Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 08:35
S. Korea Envisions Light Aircraft Carrier

South Korea's Navy plans to build the second ship of the Dokdo class large-deck landing ships as a light carrier to fly vertical takeoff aircraft, with a long-term goal of building two aircraft carriers by 2036. (US Navy)

 

Oct. 26, 2013 - By JUNG SUNG-KI  - Defense News

 

SEOUL — The South Korean Navy believes it can deploy two light aircraft carriers by 2036 and expand its blue-water force to cope with the rapid naval buildups of China and Japan, according to a Navy source.

 

The service has been exploring ways of securing light aircraft carriers based on an interim feasibility study, the source said.

 

“It’s a hope,” the Navy source said on condition of anonymity. “There are no fixed requirements at the moment, but we’ve been studying ways of launching light aircraft carriers over the next two decades.”

 

Rep. Chung Hee-soo of the ruling Saenuri Party revealed the contents of a program in a feasibility report last week.

 

“To cope with potential maritime disputes with neighboring countries, we need to secure aircraft carriers as soon as possible,” Chung, a member of the National Assembly’s Defense Committee, said during a confirmation hearing Oct. 11 for Adm. Choi Yoon-hee, new chairman of the Joint Chiefs of Staff. “For more active international peacekeeping operations, our Navy should have carriers.”

 

According to Chung, the Navy envisions three phases:

 

■The first is to equip the second ship of the Dokdo-class landing platform helicopter ship (LPH) with a ski ramp to operate short-range or vertical take-off and landing (VTOL) aircraft.

 

The flight surface of the landing ship is already sprayed with urethane, which can withstand the heat created by the aircraft during operations.

 

Dokdo, with the addition of a ski ramp, could be deployed before 2019, according to the report, which suggests the Navy procure used VTOL jets from the US, UK and Spain if needed.

 

■Second, the Navy could build an amphibious assault ship, similar to the Spanish Navy’s Juan Carlos, before 2019.

 

■Finally, the service aims to build two 30,000-ton light aircraft carriers between 2028 and 2036, the report said. The carrier is to have specifications similar to the Italian aircraft carrier Cavour, which can support about 30 aircraft.

 

“We should have capabilities to deter North Korea, and at the same time, we need minimal capabilities to respond to potential threats from neighboring countries,” Choi replied to Chung, apparently referring to the naval buildups of China and Japan.

 

China commissioned its first aircraft carrier last year, with three more carriers planned. Japan, whose Navy is classed as a self-defense force, has controversially unveiled a 20,000-ton helicopter destroyer akin to a small aircraft carrier.

 

More Aegis Ships and Jets

 

During the National Assembly last week, the Navy unveiled mid- to long-term procurement plans to further strengthen its naval power.

 

The service plans to commission three more 7,600-ton KDX-III Aegis destroyers by 2023 to develop a strategic mobile fleet. The service has three KDX-III destroyers fitted with Lockheed Martin-built SPY-1D radar capable of tracking incoming ballistic missiles and enemy aircraft.

 

“The construction of new Aegis ships could be completed earlier than scheduled,” Adm. Hwang Gi-chul, chief of naval operations, testified. “And the new Aegis ships will have better stealth functions than those with the existing ships.”

 

The Navy will also launch six, 5,900-ton next-generation destroyers — dubbed KDDX — after 2023.

 

The development of an attack submarine is on track, according to the Navy. The service plans to commission six more 1,800-ton Type 214 submarines to bring the 214 fleet to nine subs by 2023. After that, it will deploy nine, 3,000-ton heavy attack submarines codenamed KSS-III. The KSS-III is to be equipped with a vertical launch tube to fire a 1,500-kilometer cruise missile that can hit key targets in North Korea.

 

Other procurement plans include the FFX program to build a dozen new frigates with advanced sensors and a wide variety of weaponry. The FFX program is intended to replace the aging fleet of existing Ulsan class frigates and Pohang class corvettes with multimission frigates.

 

The 2,300- to 3,000-ton FFX vessels are to be built in two batches with an objective of putting up to 24 ships into service by 2026.

 

The Navy also puts a priority on acquiring reconnaissance and surveillance aircraft. In particular, the service laid out plans to buy the Lockheed S-3 Vikings retired from front-fleet service aboard aircraft carriers by the US Navy in January 2009.

 

The service will purchase 18 S-3 jets and modify them into a new configuration meeting the Navy’s operational requirements. If adopted, it will be the first fixed-wing jet patrol aircraft operated by the South Korean Navy, which flies 16 P-3CK turboprop patrol aircraft.

 

“The S-3 introduction will offer a great opportunity for the ROK Navy to operate a carrier-based jet, as the service envisions deploying aircraft carriers in the future,” Kim Dae-young, a research member of the Korea Defense & Security Forum, a private defense think tank here. “From the operational perspective, the S-3 is expected to be used for various purposes, such as patrol, surface warfare and aerial refueling.”

 

In order to beef up its anti-submarine operation, the Navy will procure six more new naval helicopters by 2022.

 

In January, AgustaWestland won a $560 million contract to supply the South Korean Navy with six AW159 Lynx Wildcat helicopters equipped with an active dipping sonar for anti-submarine role.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 12:35
Ouverture de l'Exposition internationale de l'aéronautique et de la défense

2013/10/29 Yonhap

 

GOYANG, 29 oct.) -- L'Exposition internationale de l'aéronautique et de la défense de Séoul (ADEX) a ouvert ses portes ce mardi pour un événement de six jours au Centre international des expositions de Corée (KINTEX), à Ilsan, dans la province du Gyeonggi, au nord-ouest de Séoul, afin de montrer les technologies de pointe dans les domaines de la défense et des satellites, ont déclaré les organisateurs.

 

Un total de 361 entreprises de 28 pays sont présentes pour des opportunités commerciales. Durant la période, 68 officiels militaires et les PDG de grandes sociétés liées à la défense de 45 nations viendront en Corée du Sud afin de discuter des moyens d'étendre le partenariat et de booster leur industrie de la défense.

 

Alors que la Corée du Sud projette d'acheter 60 jets avancés, les géants aéronautiques mondiaux, dont Lockheed Martin, Boeing et European Aeronautic Defence and Space Company (EADS), montreront leurs chasseurs et avions durant l'exposition. EADS présentera l'Eurofighter Typhoon, avion de combat bi-réacteur dans une salle d'exposition à l'extérieur.

 

L'occasion permettra à des visiteurs de monter à bord de l'avion de combat bi-réacteur et de porter un «casque intelligent» dans son simulateur. Une équipe de quatre pilotes allemands expliquera la structure et la fonction de l'avion de chasse bi-réacteur qui a été proposé à Séoul pour le programme d'acquisition d'avions de chasse.

 

 

FA-50 photo Korea Aerospace Industries

FA-50 photo Korea Aerospace Industries

Korea Aerospace Industries (KAI) présentera ses dernières nouveautés dans les domaines de l'aviation et de la défense comme l'avion de chasse FA-50, l'hélicoptère utilitaire Surion, l'avion à rotors basculants sans pilote, le char de combat K-2, l'obusier autopropulsé K-9 et le véhicule blindé K-21. LIG Nex1 montrera le missile sol-air Chiron, le missile antinavire Haesung, ainsi que d'autres systèmes électroniques et avioniques.

 

Au cours des «journées publiques» (2-3 novembre), sont prévus divers événements dont un concours de simulation de vol organisé par Korean Air et l'armée de l'air, des défilés de l’orchestre militaire et de la garde d'honneur et des démonstrations d’arts martiaux par des hommes du commando. En marge de l'exposition, les chefs des forces aériennes de neuf pays se sont rassemblés à Séoul pour un symposium international afin de discuter des industries aérospatial et de la défense selon le changement de l'environnement sécuritaire.

 

Le Premier ministre Chung Hong-won, le ministre de la Défense Kim Kwan-jin, les chefs d'état-major des armées de terre, de mer et de l'air ainsi que des officiels militaires et gouvernementaux ont participé à la cérémonie d'ouverture de cette exposition. «L'industrie aérospatiale est une industrie très importante pour la sécurité et elle deviendra une pierre angulaire pour la paix», a déclaré le Premier ministre dans son discours.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 16:35
Elbit to Supply Advanced HMD Systems for Korean Utility Helicopter

Oct 16, 2013 ASDNews Source : Elbit Systems Ltd.

 

Elbit Systems Ltd. announced today that it was awarded a follow-on contract to supply advanced Helmet Mounted Display (HMD) systems for the Republic of Korea Army's SURION helicopter. The contract, which is in an amount that is not material to Elbit Systems, will be performed over a four-year period.

 

Elbit Systems will supply the HMD systems to Korea Aerospace Industries Ltd. (KAI), the original manufacture of the SURION helicopter. This contract award follows an initial contract that was signed with KAI in 2009 as part of the Korean Helicopter Program (KHP) and in which Elbit Systems and KAI completed and demonstrated a successful integration of Elbit Systems' HMD on the SURION.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 07:35
Indo-S. Korean Defense Ties Deepen with Minesweeper Purchase

The Pondicherry-class minesweeper Kozhikode was built for the Indian Navy by Russia. India plans to buy eight mine countermeasures vessels from South Korea to replace its aging ships. (Indian Navy)

 

Oct. 15, 2013 - By VIVEK RAGHUVANSHI – Defense News

 

NEW DELHI — India’s Defence Ministry has decided to award a US $1.2 billion contract to Kangnam Corp. for eight mine-countermeasure vessels in India’s first big-ticket defense program with South Korea.

 

The deal has been cleared ahead of Indian Defence Minister A.K. Antony’s planned visit to Seoul later this year, and will help boost defense ties with South Korea, an Indian MoD official said.

 

The finalization of the contract was delayed after Italy’s Intermarine, which was competing for the contract, approached India’s anti-fraud agency, the Central Vigilance Commission (CVC), with issues related to the transparency of the procurement. The CVC cleared the purchase last year, but the MoD has since dragged its feet in deciding to award the contract, the source said.

 

India is reaching out to friendly nations in the region, including Japan and South Korea, as part of its Look East policy in a bid to contain the rising influence of China, said defense analyst Mahindra Singh.

 

The Indian Navy is likely to give additional orders to the South Korean company for the countermine ships, since the service has a requirement for more than 24 minesweepers, an MoD source said. The Indian Navy operates 12 aging Pondicherry and Karwar-class minesweepers.

 

The purchase of the new countermine ships is part of a long-term plan to acquire vessels for littoral warfare, including large landing platform decks, fast attack craft and advanced offshore patrol vessels.

 

In 2008, India sent bids for the countermine ships to Kangnam, Intermarine, Northrop Grumman, Izhar of Spain and DCN International of France.

 

The Navy has wanted new minesweepers for more than 13 years, but delays in procurement due to bureaucratic red tape have been holding back the order.

 

According to the deal, the first two minesweepers will be constructed at Pusan, South Korea, and the remaining six will be built at the Goa Shipyard through technology transfers.

 

South Korea has become a big-ticket supplier of weapons to India — along with Russia, Israel, the United States and France — and is aggressively tapping India’s $100 billion weapons market.

 

Samsung has jointly developed a howitzer gun with Indian private-sector company Larsen & Toubro, and it is likely to put up a tough fight against Russia’s Rosoboronoexport in the quest to supply 155mm/52-caliber tracked guns.

 

The Larsen & Toubro-Samsung team is competing with Rosoboronexport, and with state-owned Bharat Earth Movers Ltd. (BEML), which has partnered with Slovakian company Konstrukha.

 

The Indian Army wants to buy 100 tracked guns valued at more than $750 million. The tender, issued in 2011, was a rebid of a 2007 tender, which went to India’s Tata Power SED, Larsen & Toubro, BEML and Rosoboronexport.

 

South Korean firm Doosan has also been given a tender this year for the purchase of 104 self-propelled gun missile systems to replace aging Russian Kvadrat systems.

 

Indo-South Korean defense ties began in 2005, when the two countries signed a memorandum of understanding on defense logistics and supplies.

 

In 2007, the defense ministers of the two countries met to hash out a defense cooperation plan, which was followed in 2010 by the signing of a declaration of strategic partnership.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 07:35
Un lanceur THAAD [Terminal High Altitude Area Defense](US Missile Defense Agency)

Un lanceur THAAD [Terminal High Altitude Area Defense](US Missile Defense Agency)

16/10/2013 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

 

L’armée sud-coréenne envisage d’acquérir le système de défense antimissile à haute altitude THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) pour renforcer la capacité d’interception de son système KAMD (Korea’s Air and Missile Defense), a fait savoir  une source militaire, rapporte l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.

 

Les Sud-Coréens écarteraient ainsi la possibilité d’acheter des missiles SM-3 (Standard Missile) pour les installer sur des destroyers Aegis. «Nous envisageons d’établir un système de défense antimissile multicouches mais le SM-3 ne fait pas l’objet d’un examen», a déclaré la source sous couvert d’anonymat selon ce que rapporte l’agence sud-coréenne.

 

Le système de défense antimissile compte trois phases: phase ascendante, phase intermédiaire et phase terminale.

 

En service depuis 2008, le Terminal High Altitude Area Defense (THAAD) de Lockheed Martin Space Systems est un système de missiles antibalistiques conçu pour détruire les missiles balistiques de portées moyenne ou intermédiaire dans leur dernière phase d’approche en s’écrasant contre eux (hit-to-kill).

 

Le missile ne transporte aucune ogive, c’est seulement son énergie cinétique qui sert à détruire.

 

Le THAAD est conçu, construit et monté par Lockheed Martin Space Systems .

 

Le ministère de la Défense a d’ailleurs souligné que «le missile SM-3 et les intercepteurs basés à terre (GBI:Ground-Based Interceptor) sont des systèmes d’interception de la phase intermédiaire et capables d’intercepter des missiles dans l’espace exo-atmosphérique» alors que les THAAD et PAC-3 (Patriot Advanced Capability) sont destinés à intercepter des missiles dans leur phase terminale.

 

Selon le rapport du ministère, écrit l’agence sud-coréenne, le système THAAD est donc mieux adapté au système de défense antimissile de couche basse de la phase terminale du KAMD que l’armée coréenne vise à construire que le SM-3.

 

Quant au système PAC-3, sa capacité d’interception a été remise en question au sein de l’armée.

 

«L’altitude d’interception du système PAC-3 est inférieure à 30 km, ce qui permet une seule chance d’intercepter des missiles et pourrait engendrer des dégâts en cas d’interception de missiles portant une ogive nucléaire ou des armes chimiques», a expliqué un responsable de l’armée sud-coréenne, soulignant que, en revanche, comme l’altitude d’interception du système THAAD se situe entre 40 et 150 km, il est possible de profiter de deux occasions d’interception en le déployant avec le système PAC-3 et de réduire les dégâts lors de l’interception de missiles dans la couche haute».

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 06:35
L'armée envisage d'acquérir le THAAD pour renforcer sa capacité de défense antimissile

SEOUL, 15 oct. (Yonhap)

 

L'armée envisage d'acquérir le système de défense antimissile à haute altitude THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) pour renforcer la capacité d'interception de son système KAMD (Korea’s Air and Missile Defense), a fait savoir ce mardi une source militaire, écartant la possibilité d’achat de missiles SM-3 (Standard Missile) pour les installer sur des destroyers Aegis.

«Nous envisageons d'établir un système de défense antimissile multicouches mais le SM-3 ne fait pas l'objet d’un examen», a déclaré la source sous couvert d'anonymat.

Dans un rapport soumis hier au député du Parti Saenuri, Yoo Seong-min, le ministère de la Défense a déclaré que «le missile SM-3 et les intercepteurs basés à terre (GBI : Ground-Based Interceptor) sont des systèmes d'interception de la phase intermédiaire et capables d'intercepter des missiles dans l'espace exo-atmosphérique alors que les THAAD et PAC-3 (Patriot Advanced Capability) sont des systèmes destinés à intercepter des missiles dans les couches haute et basse de la phase terminale qui se diffèrent des SM-3 et GBI en termes d'interopérabilité et de performance».

Selon le rapport du ministère, le système THAAD est plus adapté au système de défense antimissile de couche basse de la phase terminale KAMD que l’armée coréenne vise à construire que le SM-3. Le système de défense antimissile compte trois phases : phase ascendante, phase intermédiaire et phase terminale.

Séoul cherche à améliorer son système de défense antimissile à celui de PAC-3 en innovant l'actuel PAC-2 mais la capacité d'interception du système PAC-3 a été remise en question au sein de l'armée.

«L'altitude d'interception du système PAC-3 est inférieure à 30 km, ce qui permet une seule chance d'intercepter des missiles et pourrait engendrer des dégâts en cas d'interception de missiles portant une ogive nucléaire ou des armes chimiques», a expliqué un officiel de l'armée. «Concernant le système THAAD, comme son altitude d'interception se situe entre 40 et 150 km, il est possible de profiter de deux occasions d'interception en le déployant avec le système PAC-3 et de réduire les dégâts lors de l’interception de missiles dans la couche haute», a-t-il ajouté.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 12:35
Philippines  : South Korea Becomes Major Ally Against China

October 15, 2013: Strategy Page

 

The government is upgrading its military ties with South Korea. The new agreement implements exchanges of military personnel for familiarization and training. This is also meant to exchange information about how each nations’ troops handle disaster relief and peacekeeping operations. Less publicized were the parts of the new agreement dealing with more detailed planning for cooperation against growing Chinese aggression in the sea areas between China and all its neighbors (particularly the Philippines, Japan, South Korea, Taiwan and Vietnam.) All of these Chinese neighbors are strengthening military alliances with each other and the United States to better deal with the Chinese tactics of gradual but persistent pressure.

 

In addition to the military ties, South Korea is a major trade partner ($7.4 billion a year in goods, services and investments, mostly going into the Philippines) and source of tourists. South Korea has been a growing source of new technology and technical help in many areas. While the cultures of both nations are very different both have long experience with Americans and both have many English speakers. Some 70-80 percent of Filipinos and about ten percent in South Koreans can converse in English. But over a third of South Koreans can understand written English and that has created a lot of Filipinos and South Koreans who know each other via the Internet. Young South Koreans are more interested in learning English and working or vacationing in the Philippines is a good way to improve your English skills. That also explains the growing number of South Koreans who speak English with a Filipino and not an American accent. 

 

The army believes that the MNLF attack on the southern port city of Zamboanga on September 9th was facilitated by the rebels smuggling weapons and ammo into the city for over eight months. Most of this stuff came from the nearby islands of Sulu and Basilan. The government recently filed rebellion charges against 65 MNLF survivors of the fighting in Zamboanga. Most of the accused are in custody and the rest are being sought. In Zamboanga the government believes it will take three months for things to get back to normal in the neighborhoods where the MNLF fighting took place. Over 100,000 people fled their homes and many returned to find lots of damage.

 

October 13, 2013: The 41st round of peace negotiations with MILF ended with unresolved power sharing issues still to be taken care of. The two sides did agree on where to establish buffer zones to protect civilians from any armed clashes between the security forces and MILF gunmen. It was also agreed that recent attacks by Moslem rebel groups BIFF and MNLF would not be held against MILF.

 

October 10, 2013: In the south (city of Zamboanga) troops looking for any remaining MNLF rebels encountered two of them and killed them in a brief gun battle.

 

The United States has come out and backed the Philippines in its call for UN sponsored binding arbitration with China over Chinese claims on parts of the South China Sea that have long been controlled by the Philippines. China has turned down Filipino calls for arbitration but with American support pressure in the UN will be greater, and more embarrassing for China.

 

October 7, 2013: On Basilan troops clashed with Abu Sayyaf Islamic terrorists and killed two of them. The army then chased after the survivors and fired mortars at what they believed was an Abu Sayyaf camp. The MILF said it was one of their camps and called the incident a violation of the cease fire. The army has long accused MILF of secretly cooperating with Abu Sayyaf and believes this is another example.

 

October 4, 2013: Police and soldiers executed a search warrant on the home compound of MNLF leader Nur Misuari, who was believed to be responsible for the September 9 attack on the southern port city of Zamboanga. Misuari was not at home but plenty of documents and other evidence was.

 

October 1, 2013: In the south (Davao Oriental) a NPA landmine wounded five soldiers as the NPA fled from a battle with the troops that left one rebel dead. Troops later found an NPA man who had been wounded and soon later identified him as a college teacher (of physics). 

 

September 30, 2013: The army believes they have killed or captured four of the five MNLF rebel leaders who led several hundred gunmen into the southern port city of Zamboanga on September 9th. The fighting lasted for three weeks.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 12:35
Le ministre de la Défense Kim Kwan-jin lors de l`audit parlementaire

Le ministre de la Défense Kim Kwan-jin lors de l`audit parlementaire

 

2013/10/14 yonhapnews.co.kr

 

SEOUL, 14 oct. (Yonhap) -- A propos de l’éventuel nouveau report du transfert du contrôle opérationnel en temps de guerre (OPCON), le ministère de la Défense a déclaré ce lundi avoir convenu avec les Etats-Unis de «dégager une conclusion durant la première moitié de l’année prochaine».

 

Séoul doit normalement reprendre l'OPCON de ses troupes en décembre 2015. Cette date limite avait déjà été repoussée de 2012 à 2015 en raison de la menace nord-coréenne croissante.

 

«Un groupe de travail conjoint Corée du Sud-Etats-Unis est en train de discuter des conditions, de la date et de la procédure du transfert de l'OPCON», a affirmé le ministère dans un rapport soumis à la commission parlementaire de la défense dans le cadre de l'audit parlementaire.

 

Outre la concrétisation des menaces nucléaires et balistiques du Nord, le ministère a cité, comme argument pour le nouveau report, le risque d'erreur de jugement du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un en cas de transfert de l'OPCON.

 

En outre, le ministère a fait remarquer que les visites officielles de Kim Jong-un étaient axées depuis août dernier sur des installations proches de la vie de son peuple comme des piscines (4 fois), des hôpitaux (2) et des résidences pour scientifiques (5), vraisemblablement dans le but de montrer une image d'un dirigeant attentif aux besoins des habitants.

 

Les forces armées nord-coréennes ont de leur côté mis en état d'alerte des unités d'artillerie et batteries antiaériennes lors d’envois par des associations sud-coréennes de prospectus anti-nord-coréens et continuent leurs exercices navals en mobilisant des sous-marins, a ajouté le ministère.

 

Le rapport a également fait état du renforcement par la Corée du Nord des activités de surveillance près de la Ligne de limite Nord (NLL) en mer Jaune suite à l'augmentation des navires chinois pratiquant la pêche illégale et de la reprise des activités des installations nucléaires à Yongbyon.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 07:35
Le futur chef d’État-major sud-coréen veut pouvoir répondre à la menace nord-coréenne

L`amiral Choi Yoon-hee, le candidat au poste de chef d`état-major interarmées, lors de son audition de confirmation parlementaire (Yonhap)

 

12/10/2013 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

L’amiral Choi Yoon-hee, candidat de la Présidente Park au poste de chef d’état-major interarmées, s’est engagé vendredi 11 octobre à accélérer les grands programmes d’armes du pays destinés à renforcer sa capacité de défense, notant que les ambitions balistiques et nucléaires de la Corée du Nord constituent la plus grande menace à la sécurité de la Corée du Sud, rapporte l’agence sud-coréenne Yonhap.

 

La présidente Park Geun-hye a choisi le mois dernier l’amiral Choi Yun-hee, 59 ans, pour diriger les forces sud-coréennes.

 

C’est la première fois qu’un commandant en chef de la marine nationale est désigné à ce poste.

 

Sa nomination doit maintenant être approuvée par le parlement sud-coréen.

 

«L’armée sud-coréenne doit accélérer la modernisation de son actuel système de défense antimissile et acquérir des satellites de surveillance pour établir le système KAMD (capacité antibalistique autonome) et un système de destruction préventive de missiles», a déclaré Choi lors de son audition de confirmation parlementaire, rapporte encore l’agence sud-coréenne.

 

La Corée du Nord aurait plus de 1.000 missiles de tout genre dont la plupart sont capables d’atteindre toute la Corée du Sud et d’autres capables de frapper des bases militaires japonaises et américaines.

 

Choi a par ailleurs promis de lancer des représailles contre toute provocation de la Corée du Nord.

 

La nomination de Choi intervient à un moment crucial alors que Washington se prépare à transférer à la Corée du Sud le contrôle opérationnel en temps de guerre (OPCON) en décembre 2015, ce qui changera la structure de commandement militaire.

 

A la suite du troisième essai nucléaire de Pyongyang et de ses rhétoriques belliqueuses, Séoul avait toutefois demandé à Washington de reporter le calendrier du transfert de l’OPCON.

 

Des consultations sont actuellement en cours entre les deux gouvernements pour parvenir à un accord sur une nouvelle date du transfert.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 17:35
Hyeonmu missiles - source patriotdaily-com

Hyeonmu missiles - source patriotdaily-com

01.10.2013 journal-aviation.com

 

SEOUL, 1er octobre (Reuters) - L'armée sud-coréenne a exposé mardi deux nouveaux types de missiles conçus pour être utilisés contre l'artillerie et les vecteurs à longue portée de sa voisine du Nord.

 

Les modèles Hyeonmu-2 et Hyeonmu-3, dont la portée est respectivement de 300 et 1.000 km, ont été montrés en public dans le cadre d'un défilé militaire assez inhabituel.

 

Les deux missiles, qui ont d'ores et déjà été déployés, avaient été dévoilés en février, après le troisième essai nucléaire de Pyongyang.

 

"Nous devons construire un système de dissuasion fort contre le Nord jusqu'à ce qu'il renonce à son arsenal nucléaire et qu'il fasse le bon choix pour son peuple comme pour la paix de la péninsule coréenne", a déclaré la présidente sud-coréenne Park Geun-hye, lors de ce défilé qui marquait le 65 anniversaire de l'armée nationale.

 

Organisé sur une base aérienne au sud de Séoul, il s'est déroulé en présence du secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel. La veille, sur la frontière entre le Nord et le Sud, il avait indiqué que les Etats-Unis n'envisageaient aucune réduction de leur contingent en Corée du Sud, qui compte 28.500 hommes. (Jack Kim, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 17:35
Nucléaire nord-coréen: Washington et Séoul signent un accord de dissuasion

SEOUL, 2 octobre - RIA Novosti

 

Washington et Séoul ont conclu mercredi un accord portant sur la dissuasion de la menace nucléaire émanant de la Corée du Nord et de la prolifération des armes de destruction massive appartenant à cette dernière, rapporte l'agence Yonhap. 

 

"Le présent accord établit un cadre stratégique entre les deux alliés pour prévenir divers scénarios de menaces nucléaires nord-coréennes et consolide l'intégration des capacités de l'union en vue de renforcer l'effet dissuasif", stipule le communiqué commun diffusé suite à la signature du document par les ministres américain et sud-coréen de la Défense, Chuck Hagel et Kim Kwan-jin. 

 

Le chef du Pentagone a garanti à son homologue sud-coréen qu'en cas de menace, les Etats-Unis fourniraient toute l'aide militaire nécessaire, y compris leur parapluie nucléaire pour protéger Séoul. 

 

La Corée du Nord s'est proclamée puissance nucléaire en 2005 avant de mener en 2006, en 2009 et en 2013 des essais nucléaires souterrains qui ont provoqué de vives protestations de la communauté internationale. Pour prévenir une éventuelle attaque de Pyongyang, un contingent US de 28.500 hommes est installé sur le territoire sud-coréen.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 20:35
Corée du Nord : le patron du Pentagone monte au front

01/10/2013 Par Sébastien Falletti – LeFigaro.fr

 

Alors que la péninsule est en proie à de nouvelles tensions, Chuck Hagel a réaffirmé le soutien des États-Unis à leur allié sud-coréen.

 

«Ici, il n'y a aucune marge d'erreur possible.» Casquette de baseball vissée sur la tête, blouson de l'US Army sur le dos, Chuck Hagel scrute les soldats nord-coréens, à quelques mètres de l'autre côté de la ligne de démarcation. Un inquiétant parfum de guerre froide flotte toujours sur les barbelés de la DMZ (zone démilitarisée) intercoréenne, où les deux Corées se font face, l'arme à la main, depuis soixante ans. Le chef du Pentagone a choisi Panmunjom -«l'endroit le plus effrayant de la terre», selon Bill Clinton- pour réaffirmer la détermination américaine à défendre son allié sud-coréen face au régime de Kim Jong-un, à l'heure où un nouveau cycle de tension menace. «C'est probablement le seul endroit au monde où nous avons en permanence un risque de confrontation, où les deux camps se font face les yeux dans les yeux», a dramatisé Hagel, en démarrant lundi sa première visite en terre coréenne.

 

Nouveaux signes de tension

Après la timide détente entrevue depuis juin, au lendemain de la crise du printemps, les signes d'un nouveau raidissement s'accumulent sur la péninsule. Pyongyang semble avoir relancé son réacteur atomique de Yongbyon, capable de produire du plutonium depuis fin août et Washington refuse de revenir à la table des pourparlers à six, en dépit des efforts diplomatiques chinois. Quelques jours après la réouverture du parc industriel de Kaesong, Kim infligeait un camouflet à la présidente sud-coréenne, Park Geun-hye, en repoussant les retrouvailles de familles séparées prévues le 25 septembre, une priorité du Sud. Déjà, les experts redoutent une nouvelle surenchère atomique du Nord pour forcer la main de l'Administration Obama. «Je m'attends à ce qu'ils fassent connaître leurs progrès sur le site de Yongbyon, par exemple en invitant des experts sur place afin d'accentuer la pression» explique Joshua Pollack, conseiller du gouvernement américain, spécialiste du programme nord-coréen à la Science Applications International Corporation.

 

Système antimissile régional

Face à la menace, Séoul appelle l'Oncle Sam à la rescousse. Le ministre de la Défense Kim Kwan-jin a demandé à Hagel de repousser le transfert du commandement des opérations militaires en temps de guerre (OPCON), prévu en 2015. Il estime que son armée de 640 .000 hommes n'est pas encore prête à diriger la coalition alliée et les 28.500 GI sur place en cas de conflit. Hagel ne devrait pas trancher ce dossier sensible lors de cette visite, mais le chef du Pentagone jouera les VRP de l'industrie américaine pour convaincre Séoul de rejoindre son système antimissile régional. Un enjeu stratégique dépassant la péninsule, avec en ligne de mire la montée en puissance chinoise.

Depuis le bombardement nord-coréen de l'île de Yeonpyeong en novembre 2010, Séoul a cassé sa tirelire au grand profit de l'industrie américaine. Après l'achat de trente-six hélicoptères Apache, le fidèle allié a ouvert la porte la semaine dernière au coûteux chasseur F35 de Lockheed Martin, après avoir écarté le F15 de Boeing, jugé pas assez furtif. Un mois auparavant, Séoul avait éliminé le Typhoon d'Eurofighter, rappelant que la Corée du Sud reste une chasse gardée américaine.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 11:35
Le secrétaire américain à la Défense à Séoul pour quatre jours

SEOUL, 29 sept. (Yonhap)

 

Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel est arrivé ce dimanche à Séoul pour une visite de quatre jours, au cours de laquelle il s’entretiendra avec son homologue sud-coréen et se rendra près de la frontière avec la Corée du Nord.

 

Il s’agit de la première visite de Hagel en Corée du Sud depuis sa prise de fonctions en février. Il est accompagné du général Martin Dempsey, le chef d’état-major interarmées américain. Le but principal de la visite du secrétaire américain est la tenue de la Réunion consultative annuelle sur la sécurité (SCM) avec le ministre de la Défense Kim Kwan-jin, où l’ordre du jour sera la demande de report de la part de Séoul du transfert du contrôle opérationnel en temps de guerre (OPCON).

 

Séoul désire repousser l’OPCON, prévu pour décembre 2015, pour cause de menaces nord-coréennes. Les Etats-Unis avaient hérité du commandement en temps de guerre peu après la guerre de Corée. La réunion de mercredi ne devrait cependant pas être à l’origine de grandes avancées sur la question.

 

Le général Jung Seung-jo, le chef d’état-major interarmées sud-coréen et son homologue américain Martin Dempsey tiendront mardi la Réunion annuelle du comité militaire pour finaliser l’ordre du jour de la réunion ministérielle du lendemain. Hagel devrait aussi se rendre dans la Zone démilitarisée, une visite symbolique soulignant l’engagement des Etats-Unis à la défense de la Corée du Sud.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 11:35
South Korea Forms Task Force to Revive FX Jet Program

September 27th, 2013 By KoreanInformation - defencetalk.com

 

The Ministry of National Defense launched a task force Wednesday to take charge of the F-X III project to purchase 60 fighter jets amid growing concerns over a lack of aircraft in the coming years.

 

The move came one day after Korea decided to reject Boeing’s F-15 Silent Eagle (SE) due to its lack of full stealth capability.

 

The third phase of the F-X program is aimed at replacing the Air Force’s aging fleet of F-4s and F-5s.

 

The team, divided into four subcommittees, is led by Lee Yong-dae, deputy minister at the office of force and resources management at the ministry, and will be fully staffed with members from the Joint Chiefs of Staff, Air Force, procurement office and aerospace researchers by the end of this week, according to Lee.

 

Participants at a preliminary meeting said officials discussed various alternatives, including altering the number of aircraft to be purchased, increasing the budget and purchasing the planes in phases.

 

With the rejection of Boeing, Korea’s plan to bring in new combat planes from 2017 is expected to be delayed for up to two years, and the Air Force is likely to suffer a lack of approximately 100 aircraft by 2019.

 

Defense watchers say that the task force needs to make clear the goal of the F-X III project so as not suffer another setback.

 

“If the goal is clearly set, the timeframe for a new tender could be shortened,” said Yang Uk, a senior researcher fellow at the Korea Defense and Security Forum.

 

Shin Bo-hyun, a professor at the defense acquisition department at Konkuk University, also said: “By putting all related organizations under the task force’s wing, unnecessary administrative procedures can be reduced.”

 

Yang also said that the formation of the team means the ministry is in a hurry to address the urgent need for aircraft. An F-5 fighter jet crashed into a mountain in North Chungcheong Province, Thursday.

 

“It has significance that a high-ranking official of the defense ministry is at the helm of the task force, which means the ministry is set to give full support,” he said.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 16:35
Partage des coûts de la défense : Séoul et Washington restent divisés

WASHINGTON, 26 sept. (Yonhap)

 

La Corée du Sud et les Etats-Unis sont toujours divisés sur le partage des coûts liés au stationnement des Forces américaines en Corée du Sud (USFK), a fait savoir ce jeudi Hwang Joon-kook, l'ambassadeur spécial pour l'Accord des mesures spéciales (SMA).

 

«Il y a encore de grandes divergences de positions entre les deux parties», a déclaré aux journalistes Hwang après deux jours de discussions avec son homologue américain, Eric John, à Washington. «Les négociations se focalisent actuellement sur les moyens d'améliorer l'ensemble du système (de partage des coûts)», a ajouté Hwang tout en refusant de dévoiler des détails des discussions.

 

Depuis 1991, les deux alliés partagent les coûts liés au stationnement de l'USFK en vertu du SMA. Le précédent accord, signé en 2009, arrive à échéance à la fin de cette année. Séoul a proposé de mettre en place des mesures permettant d'empêcher que ses contributions soient utilisées à d'autres fins, comme par exemple pour financer le projet de déménagement des bases de Yongsan.

 

Washington s'est de son côté montré défavorable à l'idée de Séoul, soulignant que lors de la signature en 2004 de l'accord sur le projet de déménagement des bases de Yongsan, les deux parties avaient consenti à ce que les contributions sud-coréennes puissent être utilisées pour couvrir les coûts de construction liés au projet de déménagement.

 

Cette série de négociations était la quatrième du genre destinée à déterminer le montant et la méthode de participation de la Corée du Sud au financement des activités de défense de l'USFK pour les années à venir. Plusieurs sources ont indiqué que Séoul a proposé de maintenir le niveau actuel pour une contribution annuelle d'environ 870 milliards de wons (808 millions de dollars) alors que Washington a demandé de l'augmenter à 1.000 milliards de wons.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 16:35
Budget 2014 : hausse du budget pour le bouclier contre les missiles nord-coréens

SEOUL, 26 sept. (Yonhap)

 

Le budget destiné à la défense dans le plan budgétaire du gouvernement pour 2014 a connu une hausse de 4,2% par rapport à cette année afin de garantir une hausse de 15% des salaires des soldats et de 5,8% du montant consacré au bouclier contre les missiles nord-coréens.

 

Le total du budget de la défense s’élève à 35.800 milliards de wons, soit environ 24,30 milliards d’euros, pour l’année prochaine. La part dédiée aux conditions de travail des soldats et à la gestion a vu une augmentation de 3,6% à 25.102 milliards de wons.

 

Concernant le budget de l’innovation de la capacité de défense, en particulier l’introduction du bouclier contre les missiles nord-coréens, appelé «Kill Chain», la hausse est de 5,8% à 10.698 milliards de wons.

 

De manière plus détaillée, le salaire mensuel des circonscrits augmentera de 15% pour atteindre 134.600 wons (93 euros) contre actuellement 117.000 wons. Pour l’élaboration du système d’attaques préventives des sites nucléaires et de missiles, Kill Chain, un volume budgétaire de 999,7 milliards de wons sera consacré et 120,2 milliards de wons au système d’interception de missiles balistiques, KAMD.

 

Le budget pour l’acquisition de nouveaux avions (F-X) a aussi connu une augmentation de 337,8 milliards à 732,8 milliards de wons pour l’année prochaine. Ce plan budgétaire de la défense a vu une réduction de 184,4 milliards de wons par le ministère des Finances à la vue de la demande initiale du ministère de la Défense

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 17:35
Avions de combat : Boeing prend une claque en Corée du Sud

Le F-15 Silent eagle

 

24/09/2013 Michel Cabirol – laTribune.fr

 

Séoul a annoncé reprendre à zéro la procédure d'appel d'offres pour 60 avions de combat, le plus gros contrat de défense jamais passé par le pays. Boeing faisait figure de grand favori avec le F-15 Silent Eagle.

 

C'est un gros revers pour Boeing en Corée du Sud. Séoul a annoncé mardi reprendre à zéro la procédure d'appel d'offres pour 60 avions de combat, le plus gros contrat de défense jamais passé par le pays, et pour lequel l'américain Boeing faisait figure de grand favori avec le F-15 Silent Eagle. Et pour cause le groupe américain avait soumis la seule offre correspondant au budget maximal prévu par Séoul. Il était donc à ce titre le seul fournisseur en lice. Les offres des autres candidats Lockheed Martin (F-35 Lightning II) et le consortium européen Eurofighter (BAE Systems, EADS et l'italien Finmeccanica), qui propose le Typhoon, avaient dépassé le budget autorisé.

L'agence gouvernementale sud-coréenne en charge des achats d'armement (DAPA) s'est prononcée  contre l'octroi à Boeing d'un contrat de 8.300 milliards de wons (5,7 milliards d'euros) pour la fourniture de 60 avions de combat, précisant qu'elle allait relancer l'appel d'offres. "Une majorité des membres du comité (de l'Agence) ont décidé de rejeter le F-15 et de recommencer le projet", a confirmé un porte-parole du ministère de la Défense, Kim Min-Seok. Les Silent Eagles ne répondent pas aux critères opérationnels requis, notamment au regard de la menace nucléaire émanant de la Corée du Nord. Le ministère de la Défense a précisé qu'il faudrait environ un an pour mener à terme un nouvel appel d'offres en vue de remplacer une flotte vieillissante de F-4 et de F-5.

 

Des critiques sur le F-15 de Boeing

Le processus d'appel d'offres a été émaillé de nombreuses tensions, en raison de l'inflexibilité du gouvernement à ne pas vouloir dépasser le budget fixé par le parlement. En août, la presse sud-coréenne affirmait qu'EADS avait été éliminé faut d'avoir répondu à certains critères, une information que l'européen avait aussitôt démentie. La presse sud-coréenne ajoutait que Lockheed Martin s'était retiré. Fin août, quinze anciens haut responsables des forces de l'air ont signé une pétition qualifiant d'"irrationnelle" la procédure qui avait éliminé les appareils de Lockheed Martin et d'EADS.

Les critiques reprochent au F-15 Silent Eagle de ne pas être équipé des capacités furtives permettant d'échapper aux radars, contrairement à des avions de combat plus modernes, tels que les F-35. Le gouvernement a donc décidé de reprendre toute la procédure à zéro, "rapidement, en réajustant le budget et d'autres questions, a indiqué un porte-parole de l'Agence. Nous allons accélérer les choses afin de nous assurer que le vide dans notre défense nationale soit limité à un minimum de temps". La DAPA avait pourtant estimé auparavant que tout report de la procédure remettrait en cause le projet de porter à 430 d'ici à 2019 le nombre de chasseurs dont dispose l'armée sud-coréenne. Plusieurs possibilités seront examinées : le nombre d'avions commandés pourrait changer, la période de financement pourrait être prolongée, ou le contrat pourrait porter sur plusieurs types d'avions.

 

Avions de combat : Boeing prend une claque en Corée du Sud

Le Rafale vainqueur des évaluations en 2002 mais le F15 vainqueur... des politiques  

Jusqu'à présent, les fournisseurs dans le secteur de la défense venaient pour la plupart des Etats-Unis, en raison de l'étroitesse des liens entre les deux pays en matière militaire. Washington reste un allié de poids de Séoul face à la Corée du Nord. Mais Séoul a semblé ces derniers mois élargir la liste de ses fournisseurs. En janvier, le pays a ainsi préféré l'anglo-italien AgustaWestland à l'américain Sikorsky pour la livraison de six hélicoptères à la Marine sud-coréenne, un contrat de 567 millions de dollars. Il avait également choisi en 2006 Eurocopter pour son programme d'hélicoptère de transport, le Surion (245 hélicoptères de la classe des 9 tonnes). 

La Corée du Sud a acquis 60 F-15 de Boeing depuis 2002, contre le rafale, pourtant déclaré vainqueur à l'issue des évaluations techniques et opérationnelles. Séoul avait dû changer les règles du jeu sous la pression de Washington en y incluant un paramètre politique. Les Sud-Coréens veulent aujourd'hui acquérir 60 autres avions de combat d'ici à 2021. La décision de relancer l'appel d'offres devrait certainement profiter au F-35 de Lockheed Martin, disqualifié uniquement en raison de son prix dans la procédure initiale. Et en général, ce que veut Washington au pays du Matin calme, c'est souvent parole d'évangile...

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 12:35
Corée du Sud : Un amiral nommé chef d’état-major interarmées pour la 1ère fois

25 septembre 2013, Portail des Sous-Marins

 

Le ministère de la Défense a désigné pour la première fois un officier de la marine au poste de chef d’état-major interarmées. L’actuel chef d’état-major de la marine, l’amiral Choi Yun-hee, 60 ans, a été nommé ce matin au poste de commandant en chef des trois armées.

 

Référence : Yonhap News (Corée du Sud)

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 21:07
La Corée du Sud annule son contrat d’achat d’avions de combat avec Boeing

Un F-35 de Lockheed Martin prêt à s'envoler (Photo Lockheed Martin Aeronautics)

 

24/09/2013 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Coup de théâtre en Corée du Sud. La Défense du pays a annoncé ce mardi qu’elle allait relancé l’appel d’offres pour la fourniture de 60 avions de combat suite à la décision de son agence en charge des contrats d’armements d’aller contre l’octroi à Boeing d’un contrat de 8300 milliards de wons (7,9 milliards $).

 

Il s’agit pour Séoul de remplacer une flotte vieillissante d’avions F-4 et F-5.

 

Le F-15 Silent Eagle de Boeing était opposé au F-35A de Lockheed Martin et au Typhoon du consortium européen Eurofighter (EADS, BAE Systems et Alenia). Ces deux derniers avaient cependant été éliminés car leurs offres dépassaient le budget fixé par Séoul, Boeing étant le seul à avoir soumis une offre correspondant au budget.

 

Une partie de l’état-major sud-coréen s’était toutefois récemment prononcée publiquement contre l’octroi de ce contrat à Boeing, jugeant que le F-15 Silent Eagle ne répondait pas aux besoins actuels des armées du pays. La raison invoquée serait entre autres le manque de capacités de furtivité de l’appareil face à certains de ses concurrents (le F-35 en tête).

 

Fin août, 15 anciens haut responsables de l’aviation sud-coréenne ont signé une pétition qualifiant d’«irrationnelle» la procédure qui avait éliminé les appareils de Lockheed Martin et d’EADS.

 

Le porte-parole du ministère de la Défense sud-coréenne a précisé que l’ensemble du processus devrait prendre «environ un an» et que le ministère ferait tout pour «accélérer les choses afin de nous assurer que le vide dans notre défense nationale soit limité à un minimum de temps».

 

Plusieurs possibilités seront examinés: le nombre d’avions commandés pourrait changer, la période de financement pourrait être prolongée, ou le contrat pourrait porter sur plusieurs types d’avions.

 

Les Pays-Bas ont récemment signé une commande de F-35, portant à sept le nombre de pays autres que les États-Unis optant pour cet avion, avec la Grande-Bretagne, l’Australie, l’Italie, la Norvège, Israël et le Japon.

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 12:35
US, South Korea and Allies Should Prepare for Eventual Collapse of North Korea

September 23rd, 2013 By RAND  - defencetalk.com

 

Like the collapse of East Germany, the collapse of North Korea could occur suddenly and with little warning. But a North Korean collapse could be far more dangerous and disastrous than the actual collapse of East Germany, especially given the inadequate preparations for it, according to a new RAND Corporation report.

 

The current North Korean government, led by Kim Jong Un, has showed signs of instability for some time and most experts agree that a collapse is likely. It is more a matter of “when” than “if” it will occur, says Bruce Bennett, the study’s author and a senior defense analyst at RAND, a nonprofit research organization.

 

The study describes many of the possible consequences of a North Korean government collapse, including civil war in the North, a humanitarian crisis, the potential use and proliferation of the nation’s chemical, biological and nuclear weapons, and even war with China.

 

Failure to establish stability in North Korea could disrupt the political and economic conditions in Northeast Asia and leave a serious power vacuum for a decade or longer, Bennett said.

 

The study examines ways of controlling and mitigating the consequences of a North Korean government collapse, recognizing that the Republic of Korea and the United States almost certainly will need to intervene in the North, even if only to deliver humanitarian aid. They will likely seek Korean unification as the ultimate outcome.

 

Preparation is required because the situation in North Korean could deteriorate rapidly. Food and medicine already are in short supply, and a collapse would lead to hoarding that would leave many people starving. A simultaneous deterioration in internal security could force people to leave their homes, making it even more difficult to deliver humanitarian aid.

 

The Republic of Korea and the United States must be prepared to rapidly deliver food supplies throughout all of North Korea, Bennett said. Prompt delivery requires preparing stockpiles of food and practicing delivery methods.

 

The nations also must also be prepared to quickly achieve a degree of stability and security in the North. This requires co-opting North Korea military and security service personnel. A failure to do so would lead to military battles with North Korean forces and a defection of some of those forces to insurgency or criminal activities, which could disrupt local security for years and perhaps even frustrate unification.

 

The North Korean personnel must be convinced that they will be treated well and can achieve better lives after unification. Already, information is leaking into North Korea that challenges the regime’s propaganda claiming that people in the Republic of Korea lead lives that are even worse than people in the North.

 

North Korean troops also pose a serious threat in the potential use of weapons of mass destruction. These weapons appear to be dispersed among a large number of facilities, at least some of which have not been identified, making it difficult to quickly eliminate the threat. Prompt, prepared action is more likely to secure much of the weapons of mass destruction, especially with Chinese help.

 

Potential Chinese intervention also must be addressed, ideally leading to cooperation with forces from the Republic of Korea and the United States. A North Korea collapse would heighten Chinese fears of both a massive influx of North Korean refugees and U.S. intervention into an area directly adjoining China’s border.

 

China recognizes that the United States will want to promptly reach the North Korean weapons of mass destruction sites north of Pyongyang to prevent their use or proliferation. This U.S. interest could force China to seek to secure these facilities before the United States does.

 

China also may try to create a buffer zone inside North Korea to contain the refugees and prevent them from reaching China, where there are large pockets of ethnic Koreans. North Korean ports on the East Sea and North Korea’s mineral wealth are other economic targets China will want to secure. The Republic of Korea also has concerns that if China intervenes in North Korea, it might not be reversible, and China may end up annexing some significant portion of the North.

 

China has been reluctant to discuss the possibility of a North Korean collapse, for fear of appearing disloyal to its ally and adding to the stability problems in North Korea. But some Chinese attitudes are changing, opening new opportunities for dialogue, according to the RAND report.

 

A final concern is the military capabilities of the Republic of Korea. The Republic of Korea’s army will be reduced from its current size of 22 active-duty divisions to approximately 12 by 2022 because of very low birthrates. Action must be taken to curb these reductions and compensate for the loss through measures such as building the capabilities of the reserve forces.

 

Full Report in PDF format: U.S., Republic of Korea and Allies Should Prepare for Eventual Collapse of North Korean Government (51)

 

Research for the report was sponsored by the Smith Richardson Foundation and was conducted within the International Security and Defense Policy Center of the RAND National Security Research Division. The National Security Research Division conducts research and analysis on defense and national security topics for the U.S. and allied defense, foreign policy, homeland security and intelligence communities and foundations and other nongovernmental organizations that support defense and national security analysis.

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 11:35
Le nom du nouveau chasseur sera dévoilé demain, le F-15SE, seul candidat

Vol d`un avion prototype du F-15SE effectué en juillet 2010 aux Etats-Unis (Boeing)

 

2013/09/23 yonhapnews.co.kr

 

SEOUL, 23 sept. (Yonhap) -- Dans le cadre du plan d’acquisition du nouvel avion de combat (F-X) qui remplacera les F-4 et F-5 de l’armée de l’air, l’Administration du programme d’acquisition de défense (DAPA) va soumettre son dossier d’examen final, avec comme seul candidat le F-15 Silent Eagle de Boeing, lors de la réunion de la Commission du projet de défense qui aura lieu demain et qui révèlera le nom définitif du retenu.

 

Parmi les trois candidats de cet appel d’offres d’un budget de 8.300 milliards de wons (7,2 milliards de dollars), à savoir le F-15SE de Boeing, le F-35 de Lockheed Martin et l’Eurofighter d’EADS, seul celui du Boeing a répondu à la limite budgétaire fixée par le gouvernement et la DAPA a rapporté ce résultat au palais présidentiel le 13 septembre dernier et va soumettre demain le dossier du F-15SE à la commission qui va conclure la procédure de sélection.

 

La commission sera dirigée par le ministre de la Défense, Kim Kwan-jin, et ses membres évalueront la pertinence du candidat final dans ce projet d’acquisition de 60 avions de chasse de Boeing entre 2017 et 2021. La Corée du Sud a acheté le même nombre de F-15K en 2002. Un responsable de la DAPA a confirmé le 17 septembre dernier qu’«il reste la dernière étape de ce projet d’acquisition du nouvel avion de chasse, nous allons rapporter à la commission le sujet de la sélection de l’avion et le résultat des examens».

 

Il a par ailleurs confirmé qu’«il n’est pas possible de faire demi-tour pour relancer le projet de son point de départ afin de ne pas avoir de trou dans la ligne de défense aérienne». Ces propos sont liés aux critiques concernant la présence d’un seul candidat au sein de l’opinion publique et parmi notamment 15 anciens chefs d’état-major de l’armée de l’air qui ont demandé le 12 septembre dernier le choix d’un avion furtif au lieu de sélectionner le F-15SE.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 07:55
Entraînement avec les PSP Pluvier, et Cormoran et le Destroyer DAE Jo Young au large de Cherbourg

Entraînement avec les PSP Pluvier, et Cormoran et le Destroyer DAE Jo Young au large de Cherbourg

17/09/2013 Marine nationale

 

Le groupe école de la marine coréenne a fait escale à Cherbourg du 14 au 17 septembre 2013. Composé de la frégate Dae Jo Yeong et du bâtiment de soutien Hwa Cheon, il effectue un tour du monde pour la formation des jeunes officiers.

 

La campagne 2013 revêt une importance toute particulière, car elle marque les 60 ans de l’armistice de la guerre de Corée (Panmunjeom le 27 juillet 1953). Des représentants de la communauté coréenne en France se sont rendus à Cherbourg pour accueillir les navires à leur arrivée le 14 septembre. Une poignée de français ayant combattu en Corée ont embarqué quelques heures sur « cette petite portion du territoire coréen ».

 

Soucieux de partager leur culture et leurs traditions, les marins coréens organisent un spectacle à chaque escale de leur long périple. Ainsi, le 14 septembre, les cherbourgeois venus nombreux en centre-ville pour apprécier le concert de l’orchestre militaire, mais également les impressionnantes démonstrations de maniement d’armes et de Tækwondo. Bien qu’accostés au sein du port militaire, les bâtiments coréens ont également accueilli plus de 300 cherbourgeois pour des visites.

 

Le 15 septembre, le contre-amiral Soo Hong Jang, commandant du groupe école a reçu à bord  S.E.M. Hye Min Lee, ambassadeur de la république de Corée en France, et le vice amiral d'escadre Emmanuel Carlier, préfet maritime. Une occasion supplémentaire de louer l’amitié franco-coréenne et d’honorer les anciens combattants français de la guerre de Corée.

 

Au départ des bâtiments coréens le 17 septembre, les patrouilleurs de service public Pluvier et Cormoran les ont accompagnés et ont procédé à des entraînements mutuels au large de Cherbourg.

 

Le groupe école coréen est attendu à Anvers puis à Copenhague dans les jours qui viennent.

Le groupe école de la marine coréenne en escale à Cherbourg
Le groupe école de la marine coréenne en escale à Cherbourg
Partager cet article
Repost0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 12:35
South Korea poised for final decision in F-X III

Sept. 17, 2013 by Greg Waldron – FG

 

Singapore - South Korea could make a final decision in the F-X III competition for 60 fighters as soon as the following week, with Boeing’s F-15 Silent Eagle in a strong position.

 

Seoul’s Defense Acquisition Program Administration (DAPA) says it has completed the evaluation of the competing bids of the three jets involved in the competition, according to a report by state news agency Yonhap.

 

The report indicates that DAPA officials have briefed South Korean president Park Geun-hye about the competition, with the winner to be decided following a meeting presided over by defence minister Kim Kwan-jin on 24 September.

 

DAPA has indicated that the F-15SE has the edge as its bid came in below the won (W) 8.3 trillion ($7.7 billion) budget. Its rivals in the competition, the Lockheed Martin F-35 and Eurofighter Typhoon, appear to have come in over budget, which should technically eliminate them from the competition.

 

This could give Seoul just two options in the following week: select the F-15SE or re-tender the competition.

 

A major consideration among Seoul’s defence establishment is the prestige inherent in the F-35, which is seen as a more advanced option owing to its dedicated stealth features. They are keenly aware of Tokyo’s decision to buy 42 F-35s in 2011, defeating rival bids from the F/A-18 E/F Super Hornet and Typhoon.

 

In addition, they are aware of aircraft developments in China, where apparently stealthy types such as the Chengdu J-20 and Shenyang J-31 are undergoing flight testing.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 12:35
Corée du Sud-Boeing bien placé pour une commande de chasseurs

16/09 LesEchos.fr (Reuters)

 

La proposition de Boeing pour remplacer la flotte vieillissante d'avions de chasse de l'armée sud-coréenne est la seule qui repond aux critères, a dit à Reuters une source au fait du dossier, citant des responsables chargés de l'achat d'équipements militaires.

 

Avec son F-15SE, l'avionneur américain l'emporterait ainsi face au F-35 de Lockheed Martin et au Typhoon du consortium Eurofighter, composé d'EADS, BAE Systems et Finmeccanica.

 

La source a précisé que le ministre de la Défense du pays, le patron de l'administration chargée de l'acquisition de programmes de défense (DAPA) ainsi qu'un responsable de l'armée de l'air ont rencontré vendredi la présidente sud-coréenne Park Geun-hye pour lui faire part de leurs conclusions.

 

Un porte-parole de la DAPA a confirmé la tenue de la réunion, tout en refusant de dire ce qui y avait été évoqué.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 11:35
Indonesia receives first pair of T-50i advanced jet trainers

13 Sep 2013 by Greg Waldron – FG

 

Singapore - Indonesia has received its first pair of Korea Aerospace Industries (KAI) T-50i Golden Eagle advanced jet trainer aircraft, following a transit through Taiwan and the Philippines.

 

The two aircraft arrived at the Iswahyudi air base in East Java on 11 September after departing KAI's Sacheon factory on 10 September, according to a report by official Indonesian news agency Antara.

 

Jakarta became the first export customer for the General Electric F404-powered aircraft when it signed a $400 million deal for 16 aircraft in 2011.

 

At the Paris air show in June, a company spokesman told Flightglobal that deliveries would commence in September, with all examples delivered by February 2014.

 

The T-50i received military type certification in South Korea in late June, and Indonesia pilots and ground crew have been training with the South Korean air force since February on both the T-50 and more capable TA-50, which has a cannon and carries air-to-air missiles.

 

The aircraft's transit through the Philippines coincides with South Korea's campaign to sell Manila 12 examples of the most advanced T-50 variant, the FA-50, which can carry precision-guided munitions.

 

KAI also hopes to sell the single-engined aircraft to Iraq and Chile.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories