Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 11:50
Submarines: Son Of Gotland Is A GHOST

 

October 12, 2015: Strategy Page

 

Sweden has released more details of their new A26 class. This project was only announced earlier in 2015. This is a big deal because Swedish submarines have always been highly regarded because of clever design ideas and new technology each new class uses. It is now known that the A26 will have a “ghost mode” that makes the sub virtually undetectable while submerged. This includes the ability to sit on the sea floor, as if it were inert wreckage, while divers from the sub can still move in and out to plant mines or perform other functions. In short the A26 will emphasize stealth and the ability to dominate shallow and “busy” (lots of inlets, rivers and islands) coastal waters.

 

The A26 is a replacement for the Cold War era Gotland class boats. Two A26 subs will be in service by 2019 but all the new technology will not be completed until 2024. The two A26s will eventually replace the three Gotlands that entered service in 1996.

 

What made the diesel-electric Gotland unique was that it was the first submarine designed from the start to use AIP (air-independent propulsion).  With AIP it could remain submerged for 19 days. Gotlands were also among the quietest non-nuclear submarines in the world. The three Gotland class boats are highly automated, with a crew of 30. They displace 1,494 tons, are 60.4 meters (198 feet) long and have four 533mm torpedo tubes (with 12 torpedoes) and two 400mm tubes (with six torpedoes). They can also carry 48 mines externally.

 

The A26 is a 1,900 ton boat that is 63 meters (207 feet) long and armed in a similar fashion to the Gotlands but with about 20 percent more mines and torpedoes. Each one will cost about $500 million. Underwater endurance (with an improved AIP) is the same as the Gotlands; 18 days with overall endurance of 45 days. The A26 crew is smaller (about 28). The A26 has better electronics and can dive a bit deeper (at least 200 meters/650 feet). Both designs were mainly intended for coastal waters and the relatively shallow Baltic Sea (average depth 55 meters and max depth 459 meters). The A26 is also equipped to carry naval commandos and has a special chamber for the commandos to leave and enter the submerged sub. The core stealth technology for the A26 is called GHOST (Genuine HOlistic STealth) and some of this may end up in one or more of the refurbished Gotlands. GHOST involves more tech for keeping machinery even quieter than it is now as well as designing the shape of the A26 to make it more difficult for sonar and other sensors to detect.

 

Meanwhile the three Gotland boats are undergoing refurbishment and upgrades, which was always meant includes some of the new gear developed to the next class of subs. The refurbed Gotlands can serve into the late 2020s if need be. There are many nations who seek to buy second-hand Swedish subs and that’s what may happen to the Gotlands.

 

The U.S. Navy had a high opinion of the Gotlands as they leased one of them (along with Swedish crew) for two years (2006-7) to be a vital part of an anti-submarine warfare training program. The Gotland was something of a worst case in terms of what American surface ships and submarines might have to face in a future naval war. None of America's most likely naval opponents (China, North Korea or Iran), have many or any AIP boats, but they do have plenty of diesel-electric subs which, in the hands of skilled crews, can be pretty deadly. China is already putting AIP subs into service.  Training against the Gotland enabled the U.S. Navy to improve its anti-submarine tactics and techniques, as well as getting much valuable data from inside the Gotland. All the results of this training is highly classified, but it was apparently successful enough to get the one year program extended for another year.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 11:30
Admiral Bülent Bostanoğlu, making the first ceremonial welding - photo turkishnavy.net

Admiral Bülent Bostanoğlu, making the first ceremonial welding - photo turkishnavy.net

 

13 octobre 2015. Portail des Sous-Marins

 

Le chantier naval turc Gölcük Tersanesi Komutanl a débuté le 8 octobre la construction du sous-marin classique TCG Pirireis.

 

Le programme a connu de nombreux retards attribués à des raisons commerciales et techniques qui sont apparus après la signature en 2009 de l’accord entre la Turquie et ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS).

 

Cet accord prévoyait la livraison de 6 ensembles de composants pour la construction en Turquie de 6 sous-marins U-214.

 

Référence : Info Defensa (Espagne)

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 07:50
Artist's impression of the Successor submarine. Image by BAE Systems

Artist's impression of the Successor submarine. Image by BAE Systems

 

LONDON, Oct. 12 By Richard Tomkins   (UPI)

 

BAE Systems starts renovation of naval shipyard for future Royal Navy nuclear submarines.

 

Groundwork has started on the renovation of a central shipyard complex that be used for outfitting future Royal Navy Successor submarines. British Forces News said BAE Systems had announced last year a $459 million modernization of the entire shipyard in Barrow-in-Furness, Cumbria, in anticipation of government approval of the nuclear deterrent submarines, which will replace Vanguard-class vessels. British Prime Minister David Cameron confirmed earlier this week that Britain will order four new Successor submarines. BAE Systems was given an additional Ministry of Defense contract for the final phase of design work on the ships, which will carry nuclear ballistic missiles. Renovation of the central yard complex is expected to be completed the end of 2017, the British military's news service said.

Read more

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 16:50
A26- photo Saab Kockums

A26- photo Saab Kockums

 

Boulogne-Billancourt, October 12th, 2015 - par Sagem

 

Sagem (Safran) has been selected by Swedish shipyard Saab Kockums, winning this major contract against an international field of competitors, to supply the optronic masts for four submarines to be deployed by the Swedish navy.

The contract provides for Sagem Series 30 optronic surveillance masts to outfit two future A26 class submarines and two Gotland class submarines, already in service, along with initial logistic services and options for additional systems.

Saab Kockums' selection of Sagem's optronic mast was based on its high-performance optronic sensors, easy integration in the ship's combat system, and a human-machine interface that allows for optimized operation of its high-definition imaging functions.

Using modern non-penetrating technology for the subs' pressure hulls, Sagem's optronic masts feature a compact design and highly integrated multi-sensor architecture. They meet the Swedish navy's most demanding stealthiness requirements.    

The optronic surveillance masts to be delivered to the Swedish navy are based on Sagem's Series 30 family, already produced for the Scorpène class submarines built by French shipyard DCNS for the international market, and the future Suffren class nuclear attack submarines for the French navy (Barracuda program). Sagem's optronic masts were ordered by the South Korean shipyard DSME in 2014 for its KSS-III ocean-going submarines.  

With this latest contract, Sagem confirms its position as the international benchmark in submarine optronic systems. The clear technology leader in this critical segment, Sagem develops and produces, in France, a complete family of attack periscopes, optronic masts and radar masts for submarines. Sagem develops its family of masts at its R&D center of Massy, assembles these masts at its plant in Dijon, and makes the infrared imagers in Poitiers.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 11:35
Yuan class submarine (photo : pixnet)

Yuan class submarine (photo : pixnet)


08.10.2015 Defense Studies

The Thai Navy will rework funding pattern for the purchase of three Chinese submarines and resubmit the proposal to the cabinet for approval.

The purchase proposal was on the cabinet agenda last week but withdrawn amid a report the Defence Ministry wanted the navy to spread payments for the submarines over 10 years rather than seven, Thai media reported.

Thai Defence Minister Prawit Wongsuwon on Tuesday denied reports that the navy's submarine procurement project was being suspended or stalled.

Gen Prawit said he had asked the navy, which plans to buy three Chinese submarines valued at 36 billion baht, to rework its funding plan. The proposal would be submitted to the cabinet for consideration "when the time is right".

There were reports last week that Thailand might prefer frigates in place of submarines. Newly appointed Royal Thai Navy Chief, Admiral Na Areenij had said that the navy would propose an ‘alternative’ if the submarine plan was stalled or cancelled. Local media interpreted this to mean that that the navy would propose the purchase of frigates.

(DefenseWorld)

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 11:35
Scorpene photo DCNS

Scorpene photo DCNS

 

09.10.2015 Pacific Sentinel
 

Jakarta is interested in bolstering its deterrence capabilities.

 

Indonesian defense official have expressed interest in purchasing French-built Scorpene-class 1000 diesel-electric attack submarines (SSK) IHS Jane’s Navy International reports.

 

Representatives of the French shipbuilder DCNS, the company offering the boats, confirmed Indonesian-French government-to-government talks at this year’s Pacific 2015 International Maritime Exhibition currently taking place in Sydney, Australia.

 

“The talks are going on at the government-to-government level, mostly to discuss the needs of the Indonesian Navy,” according to a DCNS representative interviewed by IHS Jane’s Navy International.

 

“So far, what the Indonesians have identified is the need for a complementary submarine fleet that can fill in the gaps of their new ocean-going submarines, and they are considering the Scorpene 1000.”

 

Read the full story at The Diplomat

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 11:40
Russia Unveils Plans to Modernize Nuke-Powered Submarines

 

Oct 06, 2015 (Sputnik)
 

Moscow - Russia is modernizing 12 nuclear-powered submarines as part of an ambitious project to extend the life of the vessels by another 20 years, according to Russian Defense Minister Sergei Shoigu. Six of the submarines are undergoing repairs and upgrades at Zvezda shipyard at Bolshoy Kamen on Russia's Pacific coast. According to navy and shipyard representatives, the upgrades include new missiles and other weapons. The work aims to put the submarines on the same technological level as Russia's next-generation nuclear-powered boats, such as the new Project 885M Yasen-class submarines. The six boats reportedly include Schuka-B/Project 971 Akula-class nuclear-powered attack submarines and Antyey/Project 949A Oscar II-class guided-missile submarines that were built in the late 1980s and early 1990s. Three of the six subs reportedly are receiving new anti-ship cruise missiles. The modernization program has left current force levels as low as nine active submarines across the fleet.

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 18:35
Scorpene photo DCNS

Scorpene photo DCNS

 

6 octobre 2015. Portail des Sous-Marins

 

L’Inde pourrait commander « quelques » sous-marins classiques supplémentaires à DCNS, afin de répondre aux besoins urgents de la marine indienne. Selon des sources gouvernementales indiennes, DCNS qui construit déjà 6 sous-marins Scorpène en partenariat avec le chantier Mazagaon Dock Limited de Mumbai, va probablement recevoir une commande de sous-marins supplémentaires du même type. La marine indienne met tous ses efforts pour conserver sa flotte sous-marine, en particulier après une série d’accidents l’an dernier.

 

La flotte sous-marine indienne est officiellement réduite à 15 sous-marins : 9 Kilo, 4 U-209, un SNA de type Akula loué depuis 2012 à la Russie et l’INS Arihant, le premier SNLE qui effectue actuellement ses essais à la mer.

 

Le premier sous-marin Scorpène construit en Inde, le Kalvari, mis à l’eau en avril dernier, a commencé ses essais à la mer. Il devrait être admis au service actif en septembre 2016. Les 5 autres sous-marins devraient être livrés au rythme d’un tous les 9 mois. Ces sous-marins devraient constituer la pierre angulaire de la force sous-marine indienne pour les 20 prochaines années.

 

Les 4 premiers Scorpène sont à propulsion classique et les 2 derniers devraient être équipés d’un système AIP de propulsion anaérobie, lui permettant de rester plus longtemps en plongée.

 

Les sources précisent que le chantier MDL construira probablement les nouveaux sous-marins parce que le gouvernement ne veut pas gaspiller les compétences et les infrastructures développées par le chantier.

 

Elles ajoutent que les nouveaux sous-marins seront probablement équipés d’une propulsion AIP.

 

Référence : New Indian Express

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 16:35
Sous-marins : le Japon se lance aussi dans la compétition du siècle

L'appel d'offres porte sur le remplacement des sous-marins australiens de la classe Collins et pourrait concerner jusqu'à 12 sous-marins de plus de 4.000 tonnes. (photo RAN)

 

06/10/2015 Par Michel Cabirol – LaTribune.fr (avec agence)

 

D'abord réticents, les Japonais se disent capable de fabriquer entièrement les sous-marins Soryu en Australie. Ils se posent comme des concurrents sérieux face à DCNS et à l'allemand ThyssenKrupp Marine Systems.

 

Le consortium japonais en lice pour un contrat de défense de 35 milliards de dollars (31 milliards d'euros) en vue de la livraison de sous-marins à l'Australie s'est dit certain mardi de pouvoir construire entièrement des submersibles sur place si le gouvernement australien en fait la demande. Ce qui est pourtant le cas, Canberra demandant entre autre des propositions avec une industrialisation sur place. Le consortium, composé de l'État, de Mitsubishi Heavy Industries et de Kawasaki Heavy Industries propose à la marine australienne le sous-marins de type Soryu, long de 84 mètres et déplaçant 4.200 tonnes en plongée.

Alors que la question des emplois industriels est un sujet politique sensible en Australie, le consortium japonais s'était jusqu'à présent montré réticent à prendre un tel engagement, contrairement à ses concurrents européens, DCNS et l'allemand ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS). L'appel d'offres porte sur le remplacement des sous-marins australiens de la classe Collins et pourrait concerner jusqu'à 12 sous-marins de plus de 4.000 tonnes. La décision de Canberra est attendue à l'horizon de la fin du premier trimestre 2016.

"Je pense que nous sommes très confiants dans notre capacité à construire des bateaux en Australie dès le départ", a déclaré un porte-parole du ministère japonais de la Défense, Masaki Ishikawa, en marge d'un déplacement dans une exposition navale à Sydney.

 

Le mea culpa des Japonais

Masaki Ishikawa s'est dit persuadé que la solution hybride prônée par son gouvernement, consistant à construire une partie des sous-marins au Japon et l'autre en Australie, serait la moins chère pour le contribuable australien. Le Japon a paru dans un premier temps disposer d'une longueur d'avance sur ses concurrents européens pour ce contrat, l'un des plus importants en valeur actuellement dans le monde en matière de défense, en raison de la relation personnelle privilégiée nouée entre le Premier ministre japonais Shinzo Abe et celui qui était alors son homologue australien, Tony Abbott.

L'éviction de ce dernier par Malcom Turnbull pourrait toutefois avoir changé la donne, d'autant que le consortium japonais semble avoir multiplié les maladresses ces derniers temps. Masaki Ishikawa a reconnu mardi que le consortium japonais avait certainement été déficient en matière de relations publiques. "Nous comprenons la nécessité de nous adresser davantage aux responsables politiques, aux médias et à l'opinion publique", a-t-il assuré.

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 07:20
First Lady Michelle Obama to Christen Submarine Illinois on Saturday, Oct. 10

 

GROTON, Conn., Oct. 5, 2015 /PRNewswire

 

First Lady Michelle Obama joins General Dynamics Electric Boat in christening Illinois (SSN-786), the U.S. Navy's newest and most advanced nuclear attack submarine, at a ceremony here Saturday, Oct. 10, at 11 a.m. Electric Boat is a wholly owned subsidiary of General Dynamics (NYSE: GD).

 

First Lady Michelle Obama is the ship's sponsor and participated in the keel laying of the Illinois in 2014. The christening's principal speaker is Secretary of the Navy Ray Mabus.

The submarine Illinois is the 13th ship of the Virginia class, the first U.S. Navy combatants designed for the post-Cold War era. Unobtrusive, non-provocative and connected with land, air, sea and space-based assets, Illinois and the other Virginia-class submarines are equipped to wage multi-dimensional warfare around the globe, providing the U.S. Navy with continued dominance in coastal waters or the open ocean.

With its construction partner Newport News Shipbuilding, Electric Boat has delivered 12 Virginia-class submarines; another nine are under construction.

A live video and audio webcast of the Illinois christening will be accessible online at: www.ebchristenings.com. Webcast coverage will begin Saturday at 10:30 a.m. EDT; the ceremony will begin at 11 a.m. and conclude at approximately 12:15 p.m. The program will be available for on-demand replay for one week, beginning at approximately 2:30 p.m. EDT on Saturday.

Attendance is by invitation only.

More information about the christening is available at www.ebchristenings.com. More information about General Dynamics Electric Boat is available at www.gdeb.com.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 07:35
Un SNLE chinois aurait effectué sa première patrouille de dissuasion

 

3 octobre 2015. Portail des Sous-marins

 

Un sous-marin nucléaire lanceur d’engins chinois Type 094, équipé de missiles nucléaires JL-2 pouvant atteindre les Etats-Unis, aurait effectué sa première patrouille opérationnelle de dissuasion.

 

Le quotidien de l’Armée Populaire de Libération a annoncé jeudi que Liu Mingli, commissaire politique de la flotte de mer de Chine méridionale, avait remis des récompenses de 1ère classe à 41 membres de l’équipage du sous-marin, à la base navale de Yalong Bay, sur l’île de Hainan. Selon un journal de Hong Kong, cela signifie que le sous-marin de la classe Jin a effectué sa première patrouille opérationnelle.

 

La Defense Intelligence Agency avait indiqué en septembre que la marine chinoise allait envoyer un SNLE en patrouille, mais sans préciser de date.

 

« La capacité de maintenir en permanence des patrouilles de dissuasion est une étape majeure pour une puissance nucléaire, » expliquait en septembre Larry Wortzel, un membre de la U.S.-China Economic and Security Review Commission du Cingrès. « Je pense que les Chinois l’annoncerait comme une démonstration de puissance et pour le prestige. »

 

Le missile JL-2 a une portée de 14.000 km et pourrait atteindre l’Alaska depuis le Japon, et les 50 états américains depuis Hawaï.

 

En novembre 2013, un SNLE Type-094 avait lancé des missiles JL-2.

 

Le SNLE Type 094 serait toutefois très bruyant. Il serait facilement détectable par les moyens de reconnaissance américains en mer de Chine du Sud.

 

Référence : United Press International (Etats-Unis)

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 11:35
S-3 Viking anti-submarine warfare (ASW) aircraft - photo US Navy

S-3 Viking anti-submarine warfare (ASW) aircraft - photo US Navy

 

September 24, 2015: Strategy Page

 

South Korea is seeking to buy about twenty retired American S-3 anti-submarine warfare (ASW) aircraft to augment South Korean ability to find and destroy North Korean submarines. The United States retired the last of its S-3s in 2009 but put dozens in storage, just in case. Before putting these aircraft in storage the navy took advantage of new, lightweight, search radars and targeting pods and in 2006 began equipping S-3 aircraft with Lantirn targeting pods. This was in an effort to extend the life of the S-3s, as reconnaissance aircraft. That did not prevent the retirement decision.

 

The S-3 was originally designed as an anti-submarine aircraft, and served in that capacity from its introduction in the mid-1970s, to the late 1990s. The end of the Cold War ended most of the submarine threat so after 1999 the S-3 has served as a patrol aircraft and aerial tanker. It was hoped that a reequipped S-3, with the long endurance (ten hours per sortie), day/night video capability of the Lantirn, and lightweight search radar, would make it a much more effective maritime patrol aircraft. The Lantirn pod costs two million dollars, and is hung off a hard point like a bomb or fuel tank. Despite this effort some 90 late model S-3s, about half the 188 manufactured, are in storage and can be brought back to service in a few months. South Korea would add some of its own electronics and begin using the S-3s for ASW work.

 

The 23 ton S-3 is a twin-jet ASW aircraft designed to operate from aircraft carriers. It carries a crew of four (two pilots and two equipment operators) and up to 2.2 tons of weapons (bombs, mines, depth charges, ant-submarine torpedoes). Cruise speed is 650 kilometers an hour and stall (slowest) speed is 180 kilometers an hour. Also carried are sixty sonobuoys plus extensive electronics (search radar, night vision camera and magnetic anomaly detector).

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:35
Les atouts de DCNS pour remporter le méga-contrat des sous-marins australiens

 

29 septembre 2015 Par Hassan Meddah - UsineNouvelle

 

Opposé à l’allemand TKMS et à un consortium japonais, le fabricant de navires militaires s’est positionné sur le contrat de renouvellement de la flotte de sous-marins de la Royal Australian Navy. Un contrat qui pourrait atteindre 30 milliards d’euros. DCNS proposera une version conventionnelle du sous-marin nucléaire Barracuda déjà en production pour la marine française.

 

Pour les fabricants de sous-marins, c’est le contrat du siècle. L’Australie a lancé une compétition pour le renouvellement de sa flotte,  de Collins vieillissants de conception suédoise qui devraient quitter le service d’ici 2025. La pays serait prêt à acheter entre 6 à 12 sous-marins pour un montant qui pourrait atteindre 30 milliards d’euros.

Après leur pré-sélection au printemps dernier, seuls trois groupes ont eu l’opportunité de déposer une offre initiale le 18 septembre dernier. Le français DCNS sera ainsi opposé à son rival de toujours, l'allemand ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS) et à un consortium japonais regroupant Kawasaki et Mitsubishi.

Les candidats seront départagés selon six critères: le design des sous-marins, leur coût, l’organisation industrielle associée pour les produire, leur maintenance sur trente ans et la capacité d’intégrer un système de combat américain. Enfin le prix sera bien sûr un élément déterminant de l’offre.

La Royal Australian Navy exige un sous-marin de la gamme des 4000 tonnes et plus capable d’opérer de longues missions océaniques. Sur le plan industriel, Canberra n’écarte aucune option : une production "on-shore" (c'est-à-dire locale), "off-shore" (entièrement à l’étranger) ou un mix des deux, où le premier exemplaire pourrait être par exemple produit chez le fournisseur et le reste dans un chantier naval australien. Elle a demandé à chacun des candidats de plancher sur les trois scénarios. Ils doivent remettre leur copie définitive fin novembre. L’Australie sélectionnera ensuite un fournisseur exclusif d’ici le premier semestre 2016 pour des premières livraisons estimées d’ici 2026.

 

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2015 7 20 /09 /septembre /2015 16:50
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

by

 

A submarine may be subject to enemy action, mechanical failure, accidental damage or collision that results in it being immobilised. In these circumstances the crew will need to escape or be rescued quickly. The UK, Norway and France maintain the NATO Submarine Rescue System (NSRS) to provide timely and effective rescue.

This is another Think Defence Project, greatly expanded and updated from various posts, collected on a single page.

 

Click to read more…

 

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 12:50
U-Boot U31

U-Boot U31

 

17.09.2015 par Portail des Sous-Marins

 

Les marines allemande et italienne cherchent à augmenter à nouveau la taille de leur flotte sous-marine, à la lumière de l’évolution des défis de sécurité, ont indiqué des responsables officiels à la conférence Subcon 2015 sur les technologies sous-marines organisées à Kiel par ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS).

 

 Allemagne

Un « arc d’instabilité » couvre désormais plusieurs continents, exacerbant les défis à la sécurité maritime. La crise ukrainienne a mis en lumière le besoin de ne pas oublier les défis plus traditionnels, souligne le vice-amiral Andreas Krause, le commandant de la marine allemande.

La mer Baltique faire son retour comme zone d’intérêt pour la marine allemande, avec la capacité d’exercer un contrôle de zone maritime et d’avoir une capacité d’interdiction et de dissuasion en mer, a ajouté le capitaine de vaisseau Henning Faltin, responsable des plans futurs au ministère de la défense. Garantir un espace maritime sûr et ouvert est important pour les pays de la région et indispensables pour l’accès des pays baltes au monde en particulier.

Alors que les nouvelles technologies — senseurs, armement, modularité accrue et entraînement sur simulateur — peuvent permettre de résoudre certains défis, la marine allemande pourrait avoir besoin de dépasser le nombre actuel de sous-marins : 6. Pendant la Guerre Froide, l’Allemande disposait de plus de 20 sous-marins côtiers, plus petits. Elle avait prévu de les remplacer par 12 sous-marins après les années 2000. Mais ce chiffre a été régulièrement réduit. Lorsque tous les sous-marins côtiers restants ont été désarmés en une seule fois en 2010, il ne lui reste plus que 4 U-212A. Deux autres sont en construction et devraient être mis en service d’ici la fin de l’année.

Même s’il n’y a pas encore un besoin urgent d’avoir plus de sous-marins, les besoins opérationnels futurs de la marine allemande poussent à envisager les choses bien à l’avance, en particulier dans l’optique du remplacement des sous-marins actuels, qui pourrait commencer d’ici 15 ans. Il pourrait s’accompagner d’une légère augmentation du nombre de sous-marins, au-delà des 6 actuels.

 
Italie

La flotte sous-marine italienne est actuellement composée de 6 sous-marins : 2 U-212A et 4 Improved Sauro, construits entre 1988 et 1995. 2 autres U-212A sont actuellement en construction afin de remplacer en 2016 les 2 Sauro les plus anciens. En 202, avec le désarmement des 2 Sauro restants, la flotte ne se composera plus que de 4 U-212A.

Mais l’instabilité et les conflits en cours sur les côtes méditerranéennes, l’importance de son commerce, et — plus récemment — son utilisation pour les trafics de drogue et d’êtres humains, ont conduit la marine italienne à augmenter l’utilisation de ses sous-marins. Depuis mars, 2 sous-marins italiens sont en permanence déployés au large des côtes libyennes, selon le contre-amiral Dario Giacomin, commandant les forces sous-marines. Les sous-marins italiens ont aussi participé entre 2010 et 2013 aux opérations de lutte contre la piraterie en océan Indien.

Même si les sous-marins apportent la preuve de leur flexibilité dans ces scénarios modernes, le contre-amiral Giacomin avertit que l’importance des rôles traditionnels ne doit pas être sous-estimée. « La dissuasion, l’interdiction et le contrôle d’une zone maritime restent les principales raisons d’être d’une flotte sous-marine. » La force sous-marine espère aussi limiter la réduction du nombre de sous-marins. Elle envisage en effet de prolonger de 10 années supplémentaires la vie de 2 Improved Sauro (maintenant la flotte à 6 sous-marins jusqu’à au moins 2025). Elle pousse aussi le gouvernement à aller au-delà des 4 sous-marins prévus à long terme dans le cadre de la préparation du futur livre blanc sur la défense.

 

Référence :  Jane’s (Grande-Bretagne)

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 16:25
S-BR1 Riachuel  photo Ricardo Pereira

S-BR1 Riachuel photo Ricardo Pereira

 

Sept 09, 2015 by Defense-Aerospace.com

(Source: Brazilian Navy; issued Sept 09, 2015)

(Issued in Portuguese; unofficial translation by Defense-Aerospace.com)

 

The Navy of Brazil passed a major milestone in the PROSUB Submarine Development Program when, on September 2, the Nuclebrás Heavy Equipment SA (NUCLEP) delivered to Itaguaí Construção Naval (ICN), the final section of the pressure hull of the first conventional submarine (S-BR1), the "Riachuelo."

 

The ceremony marking the delivery, presided by the Commander of the Navy, Admiral- Eduardo Bacellar Leal Ferreira, marked the completion of the first phase of construction of the submarine "Riachuelo".

 

This delivery will now allow all sections of the pressure hull to move to the next phase of equipment and systems installation. The pressure hull is composed of cylindrical sections structurally reinforced to withstand the maximum operating pressure of the submarine.

 

PROSUB is a partnership between Brazil and France and provides, among other things, the transfer of technology necessary to the construction of four conventional diesel-electric submarines and one submarine with nuclear propulsion.

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 16:35
Bientôt le début des essais à la mer du premier des 6 sous-marins Scorpène de la marine indienne

Des ingénieurs et ouvriers du chantier naval Mazagon Dock Ltd. de Mumbai lors de la sortie du hall de construction du premier sous-marin Scorpene indien

 

12 septembre 2015. Portail des Sous-Marins

 

Le Kalvari, le premier des sous-marins classiques de type Scorpène construits pour la marine indienne, devrait quitter le chantier de construction de Mumbai à partir du 30 septembre pour des essais à la mer rigoureux.

Le Kalvari a été mis à l’eau le 6 avril dernier. Depuis, certains systèmes et équipements ont été validés lors d’essais à quai.

« L’équipage du sous-marin et les équipes du constructeur vont au cours des prochains mois mener les essais des différents équipements et du sous-marin dans son ensemble dans différentes situations, avant de déclarer le Kalvari apte à la mise en service en septembre 2016, » explique un responsable. Un essai de lancement d’armes est prévu en juin.

 

Référence : Hindustan Times (Inde)

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 16:50
HMS Queen Elizabeth - photo QEC

HMS Queen Elizabeth - photo QEC


source Royal Navy
 

HMS Queen Elizabeth begins tracking aircraft as she flashes up her radar

Turning and burning’ for the first time, this is the long range radar of Britain’s flagship of tomorrow.

READ MORE

Rain-full skies for Artful as Navy’s newest submarine debuts in Faslane

A traditional Faslane welcome – rain, cloud – greeted the newest war machine in the Royal Navy’s arsenal.

READ MORE

MADE IN THE ROYAL NAVY

See how Shantel took her cooking skills to the next level, exploring new cuisines and the world. The latest video in our Made in the Royal Navy series gives you a little taster of what it’s like to be a chef in the Royal Navy.

FIND OUT MORE

JOB OF THE MONTH: ENGINEERING TECHICIAN (MARINE SUBMARINER)

A crucial member of a close-knit and professional crew, you’ll be responsible for maintenance on your submarine’s vital systems, from air and water purification to the nuclear reactor itself. You’ll also be trained to operate engines, power-generation equipment and the nuclear reactor. When the submarine goes into action, you’ll be part of a damage-control and firefighting team. When you’re not at sea, you could be working hands-on at a fleet maintenance unit, or helping to plan maintenance schedules for the entire Submarine Service. Wherever you’re serving, you’ll be part of an elite fighting force, respected throughout the Royal Navy and beyond.

FIND OUT MORE
Partager cet article
Repost0
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 11:40
SNLE Severodvinsk  (projet 885 Iassen)

SNLE Severodvinsk (projet 885 Iassen)

 

13.07.2015 sputniknews.com

 

Selon la revue américaine, The National Interest, la Russie souhaite revoir l’oganisation et les capacités de sa flotte, en modernisant les sous-marins de l'époque de la guerre froide et en projetant la création de nouveaux modèles.

 

La revue a publié un top-5 des sous-marins russes les plus performants.

 

Le projet 971 Chtchouka B (code Otan: Akula) occupe la première place de la liste. C'est l'un des sous-marins nucléaires les plus perfectionnés de la marine russe. Malgré qu'il soit moins silencieux par rapport à ces "homologues" européens, le projet 971 Chtchouka B est d'autant plus performant depuis une série de modernisations, nous pouvons citer également les modèles de la classe Akula: K-152 Nerpa, K-157 Vepr, K-335 Gepard.
 
Le sous-marin à propulsion diesel-électrique du projet 877 Paltus (classe Kilo selon l'Otan) est en deuxième position. Très discret à faible allure, ce sous-marin peut se révéler d'une efficacité redoutable. En situation de combat, le Kilo ne peut rivaliser en vitesse avec un sous-marin nucléaire d'attaque, aussi doit-il autant que possible rester furtif. Des bâtiments du projet 877 Paltus sont en service dans la marine russe, en outre, ils ont connu un certain succès à l'exportation et ont été construits pour plusieurs pays, notamment, pour la Chine, l'Inde, l'Iran mais pas que.
 

Le sous-marin diesel du projet 636 Varchavianka (Improved Kilo, selon le code de l'Otan) occupe la troisième place. Baptisé "trou noir" par les experts de l'OTAN pour sa discrétion, le sous-marin diesel-électrique polyvalent du projet 636 Varchavianka appartient à la 3e génération de sous-marins.

 
La quatrième place du classement est attribuée, selon The National Interest, à une nouvelle classe de sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de 4e génération du projet 955 Boreï. Le premier sous-marin, le Iouri Dolgorouki, ainsi que tous les autres modèles de la classe Boreï sont dotés de 16 missiles balistiques intercontinentaux Boulava et de 6 tubes pour les torpilles. Les sous-marins du projet 955 Boreï sont capables de fournir à la marine russe l'équipement technique nécessaire pour les années à venir.
 
Le SNLE polyvalent de 4e génération du projet 885 Iassen occupe la dernière place du top-5. Les sous-marins nucléaires d'attaque du projet 885 Iassen ont un déplacement de 8.600/13.800 tonnes d'eau et peuvent plonger à 600 mètres de profondeur. Selon les spécialistes, ce sont "les sous-marins les plus modernes et les moins bruyants de fabrication russe". Dotés de missiles supersoniques de croisière de type Oniks et Kalibr et de torpilles, ces sous-marins pourront détruire des cibles terrestres à une distance de 1.500 km des côtes.

 
Partager cet article
Repost0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 11:50
Exercise Gib Splash: The Submarine Parachute Assistance Group


6 juil. 2015 by Forces TV

 

Parachuting might not be something you would readily associate with a submarine rescue, but for one specialist team it's the fastest way to get to a crew in distress.

The Royal Navy’s Submarine Parachute Assistance Group (SPAG) is a specialist emergency rescue team on constant standby to travel to stricken submarines.

The highly-trained group was formed in the 1960s when Naval commanders decided they needed to be able to get experts to the site of a submarine emergency as quickly as possible.

This video shows SPAG exercising in the waters around Gibraltar.

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 07:55
Brest prépare l'accueil des sous-marins Barracuda

Directeur central du SID, l'ingénieur général René Stephan a posé la première pierre de l'infrastructure Barracuda - photo Ouest-France

 

04 Juillet Ouest-France

 

Vingt-trois mois. Ce sera la durée des travaux engagés depuis le mois d'avril à la Base navale pour accueillir le sous-marin nucléaire d'attaque Suffren, au printemps 2017.

 

L'arrivée d'une nouvelle génération de sous-marins nucléaires Barracuda exige, pour les ports qui les accueillent, des infrastructures adaptées, permettant d'assurer le maintien en condition opérationnelle et le soutien. À la base navale, la pose de la première pierre de cet important chantier s'est faite hier au quai d'armement Est, présidée par l'ingénieur général René Stephan, directeur central du Service d'infrastructures de la défense.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 11:20
photo DARPA

photo DARPA

 

Jun. 30, 2015 Jeremy Bender - uk.businessinsider.com

 

The US Navy is currently testing a robotic ship that would be able to autonomously hunt enemy diesel submarines. Originally conceived as a DARPA project, the Anti-Submarine Warfare Continuous Trail Unmanned Vessel (ACTUV) is designed to hunt the next generation of nearly silent enemy diesel submarines.

 

Read more

Partager cet article
Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 16:50
Kockums A26

 

30 juin 2015 by Saab

 

Kockums A26 is the world’s most modern submarine program for the Swedish Navy. The Kockums A26 is a unique submarine with proven modular design, silent long-endurance submerged performance and excellent manoeuvrability in all waters.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 07:35
photo DCNS

photo DCNS

 

29.06.2015 par Mer & Marine

 

Navfco, la branche navale de Défense Conseil International, assurera à compter du 1er septembre la formation des équipages des futurs sous-marins indiens du type Scorpene. Le premier des six bâtiments commandés par la marine indienne est en achèvement au chantier Mazagon Dock Limited de Mumbai, où sa mise à l’eau est prévue à la fin de l’été. C’est avec MDL que DCI a signé le contrat de formation. D’une durée de 22 mois, il concerne 100 Indiens, soit deux équipages de 36 marins allant armer les deux premiers Scorpene, une réserve et quelques futurs instructeurs qui transmettront le savoir-faire acquis aux équipages des Scorpene suivants.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 07:55
DCNS dévoile une version améliorée de son sous-marin classique Scorpène 2000

 

8 juin 2015 Portail des Sous-Marins

 

Lors d’un salon naval à Rotterdam, DCNS a dévoilé une version améliorée de son sous-marin classique Scorpène 2000.

Xavier Mesnet, directeur marketing pour les sous-marins, a expliqué que cette nouvelle version du Scorpène 2000 montre comment DCNS intègre les dernières technologies (comme des piles à combustible de 2è génération, le déploiement et la récupération de drône, la bouée multifonction Vipère...) ainsi que les exigences du client sur ses projets.

Le nouveau Scorpène 2000 présente un kiosque et un arrière modifié. Selon Marie Nicod, architecte naval de DCNS, la seule partie qui n’ait pas été modifiée est l’avant. Grâce à sa largeur, le kiosque peut accueillir jusqu’à 8 mâts. Le sous-marin est équipé de barres de plongée en croix de St-André pour une meilleure manœuvrabilité, ainsi que de stators à pales fixes : ils réduisent les pertes provoquées par l’hélice et augmentent ses performances.

DCNS peut adapter les Scorpène 2000 aux spécifications du client, y compris sa taille et ses formes. Cette version du Scorpène 2000 peut employer tous les types d’armes : torpilles, missiles anti-navires et anti-aériens, missiles de croisière, drones et nageurs de combat.

 

Le Scorpène 2000 pour l’Australie ?

La principale force du Scorpène 2000 par rapport à ses concurrents, est qu’il dépasse leurs capacités en terme de vitesse, d’autonomie et d’armement. Selon DCNS, d’importantes innovations donnent au sous-marin des performances réellement remarquables : une vitesse de 14 nœuds en transit, une autonomie de 3 mois ou 18.000 nautiques.

La vitesse de transit est 40% plus élevée que celle de ses concurrents. Plus vite un sous-marin peut rejoindre sa zone d’opérations, plus longtemps il peut y rester.

Autre facteur important pour le client potentiel : la possibilité d’intégrer des systèmes et des armements qui ne sont pas fournis par DCNS. Depuis l’Agosta 90B vendu au Pakistan, les sous-marins de DCNS ont une architecture ouverte. L’installation de systèmes de combat et d’armes conçus par d’autres fournisseurs ne présente aucune difficulté technique.

 

Référence : Navy Recognition (Etats-Unis)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories