Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 08:25

LAV 3 - 12e Régiment Blindé du Canada – photo Jimderkai

 

LONDON, Ontario, Jan. 10 (UPI)

 

Light armored vehicles are to be manufactured for Colombia's military by General Dynamics Land Systems-Canada.

 

GDLS-Canada said the order from the Colombian Ministry of National Defense is for 24 LAVIII vehicles equipped with Rafael Remote Controlled Weapons Stations.

 

The vehicles, worth $65.3 million, feature double V-shaped hulls to protect against land mines and improvised explosive devices and add-on armoring.

 

"We are proud to have been selected by the Colombian military to meet their armored vehicle requirement and look forward to establishing a long-term relationship with this very important customer," said Sridhar Sridharan, senior vice president and general manager for International Operations, General Dynamics Land Systems.

 

The contract was signed through the Canadian Commercial Corp., a crown agency of the government of Canada.

 

GDLS-Canada said the vehicles will be delivered next year.

 

The LAVIII is based on Switzerland's MOWAG Piranha IIIH 8x8.A more lightly armed variant is used by the U.S. Army and is known as the Stryker.

 

The LAVIII is powered by a 350-horsepower diesel engine and has a maximum speed of about 60 miles per hour.

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 17:25

EMB-145-derived-E-99-AEWC-aircraft.jpg

 

10 January 2013 airforce-technology.com

 

Embraer Aviation International has been awarded a contract to modernise the Brazilian Air Force's (FAB) EMB-145 airborne early warning and control system (AEW&C), designated E-99, aircraft fleet.

 

Under the terms of the $114m contract, the company will primarily upgrade onboard mission sensors of five aircraft, as reported by Flight Global.

 

The latest award follows a contract signed between FAB and Mectron for development and delivery of the Link BR2 data link system for installation on the upgraded E-99 aircraft in December 2012.

 

As part of the contract, different versions of the data link system will also be integrated into the air force's Northrop Grumman-built F-5EM, Embraer/Aermacchi A-1M, as well as A-29 Super Tucano combat aircraft by 2016, to provide soldiers with secure communications in theatre.

 

The E-99 modernisation is expected to include upgrades to the aircraft's electronic warfare and electronic support measures suites and command and control systems, as well its Saab Microwave Systems PS-890 Erieye surveillance radar system, but the air force has refused to disclose further details regarding the programme.

 

Powered by Rolls-Royce AE 3007 turbofan engines, the EMB-145 AEW&C is a derivative of Embraer ERJ-145 regional jetliner, featuring reinforced airframe, new navigation and communication systems, as well as an enhanced auxiliary power unit and increased fuel capacity.

 

Primarily operated by FAB for environmental protection and natural resources survey, the five aircraft are also used for border surveillance from the Annapolis air force base, as part of the Amazon Surveillance System programme.

 

The aircraft is also used by the Hellenic, Indian and Mexican air forces.

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 12:25

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4f/ARC_Almirante_Padilla.jpg/800px-ARC_Almirante_Padilla.jpg

 

10 janvier 2013 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

La marine de Colombie est parvenue à un accord avec DCNS sur la fourniture de pièces de rechange destinées à ses frégates FS-1500.

 

Le contrat signé à la fin du mois de décembre 2012 s’élève à un montant de 2.800.000 €. Il prévoit la fourniture de pièces de rechange destinées au soutien en service de différents équipements et systèmes des frégates.

 

Référence :Info Defensa (Espagne)

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 12:25

exocet-rafale

 

08/01/2013 Michel Cabirol - latribune.fr

 

Les Brésiliens reprochent à l'avion de combat français des coûts de maintenance élevés par rapport à ses deux rivaux, le Gripen (Saab) et le F-18 (Boeing). Ce qui ne veut pas dire que le Rafale est hors jeu.

 

"Si le Brésil avait dû sélectionner un avion de combat à la fin de l'année dernière, le Rafale n'aurait pas été choisi", explique un très bon connaisseur du Brésil à "La Tribune". A relativiser néanmoins. L'avion de combat tricolore, fabriqué par Dassault Aviation, n'a pas échappé à un désastre commercial. Tout simplement parce qu'il n'y avait véritablement plus d'enjeu lors de la visite en décembre à Paris de la présidente du Brésil, Dilma Roussef. Contrairement aux nombreux articles de presse expliquant le contraire.

 

En novembre, Brasilia avait averti Paris du report de sa décision sur le choix du futur avion de combat devant équiper l'armée de l'air dans le cadre de l'appel d'offre F-X2, qui a été plusieurs fois prorogé. "Brasilia prendra sa décision en temps voulu", avait souligné début novembre le ministre brésilien de la Défense, Celso Amorim, lors d'une visite à Brasilia de son homologue français Jean-Yves Le Drian. Surtout, l'agence Reuters avait révélé fin septembre que le Brésil ne prendrait pas de décision avant mi-2013 au sujet du renouvellement de sa flotte d'avions de combat, un contrat évalué à au moins quatre milliards de dollars (3 milliards d'euros). Faute d'argent dans les caisses. "Nous avons repoussé le choix (...) et cela prendra un certain temps en fonction du temps que mettra l'économie brésilienne pour récupérer", avait déclaré Dilma Roussef lors d'une conférence de presse conjointe avec François Hollande. La présidente du Brésil qui privilégie dans la défense l'équipement de la marine pour protéger les ressources pétrolières brésiliennes, a d'autres priorités, notamment sociales.

 

Les clignotants à l'orange

 

Un mal pour un bien donc. Mais les clignotants sont à l'orange pour le Rafale. Ce qui ne veut pas dire non plus qu'il est hors jeu. Loin de là. Mais "l'offre française doit être mieux expliquée ou à défaut améliorée", explique-t-on à "la Tribune". Qu'est-ce qui cloche dans la proposition française ? Les coûts de maintenance et le coût de l'heure de vol du biréacteur tricolore jugés trop élevés font l'objet de critiques au Brésil, notamment dans l'armée de l'air... où il y a toutefois de nombreux partisans du Rafale. "C'est l'avion le plus avancé technologiquement, c'est le meilleur, souligne-t-on. Nous avons beaucoup de choses à apprendre d'une coopération avec Dassault Aviation". Mais par rapport au Gripen, un monoréacteur dont la dernière version n'existe pas mais qui avance des coûts délirants de l'heure de vol (4.500 euros), les Brésiliens considèrent que le coût de maintenance du Rafale reste élevé. "Tout le budget ira à la maintenance", entend-on au Brésil. Quant au F/A-18 Hornet (Boeing), l'autre rival du Rafale, il profite de taux euro/dollar pour être compétitif face à l'avion français.

 

"Pour entretenir un Rafale en permanence, nous avons besoin de sept ou huit mécaniciens, avait expliqué en début d'année dernière l'ancien chef d'état-major de l'air, le général Jean-Paul Palomeros. Pour certains de nos concurrents, c'est pratiquement le double. Le coût de maintenance de l'avion s'en trouve donc réduit. C'était un des critères essentiels retenus dans la conception de l'avion". Chez Dassault Aviation, on explique que le nombre de mécaniciens peut baisser jusqu'à quatre. Selon les spécialistes, le Rafale a un coût de 39.000 euros l'heure de vol (coûts 2006, avant utilisation des nouveaux moteurs M88-4E). Il devait, selon le ministère de la Défense, diminuer à 10.000 euros l'heure de vol pour les Rafale C et B, et à 7.000 euros pour le Rafale M en 2012. Est-ce donc un simple défaut d'explication ? Possible. "Les rivaux de Dassault Aviation ont semble-t-il beaucoup critiqué le dossier du Rafale sous cet angle-là, précise-t-on. Dassault doit mieux communiquer sur les coûts de maintenance et les coûts à l'heure de vol".

 

Le Rafale dispose de vrais atouts

 

Outre son avance technologique par rapport à ses deux rivaux, le Rafale est à nouveau porté par un environnement favorable entre la France et le Brésil. La visite à Paris de deux jours de Dilma Roussef a été très positive, et le contact avec François Hollande s'est bien passé. Brasilia garde une préférence géopolitique pour Paris, la solidarité entre puissances moyennes jouant pleinement. En outre, le Brésil se dit très satisfait de sa coopération avec la France dans le domaine naval. "Ce qui n'était pas gagné d'avance", explique-t-on à "La Tribune". Le groupe naval DCNS fait du bon boulot dans le cadre du contrat Prosub (vente de sous-marins) qui fonctionne bien. "Cela aide la France", note-t-on. Ce qui est un gage de sérieux pour le Rafale pour lequel d'importants transferts de technologies sont prévus. Et les négociations exclusives entre Dassault Aviation et l'Inde sont suivies à la loupe par une équipe brésilienne. Enfin, il existe une compatibilité entre le porte-avions brésilien (le Sao Paulo, l'ancien Foch) et le Charles-de-Gaulle. D'où l'attractivité du Rafale pour le Brésil, notamment de sa version marine qui pourrait intéresser fortement Brasilia si le Brésil se dote d'un nouvel porte-avions équipé de catapultes. Ce qui mettrait hors jeux le Gripen NG (Saab)... mais pas le F/A-18 Hornet (Boeing).

 

Des réticences doivent être encore surmontées. Outre le problème du coût de la maintenance du Rafale face à ses deux rivaux, Paris doit convaincre le principal industriel aéronautique brésilien, Embraer qui penche pour le Gripen. Tout comme les industriels de Sao paulo, tous séduits par le potentiel de développement de l'avion suédois. "Tout dépendra de la qualité du transfert de technologies imposé par les Etats-Unis, le Gripen faisant appel à de nombreux composants américains", explique-t-on à Paris. Mais "la relation avec Embraer est stratégiquement très importante", rappelle ce bon connaisseur du Brésil. Et les Français partent avec un handicap. "Embraer a été sous-estimé par les Français lorsqu'ils étaient actionnaires du groupe brésilien (20 % par Safran, Dassault Aviation, EADS et Thales, ndlr), explique-t-on. Il n'a pas été traité comme un vrai partenaire. les Brésiliens ont eu l'impression que les Français voulaient simplement contrôler Embraer pour mieux le maîtriser". Et de rappeler que Embraer est l'un des concurrents de Dassault Aviation dans l'aviation d'affaires. "En revanche, Boeing a été beaucoup plus un partenaire", précise-t-on. Les deux groupes ont signé un partenariat dans le cadre du programme brésilien d'avions de chasse léger, Super Tucano.

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 17:30

cyber warfare

 

28/12/12 portalangop.co.ao

 

BRASILIA - Le Brésil va créer un organisme militaire chargé d'empêcher les attaques cybernétiques en vue des grands événements sportifs qui y seront organisés ces prochaines années, dont le Mondial de football de 2014 et les jeux Olympiques de 2016, selon un décret publié jeudi dans le journal officiel brésilien.

 

Le Système national de défense cybernétique (SMDC), qui dépendra de l'armée, s'inscrit dans une politique de protection contre les attaques informatiques définie par le ministère de la Défense, a expliqué à l'AFP une source chargée de ce dossier.

 

Ces mesures "visent à garantir l'utilisation de l'espace cybernétique, en empêchant ou en rendant difficile son usage contre les intérêts du pays", selon le décret officiel.

 

Cette politique a pour objectif de faire face aux "grands événements (internationaux, ndlr) des prochaines années" au Brésil, a ajouté cette source.

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 13:56

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/ema/les-forces-prepositionnees/antilles/121227-faa-exercice-talante/exercice-talante-2/2122826-2-fre-FR/exercice-talante-2.jpg

 

27/12/2012 Sources : EMA

 

Le 17 décembre 2012, le détachement Terre Antilles – 33eRIMa avec l’appui du BATRAL Dumont d’Urville a effectué un exercice amphibie baptisé Talante, du nom de la forêt domaniale située au sud des Trois-Ilets.

 

Les 150 militaires des forces armées aux Antilles mobilisés pour l’exercice Talante, dont les hommes de la 1ère compagnie du DTA-33ème RIMA, avaient pour mission de s’emparer et de sécuriser une zone dans laquelle se trouvaient des ressortissants. Une fois récupérés, ces derniers (une trentaine de réservistes du DTA-33e RIMa) devaient être escortés pour être évacués.

 

L’exercice s’est déroulé sur la commune des Trois-Ilets en Martinique. Après une traversé de la baie de Fort-de-France à bord du Dumont d’Urville, la compagnie du DTA-33e RIMa a été débarquée sur la plage de l’anse à l’Aneen en deux rotations de LCVP (Landing Craft Vehicle and Personnel) avant d’entamer une infiltration à pied vers le fort d’Alet. Au terme de ce raid d’une dizaine de kilomètres, malgré une attaque simulée de miliciens ayant nécessité une évacuation sanitaire héliportée (intervention de l’Alouette III de la frégate Germinal) la compagnie est parvenue à atteindre le fort où les ressortissants étaient réunis.

 

La nuit tombée, militaires et ressortissants se sont rendu jusqu’à une plage de l’anse à l’Ane et ont été évacués vers le Dumont d’Urville en LCVP.

 

Cet exercice est organisé tous les quatre mois au profit des trois compagnies tournantes du DTA-33ème RIMa. La 1èrecompagnie est actuellement composée de militaires du 41e régiment de transmissions de Douai.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/ema/les-forces-prepositionnees/antilles/121227-faa-exercice-talante/exercice-talante-3/2122831-2-fre-FR/exercice-talante-3.jpg

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le Théâtre Antilles-Guyane, en coordination avec les forces armées en Guyane (FAG).

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 08:25

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/59/Brazilian_soldier_in_Port-au-Prince_2010-02-26.JPG/399px-Brazilian_soldier_in_Port-au-Prince_2010-02-26.JPG

photo US Navy

 

December 20, 2012. David Pugliese - Defence Watch

 

Canadian Press has this article:

 

OTTAWA – The Harper government has quietly considered a proposal to contribute more peacekeepers to the UN stabilization mission in Haiti in a goodwill gesture aimed at Brazil.

 

The emerging economic power in South America is the biggest contributor to the international military force in the hard-pressed Caribbean nation.

 

Ottawa and Brasilia have discussed the idea of embedding a Canadian platoon of soldiers in an existing Brazilian unit, as well as deploying additional Canadian troops to help with headquarters and logistics, according a set of internal Defence Department briefings.

 

The initial contribution plan, obtained by The Canadian Press under the Access to Information Act, calls for a force of 50 Canadian soldiers.

 

“The security situation has improved since 2010, but still remains fragile,” said a Jan. 6, 2012, briefing for Defence Minister Peter MacKay.

 

The proposal has been floating around National Defence headquarters for almost two years, but has yet to receive the blessing of the federal cabinet despite — according to the documents — the backing MacKay and Foreign Affairs Minister John Baird.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 07:25

kc390

 

EAST AURORA, N.Y., Dec. 20 (UPI)

 

Embraer Defense and Security of Brazil has added a U.S. supplier to its production program for KC-390 military transport/tanker.

 

New York's Astronics Corp. announced its subsidiary, Luminescent Systems Inc., will supply the aircraft's exterior lighting system, which will include navigation, anti-collision, landing, taxi, aerial refueling and formation lights.

 

"Astronics has a long history as an Embraer supplier, including providing the exterior lighting system for the Phenom family of business jets," said Peter J. Gundermann, Astronics' president and chief executive officer.

 

"The KC-390 selection serves to both enhance that relationship and builds on our industry leading position of supplying best in class exterior lighting solutions for the military and commercial aerospace market."

 

The KC-390 is a medium-sized, twin-engine tactical transport being built for the Brazilian military. It has a payload of 23.6 tons and a range of 2,600 nautical miles. It is expected to enter service in 2016.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 08:25

Rafale photo2 Sirpa Air

 

12 décembre 2012, Usine Nouvelle (Reuters)

 

Le Brésil ne pourra s'engager sur un éventuel achat du chasseur français Rafale pour équiper son armée de l'air qu'après le retour de la croissance économique dans le pays, a déclaré mardi la présidente Dilma Rousseff en visite d'Etat à Paris.

 

Son prédécesseur, Luis Inacio Lula da Silva, avait annoncé en 2009 que le Brésil choisirait l'avion de Dassault Aviation mais il avait quitté le pouvoir sans réussir à faire entériner cette décision, contestée au Brésil.

 

Le ralentissement économique a persuadé Dilma Rousseff de donner la priorité à d'autres programmes économiques.

 

"Nous attendons une croissance supérieure qui nous permette de remettre ce projet dans les priorités", a-t-elle expliqué lors d'une conférence de presse conjointe avec François Hollande qui n'a pas souhaité faire pression sur hôte.

 

"Le Brésil a tous les éléments pour choisir et donc c'est sa liberté et du moment et du matériel", a jugé le président français disant comprendre les contraintes budgétaires auxquelles le pays émergent doit faire face.

 

Les réticences de Dilma Rousseff à valider le choix du chasseur français auraient été partiellement levées par la décision de l'Inde d'entrer en négociations exclusives avec Dassault Aviation pour son propre programme.

 

L'entreprise française est en concurrence au Brésil avec Boeing avec son F-18 et Saab avec le Gripen.

 

La valeur initiale du contrat est estimée à quatre milliards de dollars (environ trois milliards d'euros) mais elle devrait être largement supérieure dès lors qu'auront été notamment inclus les frais de maintenance.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 08:20

Mi-171E Helicopter

 

17.12.2012 La Voix de la Russie

 

Le consortium public russe Rostekhnologuii et la société brésilienne Odebrecht Defensa e Technologia ont signé un mémorandum de coopération. Le document prévoit notamment la mise en place d'une société mixte qui assemblera les hélicoptères polyvalents Mi-171 sur le territoire brésilien.

 

Il est également prévu d'ouvrir au Brésil une station service qui s'occupera de l'entretien des hélicoptères de transport et de combat Mi-35M. En outre, la Russie et le Brésil se proposent de mettre au point un système de défense anti-aérienne dans l'intérêt du ministère brésilien de la Défense. Les parties n'ont pas communiqué de quels systèmes de DCA était-il question.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 18:25

Rafale photo2 Sirpa Air

 

11 décembre 2012 ouest-france.fr

 

La présidente du Brésil Dilma Rousseff, en visite en France, a indiqué mardi que la décision de son pays d’acquérir ou non le Rafale prendrait « encore un certain temps », compte tenu du contexte économique.

 

« Nous avons repoussé le choix […] et cela prendra un certain temps en fonction du temps que mettra l’économie brésilienne pour récupérer », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec François Hollande.

 

La France est en lice pour un appel d’offres du gouvernement brésilien concernant l’achat de 36 avions multirôles destinés à moderniser sa flotte. Pour ce contrat de plus de 4 milliards d’euros, le Rafale de l’avionneur français Dassault est en compétition avec le F/A-18 Super Hornet de l’Americain Boeing et avec le Gripen NG du suédois Saab.

 

« Nous avions ouvert la discussion » sur l’acquisition d’un avion de chasse « pendant les années 2009 et 2010, mais face à la crise le gouvernement brésilien a repoussé sa décision », a-t-elle expliqué.

 

Hollande loue les « qualités exceptionnelles » du Rafale

 

Désormais, a poursuivi la présidente brésilienne, « nous attendons une croissance à un taux supérieur qui nous permette de remettre ce projet dans les priorités ». « Il y a une certaine reprise qui s’annonce, mais nous devons encore avoir une attention sur les dépenses extraordinaires », a-t-elle insisté.

 

François Hollande a pour sa part souligné que ce contrat comprenait des transferts de technologie. « Nous avons toujours souhaité qu’il y ait des transferts qui puissent s’opérer […] c’est la méthode que nous avons définie et c’est la démarche que nous avons choisie », a-t-il dit.

 

« Sur le Rafale, le Brésil à tous les éléments pour choisir et donc c’est sa liberté, et du moment et du matériel. Je sais les qualités exceptionnelles du Rafale, elles ont été plusieurs fois démontrées » et « je ne pense pas qu’il soit utile d’en dire davantage ».

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 17:25

Mi-25 source RN

 

MEXICO, 16 décembre - RIA Novosti

 

Le Pérou entend acheter 24 hélicoptères de combat et examine des propositions de vendeurs potentiels dont la Russie, a déclaré samedi soir le ministre péruvien de la Défense Pedro Cateriano.

 

"L'achat de nouveaux hélicoptères est en train d'être débattu, nous avons trois propositions et nous voulons régler ce problème à l'aide de mécanismes intergouvernementaux. Les propositions française, américaine et russe sont examinées", a indiqué le ministre.

 

Selon lui, le gouvernement péruvien attend l'avis technique de ses militaires pour prendre la décision définitive.

 

Samedi, M.Cateriano a visité une base aérienne et a inspecté les hélicoptères de combat russes Mi-25, modernisés auparavant par les spécialistes russes.

 

Ces hélicoptères devront servir à l'armée et à la police dans leur lutte contre les terroristes et les trafiquants de drogue.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 17:25

 Rafale photo2 Sirpa Air

 

12 Dec 2012 by Stephen Trimble – FG

 

Washington DC - Brazil will keep a long-delayed acquisition of 36 fighters on hold until the national economy recovers from an ongoing slump, according to translated remarks by President Dilma Rousseff.

 

The Boeing F/A-18E/F Super Hornet (below), Dassault Rafale and Saab Gripen NG were shortlisted by the Brazilian air force in 2008 for the F-X2 deal.

 

Brazil's government had expected to sign a contract during 2012, but the award has now been postponed indefinitely while it diverts funds to bolster the economy with tax cuts and infrastructure spending, Rousseff says.

 

The final selection "may take some time", says Rousseff, according to a translation of her responses during a press conference in Paris.

 

In the "coming months", she adds, the government hopes the economy will grow at a rate that will allow the F-X2 award to move forward.

 

The F-X2 deal was expected to be signed three years ago as the Brazilian economy was booming. But a series of missteps during the evaluation process first delayed a contract award, and then the tender was put on hold for a year after Rousseff's election in November 2010.

 

The latest delay means it is unlikely that the Brazilian air force will have the new fighters in operation before the country hosts the 2014 World Cup. Its current inventory includes 10 Dassault Mirage 2000Cs and 43 Northrop F-5E/EMs, according to Flightglobal's MiliCAS database.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 17:25

A-darter.jpg

 

14 Dec 2012 Stephen Trimble- FG

 

Brazil's air force has tasked South African manufacturer Denel with constructing a factory in São José dos Campos to build the short-range A-Darter missile.

 

The in-development beyond-visual-range air-to-air missile is the result of a bilateral project between Brazil's Mectron and Denel, as well as the air forces of both nations,

 

The $1.4 million contract award announced on 13 December will see Denel prepare an industrial park in São José dos Campos, the Brazilian aerospace hub, where its local partners Mectron, Avibras and Opto Electrônica are located.

 

The A-Darter missile, which will be delivered from 2015, will replace the Mectron MAA-1 Piranha on the Alenia Aermacchi/Embraer AMX-1 strike aircraft and will also be fielded on the winner of the F-X2 fighter contest, according to a Brazilian air force statement.

 

The announcement also includes details about the 2.98m (9.78ft), 90kg (198lb) missile. Confirming previous reporting, the Brazilian air force says the infrared-guided A-Darter will feature off-boresight targeting, thrust vectoring and 100g peak manoeuvrability.

 

Brazil agreed to join the A-Darter programme with South Africa in 2006, becoming co-owner of the intellectual property and the recipient of transferred technologies including optics, navigation, sensors and image processing.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 17:20

Rafale photo2 Sirpa Air

 

11/12/2012 Vincent Lamigeon, grand reporter à Challenges Supersonique

 

Il y a parfois d’heureux hasards. Quelques jours à peine avant la visite de la présidente du Brésil Dilma Rousseff, qui entame aujourd’hui une visite de 48 heures en France, un article du magazine brésilien Istoe, l’équivalent de Newsweek, assurait que le chasseur F-18 de Boeing était en pole position pour le contrat de 36 appareils pour l’armée de l’air brésilienne, dit FX-2. Le journal évoquait notamment un prix proposé par Boeing de 5,4 milliards de dollars, contre et 4,3 milliards pour le Gripen du suédois Saab. Le Rafale ? 8,2 milliards de dollars. Bref, trop cher pour Brasilia.

 

Que valent ces chiffres, extraits, selon le magazine, d’un rapport de la commission chargée d’évaluer les trois appareils ? Ils apparaissent pour le moins étranges. Le quotidien Folha de Sao Paulo avait déjà évoqué le chiffre de 8,2 milliards en 2010, assurant à l’époque que Dassault avait consenti une réduction de deux milliards pour atteindre 6,2 milliards de dollars. A 8,2 milliards de dollars, le coût unitaire du Rafale ressort à 227 millions de dollars, soit 175 millions d’euros. Le chiffre paraît énorme : la Cour des comptes évaluait en février 2010 le prix unitaire du Rafale pour les forces françaises à 142,3 millions d’euros, coûts de développement compris.

 

Or il n’est pas d’usage de facturer les coûts de développement initiaux aux prospects export, ce qui serait la meilleure façon de perdre les contrats. En s’intéressant au prix unitaire de production d’un Rafale, estimé à 101,1 millions d’euros (131 millions de dollars) par la Cour des comptes, on a probablement une image plus fidèle du prix facturé par Dassault, qui y ajoute évidemment sa marge. On est loin des 227 millions de dollars évoqués par Istoe, sauf en intégrant diverses joyeusetés telles que le maintien en condition opérationnelle, la formation des pilotes etc.

 

Même le prix du F-18, estimé à 150 millions de dollars, paraît un peu élevé : l’Australie avait acheté 24 Super Hornet en 2007 pour à peu près 3 milliards de dollars, soit 125 millions l’appareil. Les chiffres de coût à l’heure de vol – 10 000 dollars l’heure pour le F-18, 20 000 dollars pour le Rafale - publiés par Isteo sont également à prendre avec des pincettes : on voit mal pourquoi le Super Hornet, plus lourd de trois tonnes, reviendrait moins cher à l’usage qu’un Rafale.

 

De deux choses l’une : soit ces chiffres sont justes, et le Rafale souffred’un problème de compétitivité qui rendrait assez inexplicable sa sélection en Inde pour le contrat MMRCA de 126 appareils. Soit ces chiffres sont faux, et il convient alors de savoir à qui profitent ces calculs frelatés. Concurrence américaine ? Pas forcément. Ce type de sortie pourrait aussi permettre au Brésil de négocier à la baisse le prix du Rafale. Réponse en 2013.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 09:20

vbtp-guarani-8

 

SAO PAULO, Dec. 5 (UPI)

 

Argentina is on track to buy 14 Brazilian Guarani 6x6 armored vehicles being developed with Italian manufacturer Iveco's help.

 

Details of the defense deal weren't released but confirmation of the planned procurement by the Argentine army comes from Brazilian army Brig. Gen. Philip Linhares Luiz Gomes, head of research in Brazil's land forces.

 

The 6x6 VBTP-MR Guarani armored vehicle is the result of Brazil's collaboration over several years with Italy's Iveco S.p.A.

 

Argentine procurement officials apparently decided on the purchase after trials of the armored vehicle during military exercises.

 

Argentina is the first foreign customer for the Guarani but Brazilian officials have indicated they are keen to expand the market for the APC while deploying an unspecified number of units in various branches of Brazilian armed forces.

 

The six-wheel Guarani Viatura Blindada Transporte de Pessoal, Media de Rodas, or VBTP-MR, is envisaged as a military vehicle family that can replace Brazilian inventories of Engesa EE-11 and EE-9 wheeled vehicles.

 

Both vehicles and related equipment were caught in a time-warp amid Brazil's troubles with keeping its defense program on track after the end of military dictatorship and switch to democratic rule. Engesa went into bankruptcy in 1993.

 

Brazil has invested tens of billions of dollars in regenerating its shipyards and civilian and defense aviation industries. Commercial and defense aviation major Embraer is developing new tactical transport aircraft as part of that overall strategy and plans are afoot to build capacity for commercial and military helicopters.

 

Brazil's previously profitable defense vehicle industry suffered a major setback when demand for its products collapsed with the end of the Iran-Iraq war in 1988, bringing bankruptcies and ruin to Brazilian companies involved with the business.

 

The second Gulf War in 1990-91 and the shift to U.S.-supplied weapons in the battle zone decisively removed Brazil as a major supplier to the region.

 

Iveco, which has a wide customer base in Latin America, has been a partner to Brazilian companies in commercial transport vehicles.

 

A $3.2 billion contract gave the company a new start in Brazil to develop armored wheeled vehicles that could replace the obsolete EE-11 and EE-9 APCs marketed by Engesa before its bankruptcy.

 

Brazil's aims are two-fold: to modernize the army and lay the foundations for a robust, regenerated heavy vehicle industry.

 

The Iveco contract, signed in December 2009, will enable Brazil to renew its wheeled armored personnel carrier fleet and also facilitate access to new technologies as part of the plan to regenerate the local military vehicle industry.

 

The 6×6 Guarani is designed to replace both EE-11 and EE-9, which are increasingly harder to operate because of shortage of spares and questions about the vehicles' protection levels.

 

Brazil hopes the VBTP-MR can be developed to a level where it can replace both of the outmoded vehicles in Brazilian military service.

 

The defense vehicles are being developed through the Iveco Fiat Oto Melara joint venture.

 

The 20-ton VBTP-MR will likely have amphibious capacity and be powered by a FPT diesel engine coupled to an automatic gearbox.

 

The VBTP-MR will be able to carry a crew of 10 dismounts excluding the driver and will fit into a C-130 Hercules or the planned Brazilian KC-390 transport aircraft, increasingly seen as a rival to the C-130 range.

 

Brazil's recent contracts with foreign suppliers indicate the new APC will come a variety of remote-controlled weapon stations, guns and cannons, including Israeli manufacturer Elbit's ORCWS UT-30BR, and anti-tank missiles.

 

The Guarani also offers Iveco an attractive prospect of developing a new market in addition to its new Puma six-wheel and four-wheel armored personnel carriers.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 23:31

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2012/images-decembre-2012/le-cemaa-bolivien-apres-un-vol-sur-epsilon-tb-30/2097719-1-fre-FR/le-cemaa-bolivien-apres-un-vol-sur-epsilon-tb-30.jpg

Le CEMAA bolivien après un vol sur

Epsilon TB 30

 

05/12/2012 Armée de l'air

 

Les 28 et 29 novembre 2012, la base aérienne (BA) 709 de Cognac a accueilli le général Libirio Flores Enriquez, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA) bolivienne.

 

Cette visite s’est déroulée dans le cadre des relations entre l’armée de l’air bolivienne et la société CASSIDIAN Aviation Training Services (CATS), chargée de la mise en œuvre et de la maintenance des outils de formation des pilotes de l’armée de l’air française.

 

Le général bolivien, accueilli par le général Olivier Taprest, commandant les écoles de sous-officiers et de militaires du rang de l'armée de l'air (ESOMAA) de Rochefort, est ainsi venu découvrir les Epsilon TB 30, avions utilisés par l’école de pilotage de l’armée de l’air (EPAA) pour la formation des pilotes. Il a d’ailleurs effectué un vol à bord de l’un d’entre eux.

 

Le CEMAA bolivien, accompagné de cadres d’EADS et de CATS, a également assisté à une présentation des missions de la BA 709 et de l’EPAA. Sa visite s’est terminée par une découverte des locaux de la société CATS.

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicod/storage/images/base-de-medias/images/air/actualites/images-2012/images-decembre-2012/le-general-olivier-taprest-commandant-l-esomaa-de-rochefort-accueille-le-cemaa-bolivien/2097734-1-fre-FR/le-general-olivier-taprest-commandant-l-esomaa-de-rochefort-accueille-le-cemaa-bolivien.jpg

Le général Olivier Taprest, commandant l'ESOMAA de Rochefort accueille le CEMAA bolivien

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 17:40

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e4/Eurocopter_EC_635_mock-up_ILA_2012.jpg/800px-Eurocopter_EC_635_mock-up_ILA_2012.jpg

 

Dec 3, 2012 (UPI)

 

Santiago, Chile - Chilean armed forces are looking to augment their inventory with an early acquisition of light attack helicopters, part of new options being considered to modernize the military.

 

Chile is also reported to be looking into acquiring light attack aircraft and unmanned aerial vehicles but no deals have been announced.

 

In September Chile was reported in talks with the Netherlands to buy at least eight Cougar helicopters earmarked for reconditioning with new avionics.

 

Chilean armed forces have let President Sebastian Pinera know the military's light attack capability needs to be modernized as the country faces multiple potential threats from the drug trade, cross-border smuggling of other contraband goods and human trafficking.

 

At least three types of light attack helicopters are under consideration and include the Eurocopter EC 635, the Bell 407 AH and the Boeing AH-6i, Defense Market Intelligence data showed.

 

Boeing is expected to demonstrate the AH-6i during trials mounted for the Chilean armed forces which earlier operated and trained on the MD 530.

 

The Eurocopter is also considered a strong contender, as it's known to both Chilean army and navy personnel. All three models have greater weapons capabilities and advanced electronics and optical equipment than the MD 530 but the competition now centers on availability, price and financial arrangements.

 

Jane's Defense Weekly said the military would likely approach the manufacturers to request further information.

 

Chile's defense requirements for 2012 were originally estimated to be in excess of $2 billion but cutbacks, Cabinet reorganization and new legislation led to several downward revisions in that estimate.

 

A Companies and Markets report estimated Chilean defense market value at $2.5 billion for this year, one of the largest in Latin America. However, Chilean defense expenditure declined steeply due to transfer of Carabineros de Chile and Investigations Police to the Ministry of Interior and Public Security.

 

The outlook for the coming years may be better, the report said. An aggressive modernization strategy, border disputes and persistent threats from drug traffickers are likely to push the country's defense expenditure to at least $4 billion by 2017.

 

Industry data showed the U.S. defense industry's share of Chilean defense exports is set to increase. The U.S. share of Chilean defense imports rose from 16 percent for the 2006-10 period to 30 percent for 2010 alone.

 

Part of the increase in Chilean defense spending has come from upgrading of armor, artillery, infantry, logistics and engineer units. Total spending in those areas is still awaiting financial data from various procurement agencies of the government.

 

Chile is in talks with the Netherlands to purchase eight Cougar helicopters that are likely to be reconditioned and upgraded to form part of an air cavalry brigade.

 

The Cougars are part of a Dutch armed forces armada that is targeted for a drawdown. Officials in the Netherlands have said the military's need for cash is behind the decision to run down the current inventory, which they see as excessive to need in peace time.

 

The Cougar is the Eurocopter's AS532 version, a twin-engine, medium-weight, multipurpose aircraft developed by France and built by Eurocopter and Turkish Aerospace Industries.

 

The AS532 is an upgrade of the Aerospatiale Puma in its militarized form and has been superseded by the Eurocopter EC725.

 

Multi-Role EC725 Helicopter

 

The secondhand helicopters, if acquired, will meet an immediate challenge for Chile, which is aiming to upgrade its armed forces' equipment as economically and fast as possible.

 

Some military commanders backed the idea of having all helicopters from the same manufacturer but cost considerations kept getting in the way.

 

Chilean army commander Gen. Juan Miguel Fuente-Alba said he favored a standardized helicopter force from a single manufacturer but that doesn't seem to be happening.

 

Support is also growing for a better-equipped Chilean army with its own air support backup.

 

El Periodista said on its website the army wants to enhance its fixed-wing capabilities and is seriously considering three to five Spartan C27J twin-engine light transport aircraft for its inventory. The aircraft costs about $53 million and is manufactured by Alenia Aeronautica of Italy.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 19:55

OPV-APA-photo-Bae-Systems.jpg

 

Dec 3, 2012 ASDNews Source : BAE Systems PLC

 

APA, the second of three Ocean Patrol Vessels built by BAE Systems, was handed over to the Brazilian Navy in a ceremony at Portsmouth Naval Base today.

 

Employees joined guests from the Brazilian and UK Royal Navies, to watch as members of the ship’s company raised the ensign for the first time, formally marking the handover of the Brazilian Navy’s newest vessel.

 

Mick Ord, Managing Director of BAE Systems’ Maritime - Naval Ships business, said: “We are extremely proud to deliver APA to the Brazilian Navy today. She is a highly capable ship and will be a great asset to the Brazilian Navy.

 

“As we continue to build on our relationship with the Brazilian Navy, our team will now focus on supporting APA’s crew through a comprehensive training programme before she sets sail for Brazil in February. On arrival she will join the Brazilian fleet and her sister ship, AMAZONAS.”

 

Rear Admiral Francisco Deiana, the Brazilian Navy’s Director of Naval Engineering, said: “The delivery of second of class, APA, will further strengthen our ability to provide security, safety and protection to the Brazilian Jurisdictional Waters, joining her sister AMAZONAS in the Navy’s Rio de Janeiro District Force. The brand new Ocean Patrol Vessel APA is no doubt a very important asset to the Brazilian Navy’s inventory.”

 

The team has achieved the handover of the second ship APA within a year of signing the £133 million contract for the supply of three Ocean Patrol Vessels and ancillary support services. The crew will now undertake a rigorous programme of training in areas such as seamanship, electronics and propulsion. The ship will then sail to Plymouth in January for Flag Officer Sea Training, which will include navigation and duty watch training, as well as the development and familiarisation of operational procedures for safety and security.

 

First of class, AMAZONAS, was handed over to the Brazilian Navy in June and arrived in her home port of Rio de Janeiro in early October. Meanwhile, the team continues to work on the third ship, ARAGUARI, in Portsmouth, which is expected to be delivered in April 2013.

 

The Ocean Patrol Vessels will provide Brazil with enhanced maritime capability. With a 30mm cannon and two 25mm guns, as well as two rigid inflatable boats and a helicopter flight deck capable of landing a medium-sized helicopter, the ships are ideal for performing maritime security in Brazil’s territorial waters, including the protection of the country’s oil and gas reserves. The vessels accommodate a crew of 80, with additional accommodation for 40 embarked troops or passengers and ample deck space for container storage.

 

The contract, announced in January 2012, also includes a manufacturing licence to enable further vessels of the same class to be constructed in Brazil, helping to support the country’s naval re-equipment programme and strengthen its maritime industrial capability.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 13:10

Gripen EF Photo Stefan Kalm - saabgroup.com SKA0070 355x236

 

LINKOPING, Sweden, Nov. 27 (UPI)

 

Swedish defense company Saab has been working to establish relationships with Brazilian firms as the F-X2 competition enters the final stretch.

 

The Brazilian F-X2 program, delayed by fiscal concerns amid the world's economic downturn, will see more than 30 combat aircraft procured for the Brazilian air force as it retires its aging fleet of fighters.

 

Brazilian military authorities are expected to announce the winner of the multibillion-dollar competition Dec. 31.

 

Saab is offering its Gripen fighter to Brazil, while Boeing of the United States is putting forth its F/A-18E/F and Dassault of France its Rafale.

 

The fighters will be produced in Brazil and involve Brazilian-produced components.

 

Saab reported it recently had workshops around the country to establish strategic business partnerships as part of its F-X2 bid and for other business.

 

"Our intention is to stay close to potential customers and establish strategic partnerships using our products as Tier 1 aerostructures, radar, remote-controlled vehicles," said Bengt Janer, director of Saab in Brazil.

 

Janer, together with Dan Jangblad, Saab senior vice president and the director of Saab's Global Strategy unit, took part in the workshops in four state capitals.

 

"Brazil is seen as one of the most important markets for our company, with many interesting business opportunities," said Ake Albertsson, general manager of Saab in Brazil. "The country has everything to become a business hub of Latin America ..."

 

It is believed Saab has already signed a Memorandum of Understanding with AEL Systems A/S for possible development, manufacturing and support of avionics for the Gripen.

 

A Brazilian news report said Saab is particularly looking for partnerships with Brazilian companies in maintenance, services, systems integration and ground control.

 

As part of its bid, Saab said as much as 40 percent of Gripen assemblies would be produced in Brazil in addition to supply chain items.

 

Boeing, as well as Dassault, has been pursuing the same path in its bid to win the F-X2 contract.

 

"We are confident that our offer represents the best-value solution for Brazil, offering the most advanced technology, a proven superior logistics-support system and a price that is considerably lower than that of the Rafale," Bob Gower, vice president of the Boeing F/A-18E/F Program, was quoted as saying.

 

"Opportunities for companies in Latin America's largest nation extend far beyond the F-X2 competition to all areas of Boeing's business."

 

In other developments relating to the Gripen, Saab has announced the Swedish Defense Materiel Administration has exercised an option for continued support and maintenance of Gripens operated by the country's military.

 

The award, worth $49.9 million, is for one year. Included under the order is for logistic services.

 

Saab said work under the option would be conducted at company facilities in Linkoping, Arboga, Jarfalla, Göteborg, Vaxjo and Ostersund.

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 18:30

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a9/Submarino_Shyri.jpg

Submarino Shyri en 2003

 

25 novembre 2012 Par Rédacteur en chef. PORTAIL DES SOUS-MARINS

 

Le sous-marin équatorien BAE Shyri est rentré en Aquateur après avoir été modernisé au Chili, aux chantiers Astilleros y Maestranza de la Marina (Asmar). Les travaux ont duré 4 ans, annonce un communiqué officiel.

 

Le sous-marin a été livré aux autorités de la marine d’Equateur le 19 novembre dernier, lors d’une cérémonie dans le port de Talcahuano.

 

« Le sous-marin est resté pendant 4 ans au chantier naval Asmar Talcahuano, pour une période d’entretien, pendant laquelle son équipage a subi une période d’entrainement spécial, » ajoute le communiqué.

 

Le sous-marin Huancavilca subit le même processus de modernisation, et sera livré en février 2014.

 

Référence : Terra (Chili)

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 18:25

P45-ARA-Robinson.jpg

 

25 novembre 2012 Par Rédacteur en chef. POERTAIL DES SOUS-MARINS

 

La marine argentine ne vie pas l’un de ses meilleurs moments, pas seulement à cause du blocage de son voilier-école Libertad au Ghana ou de l’Espora en Afrique du Sud par manque de pièces détachées. Le reste de sa flotte souffre des conséquences d’années de manque d’entretien et d’entraînement avec ses corvettes, frégates et même sous-marins impliqués dans des incidents mécaniques ou de manœuvre.

 

Les corvettes Spiro et Gomez Roca et le destroyer Argentina ont connu plusieurs pannes provoquées par le manque d’entretien et à des erreurs humaines, selon des sources de la commission de la défense du parlement argentin.

 

Trois corvettes devraient patrouiller dans la zone économique exclusive — Drummond, Granville et Guerrico — mais « elles prennent rarement la mer par manque de ressources pour les besoins opérationnels, » expliquent les sources.

 

Ces incidents sont survenus au moment où le budget 2013 voté pour la marine prévoit une nouvelle diminution du nombre de jours de mer pour patrouiller dans sa ZEE. « Le budget de l’an prochain ne finance que 161 jours de mer et d’entrainement, contre 329 il y a seulement 2 ans. »

 

« C’est clairement insuffisant pour les 15 navires de la marine actuellement en état de naviguer, » a déclaré Julio Martinez, député de l’opposition et membre de la commission de la défense. Un entrainement correct exige au moins 90 jours de mer pour chaque navire, soit « une période équivalent à 1.350 jours pour l’ensemble de la flotte. »

 

« La corvette Espora et son équipage n’auraient pas connu un aussi mauvais moment en Afrique du Sud si la corvette Spiro, prévue au départ pour participer à l’exercice Altasur, ne s’était pas échouée sur un banc de sable en quittant Mar del Plata, » souligne Martinez.

 

Le brise-glace Admiral Irizar est indisponible depuis 2007, après un incendie qui a entièrement détruit sa salle des machines. Le calendrier original est dépassé depuis longtemps. Plus de 100 millions $ ont été dépensés pour sa remise en état, et l’Argentine loue chaque année le brise-glaces russe Vasily Golovnin pour sa campagne de 3 mois en Antarctique, pour 2 millions $ par mois.

 

Quatre destroyers, Almirante Brown, Heroína, La Argentina et Sarandí, connaissent eux aussi des problèmes de moteur qui ne peuvent être réparés par manque de pièces détachées et de budget.

 

Sur les 6 corvettes MEKO, 2, Parker et Rosales, attendent des pièces détachées. Et 2 avions Fokker F-28 de la marine sont cloués au sol parce que leurs pièces détachées sont bloquées en douane à cause des restrictions argentines sur les importations.

 

Les équipages de sous-marins, basés à Mar del Plata, ont besoin de 190 jours d’entraînement en plongée. L’an dernier, ils ont seulement passé 19 heures en plongée. Les sous-marins Salta, Santa Cruz et San Juan connaissent des problèmes d’entretien.

 

Et pourtant, « en aout 2010, la ministre de la défense, Nilda Garré, avait annoncé que l’Argentine prévoyait de construire un sous-marin nucléaire, » conclut Martinez.

 

Référence : MercoPress (Uruguay)

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 18:55

sisfron.jpg

 

Nov 26, 2012 ASDNews Source : Embraer

 

The Brazilian Army has signed a contract for the implementation of Phase I of the Sisfron program with Tepro consortium, made up by the companies Savis Tecnologia e Sistemas S/A and OrbiSat Indústria e Aerolevantamento S/A, both controlled by Embraer Defesa e Segurança. Sisfron (Sistema Integrado de Monitoramento de Fronteiras) is the Integrated Border Monitoring System the Army is developing in the Western borders of Brazil. The contract is worth R$ 839 million (approximately USD 404 million).

 

Sisfron’s initial phase will include the monitoring of approximately 650 kilometers of land border, covering the border between the Brazilian State of Mato Grosso do Sul and neighboring nations of Paraguay and Bolivia, an area that falls under the responsibility of the Brazilian Western Military Command (Comando Militar do Oeste). The subsystems to be installed during this phase are under the responsibility of the Fourth Mechanized Cavalry Brigade, in Dourados, the Brazilian Western Military Command’s headquarters, in Campo Grande, and the Brazilian Army’s High Command, in Brasília (Federal District). In its totality, Sisfron has as its objective the surveillance and protection of Brazilian land borders stretching 16,886 kilometers dividing 10 Brazilian states and 11 neighboring countries, encompassing 27% of the nation´s territory.

 

“We are qualified to provide efficient integrated technological solutions developed in Brazil,” said Marcus Tollendal, President of Savis. “Our vision is to deliver Sisfron to the Brazilian Army and, subsequently, to seek a global market for those solutions, generating highly specialized jobs in Brazil.”

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 13:53

Lascar-UAV.jpg

 

Chile’s indigenously-developed small unmanned aerial vehicle, Lascar, is shown to defence minister Rodrigo Hinzpeter before making its first flight. (Chile MoD photo)

 

Nov. 26, 2012 defense-aerospace.com

(Source: Chilean Ministry of Defence; issued Nov. 23, 2012)

(Issued in Spanish only; unofficial translation by defense-aerospace.com)

 

 Minister Rodrigo Hinzpeter Attends the First Demonstration Flight of Chilean Army Drone (edited for cogency)

 

Minister of National Defense Rodrigo Hinzpeter arrived Friday in the Bío region, where he witnessed the first test flight of the Unmanned Aircraft System developed by the Chilean Army, a prototype called "Lascar", which has been under development since 2008 and is now in testing phase.

 

The "Lascar" prototype was developed by the Army in collaboration with the University of Concepción and Private Enterprise.

 

Among its many uses, the Minister emphasized monitoring of water sources, of volcanoes, natural disasters as well as rescue operations, fire monitoring and fisheries surveillance.

 

"It gives us a lot of pride and satisfaction to all see how the Army, our Army of Chile, in conjunction with the University of Concepción, a magnificent and traditional institution of this region, and the private sector come together to develop an unmanned aircraft that will allow us to do so much in a country with so many challenges in terms of natural disasters, "said Minister Rodrigo Hinzpeter at the end of the activity.

 

The minister added that the joint development of this prototype "demonstrates that in Chile there is intelligence, capacity for innovation, there are capabilities to enterprises of this nature, we sometimes think they are equity or monopoly only highly developed countries."

 

In addition, during his visit to the Biobío region, the minister also visited the Reinforced Regiment No. 7 Chacabuco, the Talcahuano Naval Base, Grumetes School Quiriquina Island and Asmar.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 21:50

Rafale photo2 Sirpa Air

 

22/11/12 lesechos.fr

 

BRASILIA (Dow Jones)--Le ministre brésilien de la Défense, Celso Amorim, a indiqué espérer que son gouvernement prendrait "bientôt" une décision sur les avions de chasse que souhaite acheter le Brésil, a indiqué le ministère de la Défense dans un courrier électronique envoyé mercredi soir.

 

Celso Amorim s'est réuni mercredi avec la ministre suédoise de la Défense, Karin Enstrom. Les deux ministres ont, entre autres choses, évoqué la décision sur les chasseurs, a indiqué le ministère, mais le Brésilien n'a pas précisé quand elle serait prise.

 

Le processus de décision, qui est en cours depuis plus de dix ans, implique trois concurrents: le Gripen NG du suédois Saab (SAAB-B.SK), le F/A-18 Super Hornet de l'américain Boeing (BA) et le Rafale du français Dassault Aviation .

 

Le gouvernement brésilien a adressé un courrier aux trois groupes en juin pour leur demander de prolonger leurs propositions jusqu'en décembre. D'après le gouvernement, il s'agit d'une pratique habituelle, qui pourrait être mise en oeuvre tous les six mois si aucune décision n'est prise.

 

-Jeffrey T. Lewis, Dow Jones Newswires

 

(Version française Emilie Palvadeau)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories