer dans quelques années en Australie, qui reste attentif au choix de Singapour.

 

Politiquement, le gouvernement s'était mobilisé pour faire gagner DCNS. Notamment lors de la visite à Paris du Premier ministre, Lee Hsien Loong, qui avait rencontré le 28 octobre François Hollande. Ils avaient évoqué l'appel d'offres portant sur les sous-marins. Tout comme le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Lee Hsien Loong était donc reparti avec la conviction de l'engagement total des autorités françaises sur ce dossier. Lors de sa visite, le chef de l'État avait rappelé que Singapour était un "partenaire stratégique" de la France en Asie du Sud-Est et sur la scène internationale.

 

DCNS pourtant moins cher de 10 %

 

Depuis le début de l'été, TKMS avait la préférence du comité d'évaluation de Singapour. Après avoir déposé début 2013 une première offre, les deux compétiteurs en ont remis une deuxième au printemps, dite Best offer (BO). C'est là que Singapour a opté pour le groupe TKMS, avec lequel il négocie en exclusivité depuis plusieurs mois. Un succès pour TKMS qu'il doit au patron de TKMS international, Jonathan Kamerman, un homme qui sent pourtant le soufre. Cet ancien contre-amiral de la marine sud-africaine avait en effet choisi puis donné le feu vert dans les années 2000 en tant que chef de projet SITRON au ministère de la Défense à Pretoria, à l'acquisition controversée par la marine sud-africaine de corvettes Meko A200 fabriqués par le chantier naval allemand Blohm+Voss.

 

Pourtant DCNS, fortement aidé par le gouvernement, avait tenté d'inverser la tendance. La dernière offre du groupe naval français avait semble-t-il au bout du compte fait son chemin dans les esprits à Singapour. Car Paris avait mis tout son poids dans la balance pour inverser la tendance. Et le comité d'évaluation des offres, selon nos informations, avait déjà estimé que la deuxième offre française était supérieure techniquement et financièrement à celle des allemands. DCNS serait moins cher de 10 %  que TKMS.

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 08:55
Le démonstrateur de drone utilisé dans le cadre du projet lamparo. crédits SUBSEA TECH

Le démonstrateur de drone utilisé dans le cadre du projet lamparo. crédits SUBSEA TECH

 

29/11/2013 Mer et Marine

 

Un système de Wifi optique. Voilà une avancée technologique qui pourrait engendrer une petite révolution dans l’exploitation de drones sous-marins, tant dans le secteur civil que militaire. Elle permet, en effet, de diffuser sans liaison filaire des données lourdes, comme des vidéos, ce qui n’est pas possible aujourd’hui sous la surface de l'eau.

 

C'est le 21 novembre, à l’occasion du forum  DGA Innovation, qui s’est déroulé sur le site de l’Ecole polytechnique de Palaiseau, que la société marseillaise Subsea Tech et ses partenaires ont dévoilé le projet Lamparo. Celui-ci a pour objectif de développer un système de communication optique sous-marine à fort débit, permettant à un drone en immersion de communiquer avec son bateau-mère ou avec un autre AUV (Autonomous Underwater Vehicle). Cela en eaux claires ou turbides. « Le but est de démontrer en environnement sous-marin la faisabilité d’un équivalent sous-marin du Wifi, avec des performances comparables au Wifi terrestre en termes de débit, de portée, de latence et d’adaptation automatique aux conditions environnementales », expliquent les porteurs du projet.

Soutenu financièrement par la Direction Générale de l’Armement,  dans le cadre des investissements réalisés par le ministère français de la Défense dans les projets de R&T duals (applications militaires et civiles), le programme Lamparo a été lancé en novembre 2011. Imaginé au sein de Subsea Tech, société spécialisée dans le développement et la réalisation de mini-drones sous-marins, ce concept a été soumis à la DGA, qui a accepté de contribuer à son financement dans le cadre d’un projet rapide d’une durée finale de 30 mois, c'est-à-dire qu’il s’achèvera en avril 2014. Porté par Subsea Tech avec deux partenaires français, OXXIUS  et III-V Lab, Lamparo fait également intervenir, en qualité de sous-traitants, Thales Underwater Systems (TUS), LCFIO et EISCOM.

 

 

 

 

Principe de fonctionnement de Lamparo (© : SUBSEA TECH)

 

La technologie laser

Cette innovation se base sur la technologie laser, avec deux faisceaux, l’un vertical pour la communication avec un navire en surface, et l’autre horizontal pour échanger avec d’autres drones. Chacun constitue un cône d’émission dans lequel une autre plateforme va capter des informations en haut débit (54 Mbits/s). Quant à la portée du système, elle atteint plusieurs centaines de mètres. La grande difficulté de ce projet réside dans le développement de lasers visibles avec modulation externe optimisés pour le milieu sous-marin, la mise en œuvre d’un dispositif de détection et de filtrage adapté, ainsi que de protocoles de communication dédiés. Sans oublier, bien entendu, la miniaturisation des équipements, notamment les sources laser et les cartes électroniques, tout en gérant au passage les problématiques liées aux échanges thermiques. Il s’agissait là d’enjeux fondamentaux car, sur un drone, la question du poids et de l’énergie est cruciale puisqu’impactant directement l’encombrement et l’autonomie de l’engin.

 

Deux ans après le lancement du programme, les ingénieurs sont parvenus à solutionner l’ensemble de ces contraintes. Le système, testé en laboratoire et dans un bassin d’essais des carènes afin de vérifier le fonctionnement et les performances du laser, va réaliser dans les prochaines semaines ses essais finaux en mer. Ceux-ci permettront de valider, en situation réelle, la communication sous-marine entre deux engins.

Pour réaliser le démonstrateur, l’équipe est partie d’un porteur existant, en l’occurrence un engin télé-opéré de la gamme Observer de Subsea tech. Ce mini-ROV ((Remote Operated Vehicle)  a été adapté aux besoins du projet, avec sur l’avant une « bulle » transparente et finement polie pour permettre une parfaite diffusion du laser. Les efforts concernant la miniaturisation du système sont évidents sur cet engin au gabarit très réduit : 70 centimètres de long pour 26 cm de large et 22.4 cm de hauteur, avec une masse limitée à 9 kilos seulement. En tout, le développement du projet Lamparo s’appuie sur trois ROV, deux réalisés sur mesure à cet effet, et un troisième, plus puissant et maniable, commandé par TUS pour ses propres besoins et que l’électronicien met à disposition. 

 

Essais laser en laboratoire (© : SUBSEA TECH)

 

Applications civiles et militaires

 

En termes d’applications, la technologie développée grâce au projet Lamparo sera proposée au secteur civil et militaire. Alors que l’utilisation des robots sous-marins se développe considérablement en mer, il n’est aujourd’hui pas possible, sans la présence d’un câble reliant l’engin à son porteur, de transmettre directement des images sous-marines. Les systèmes de communications optiques développés jusqu’ici sont peu performants. Quant aux études menées sur les signaux acoustiques, elles démontrent que le potentiel de ceux-ci est très limité en termes de débit. Le développement d’une solution innovante basée sur le laser ouvre donc de nouvelles perspectives. Elle pourra, ainsi, permettre dans un certain nombre de cas de remplacer les ROV par des AUV, totalement autonomes, même si pour cela, en plus des problématiques de communication, il faut également solutionner celle des batteries. Dans les opérations offshore, les ROV devrait rester incontournable  encore longtemps puisque ces engins peuvent travailler à des milliers de mètres de profondeur (donc hors de portée du Lamparo) et consomment beaucoup d’énergie. Mais il existe bien d’autres marchés potentiels pour le Wifi optique. Dans le domaine civil, on peut imaginer l’utilité d’un tel système pour des inspections portuaires ou offshore, si la profondeur d’intervention d’excède pas quelques centaines de mètres. Lamparo pourrait, par ailleurs, se révéler intéressant pour des travaux hydrographiques. Quant aux militaires, on imagine aisément leur intérêt dans le cadre du développement de nouveaux systèmes de guerre des mines basés sur l’emploi de drones. Il y aurait même des débouchés en dehors du milieu maritime puisqu'OXXIUS compte utiliser les travaux menés dans la production de sources laser visibles dans l'instrumentation biomédicale. 

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 08:55
Ile longue - source letelegramme

Ile longue - source letelegramme


27.11.2013 lefauteuildecolbert.fr
 

Il y a un gros dossier qui attend la Marine nationale, et malheureusement, la décision qui en découlera sera, peut-être, déjà obsolète.

C'est bien entendu celui du port base... des IPER des sous-marins français dont il est question. En 2008 et suite au choix de confirmer Toulon comme port base des SNA, il était dit à Brest que c'était une "décision politique". Forcément, mais par là il fallait entendre que c'était une solution dictée par l'aménagement du territoire varois (salutations) et non pas par l'intérêt stratégique.

Entre parenthèses, ce serait le moment idéal de lancer une critique constructive de la "rationalité" des acteurs dans le processus de décision.

A Brest, on met en avant l'Ile Longue. Paradoxalement, il me semble que ce territoire n'est pas Brestois. Mais la majeure partie de ses travailleurs sont de Brest, ce qui reviendrait au même, ou presque. La question fiscale sous-jacente n'est pas à négliger mais le propos n'est pas là.

Donc le site finistérien présenterait l'avantage, s'il devenait plateforme unique des IPER des sous-marins nucléaires, d'offrir un coût de revient moindre. C'est bien là le coeur du dossier : il existe deux chaînes distinctes d'IPER en France pour les sous-marins : Brest (SNLE) et Toulon (SNA). La réflexion qui s'achèvera bientôt doit déterminer si nous devrions rationaliser l'ensemble à une seule chaîne à IPER de sous-marins nucléaires. Sur le plan industriel, cela n'est pas irrationnel : plus de volume, moins d'infrastructures.

Nous parlons donc bien de conserver Toulon comme port base des SNA, que l'entretien courant y soit effectué (les IE) et que l'Ile Longue ne conserve que les IPER (soit une IPER tous les 10 ans pour chaque SNA-NG).

Mais il semblerait que certains veuillent aller plus loin et faire de Brest un pôle ASM en y basant tous nos SNA et SNLE. Forcément, deuxième acte, Toulon est contre.

On accuse un "lobby" (groupe de pression en Français) brestois qui serait à l'oeuvre. Gageons que le fait de baser actuellement tous nos SNA à Toulon, même pour les IPER, est un choix stratégique savamment étudié et que les Toulonnais sont insensibles aux retombées engendrées... (à l'instar des brestois, salutations).

Le ministre de la Défense, lorientais (et qui a donc perdu les sous-marins classiques il y a peu (en temps marin) attend donc ce rapport sur le choix à effectuer. Officiellement, et à moins que j'ai raté bien des marches, il s'agit de savoir si Brest et l'Ile Longue seraient plus rentable pour les IPER des sous-marins nucléaires français que Toulon.

Parle-t-on d'un port base unique ? Je n'ai pas vu.

 

http://www.sdumas.lycee-berthelot.fr/IMG/jpg/grands_flux_maritimes-2.jpg

 

Malheureusement, cette décision sera forcément, troisième étape, obsolète. La géographie navale française n'est plus la même :

  • nous n'avons plus deux façades maritimes (Atlantique et Méditerranée) ;
  • mais nous en avons au moins cinq : Atlantique, Antilles, Méditerranée, océans Indien et Pacifique.

Plus synthétiquement, la géographie navale française peut se résumer à une opposition entre le Vieux Monde et le Nouveau Monde. C'est-à-dire que les détroits du Cap (Afrique du Sud), de Magellan (Argentine), le Canal de Suez (Egypte) et de Béring (Russie - Etats-Unis) séparent deux océans français. C'est par là que la concentration de la Flotte se joue (et c'est toute l'Histoire navale de la France).

 

C'est pourquoi nous devrions peut être parler de l'opportunité de déplacer des frégates et des sous-marins du premier océan français au second.

 

Au final, il est peut être bon de rappeler que si nous avions construit la "seconde Ile Longue" (à côté du cap de la Chèvre (presqu'ile de Crozon) sur l'un des deux sites étudiés pour les SNLE) comme cela été prévenu alors nous n'aurions jamais eu l'occasion d'aborder ce sujet. N'est-ce pas la preuve que le temps naval est un temps long ?

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 20:20
L’amiral commandant la force océanique stratégique rencontre son homologue américain

 

 

26/11/2013 Marine nationale

 

Le vice-amiral d’escadre Charles-Edouard de Coriolis, amiral commandant la Force océanique stratégique (ALFOST), s’est rendu du 18 au 21 novembre 2013 aux Etats-Unis. Il répondait à l’invitation de son homologue, le Vice Admiral  Michael J. Connor, Commander, United States Submarine Forces (COMNAVSUBFOR), Submarine Force Atlantic (COMSUBLANT) et Allied Submarine Command.

 

Il s’est rendu dans un premier temps à la base sous-marine de Kingsbay en Géorgie, port d’attache pour l’United States Fleet Forces Command sur la côte Est de la flotte des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins. Accompagné du Rear Admiral Joseph E. Tofalo, commandant du Submarine Group 10,  il s’est rendu à bord du USS Wyoming, SNLE de la classe Ohio puis a découvert les différentes installations sur place des forces sous-marines américaines.

 

Dans un second temps à Norfolk, il a rencontré le Vice Admiral Connor pour des discussions d’état-major et s’est également fait présenter le fonctionnement du United States Strategic Command (STRATCOM), situé dans le Nebraska, qui exerce un contrôle militaire sur l’ensemble des armes nucléaires des États-Unis. Ce fut aussi l’occasion de rencontrer durant son séjour le Vice Admiral Nora W. Tyson, Deputy Commander, U.S. Fleet Forces Command, ainsi que les officiers français en poste à Norfolk.

 

Cette visite intervient un an après celle du Vice Admiral Connor à Brest à la base opérationnelle de l’Ile Longue. Elle souligne le renforcement de la coopération entre nos forces sous-marines respectives.

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 08:35
Les sous-marins nucléaires chinois ne sont pas aussi capables que la Chine le prétend


21.11.2013 Portail des Sous-Marins
 

Depuis quelques semaines, les sous-marins nucléaires font la une de la presse officielle chinoise, lorsqu’elle claironne la puissance militaire de la Chine ou qu’elle menace l’Occident. Et pourtant, malgré le bruit que la Chine fait autour de ses sous-marins nucléaires, ils ne sont pas tout ce qu’ils sont censés être.

 

Le Chef des Opérations Navales de l’US Navy, l’amiral Jonathan Greenert, a été interrogé sur un récent article qui prétendait que les sous-marins chinois étaient en mesure d’atteindre les Etats-Unis avec leurs missiles nucléaires. L’amiral Greenert a souligné que les sous-marins chinois avaient plusieurs graves défauts.

« Pour qu’un missile balistique lancé depuis un sous-marin soit efficace, il doit être précis, et le sous-marin qui le lance, doit être discret et survivable et je vais m’arrêter là, » a répondu l’amiral Greenert.

 

Discrétion

La déclaration de l’amiral Greenert est parfaitement fondée. Les sous-marins nucléaires de la Chine souffrent de plusieurs défauts techniques, de limites causées par la géographie et le déploiement de ses sous-marins les plus récents a connu plusieurs revers. Ceci vient en plus du fait que les Etats-Unis disposent de plusieurs systèmes complexes capables de surveiller des sous-marins bien plus modernes que ceux que la Chine peut construire.

Le principal sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) chinois actuellement en service est la classe Jin (Type 094). Trois d’entre eux sont actuellement opérationnels, et la Chine pourrait en construire 5 autres sur les 10 prochaines années, selon le rapport annuel du Pentagone : “Military and Security Developments Involving the People’s Republic of China”.

Bien qu’ils soient les sous-marins chinois les plus modernes, les sous-marins de la classe Jin sont plus bruyants que les sous-marins soviétiques d’il y a 30 ans, selon un rapport publié en aout 2009 par l’Office of Naval Intelligence de l’US Navy.

La lutte anti-sous-marine repose sur la capacité d’une marine à détecter et pister les sous-marins de l’adversaire. Le principal système que les Etats-Unis utilisent pour pister les sous-marins et le SOSUS (Sound Surveillance System), qui fait parti de l’Integrated Undersea Surveillance System (IUSS).

Le SOSUS est composé de réseaux de senseurs sous-marins, installés à des points de passage en mer. Il permet à la marine américaine de détecter des sous-marins et de les pister en s’appuyant sur leur signature acoustique. Il était utilisé pendant la Guerre Froide pour pister les SNLE soviétiques.

La discrétion est l’un des principaux avantages d’une force sous-marine, et contrôler le niveau de bruit est indispensable pour atteindre la discrétion. Réduire le niveau de bruit est l’une des raisons qui motivent le passage de la propulsion diesel à la propulsion nucléaire, et pourquoi les sous-marins récents utilisent des techniques modernes de réduction du bruit.

La majorité des sous-marins chinois sont toujours à propulsion diesel. La plupart des sous-marins ont été achetés à la Russie dans les années 90 et 2000. La Chine aurait 49 sous-marins classiques, à propulsion diesel-électrique, et 5 à propulsion nucléaire.

 

Portée

L’autre problème dont souffrent les sous-marins de la classe Jin, est la portée d’attaque — et elle est affectée à la fois par la technologie et la géographie.

Les sous-marins de la classe Jin seront à l’avenir équipés de missiles JL-2. Ces missiles ont une portée de 7.400 km, et ils devraient être opérationnels cette année.

Si un sous-marin chinois devait lancer ses missiles sur Seattle, il devrait pénétrer profondément dans les eaux japonaises, selon un article de la Federation of American Scientists.

L’article souligne que, « en raison du niveau de bruit apparent des SNLE chinois et des capacités étendues de détection des sous-marins par les Etats-Unis, il serait risqué pour un SNLE chinois de naviguer en temps de crise ou de guerre. »

L’autre option pour les SNLE chinois serait de lancer leurs missiles au-dessus de la Russie. L’article explique que « tous les missiles chinois lancés vers les Etats-Unis depuis leurs zones actuelles de déploiement, devraient survoler la Russie. »

Les SNLE chinois sont confinés dans une petite zone autour de la Chine, et la portée de leurs missiles nucléaires est limitée. Selon l’article, s’ils voulaient ne serait-ce qu’atteindre Hawaï, ils devraient entrer en mer du Japon ou des Philippines.

L’article reconnaît cependant que les SNLE chinois constituent une menace pour les territoires américains non-continentaux, comme l’Alaska ou Guam. Ils sont aussi une menace pour les bâtiments américains dans la région.

Pour maintenir les SNLE chinois hors de portée de la partie continentale des Etats-Unis, il faut les confiner dans les eaux chinoises.

 

Référence :The Epoch Times (Etats-Unis)

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 18:35
Iran Deploys Submarine to India & Sri Lanka

 

November 21, 2013 By Zachary Keck - thediplomat.com


 

A submarine-escorted naval fleet set sailed from southern Iran for Mumbai and Colombo on Wednesday.

As if Asia’s waters weren’t crowded enough with subsurface vessels, Iran has deployed one of its heavy submarines to South Asian waters as part of a larger naval fleet, according to the semi-official Fars News Agency, which has close ties with Iran’s Islamic Revolutionary Guards Corps (IRGC).

On Wednesday afternoon, Fars quoted Admiral Siyavash Jarreh, the Lieutenant Commander of the Iranian Navy for Operations, as saying, “The (Iranian) Navy will dispatch the ultra-heavy Tareq-class submarine, ‘Younus’ as part of the Navy’s 28th flotilla of warships to the countries of East Asia.”

The report said that the 28th flotilla left a southern port in Iran hours after Jarreh made the announcement. Fars also reported that Admiral Jarreh had said Iran’s Alborz destroyer and Bandar Abbas helicopter-carrier warship would be accompanying the Younus submarine on the voyage.

Despite Jarreh’s claims that the 28th flotilla was headed to East Asia, the Fars report quoted him as saying, “The Navy’s 28th Flotilla will berth at Mumbai and Colombo ports during its voyage.” In other words, the 28th flotilla seems to be headed to South Asia — India and Sri Lanka in particular.

The purpose of the voyage is unclear, although Fars referred to it as a “crucially important extraterritorial mission of the Iranian Navy.”

Tasnim News Agency, which was established last year to report on the Arab Spring, also carried a report on Jarreh’s comments. It quoted Jarreh as saying that the flotilla’s mission is to make its “mighty and constant” presence felt in international waters. Jarreh apparently added that the flotilla would also “convey the message of peace and friendship” along the way.

The Iranian Navy seems to keep a flotilla constantly deployed, although most of them do not venture farther than the Gulf of Aden and Mediterranean Sea. Still, the trip itself is not unprecedented for Iran’s navy. Indeed, according to Indian news reports, the Bandar Abbas itself made a port call in India back in 2006. Iran’s regular naval forces, rather than the IRGC Navy, are in charge of these longer deployments, which have included port calls in China and Russia.

The more frequent deployments around the Gulf of Aden do not usually have a submarine escort, at least one that is usually announced. However, the inclusion of the Tareq-class submarine on this mission could very well just be due to the fact that it has little other purpose. Iran has three such Tareq-class submarines, which are really 877EKM Kilo-class diesel-electric submarines that Iran purchased from Russia in the late 1980s and 1990s. Although it reportedly paid about US$600 million for each of them, they are uniquely unsuited to Iran’s maritime environment. Specifically, the Persian Gulf’s shallow depth means the heavy submarines cannot operate in most of it.

The three heavy submarines have long been based in Iran’s Bandar Abbas port and are operated by Iran’s regular Navy. Some reports have suggested that Iran is building port facilities for them at its Chabahar Port, which is located in the deeper waters of the Gulf of Oman. Voyages east to the Gulf of Oman and the Indian Ocean are thus some of the only occasions in which the Tareq-class submarines can be utilized.

The naval fleet’s voyage to South Asia comes as the P5+1 and Iran are holding another round of negotiations over Iran’s nuclear program. This week also saw Iran claim to launch a new strategic drone.

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 08:30
Tareq-class submarine, 'Younus

Tareq-class submarine, 'Younus

 

20 novembre 2013, Portail des Sous-Marins

 

Un sous-marin iranien de la classe Tareq (Kilo), le Younus, sera prochainement envoyer en Asie du Sud, a annoncé mercredi un commandant de la marine iranienne.

 

« Dans un avenir proche, la marine iranienne va envoyer un sous-marin de la classe Tarq (Kilo), le Younus, dans le cadre de la 28è flotille vers des pays d’Asie du Sud, » a indiqué le commandant des opérations de la marine iranienne, l’amiral Siyavash Jarreh.

 

Il a souligné que la technologie sophistiquée iranienne dans l’industrie navale, indiquant que « les technologies les plus compliquées dans les équipements militaires sont les sous-marins. »

 

Il a précisé que le destroyer Alborz et le porte-hélicoptère Bandar Abbas accompagneront le Younus dans la mission la plus importante de la marine à l’étranger.

 

« La 28è escadrille accostera à Mumbaï (Inde) et à Colombo (Sri-Lanka) au cours du voyage, » a-t-il ajouté.

 

Référence : Fars (Iran)

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 18:35
La marine indienne va former les sous-mariniers vietnamiens

 

 

14 novembre 2013, Portail des Sous-Marins

 

La coopération entre le Vietnam et l’Inde s’élargit constamment alors que les 2 pays augmentent leurs relations dans le domaine de la défense.

 

En particulier, la marine vietnamienne a demandé à son homologue indienne de former son personnel sur les sous-marins Kilo commandés à la Russie.

 

La Russie a livré le 1er des 6 sous-marins, le Ha Noi, au Vietnam le 7 novembre dernier. Le sous-marin avait été commandé en 2009.

 

De son côté, la marine indienne souhaite vendre au Vietnam son missile supersonique BrahMos.

 

Signe des excellentes relations entre les 2 pays, la marine indienne a reçu le privilège de jeter l’ancre dans le port de Nha Trang lors d’une visite d’amitié. Peu de marines en ont bénéficier.

 

Selon la presse locale, la coopération pourrait aussi d’étendre à la construction navale.

 

Référence : Naval Today (Etats-Unis)

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories