Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 11:25
Jorge Ledezma Cornejo - photo gob.bo

Jorge Ledezma Cornejo - photo gob.bo

 

01 avril 2015 Romandie.com (AFP)

 

LA PAZ - Le président bolivien Evo Morales a destitué mardi son ministre de la Défense pour avoir porté une veste faisant allusion au conflit maritine entre La Paz et Santiago dans le nord du Chili où il distribuait de l'aide humanitaire à la population touchée par les inondations.

 

Je regrette beaucoup devoir prendre cette décision, mais nous ne pouvons pas commettre ce genre d'erreur, a déclaré le président bolivien lors d'une cérémonie au palais présidentiel, peu après que le ministre, Jorge Ledezma, ait suscité une polémique au Chili en arborant une inscription brodée sur sa veste clamant la mer appartient à la Bolivie alors qu'il livrait un don de 13 tonnes d'eau en bouteilles pour aider les sinistrés.

 

Le Chili et la Bolivie n'ont pas de relations diplomatiques depuis 1978 et La Paz a déposé il y a deux ans une plainte devant la Cour internationale de La Haye pour tenter de récupérer son accès à la mer, perdu lors de la guerre du Pacifique (1879-1883).

 

La Bolivie avait perdu 120.000 km2 de territoire et 400 km de côte à l'issue de ce conflit.

 

Le président Moralès a présenté des excuses au guvernement du Chili, affirmant que nous ne gérons pas l'aide à des fins électorales.

 

Le Chili avait exprimé sa reconnaissance pour l'aide apportée par le pays voisin mais s'était offusqué du slogan brodé sur la veste du ministre bolivien venu livrer l'aide personnellement dans la ville de Copiapo, à 800 km au nord de Santiago, une des régions les plus touchées par les inondations qui ont frappé cette région aride du Chili et fait jusqu'à présent 18 morts et 49 disparus.

 

Permettez-moi de dire clairement que la tragédie et la douleur de la catastrophe dans le nord ne doivent pas être utilisées à des fins politiques dans la campagne médiatique de la Bolivie, avait réagi le ministre chilien des Affaires étrangères Heraldo Muñoz.

 

Le Sénat chilien avait immédiatement approuvé à l'unanimité un texte rejetant l'utilisation à des buts de propagande de l'aide de la Bolivie qui profite de la catastrophe.

 

Quelques heures plus tard, averti du mécontentement des autorités chiliennes, Ledezma avait présenté ses excuses. Nous ne sommes pas venus faire de la propagande, ni pour provoquer qui que ce soit, nous avons simplement apporté de l'eau, a déclaré le ministre bolivien sur CNN Chili.

 

Ledezma avait précisé qu'il avait mis sa veste parce qu'il faisait froid.

 

C'était la seule que j'avais sous la main, s'est-il excusé.

 

Le ministre des Affaires étrangères du Chili l'avait exhorté à demander des excuses plus formelles pour cette erreur de jugement.

Repost 0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 06:25
La réserve, une double vie professionnelle au service des Français

 

31 03 2015 par FAA

 

Le vendredi 27 mars 2015, les 186 réservistes opérationnels et citoyens des forces armées aux Antilles ont présenté leur statut et leur expertise lors de la Journée Nationale du Réserviste organisée à la base navale de Fort-de-France.

 

Un réserviste, qu’est-ce que c’est ? Ce sont des hommes et des femmes qui vivent en parallèle deux aventures professionnelles, une vie civile et un engagement militaire. Ces hommes et ces femmes ont choisi, malgré les difficultés qu’ils peuvent parfois rencontrer dans l’organisation de leur double vie professionnelle, d’être aux services des autres !

 

Ces hommes et ces femmes représentent un « trait d’union entre deux mondes qui doivent se soutenir, s’épauler, deux mondes complémentaires » explique l’enseigne de vaisseau de 1ère classe (R) Pascal Saffache. Pascal Saffache est un universitaire de renom, ancien président de l’Université des Antilles et de la Guyane. Maître de conférences et expert de l’aménagement du territoire et de l’analyse environnementale, il a choisi en 2012 d’intégrer la réserve opérationnelle et de mettre ses connaissances au profit de l’Action de l’Etat en Mer au sein des forces armées aux Antilles. Au sein de la division AEM, Pascal traite particulièrement des questions de pollution et d’environnement à l’échelle du bassin Caraïbe.

 

Pour la sergent (R) Audrey Giraud, conseillère méthodes, référente « Chlordécone » et animatrice inter-filière en épidémiosurveillance à la chambre d’agriculture de la Martinique, la réserve lui permet de concilier son domaine de compétence et son envie de dépassement et d’aide à la population. « Ce qui est important pour moi, c’est le dépassement de soi, tant physiquement que moralement, qu’impulse le fait d’être réserviste. Aller toujours plus loin, repousser ses limites, apprendre à se connaitre et à comprendre le comportement humain » explique la jeune femme de 28 ans. « Mais au-delà de cela, en faisant partie de la réserve, je peux mettre en pratique le volet logistique de mon bagage universitaire et professionnel et le mettre au service des missions d’aide à la population des forces armées aux Antilles et du Détachement Terre Antilles – 33e RIMa en particulier ».

 

Madame François Triquet, première réserviste citoyenne de l’armée de l’Air aux Antilles et secrétaire générale de la sous-préfecture du Marin, a souhaité quant à elle s’engager dans la réserve citoyenne. En tant que commandant de la réserve citoyenne, ses missions aujourd’hui sont de dynamiser le réseau des correspondants Défense des mairies des communes du Sud de la Martinique, d’aider à la diffusion de l’esprit de Défense, à l’accomplissement du Devoir de mémoire dans les municipalités des communes du Sud et de sensibiliser enfin les acteurs politiques, administratifs, économiques et sociaux du département aux enjeux liés à la Défense nationale.

La réserve, une double vie professionnelle au service des FrançaisLa réserve, une double vie professionnelle au service des Français
La réserve, une double vie professionnelle au service des FrançaisLa réserve, une double vie professionnelle au service des Français
Repost 0
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 11:25
photo FAA

photo FAA

 

30 03 2015 par FAA

 

Le 25 mars 2015, les forces armées aux Antilles ont été engagées dans un exercice majeur  de réaction à une catastrophe de type tsunami frappant l’ensemble de la Caraïbe.

 

Nommé Caribe Wave 2015, cet exercice régional était conduit aux Antilles françaises au niveau interministériel par le Préfet de la zone de Défense, M. Fabrice Rigoulet-Roze – Préfet de la Martinique. Caribe Wave 2015 visait à tester le système d’alerte rapide face aux tsunamis et aux risques côtiers. Le scénario simulait un tsunami provoqué par un tremblement de terre de magnitude 8,5 localisé au nord des côtes du Panama.

 

Cette journée d’entrainement a permis au centre des opérations (CENTOPS) des forces armées aux Antilles de tester grandeur nature ses différents moyens de liaison et d’alerte. A la réception d’un SMS d’alerte de la préfecture sur la probabilité d’un tsunami imminent, un réseau VHF a ainsi été mis en service par la DIRISI afin de faire la liaison entre le CENTOPS et les différentes unités des FAA sur le terrain.

 

 

Le système d’alerte par SMS à l’ensemble des militaires et de leurs famille – appelé ilotage – a également était testé, selon les mêmes dispositions qu’en cas d’une alerte cyclonique.

 

Enfin, cet entraînement face à la menace d’un tsunami aura permis une réflexion complète sur la résilience des emprises des FAA les plus sensibles face à un risque de submersion. « Comment assurer la permanence du commandement ? », « Que doit-on évacuer ? », « Quelle procédure mettre en place pour évacuer les matériels sensibles ? » sont autant de questions soulevées par cet entraînement grandeur nature. Grâce à la remontée d’information de toutes les unités des FAA ayant participés à Caribe Wave, de la base navale à la DIRISI, de la DIDI au DTA 33 en passant par toutes les unités navigantes, le CENTOPS a un retour d’expérience riche pour optimiser toujours la résilience des emprises militaires.

 

En cas de tsunami comme de cyclone ou de tremblement de terre par exemple, les FAA doivent être en mesure de recouvrir leurs capacités opérationnelles le plus rapidement possible. Sur demande de concours de la Préfecture, elles sont susceptibles également d’apporter leur soutien dans la mise en place de moyens de reconnaissance, d’évaluation et de liaison. Les FAA peuvent également être engagées pour dégager et rétablir les réseaux routiers. Enfin, les militaires des forces armées ainsi que ceux des régiments du service militaire adaptés de Martinique et de Guadeloupe peuvent mobiliser hommes et matériels afin de participer à la remise en service des installations portuaires et aéroportuaires, de secourir la population, de protéger les biens et participer ou organiser une chaîne de soutien logistique.

photo FAAphoto FAA
photo FAA

photo FAA

Repost 0
30 mars 2015 1 30 /03 /mars /2015 07:25
Le CEMA en compagnie du général Adam, commandant supérieur des FAG

Le CEMA en compagnie du général Adam, commandant supérieur des FAG

 

27/03/2015 Actus Air

 

Du 23 au 25 mars 2015, le général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), est allé à la rencontre des 2000 militaires et civils présents au sein des forces armées en Guyane (FAG). C’est la première fois depuis 2005 qu’un CEMA se retrouve ainsi au contact des forces présentes dans ce département des outre-Mer. Récit de ces trois jours.

 

Lundi soir, à peine arrivé à Cayenne, le CEMA s’est rendu avec le général Philippe Adam, commandant supérieur des FAG, à la rencontre de détachements représentant les missions les plus emblématiques dans lesquelles sont engagées les FAG.

 

Le 24 mars 2015, pour sa deuxième journée sur le sol guyanais, le général Pierre de Villiers a été à la rencontre des militaires des trois armées qui remplissent les trois missions permanentes des FAG : la contribution à l’action de l’État en mer, la protection du centre spatial guyanais (CSG) et la sécurisation des tirs de fusée (mission Titan), ainsi que la lutte contre l’orpaillage illégal dans le cadre de la mission Harpie.

 

Après avoir échangé avec des marins et des gendarmes maritimes, le CEMA a rejoint le centre de contrôle militaire (CCM) de Kourou pour se faire présenter le dispositif de défense aérienne. Dirigé par la haute autorité de défense aérienne, le CCM a notamment en charge la protection permanente de l’espace aérien du CSG. Lors des lancements de fusées, ce dispositif est renforcé par l’activation du plan Titan, qui, outre une protection aérienne renforcée, comprend un volet maritime et un volet terrestre.

 

À Kourou, le CEMA a pu longuement s’entretenir avec les militaires qui contribuent à ce dispositif interarmées de surveillance et de protection, notamment les aviateurs du détachement Fennec.

 

Le 25 mars, pour sa dernière journée en Guyane, le général de Villiers est allé à la rencontre des militaires du 9e régiment d’infanterie de marine (9e RIMa) puis des jeunes du régiment du service militaire adapté de la Guyane (RSMA) à Saint-Laurent du Maroni, dans l’ouest guyanais. Après ces rencontres, il s’est rendu sur un site symbolique de la lutte contre l’orpaillage clandestin dans la région de Tadéu.

 

Évoluant dans un milieu particulièrement exigeant, les forces armées en Guyane agissent au quotidien dans un cadre unique pour les armées : en opération permanente sur le territoire national, ses actions se déroulent dans un cadre interministériel, sous la direction stratégique du Préfet de région et en étroite coopération notamment avec les forces de gendarmerie et de la police de l'air et des frontières, dispositif unique sur le territoire national.

Le CEMA à la rencontre des militaires des FAG
Repost 0
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 12:35
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre


27 mars 2015  Armée de Terre

 

Le centre d’entraînement en forêt équatoriale (CEFE) situé en Guyane est un lieu de formation et d’expertise pour l’armée de Terre. Implanté dans ce département depuis les années 1970, il bénéficie d’une solide expérience dans cet environnement et lui confère une légitimité naturelle. Apprécié et redouté des stagiaires français et étrangers, le centre forme aux techniques de survie en milieu équatorial. Stages éprouvants, ils confèrent aux participants de véritables savoir-faire et une réelle force morale.
Avide d’aventures, voici en images un aperçu de ce qui vous attend.

Impressions du sergent Olivier lors de son stage international Jaguar, au centre d’entraînement en forêt équatoriale (CEFE) en Guyane. Survie et dépassement de soi sont au programme.

Repost 0
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 07:25
Credits Eric Gaba

Credits Eric Gaba

 

March 26th, 2015 defencetalk.com (AFP)

 

Argentina branded Britain’s plans to beef up its defenses in the Falkland Islands a “provocation” and a pre-election stunt Wednesday.

 

On Tuesday, British Defense Secretary Michael Fallon said London would spend £180 million ($268 million) over 10 years to counter “continuous intimidation” from Argentina in the disputed South Atlantic islands, which the two countries went to war over in 1982.

 

“This business from Great Britain is a provocation, not just to Argentina but also to the United Nations,” said Argentine Foreign Minister Hector Timerman.

 

The UN’s Decolonization Committee adopted a resolution last year calling on Britain to negotiate with Argentina on the islands’ status, as Buenos Aires has long demanded.

 

Britain argues the islanders should decide themselves which country they want to belong to. In a 2013 referendum, 99.8 percent voted to remain a British overseas territory.

 

Timerman said the British defense initiative “makes no sense.”

 

“We are committed to dialogue and international law,” he told local broadcaster Radio del Plata, saying Argentina would file a formal complaint with the UN and the Decolonization Committee.

 

President Cristina Kirchner’s cabinet chief, Anibal Fernandez, said the defense plan was less about Argentine threats than the campaign for Britain’s general elections on May 7.

 

“They’re facing elections so they resort to cheap nationalism to put all of British society on tenterhooks over a military matter,” he told a press conference.

 

Argentina invaded the Falklands, which it calls the Malvinas, in April 1982, sparking a bloody war that it lost in just over two months.

 

The conflict claimed the lives of 649 Argentine soldiers, 255 British soldiers and three islanders.

 

Argentina’s secretary for the Malvinas, Daniel Filmus, said it is “absolutely not the case” that Buenos Aires plans to repeat the invasion, launched under its military dictatorship.

 

“Since 1983, Argentina has again lived under a democracy and forcefully insists that there is only one path to regain sovereignty, the path of peace, diplomacy and negotiation,” he said.

 

Filmus said Britain’s real aim appeared to be “supporting the offshore oil rigs that are illegally pumping Argentine hydrocarbons” in the South Atlantic.

 

Argentina does not recognize Britain’s right to drill for oil in the region, where significant offshore deposits have been discovered in recent years.

Repost 0
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 22:25
photo CCH Serpillo / Armée de Terre

photo CCH Serpillo / Armée de Terre

 

26/03/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 25 mars 2015, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), a poursuivi son déplacement auprès des forces armées en Guyane (FAG). Durant ce troisième jour en Guyane il a pu constater le haut niveau d’implication des militaires des FAG dans les différentes missions interministérielles qui leurs sont assignées.

 

A Saint-Laurent du Maroni, dans l’ouest guyanais, le CEMA est allé à la rencontre des militaires du 9èmerégiment d’infanterie de Marine (9ème RIMa) puis des jeunes du régiment du service militaire adapté de la Guyane (RSMA).

 

Le détachement du 9ème RIMa a présenté au CEMA un point de situation sur les principales missions effectuées dans cette zone :

    garantir la souveraineté nationale  sur la moitié ouest du territoire, dans une zone d’accès difficile de 45 000 km² ;

    participer à la mission Harpie de lutte contre l’orpaillage illégal.

 

Implanté à Cayenne, le 9eRIMa est notamment déployé à Saint-Laurent-du-Maroni et à Maripasoula. Il appuie et soutient les services de l’Etat engagés dans la lutte contre l’immigration clandestine et l’orpaillage illégal. Le régiment est plus particulièrement engagé aux côtés de la gendarmerie pour interdire les axes fluviaux, contrôler la zone dans la profondeur et détruire des sites illégaux d’orpaillage.

 

Après avoir échangé directement avec les « marsouins », le CEMA a rejoint le régiment militaire adapté de la Guyane (RSMA). Créé pour aider les jeunes âgés entre 18 et 25 ans en situation d’échec scolaire, le RSMA dispense de nombreuses formations professionnelles à Saint-Laurent-du-Maroni et à Cayenne. A l’issue de leur formation, les jeunes du RSMA de la Guyane sont insérés à plus de 75% dont une majorité dans l’emploi durable. Le CEMA a visité les différents ateliers de formation professionnelle du régiment, apprécié les problématiques spécifiques de recrutement et d’insertion mais aussi échangé avec des chefs d’entreprise venus expliquer les raisons qui les amènent, au quotidien, à recruter spécifiquement leurs employés à la sortie du RSMA de la Guyane.  Le général de Villiers a particulièrement apprécié cette visite qui lui a permis d’être au contact des jeunes et des cadres du RSMA, saluant la performance du régiment et son impact sur le tissu économique local.

 

Après ces rencontres, le CEMA s’est rendu sur un site symbolique de la lutte contre l’orpaillage clandestin dans la région de Tadéu. Il a pu prendre la mesure des résultats et des succès de la mission Harpie qui mobilise, dans un cadre interministériel, marsouins et légionnaires aux côtés des gendarmes. Les efforts permanents des hommes du 3e REI et du 9eRIMa bénéficiant des moyens de l’armée de l’air et réalisés en appui des forces de gendarmerie, ont déjà permis de réduire de 30% le nombre de sites d’orpaillage illégal ces 6 derniers mois.

 

Débutée par un petit-déjeuner avec les présidents de catégories des FAG, cette dernière journée de visite du CEMA en Guyane s’est achevée par un entretien avec le préfet durant lequel ont été notamment soulignées la qualité et l’efficacité de l’engagement des forces armées dans l’action interministérielle en Guyane.

 

Evoluant dans un milieu particulièrement exigeant, les forces armées en Guyane agissent au quotidien dans un cadre unique pour les armées : en opération permanente sur le territoire national, ses actions se déroulent dans un cadre interministériel, sous la direction stratégique du Préfet de région et en étroite coopération notamment avec les forces de gendarmerie et de la police de l'air et des frontières, dispositif unique sur le territoire national.

photo CCH Serpillo / Armée de Terre
photo CCH Serpillo / Armée de Terre
photo CCH Serpillo / Armée de Terre
photo CCH Serpillo / Armée de Terre
photo CCH Serpillo / Armée de Terre

photo CCH Serpillo / Armée de Terre

Repost 0
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 08:25
photo Forces Armées Antilles

photo Forces Armées Antilles

 

25 03 2015 Forces armées aux Antilles

 

Sous l’impulsion du contre-amiral Georges Bosselut – commandant supérieur des forces armées aux Antilles, et des trente-quatre correspondants Défense de la Martinique, une nouvelle dynamique est en marche pour favoriser la diffusion de l’esprit de Défense auprès de la population martiniquaise.

 

Le 13 mars 2015, le centre de service national de Martinique a ainsi convié les correspondants Défense, mais également les relais Défense de l’Education nationale, pour une matinée Journée Défense et Citoyenneté (JDC) avec tests à l’appui ! Cette rencontre avait pour objectif de leur faire découvrir de manière ludique la JDC rénovée. Les correspondants Défense ont en effet un rôle primordial d’information auprès des jeunes de l’obligation de recensement et de participation à la Journée Défense et de Citoyenneté. Quoi de mieux pour convaincre les jeunes que de vivre soi-même cette journée ? Dans une ambiance conviviale et intéressée, les jeunes d’hier et prescripteurs d’aujourd’hui ont donc débattu ensemble des actions communes à mener pour renforcer toujours ce lien entre la Défense et la population pour une meilleure compréhension mutuelle.

 

Afin d’optimiser le réseau de proximité que représentent les correspondants Défense pour maintenir un lien étroit entre la Nation et son armée, les forces armées aux Antilles ont invité les représentants des communes des Trois-Îlets, de Saint Esprit et du Diamant le mardi 10 mars 2015 au Fort d’Arlet découvrir l’entraînement opérationnel Madiana. Conduits sur la presqu’île des Trois-Îlets par le Détachement Terre Antilles 33e RIMa (DTA 33), les trois correspondants Défense ont pu découvrir in situ le déroulé d’une intervention militaire qui pourrait être menée ici, dans la Caraïbe, pour une évacuation des ressortissants en autonomie ou en appui de pays de la région avec qui la France détient des accords de Défense.

 

Le correspondant Défense est un élu d’une municipalité chargé de la prise de conscience par ses concitoyens du rôle de l’armée française, tant en opérations extérieures qu’en opérations intérieures. « Pour mener à bien sa mission, le correspondant Défense se doit d’être bien informé sur les actions conduites par les forces armées. C’est là ma volonté : renforcer la diffusion de leur information mais plus encore, les associer pleinement à nos actions sur le terrain, dans leurs communes » souligne le contre-amiral Georges Bosselut – commandant supérieur des forces armées aux Antilles.

photo Forces Armées Antilles
photo Forces Armées Antilles
photo Forces Armées Antilles
photo Forces Armées Antilles
photo Forces Armées Antilles
photo Forces Armées Antilles

photo Forces Armées Antilles

Repost 0
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 17:25
Guyane : portrait du caporal Lydia (RMED)

 

25/03/2015 armée de Terre

 

Détachée avec le 1er RI (régiment d’infanterie) pour une mission de 4 mois dans le cadre de l’opération Harpie en Guyane, le caporal Lydia du régiment médical de La Valbonne nous explique sa mission.

Repost 0
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 12:25
Lutte contre l’orpaillage illégal en Guyane

 

25/03/2015 Gabriel Boyer - Armée de Terre

 

Dans le cadre de l’opération Harpie, un groupe de soldats du 1er RI (1er régiment d’infanterie) combat l’orpaillage illégal en Guyane, en appui des gendarmes.

 

L’opération Harpie est une opération interministérielle française réalisée en Guyane depuis le mois de février 2008. Elle est menée conjointement par les forces de gendarmerie et les forces armées en Guyane (FAG). Ordonnée par Nicolas Sarkozy, alors Président de la République française, elle a pour objectif de démanteler les systèmes d’extraction illégaux d’or  sur le territoire.

 

Depuis 150 ans, La Guyane est exploitée par des chercheurs d’or clandestins, venus principalement de régions défavorisées du Brésil ou du Suriname. Découvrez en images les FAG qui combattent ce fléau.

Repost 0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 19:25
photo EMA

photo EMA

 

24/03/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 23 mars 2015, le général d’armée Pierre de Villiers est arrivé en Guyane pour découvrir le quotidien des 2000 militaires et civils présents au sein des forces armées en Guyane (FAG). C’est la première fois depuis 2005 qu’un CEMA se retrouve ainsi au contact des forces présentes dans ce département des Outre-Mer.

 

Lundi soir, à peine arrivé à Cayenne, le CEMA s’est rendu avec le général de division aérienne Philippe Adam, commandant supérieur des FAG, à la rencontre de détachements représentant les missions les plus emblématiques dans lesquelles sont engagées les FAG : HARPIE (lutte contre l’orpaillage illégal), TITAN (protection du centre spatial), protection des approches maritimes et aériennes.

 

Dans la journée du 24 mars, le CEMA devrait embarquer sur un P400 de la Marine nationale, bâtiment qui est utilisé pour les missions de patrouille maritime. Il se rendra ensuite au centre de contrôle militaire de Kourou, d’où sont coordonnées les opérations de surveillance et de sécurisation des tirs de fusées depuis le CSG. Il terminera cette première journée par une visite au Centre d’entraînement en forêt équatoriale (CEFE) où il échangera avec des instructeurs et des stagiaires sur la formation au combat en jungle.

photo EMAphoto EMA

photo EMA

Repost 0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 12:25
IAI's first B767 MMTT conversion was the 'Jupiter' currently operated by the Colombian Air Force (FACH).

IAI's first B767 MMTT conversion was the 'Jupiter' currently operated by the Colombian Air Force (FACH).

 

Mar 2015 By: Arie Egozi - FG

 

Tel Aviv - After long delays, the Brazilian government has allocated the required budget for the purchase of three converted Boeing 767-300s that will serve as aerial tankers. The conversions will be performed by Israel Aerospace Industries.

 

IAI was selected for the contract in 2013, but the elections in Brazil last October had frozen the process, which remained slow even after the formation of a new government.

 

According to sources in Brazil, the air force increased its pressure, by claiming that the capability to refuel aircraft in the air and to also transport forces and equipment is its top priority.

 

The service has already retired a previous fleet of four KC-137 tankers, which were adapted from the Boeing 707, and now has just two Lockheed Martin KC-130H/M aircraft operational in this role.

 

At least one of the 767s will be converted by IAI's Bedek division, with the others to be completed in Brazil by TAP subsidiary TAP Manutenção e Engenharia Brasil, under its supervision. The work will include equipping the aircraft with wing-mounted hose and drogue refuelling pods.

 

Brazilian sources say they already have the tail numbers of the three 767s that will be converted. After the contract is signed IAI will purchase the aircraft and begin the conversion process.

 

IAI declines to comment on the fact that the programme has received the green light from the Brazilian government.

Repost 0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 19:25
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

 23/03/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 21 mars 2015, la frégate de surveillance Germinal basée aux Antilles a intercepté un Go Fast au comportement suspect, détecté et pisté au préalable par un avion C26 du Regional Security System (RSS), basé à la Barbade. Cette action qui a permis la saisie de 124 kg de cocaïne et 33 kg de marijuana illustre une fois encore l’excellente coopération avec les partenaires régionaux ainsi que l'efficacité de l'action interministérielle menée par la France contre le trafic de produits stupéfiants en zone Antilles-Guyane.

 

L’avion de surveillance maritime C26 patrouillait dans le cadre du Regional Security System (RSS) qui regroupe sept Etats de la région : Antigua et Barbuda, la Barbade, la Dominique, la Grenade, saint Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie et Saint Vincent-et-les-Grenadines. Ces pays ont mutualisé leurs forces pour assurer la sécurité de leurs espaces terrestres et maritimes.

 

Pris en chasse par la frégate Germinal à une cinquantaine de nautiques à l’ouest de la Barbade, le Go Fast a rejeté à la mer des ballots de drogue avant d’être arrêté. Les 7 présumés narcotrafiquants ont été interceptés et leur embarcation a été saisie. 7 ballots ont été récupérés par la frégate.

 

 

photo Marine Nationale
photo Marine Nationalephoto Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

Environ 124 kg de cocaïne et 33 kg de  marijuana ont été récupérés par le Germinal et seront remis à l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) pour destruction. Les 7 présumés narcotrafiquants seront placés en garde à vue par l’OCRTIS dans le cadre de l’enquête judiciaire sous l’autorité du procureur de la République.

 

Agissant dans le cadre de l’action de l’État en mer, les forces armées aux Antilles (FAA) opèrent régulièrement avec leurs partenaires étrangers de la Caraïbe pour réprimer les trafics de drogue en haute mer. Ces opérations sont placées sous l’autorité du  préfet de la Martinique, délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer aux Antilles, et sont coordonnées depuis le centre opérationnel interarmées des FAA implanté à Fort de France.

 

Cette opération porte le bilan de ce début d’année 2015 a plus de 1,2 tonne de drogue saisie en mer par l’action conjointe des services de l'État français dans la zone Antilles-Guyane.

 

Les forces armées aux Antilles (FAA) garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis les départements de la Martinique et de la Guadeloupe. Elles constituent un dispositif interarmées à dominante aéromaritime de premier plan sur le théâtre Antilles-Guyane.

Repost 0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 17:45
Multinational maritime forces begin Exercise Obangame Express 2015

 

23 March 2015 naval-technology.com

 

The multinational exercise, Obangame Express 2015, is being conducted by the maritime forces from Gulf of Guinea nations, Europe, South America, the US and various regional and international organisations.

 

Sponsored by US Africa Command (AFRICOM), the nine-day Obangame Express exercise is designed to improve regional cooperation, maritime domain awareness (MDA), information-sharing practices, and tactical interdiction expertise to enhance the collective capabilities of Gulf of Guinea nations to counter sea-based illicit activity.

 

Obangame Express 15 tactical command officer captain John Rinko said: "Every nation represented in the exercise plays a critical role in not only their own nation's maritime security, but the security of the entire region.

 

"Each year of Obangame Express, we build on the successes of the previous year to mature the coordination between nations, develop a higher level of cooperation and improve the capability and capacity of our maritime forces.

 

"During this exercise, we will not only work to enhance tactical and operational maritime security capabilities, but to improve international and interagency coordination for responding to threats to maritime security."

 

Conducted as part of four US Naval Forces Europe-Africa/US 6th Fleet (NAVEUR-NAVAF/C6F) facilitated regional exercises, Obangame Express will provide an opportunity to train on skill sets that include boarding techniques, search and rescue operations, medical casualty response, radio communication, and information management techniques.

 

Leveraging the Code of Conduct for West and Central Africa, the exercise will include a two phase underway portion comprising of a regional framework and an emphasis on national patrols.

 

The USNS Spearhead joint high-speed vessel (JHSV 1) is scheduled to participate in Obangame Express.

 

Participating nations in Obangame Express 2015 include Angola, Belgium, Benin, Brazil, Cameroon, Cote d'Ivoire, Democratic Republic of Congo, Denmark, Equatorial Guinea, France, Gabon, Germany, Ghana, Nigeria, Norway, Portugal, Republic of Congo, Sao Tome & Principe, Spain, Togo, Turkey, the UK and the US, as well as the Economic Community of West African States (ECOWAS) and the Economic Community of Central African States (ECCAS).

Repost 0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 17:25
Opération TITAN

 

23/03/2015 SCH Beltran - armée de Terre

 

A 7 000 km de la métropole, les forces armées en Guyane (FAG) ont pour mission de protéger le territoire national et ses intérêts.

 

Dans ce cadre, l’armée de Terre assure plusieurs missions dont la protection du centre spatial guyanais (CSG). Il s’agit de l’opération TITAN. C’est une action interarmées dont le dispositif terrestre est assuré par une compagnie d’infanterie, une compagnie d’artillerie sol-air ainsi qu’une section d’aide à l’engagement débarqué. L’armée de Terre, maitre de son milieu, assure le contrôle de la zone extérieure du CSG. Les détails de cette opération en images.

Repost 0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 17:25
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

23/03/2015 SCH Beltran - armée de Terre

 

Le sergent Vitom, chef de groupe au 3e régiment étranger d’infanterie (3e REI) de Guyane, participe à l’opération TITAN.

 

Patrouillant à pied ou en canoë, il effectue des contrôles de zone et concourt à la protection du centre spatial guyanais, à Kourou.

 

Immersion.

Repost 0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 13:25
photo CCH Serpillo

photo CCH Serpillo

 

23/03/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le jeudi 12 mars 2015, le personnel du Service Interarmées des Munitions des Forces Armées en Guyane (FAG) a procédé à une destruction de munitions, mesure de sécurité appliquée pour les stocks éprouvés par les déploiements.

 

Basé sur la Montagne des Serpents à une trentaine de kilomètres de Cayenne, les pyrotechniciens du dépôt munitions ont procédé à la destruction par « pétardement », c’est-à-dire en recouvrant les munitions d’explosifs. Ces munitions utilisées dans le cadre des missions des FAG étaient fortement oxydées en raison des caractéristiques du climat et devenues sujettes à des dysfonctionnements. 88 kilos de munitions ont ainsi été éliminés.

 

En 2014, le dépôt de munitions des FAG a détruit 2,4 tonnes de munitions appartenant aux trois armées et au ministère de l’intérieur. Ces opérations de maintenance de munitions permettent d’assurer la sécurité de l’utilisateur mais aussi l’efficacité opérationnelle de la munition.

 

Placé sous les ordres du détachement de liaison du service interarmées de munition, le dépôt de munitions est armé par 6 personnels, dont deux civils. Il gère la comptabilité des munitions, le suivi et l’inventaire du stock. Il est aussi en charge de la perception et du reversement des munitions auprès des unités.

 

A 7 000 km de la métropole, les forces armées en Guyane (FAG) garantissent la protection du territoire national et de ses ressources. Fréquemment engagées en appui de l’action de l’Etat dans des missions au caractère interministériel, les FAG agissent sur un territoire rendu exigeant par son étendue (1 100 km de frontières terrestres), son littoral difficile et sa forêt équatoriale.

photos CCH Serpillo
photos CCH Serpillo

photos CCH Serpillo

Repost 0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 08:30
Eagle Resolve Exercise Draws Worldwide Participation

 

TAMPA, Fla., March 20, 2015 – U.S. Central Command

 

Improving interoperability is often touted by exercise organizers and senior leaders as one of the benefits in bringing together a cross-section of militaries.

 

With about 5,500 troops from 29 nations taking part in exercise Eagle Resolve in Kuwait this month, according to a U.S. Central Command news release issued today, there are many opportunities to increase the ability of militaries to work together.

 

“Everybody brings something different to the fight, but it's only effective if you know how to use their skills and expertise,” said U.S. Air Force Maj. Gen. Rick Mattson, U.S. Central Command's director of exercises and training and the U.S. exercise director for Eagle Resolve.

 

Militaries Gather From Many Regions

 

Since its inception in 1999, Centcom’s release said, Eagle Resolve has been a venue for the U.S. and Arabian Gulf countries to partner with militaries from North and South America, Europe and Asia -- all regions are represented at this year's exercise -- and address their collective security concerns in a relatively low-risk environment. The current exercise began March 8 and concludes March 31.

 

In addition to Kuwait and the United States, the other 27 nations taking part in Eagle Resolve include: Bahrain, Oman, Qatar, Saudi Arabia, United Arab Emirates, Argentina, Australia, Bangladesh, Belgium, Canada, Denmark, Egypt, France, Germany, Italy, Japan, Jordan, the Netherlands, New Zealand, Norway, Pakistan, Poland, Singapore, South Korea, Spain, Turkey and the United Kingdom.

 

US DoD

Repost 0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 08:25
A Mexican Air Force C-130K Hercules aircraft in flight. Photo Zahpo75

A Mexican Air Force C-130K Hercules aircraft in flight. Photo Zahpo75

 

20 March 2015 airforce-technology.com

 

Cascade Aerospace has completed a first test flight of the Mexican Air Force's (FAM) upgraded C-130K Hercules aircraft from its base in Abbotsford, British Columbia, Canada.

 

In November 2013, the company received a contract as part of a memorandum of understanding (MoU) signed between the Canadian and Mexican Governments, for maintenance and modernisation of FAM's two C-130K aircraft.

 

The C-130K maintenance and modernisation programme was initiated in 2014. It involved an upgrade of the avionics system. including the installation and integration of Rockwell Collins Flight 2 avionics suite, digital fuel quantity indication, and engine instrument display systems.

 

The aircraft, which is currently based at Cascade's hangar, has also been equipped with a new auxiliary power unit, as well from undergoing a wing availability and sustainment programme.

 

Cascade Aerospace executive vice-president and CEO Ben Boehm said: "This test flight represents the culmination of a year of detailed design effort followed by countless hours of skilled craftsmanship to present the Mexican Air Force pilots with an airworthy plane.

 

"This test flight will lead to the delivery of a modernised and updated aircraft to the Mexican Government at a fraction of the cost of a new aircraft."

 

The Flight 2 system is developed from Rockwell Collins Pro Line 21 avionics solution, the Flight 2 system improves aircraft's operational capabilities by offering an open systems architecture that combines flight operations with navigation and guidance functions, and supports future growth requirement.

 

The company also conducted operational and technical training for FAM personnel using the Rockwell Collins Flight 2 procedural training simulator at its Abbotsford facility.

 

Power for the C-130K Hercules is supplied by Allison T56A-15 engines turboprop engine.

 

The aircraft is a derivative of Lockheed Martin's C-130 Hercules, and is used to carry troops, passengers or freight.

Repost 0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 08:25
Dimanche 22 mars à 18h40 sur M6, reportage sur les forces armées aux Antilles et la lutte contre le narcotrafic

 

19 03 2015 par FAA

 

Dimanche 22 mars 2015 à 18h40, tous devant vos écrans pour la diffusion dans l’émission « Grand format » de 66 minutes sur M6 d’un reportage de 45 minutes sur les forces armées aux Antilles et la lutte contre le narcotrafic.

 

Pendant un mois, un journaliste de M6 a suivi l’équipage de la frégate de surveillance Ventôse et la flottille 36F dans sa lutte contre le narcotrafic en mer des Caraïbes.

 

Renforcé par une équipe de commandos marine, le Ventôse a notamment saisi, au cours de cette mission interministérielle et internationale, plus d’une tonne de marijuana.

 

GoPro, caméra infrarouge, plongez au cœur d’une des missions permanentes des forces armées aux Antilles.

Repost 0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 17:25
Argentina Confirms JF-17 Talks with China

The Argentina air force has sent a technical team to China to discuss a possible buy of 12 to 24 Chengdu JF-17 Xiaolong (Thunder) combat aircraft, seen here armed with anti-ship missiles. (Chinese Internet photo)

 

Mar 18, 2015 defense-aerospace.com

(Source: La Gaceta; published Mar 17, 2015)

(Published in Spanish; unofficial translation by defense-Aerospace.com)

 

Argentina Evaluating Offers to Buy 24 Fighter Jets

 

BUENOS AIRES --- Argentina is talking with China about buying up to 24 FC-1 / JF-17 fighters capable of reaching the Falklands, as confirmed by the Minister of Defence, Agustín Rossi. He said that an official delegation will travel to China next week to begin the talks.

 

"The Chief of Staff of the Air Force (Mario Miguel Callejo) is going to China with a technical mission to explore the possibility of purchasing" the fighters, Rossi confirmed as he accompanied President Cristina Fernandez in announcing an investment of $930 million to equip the Army.

 

Argentina’s interest in the Chinese fighters was first reported by the London Sunday Express newspaper The possibility was first raised as part of the trade agreements signed by Fernandez during her recent trip to China.

 

“The aircraft is a single-seat, single-engine design capable of a top speed of Mach 1.8 at an altitude of 55,000 feet. It also has a combat range of 1,350 kilometers, which allows him to fly back and forth to Stanley from the base of Tierra del Fuego," Rossi explained during an interview with Radio America.

 

Rossi declined to give many details of the talks but confirmed that the intention is to buy "not less than 12 and not more than 24" aircraft. If the agreement did indeed materialize, he said it would be "something new for Argentina’s Air Force, which has always had Western equipment."

 

The defense minister said that China is not the only country with which negotiated for the purchase of fighter planes. For the moment, Argentina has "two formal offers" for Spanish Mirage F-1s and Israeli Kfir Block 60s. "We also have an informal French offer," he said, but avoided giving details.

 

Argentina will make its decision once all formal offers are on the table, but the intention is that it should happen before the end of the year. "Then, I'll take the options to the President to make the decision," Rossi confirmed.

Repost 0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 17:25
A UH-60M helicopter. (Photo Sikorsky)

A UH-60M helicopter. (Photo Sikorsky)

 

Mar 18, 2015 defense-aerospace.com

(Source: Defense Security Cooperation Agency; issued Mar 17, 2015)

 

Mexico - UH-60M Black Hawk Helicopters


WASHINGTON --- The State Department has made a determination approving a possible Foreign Military Sale to Mexico for UH-60M Black Hawk Helicopters and associated equipment, parts, training and logistical support for an estimated cost of $110 million. The Defense Security Cooperation Agency delivered the required certification notifying Congress of this possible sale on March 16, 2015.

The Government of Mexico has requested a possible sale of three UH-60M Black Hawk helicopters in standard U.S. Government configuration, with designated unique equipment, Government Furnished Equipment (GFE), six T700-GE-701D engines, six H-764G Embedded Global Positioning System/Inertial Navigation Systems (EGIs), six M134 7.62mm Machine Guns, three Star Safire III Forward Looking Infrared Radar Systems, three Aviation Mission Planning Systems, twelve AN/AVS-9 Night Vision Goggles, and one Aviation Ground Power Unit.

Also included are spare and repair parts, support equipment, communication equipment, facility construction, air worthiness support, publications and technical documentation, personnel training and training equipment, warranties, U.S. Government and contractor technical, engineering, and logistics support services, and other related element of logistics and program support. The estimated cost is $110 million.

This proposed sale will contribute to the foreign policy and national security of the United States by helping to improve the security of a strategic partner. Mexico has been a strong partner in combating organized crime and drug trafficking organizations. The sale of these UH-60M helicopters to Mexico will significantly increase and strengthen its capability to provide in-country airlift support for its forces engaged in counter-drug operations.

Mexico intends to use these defense articles and services to modernize its armed forces and expand its existing naval/maritime support in its efforts to combat drug trafficking organizations.

The proposed sale of this equipment and support will not alter the basic military balance in the region.

The principal contractors will be the Sikorsky Aircraft Company in Stratford, Connecticut; and General Electric Aircraft Company (GEAC) in Lynn, Massachusetts. There are no known offset agreements in connection with this potential sale.

Implementation of this proposed sale may require the assignment of one additional U.S. Government representative and one contractor representative in country full-time to support the delivery and training for approximately two years.

There will be no adverse impact on U.S. defense readiness as a result of this proposed sale.

This notice of a potential sale is required by law and does not mean the sale has been concluded.


(EDITOR’S NOTE: Even with add-ons, training, spares and support, the cost of the above contract works out to about $37 million per helicopter.
This is a nice mark-up, given that the latest, March 2 contract for UH-60 production is worth $241.7 million for 22 aircraft, or $11.9 million each.
This is also roughly the same price also being paid by Tunisia; a contract awarded Mar 17, for eight “Green-configured” UH-60Ms, is worth $93 million (or about $11.6 million each.)
Mexico is probably not getting the best deal available, especially as FMS sales are supposed to use the same price as that paid by US users.)

Repost 0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 08:25
photo Venezuela MoD

photo Venezuela MoD

 

March 15, 2015 Defense News (AFP)

 

CARACAS, Venezuela — Rolling out tanks, missiles and 100,000 men, Venezuela launched 10 days of military exercises Saturday, amid sky-high tensions over US sanctions slapped on officials accused of an opposition crackdown.

President Nicolas Maduro's socialist, Cuban-allied government — struggling with sliding oil prices, the region's highest inflation, desperate shortages and rising discontent — threw the spotlight on its Chinese amphibious tanks, Russian-built missiles and other military hardware.

"Congratulations to the Bolivarian National Armed Forces, and to the people, for the joint exercises," tweeted Maduro, who in two years time has alleged over a dozen coup bids against him and his government by the United States or local opposition members.

"Civilian-military union to keep having a Fatherland," Maduro added. "And may our sacred fatherland never have a (US) imperial boot set foot on it. Long live Venezuela!"

 

Civilian-Military Union Emphasis

The nationwide exercises, covered for hours on end on local television, will last 10 days and enlist the participation of 20,000 civilians, in addition to government troops in the South American OPEC member with the world's largest crude reserves, officials said.

The maneuvers come at a time of heightened tensions with the United States, which Venezuela has labeled an imperial brute since the time of Maduro's late mentor, longtime president Hugo Chavez.

Both elected socialists, they have been harsh critics of the United States, which they slam for failing to cooperate with leftists when they win democratically-held elections.

But critics note that the government under Chavez and Maduro has acted to curb dissent in the legislature and on the streets.

And Venezuela, closely allied with communist Cuba, is now experiencing severe shortages of even the most basic needs, such as milk, toilet paper or diapers.

Maduro recently accused Washington of backing an opposition plot to overthrow him in a coup that would have involved bombing the presidential palace. The US government has dismissed the charges as baseless.

In April 2002, when Chavez was briefly ousted for two days, the United States did not come to his aid but instead threw its support behind an adversary, in a move that cost the US much credibility in the country.

Relations hit a new low on Monday, when US President Barack Obama slapped new sanctions on the regime, calling Venezuela "an extraordinary threat to the national security" of the United States.

 

How Does Venezuela Threaten US?

Caracas responded by angrily recalling its envoy to Washington and ramping up its military preparedness.

The South American bloc UNASUR labeled Obama's executive order an "interventionist threat," with Ecuadoran Foreign Minister Ricardo Patino saying it "violates Venezuela's sovereignty."

Despite the frosty ties, the United States is still the biggest consumer of Venezuela's oil.

Venezuelan Defense Minister General Vladimir Padrino Lopez said that the military maneuvers, many of which were to be held in the south of Caracas, were meant to prepare soldiers for "their mission, their goal and with the will to be victorious."

Other exercises in the show of might focus on Venezuela's oil-producing areas, including the Caribbean coast and an oil field some 200 kilometers (125 miles) to the west of Caracas.

Military officials said they will also test the nation's air defenses and will ensure that its anti-aircraft systems are ready to be deployed if needed.

Interviewed on television about the exercises, the officials echoed Maduro's line that the "civilian-military union" was defeating "imperialists," "people who have no fatherland" and "invaders."

Now Maduro is seeking extraordinary powers from the legislature that would allow him to rule by decree.

His popularity has sunk in the past year amid the economic crisis.

Elected to succeed his late mentor Hugo Chavez in April 2013, Maduro had obtained yearlong powers to impose economic laws by decree.

Repost 0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 08:25
The Giraffe radar is part of the British Army Land Environment Air Picture Provision system.(Photo Lockheed Martin)

The Giraffe radar is part of the British Army Land Environment Air Picture Provision system.(Photo Lockheed Martin)

 

March 17, 2015 By Andrew Chuter – Defense News

 

LONDON — Britain has taken a significant step toward updating its air defenses on the Falkland Islands by kick-starting a competition to supply a key element of a new ground-based system.

 

Defence Ministry officials recently briefed industry on its requirements for a battle management C4I system and have triggered the process toward selecting a contractor to do the work by issuing a pre-qualification questionnaire.

 

An MoD spokesman declined to confirm the system is destined for the Falkland Islands, saying that commenting on deployment details is "inappropriate" at this time.

 

Industry sources, though, said the BMC4I system is scheduled to head to the British overseas territory in the South Atlantic, some 300 miles off the coast of Argentina.

 

Britain and Argentina fought a bloody war over the islands in 1982 and the dispute concerning sovereignty of the territory, known in Buenos Aires as the Malvinas, continues to rumble on diplomatically.

 

Lockheed Martin, Northrop Grumman and Saab were among the companies known to have attended the February briefing by the British MoD.

 

The contract comes in what the British call its B1 funding category, which means the value of the BMC4I deal lays somewhere between £100 million (US $147 million) and £250 million.

 

The command-and-control system will be part of an air defense system that will include a new ground-to-air missile being developed by MBDA and Saab's Giraffe radar, which is already in service with the British military.

 

The MoD spokesman said the BMC4I-based requirement is in the assessment phase with the contract award to go ahead, known here as the main gate decision, by May 2016.

 

He declined to give an in-service date for the system.

 

However, the MoD's Contract Bulletin reports that the winning contractor will have to provide five years of initial support in a contract set to end in 2025.

 

The British Army recently received the last unit of a similar ground-based air defense system from Lockheed Martin, known as Land Environment Air Picture Provision, or LEAPP.

 

The spokesman said LEAPP hadn't been considered because the new requirement involved additional capabilities.

 

"The potential threat posed to our forces from air platforms and their munitions has evolved and the system required must interact with the Future Local Area Air Defence System (FLAADS) (Land) and G-AMB radar system, meaning it needs a solution incorporating additional capabilities (like weapon control) for which LEAPP was not designed," he said.

 

LEAPP achieved full operating capability in December and the spokesman said reliability and functionality of the system is exemplary.

 

Britain awarded missile-maker MBDA a £228 million contract in December to develop the FLAADS (Land) weapon system.

 

The new weapon is destined to replace the long-serving Rapier anti-air missile as part of the Falklands ground-based defenses and in other British Army units by 2020.

 

With an aging Air Force, Argentina poses no threat to the islands, which are guarded by a small force of Royal Air Force Typhoon fighters and ground-based assets.

 

The Argentineans, though, have been trying, so far without success, to modernize a force that consists of Mirage III, Super Entendard and Nesher combat jets.

Repost 0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 08:25
photo FAA (archives - Fév. 2015)

photo FAA (archives - Fév. 2015)

 

17 03 2015 par FAA

 

Le lundi 09 mars 2015 à 19h15, le groupe régional d’intervention NEDEX (neutralisation, enlèvement et destruction d’explosif) des forces armées aux Antilles a été alerté de la présence d’un colis suspect dans le hall de l’aéroport Aimé Césaire de Martinique.

 

Les militaires des forces armées aux Antilles se sont alors rendus sur place, conformément au protocole signé avec la préfecture de la zone Antilles qui prévoit, sur demande de concours, l’intervention du groupe régional d’intervention NEDEX (GRIN) des Antilles dans le domaine civil.

 

Conformément aux consignes de sécurité, la police aux frontières avait établi un périmètre de sécurité autour du colis permettant aux deux militaires du GRIN d’intervenir en tenue lourde de déminage afin de neutraliser le bagage à l’aide d’un canon à eau de type Jodot.

 

Du déclenchement de l’alerte à la reprise d’une situation normale au sein de l’aéroport, 58 minutes seulement se sont écoulées démontrant une nouvelle fois la bonne coordination des services de sécurité de l’aéroport et des militaires des forces armées aux Antilles.

 

Cette intervention est la huitième du groupe régional d’intervention NEDEX des forces armées aux Antilles depuis le début de l’année. Le GRIN a déjà effectué, sur demande de concours de la Préfecture, cinq visites de sécurité de lieux accueillants des événements d’importance comme la 60ème Réunion de l’Organisation des Etats de la Caraïbe Orientale en février dernier, ainsi qu’une destruction de munition déposée dans un commissariat et une neutralisation de colis suspect à l’aéroport Aimé Césaire de Martinique le 28 février dernier.

 

Le groupe régional d’intervention NEDEX des forces armées aux Antilles comprend cinq spécialistes de l’armée de Terre qualifiés NEDEX ainsi qu’un plongeur démineur de la Marine nationale du domaine NEDEX. Les forces armées aux Antilles disposent ainsi d’un outil d’intervention disponible 24H/24H, toute l’année, à disposition des forces et de la préfecture. Le groupe réalise en moyenne une quinzaine d’intervention par an en Martinique.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories