Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 17:40
Russian Navy hoists flag on Ukraine’s sole submarine

 

24 March 2014 naval-technology.com

 

The Russian Navy has raised its St Andrew's flag on the Ukraine Navy's only submarine, Zaporizhzhia, based in Sevastopol, Crimea, on Saturday.

 

Commissioned in 1970, Zaporizhzhia will be relocated to Yuzhnaya Bay to join the Russian Black Sea Fleet's three submarines.

 

Black Sea Fleet submarine flotilla commander captain 1st Rank Anatoly Varochkin said that half of the crew of the Zaporizhzhia, including the captain, declined to serve the Russian Navy and left the vessel.

"Putin signed a decree to make Simferopol the capital of Russia's new federal district of Crimea."

 

"Half of the submarine's crew is ready to serve [Russia] and fulfill their tasks. They know their vessel and will continue service."

 

Russian flags were raised on approximately 190 military units in Crimea, while units also applied to join the Russian armed forces.

 

Meanwhile, a decree to ratify the treaty was signed by the Russian President Vladimir Putin on Friday, providing for the reconsolidation of the Crimean Peninsula with Russia.

 

Putin signed a decree to make Simferopol the capital of Russia's new federal district of Crimea.

 

Ukrainian Prime Minister Arseniy Yatsenyuk said that the government has decided to fund an additional UAH6.8bn ($697m) for defence spending to mobilise troops, modernise weapons and improve the operational capacities of the country's armed forces.

Partager cet article
Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 19:30
Iran's 2 Navies Bring Mixture of Threats

 

 

Mar. 24, 2014 - By AWAD MUSTAFA – Defense News


 

DUBAI — Despite limited capabilities and lacking in modernization, Iran has always been seen as the major naval threat in the Arabian Gulf region.

Experts agree this is due to its ability for irregular warfare and to threaten, intimidate and conduct asymmetrical operations and wars of attrition.

According to the January “Gulf Military Balance” report by Anthony Cordesman, with the Center for Strategic and International Studies, Iran is sometimes described as the “Hegemon of the Gulf.” But it is a comparatively weak conventional military power with limited modernization since the Iran-Iraq War.

“It depends heavily on weapons acquired by the shah. Most key equipment in its Army, Navy and Air Force are obsolete or relatively low-quality imports,” he wrote.

Cordesman, however, highlighted that Iran is proficient at irregular warfare.

“It has built up a powerful mix of capabilities for both regular and Islamic Revolutionary Guard Corps [IRGC] forces to defend territory, intimidate neighbors, threaten the flow of oil and shipping through the gulf, and attack gulf targets,” he wrote.

“It has a dedicated force to train and equip non-state actors like Hezbollah, Hamas and Shiite extremists in Iraq — potential proxies that give Iran leverage over other states.”

Matthew Hedges, a military analyst based here with the Institute for Near East and Gulf Military Analysis, added that the Iranian support of non-state actors such as Hezbollah and the Houthi rebels in Yemen are some of the leading threats in the region.

“The Iranian Revolutionary Guards [Corps] threaten every state in the region,” he said. “The IRGC possess mini-subs and are a constant menace to not only the UAE Navy, but to all naval trade passing through the Strait of Hormuz as they are particularly hard to trace. There have been numerous unconfirmed reports that Iranian midget subs have been spotted within a number of the regional ports, something which is particularly worrying for the entire [Gulf Cooperation Council] region.”

In November, gulf naval commanders stated that the IRGC mini-subs are a major danger in the gulf’s littorals.

“Anti-submarine operations are causing a real challenge to our units in the Arabian Gulf waters due to the small subs that are being used in shallow waters, which creates a challenge for sonar systems to detect them,” UAE Navy Chief Rear Adm. Ibrahim Musharrakh told the Gulf Naval Commanders Conference on Nov. 6.

“Furthermore, the merchant traffic creates clutter and noise that diminishes the capability of submersible devices to spot and helps the mini-subs to operate without being spotted,” he said.

The Iranian Navy and Revolutionary Guard Corps have launched three classes of submarines, two of which are small subs, since 2007. The programs, however, have been secretive, and limited information has been released by the Iranian naval command.

According to the Nuclear Threat Initiative (NTI), a nonprofit nuclear watchdog, three Kilo-class diesel-electric submarines were commissioned from 1992 to 1996. They are called Tareq-class subs in Iran.

Iran reportedly paid US $600 million for each boat, and they are based at Bandar Abbas in the Strait of Hormuz. Two of the Kilo-class submarines are operational at any one time and are occasionally deployed in the eastern mouth of the strait, the Gulf of Oman or the Arabian Sea.

However, the real threat is from the smaller submarines deployed in 2007. According to the NTI, that’s when a wave of deployments began of small Ghadir-class and Nahang-class midget submarines for use in shallow coastal waters.

NTI reports that the number of operating Ghadir-class submarines ranges from 10 to 19.

The Ghadir class also is referred to as a subclass of the Yono class, suggesting that the submarines may be based on North Korean technology, although the level of North Korean involvement is unknown, the organization said.

The midget subs are operated by both the Iranian Navy and Iranian Revolutionary Guard Corps Navy (IRGCN). Their operational capabilities include firing torpedoes (both the Ghadir and the Nahang class have two, 533mm tubes), laying mines for anti-shipping operations, as well as insertion of special forces into enemy territory.

Iran also is experimenting with wet submersibles. The Sabehat-15 GPS-equipped two-seat submersible swimmer delivery vehicle (SDV), designed by the Esfahan Underwater Research Center, has undergone testing with both the Iranian Navy and the IRGCN.

NTI’s report on “Iranian Submarine Capabilities,” released in July, states the SDVs, due to their limited endurance and payload, are primarily used for mining, reconnaissance and special operations, and are restricted to operating in coastal waters.

Col. Yousif al-Mannaei, deputy commander of the Bahrain Naval Operations Center, explained the need for more intelligence collection.

“As we all know that the sea is very vital for our well-being and the world economy, the air supremacy and surface supremacy has been achieved,” he said. “However, we have no subsurface superiority in the Arabian Gulf waters.

“It is a real threat, and the [Gulf Cooperation Council] really understands that and are pursuing ways to counter that,” he said. “At this point, the exchange of information and intelligence sharing, as well as the formation of a database, is vital.”

According to Michael Connell, director of Iranian Studies at the Center for Naval Analyses, Iran has two independent naval forces with parallel chains of command.

“The two navies have overlapping functions and areas of responsibility, but they are distinct in terms of how they are trained and equipped — and more importantly, also in how they fight,” he wrote in an article for the United States Institute of Peace. “The backbone of the regular Navy’s inventory consists of larger surface ships, including frigates and corvettes and submarines.”

The Islamic Republic of Iran Navy is generally considered to be a conventional “green water” Navy, he wrote, operating at a regional level, mainly in the Gulf of Oman but also as far out as the Red Sea and the Mediterranean Sea.

“The Revolutionary Guard’s naval force has a large inventory of small fast-attack craft, and specializes in asymmetrical, hit-and-run tactics; it is more akin to a guerrilla force at sea,” Connell wrote. “Both navies maintain large arsenals of coastal defense and anti-ship cruise missiles and mines.”

Partager cet article
Repost0
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 12:55
Mission Jeanne d’Arc 2014 : des officiers-élèves à bord d’un sous-marin nucléaire d’attaque

Le 16 mars 2014 au large du Portugal, photo aérienne du SNA pendant la manœuvre de transfert de personnel par l’alouette III entre le SNA et le Mistral.

 

 

21/03/2014 Marine nationale

 

Dans le cadre de leur formation pendant la mission Jeanne d’Arc 2014, 24 officiers-élèves ont embarqué deux jours à bord d’un sous-marin nucléaire d’attaque (SNA). L’occasion pour eux de découvrir une autre composante de la Marine nationale. Récit de l’EV P., 22 ans de spécialité « énergie ».

 

« J’ai eu la chance de faire partie des 24 officiers-élèves qui ont pu embarquer à bord du SNA. Nous sommes partis par petits groupes car les capacités d’accueil du SNA sont limitées. Nous avons été hélitreuillés par Alouette, un hélicoptère de l’escadrille 22S. Un programme chargé nous attendait à notre arrivée à bord. Durant ces quelques heures sous la surface, nous avons pu découvrir le fonctionnement de la plupart des postes de conduite et de surveillance du sous-marin. Nous avons passé du temps au « poste central, navigation et opérations » (PCNO), véritable cerveau du sous-marin. C’est là que la quasi-totalité des décisions sont prises. Chacun a un rôle bien défini. Dans une enceinte confinée en immersion à plusieurs dizaines de mètres, il n’y pas de place pour l’improvisation. Les sous-mariniers doivent faire à chaque instant les bons choix pour faire fonctionner des installations complexes comme un réacteur nucléaire ou des capacités d’huile et d’air sous pression. Nous avons aussi découvert la vie à bord d’un SNA dans un espace contraint. Les SNA français sont d’ailleurs les plus compacts au monde. Comme à bord d’un bateau de surface, les membres de l’équipage se retrouvent cependant hors de leurs quarts dans leurs « carrés » respectifs qui sont des lieux privilégiés de détente. Cette expérience nous a tous marqués. Pour ma part, cet embarquement appuie ma motivation pour faire carrière dans les forces sous-marines dès la fin de la mission. »

Mission Jeanne d’Arc 2014 : des officiers-élèves à bord d’un sous-marin nucléaire d’attaque

Le 16 mars 2014, au large du Portugal, l' Alouette III de la flottille 22S treuille les officiers-élèves de la mission Jeanne d'Arc 2014 sur le SNA pendant que le Mistral veille au large.

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 18:55
Treuillage des officiers élèves de la mission Jeanne d'Arc 2014

17.03.2014 Marine Nationale

 

Le 16 mars 2014, au large du Portugal, manoeuvre de transfert de personnel entre le Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) Mistral et le Sous-marin d'Attaque (SNA) Rubis durant laquelle un Alouette 3 de la Flotille 22S treuille les officiers élèves dans le cadre de la mission Jeanne d'Arc 2014.

 

Reportage photos

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 17:40
Incendie sur le sous-marin nucléaire Krasnodar

 

 

17.03.2014 Par La Voix de la Russie

 

Le sous-marin nucléaire Krasnodar, actuellement démantelé à l’atelier Nerpa, dans la région de Mourmasnk, a pris feu.

 

L’incendie est déjà éteint. L’incident n’a fait aucun blessé. Le sous-marin n’avait pas de combustible nucléaire au moment de l'incendie. Il n’y a donc aucune menace radioactive.

 

Le sous-marin nucléaire K-148 Krasnodar a été mis à l’eau en 1985. Il a été le premier sous-marin lanceur d’engin russe du projet 949 A Antey (classe Oscar II selon la classification de l’OTAN). Au cours de son service, le bâtiment a été mis quatre fois en disponibilité opérationnelle dans l’océan Atlantique ou en mer Méditerranée.

 

En 1998, le sous-marin a été sorti de l’armement de la marine. Les États-Unis et l’Italie financent son démantèlement

Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_03_17/Un-incendie-se-declare-sur-le-sous-marin-nucleaire-Krasnodar-3160/

Partager cet article
Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 07:30
La marine iranienne va prendre livraison d’un nouveau sous-marin

 

16 mars 2014. Portail des Sous-Marins

 

Le ministre iranien de la défense a annoncé samedi qu’il était probable que la marine prenne livraison le 24 mai d’un nouveau sous-marin, de construction locale. Il sera baptisé le Fateh.

 

Le général Hossein Dehqan a indiqué que les essais nécessaires avaient été effectués et que les défauts avaient été identifiés et réparés.

 

Le sous-marin déplace 600 tonnes. Il est équipé de plusieurs équipements modernes, comme des torpilles et des sonars. Il peut plonger jusqu’à 200 m sous la surface pendant près de 5 semaines.

 

Référence : Tehran Times (Iran)

Partager cet article
Repost0
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 11:25
Le premier sous-marin nucléaire brésilien bientôt construit

 

15.03.2014 Oleg Nekhaï - La Voix de la Russie

 

Le Brésil construira sont premier sous-marin nucléaire vers 2023. Le pays maitrise désormais tout le cycle technologique pour la fabrication des réacteurs nucléaires qui sont installés sur les sous-marins. C’est la France qui fournit son aide à l’élaboration du système de contrôle sur l’équipement du nouveau sous-marin.

 

La décision de passer un partenariat avec ce pays européen s’explique par sa volonté de transmettre au Brésil les technologies.

 

La longueur des frontières maritimes du Brésil atteint plus de 8000 kilomètres. Actuellement les eaux territoriales du pays sont patrouillées à l’aide des sous-marins diesel-électriques, construits d’après des projets allemands. A la première vue, le pays n’est pas menacé par des porte-missiles des autres pays, et il peut assurer la protection de ses plateaux continentaux, riches en hydrocarbures, avec des sous-marins non-nucléaires. Toutefois, les intérêts géopolitiques du Brésil sont en train de s’élargir, et ce pays se considère désormais comme l’un des principaux pays de l’Atlantique Sud, souligne le vice-président de l’Académie des problèmes géopolitiques Konstantin Sivkov.

 

« Le Brésil fait partie des pays BRICS. Les dirigeants brésiliens comprennent que dès que le Brésil va commencer à étendre son influence et protéger ses intérêts nationaux et ceux de ses activités dans les régions éloignées, il lui faudra une flotte. Pour assurer ses activités dans toute la région de l'Atlantique Sud, le pays aura besoin de sous-marins. Selon certaines informations, le Brésil aurait besoin au total de 4-5 sous-marins nucléaires. »

 

Par ailleurs, le pays envisage également de renforcer son aviation embarquée. Actuellement, le Brésil possède un seul porte-avions - le vieux navire français Foch, capable de réaliser un spectre étroit de missions. Ce navire ne répond pas aux exigences modernes, et son parc d’avions est représenté uniquement avec 20 appareils de type Skyhawk. Il s’agit de vieux avions d’assaut américains datant de l’époque de la guerre du Vietnam. Il est probable que le Brésil puisse décider la construction de deux autres porte-avions, ce qui lui permettra de défendre plus efficacement ses intérêts dans les régions éloignées de l’Atlantique Sud. C’est très important pour le Brésil, compte tenu du fait que les Etats-Unis ont ressuscité la 4e Flotte de la marine, qui a notamment pour mission de contrôler ce qui se passe en Amérique du Sud. De nombreux experts estiment que les Etats- Unis ont complètement perdu aujourd'hui le contrôle de l'Amérique du Sud. Les pays avec une position pro-américaine ne jouent plus aucun rôle dans ce processus, note Konstantin Sivkov.

 

« Le Brésil, l'Argentine et le Venezuela mènent une politique intérieure et étrangère complètement indépendante des États-Unis. Donc, les Américains sont en train de tenter maintenant de résoudre le problème de la restauration du contrôle de ces pays dans cette zone. Pour ce faire, ils provoquent un chaos économique et des troubles sur le territoire du Venezuela. Sans exclure la possibilité de la dissuasion militaire, les Etats-Unis sont en train de créer une quatrième flotte de la marine militaire ».

 

Le Brésil et la France ont signé en 2008 un accord sur la coopération en matière de la construction des sous-marins. En 2009, la société brésilienne Odebrecht, spécialisée dans les projets dans le domaine de la défense et de la sécurité, a signé un contrat avec le français DCNS (Direction des constructions navales) pour la construction de quatre sous-marins diesel-électriques de type Scorpène, et la conception conjointe d’éléments pour les sous-marins non-nucléaires. La participation de DCNS dans ce projet se limite à l’aide apportée lors de la construction de la coque et l'équipement de plusieurs compartiments du sous-marin nucléaire. Selon les sources ouvertes, le nouveau navire brésilien sera équipé des systèmes français de contrôle de combat et de sonars fabriqués par une autre société française, Thalès. Toutefois, les experts estiment qu’il est peu probable que la France puisse être d’accord pour transmettre eu Brésil ses toutes récentes technologies. Ce sont des technologies de la génération précédente qui seront transmises.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 13:50
La sécurité des sous-marins britanniques en question après une fuite radioactive

 

13.03.2014 Par Eric Albert (Londres, correspondance) LE MONDE

 

Une fuite radioactive dans un centre de recherche de l'armée britannique, tenue secrète pendant plus de deux ans, pose aujourd'hui la question de la durée de vie des quatre sous-marins nucléaires Vanguard, qui transportent l'armement atomique britannique.

Révélé le 6 mars à la Chambre des communes par le ministre de la défense, Philip Hammond, cet incident aura pour conséquence le remplacement anticipé du réacteur nucléaire d'au moins un de ces sous-marins, peut-être de deux, pour un coût qui ira jusqu'à 270 millions de livres (320 millions d'euros). « C'est comme une voiture rappelée à l'usine pour vice de forme », persifle un bon connaisseur militaire.

La fuite a eu lieu dans le laboratoire militaire Vulcan Naval Reactor Test Establishment, à Dounreay, dans le nord de l'Ecosse. Un réacteur nucléaire expérimental du même modèle que ceux utilisés dans les Vanguard y est installé. Pour l'armée britannique, c'est une façon de le tester et de le pousser au maximum, pour détecter à l'avance de potentielles failles dans les sous-marins.

 

LE RÉACTEUR EXPÉRIMENTAL ARRÊTÉ DANS L'URGENCE

En janvier 2012, « des niveaux faibles de radioactivité ont été détectés dans le circuit d'eau de refroidissement entourant le coeur du prototype », a expliqué M. Hammond. Selon lui, la fuite est due à « une rupture microscopique » du revêtement métallique du combustible.

Le ministre s'est voulu rassurant. L'incident nucléaire est classé de « niveau zéro », « sans signification sur la sécurité ». Personne n'a été mis en danger. L'agence écossaise de protection de l'environnement, la SEPA, confirme. Mais elle souligne que les émissions de gaz rares radioactifs ont fortement augmenté pendant cette période, de 4 % à 43 % de la limite autorisée. Dans la mesure où les seuils limites n'ont pas été franchis, elle n'a pas alerté la population.

Reste pourtant de nombreux éléments troublants. Après l'incident, le réacteur expérimental a dû être arrêté dans l'urgence. Il a fallu ensuite attendre onze mois, soit jusqu'en novembre 2012, pour qu'il reprenne du service. « Le même incident dans un sous-marin qui patrouillerait serait bien plus sérieux, estime l'analyste Hugh Chalmers, du Royal United Services Institute. Cela forcerait à le retirer du service et cela mettrait en danger ceux qui sont à l'intérieur. »

 

SENSIBLE À SIX MOIS DU RÉFÉRENDUM SUR L'INDÉPENDANCE

De plus, les autorités militaires se sont murées dans un silence complet. Lors des réunions trimestrielles avec les associations de riverains et les autorités locales, les responsables de Vulcan ont affirmé n'avoir « pas grand-chose à rapporter ».

Ce silence provoque la colère des indépendantistes, au pouvoir en Ecosse. « Le ministère de la défense a activement trompé la communauté locale. Comment est-ce que les gens vont le croire, maintenant ? », attaque Rob Gibson, le député écossais local. Pour les nationalistes, qui ont promis de mettre fin au nucléaire en Ecosse et ne veulent plus accueillir l'arsenal atomique, le sujet est très sensible à six mois du référendum sur l'indépendance.

Enfin, le gouvernement britannique tire une conclusion militaire importante de cet incident. Il va remplacer le cœur nucléaire du Vanguard, le plus ancien des quatre sous-marins, lors de sa prochaine mise à sec de trois ans, programmée à partir de fin 2015. Le réacteur, installé en 2002, était pourtant prévu pour durer jusqu'en 2024. « Il n'aura réalisé que la moitié de son service prévu », souligne M. Chalmers.

 

AGACEMENT ET DÉMORALISATION DANS LES RANGS DE LA NAVY

L'opération va coûter 120 millions de livres (140 millions d'euros). L'armée britannique se réserve ensuite la possibilité de faire de même sur le Victorious, le deuxième plus ancien sous-marin de la flotte, lors de sa maintenance prévue en 2018. Cela coûterait 150 millions de livres.

Ces coûts supplémentaires s'inscrivent dans le cadre d'un budget de la défense déjà tendu. En vingt ans, la flotte de la Royal Navy a été réduite par deux, au point de provoquer agacement et démoralisation dans les rangs de l'ancienne première puissance maritime du monde.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 13:20
US Navy Awards GD $57 M for USS Minnesota Maintenance and Modernization

 

 

Mar 11, 2014 ASDNews Source : General Dynamics Corporation

 

The U.S. Navy has awarded Electric Boat a $57.2 million contract to prepare and perform maintenance work on the USS Minnesota (SSN-783), a Virginia-class attack submarine. Electric Boat is a wholly owned subsidiary of General Dynamics (NYSE: GD).

 

Under the terms of the contract, Electric Boat will perform a post-shakedown availability on the Minnesota, which consists of maintenance work, repairs, alternations and testing to ensure the submarine is operating at full technical capacity. The work will take place at the Electric Boat shipyard in Groton and involve up to 600 employees at its peak. The work is scheduled for completion in February 2015.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 13:50
HMS Vanguard - photo Royal Navy

HMS Vanguard - photo Royal Navy

 

 

6 March 2014 Ministry of Defence and Defence Equipment and Support

 

The nuclear reactor in HMS Vanguard is to be refuelled, the Defence Secretary has announced.

 

 

In an oral statement to the House of Commons, the Defence Secretary, Philip Hammond, has announced his decision to refuel the nuclear reactor in HMS Vanguard during its planned deep maintenance period which begins in 2015.

The decision comes after low levels of radioactivity were detected in a prototype core that has been running at the Naval Reactor Test Establishment at Dounreay in Scotland since 2002.

The purpose of the prototype is to help assess how the reactor cores within submarines will perform over time. It has therefore been run for significantly longer periods and at a significantly higher intensity than those cores of the same type in submarines to allow MOD to identify early any age- or use-related issues that may arise later in the lives of the operational reactor cores.

Radiation exposure for workers and discharges from the site have remained well inside the strictly prescribed limits set by the regulators. Workers therefore remain safe and the local community is not at risk.

Indeed, against the International Atomic Energy Agency’s measurement scale for nuclear-related events this issue has been classed as ‘Level 0’, described as ‘below scale – no safety significance’. The Naval Reactor Test Establishment is, and remains, a very safe and low-risk site.

The refuelling of HMS Vanguard will enable her to operate successfully and safely in the future.

During his statement, Philip Hammond said:

The safety of the UK’s naval nuclear reactor at the test establishment at Dounreay and on our submarines is of critical importance to us, as is the maintenance of continuous at-sea deterrence. That is why I have taken the decision to apply the precautionary principle, even though there is no evidence at this stage that the problem detected with the test reactor is likely to present in the operational reactors.

The refuelling will increase our confidence that Vanguard will be able to operate effectively and safely until the planned fleet of Successor submarines begins to be delivered from 2028.

The refuelling will be conducted within the currently planned dry dock maintenance period for Vanguard, which starts in late 2015 and will last for around 3-and-a-half years, and is therefore expected to have no impact on deterrent operations. The additional cost of refuelling Vanguard is estimated to be around £120 million over the next 6 years.

These low levels of radioactivity are a normal product of a nuclear reaction that takes place within the fuel, but they would not normally enter the cooling water. This water is contained within the sealed reactor circuit, and there has been no detectable radiation leak from that sealed circuit.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 17:35
Et si DCNS revendait des sous-marins à l'Inde

Associé au chantier naval Mazagon Dock, DCNS a déjà vendu en 2005 à New Delhi six sous-marins Scorpène

 

03/03/2014 Michel Cabirol – laTribune.fr

 

Le groupe naval et son partenaire indien Mazagon Dock vont transférer en mars le premier sous-marin Scorpène fabriqué en Inde au bassin. Une opération qui va redonner du crédit à DCNS au moment où New Delhi a besoin de sous-marins supplémentaires.

 

Le groupe naval DCNS a-t-il enfin terminé de manger son pain noir en Inde. C'est possible comme on l'espère fortement en interne. Qu'est-ce qui génère aujourd'hui ce nouvel optimisme après les très nombreuses vicissitudes qu'a connu le programme P-75, un projet ambitieux lancé en octobre 2005 entre New Delhi et Paris et qui prévoit la construction de six Scorpène, un sous-marin à propulsion conventionnelle, par le chantier indien Mazagon Dock (MDL) ? Selon des sources concordantes, DCNS et son partenaire indien vont mettre à quai le premier sous-marin en construction depuis décembre 2006 ce mois-ci.

"Nous espérons que la sortie du sous-marin du hangar va marquer les esprits, explique-t-on en interne chez DCNS. Cette opération va montrer à tout le monde, et notamment à la concurrence, la montée en puissance du chantier naval indien Mazagon Dock". Ce qui espère-t-on en interne clouera le bec des concurrents de DCNS qui ont beaucoup raillé les retards du programme. Ce qui est d'ailleurs souvent le cas de beaucoup de programmes développés en coopération entre le DRDO ou les industriels indiens et les groupes internationaux. Initialement le premier sous-marin devait être livré à la marine indienne en décembre 2012 et le dernier en décembre 2017.

Il est vrai également que le programme P-75 n'a pas été épargné par certaines accusations de corruption, qui se sont in fine révélées être toutes des allégations - un grand classique en Inde -, et par les difficultés techniques de MDL à absorber les technologies transférées par DCNS.

 

New Delhi conscient des difficultés de MDL

Le ministère de la Défense indien a toujours été bien conscient des difficultés de MDL à acquérir de nouvelles compétences en matière de construction de sous-marins. Un retard d'ailleurs bien identifié. Selon le ministère, il est "attribuable" à la difficulté de digérer les nouvelles technologies par MDL, au retard dans la croissance des infrastructures industrielles du chantier naval indien, et, enfin, aux hésitations de ce dernier pour acheter des équipements en raison de leur coût onéreux.

"La plupart des problèmes initiaux ont été résolus et des plans divers ont été mis en place pour minimiser des retards", avait expliqué le ministère de la Défense en mars 2012. Et d'estimer que ce programme va permettre dans le cadre du transfert de technologies (ToT) accepté par DCNS et la France d'acquérir un savoir-faire local "significatif dans la construction sous-marine, notamment dans le domaine de la fabrication de la coque, des équipements, de l'intégration des systèmes etc… d'ici à la fin du programme", avait-il également précisé

 

Un nouveau calendrier respecté

Depuis le recalage du programme, qui prévoit désormais la livraison du premier sous-marin en juin 2015 et du dernier en septembre 2018, le programme semble avancé conformément aux nouveaux objectifs. "On est on track (conforme au nouveau calendrier, ndlr)", assure-t-on chez DCNS. Du coup, le groupe naval a bien l'intention de communiquer fortement sur la mise dans le bassin du premier Scorpène indien.

"Nous voulons corriger la perception relativement négative du déroulement du programme", explique-t-on à La Tribune. DCNS tient également à montrer que son partenaire MDL est désormais capable de livrer des sous-marins en temps et en heure. D'autant que, hasard du calendrier, ces bonnes nouvelles coïncident avec de nouveaux enjeux commerciaux importants en Inde.

 

14 sous-marins commandés par New Delhi ?

DCNS et Mazagon Dock, qui maîtrise désormais la construction de sous-marins, lorgnent sur de nouvelles commandes de l'Inde qui pourraient fournir de la charge de travail au-delà de 2018, date de livraison du dernier Scorpène. D'autant que l'Inde a besoin très rapidement de nouveaux sous-marins face à la puissance navale de Pékin. New Delhi souhaiterait disposer de 24 nouveaux sous-marins modernes à l'horizon 2030. C'est dans ce contexte géopolitique que les deux partenaires ont proposé à New Delhi de fournir à la marine indienne deux nouveaux sous-marins Scorpène dans le cadre d'une procédure d'urgence (« fast track »). Ces deux nouveaux navires seraient assemblés en un temps record à Cherbourg mais DCNS achèterait les deux coques à MDL.

Ensuite, il a été convenu en 2005 lors de la signature du contrat P-75 qu'il y ait un "repeat order", une clause équivalente à des options pour la fourniture de trois à six sous-marins supplémentaires fabriqués par MDL. Ce qui fournirait au chantier naval indien une charge de travail pour une quinzaine d'années supplémentaires après 2018. Enfin, l'Inde est sur le point de lancer un nouvel appel d'offre international (P-75 I) pour l'acquisition de six sous-marins supplémentaires après une décision du conseil d'acquisition du ministère de la Défense. Quatre sous-marins seront construits par deux chantiers navals indiens - MDL (3 sous-marins) et Hindustan Shipyard Limited (1) contre initialement six fabriqués en Inde - sur la base d'un nouveau transfert de technologies et les deux autres par le chantier naval étranger sélectionné.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 20:35
L’incendie du sous-marin indien INS Sindhuratna a commencé sur le pont des postes d’équipage

 

4 mars 2014. Portail des Sous-Marins

 

L’incendie — et la fumée qu’il a dégagé — qui a touché le sous-marin indien INS Sindhuratna s’est déclaré sur le pont des postes d’équipage, et non dans les locaux batteries du sous-marin, a déclaré mardi le ministère de la défense.

 

C’est la conclusion d’une enquête préliminaire sur l’incendie tirée par une commission d’enquête dirigée par un vice-amiral.

 

Après le retour du sous-marin dans le port de Mumbai, une autre équipe spécialisée de l’état-major local a aussi menée une enquête.

 

Deux officiers, le Lt. Commander Kapish Muwal et le Lt. Commander Manoranjan autres sous-mariniers ont été blessés. A la suite de l’incendie, le chef d’état-major de la marine, l’amiral D K Joshi, a démissioné.

 

« Suite à l’inspection préliminaire du 3è compartiment, le lieu probable où s’est déclaré l’incendie est sur le pont des postes d’équipage, un pont au-dessus du local batterie. Certains câbles électriques présentent des brûlures ou sont endommagés dans cette zone, » explique le ministère.

 

Cependant, la cause de l’incendie, et son point de départ, doivent être déterminés de façon précise par la commission d’enquête.

 

Les sous-marins de la classe Kilo (Sindhughosh pour la marine indienne) sont équipés de 240 éléments de batteries, également répartis entre 2 locaux, avant et arrière. Les batteries actuellement installées sur l’INS Sindhuratna ont subis environ 113 cycles [1] à ce jour sur un maximum de 200.

 

Une inspection préliminaire des locaux batterie, et des batteries qui s’y trouvent, n’a révélé ni dommage, ni signe montrant que l’incendie aurait pu y démarrer.

Notes : [1] De charge et décharge (ndt).

 

Référence : New Indian Express

Partager cet article
Repost0
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 19:35
Australian Navy Launches Investigation Into Fire On Board Submarine

March 4, 2014 By David Pugliese  - Defence Watch
 

The Western Australian is reporting this:

The Australian Navy has launched an investigation after a fire broke out aboard a submarine off Rockingham this afternoon.

The Defence Department said there were no injuries, but four personnel who were involved in fighting the blaze had been put ashore under medical observation as a precaution.

It is understood the incident took place a short distance from the HMAS Stirling naval base.

The fire broke out aboard HMAS Waller, a Collins Class submarine that had only recently returned to sea after a long period of maintenance.

 

News.com.au has this:

A FIRE sparked an emergency aboard submarine HMAS Waller off the West Australian coast yesterday, the same day as a fire in an Indian vessel killed two and injured seven.

The fire broke out yesterday afternoon as the Australian vessel sailed on the surface.

“Emergency response actions were taken to extinguish the fire. There were no causalities,’’ Defence said in a statement.

However, as a precaution four members of the ship’s crew involved in responding to the fire were landed for observation.

Meanwhile, two officers of the Indian navy are missing — presumed dead — after a fire on-board Kilo-class submarine INS Sindhuratna yesterday.

The accident happened early in the morning about 50km offshore from Mumbai. The vessel had just completed a refit.

 

And this news release from Australian Ministry of Defence:

This afternoon HMAS Waller, one of the Royal Australian Navy’s submarines, experienced a fire whilst on the surface off the West Australian coast. Emergency response actions were taken to extinguish the fire.

There were no causalities. As a precaution four members of the ship’s crew who were involved in the response to the fire have been landed for observation.

HMAS Waller had recently completed a scheduled maintenance period and was at sea as part of her return to operations.

A full investigation into the incident will be held.

At this stage no further details are available.

Partager cet article
Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 07:35
Problem batteries likely cause of fatal Indian navy fire: reports

 

Feb 28, 2014 Spacewar.com (AFP)

 

Mumbai - Malfunctioning and ageing batteries were the likely cause of fire on an Indian submarine that left two dead this week, reports said Friday, amid warnings that the navy is "on the verge of breakdown".

 

Wednesday's accident on board the Russian-built INS Sindhuratna, the latest in a string of naval mishaps, left seven crew members injured, while two bodies were found after the stricken submarine docked in Mumbai on Thursday.

 

While the vessel had undergone a refit earlier this year, the batteries that powered it underwater had not been replaced because of contracting delays, The Hindu daily said, citing "highly placed navy sources".

 

The newspaper said hydrogen leaking from the batteries was thought to have caused the explosion.

 

Admiral D.K. Joshi, the chief of naval staff, announced Wednesday night he was standing down to take "moral responsibility" for the recent run of recent naval accidents.

 

The most deadly of these happened last August, when 18 sailors were killed as the fully-armed submarine INS Sindhurakshak exploded in flames and sank in a military shipyard in Mumbai.

 

"India's military is, literally, on the verge of breakdown," said an editorial in The Hindu, adding that "acquisitions of desperately needed armour and artillery systems have been endlessly delayed".

 

The Times of India, which also reported a likely battery malfunction, said in an editorial that "poor maintenance of submarines and warships is crippling India's navy".

 

It said 12 mishaps involving submarines and warships over the last seven months "may also severely impair India's ambitions of becoming a strategic blue-water power able to operate far beyond its extensive coastline".

 

Various other naval accidents have been reported in recent months including a submarine running aground in Mumbai's harbour, fires on a minesweeping vessel and an aircraft carrier, and a collision between a frigate and a fishing boat.

 

INS Sindhuratna is a kilo-class submarine which normally operates with a crew of 53 and can sail on its own for 45 days, the navy's website says.

 

It had been undergoing trials off the Mumbai coast as part of a clearance process for full operations when the incident occurred.

Partager cet article
Repost0
3 mars 2014 1 03 /03 /mars /2014 07:35
Two officers confirmed dead in Indian submarine fire

 

Feb 28, 2013 - (UPI)

 

New Delhi  - A fire aboard the Indian submarine Sindhuratna off the coast of Mumbai killed two naval officers, officials confirmed.

 

The victims were identified as Lt. Cmdr. Kapish Munwal and Lt. Manoranjan Kumar.

 

The Russian-made Kilo-class submarine was on a routine training and inspection voyage when the fire broke out early Wednesday, engulfing the sailors' quarters in smoke, officials said.

 

Seven sailors were airlifted to the naval Ashwini Hospital in Mumbai, suffering from smoke inhalation.

 

The bodies of Munwal and Kumar were found by an inspection crew, which boarded the Sindhuratna after it was towed into Mumbai harbor Thursday, the Economic Times reported.

 

"The two officers who were earlier declared missing have been located in the [accommodation] compartment and after examination by medical officers both the officers were declared dead," a brief message from the navy said.

 

Navy Chief Adm. D. K. Joshi resigned Thursday, saying he had moral responsibility for the Sindhuratna accident.

 

"A high-level inquiry headed by a rear admiral has been constituted to establish the cause [of all submarine incidents] and to recommend steps for continuing safe operations of submarines," a statement by the Western Naval Command said.

 

A source told the Times of India the Sindhuratna fire may have been triggered by a short-circuit in a battery compartment.

 

The Economic times reported the Sindhuratna accident was the 10th involving naval warships -- and the third submarine incident -- in the past seven months.

 

India has 10 Kilo-class submarines constructed in Russia's shipyards from 1985-2000, officials said last year.

 

Many of the submarines, including the Sindhuratna and the ill-fated 2,300-ton Sindhurakshak, underwent major refits since 1997 by the Zvezdochka shipyard in Severodvinsk near Archangel on Russia's western Arctic Ocean coast.

 

In August 2013, explosions ripped through the Sindhurakshak's torpedo compartment while it was berthed at the Mumbai Naval Dockyard, the vessel sank and 15 sailors and three officers were killed.

Partager cet article
Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 08:25
A Saint Mandrier DCNS installe une plate-forme pour tester les futurs sous-marins brésiliens

 

 

19 février 2014 Portail des Sous-Marins

 

Installée sur un site de la Direction générale de l’armement (DGA) à Saint-Mandrier-sur-Mer, elle permet de tester et d’éprouver à terre ces systèmes de traitement d’information très performants.

 

Référence : Telex Var

Partager cet article
Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 17:50
Ferrostaal: tous les accusés du procès des sous-marins acquittés au Portugal

 

14 fév 2014 marine-oceans.com (AFP)

 

LISBONNE -  Les dix accusés d'un procès pour escroquerie lié à l'achat par le Portugal de deux sous-marins au consortium allemand Ferrostaal en 2004, parmi lesquels figuraient trois Allemands, ont été acquittés vendredi par la justice portugaise.

 

Les sept hommes d'affaires portugais et les trois Allemands, dont deux anciens cadres de l'entreprise allemande, avaient été inculpés en mai 2009 pour escroquerie aggravée, faux et usage de faux.

 

Selon l'acte d'accusation, ils étaient soupçonnés d'avoir présenté des fausses factures pour justifier les investissements que le consortium allemand devait faire au Portugal dans le cadre des contreparties prévues par le contrat d'achat des sous-marins.

 

Les juges du tribunal de Lisbonne ont considéré que le parquet n'avait pas prouvé que ces factures étaient fausses, ont-ils expliqué lors de la lecture du verdict. Le ministère public a aussitôt fait part de son intention de faire appel de cette décision.

 

Tous les accusés avaient clamé leur innocence.

 

L'affaire avait rebondi en Allemagne, où Ferrostaal a été condamné fin 2011 à payer 140 millions d'euros d'amende pour ne pas avoir empêché des faits de corruption en Grèce et au Portugal.

 

Un tribunal de Munich (sud) a estimé que Ferrostaal avait manqué à ses obligations de contrôle interne, ce qui avait permis le paiement de pots-de-vin pour obtenir des contrats de construction de sous-marins.

 

L'achat des deux sous-marins par le Portugal avait été décidé par l'actuel vice-Premier ministre portugais Paulo Portas, à l'époque ministre de la Défense du gouvernement dirigé par José Manuel Barroso, qui est aujourd'hui président de la Commission européenne.

 

Ferrostaal, anciennement détenu par le fabricant de poids lourds MAN et le fonds souverain d'Abu Dhabi, est passé fin 2011 aux mains d'un fonds allemand, MPC.

Partager cet article
Repost0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 17:35
La marine australienne célèbre les 100 ans de son premier sous-marin

 

 

10 février 2014. Portail des Sous-Marins

 

Les célébrations du centenaire des sous-marins australiens ont été lancées par le ministre de la défense, David Johnston, dans le port de Darling.

 

Le ministre Johnston a rappelé que les sous-marins et les sous-mariniers avaient joué un rôle vital dans l’histoire navale de l’Australie depuis l’arrivée de ses 2 premiers sous-marins, les AE1 et AE2, en 1914, 3 mois seulement avant le début de la 1ère Guerre Mondiale.

 

« Au cours des 100 dernières années, il y a eu 5 générations de sous-marins, depuis nos 2 premiers commandés à la Grande-Bretagne jusqu’aux Obéron des années 60 et 70, suivis par les premiers construits en Australie — la classe Collins, » a déclaré le ministre Johnston.

 

« Ce n’est pas un secret que le programme Collins a connu des problèmes. Mais nous avons beaucoup appris de cette expérience. »

 

Le ministre Johnston a aussi indiqué qu’il était important de rappeler que la Royal Australian Navy était parmi les premières à intégrer des femmes, officiers ou non, à bord de ses sous-marins.

 

« Les femmes sous-mariniers font parti des forces sous-marines depuis plus de 15 ans. Elles représentent actuellement près de 10% des sous-mariniers, depuis le simple matelot au commandant. »

 

Le ministre a souligné que le gouvernement australien était décidé à s’assurer que l’Australie conserve la supériorité dans la région en matière des capacités sous-marines, après le retrait des sous-marins Collins.

 

« Au début du nouveau chapitre de notre histoire sous-marine, nous sommes prêts à mettre en pratique ce que nous avons appris au cours des 100 dernières années. »

 

Plusieurs événements ont été annoncés pour célébrer le centenaire des sous-marins australiens, y compris la commémoration de la première perte de sous-marin, le AE1, a coulé avec tout son équipage en mai 1914 au large de la Papouasie-Nouvelle Guinée.

 

Référence : Australian Defence Magazine

Partager cet article
Repost0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 17:30
photo TKMS

photo TKMS

"Je suis en faveur d'une politique restrictive en ce qui concerne les exportations d'armes", a expliqué le ministre de l'Economie allemand Sigmar Gabriel

 

03/02/2014 Michel Cabirol – La Tribune.fr

 

L'Egypte devrait exercer prochainement une option pour l'acquisition de deux sous-marins U-209 supplémentaires fabriqués par le groupe naval allemand ThyssenKrupp Marine Systems.


 

Décidément l'Allemagne persiste et signe. En l'occurrence Berlin s'apprêterait à signer très prochainement avec l'Egypte un nouveau contrat portant sur la vente de deux sous-marins supplémentaires U-209 fabriqués par le groupe naval ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS), selon nos informations. Et ce en dépit des polémiques qui accompagnent certaines ventes à l'exportation en direction de pays pouvant mettre en danger la sécurité d'Israël.

Il s'agirait d'une option sur deux nouveaux bâtiments, qui serait exercé par Le Caire dans le cadre du contrat de gré à gré signé à l'été 2011 pour un montant de 920 millions d'euros. Puis un acompte avait été versé quelques mois plus tard en décembre. Le premier sous-marin armé de missiles mer-mer Harpoon Block II de Boeing, serait livré en 2016.

Vers une politique plus restrictive en matière d'exportations d'armes ?

Mais cette vente si elle se concrétise pourrait même être remise en question par les dernières déclarations du ministre allemand de l'Economie, Sigmar Gabriel, dans le magazine allemand Stern où il a notamment déclaré la semaine dernière que l'Allemagne allait renforcer le contrôle des exportations d'armes. "Je suis d'accord avec Helmut Schmidt : c'est une honte que l'Allemagne soit parmi les plus importants exportateurs d'armes du monde, a expliqué le patron du SPD. En particulier, les armes légères deviennent simplement les armes de la guerre civile. Alors les choses doivent changer. C'est pourquoi, je suis en faveur d'une politique restrictive en ce qui concerne les exportations d'armes".

"Si les armes sont livrées dans les mauvaises régions, cela peut s'avérer un commerce meurtrier", a estimé Sigmar Gabriel, tout en comprenant l'argument qui dit qu'un cadre plus strict pour les exportations d'armes pourrait coûter des emplois. "Pas d'armes dans les pays où une guerre civile est financée. Par ailleurs, nul ne devrait vendre d'armes à des régimes iniques", a rappelé le ministre de l'Economie. L'Egypte fait-il partie de cette catégorie ? Sigmar Gabriel, qui instruit les dossiers d'autorisation de ventes d'armes, a également appelé à plus de transparence dans l'autorisation des transferts d'armes, question en débat au Conseil fédéral de la sécurité allemande, dont il est membre. Des règles qui datent de la guerre froide. L'Allemagne livrera-t-elle in fine les sous-marins au Caire ? A suivre... 

Visite du ministre égyptien de l'Industrie à Paris

Accompagné d'une délégation d'hommes d'affaires, le ministre égyptien du Commerce et de l'Industrie, Mounir Fakhri Abdel-Nour, entame ce lundi une visite de trois jours en France pour une campagne de charme en direction des groupes français. Il sera reçu à Bercy et au MEDEF notamment. Outre la France, la délégation égyptienne doit se rendre à Berlin, Londres, Washington et Moscou.

Si DCNS était hors-jeu d'une possible vente de sous-marins en Egypte (pas d'autorisation accordée), le groupe naval est toutefois actuellement en compétition pour placer quatre corvettes armées (missiles VL Mica, Sinbad et Exocet de MBDA) au Caire. Une compétition qui est très compliquée face à l'allemand TKMS, appuyé par l'homme d'affaires Iskandar Safa, via la holding Privinvest, et le néerlandais Damen.

Partager cet article
Repost0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 17:50
Black Shark Torpedo model at Euronaval 2010 Photo Navy Recognition

Black Shark Torpedo model at Euronaval 2010 Photo Navy Recognition

 

01 February 2014 Navy Recognition

 

On January 28th the new Black Shark Advanced (BSA), produced by WASS was launched for the first time ever from the submarine SCIRE’. The torpedo launched in “Push Out” mode (water ram expulsion system, which ejects the torpedo by means high water-pressure), was equipped in a totally innovative way, thanks to the new Lithium-Polymer Battery.

 

The launch, called “Short-Fire”, took place in the La Spezia gulf and was aimed at testing the WASS progresses in the frame of the project “New Heavyweight Torpedo”, developed in cooperation with the Italian Navy. The successful launch represents another step ahead, toward the acquisition by the Italian Navy.

 

“The Black Shark is the result of Italian research and cutting-edge technology– said Alessandro Franzoni, Chief Executive Officer of WASS – example of the national excellence in the field of underwater defence equipment through the use of innovative technical solutions for the propulsion systems, power generation and electro-acoustics. Thanks to its high quality standards it will succeed in all main international markets.”

 

Over the next few years, the Black Shark Advanced is expected to replace the old A-184 Heavyweight Torpedo, now supplied to submarines of the Italian Navy, increasing significantly the ability to defend the waters and the Italian homeland.

Finmeccanica Whitehead Underwater Systems (WASS) crew onboard the submarine during the test - Picture WASS

Finmeccanica Whitehead Underwater Systems (WASS) crew onboard the submarine during the test - Picture WASS

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 17:40
Russian Navy’s second Varshavyanka-class submarine to be floated out in May

 

31 January 2014 naval-technology.com

 

The Russian Navy's second of six Project 636 Varshavyanka-class diesel-electric submarines, Rostov-on-Don, will be floated out by a St Petersburg-based shipyard in May.

 

According to RIA Novosti, the Rostov-on-Don's construction began at the Admiralty shipyard in November 2011, while the submarine is scheduled to be delivered to the Russia's Black Sea Fleet in the next two years.

 

Novorossiisk, the first boat of the class is scheduled to commence dock trials on 1 February, while construction of third submarine, Stary Oskol, began in August 2012.

 

Construction of the fourth submarine, the Krasnodar, is due to begin on 20 February, the shipyard said.

"The Varshavyanka-class is an improved version of the Kilo-class submarines, it features advanced stealth technology, extended combat range and provides the ability to strike land, surface and underwater target."

 

According to the Russian Navy, all Varshavyanka-class submarines will be deployed by 2016 at the Novorossiisk naval base.

 

The Varshavyanka-class (Project 636), an improved version of the Kilo-class submarines, features advanced stealth technology, extended combat range and provides the ability to strike land, surface and underwater targets.

 

Designed for anti-shipping and anti-submarine missions in relatively shallow waters, the submarines can cruise underwater at a speed of 20k and has a cruising range of 400 miles.

 

Capable of accommodating a crew of 52, the submarines can patrol for 45 days and are armed with 18 torpedoes and eight surface-to-air missiles.

 

Featuring low-noise, advanced hull architecture and an optimal level of control process automation, the submarines provide high-reliability and require low-maintenance.

 

Having first entered into service in the early 1980s, the Russian Kilo-class submarines were designed by the Rubin Central Maritime Design Bureau.

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 12:40
La flotte russe de la mer Noire se dotera de nouveaux sous-marins

 

20.01.2014 Oleg Nekhaï, La Voix de la Russie

 

Six sous-marins non nucléaires du projet 636.3 renforceront la flotte de la mer Noire russe d’ici 2016. Trois d’entre eux entreront en service dès cette année.

 

Il s’agit des sous-marins diesel-électriques Novorossiïsk, Rostov-sur-le-Don et Stary Oskol. Ces navires font partie de la troisième génération de navires de la classe Varchavianka (Kilo, selon la classification de l’OTAN). Novorossiïsk sera mis en service en premier. Ce sous-marin est de 73 mètres de long, 10 mètres de large et 350 mètres de profondeur d’immersion. Sa vitesse de déplacement en en immersion peut atteindre 20 nœuds. Selon les informations qui sont en accès ouvert, ces navires sont dotées d’armes puissantes et peuvent porter des coups grâce aux missiles de croisière Club-S à leur bord, explique le vice-président de l'Académie des problèmes géopolitiques, le capitaine Konstantin Sivkov.

 

« Ces missiles peuvent avoir une portée allant jusqu’à 300 km. Si les sous-marins sont équipés de complexes Calibre, la portée de ces derniers atteindra 1200 à 1500 kilomètres. Selon le commandant en chef de la marine russe, l'amiral Viktor Tchirkov, ce système a été mis en service par la marine russe. Et par cet indicateur, l’armement russe est comparable aux missiles de croisière américains Tomahawk. Avec une aussi grande portée, les missiles peuvent atteindre les cibles sur le territoire des pays qui se trouvent au-delà de la région de la mer Noire, dans la région la région du Proche et du Moyen-Orient. »

 

Les nouveaux sous-marins possèdent des caractéristiques uniques en termes de protection contre le bruit. Leurs prédécesseurs, les sous-marins du projet 877 Varchavianka ont été baptisés « Trou noir » par les experts occidentaux pour leur discrétion. Par ce paramètre, les navires russes dépassent sensiblement leurs analogues occidentaux. Le sous-marin du projet 636,3, qui représente une version modernisée du sous-marin Varchavianka, se distingue par un niveau de bruit encore plus bas. Et le fait d’être équipé d’un système de sonar sophistiqué, cela donne à ce navire un avantage sensible par rapport aux sous-marins étrangers de la même classe. Même par rapport aux sous-marins atomiques. Les nouveaux navires vont pouvoir résoudre un large spectre de missions, notamment en matière de la lutte contre les sous-marins dans les zones adjacentes aux côtes de l’ennemi éventuel, et non pas près de côtes russes. C’est aussi la défense des bases navales, et des communications côtières et maritimes.

 

« Il ne faut pas oublier que la situation est tendue au bassin méditerranéen, qui se trouve tout près. Sous certaines conditions, cette tension peut s’étendre sur la mer Noire, surtout si le conflit en Syrie n’est pas résolu, ou en cas d’un conflit avec l’Iran. Le flux de réfugiés pourrait s’étendre jusqu’à cette région et les terroristes pourraient également y pénétrer », ajoute Konstantine Sivkov.

 

Selon les experts, l'augmentation de six unités en trois ans du nombre de sous-marins à la flotte de la mer Noire, permettra de protéger les côtes des attaques d’un ennemi éventuel. A l’avenir, la flotte sous-marine de la mer Noire devrait être composée de 12 à 15 sous-marins non-nucléaires, ce qui permettra à la marine russe de relever efficacement toutes les mission qui se posent devant elle.

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 12:35
La Russie livre au Vietnam son deuxième sous-marin

 

21 janvier 2014. Portail des Sous-Marins

 

Le Ho Chi Minh, le 2è des 6 sous-marins de la classe Kilo achetés par le Vietnam, a terminé ses essais opérationnels et devrait arriver au Vietnam d’ici le mois d’avril.

 

Jeudi, la marine vietnamienne et les chantiers de l’Amirauté, le constructeur des sous-marins, ont signé le document marquant la fin des essais du sous-marin.

 

Le chantier a ensuite remis le sous-marin au Vietnam, selon des sources industrielles russes.

 

Il devrait arriver au Vietnam en mars ou avril.

 

L'analyse de la rédaction : Incertitude sur le nom exact du sous-marin : « Ho Chi Minh » ou « Ho Chi Minh Ville » selon les sources.

 

Référence : Thanh Nien Daily (Vietnam)

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 21:50
8 Foreign, Polish Bidders Apply For Submarine Contest

The Polish submarine Kondor is one of four Kobben-class boats.

 

Jan. 20, 2014 - By JAROSLAW ADAMOWSKI – Defense News

 

WARSAW — Eight offers have been submitted for the technical dialogue to supply three submarines to the Polish Navy. The defense companies include foreign and Polish entities, according to a statement obtained from the Ministry of Defense by local news site Defence24.pl.

 

The bidders include France’s DCNS and Thales, Spanish shipbuilder Navantia, Germany’s ThyssenKrupp Marine Systems, a consortium of Sweden’s state-run defense procurement agency Försvarets Materielverk and Kockums shipyard, Poland’s defense company Kenbit, Sweden’s Saab, and Norway’s Kongsberg Defence & Aerospace.

 

In addition, the ministry’s Armament Inspectorate reserves “the right to invite other entities which did not reply to the call to participate in the [dialogue],” the statement said.

 

Local media have reported that the submarine procurement is estimated to be worth at least 7.5 billion zloty (US $2.44 billion).

 

The ministry is aiming to acquire two new submarines by 2022, and a further one by 2030 as part of its Navy modernization program. The Polish Navy has one Kilo-class submarine and four Kobben-class submarines in its fleet. The latter four were acquired from Norway and are expected to be withdrawn from service by 2015

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 08:40
La modernisation des forces de surface russes : les nouveaux projets

 

 

16.01.2014 rusnavyintelligence.com

 

Les forces de surface russes sont encore aujourd'hui largement composées de bâtiments ex soviétiques de seconde et de troisième génération. Tout comme pour les forces sous-marines, le programme d'armement 2011-2020 prévoit la construction de nouvelles unités dites de quatrième génération, mais il est également prévu de moderniser et prolonger la durée de vie de certaines unités en service ou placées en réserve. Cet article propose un récapitulatif des l'état d'avancement des nouveaux projets en cours de développement pour les forces de surface.

 

Le plan d'armement d'Etat 2011-2020 prévoit que la Russie investisse près de €500 milliards dans la modernisation de ses forces armées, dont environ €120 milliards, soit presque 25%, rien que pour ses forces navales. Environ 47% de cette somme attribuée à la marine (soit €56 milliards) servira à financer la construction de nouvelles unités, tandis que 30% (environ €40 milliards) servira à financer la réparation et la modernisation d'unités en service ou actuellement placées en réserve. Nous proposerons bientôt un article sur la modernisation des unités ex soviétiques.

 

D'ici à 2020, les forces navales russes de surface doivent recevoir 54 nouveaux bâtiments de combat, dont 20 frégates, 20 corvettes, 10 petits navires lance-missiles et 4 grands bâtiments amphibies. Elles doivent également être dotées de 96 bâtiments de soutien, 21 avions et 54 hélicoptères. Il est aussi prévu de réparer, mettre à niveau et moderniser 65 bâtiments de combat et 74 bâtiments de soutien déjà existants.

Fin 2013, le ministère russe de la Défense avait passé commande pour 41 bâtiments de combat de surface, dont 2 navires d'assaut amphibies universels (les 2 BPC de type Mistral commandés à la France), 2 grands navires de débarquements, 14 frégates, 15 corvettes et 8 petits navires lance-missiles. Sur ces 41 bâtiments, 24 étaient déjà à différents stades de construction, dont les 2 BPC de type Mistral, les 2 grands navires de débarquements, 9 frégates, 5 corvettes et 6 petits navires lance-missiles. Fin 2013, 6 de ces bâtiments avaient déjà été mis à l'eau : 1 BPC, 1 grand navire de débarquement, 1 frégate, 1 corvette et 2 petits navires lance-missiles. Tout comme pour la modernisation des forces sous-marines, le programme de modernisation des forces de surface constitue un défi technique et technologique important pour le complexe militaro-industriel russe.

 

Les frégates

 

Frégates du Projet 22350, classe Amiral Gorshkov

 

Les frégates du Projet 22350 ont été conçues par le bureau d'étude Severnoye et sont construites au chantier naval du Nord (Saint-Pétersbourg). Il s'agit d'un programme entièrement nouveau et qui pose de sérieux défis à l'industrie de la défense russe.

A ce jour, le ministère russe de la Défense a signé un contrat portant sur l'achat de 8 unités. Toutefois, il a été question de considérer l'achat d'un lot de 14 unités. Quatre unités de ce projet sont en cours de construction: l'Amiral Gorshokov (navire tête de série), l'Amiral Kasatonov (mise sur cale en novembre 2009), l'Amiral Golovko (mise sur cale en février 2012) et l'Amiral Isakov (mise sur cale en novembre 2013). Mise sur cale à l'été 2006, l'Amiral Gorshkov a été finalement mis à l'eau en octobre 2010. Outre les problèmes de financements qui ont retardé la construction de cette première unité, le retard constaté dans l'admission au service actif de l'Amiral Gorshkov serait causé par l'équipementier Almaz-Antey qui n'a pas livré le complexe anti-aérien Poliment-Redut dans les délais. La livraison du canon A-192 Armat a également connu des retards qui ont repoussé d'autant le début des essais en mer.

Au mois de novembre 2013, la frégate poursuivait ses essais à quai à Saint-Pétersbourg. La fin des essais de cette première unité est prévue pour le printemps 2014 avec une admission au service actif au sein de la flotte du Nord prévue pour l'automne 2014. Ce calendrier paraît toutefois bien optimiste. Suivant les sources ouvertes considérées, la seconde frégate, l'Amiral Kasatonov, pourrait être affectée à la flotte du Nord, à celle du Pacifique, voire à celle de la mer Noire. En revanche, la troisième unité et quatrième unité devraient être versées à la flotte du Nord. En ce qui concerne l'affectation des autres unités, peu d'informations ont été données.

Côté armement, les frégates du Projet 22350 seront notamment dotées du système 3R 14 UKSK, le VLS russe, et elles mettront en oeuvre les missiles surface-surface SS-N-26 Yakhont (Onyx P-800), SS-N-27 Sizzler (3M54 Klub) et les rockets ASM SS-N-29 (RPK-9 Medvedka).

Il est prévu de mettre sur cale 2 unités en 2014 (la cinquième unité devrait porter le nom de Amiral Youmachev), avec une admission au service actif prévue pour 2017. Deux autres unités devraient être mises sur cale en 2015, et leur admission au service actif serait prévue pour 2018. Compte tenu du rythme de construction actuel, l'objectif de 8 unités sera difficilement atteint d'ici 2020 : il est plus probable qu'il le soit vers 2023.

Projet-22350-14-nov-2013-airbase-ru.jpeg

La frégate Amiral Gorshkov à quai au chantier naval du Nord, novembre 2013. Source : airbase.ru

 

Frégates du Projet 11356M, classe Amiral Grigorovitch

 

Ces frégates multi rôles, également développées par le bureau Severnoe, sont des version améliorées des frégates soviétiques de type Krivak (Projet 1135 et 1135M). Il s'agit donc d'un programme de bâtiment de troisième génération dont le développement se déroule globalement selon le calendrier prévu. La marine russe devrait recevoir 6 unités de ce type d'ici 2020, toutes destinées à la flotte de la mer Noire.

A ce jour, 5 unités sont en cours de construction au chantier naval Yantar (Kaliningrad). La première unité, l'Amiral Grigorovitch, a été mise sur cale au mois de décembre 2010, et devrait être admise au service actif en 2014. Elle n'a toutefois toujours pas été mise à l'eau. L'Amiral Essen a été mise sur cale en juillet 2011, l'Amiral Makarov, en février 2012, l'Amiral Butakov, en juillet 2013, et l'Amiral Istomin, en novembre 2013. Il est prévu que la 6e unité, l'Amiral Kornilov, soit mise sur cale à l'hiver 2014.

Ces frégates mettent en oeuvre le système Shtil dont les VLS seront probablement équipés avec des missiles Buk-M3. Elles mettront également en oeuvre à partir de leurs VLS des missiles anti-navires SS-N-26 Yakhont (P-800 Onyx) et de  missiles SS-N-27 Sizzler (3M54 Klub).

Ce programme de construction de frégates semble réalisable dans les délais fixés. Si le lot de 6 unités ne sera probablement pas livré dans son intégralité d'ici 2016, il le sera d'ici 2020, voir dès 2018.

 

Projet-11356-sdelounas.jpg

Frégate du Projet 11356M. Source : sdelounas.ru

 

Les corvettes

 

Corvettes du Projet 20380 et 20385, classe Steregushchiy

 

Ces corvettes sont parfois classées comme des frégates par les experts navals occidentaux.

Ce projet a été conçu par le bureau d'étude Almaz, et les corvettes sont construites au chantier naval du Nord (Saint-Pétersbourg) et au chantier naval de l'Amour (Komsomolsk sur l'Amour). Les unités du Projet 20385, version améliorée du Projet 20380, sont en revanche construite uniquement au chantier naval du Nord.

A ce jour, la marine russe dispose dejà de 3 unités, les corvettes Steregushchiy (ASA 11.2007), Soobrazitelniy (ASA 10.2010) et Boikiy (ASA 05.2013), toutes en service dans la flotte de la Baltique. Le ministère de la Défense russe a signé un contrat portant en tout sur l'achat de 18 unités : 8 du Projet 20380 (dont les 3 déjà en service), et 10 du Projet 20385.

En ce qui concerne le Projet 20380, la construction des unités avance plus rapidement à St Pétersbourg où la corvette Stoïkiy a été mise à l'eau en mai 2012. Ses premiers essais en mer dans le golfe de Finlande ont débuté fin décembre 2013. Son admission au service actif au sein de la flotte de la Baltique est prévue pour le premier semestre 2014. Il convient de remarquer que le retard constaté entre la mise à l'eau et le début des essais en mer a été causé là aussi par des délais supplémentaires demandés pour la livraison du canon A-190 par Arsenal (St Pétersbourg) qui a perdu le marché au profit de Burevestnik (Nijni-Novgorod) en 2011. La corvette Sovercheniy, pourtant mise sur cale avant la corvette Stoïkiy, est toujours en cours de construction au chantier naval de l'Amour où a également été mise sur cale la corvette Gromkiy en mai 2012. Le chantier de Komsomolsk sur l'Amour devrait par ailleurs procéder à la mise sur cale des 2 dernières unités du Projet 20380 en 2014 avec une livraison prévue pour 2017. Toutes les unités construites dans ce dernier chantier sont destinées à la flotte du Pacifique.

Les 10 unités du Projet 20385 devraient toutes être construites par le chantier naval du Nord qui a déjà mis sur cale les 2 premières unités, les corvettes Gremiashchiy (02.2012) et Provorniy (07.2013). Toutefois, cette version améliorée du Projet 20380 a été critiquée pour son coût jugé trop élevé (environ $450 millions par unité). Trois nouvelles unités doivent être mises en chantier en 2014 (la prochaine unité ayant reçu le nom de Sposobniy). Les dernières corvettes de ce type doivent être livrées en 2019. Il y a peu d'informations sur leur affectation.

En terme d'armement, les corvettes du Projet 20380 mettent en oeuvre des missiles anti-navires SS-N-26 Yakhont, des rockets ASM SS-N-29 et disposent d'un système de lutte anti-aérienne Kashtan-M.

Les unités du Projet 20385 bénéficient d'un armement plus conséquent avec un système VLS Redut (missiles surface-air 9M96), et des VLS qui mettent en oeuvre des missiles anti-navires Onyx et des missiles de la famille Kalibr.

 

Stoikiy.jpg

La corvette Stoïkiy (Projet 20380) se prépare pour les essais en mer en décembre 2013. Source : russiadebate.com

 

Petits navires lance-missiles du Projet 21631, classe Buyan-M

 

Ces navires sont parfois considérés comme des corvettes. Ils ont été conçus et sont construits par le chantier naval Gorki de Zelenodolsk. Le ministère russe de la Défense a passé commande pour 8 unités. Les deux premières unités, le Grad Sviazhsk et le Ouglich, ont accompli avec succès leurs essais en mer en janvier 2014, et devraient être affectées à la flottille de la Caspienne cette année. Les 2 suivantes, le Velikiy Oustioug (mise sur cale en août 2011) et le Zeleniy Dol (mise sur cale en août 2012), seront également affectées à la flottille de la Caspienne. Les 4 unités suivantes devraient quant à elles être affectées à la flotte de la mer Noire. Le Serpukhov a été mis sur cale en janvier 2013, et sa mise à l'eau est prévu pour cette année. La sixième unité, le Vichniy Volochek, a été mis en chantier au mois d'août 2013 : sa mise à l'eau devrait avoir lieu en 2015. Les deux dernières unités devraient être livrées en 2016.

Ces corvettes mettent en oeuvre des VLS équipés de missiles Onyx et Kalibr.

 

Grad-Sviazhsk.jpg

La corvette Grad Sviazhsk, janvier 2014. Source : service de presse du district militaire Sud

 

Les forces amphibies

 

Navire d'assaut amphibie universel, type Mistral.

 

La Russie a passé commande en juin 2011 de 2 BPC de type Mistral pour un montant de €1,2 milliard. Les navires seront construits par STX à St Nazaire (80% pour la première unité, 60% pour la seconde) et par l'usine de la Baltique (St Pétersbourg) dans le cadre d'un transfert de technologies. La première unité, le Vladivostok, a été mise sur cale en février 2012, et mise à l'eau en octobre 2013. Ses essais en mer doivent débuter au printemps prochain, et son admission au service actif devrait avoir lieu à l'automne 2014. La seconde unité, le Sébastopol, a été mise sur cale en juin 2013. Sa mise à l'eau devrait intervenir en octobre 2014, et son admission au service actif est prévue pour 2015. Ces deux bâtiments seront affectés à la flotte du Pacifique. La commande de 2 unités supplémentaires, si elle a lieu, interviendra après que la marine russe ait pratiqué les 2 premiers BPC, soit fin 2015/début 2016. Nous avons abordé cette question, ainsi que celle de l'armement et des moyens amphibies dans un article posté précédemment.

 

BPC-russe-DCNS.jpg

Le futur BPC russe. Source : DCNS.

 

Grand navire de débarquement du Projet 11711, classe Ivan Gren

 

Il s'agit là d'un des programmes de construction de bâtiments de surface les plus compromis.

L'Ivan Gren est un  bâtiment dérivé du projet 1171 soviétique de grands navires de débarquement. Il a été conçu par le bureau d'étude Nevsky et c'est le chantier naval Yantar (Kaliningrad) qui se charge de sa construction. A l'origine, la marine comptait commander 6 unités de ce type. Toutefois, compte tenu des retards et problèmes accumulés par l'unité tête de série, l'Ivan Gren pourrait bien rester la seule unité de ce projet. L'Ivan Gren a été mis sur cale en décembre 2004, et sa construction a été ralentie pas des problèmes de financement ainsi que par des changements de spécifications intervenus au cours de sa construction. Le bâtiment a finalement été mis à l'eau au mois de mai 2012. Les essais du navire qui ont lieu à Yantar à l'automne 2013 ne se sont pas avérés concluants puisqu'au mois de janvier 2014, le chantier naval annoncé que la livraison du bâtiment n'interviendrait pas avant 2015. Une explication mise en avant pour justifier ce nouveau retard serait que les militaires russes souhaiteraient disposer d'un navire doté d'une plus grande autonomie afin qu'il soit capable d'opérer sur des théâtres navals éloignés. Autrement dit, basé en mer Baltique ou en mer Noire, l'Ivan Gren devrait pouvoir facilement opérer en Méditerranée, voire au large de l'Afrique. Selon certaines sources, la quille de la seconde unité aurait bien été posée, mais la construction immédiatement gelée en attendant la mise en exploitation de l'Ivan Gren

Comme indiqué auparavant, ce type de bâtiment devait prioritairement être affecté à la flotte de la mer Noire et la flotte de la Baltique en remplacement des grands navires de débarquement des projets 775 et 1171 à bout de souffle.

Ivan-Gren.jpg

L'Ivan Gren. Source : inconnue

 

Le futur destroyer

 

Les destroyers actuellement en service dans la marine russe sont les Sovremenny (Projet 956) qui ne prennent en fait jamais la mer dans la mesure où leur système de chaudière est très peu fiable. Sur les 17 unités entrées en service entre 1980 et 1993, seules 5 unités restent officiellement encore en service. Ces bâtiments constituaient, avec les grands navires de lutte ASM du Projet 1155 (type Oudaloy) l'épine dorsale de la flotte hauturière ex soviétique.

La mise en chantier d'une nouvelle génération de destroyers fait partie du plan d'armement 2011-2020 qui prévoit le début de la construction en série à compter 2019. Le bureau d'étude Severnoe (Saint Pétersbourg) est en charge de la conception du bâtiment, et c'est probablement le chantier naval du Nord (Saint-Pétersbourg), fort de sa longue expérience dans la construction de destroyers (destroyers de l'époque impériale, destroyers soviétiques du Projet 956, et frégates du Projet 22350), qui devrait se charger de la réalisation des navires. Le design du bâtiment doit être révélé en 2014, et la construction de la première unité devrait par la suite avoit lieu en 2015/2016. Mais que sait-on sur ce futur destroyer en ce début d'année 2014 ?

Les travaux de conception du bâtiment se poursuivaient encore fin 2013 : au mois de septembre 2013, le commandant en chef de la marine russe, l'amiral Viktor Tchirkov, s'est rendu chez Severnoe. Suite à cette visite, son porte-parole a indiqué que la propulsion du bâtiment pourrait bien être nucléaire, mais qu'une propulsion classique était également considérée. 

D'après les différentes pistes évoquées, le futur destroyer pourrait disposer aussi bien d'un tonnage de 7 500 tonnes (propulsion classique) que d'un tonnage deux fois supérieur, soit 15 000 tonnes (propulsion classique de type CODAG ou propulsion nucléaire). Toutefois, l'hypothèse d'un bâtiment disposant d'un déplacement de 12 000 tonnes semblent la plus probable, ce qui le rapprocherait des croiseurs lance-missiles de type Moskva (Projet 1164).

Severnoe devrait proposer un destroyer polyvalent, disposant de capacités ASM, anti-surfaces et anti-aériennes, et qui pourrait en outre mettre en oeuvre une défense anti-missile (on parle notamment d'y installer un système S-500 Prométhée, qui dispose de la capacité de traiter jusqu'à 10 cibles sur une portée de 600 km). Le bâtiment devrait être équipé en UKSK qui pourrait tirer des missiles de la famille Kalibr ainsi que des missiles anti-navires Onyx. Il serait également doté du système SAM Poliment-Redut développé par Almaz-Antey. Le destroyer devrait enfin être équipé du système de combat Sigma qui est graduellement installé sur les bâtiments de guerre russe.

Une des missions assignées au futur destroyer sera la protection des BPC de type Mistral russe, ainsi que celle du, voire des, groupes aéronaval(s) russe(s). En ce qui concerne le coût du bâtiment construit en série, certains experts avancent la somme de €1 milliard à €1,5 milliard par unité. En terme de nombre d'unité, il serait question de construite d'ici à 2030 jusqu'à 16 unités de ce type. Là encore, un véritable défi pour le complexe militaro-industriel et l'économie russe.

Nous avons consacré un article aux pistes envisagées pour le design du bâtiment en 2013.

 

Le futur porte-avions

 

En 2008, le commandant en chef de la marine russe, l'amiral Vladimir Vissotsky, avait déclaré que la Russie aurait besoin de 6 groupes aéronavals d'ici à 2030. Cette déclaration reflétait au passage l'assimilation au sein de la pensée navale russe du concept américain de groupe aéronaval. Toutefois, au mois de novembre 2013, le vice premier ministre Dmitri Rogozine rappelait, tout en mettant en doute la nécéssité pour la Russie de disposer d'un tel bâtiment, que la décision portant sur la construction d'un nouveau porte-avions n'avait pas encore été prise et qu'elle était avant tout politique.

Il convient de rappeler que le programme d'armement d'Etat 2011-2020 n'a prévu aucune forme de financement pour la construction d'un porte-avions. Le sujet alimente les débats au sein de l'élite politico-militaire russe en cette période de crise économique. Il n'en demeure pas moins que le ministère de la Défense russe a lancé les études concernant le développement d'un tel bâtiment.

En 2012, l'institut Krilov a ainsi développé conjointement avec le bureau d'étude Nevski (tous deux sont basés à Saint-Pétersbourg) un avant projet de porte-avions nucléaire d'un déplacement de 60 000 tonnes. Ce projet n'aurait cependant pas donné satisfaction à la marine dans la mesure où il s'inspirait encore trop de l'Oulianovsk, l'unique porte-avions nucléaire soviétique, mis sur cale en 1988 et jamais achevé. Ce projet reposait donc sur des technologies des années 1980, alors que la marine russe souhaiterait disposer d'un bâtiment pouvant rivaliser en terme de technologies avec la nouvelle génération de porte-avions américains de classe Gerald Ford. Fin 2013, les travaux portants sur la conception du futur porte-avions russe se poursuivaient, mais aucune décision quant à sa construction n'avait encore été prise. En revanche, le programme de constructions navales d'ici à 2050 devrait prévoir le développement d'un tel bâtiment. Il faudra atteindre également de voir si le plan d'armement 2016-2025 prendra en compte la construction de porte-avions. En tous les cas, si ils sont construits, les porte-avions russes seront déployés dans les flottes du Nord et du Pacifique.

D'après les dernières informations ouvertes disponibles, le design du futur PA sera présenté courant 2015, tandis que toutes la documentation technique serait prête pour 2018. La construction de la première unité pourrait débuter en 2020/2021, avec une mise à l'eau intervenant en 2024 et enfin, la livraison de la première unité vers 2027.

A quoi ressemblera le futur porte-avions russe ? Nous avons publié cet été sur ce blog un article concernant le design probable du bâtiment. Rappelons qu'à ce jour, deux options semblent se détacher : un porte-avions d'un déplacement de 60 000 tonnes, donc assez proche de celui du Kouznetsov, ou un porte-avions d'un déplacement de 80 000 t et d'environ 300 à 320 mètres de long.

Afin de construire le futur PA, l'industrie navale russe devra apprendre à mettre en oeuvre la construction sous forme de blocs. En ce sens, elle devait bénéficier de l'expérience acquise lors de la construction des BPC de type Mistral. Plus généralement, la construction de navires par blocs devrait être progressivement introduite dans les chantiers navals russes, d'abord pour les unités de taille modeste (corvettes) puis pour les unités plus importantes (frégates) avant de concerner le futur destroyer.

Le futur porte-avions embarquera entre 25 et 40 appareils qui seront soit des MiG-29K, soit des T-50 navalisés. En ce qui concerne l'entrainement des pilotes, la Russie construit un nouveau simulateur terrestre NITKA sur une base aérienne à côté de Ieïesk (kraï de Krasnodar) qui devrait être pleinement opérationnel en 2015. Moscou s'affranchit ainsi des installations situées en Crimée.

Enfin, le bâtiment devrait également intégrer des systèmes anti-aériens et une défense anti-missiles (S-500 ?). Concernant le coût unitaire du PA, aucune nouvelle information n'est apparue : nous pouvons donc rester sur le chiffre d'environ €2 milliards donné cet été.

 

PA rus 2013 1

Une maquette du futur PA russe présenté lors du salon naval international de St Pétersbourg cet été. Source : flotprom

 

Sources : flotprom, RIA Novosti, Interfax, Voice of Russia, Izvestia, Pravda, Russian Military Reform, Russian Defence.net, Rusarmy.com, IHS Jane's 360, veille de l'auteur.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories