Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 12:35
Airbus Helicopters signe un gros contrat avec la Corée du Sud

Le contrat stipule la fabrication de 214 hélicoptères militaires d'attaques et d'une centaine d'appareils civils destinés au marché civil. Le contrat stipule la fabrication de 214 hélicoptères militaires d'attaques et d'une centaine d'appareils civils destinés au marché civil.

 

16/03/2015 Le Point.fr

 

L'industriel français a conclu un accord de développement de 1,5 milliard d'euros "sur 20 ans" avec le sud-coréen Korea Aerospace Industries (KAI).

 

Airbus Helicopters a signé lundi à Séoul un contrat de 1,5 milliard d'euros avec le sud-coréen Korea Aerospace Industries (KAI). L'accord porte sur le développement et la fabrication de plus de 300 hélicoptères civils et militaires, a annoncé un responsable du groupe européen.

"Ce contrat exceptionnel par son ampleur porte sur le développement et la fabrication de 214 hélicoptères militaires d'attaques et d'une centaine d'appareils civils destinés au marché civil et parapublic coréen comme la sécurité publique, le secours et sauvetage, la surveillance des lignes électriques, etc.", a déclaré Norbert Ducrot, vice-président d'Airbus Helicopters en Asie du Nord.

"Ce contrat de développement et de production représente 1,5 milliard d'euros pour Airbus Helicopters sur vingt ans", a-t-il précisé. L'appel d'offres avait été lancé en juin 2014. La filiale d'Airbus Group, numéro un mondial des hélicoptères civils, était opposée à l'italo-britannique Agusta Westland et son AW 169 ainsi qu'à l'américain Bell Helicopters et son Bell 430. L'appareil civil appelé LCH (Light Civil Helicopter) sera développé sur la base de l'EC155 B1 (toute dernière version du Dauphin) et ne nécessitera pas de nouvelle certification.

 

"Gagnant-gagnant"

Le LCH servira également de base pour le développement par KAI d'un dérivé militaire léger, le LAH (Light Armed Helicopter), qui sera qualifié par l'armée de terre coréenne. Les premières livraisons du LCH et entrées en service du LAH sont prévues respectivement en 2021 et en 2022. Le LAH, appareil de cinq tonnes, sera équipé d'une tourelle canon placée à l'avant de l'appareil comme ses homologues de la catégorie supérieure Tigre et Apache. "C'est un accord d'autant plus structurant qu'il prévoit un volet exportations", a commenté Norbert Ducrot.

Airbus estime le potentiel de vente mondiale du LCH et LAH a au moins 600 appareils, "ce qui peut représenter pour Airbus Helicopters un revenu de plusieurs milliards d'euros dans les 20 prochaines années, si l'on ajoute les opérations de support et de maintenance". Ce partenariat est "réellement gagnant-gagnant", souligne le responsable, puisqu'il permet à KAI de développer son industrie aéronautique et à Airbus d'augmenter significativement ses parts de marché mondiales sur le segment des hélicoptères de moyen tonnage.

 

"Flotte militaire importante"

"Nous avons déjà vendu plus de 1 000 hélicoptères de la famille Dauphin dans le monde et, grâce à cette nouvelle coopération, nous pensons pouvoir doubler ce chiffre dans les 20 prochaines années", a-t-il également expliqué. Avec ce contrat, Airbus Helicopters va conforter sa présence en Corée du Sud, pays encore considéré comme la chasse gardée des États-Unis. Il intervient près de 10 ans après celui portant sur 240 appareils de transport militaire, déjà remporté avec KAI. Airbus Helicopters (ex-Eurocopter) avait déjà été préféré à Bell et AgustaWestland.

En Corée du Sud, le marché civil des hélicoptères, assez restreint pour des raisons historiques, est amené à se développer. Le pays "dispose en revanche d'une flotte militaire importante de plus de 700 hélicoptères majoritairement constituée de plateformes américaines vieillissantes" qu'il faut renouveler, ce qui offre de belles opportunités pour des groupes comme Airbus.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 17:35
Beijing seeks to block deployment of US THAAD system to S Korea


13 March 2015 Pacific Sentinel
 

China is working hard to prevent the deployment in South Korea of the US Terminal High Altitude Area Defense also known as THAAD, a highly effective anti-missile system to intercept North Korean and Chinese missiles, Bill Gertz, senior editor of the Washington Free Beacon, wrote on March 9.

 

China's president, Xi Jinping, is understood to have offered South Korea more trade and business opportunities in return for the Park Geun-hye administration relinquishing the idea of allowing the US to deploy the THAAD system to the Korean peninsula. In addition, Beijing is pressuring the Park administration to allow Chinese telecom equipment supplier Huawei to bid for telecom infrastructure projects in South Korea. Huawei has been blocked from securing contracts in the United States over fears that its network equipment could be used for espionage, fears the company says are unfounded.

 

Kim Min-seok, spokesperson for the South Korean defense ministry, openly declared that the nation has no plan to acquire the THAAD system from the United States during a press conference held on March 9. "Basically, the system would be good to better defend the country from missiles from North Korea, but we will make a judgment by putting the national interest as our top priority," Kim was quoted as saying by the Sputnik News based in Moscow. "We will establish an MD system of our own against North Korea's ballistic missiles by developing L-SAM and M-SAM surface-to-air missiles," Kim said.

 

Read the full story at Want China Times

Partager cet article
Repost0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 08:35
La Corée du Nord tire sept missiles dans la mer

 

13 mars 2015 Romandie.com (AFP)

 

Séoul - La Corée du Nord a tiré jeudi sept missiles dans la mer, au large de ses côtes orientales, sur fond de tensions ravivées sur la péninsule coréenne, a annoncé vendredi le ministère sud-coréen de la Défense.

 

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-Un, aurait lui-même supervisé l'opération jeudi soir à partir d'un site de lancement situé près de la ville de Sondok.

 

Ces tirs surviennent pendant les manoeuvres militaires annuelles menées par la Corée du Sud avec son allié américain et qui chaque année provoque des réactions indignées de la Corée du Nord qui les considèrent comme une répétition générale à l'invasion de son territoire.

 

Ces tirs de missiles constituent une nouvelle démonstration de force du Nord eu égard aux manoeuvres, a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense.

 

La Corée du Sud et les Etats-Unis ont conclu vendredi une partie de leurs manoeuvres conjointes. L'exercice Key Resolve, commencé le 2 mars, a mobilisé environ 10.000 soldats sud-coréens et 8.600 américains, mais il s'agit avant tout d'une simulation par ordinateur.

 

Le général Curtis Scaparrotti, chef du Commandement des forces conjointes américano-sud-coréennes, a affirmé vendredi que ces exercices étaient cruciaux pour assurer la défense de la Corée du Sud.

 

L'autre phase des manoeuvres, baptisées Foal Eagle et commencées en même temps, est prévue pour durer huit semaines. Elle doit mobiliser des dizaines de milliers de soldats de part et d'autre.

 

La Corée du Nord avait déjà manifesté sa vive désapprobation en procédant au tir de deux missiles à courte portée au large de ses côtes orientales début mars.

 

Séoul et Washington affirment qu'il s'agit d'exercices purement défensifs, mais Pyongyang les voit comme le prélude à une invasion.

 

La Corée du Nord et la Corée du Sud se sont constituées en Etats indépendants en 1948 et la guerre de Corée (1950-1953) a consacré cette division.

 

Les deux Corées sont techniquement toujours en guerre, n'ayant pas signé de traité de paix après l'armistice de 1953.

Partager cet article
Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 13:35
Airbus Helicopters en pole-position en Corée du Sud

Airbus Helicopters pourrait développer en coopération avec Korea Aerospace Industries (KAI) une nouvelle génération d'hélicoptères légers LCH (Light Civil Helicopter) et LAH (Light Armed Helicopter). Sur la photo, le Surion développé et fabriqué en Corée en coopération entre KAI et Airbus Helicopters

 

11/03/2015 Michel Cabirol - LaTribune.fr

 

C'est en Corée du Sud qu'Airbus Helicopters pourrait avoir prochainement une très bonne nouvelle. Le constructeur de Marignane est en discussions exclusives avec KAI pour développer une nouvelle génération d'hélicoptères légers civils et militaires.

 

Pour Airbus Helicopters, la Corée du sud est une terre bénie. Près de dix ans en décembre 2005 après avoir réussi un joli coup commercial pour le développement et la production du programme KHP (Korean Helicopter Program), Airbus Helicopters est à nouveau bien parti pour récidiver au pays du Matin frais. Car, selon nos informations, il est actuellement en négociations exclusives avec Korea Aerospace Industries (KAI).

L'industriel coréen, qui avait été lui-même sélectionné en juillet 2014 par le ministère de l'Industrie et de l'Energie et la DAPA (agence en charge de l'acquisition des programmes de défense) pour développer une nouvelle génération d'hélicoptères légers LCH (Light Civil Helicopter) et LAH (Light Armed Helicopter). KAI était jusqu'à récemment encore en discussions avec l'italo-britannique AugustWestland, Airbus Helicopter ainsi que les américains Bell and Sikorsky.

 

1.000 hélicoptères en jeu

Le budget global de ces deux projets du gouvernement coréen s'élève à environ 700 millions d'euros, qui n'inclut pas l'investissement étranger. Les projets LCH /LAH seront issus d'une seule et même cellule de base pour économiser les coûts de développement. Le LCH remplacera les hélicoptères étrangers dédiés actuellement à l'évacuation sanitaire, la surveillance maritime, le transport des passagers, etc... Il doit être mis en service vers 2020 avant le LAH, programmé vers 2022. Cet appareil remplacera les vieux hélicoptères d'attaque 500MD et AH-1S Cobra.

Les Coréens prévoient 1.000 unités de production pour LCH (15 millions de dollars par appareils) et LAH (20 millions), dont 600 unités pour l'export. Selon Challenges, Séoul prévoit d'abord une première tranche de 60 hélicoptères civils et 50 militaires, assemblés par KAI. Soit un programme évalué à 10 milliards de dollars.

En outre, le constructeur de Marignane propose également un dérivé de l'hélicoptère Surion, fabriqué en coopération avec KAI pour le programme KMOH, la version navale du Surion (60 millions de dollars à l'unité). Séoul prévoit l'achat d'une première tranche de 12 appareils pour une cible estimée entre 40 et 60 hélicoptères.

 

En 2005, Airbus Helicopters avait déjà été sélectionné

Fin 2005, Séoul avait donné son feu vert pour le lancement du programme KHP, l'hélicoptère de transport militaire Surion fabriqué en Corée sous la maîtrise d'œuvre de KAI, la principale entreprise aéronautique coréenne en partenariat avec Airbus Helicopters (à hauteur de 30% pour le développement et 20% pour la production ). Le budget total de ce projet (245 hélicoptères), compris entre 6 et 8,8 milliards de dollars, avait été découpé en trois phases par le ministère de la défense coréen (MND) : développement (de 1 à 1,3 milliard de dollars entre 2006 et 2011), production (3 à 4 milliards) et maintenance (2 à 3,5 milliards).

Le premier prototype du KUH Surion (Korean Utility Helicopter) a été livré en août 2009 et a effectué avec succès son premier vol en mars 2010 avant le début de sa production à grande échelle en 2012.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 13:35
A scaled mock-up of Hyundai Heavy Industry KSS-500A submarine.

A scaled mock-up of Hyundai Heavy Industry KSS-500A submarine.

 

04.03.2015 by Maki Catama - aseanmildef.com

 

BANGKOK, -- Having previously Daewoo Shipbuilding and Marine Engineering (DSME) origin South Korea filed a class submarine Type-209 to consider the Thai Navy, on this occasion the South Korean company that others are HHI also offers submarine to the Royal Thai Navy.

 

It should be noted that the Type-209 submarines / Mod proposed by DSME is proposed also to the Thai Navy by ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS) from Germany. Thailand hopes that the submarine offered no physical form and is used by the Navy. From this side of the Type-209 / Mod-made DSME actually quite satisfy, but it is impossible to compete with ThyssenKrupp Marine Systems with hull Type-209 submarines are the same although the respective copyright.

 

On the other hand HHI has proposed submarine HDS- 500 to the Thai navy has been no information regarding its use by the South Korean Navy, also does not appear on the site information HHI. The new submarine is being developed and was offered as an alternative to the Navy other countries, but have yet to find customers, as well as artificial Amur Russia.

 

Since 2011 the Agency for Defense Development (ADD) , which is regulated by the Defense Advanced Research belongs to the South Korean government has launched a program KSS-500A submarine, a small submarine that can replace class submarines Dolgorae small classes in South Korea last year also reported that the HHI developed a small submarine. Maybe submarine HDS-500RTN developed from KSS-500A, if this is true then it is a great option for the smallest submarine fleet RTN today.

 

This boat may have a weight of 510 tons with roaming capabilities are  continuous as far as  2,000 nautical miles for 21 days, the maximum speed of 20 knots and a maximum depth of 250 meters, this ship has a crew of about 10 people.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 13:35
First 2 F/A-50s to be mission ready upon arrival

 

02 March 2015 ptvnews.ph

 

Come December this year, the Philippine Air Force (PAF) will be flying and using two South Korean-made F/A-50 "Fighting Eagle" to defend the country's airspace.

 

The fighter jets would be part of the 12 F/A-50 bought for Php 18.9 billion by the Philippines under a purchase deal with Korean Aerospace Industries (KAI), signed in March 2013.

 

The two jet fighters are expected to be delivered by December while the rest of the 10 F/A-50s by 2016.

 

"We are looking at the early delivery of two F/A-50s. They will be combat and mission ready upon their arrival this December," Department of National Defense (DND) undersecretary for finance, modernization and materiel Fernando Manalo said on Monday in an interview with the PNA.

 

Mission ready means that the aircraft can fly immediately and do patrol and interception missions if needed.

 

Earlier, Philippine Air Force spokesperson Lt. Col. Enrico Canaya said that the soon-to-be commissioned F/A-50s, with relatively updated radar systems onboard, would do autonomous air patrols without relying too much on ground based surveillance systems.

 

"(The F/A-50s) has its own onboard radar systems so it can detect (any hostile air threats) while on patrol," he said.

 

Canaya declined to give the specifics of the F/A-50's radar systems for security reasons but stressed that it is quite adequate for air patrol work.

 

This feature of the South Korean made jet fighter has greatly boosted the air defense capabilities of the PAF which was greatly reduced with the decommissioning of its Northrop F-5 "Tiger" jet fighter squadrons and Vought F-8 "Crusader" fleet, in 2005 and 1988, respectively.

 

This was done due to air frame aging and lack of spare parts to keep the two planes on operational status.

 

WIth the deactivation of its two premier supersonic jet fighters, the PAF was forced to convert the SIAI-Marchetti S-211 jet trainers for an air defense role.

 

However, the S-211s are ill-suited for air defense work due to their slow speeds.

 

The DND earlier said that the radar systems onboard the F/A-50s was one of the many pluses why the Philippines opted to acquire 12 units of the Korea Aerospace Industries (KAI) made jet fighter over its many competitors.

 

The F/A-50 has a top speed of Mach 1.5 or one and a half times the speed of sound and is capable of being fitted air-to-air missiles, including the AIM-9 "Sidewinder" air-to-air and heat-seeking missiles aside from light automatic cannons.

 

The F/A-50 will act as the country's interim fighter until the Philippines get enough experience of operating fast jet assets and money to fund the acquisition of more capable fighter aircraft.

 

The F/A-50 design is largely derived from the F-16 "Fighting Falcon", and they have many similarities: use of a single engine, speed, size, cost, and the range of weapons.

 

KAI's previous engineering experience in license-producing the KF-16 was a starting point for the development of the F/A-50.

 

The aircraft can carry two pilots in tandem seating. The high-mounted canopy developed by Hankuk Fiber is applied with stretched acrylic, providing the pilots with good visibility, and has been tested to offer the canopy with ballistic protection against four-pound objects impacting at 400 knots.

 

The altitude limit is 14,600 meters (48,000 feet), and airframe is designed to last 8,000 hours of service.

 

There are seven internal fuel tanks with capacity of 2,655 liters (701 US gallons), five in the fuselage and two in the wings.

 

An additional 1,710 liters (452 US gallons) of fuel can be carried in the three external fuel tanks.

 

Trainer variants have a paint scheme of white and red, and aerobatic variants white, black, and yellow.

 

The F/A-50 uses a single General Electric F404-102 turbofan engine license-produced by Samsung Techwin, upgraded with a full authority digital engine control system jointly developed by General Electric and Korean Aerospace Industries.

 

The engine consists of three-staged fans, seven axial stage arrangement, and an afterburner.

 

Its engine produces a maximum of 78.7 kilonewton (17,700 pound force) of thrust with afterburner.

Partager cet article
Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 17:35
Foal Eagle and Key Resolve 2015 - photo US DoD

Foal Eagle and Key Resolve 2015 - photo US DoD

 

26-02-2015 Par Frédéric Ojardias - RFI

 

La Corée du Sud et les Etats-Unis ont annoncé l’organisation lundi 2 mars de nouveaux exercices militaires conjoints massifs : plus de 200 000 soldats participeront à ces jeux de guerre organisés sur terre, sur mer et dans les airs. Sans surprise, la Corée du Nord est furieuse, et a déjà répliqué avec ses propres exercices. Des tensions qui font retomber les minces espoirs de reprise du dialogue soulevés en début d’année.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 18:35
Korean Air annonce une alliance avec Airbus pour construire un avion de combat

 

23 Février 2015 normandinamik.cci.fr

 

Korean Air a annoncé dimanche avoir signé avec Airbus Defense & Space un accord pour concevoir ensemble un nouvel avion de combat 'made in Korea' destiné à l'armée de l'air sud-coréenne.

 

'Nous avons signé un protocole d'entente avec Airbus', a déclaré à l'AFP un porte-parole de la première compagnie aérienne sud-coréenne, gros client de l'avionneur européen dans l'aéronautique civil.

Contacté par l'AFP, Airbus Defence & Space n'a pas souhaité commenter cette information dans l'immédiat.

Selon la presse sud-coréenne, les négociations ont été âpres, les deux partenaires ayant échoué à présenter un dossier conjoint lors d'un précédent appel à candidatures clos le 9 février.

'Airbus D&S n'est pas très enthousiaste', estimait récemment une source proche du dossier citée par le Korea Times. L'avionneur, censé seulement fournir un soutien 'technique' dans ce projet industriel 100% coréen, 'se sent comme un invité', ajoute cette source.

La compagnie sud-coréenne aurait tenu l'avionneur à l'écart de décisions clé dans le processus d'offre et 'Airbus n'est pas content', selon une autre source.

Le projet 'KF-X', estimé à 8.500 milliards de wons (6,7 milliards d'euros), prévoit la construction de 120 chasseurs de classe F-16 destinés à remplacer à terme les F-4 et F-5 qui équipent actuellement l'armée de l'air sud-coréenne.

La date limite des dépôts des candidatures pour ce projet est le 24 février. La DAPA, l'agence publique en charge du programme, doit annoncer sa décision préliminaire en mars, puis sa décision finale en juin ou juillet.

Les conditions de l'appel d'offre obligent des industriels locaux à s'associer avec des entreprises étrangères pour le volet technologique, selon l'agence Yonhap.

Korea Air effectue déjà des opérations de maintenance pour les armées de l'Air sud-coréenne et américaine et produit de longue date des ailes pour Boeing.

'Korean Air assurera la fabrication, avec le soutien technologique d'Airbus', explique pour l'AFP l'analyste Lee Il-Woo, du Korea Defence Network.

 

Le projet en question

 

L'alliance Korean Air/Airbus devrait proposer un avion de conception totalement nouvelle, les ailes delta du Typhoon du consortium européen Eurofighter ne répondant pas au cahier des charges fixé par la défense sud-coréenne.

'L'Eurofighter ne satisfait pas au concept d'ailes privilégié par la Corée du Sud', selon Lee Il-Woo.

Face à Airbus et Korean Air se dressent l'américain Lockheed Martin et Korean Aerospace Industries (KAI).

Dans le passé, l'armée sud-coréenne a massivement choisi des fournisseurs américains pour s'équiper et KAI possède un avantage car il a déjà fabriqué des avions d?entraînement supersoniques T-50 Golden Eagle et des hélicoptères utilitaires Surion.

Mais Airbus a aussi présenté des offres pour des contrats militaires ces dernières années, dont un marché de 1,38 milliard pour fournir des ravitailleurs à l'armée de l'air.

En outre, l'armée sud-coréenne privilégierait une option à deux réacteurs sur le modèle du Typhoon d'Eurofighter.

Enfin Korean Air et Airbus bénéficieraient d'un avantage concurrentiel en matière de transfert de technologies.

'Le gouvernement américain ne souhaite pas partager son expertise aéronautique' alors que le gouvernement indonésien s'arroge une participation de 20% dans le projet de chasseur sud-coréen, note Lee Il-Woo.

Le gouvernement de Séoul aurait une participation de 60%, le consortium retenu les 20% complémentaires.

Reste que les spécialistes doutent fortement de la viabilité du projet, tant en raison du calendrier serré que des contraintes budgétaires.

'Il faudrait entre 10 et 30 milliards de dollars US et jusqu'à 20 ans pour produire un nouvel appareil', souligne l'analyste.

Partager cet article
Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 17:35
Korean Air et Korea Aerospace Industries en compétition pour le projet d'avions de chasse

 

SEOUL, 24 fév. (Yonhap)

 

La première compagnie aérienne sud-coréenne Korean Air Line Co. et le constructeur aéronautique sud-coréen Korea Aerospace Industries (KAI), ont placé ce mardi leur demande d'adjudication pour le programme de développement d'avions de chasse sud-coréen, a fait savoir l'Administration du programme d'acquisition de défense (DAPA).

 

Portant le nom de code «KF-X», le mégaprojet de 8.500 milliards de wons (8,3 milliards de dollars) vise à mettre au point et à produire environ 120 chasseurs de classe F-16 pour remplacer vers 2025 les F-4 et F-5 actuels de la flotte coréenne.

 

«Korean Air en partenariat avec Airbus Defense and Space, et KAI, qui est associé à Lockheed Martin ont soumis leur candidature. La date limite des dépôts des candidatures pour ce projet gouvernemental est aujourd'hui», a déclaré un officiel de la DAPA.

 

«Nous projetons de choisir le soumissionnaire le mois prochain avant l’annonce de la décision finale vers juillet», a-t-il ajouté.

 

Selon des experts, KAI possède un avantage car il a déjà fabriqué des avions d’entraînement supersoniques T-50 Golden Eagle et des hélicoptères utilitaires Surion.

Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 08:35
K9 Thunder - photo Samsung Techwin

K9 Thunder - photo Samsung Techwin

 

SEJONG, 06 fév. (Yonhap)

 

Le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Energie a donné au groupe Samsung le feu vert pour la vente de Samsung Techwin et Samsung Thales au groupe Hanwha, ouvrant la voie à un rachat avant la fin du premier semestre de cette année.

 

En novembre dernier, Hanwha, un conglomérat spécialisé à l’origine dans l’industrie de la défense, avait annoncé son intention de reprendre quatre filiales appartenant à Samsung, dont les deux fabriquant des moteurs d’avion et des radars.

 

La valeur globale du contrat, comprenant deux autres sociétés chimiques, Samsung General Chemicals et Samsung Total Petrochemicals, est estimée à 1.900 milliards de wons (1,74 milliard de dollars).

Partager cet article
Repost0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 21:35
La marine sud-coréenne va participer à un exercice international en Thaïlande

 

SEOUL, 08 fév. (Yonhap)

 

La Corée du Sud a envoyé vers la Thaïlande des soldats de sa marine qui participeront cette semaine à la manœuvre militaire Cobra Gold, l’une des plus importantes au monde, qui a lieu chaque année, a fait savoir ce dimanche le corps des Marines.

 

Cet exercice, le plus grand de la région Asie-Pacifique, organisé à l’initiative de la Thaïlande et des Etats-Unis, commencera demain pour durer jusqu’au vendredi 20 février. Il a eu lieu pour la première fois en 1981.

 

Cette année, ce sera la sixième fois que la Corée du Sud prendra part à cet exercice. Six autres pays seront présents également : la Thaïlande, les Etats-Unis, Singapour, l’Indonésie, la Malaisie et le Japon.

 

Un total de 50 hommes des forces navales sud-coréennes sont partis à bord d’un avion Hercules C-130 il y a deux jours, a-t-il été précisé.

 

L’entraînement de la partie sud-coréenne consistera notamment à survivre dans la jungle, à se battre dans un environnement urbain et à effectuer des infiltrations aériennes et maritimes à Sattahip, un district de la province thaïlandaise de Chonburi, dont la ville de Pattaya fait partie.

 

Durant toute la durée de cet exercice, 14 officiers se joindront à l’exercice de commandement dans la province de Nakhon Nayok, dans la région centrale du pays.

Partager cet article
Repost0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 17:35
La Corée aura du mal à financer ses grands projets de défense

 

SEOUL, 08 fév. (Yonhap)

 

Il devrait manquer à la Corée du Sud environ 30.000 milliards de wons (27,5 milliards de dollars) pour financer ses grands projets liés à la défense au cours des cinq prochaines années. C’est ce qu’ont montré des chiffres rapportés ce dimanche par le ministère de la Défense.

 

Selon ce dernier, l’Administration du programme d’acquisition de défense (DAPA) a estimé qu’il faudrait 96.000 milliards de wons pour mener l’ensemble des projets qui arriveront à échéance entre 2016 et 2020.

 

«La somme est près de 30 milliards de wons supérieure au plan budgétaire du gouvernement prévu à cet effet», a noté un officiel du ministère qui a requis l’anonymat. «Le ministère des Finances a réservé 66.000 milliards de wons aux projets de défense dans son plan quinquennal qui s’achèvera en 2018.»

 

Ces données ont été présentées par le député Baek Gun-ki rattaché à l’Alliance de la nouvelle politique pour la démocratie (ANPD), la principale formation de l’opposition.

 

«Il sera inévitable de modifier le calendrier des projets de défense majeurs. Nous envisageons de réduire les ressources nécessaires à 70.000 milliards de wons en revoyant le plan à moyen terme», a indiqué l’officiel, en ajoutant que le ministère finalisera le plan de défense 2016-2020 la semaine prochaine.

 

Les projets de défense comprennent un contrat de 7.300 milliards de wons pour l’achat de 40 avions de chasse F-35A à Lockheed Martin, le projet KF-X de 5.400 milliards de wons visant à développer un chasseur local d’ici à 2020 et celui de 3.900 milliards de wons pour la fabrication de destroyers Aegis de la prochaine génération.

 

La Corée du Sud prévoit par ailleurs des programmes pour l’établissement de sa capacité antibalistique autonome KAMD (Korea Air and Missile Defense) et du bouclier antimissiles nord-coréens Kill Chain dans le cadre de ses efforts d’amélioration de la capacité militaire face aux menaces nucléaires et de missiles de la Corée du Nord.

 

«L’insuffisance budgétaire ne permettra pas à la Corée du Sud d’acquérir les armes clés», a prévenu Baek. «Comme ces retards affaibliront la puissance militaire du pays, le gouvernement devra dépenser plus pour assurer la sécurité nationale.»

Partager cet article
Repost0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 07:35
USS Olympia (SSN 717) - photo US Navy

USS Olympia (SSN 717) - photo US Navy

 

Séoul, 5 fév 2015 Marine & Océans (AFP)

 

Les Etats-Unis et la Corée du Sud ont donné le coup d'envoi jeudi de manoeuvres navales conjointes, auxquelles participe un sous-marin nucléaire américain, ce qui ne devrait pas manquer de provoquer les foudres de Pyongyang.

 

L'USS Olympia (SSN-717), sous-marin nucléaire de classe Los Angeles, avec environ 120 marins à bord, mouille au port de Jinhae (sud) depuis vendredi.

 

Pendant trois jours, les forces américaines et des bâtiments sud-coréens s'exerceront à détecter des sous-marins et bâtiments de surface ennemis dans des eaux voisines de la péninsule coréenne.

 

"Le but de cet exercice est d'accroître notre complémentarité opérationnelle, de renforcer notre coopération et d'améliorer l'état de préparation de nos marines", a déclaré un porte-parole de la marine américaine Arlo Abrahamson. "Il s'agit d'exercices de routine qui sont organisés régulièrement".

 

La régime nord-coréen voit chaque manoeuvre conjointe comme un entraînement à l'invasion de son territoire. Pyongyang demande avec constance qu'il y soit mis fin.

 

Les manoeuvres militaires annuelles américano-sud-coréennes, dites "Key Resolve" et "Foal Eagle", commencent début mars et pourraient provoquer un regain de tension sur la péninsule.

 

Les deux Corées sont techniquement toujours en guerre, n'ayant pas signé de traité de paix après l'armistice de 1953.

 

La Corée du Nord vient de proposer de suspendre tout nouvel essai nucléaire si les Etats-Unis annulent l'édition 2015 des exercices conjoints, ce que Washington et Séoul ont refusé.

 

Les Etats-Unis déploient en permanence en Corée du Sud près de 30.000 militaires et prendraient le commandement d'une force conjointe en cas de conflit avec la Corée du Nord.

Partager cet article
Repost0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 18:35
Airbus et Korea Aerospace Industries alliés pour le futur avion de chasse sud-coréen ?

Dans le passé, l'armée sud-coréenne a massivement choisi des fournisseurs américains pour s'équiper.

 

05/02/2015 latribune.fr (avec AFP)

 

Les deux entreprises pourraient s'allier sur un appel d'offres concernant la construction de 120 chasseurs destinés à remplacer à terme les F-4 et F-5 qui équipent actuellement l'armée de l'air sud-coréenne, d'après l'agence Yonhap.

 

Nom de code "KF-X". L'avionneur européen Airbus et la compagnie aérienne sud-coréenne Korean Air sont en passe de conclure un accord de partenariat pour faire une offre commune pour construire un avion de combat pour l'armée de l'air sud-coréenne, a rapporté jeudi 5 février l'agence Yonhap.

 

Un projet à 6,8 milliards d'euros

Le projet prévoit la construction de 120 chasseurs destinés à remplacer à terme les F-4 et F-5 qui équipent actuellement l'armée de l'air sud-coréenne, a indiqué l'agence Yonhap citant un responsable non identifié de Korean Air. Le projet est doté de plus de 8.500 milliards de wons (environ 6,8 milliards d'euros).

Alors que la DAPA, l'agence publique en charge du programme, doit clôturer son appel d'offres lundi 9 février, les deux entreprises "prévoient signer un protocole d'entente dès que possible", a déclaré le responsable cité par Yonhap .

 

Difficile concurrence américaine

La décision finale sera annoncée en juin ou juillet, mais dans le passé, l'armée sud-coréenne a massivement choisi des fournisseurs américains pour s'équiper.

Face à Airbus et Korean Air se dressent justement l'américain Lockheed Martin et Korean Aerospace Industries (KAI). Le constructeur aéronautique français pourrait toutefois tirer son épingle du jeu, ayant fait un certain nombre de soumissions pour des contrats militaires ces dernières années.

Partager cet article
Repost0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 13:35
Des exercices militaires aériens de grande envergure sont en cours

 

SEOUL, 05 fév. (Yonhap)

 

L’armée de l’air sud-coréenne a informé ce jeudi avoir entamé des exercices aériens à une échelle importante avec la participation d’avions d’attaque légers de fabrication locale afin d’évaluer et d’améliorer ses capacités de combat.

 

La manœuvre, baptisée «Soaring Eagle», a débuté le lundi 2 février et durera deux semaines à la base aérienne de Cheongju, à 137 km au sud de Séoul, a-t-il été précisé.

 

Cette opération, qui a lieu deux fois par an depuis 2008 avec des exercices air-air et air-sol à travers le pays, «vise à renforcer nos capacités à contrer les infiltrations surprises des ennemis et à détruire leurs positions militaires clés», ont expliqué les forces aériennes dans une déclaration.

 

«La manœuvre mobilise cette fois-ci une quarantaine d’avions de neuf types différents équipés du système d’armes le plus avancé, dont des chasseurs F-15K et KF-16, ainsi que 320 hommes», a-t-il été ajouté. «La liste comprend aussi pour la première fois deux FA-50.»

 

Le FA-50, une variante de l’avion d’entraînement supersonique T-50 Golden Eagle, a été développé conjointement par Korea Aerospace Industries (KAI) et la firme américaine Lockheed Martin. Il a été mis en service en octobre de l’année dernière.

Partager cet article
Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 08:50
K-9 Thunder self-propelled artillery of the ROK Armed Forces

K-9 Thunder self-propelled artillery of the ROK Armed Forces

 

January 16, 2015:  Strategy Page

 

South Korea recently sold 120 of its locally designed and made K9 155mm self-propelled howitzers to Poland. South Korea has already sold 350 to Turkey. While superficially similar to the American M-109 the K9 is a heaver (46 tons versus 28 for the M-109), carries more ammo and has twice the range (up to 56 kilometers in part because of a barrel that is a third longer). There is more automation on the K9, so it has a crew of five versus six on the M-109. South Korea thus joins Germany in their effort to build a suitable replacement for the elderly M-109 design.

 

The United States sought to build a replacement for the M-109 (the 56 ton Crusader) that was very similar to the K9 but was too complex and expensive and the heavier weight was seen as a disadvantage for a country that has to ship its armored vehicles overseas to use them. For South Korea, Turkey and Poland that is not a problem and more heft (and protection for the crew) is an advantage.

 

One American innovation K9 users will probably adopt is the GPS guided Excalibur shell. This smart shell entered service in 2008 and changed everything. Excalibur has worked very well in combat, and this is radically changing the way artillery operates. Excalibur means 80-90 percent less ammo has to be fired to destroy a target and this results in less wear and tear on SP artillery, less time needed for maintenance, and less time spent replenishing ammo supplies and more time being ready for action.

 

Because of Excalibur (and other precision munitions) since 2001 operations in Iraq and Afghanistan provided very little work for the M-109. The lighter, towed, M777 has proved more useful, especially when using the Excalibur shell. Currently, the army plans to keep newly upgraded versions of the M-109 around until 2050. The army plans to acquire at least 551 upgraded M-109s by 2027, reflecting the impact of the Excalibur shell, and the number of older M-109s that are still fit for service. The M-109 was a solid design, which is pretty clear from how difficult it's been to come up with a replacement. So, in the end, the army replaced the M-109 with another M-109 upgrade and is still seeking a replacement for that.

Partager cet article
Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 06:35
S. Korea Pushing to Export FA-50 Fighter Jets to Peru

Having clocked up sales to Indonesia, Iraq and the Philippines, South Korea has now set its sights on Peru as the next export customer for Korea Aerospace Industries FA-50 fighter, and will submit a formal offer this month. (KAI photo)

 

Feb 03, 2015 defense-aerospace.com

(Source: Yonhap News Agency; published Feb 03, 2015)

 

SEOUL --- The South Korean military is seeking to export US$1 billion worth of an indigenous light attack aircraft to Peru, an informed source said Tuesday.

 

"We've been pushing to sell 24 units of the FA-50 to Peru, and are planning to submit a proposal for Lima's fighter purchase project this month," said the source, requesting anonymity. "Factoring in the necessary logistics support, the total amount of the envisioned exports would reach $2 billion."

 

South Korea is likely to vie with Russia, Italy and China, with the selection expected to be made in the second half of this year, he added.

 

As a light attack variant of the T-50 Golden Eagle supersonic trainer, the FA-50 was co-developed by Korea Aerospace Industries (KAI) and U.S. defense firm Lockheed Martin. It is the most advanced variant of the T-50 family operated by the South Korean Air Force.

 

Equipped with a supersonic advanced light attack platform, the aircraft can carry a weapons load of up to 4.5 tons and be armed with such precision-guided weapons as the GBU-38/B Joint Direct Attack Munitions (JDAM) and CBU-105 Sensor Fused Weapon (SFW).

 

"We could be a favorable bidder, as KAI won a $200 million deal for 20 KT-1 basic trainer aircraft from Peru in November 2012," said an officer of the country's arms procurement agency.

 

Indonesia bought 16 units in 2011 and Iraq purchased 24 in 2013. The latest export was to the Philippines, which bought 12 units.

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 19:55
BPC Sebastopol - photo RP Defense

BPC Sebastopol - photo RP Defense

 

Saint-Nazaire, 27 jan 2015 Marine et Océans (AFP)

 

Le projet de vente des chantiers navals STX de Saint-Nazaire par son actionnaire coréen est "toujours existant", a affirmé mardi le directeur général de STX France, Laurent Castaing.

 

"STX nous a récemment demandé de remettre à jour le dossier de vente (...). Le processus de vente est toujours existant", a expliqué M. Castaing à la presse, à l'issue d'une visite de l'Oasis 3, le plus gros paquebot du monde, actuellement en construction à Saint-Nazaire et dont la livraison est prévue en avril 2016.

 

Aucun repreneur potentiel n'a à ce jour "visité" les chantiers navals, a-t-il précisé.

 

En mai 2014, la Korea Development Bank (KDB), qui possède la majorité du groupe sud-coréen STX, actionnaire principal des chantiers navals de Saint-Nazaire, avait fait réaliser une plaquette pour démarcher les investisseurs, dans le but de céder ses filiales européennes.

 

Les trois chantiers navals finlandais de STX Europe ont été vendus courant 2014, dans le cadre de ce plan de restructuration.

 

STX France est détenu à 66,6% par STX Europe (filiale du sud-coréen STX) et à 33,3% par l'État français, qui dispose d'un droit de veto.

 

Le ministre des Finances Michel Sapin avait déclaré le 12 décembre que l'Italie avait manifesté de "l'intérêt" pour une entrée au capital de la société STX France, mais il n'y a "pas eu de visite d'Italiens" à Saint-Nazaire, a répété M. Castaing.

 

Le nom du constructeur naval italien Fincantieri a plusieurs fois été mentionné dans la presse transalpine, sans confirmation du groupe italien.

 

Si aucun acquéreur ne se présentait pour le rachat de STX France, il y a toujours "une issue possible, celle du statu quo", a souligné Laurent Castaing.

 

STX France, qui a lourdement investi ces dernières années, notamment en se dotant d'un portique géant qui permet de construire des paquebots de la classe "Oasis" mais aussi plusieurs paquebots plus petits en même temps, a un carnet de commandes rempli jusqu'à 2019-2020 et fait travailler actuellement 6.000 personnes, dont 2.400 salariés.

 

Outre deux paquebots de la classe "Oasis" pour l'américain Royal Caribbean (RCCL), le constructeur naval va commencer courant 2015 la construction du premier des deux paquebots de la dernière commande de l'italo-suisse MSC Croisières.

 

Par ailleurs sous-traitants de DCNS pour la réalisation de deux navires de guerre "Mistral", les chantiers sont en train d'achever la construction du second, le Sébastopol, livrable à l'automne 2015. La livraison à la Russie du premier, le Vladivostok, est toujours suspendue en raison de la crise ukrainienne.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 17:50
Priorité d'Airbus Helicopters en 2015 : au moins deux gros contrats militaires à l'export

Airbus Helicopters est actuellement engagé dans quatre campagnes majeures en Pologne, au Qatar, au Koweït et enfin en Corée du Sud (Crédits : NHI)

 

26/01/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Airbus Helicopters vise la signature d'au moins deux gros contrats militaires à l'export. Deux contrats qui permettraient de regonfler le carnet de commandes.

 

Pour Airbus Helicopters et son PDG, Guillaume Faury, qui va présenter son bilan 2014 mardi, la priorité des priorités en 2015 sera d'obtenir la signature de deux gros contrats militaires à l'export. Deux contrats qui permettraient de regonfler le carnet de commandes dans le domaine militaire en mal de très gros contrats ces dernières années. "Sinon nous allons consommer notre carnet et situation sera difficile, très difficile", explique-t-on à La Tribune. Logique avec des livraisons de 50 NH90 par an en moyenne.

"Il nous faut impérativement une très grosse affaire militaire ou deux grosses", assure-t-on. Bref, il y a urgence car le dernier gros contrat signé par Airbus Helicopters a été celui avec la France en 2013 (34 NH90). D'autant que la France et l'Allemagne ont réduit leur commande de Tigre (de 80 à 70 pour Berlin et de 80 à 60, dont 21 HAD neufs et 39 retrofités pour Paris) et de NH90 (122 à 80 pour Berlin). En 2014, Airbus Helicopters a réalisé une bonne année au niveau commercial dans un contexte compliqué pour tous les constructeurs. Le constructeur aurait engrangé environ 400 commandes l'an dernier.

En outre, Airbus Helicopters a livré fin 2014 les premiers exemplaires de son programme EC175 (entre 13 et 17 millions d'euros l'unités), le premier hélicoptère développé depuis le NH90. Plus de 60 EC175 sont en commande (64 au 11 décembre).

 

Deux campagnes au Moyen-Orient : Qatar et Koweït

Airbus Helicopters est actuellement engagé dans quatre campagnes majeures en Pologne, au Qatar, au Koweït et enfin en Corée du Sud. Sur les trois premières, Airbus Helicopters en vise deux sur trois. "On fera un bilan mi-2015", fait-on observer. L'une - Qatar - semble acquise puisque Doha a signé en mars 2014 une lettre d'intention en vue d'acheter 22 hélicoptères de transport militaire NH90 pour près de deux milliards d'euros. Dans le détail, il s'agit de 16 NH90 pour le transport tactique et de six exemplaires de la version de lutte anti-sous-marine ainsi que des heures d'entrainement  et des pièces de rechange. "On fait du sur-mesure avec le Qatar", précise-t-on. Airbus Helicopters vise désormais la signature d'un contrat début 2015.

Airbus Helicopters piste également un autre très grand contrat au Moyen-Orient : le Koweït, qui souhaite acquérir 24 hélicoptères de transport militaire (plus support, formation et entrainement) pour un montant estimé entre 800 millions et 1 milliard d'euros. Moins médiatisé et moins important que celui en Pologne, cette campagne revêt toutefois une importance pour le constructeur de Marignane dans le contexte actuel ainsi que pour la France, pour qui le Koweït avait été un grand partenaire dans les années 80 dans le domaine de la défense. Airbus Helicopters, qui propose le Caracal face au Black Hawk américain de Sikorsky, a reçu l'an dernier à, l'automne l'appel d'offre.

 

Une campagne majeure en Pologne

En Pologne, fin décembre, Airbus Helicopters, qui concourt avec le Caracal, a rendu son offre pour un contrat de livraison de 70 hélicoptères de transport évalué entre 2,5 milliards et 3 milliards d'euros. Tout comme ses deux rivaux, l'italo-britannique AgustaWestland avec le AW149, et l'américain Sikorsky (S-70), qui a longtemps joué un drôle de jeu en Pologne. Le ministère de la Défense polonais prévoit de signer un contrat définitif au second semestre 2015. Le constructeur européen, en partenariat avec le motoriste Turbomeca (groupe Safran), arrive avec un vrai projet industriel. En outre, le groupe Airbus ouvrira en février un centre de recherche et de développement en Pologne, a indiqué le PDG du groupe Tom Enders.

En outre, Airbus Helicopters, qui a signé en 2014 deux belles commandes en Indonésie (11 hélicoptères AS565 MBe Panther) et au Mexique (10 Panther navals pour 200 millions d'euros environ), attend en 2015 la commande d'une deuxième tranche de EC725. Le constructeur pourrait également obtenir en Malaisie une deuxième tranche de EC725 (entre 6 et 12), dont 7 à 8 exemplaires ont dû être livrés en 2014. Pour l'hélicoptère d'attaque Tigre, trois prospects sont encore possibles mais restent encore très hypothétiques à ce stade : Malaisie, Brésil et Mexique.

 

Un nouveau coup de maître en Corée du Sud?

C'est peut-être de Corée du Sud qu'Airbus Helicopters aura prochainement une très bonne nouvelle. Les Coréens préparent une nouvelle génération d'hélicoptère LCH/LAH pour répondre à ses besoins civils et militaires. Airbus Helicopters fonde de gros espoirs sur ce  programme qui passe par une coopération avec KAI, sélectionné par le ministère de l'industrie et de l'énergie et l'administration de l'acquisition des programmes de défense (DAPA) pour le développement du projet Light Civil Helicopter (LCH), un hélicoptère léger civil (15 millions de dollars par appareil), et Light Armed Helicopter (LAH), un hélicoptère de combat léger (20 millions de dollars). Le LCH /LAH seront issus d'une seule et même cellule de base. Ils remplaceront dans l'armée les MD500 et autres AH-1 Cobra encore en service. Les Coréens prévoient 1.000 unités de production pour le LCH et LAH, dont 600 unités pour l'export. Soit un programme évalué à 10 milliards de dollars.

Le constructeur de Marignane propose également un dérivé de l'hélicoptère Surion, fabriqué en coopération avec KAI (Korea Aerospace Industries), premier constructeur aéronautique coréen, pour le programme KMOH, la version navale du Surion (60 millions de dollars à l'unité). Séoul prévoit l'achat d'une première tranche de 12 appareils pour une cible estimée entre 40 et 60 hélicoptères.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 12:35
ROKS Lee Eokgi (SS 071) transiting on the surface photo US Navy

ROKS Lee Eokgi (SS 071) transiting on the surface photo US Navy

 

2015-01-11 By Yi Whan-woo -- koreatimes.co.kr

 

The Navy will inaugurate its first submarine command early next month in Jinhae, South Gyeongsang Province, the Ministry of National Defense said Sunday.

 

The command's fleet will be composed of under 2,000-ton submarines to begin with, but will be expanded to vessels displacing 3,000 tons.

 

"Feb. 2 is the date for the launch," ministry spokesman Kim Min-seok said, refusing to give other details.

 

The inauguration of the command comes at a time when North Korea maintains a significant numerical superiority with its fleet of 70 subs, about 20 of them being of the 1,800-ton Romeo class. Recent reports have said the North is putting finish touches on an upgraded version of the Soviet-designed Romeo that it has converted into being vertical missile launch capable.

 

The Navy currently operates nine 1,200-ton submarines and four 1,800-ton ones under its Ninth Submarine Flotilla in the port city of Jinhae.

 

The fleet, led by a rear-admiral (lower half), is one of the Navy units. They include three commands that are led by rear-admirals (upper half).

 

According to Navy sources, the submarine command will acquire five additional 1,800-ton submarines by 2018, increasing the military's total number of submarines from the current 13 to 18.

 

"A conventional submarine can remain underwater without recharging for longer if its weight is heavier," a Navy source said. "A 1,200-ton submarine can operate for three consecutive days while a 1,800-ton one can travel for about 15 days."

 

A rear-admiral (upper half) will also lead the newly-established unit, according to the source.

 

The defense military's announcement was made in accordance with the Defense Reform Plan (DRP) initiated in 2005.

 

The DRP seeks to enhance the Armed Forces' war capabilities, while enhancing its security alliance with the U.S. military by 2020 to deter North Korea's provocations.

 

The announcement also came amid growing the importance of strengthening Seoul's anti-submarine capabilities in the wake of North Korea's deadly torpedo attack on the Navy frigate Cheonan in March 2010 that killed 46 South Korean sailors. A multinational investigation concluded the North was the perpetrator, although it has denied it.

 

Under the submarine command, the Navy plans to put six 3,000-ton ballistic missile submarines into operation starting 2020.

 

The total number of the submarines, however, will be kept at 18 because six 1,200-ton ones will be scrapped by then, according to the Navy source.

 

A military expert turned down speculation that the submarine command could add fuel to ongoing controversy over a military arms race in Northeast Asia.

 

"Our neighboring countries, including the U.S., China and Japan, are familiar with DRP and they have not been against it," said Shin In-kyun, the president of the Korea Defense Network. "Moreover, the number of our submarines by 2020 will be still less than those owned by our neighbors."

 

He cited that North Korea and China operate some 70 submarines each, while Japan has 22.

 

Among Pyongyang's submarines, 20 of them displace 1,800 tons; 40 others, 325 tons; and the rest, 130 tons, according to Shin.

 

The Stalinist state is said to be building a 2,500-ton sub, which will be capable of carrying nuclear ballistic missiles, he said.

 

"By setting up a submarine command, we'll be able to lay the groundwork for military deterrence underwater," Shin said.

 

In December last year, North Korean leader Kim Jong-un stressed "maneuvering skills of submarines" to enhance the combat capability of Pyongyang's naval forces.

 

In August 2014, U.S. intelligence agencies speculated that the nuclear-armed regime has developed submarine-launched ballistic missiles (SLBMs). They pointed out that Pyongyang secretly acquired several SS-N-6s, a type of SLBM, from Russia some time ago.

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 13:35
photo 2nd Infantry Division - US Army

photo 2nd Infantry Division - US Army

 

Jan. 19 By Richard Tomkins (UPI)

 

A U.S. Army Division and a Korean Army brigade are combining personnel and command staff to form a new joint army division beginning this week.

 

UIJEONGB, South Korea -- The U.S. Army and Republic of Korea Army are joining forces and establishing a combined division for improved readiness and defensive capabilities.

The U.S. Army said the new division will be comprised of the U.S. 2nd Infantry Division and a brigade from the South Korean Army. Its commander will be American, while his deputy will be Korean.

Officers, non-commissioned officers and units will be attached to the division, allowing interoperability and capitalization of the strengths of both armies

 

Read more

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 17:55
Direction Corée 2015 - préparation aux Jeux Mondiaux Militaires


19/12/2014 Eléonore Krempff  - DICOD

 

La direction « Blessés militaires et sport » de l’Ecole interarmées des sports de Fontainebleau (Seine-et-Marne) organise, en moyenne, tous les deux mois des stages de préparation aux Jeux mondiaux militaires d’été  qui se dérouleront en Corée en 2015.

 

La rédaction a assisté au premier stage organisé du 15 au 18 décembre, à Fontainebleau, aux côtés d’une dizaine de stagiaires blessés en service ou en opérations, issus de l’armée de Terre, de la Marine et de la Gendarmerie. Au programme, athlétisme et tir à l’arc pour repérer et sélectionner les sportifs qui participeront à la compétition à venir. Et une belle manière de retrouver la confiance en soi et en son corps.

 

Le prochain stage aura lieu du 19 au 23 janvier 2015.

 

Page FB du Centre national des sports de la Défense (CNSD)

Direction Corée 2015 - préparation aux Jeux Mondiaux Militaires
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2014 3 17 /12 /décembre /2014 17:35
Seoul finalises $657 million Global Hawk purchase

 

17.12.2014 by Craig Hoyle – FG

 

Northrop Grumman has been awarded a contract worth more than $657 million to provide South Korea with a surveillance fleet of RQ-4 Global Hawk unmanned air vehicles.

Detailed by the US Department of Defense in a contract notification announcement dated 16 December, the deal will cover the provision of four Block 30-standard RQ-4B Global Hawks, enhanced integrated sensor suite mission payloads “and the applicable ground control environment elements”.

Work under the Foreign Military Sales contract will conclude by June 2019, the DoD says.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 13:35
Memorial To The Korean War Unveiled In London

 

source UK MoD

Memorial To The Korean War Unveiled In London, 3 Dececember. The Korean War Memorial, a gift from the Republic of Korea to honour the British troops that served between 1950 and 1953, is in the form of a bronze statue of a British soldier by sculptor Philip Jackson. [Picture: Owen Cooban, UK MoD]

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 12:35
US Army to deactivate Iron Brigade in South Korea in 2015

 

7 November 2014 army-technology.com

 

The US Army is set to deactivate the 2nd Infantry Division's 1st Armoured Brigade Combat Team after nearly 50 years of service in South Korea, in June 2015.

 

Approved by the US Defence Secretary Chuck Hagel, the disbandment forms part of the Army Force Generation rotational plan to increase theatre readiness and manoeuvre capabilities on the Korean peninsula and worldwide.

 

A new rotational brigade combat team comprising nearly 4,600 soldiers from 2nd Brigade Combat Team, 1st Cavalry Division, is scheduled to arrive in South Korea to replace the deactivating brigade.

 

The Eighth Army said in a statement: "These rotations will improve the army's ability to conduct bilateral military exercises and activities aimed at reinforcing our enduring relationship with our Korean ally, and they do not increase the overall US force strength.

 

"Bringing in off-pen units also exposes more US soldiers to the unique mission and threat in Korea and north-east Asia and enhances the partnership between the two armies."

 

Pentagon spokesperson army colonel Steve Warren was quoted by Reuters as saying that the deactivation was long-planned and did not represent a reduction in US commitment to the security of South Korea.

"These rotations will improve the army's ability to conduct bilateral military exercises."

 

"There's not loss in capability. Some would argue that the capability might even be slightly higher because it's a trained unit that arrives there in Korea," Warren said.

 

Also called Iron Brigade, the 1st Armoured Brigade Combat Team, 2nd Infantry Division has had an integral role in the defence of the Korean peninsula since July 1965.

 

In particular, the unit trained and worked alongside its South Korean partners to deter aggression, and was awarded the ROK Presidential Unit Citation on three occasions for its substantial contribution to the national security and defence of the country.

 

 

The deactivation is expected to reduce the requirement for 4,500 military jobs, and the affected soldiers will be deployed to other units within the army, according to the news agency.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories