Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 07:30
An Air Strike Imperative

A uranium enrichment facility at Qom, Iran - An facility for storing chemical warheads near Damascus

 

6/9/2013 Ronen Solomon - israeldefense.com

 

An analysis by Ronen Solomon: postponing a military strike in Syria will commit the US military to striking with the use of aerial bombardments, in order to hit underground bunkers where advanced weapons have been stored

 

In the past week, US defense officials have claimed that the timing of the operation against Syrian military and government targets, or primarily against the regime's HQs that supervise Syria's unconventional arsenal, will not influence the objectives of the operation, and that it can also be done in a month from now.

 

This information, delivered by the architects of the strike, is valid on the assumption that the US planned the use of fighter aircraft in advance, and not just the utilization of massive fire of Tomahawk missile from the naval vessels cruising through the eastern Mediterranean Sea.

 

Advanced weapons have been transferred within Syria, apparently including the transfer of chemical warheads from  regular bunkers to underground facilities dispersed in the region. This began once that it was understood that the plan for an attack could be on its way with a notice of just days, and would probably include the area where Division 155 - responsible for firing the chemical rockets at the eastern and western suburbs of Damascus - was operating.

 

Division 155 commands over numerous warehouses of missiles and artillery in the Damascus sector, which can also carry chemical warheads. Most of the infrastructure is routinely deployed or stored in semi-revealed bunkers. However, Syria also constructed underground facilities near the bases deep in the mountain for times of war. The characteristics of these facilities resemble those built by Iran near the city of Qom, in order to protect its nuclear facilities against attacks. The similarity is not accidental - most of Syria's underground infrastructures were constructed with Iranian and North Korean assistance, and are controlled by the Syrian military's elite units also responsible for securing the chemical weapons.

 

Another example of an underground facility suspected of being tied to the unconventional weapons project is located near the city of Masyaf in Syria's western Hama governorate. This is where Syria constructed warehouses in the depth of the mountain apparently used to store equipment and nuclear materials tied to the reactor project that was destroyed in Al Kibar.

 

Such facilities can only be breached and destroyed through the use of 'bunker busters'. The GBU-28s 'bunker buster' bomb can be launched from F-15I aircraft,  when the target marking is done with a laser beam. The bomb has was given its nickname since it is intended to detonate only after it pierces through the defenses of structures protected deep in the ground.

 

The educated use of these bombs or similar ones could send a signal to Iran - which is closely observing the developments - as to the ability to damage its underground nuclear facilities, in the event that a diplomatic agreement is not reached.

Repost 0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 07:30
Israel Hedges its Bets on Obama Bid for Military Force

Sep. 17, 2013 - By BARBARA OPALL-ROME – Defense News

 

Experts: Syria is no Litmus Test for Iran

 

TEL AVIV — As debate continues in Washington over a prospective Syrian strike, Israeli security experts are backing away from earlier claims — first articulated by Prime Minister Benjamin Netanyahu and since adopted by President Barack Obama and pro-Israel supporters on Capitol Hill — that failure to act against Bashar al-Assad’s use of chemical weapons will fuel the threat of a nuclear Iran.

 

In his Sept. 10 address to the American people, Obama reiterated the Syrian-Iranian connection as one of the rationales driving his decision for military force.

 

“Failure to stand against chemical weapons will weaken prohibitions against other weapons of mass destruction and embolden Assad’s ally, Iran, which must decide whether to ignore international law by building a nuclear weapon or pursue a more peaceful path,” Obama said.

 

Nearly identical language was employed by the American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) — Washington’s premier pro-Israel lobby — in its bid for congressional authorization to hold Assad accountable through military force.

 

“America must send a forceful message of resolve not just to Syria, but to those like Iran and Hezbollah… Failure to approve this resolution would call into question America’s will to carry out our commitments, including the President’s and Congress’ pledge to prevent Iran from acquiring nuclear weapons,” AIPAC wrote in a mass mailing to lawmakers.

 

For his part, Netanyahu has repeatedly warned, “Iran is closely watching whether and how the world responds to the atrocities committed by its client state in Syria.”

 

But with prospects far from certain of Obama securing the support he seeks for a Syrian strike, Netanyahu has ordered government ministers not to get involved in what the Israeli premier now claims is a domestic American affair.

 

In the contentious run-up to a congressional vote, a top Defense Ministry official and security experts here insist Syria is not a litmus test for Iran and caution against linking Assad’s use of chemical weapons to the Iranian nuclear threat.

 

Whichever way Congress votes and however Obama ultimately responds to atrocities attributed to Assad, experts here say American action or inaction should not be mistaken as a template for prospective future US-led intervention in Iran.

 

“Whether or not this is popular, I don’t recommend drawing conclusions about Iran from Syria. You can’t project one case onto another,” said retired Maj. Gen. Amos Gilad, the longtime director for political and security affairs at Israel’s MoD.

 

Speaking Sept. 8 at a conference of the Herzliya-based Institute for Counter Terrorism, Gilad said Israel’s overriding strategic concern is the looming threat of a nuclear-capable Iran. Regardless of how Washington chooses to deal with atrocities attributed to Assad, Gilad said the US president is committed to preventing a nuclear-armed Iran.

 

“I recommend taking Obama seriously when he says he will not allow Iran to acquire nuclear weapons,” he said.

 

At the same event, former Israeli National Security Adviser Uzi Arad warned of unintended consequences of a Syrian strike that could sap US legitimacy and restrict its maneuvering room for future military action in Iran.

 

The former Netanyahu security adviser criticized the pro-Israel lobby for exhorting support for a Syrian strike that may ultimately harm efforts to combat the nuclear threat. “AIPAC is using analogies about how this reflects on Iran, but the two cases are not at all analogous.”

 

“There’s no shadow of a doubt that Iran is a much larger threat to the entire region, including America, than Syrian use of [weapons of mass destruction],” Arad said.

 

“So even during this Syrian crisis, attention must not be deflected from the real strategic threat by risking complications and US credibility in a secondary, supporting element of the Iran-Syria-Hezbollah axis.”

 

Oded Eran, a former Israeli diplomat and senior associate at Tel Aviv’s Institute for National Security Studies, said Netanyahu was wise in enforcing his current policy of nonintervention in the Syrian civil war or in the ongoing debate in Washington.

 

“At the beginning, there was a kind of knee-jerk linkage of the Syrian chemical issue to the Iranian nuclear threat, but these are only artificial similarities,” Eran told reporters here last week.

 

“I suggest we take a deeper view and not jump to quick conclusions that American handling of the Syrian issue is a forerunner of what to expect in Iran,” he said.

 

In a late August interview on Israel Army Radio, President Shimon Peres reflected the government’s ambiguous support for White House policy on Syria and Iran. “I have full faith in President Obama’s moral and operational stance. I recommend patience and am confident that the United States will respond appropriately to Syria… Thoughtfulness should not be confused with indecision.”

 

Peres insisted that Israel should not be in a position of deciding or influencing US and international action in Syria. “For various reasons, there is consensus against Israeli involvement. We did not create the Syrian situation.”

 

As for Iran, Peres said he took Obama at his word. “I do not believe he will allow Iran to acquire nuclear weapons.”

Repost 0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 19:30
Syrie: rencontre russo-syrienne à Damas

DAMAS, 17 septembre - RIA Novosti

 

Une rencontre à huis clos du vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov avec le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem a débuté mardi à Damas.

Le représentant du président russe pour le Proche-Orient et vice-ministre des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov a évoqué mardi la réalisation des ententes russo-américaines sur le contrôle des armes chimiques syriennes lors d'une rencontre avec l'ambassadeur de Syrie à Moscou Riyad Haddad.

Les chefs de la diplomatie russe et américaine Sergueï Lavrov et John Kerry sont parvenus le 14 septembre à Genève, à une entente sur le sort des armes chimiques syriennes. Selon l'accord russo-américain, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) doit élaborer un plan de retrait des armes chimiques du territoire syrien avec pour objectif un démantèlement de ces armes d'ici à la mi-2014.

Toutefois, Moscou et Washington ont des divergentes quant aux moyens de garantir la réalisation de leur entente. Les Etats-Unis insistent sur le recours à la force en cas de violation de la résolution. La Russie estime que l'usage de la force doit faire l'objet d'une réunion supplémentaire au Conseil de sécurité de l'ONU.

Selon les médias libanais, les autorités syriennes ont annoncé mardi avoir mis à la disposition de pays amis des preuves attestant que les attaques chimiques avaient été organisées par les rebelles.

Repost 0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 18:50
Syrie: Lavrov et Hague évoquent les ententes russo-américaines de GenèveSyrie: Lavrov et Hague évoquent les ententes russo-américaines de Genève

MOSCOU, 17 septembre - RIA Novosti

 

Les chefs de diplomatie russe et britannique Sergueï Lavrov et William Hague ont évoqué mardi par téléphone les ententes intervenues à Genève entre la Russie et les Etats-Unis au sujet de l'établissement d'un contrôle international sur les armes chimiques syriennes, a annoncé un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.

 

L'entretien a eu lieu à l'initiative de la partie britannique.

 

"Les interlocuteurs ont procédé à un échange de vues sur la situation concernant la Syrie dans le contexte de l'accord russo-américain visant à placer les arsenaux chimiques de Damas sous contrôle international et à trouver une solution politique au problème syrien", lit-on dans le communiqué mis en ligne sur le site de la diplomatie russe.

 

Le secrétaire au Foreign Office a espéré que l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) concevrait cette semaine un plan d'action sur les armes chimiques syriennes afin que le Conseil de sécurité de l'ONU puisse préparer le week-end prochain un projet de résolution ad hoc.

 

Le chef de la diplomatie britannique a en outre réaffirmé que Londres était persuadé à 100% de l'absence d'armes chimiques chez les rebelles.

Repost 0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 18:45
Libya wants UK help to halt Syria arms smuggling

17 September 2013 BBC Africa

 

Libya's prime minister has appealed for British help to remove weapons from the country amid fears of increased arms smuggling to Syria.

 

Ali Zeidan met British PM David Cameron earlier and said weapons left after the collapse of the Gaddafi regime in 2011 were an "international" problem.

 

On Monday the UN was told a "worrying" amount of weapons were leaving Libya.

 

Mr Cameron said the country faced "huge challenges" and Britain was determined to help.

 

At the meeting in Downing Street on Tuesday, Mr Zeidan said he wanted to co-operate with Britain, "especially in the field of removing weapons from Libya".

 

He said: "It is now an international matter and we do need assistance in order to perform this task because we are now facing a battle with international terrorism that extends from Afghanistan to Mali."

 

Mr Cameron told Mr Zeidan: "We recognise the huge challenges you face in terms of security and governance, putting in place the capacity that Libya needs for a good and strong government.

 

"We are doing everything we can to help."

 

Specific details of the proposed help have not yet emerged.

 

'Deep' commitment

 

Speaking before the meeting, Mr Cameron said talks would include "legacy issues" such as an ongoing investigation into the murder of policewoman Yvonne Fletcher outside the Libyan embassy in London in 1984 and the north African country's supply of arms to the IRA.

 

The UN Security Council heard on Monday from its committee on Libyan sanctions, which said more arms and ammunition were being smuggled out of Libya.

 

The committee said there was "an increasing number of reported cases of trafficking in such materiel to Syria".

 

Weapons from Libya were used by Islamist militants who laid siege to a BP gas plant in Algeria in January, killing at least 40 foreign workers including six Britons.

 

Tarek Mitri, UN envoy to Libya, said elections after the fall of Gaddafi "raised more expectations than what the political institutions and forces have been capable of meeting".

 

Security problems, political disagreements and disruption to oil exports had contributed to public scepticism and even "rejection" of the process, he said.

 

He added: "But this should not be mistaken for a loss of faith in national unity, democracy and the rule of law.

 

"Their commitment to the principles for which they fought their revolution remains deep."

Repost 0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 18:30
Syria Rebels source globservateur.blogs.ouest-france.fr

Syria Rebels source globservateur.blogs.ouest-france.fr

17.09.2013 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Une étude menée par l’institut de défense britannique IHS Jane’s conclue que près de la moitié des rebelles combattant le régime du président Bachar al-Assad sont en réalité des djihadistes et des islamistes membres de groupes extrémistes.

 

Cette analyse, qui doit être publiée cette semaine, estime à environ 100.000 le nombre de rebelles engagés dans le combat, selon le quotidien britannique The Telegraph.

Mais après plus de deux ans et demi de combats, ces combattants sont divisés en près de 1.000 groupes différents. Les experts d’IHS Jane’s estiment que 10.000 d’entre eux seraient des djihadistes combattant au sein de groupes liés à Al-Qaïda, tandis que de 30.000 à 35.000 autres seraient des islamistes membres de groupes extrémistes, mais différents des djihadistes car uniquement centrés sur le combat en Syrie.

Il y aurait aussi au moins 30.000 modérés appartenant à des groupes qui ont un caractère islamique, ce qui signifie qu’une petite minorité des rebelles sont liés à des groupes laïques ou purement nationalistes.

L’étude fait écho aux estimations de diplomates occidentaux pour qui moins d’un tiers des forces de l’opposition syrienne font des alliés «acceptables».

«L’insurrection est désormais dominée par des groupes qui ont au moins un point de vue islamiste sur le conflit», a déclaré Charles Lister, auteur de cette étude, cité par le journal.

«Si les Occidentaux apparaissent comme n’étant pas intéressés à faire tomber Assad, les islamistes modérés vont alors probablement basculer dans le camp des extrémistes», avertit encore Charles Lister.

Deux factions liées à Al-Qaïda domine clairement: le front Al-Nosra et l’État islamique d’Irak et du levant (ISIL). Leur influence aurait grandi surtout au cours de la dernière année, a tel point qu’ils cherchent désormais à affirmer leur domination sur les populations et les membres de l’Armée syrienne libre.

Alors que les modérés ne veulent que renverser la dictature de Bachar al-Assad, les djihadistes souhaitent l’établissement d’un Etat islamique radical au sein d’un califat régional. Sources de tensions, ces divergences d’objectif ont débouché très récemment sur des affrontements entre l’ISIL et deux grandes factions de modérés.

Al-Qaïda a notamment tué plusieurs commandants de l’Armée syrienne libre au cours des dernières semaines dans la région de Lattaquié.

L’étude est basée sur des estimations des services de renseignement et des entrevues avec des activistes et des militants.

Fin août, le chef du Conseil national syrien, George Sabra, indiquait à 45eNord.ca qu’il n’y avait que «quelques milliers [de djihadistes] sur les 180.000 soldats de l’Armée syrienne libre.

Selon le chef du CNS, les djihadistes sont entrés en Syrie à la faveur des violents affrontements de la guerre civile et de l’inaction de la communauté internationale par rapport au conflit, qui s’est amorcé il y a plus de deux ans et demi.

Repost 0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 17:30
Arsenal chimique en Syrie: un démantèlement impossible?

17/09/2013 Par Bruno D. Cot – L’Express.fr

 

Si elle a lieu, l'élimination de l'arsenal chimique de Damas sera longue et coûteuse. Le projet, très ambitieux, laisse perplexes nombre de spécialistes. Au-delà des soupçons sur les réelles intentions du régime de Bachar el-Assad, la destruction de ces armes sera tout sauf une formalité.

 

Après deux ans et demi d'une guerre civile qui a entraîné plus de 100 000 morts, le régime de Bachar el-Assad est-il sur le point de donner un premier gage d'apaisement? Le démantèlement annoncé de l'arsenal chimique syrien repose sur l'accord signé à Genève le 14 septembre entre les Etats-Unis et la Russie. Le texte prévoit notamment que soit dressé l'inventaire des stocks avant le 21 septembre, puis l'envoi sur place d'inspecteurs internationaux et la destruction des armes toxiques, avant juillet 2014. Une course contre la montre, qui laisse les experts sceptiques. Voici pourquoi.

 

Suite de l’article

Repost 0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 17:30
Syrie: les USA pensent utiliser des drones pour combattre les terroristes

BERLIN, 17 septembre - RIA Novosti

 

Les Etats-Unis envisagent d'utiliser des drones pour combattre les chefs d'Al-Qaïda établis en Syrie depuis le début du conflit dans ce pays, a annoncé mardi le quotidien allemand Bild, citant une source dans le renseignement américain.

 

Selon le journal, afin de prévenir la création d'une "Somalie méditerranéenne" à proximité des frontières de l'Alliance, la CIA étudie la possibilité de frapper les dirigeants de la nébuleuse terroriste à l'aide d'avions sans pilote.

 

"Depuis quelques mois, nous constatons un afflux permanent de chefs militaires d'Al-Qaïda en Syrie. Ils transfèrent des fonds importants dans ce pays, ce qui laisse supposer qu'ils veulent s'y établir", rapporte le Bild, citant un agent des services secrets américains.

 

D'après le quotidien, ces derniers mois, le groupe terroriste dénommé "Etat islamique de l'Irak et du Levant" a sensiblement renforcé sa présence dans le nord de la Syrie. Des milliers de partisans de ce groupe ont combattu contre les troupes américaines en Irak. La plupart de ses membres sont originaires d'Arabie saoudite, d'Afrique du nord et de Tchétchénie. Selon la société britannique IHS Jane's citée par le Bild, un dixième des 100.000 rebelles syriens font partie des structures proches d'Al-Qaïda, et 30.000 à 35.000 rebelles sont des islamistes radicaux.

 

Pour commencer, la CIA envisage de dresser une liste des cibles qu'elle veut placer sous surveillance électronique, rapporte le Bild, ajoutant que des drones américains équipés de missiles Hellfire étaient déjà déployés en Turquie, à environ 300 km de la frontière syrienne.

Repost 0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 17:00
LRM soviétique BM-14-17

LRM soviétique BM-14-17

VALDAI, 17 septembre – RIA Novosti

 

Les débris d'obus retrouvés par les inspecteurs de l'Onu dans la banlieue de Damas sont des munitions de lance-roquettes multiples (LRM) soviétiques, depuis longtemps retirés de l'armée syrienne, a déclaré à RIA Novosti Rouslan Poukhov, directeur du Centre d'analyse stratégique et technologique.

 

Ils sont vraisemblablement le fruit de la transformation bricolée d'un ancien projectile pour en faire une munition chimique.

 

Les inspecteurs de l'Onu ont publié lundi leur rapport sur l'utilisation des armes chimiques près de Damas. Ils en ont conclu que les ogives des missiles utilisés pouvaient être aussi bien conventionnelles qu'artisanales. Des éléments du marquage en cyrillique étaient visibles sur la partie intacte du moteur de l'un des missiles.

 

140mm M14 Artillery Rocket, fired by BM-14,16, and 17 multiple rocket launcher – source Mark Hiznay of Human Rights Watch

140mm M14 Artillery Rocket, fired by BM-14,16, and 17 multiple rocket launcher – source Mark Hiznay of Human Rights Watch

"Le premier projectile est facilement reconnaissable et il est cité dans le rapport : il s'agit d'un obus de 140 mm de série M-14 de l'ancien LRM soviétique BM-14-17 - un modèle de 1952. Le chiffre 179 qui apparaît à deux reprises sur la munition représente le numéro de l'usine 179 de Novossibirsk Sibselmach, l'un des principaux fabricants soviétiques de missiles non guidés. Et l'indice 4-67-179 se décrypte comme la 4ème partie de l'année 1967 sortie par l'usine 179", a déclaré Poukhov.

 

"Quoi qu'il en soit, l'Union soviétique n'a certainement pas fourni des armes chimiques à la Syrie. Autrement dit, il s'agit apparemment d'une modification artisanale d'un ancien projectile en munition chimique. Autant qu'on puisse en juger, les LRM BM-14-17 ont été depuis longtemps retirés du service de l'armée syrienne, et les munitions de série M-14 ont largement dépassé les délais d'expiration", a-t-il fait remarquer.

 

BM-21 multiple rocket launcher system photo Russian army

BM-21 multiple rocket launcher system photo Russian army

D'après l'expert, l'armée syrienne n'aurait pas utilisé ce genre de munitions : "Si les autorités syriennes avaient voulu utiliser les armes chimiques, elles n'auraient certainement pas utilisé des antiquités de ce genre et auraient opté pour les BM-21 Grad, qu'elles peuvent certainement doter d'ogives chimiques. Alors que les rebelles auraient pu trouver ce truc ancestral dans l'un des dépôts dont ils ont pris le contrôle", pense Poukhov.

 

"La seconde munition de calibre 360 mm semble être de fabrication artisanale. Il est peu probable que l'armée syrienne fabrique et utilise des munitions aussi primitives", conclut l'expert.

Repost 0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 12:30
Le Secrétaire d'État américain John Kerry et son homologue russe, Sergeï Lavrov, accompagnés de leurs principaux collaborateurs, à Genève, le 14 septembre (Department of State)

Le Secrétaire d'État américain John Kerry et son homologue russe, Sergeï Lavrov, accompagnés de leurs principaux collaborateurs, à Genève, le 14 septembre (Department of State)

MOSCOU, 17 septembre - RIA Novosti

 

Paris, Londres et Washington coordonnent leurs positions sur la Syrie. Premier résultat : l’élaboration d’un projet de résolution commun pour le Conseil de sécurité des Nations unies, écrit mardi 17 septembre le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

 

Les mesures austères suggérées par la France pourraient entraîner une nouvelle impasse au Conseil de sécurité et remettre en cause le règlement pacifique du conflit syrien. Les Etats-Unis ont laissé entendre que le plan de désarmement d'Assad pourrait être appliqué pour forcer d'autres régimes à détruire leurs armes de destruction massive.

 

Le désarmement chimique de Damas, conformément au plan convenu à Genève la semaine dernière par les ministres des Affaires étrangères russe et américain, Sergueï Lavrov et John Kerry, était le thème central de la réunion d'hier entre les ministres des Affaires étrangères français, américain et britannique. Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu était également invité par Kerry à cette réunion à Paris.

 

Ankara a salué le plan Lavrov-Kerry, tout en soulignant qu'Assad pourrait en profiter pour gagner du temps.

 

Malgré tout Paris, Washington et Londres ont préparé hier un projet de résolution qui fixerait la procédure de destruction des arsenaux chimiques syriens. La France et le Royaume-Uni ont reconnu l'aspect positif de l'accord Lavrov-Kerry mais aspirent à la destitution du président Bachar al-Assad et veulent continuer à faire pression sur le régime syrien.

 

"Il faut prévoir des sanctions en cas de non respect de l’accord par le régime syrien, a déclaré le président français François Hollande." Selon lui le projet de résolution pourrait être soumis au vote au Conseil de sécurité cette semaine et il estime qu'il pourrait être adopté.

 

Il est évident que les menaces évoquées dans le projet de résolution soulèveront des questions au Conseil de sécurité de l'Onu, notamment de la part de la Russie. "Les déclarations sur la nécessité d'une résolution sévère sont une déformation de la réalité. Une décision doit d'abord être prise par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques", a rappelé hier Sergueï Lavrov.

 

Il semblerait que le jeu politique autour du projet de résolution risque de pousser le débat au Conseil de sécurité de l'Onu dans une nouvelle impasse, bien qu'il reste du temps pour travailler sur la rédaction du document. La France compte insister sur la version sévère de la résolution et les Américains vont tenter de l'assouplir.

 

"Au cours de la préparation de la réunion du Conseil de sécurité la Russie et la Chine donneront leur point de vue et tenteront de trouver un terrain d'entente sur les formulations, a déclaré l'académicien Alexeï Arbatov, chef du Centre de sécurité internationale à l'Institut de l'économie mondiale et des relations internationales (IMEMO). Les USA veulent éviter de tomber dans une nouvelle impasse : l'utilisation de la force militaire serait alors à nouveau évoquée, chose que les Etats-Unis cherchent à éviter. Personne ne souhaite une guerre en Syrie, à l'exception de l'opposition armée."

 

Le secrétaire d'Etat John Kerry cherche à s'assurer le soutien des Européens dans la mise en œuvre du plan convenu avec Lavrov. Il a également besoin de la Turquie et de l'Arabie saoudite, qui sponsorisent la partie radicale de l'opposition syrienne.

 

Enfin, il a besoin de l'approbation d'Israël. Il a expliqué dimanche dernier au premier ministre israélien Benjamin Netanyahou les différents points du plan de désarmement chimique et a déclaré que si le désarmement d'Assad était un succès, cette méthode pourrait être appliquée aux régimes nord-coréen et iranien.

 

Le président américain Barack Obama a confirmé la pertinence d'une telle approche en déclarant sur ABC News que les armes chimiques syriennes n'étaient pas pour lui un problème aussi important que le dossier nucléaire iranien. Il a précisé que le plan de désarmement de la Syrie ne signifiait pas qu'il n'entreprendrait pas de mesures militaires à l'égard du régime iranien.

Repost 0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 12:30
Syrie/attaque chimique: des munitions soviétiques utilisées pour faire diversion (expert)

MOSCOU, 17 septembre - RIA Novosti

 

L'opposition syrienne aurait pu utiliser des éléments de munitions soviétiques pour organiser l'attaque chimique du 21 août près de Damas afin de lancer l'enquête sur une fausse piste, estime le directeur du Centre d'analyse du commerce mondial d'armes, Igor Korotchenko.

 

Lundi 16 septembre, les enquêteurs des Nations unies ont dévoilé leur rapport concernant les cas d'emploi d'armes chimiques en Syrie. Selon le document présenté à l'Onu, le moteur d'un missile utilisé dans l'une de ces attaques portait des inscriptions en cyrillique (alphabet russe).

 

"Si l'on se base sur la version selon laquelle cette provocation a été planifiée pour justifier une éventuelle frappe américaine sur la Syrie (…), l'utilisation de munitions de fabrication soviétique ou russe fait le jeu de l'Occident. L'objectif est évident: désorienter l'enquête en accusant les forces gouvernementales d'avoir utilisé des armes chimiques et lier la Russie à cette attaque", a indiqué M. Korotchenko dans une interview à RIA Novosti.

 

Selon l'expert, les armes fabriquées en Union soviétique sont extrêmement répandues dans le monde entier, et "il est difficile" de dire aujourd'hui à qui et quand ont été livrées de telles munitions, et qui les a chargées de substances toxiques.

Repost 0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 12:30
Syria Rebels source globservateur.blogs.ouest-france.fr

Syria Rebels source globservateur.blogs.ouest-france.fr

16 septembre 2013 Par Anne Bernas - RFI

 

Une opposition loin d'être unifiée.

 

L’Armée syrienne libre (ASL) est créée dès le début de la révolution, en juillet 2011. Rapidement, elle fusionne avec le Mouvement des officiers libres. Elle engloberait entre 40 000 et 80 000 hommes. Son chef est le commandant Selim Idriss. L’ASL reçoit des financements et de l’armement de l’extérieur, dont l’Arabie Saoudite, le Qatar, la Turquie et certains pays occidentaux dont la France.

    L’ASL est extrêmement divisée, moins pour des raisons idéologiques que pour la nature de sa structuration. Elle n’a pas été créée par l’opposition politique, par le sommet, mais à partir de bases locales (brigades de quartiers, de villages etc).

    Elle a une composante islamiste : le Front de Libération Islamique de la Syrie (FLIS) composé lui-même de brigades dont la base est salafiste et non jihadiste (Liwâ’ al-Islâm, Liwâ’ at-Tawhîd ou les Faucons du Sham) mais dont les cadres sont en revanche plus proches des Frères Musulmans, d’où le soutien saoudien.

    Les unités les plus radicales de l’ASL sont souvent accusées par la population syrienne de pillages.

 

Les groupes jihadistes : Jabhat al-nosra, et l’Etat islamique d’Irak du Levant (EIIL) (total des 2 groupes, 10 à 15 % des hommes sur le terrain).

 

    Ces deux structures sont plus ou moins alliées face à l’ASL mais demeurent autonomes dans leur fonctionnement. Elles rejettent les principes de la démocratie ainsi que toute relation avec Ryad comme avec l’Occident. Jabhat al-nosra (entre 5 000 et 8 000 hommes) est crée fin 2011. Il dispose d’une base humanitaire pour venir en aide à leurs blessés. Le front est inscrit sur la liste des organisations terroristes liées à al-Qaïda. Ces deux groupes sont donc des ennemis de l’Arabie Saoudite, en lutte depuis une décennie avec le courant jihadiste. Certains combattants de ces deux mouvements ont mené des luttes au nom de l’islam en Bosnie, en Tchétchénie, en Irak, en Libye ou en Afghanistan et ont une expérience poussée des guérillas et sont les mieux équipés grâce à l’armement fourni par les pays du Golfe.

Repost 0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 12:30
Syrie/attaque chimique: l'usage de gaz sarin attesté par les experts de l'Onu

NEW YORK (Nations unies), 16 septembre - RIA Novosti

 

Les experts des Nations unies qui ont enquêté en Syrie ont trouvé des "preuves flagrantes et convaincantes" de l'utilisation de gaz sarin le 21 août dernier près de Damas, est-il indiqué dans leur rapport dont le texte a été distribué lundi au siège de l'Onu.

 

"Sur la base des preuves recueillies lors de notre enquête de l'incident dans le quartier de Gouta, la conclusion est que le 21 août, des armes chimiques y ont été utilisées à relativement grande échelle au cours du conflit syrien contre des civils, dont des enfants", lit-on dans le document.

 

Le texte précise que l'attaque du 21 août, qui a fait plus de 1400 morts selon Washington, a été perpétrée à l'aide de "roquettes sol-sol contenant du gaz sarin".

 

Quoi qu'il en soit, le rapport ne désigne pas directement les responsables de cette utilisation, le mandat des enquêteurs ne prévoyant pas qu'ils puissent se prononcer sur ce point.

Repost 0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 12:30
L'arsenal chimique détenu par Damas 15309.2013 Service Infographie du Figaro

L'arsenal chimique détenu par Damas 15309.2013 Service Infographie du Figaro

WASHINGTON, 17 septembre - RIA Novosti

 

Le rapport des enquêteurs de l'Onu confirme que l'attaque à l'arme chimique perpétrée le 21 août dans la banlieue de Damas a été menée par les forces gouvernementales syriennes, a estimé lundi soir Susan Rice, conseillère à la sécurité nationale du président américain Barack Obama dans un communiqué.

 

"Bien que la mission consistant à établir les responsables ne fût pas du ressort des enquêteurs, les preuves techniques fournies, dont la haute qualité du sarin et un certain type de missiles, confirment nos estimations selon lesquelles l'attaque a été perpétrée par le régime syrien, car seules les autorités syriennes disposent de tels moyens", a affirmé Mme Rice.

 

Selon elle, les négociations entre la Russie et les Etats-Unis de la semaine dernière ont permis de créer une base afin de détruire les armes chimiques syriennes.

 

"Nous allons continuer  à travailler avec la Russie, la Grande-Bretagne, la France, l'Onu, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques et d'autres. Et si les démarches diplomatiques n'aboutissent pas, les Etats-Unis restent prêts à agir", a ajouté la conseillère.

 

Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a déclaré quand à l'issue d'une réunion du Conseil de sécurité sur la Syrie que le rapport des enquêteurs ne permettait pas de déterminer les responsables de l'attaque à l'arme chimique et qu'une nouvelle enquête était nécessaire pour établir les coupables.

 

Selon les inspecteurs chargés d'enquêter sur le recours à l'arme chimique, les ogives retrouvées près de Damas pourraient avoir été fabriquées tant de façon industrielle qu'artisanale.

Repost 0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 07:30
Syrie: l'attaque chimique à Damas détectée le jour même par la France

13/09/2013 L’Express.fr (AFP)

 

Creil - L'attaque chimique du 21 août dans la banlieue de Damas, attribuée au régime syrien, avait été détectée le jour même par la Direction du renseignement militaire (DRM) français, a déclaré vendredi le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

 

Le ministre, qui s'exprimait à l'issue d'une visite à la DRM, abritée dans la base aérienne de Creil (Oise), a ajouté "que le renseignement est au coeur de l'autonomie d'appréciation et de décision de la France".

 

Le gouvernement avait publié le 2 septembre des documents secrets déclassifiés tendant à prouver l'implication du régime syrien dans l'attaque chimique meurtrière du 21 août visant des civils syriens.

 

Ces documents faisaient suite à une note de synthèse de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et de la DRM, portant notamment sur le stock d'un millier de tonnes d'agents chimiques, dont plusieurs centaines de tonnes d'ypérite et de gaz sarin, détenus par le régime syrien.

 

"Grâce à nos services de renseignements, nous disposons de moyens à cent pour cent français pour apprécier la situation en Syrie et décider de notre politique", a souligné Jean-Yves Le Drian.

 

La DRM a deux missions essentielles: le soutien aux forces françaises en opérations et la veille stratégique.

 

Lors de sa visite, le ministre de la Défense a pu avoir un aperçu des moyens du 13e régiment de dragons-parachutistes, unité employée par la DRM et le Commandement des opérations spéciales (COS), et spécialisée dans la recherche du renseignement humain avant le déploiement de forces sur un théâtre d'opérations.

 

Des véhicules Mercedes de trois tonnes, emportant un tonne de matériel et trois hommes à 100 km/h, qui ont participé à l'opération Serval au Mali au début de l'année, ont été montrés. Des chuteurs opérationnels du régiment, capables de s'infiltrer par voie aérienne après avoir été largués à 10.000 mètres d'altitude avec cent kilos de matériel ont également été présentés.

 

Analyse d'une image satellite par un interprète d'images du Centre de formation interarmées d'interprétation des images (CF3I). Crédit Christophe Fiard  DICOD

Analyse d'une image satellite par un interprète d'images du Centre de formation interarmées d'interprétation des images (CF3I). Crédit Christophe Fiard DICOD

Le ministre de la Défense a visité le Centre de formation et d'interprétation interarmées de l'imagerie (CF3I) de la DRM, où est notamment assurée la veille stratégique sur la Syrie ou sur la prolifération nucléaire. Des spécialistes lui ont ainsi montré des images satellites permettant de suivre régulièrement les activités de la centrale nucléaire iranienne de Bouchehr ou celles du pas de tir des fusées iraniennes Safir à Semnan.

Repost 0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 22:30
Hélicoptère syrien abattu à la frontière turc (capture d'écran RP Defense)

Hélicoptère syrien abattu à la frontière turc (capture d'écran RP Defense)

16/09/2013 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

L’armée de l’air turque a abattu un hélicoptère syrien aujourd’hui à la frontière après que l’hélicoptère ait violé l’espace aérien turc, a déclaré le vice-premier ministre Bülent Arınç, rapporte le quotidien turc Hurriyet.

 

«Un hélicoptère militaire syrien qui s’est égaré deux kilomètres dans l’espace aérien turc a été averti à plusieurs reprises avant d’être abattu missiles tirés par un avion de chasse turc », a déclaré le vice-premier ministre turc aujourd’hui au sortir d’une réunion du Cabinet.

 

Des rapports antérieurs disaient que l’hélicoptère avait explosé en l’air et que l’explosion était visible dans le district de Hatay’s Yayladağı.

 

Il semble que l’hélicoptère était également déjà la cible de combattants des forces rebelles au moment où il a été abattu par l’aviation turque.

 

Des avions militaires turcs qui ont décollés de la base de Malatya ont tiré sur le hélicoptère syrien M-17, après qu’il eut continué de violer l’espace aérien turc, malgré les avertissements répétés.

 

L »hélicoptère s’est ensuite écrasé du côté syrien, a aussi précisé le vice-premier ministre turc.

 

«Il [l'hélicoptère] violé la frontière de la Turquie à deux kilomètres. Il a été averti à plusieurs reprises par des éléments de la défense aérienne. À la suite de la violation, il a été déterminé qu’il est tombé en territoire syrien après avoir été abattu à 14h25 par un missile par nos avions décollant de Malatya», a déclaré Bülent Arınç.

 

L’état-major des forces armées turques a pour sa part confirmé les propos de M. Arinç, précisant dans un communiqué que l’appareil syrien avait été repéré par la station de contrôle de Diyarbakir (sud-est) alors qu’il était à 26 milles marins (48 kilomètres) de la frontière turque et mis en garde jusqu’à ce qu’il soit à cinq milles marins (environ 9 kilomètres) de la ligne de démarcation.

 

«Malgré tout, l’hélicoptère syrien a continué de s’approcher de l’espace aérien turc», a affirmé l’état-major, indiquant que l’appareil avait violé l’espace aérien turc à la hauteur du poste-frontière de Güveççi, dans la province de Hatay (sud).

 

«Il est tombé en territoire syrien à un kilomètre de la frontière après avoir été frappé par un de nos deux F-16 placés en état d’alerte dans la région», a ajouté l’état-major.

 

Un groupe de militaires turcs a été dépêchés sur la zone après l’incident.

 

Le vice-premier ministre turc a aussi souligné quant à lui que l’initiative prise par les Forces armées turques (TSK) d’abattre l’hélicoptère syrien était fondée sur les règles d’engagement avec la Syrie.

 

Les règles d’engagement turcs ont été changé après que la Syrie eut abattu un avion turc en Juin 2012. Les autorités turques n’ont pas annoncé publiquement les détails des nouvelles règles d’engagement, mais certains rapports ont affirmé les forces turques avaient ordre de tirer tiraient sur les forces syriennes lorsqu’elles s’approchaient à moins de cinq kilomètres de la frontière turque du côté syrien.

 

En octobre de la même année (2012) un obus avait tué cinq civils dans le quartier Akçakale, dans la province de Sanliurfa.

Pour protéger la Turquie, les États-Unis, les Pays-Bas et l’Allemagne ont déployé sous l’égide de l’OTAN des batteries de sol-air missiles Patriot et des centaines de soldats le long de la frontière syrienne en Turquie méridionale, à la demande d’Ankara.

 

Les deux pilotes, qui seraient éjectés de l’avion avant l’explosion, auraient été tués par les forces de l’opposition après l’atterrissage en toute sécurité sur le terrain, selon l’agence de presse turc Doğan., mais l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme, pour sa part, affirme plutôt que l’un de ses deux pilotes, qui ont réussi à s’éjecter, avait été fait prisonnier par les rebelles alors que le sort de l’autre restait inconnu.

 

Quant à l’agence officielle syrienne SANA, elle ne fait aucune mention de l’événement.

 

Le gouvernement du premier ministre Recep Tayyip Erdogan soutient la rébellion syrienne depuis le début il y a deux ans et demi de la révolte en Syrie et milite ouvertement pour la chute de Bachar Al-Assad.

Repost 0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 18:00
La Turquie a abattu un hélicoptère syrien

16 septembre 201318h29 Romandie.com (AFP)

 

ANKARA - La Turquie a abattu lundi un hélicoptère militaire syrien qui avait violé son espace aérien, a déclaré le vice-Premier ministre turc Bulent Arinc.

 

Un hélicoptère MI-17 syrien a été détecté dans l'espace aérien turc à 14h20 (11h20 GMT), a dit M. Arinc à des journalistes.

 

Il a été averti de manière répétée par notre défense aérienne, mais comme la violation (de l'espace aérien turc) continuait, il est tombé en territoire syrien à 14h25 (11h25 GMT) après avoir été touché par des missiles tirés par nos avions, a déclaré le responsable turc.

 

La chute d'un hélicoptère de l'armée syrienne près de la frontière avait été annoncée auparavant par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

 

M. Arinc a ajouté qu'il ne disposait pas d'informations sur le sort de l'hélicoptère parce que l'appareil était tombé en territoire syrien.

 

Depuis le début il y a deux ans et demi de la révolte en Syrie contre le pouvoir du président Bachar al-Assad, le gouvernement du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, jusqu'alors allié de la Syrie, s'est retourné contre elle. M. Erdogan milite ouvertement pour la chute du président Assad et soutient la rébellion syrienne.

 

Le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, a déclaré à l'AFP que l'hélicoptère était tombé en territoire syrien. Il a ajouté que l'un de ses deux pilotes, qui ont réussi à s'éjecter, avait été fait prisonnier par les rebelles alors que le sort de l'autre restait inconnu.

 

Des agences de presse turques ont confirmé que l'hélicoptère était tombé du côté syrien de la frontière.

 

Depuis le début du conflit, les rebelles ont abattu des avions et des hélicoptères militaires syriens.

 

L'armée syrienne a abattu en juin 2012 un avion turc en affirmant qu'il avait violé son espace aérien.

Repost 0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 18:00
Armes chimiques en Syrie: Ban dénonce un crime de guerre

16 septembre 2013 18h36 Romandie.com (AFP)

 

NEW YORK - Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a qualifié lundi l'utilisation d'armes chimiques en Syrie, attesté par un rapport d'experts, de crime de guerre devant le Conseil de sécurité.

 

M. Ban a réclamé que les responsables --qu'il n'a pas désignés-- rendent des comptes pour ce crime méprisable et il a demandé au Conseil de prévoir des conséquences si Damas ne respectait pas le plan de démantèlement de son arsenal chimique mis au point par Washington et Moscou.

 

Je demande instamment au Conseil (...) une résolution claire, a déclaré M. Ban. Se référant à l'accord américano-russe sur le désarmement chimique en Syrie conclu samedi à Genève, il a rappelé que celui-ci prévoyait qu'en cas de non-respect (par Damas de ses engagements) le Conseil de sécurité devrait appliquer des mesures sous chapitre 7 de la Charte de l'ONU. Ce chapitre prévoit des sanctions pouvant aller jusqu'à l'usage de la force si un pays ne respecte pas une décision du Conseil.

 

Je suis d'accord qu'il doit y avoir des conséquences (pour Damas) en cas de non-respect, a ajouté M. Ban, sans toutefois parler de frappe militaire.

 

Washington, Londres et Paris veulent faire pression sur le régime syrien par le biais d'une résolution sous chapitre 7 alors que Moscou refuse toute menace militaire contre son allié syrien.

 

Dans son exposé, basé sur le rapport des experts de l'ONU qui ont enquête en Syrie, M. Ban a fait état de preuves flagrantes et convaincantes que du gaz toxique sarin a été utilisé contre la population le 21 août près de Damas. Washington, Londres et Paris accusent les forces gouvernementales syriennes d'avoir perpétré ce massacre

 

Les résultats (de l'enquête) sont accablants et irréfutables, a-t-il affirmé. Les faits parlent d'eux-mêmes. La mission (d'enquête) des Nations unies a désormais confirmé sans équivoque et de manière objective que des armes chimiques ont été utilisées en Syrie.

 

Outre les échantillons médicaux et les indices qu'ils ont recueillis, dont des fragments de munitions, les experts, a précisé M. Ban, ont interrogé plus de 50 survivants, médecins ou secouristes. Ceux-ci ont décrit une gamme de symptomes allant de l'essoufflement à la perte de connaissance en passant par des irritations oculaires et des nausées. Les secouristes ont vu de nombreuses personnes gisant sur le sol, beaucoup mortes ou ayant perdu connaissance et ne portant pas de blessures apparentes, a ajouté M. Ban.

 

Le rapport, a-t-il expliqué, souligne que la température en ce matin du 21 août près de Damas avait chuté entre 2 et 5 heures du matin, créant des conditions favorables pour que le gaz stagne au sol et penètre facilement dans les parties basses des habitations où de nombreuses personnes avaient trouvé refuge .

Repost 0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 11:30
Syrie/armes chimiques: le rapport onusien présenté lundi 16 septembre

NEW YORK (Nations unies), 16 septembre - RIA Novosti

 

Le rapport des experts chargés d'enquêter sur les cas d'emploi présumé d'armes chimiques en Syrie sera présenté au Conseil de sécurité de l'Onu lundi, a fait savoir le service de presse des Nations unies.

 

"Le rapport de la mission onusienne (…) a été remis au secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon", a annoncé l'organisation.

 

Lundi 16 septembre, M.Ban "présentera le document au Conseil de sécurité dans le cadre d'audiences à huis clos".

 

A 20h50 heure de Moscou (16h50 UTC), le SG de l'Onu devrait s'entretenir avec des journalistes au siège des Nations unies à New York. Le rapport en question, qui porte sur l'utilisation présumée d'armes chimiques dans la banlieue damascène de Ghouta, sera publié sur le site du Bureau des affaires du désarmement de l'Onu.

Repost 0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 11:30
Le Secrétaire d'État américain John Kerry et son homologue russe, Sergeï Lavrov, accompagnés de leurs principaux collaborateurs, à Genève, le 14 septembre (Department of State)

Le Secrétaire d'État américain John Kerry et son homologue russe, Sergeï Lavrov, accompagnés de leurs principaux collaborateurs, à Genève, le 14 septembre (Department of State)

Sep 15, 2013 ASDNews (AFP)

 

The threat of US military action against Syria remains "real", Washington's top diplomat said on Sunday a day after striking a deal with Russia to destroy Damascus's chemical weapons stockpile.

 

"The threat of force remains, the threat is real," US Secretary of State John Kerry said at a news conference in Jerusalem with Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu.

 

"We cannot have hollow words in the conduct of international affairs."

 

Kerry's remarks were made following a four-hour meeting with Netanyahu at which the two men discussed the US-Russian agreement on eradicating Syria's stockpile of chemical weapons, and also talked about the ongoing Middle East peace talks.

 

"Make no mistake, we have taken no options off the table," Kerry warned after news of the deal appeared to stave off the threat of a US-led military strike on the Syrian regime after a chemical attack last month on a Damascus suburb.

 

"The fact of weapons of mass destruction having being used against the people of their own state -- these are crimes against humanity and they cannot be tolerated," he said.

 

Under terms of the breakthrough deal struck in Geneva on Saturday following three days of talks between Kerry and his Russian counterpart Sergei Lavrov, the regime of President Bashar al-Assad has a week to hand over details of the quantity and location of all the chemical agents in its possession.

 

The stockpile would then be turned over to international supervision and destroyed by mid-2014 in a deal which has won backing from China, a veto-wielding permanent member of the UN Security Council.

 

The accord was hailed as heading off a possible US-led strike and unspecified sanctions.

 

Kerry described the Geneva understandings as a "framework, not a final agreement", but one which had "the full ability to be able to strip all the chemical weapons from Syria".

 

He described the agreement as "the most far-reaching chemical weapons removal effort" ever designed and one which stretched well beyond the scope of the Chemical Weapons Convention of 1993.

 

But he acknowledged its full implementation was crucial.

 

"This will only be as effective as its implementation will be."

 

"Just removing the chemical weapons doesn't do the job, we understand that... but it is one step forward, and it eliminates that weapon from the arsenal of a man who has proven willing to do anything to his people to hold on to power."

 

Standing next to him, Netanyahu said stripping Syria of its chemical stockpile would make the entire region "a lot safer" although he was quick to draw parallels with the threat posed by a nuclear Iran.

 

"The world needs to ensure that radical regimes don't have weapons of mass destruction because, as we've learned once again in Syria, if rogue regimes have weapons of mass destruction they will use them," he said.

 

"If diplomacy has any chance to work it must be coupled with a credible military threat," he said, referring directly to Iran and its nuclear programme, which Israel and much of the West believes is a front for developing a weapons capability.

 

"Iran must understand the consequences of its continual defiance of the international community by its pursuit of nuclear weapons.

 

"What is true of... Syria is true of Iran."

Repost 0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 07:30
Le chef de l'armée syrienne libre (ASL), le Général Salim Idris

Le chef de l'armée syrienne libre (ASL), le Général Salim Idris

15 septembre, 2013 - 07:38 GMT BBC Afrique

 

Le chef de l'Armée syrienne libre (ASL), le Général Salim Idris, a rejeté l'accord américano-russe sur l'arsenal chimique syrien.

 

L'accord conclu hier entre le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le chef de la diplomatie russe, Sergei Lavrov, samedi à Genève prévoit un plan détaillé de destruction des stocks d'armes chimiques du régime syrien d'ici mi-2014.

 

"Nous ne reconnaissons pas l'initiative russe et nous pensons que les russes et le régime syriens jouent ainsi pour perdre le temps et en même temps gagner du temps pour le régime criminel de Damas", a déclaré à la BBC, le Général Salim Idriss.

 

Le chef militaire de l'opposition syrienne a dit compter demander des clarifications aux américains, tout en avertissant que la rébellion n'est pas prête à observer un cessez-le feu dans les combats sur le terrain.

 

"Nous allons discuter avec nos amis américains pour savoir ce que tout cela veut dire, et comme je l'ai dit, nous allons faciliter la mission des enquêteurs dans le pays, mais de façon très claire et franche, il n'y aura pas de cessez le feu avec le régime", a ajouté le Général Idriss.

 

Selon l'accord Genève, Damas a sept jours pour fournir un document détaillant les sites de production et de stockage d'armes chimiques.

 

Les inspecteurs devront pouvoir avoir accès immédiatement et sans rencontrer d'obstacles à tous les sites.

 

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères ont affirmé qu'ils espéraient que l'élimination complète d'armes chimiques sera achevée d'ici neuf mois.

 

L'arsenal chimique syrien est estimé à un millier de tonnes d'agents chimiques.

Repost 0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 07:30
L'arsenal chimique détenu par Damas 15309.2013 Service Infographie du Figaro

L'arsenal chimique détenu par Damas 15309.2013 Service Infographie du Figaro

15/09/2013 à 11:10 Par Le Figaro.fr avec le Service Infographie du Figaro

 

Les Etats-Unis et la Russie ont conclu hier à Genève un accord sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien, avec la possibilité de mesures contraignantes, un pas salué par les capitales européennes mais rejeté par les rebelles de l'Armée syrienne libre.

 

Suite de l’article

Repost 0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 07:30
L'arsenal chimique détenu par Damas 15309.2013 Service Infographie du Figaro

L'arsenal chimique détenu par Damas 15309.2013 Service Infographie du Figaro

16 septembre 2013 à 05:08 Par RFI

 

Le rapport des inspecteurs de l’ONU sur l’attaque chimique du 21 août près de Damas sera présenté à 15h15 (TU), ce lundi 16 septembre, devant le Conseil de sécurité. Ce rapport n’a pas pour objet de désigner un coupable mais la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni en sont convaincus : les données scientifiques prouveront la responsabilité du régime syrien.

 

Suite de l’article

Repost 0
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 22:30
Syrie: Washington et Moscou privilégient leurs intérêts communs

Le Secrétaire d'État américain John Kerry et son homologue russe, Sergeï Lavrov, accompagnés de leurs principaux collaborateurs, lors d'une réunion au bord de la piscine de l'hôtel à Genève, le 14 septembre, pour mettre la dernière touche à l'accord américano-russe sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien (Department of State)

 

15/09/2013 45eNord.ca (AFP)

 

accord américano-russe, armes chimiques, John Kerry, Sergueï Lavrov, Syrie

 

L’accord américano-russe sur les armes chimiques en Syrie montre que les deux pays ont privilégié leurs intérêts diplomatiques communs, mais la méfiance va perdurer entre ces anciens ennemis de la Guerre froide aux relations glaciales depuis un an.

 

Les États-Unis et la Russie sont tombés d’accord sur un démantèlement de l’arsenal chimique syrien d’ici mi-2014, avec de possibles mesures contraignantes.

 

En annonçant samedi cette percée au terme d’intenses tractations, le secrétaire d’Etat John Kerry et son homologue Sergueï Lavrov ont vanté leur «détermination» à détruire ces armes chimiques «le plus rapidement possible» et leur «adhésion à un règlement pacifique» en Syrie.

 

Les deux pays ont pourtant des positions antagoniques sur cette guerre: Moscou est l’allié de Damas, Washington soutient la rébellion.

 

Mais MM. Kerry et Lavrov, qui se plaisent à afficher une certaine complicité, ont insisté sur leurs points de convergence. «Nous avons eu des désaccords ici et là. Mais nous avons aussi coopéré et Sergueï et moi n’avons jamais cessé de nous parler», a assuré le ministre américain.

 

Américains et Russes discutaient en fait depuis un an d’une mise sous tutelle internationale de l’arsenal syrien.

 

M. Lavrov a d’ailleurs salué des négociations «excellentes» avec M. Kerry et s’est félicité que «l’objectif fixé en septembre (au sommet du G20) par les chefs d’Etat russe (Vladimir Poutine) et américain (Barack Obama) pour mettre sous contrôle les armes chimiques syriennes ait été atteint».

 

À en croire un diplomate américain, «les Russes ont été incroyablement sérieux et professionnels» dans les pourparlers.

 

Aux yeux de l’analyste Anthony Cordesman, du Center for Strategic and International Studies, «les États-Unis se devaient d’inclure la Russie [...] pour qu’elle joue un rôle (pour une solution) en Syrie». Washington devait ainsi «signifier clairement [à Moscou] que la Guerre froide est terminée», écrit l’expert.

 

Début août, le président Obama avait cependant dénoncé la réminiscence en Russie de «vieux stéréotypes de la confrontation de la Guerre froide» depuis le retour en mai 2012 au Kremlin du président Poutine. M. Obama avait du coup annulé son sommet prévu en septembre avec son homologue russe.

 

De fait, les relations sont tombées à un niveau rarement vu depuis des décennies.

 

La Maison Blanche avait pesté le mois dernier contre «le manque de progrès récents» avec Moscou sur la défense antimissile, la non prolifération nucléaire, le commerce et les droits de l’homme.

 

Les Américains ont surtout très mal digéré l’affaire Edward Snowden, l’informaticien américain qui a révélé l’ampleur de la surveillance des communications par son pays et à qui les Russes ont accordé l’asile.

 

Pour Alexandre Choumiline du centre d’analyse des conflits au Proche-Orient à Moscou, l’accord de Genève «n’améliorera pas des relations russo-américaines marquées par la méfiance». Il pense d’ailleurs que « Poutine [...] l’a emporté sur Obama».

 

Le chef de l’État russe avait fait un coup d’éclat cette semaine en publiant une tribune dans le New York Times pour menacer Washington en cas d’action militaire unilatérale contre Damas.

 

M. Lavrov a encore prévenu que la Russie «vérifierait» scrupuleusement toutes les accusations de violations de l’accord de Genève par les Syriens, avant de soutenir éventuellement dans le cadre de l’ONU un recours à la force. Il a aussi fustigé «tant de mensonges et de falsifications sur le dossier» syrien.

 

Même méfiance côté américain quand le président Obama a averti qu’il «ne prendrait pas les déclarations de la Russie et d’Assad pour argent comptant».

 

Fiers de leur accord, MM. Kerry et Lavrov ont été interrogés par la presse sur un hypothétique nouveau « Reset », une relance des relations bilatérales, en allusion à l’offre qu’avait faite en 2009 le président Obama à son homologue de l’époque Dmitri Medvedev.

 

Les deux ministres n’ont pas vraiment répondu, mais se sont montrés optimistes.

 

«Les États-Unis et la Russie n’ont pas toujours été main dans la main et ne le sont toujours pas pour tout», a reconnu le secrétaire d’État. Mais «il faut regarder le verre à moitié plein, plutôt qu’à moitié vide», a-t-il plaidé, égrenant «les coopérations sur l’Iran, la Corée du Nord, l’OMC, le traité START ou le désarmement nucléaire».

 

M. Lavrov a loué une «initiative russo-américaine» sur la Syrie qui a «mobilisé toute la communauté internationale».

 

Circonspect, un diplomate à Washington y voit « un pas positif, mais pas un tournant » dans les relations complexes entre les Etats-Unis et la Russie.

 

*Ce texte était une analyse de Nicolas Revise, diplômé en Science politique et en Droit public et correspondant au département d’État qui suit la diplomatie américaine et son secrétaire d’État partout dans le monde.

Repost 0
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 16:35
Laurent Fabius en Chine dimanche pour évoquer la Syrie

12/09 LesEchos.fr (Reuters)

 

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius se rendra dimanche en Chine pour évoquer la situation en Syrie avec son homologue Wang Yi, a-t-on appris jeudi auprès du quai d'Orsay.

 

Laurent Fabius se rendra ensuite lundi à Oulan Bator dans le cadre d'une visite destinée à développer les relations économiques avec la Mongolie avant de se rendre en Russie mardi où il rencontrera son homologue Sergueï Lavrov, a précisé le porte-parole du ministère Philippe Lalliot.

 

Les déplacements en Chine et en Russie seront centrés sur la situation en Syrie, a-t-il ajouté.

 

Depuis le début du conflit, il y a plus de deux ans, la Chine et la Russie s'opposent à toute mesure destinée à accroître la pression sur le régime de Bachar al Assad, en utilisant notamment leur droit de veto au Conseil de sécurité de l'Onu.

 

La Russie a présenté lundi un plan visant à éviter des frappes militaires occidentales contre le régime syrien.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories