Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 12:30
source-globalresearch-ca

source-globalresearch-ca

 

13-03-2015 par Jérôme Bastion correspondant à Istanbul - RFI

 

L'émir du Qatar aurait rendu une visite inopinée, ce jeudi, au président Erdogan en Turquie, mais cette information n'a pas été confirmée - une telle visite n'était d'ailleurs pas inscrite sur le programme officiel de la présidence turque. A la veille de la visite à Ankara du chef du Centcom américain, John Allen, qui supervise les opérations de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique, les deux hommes auraient évoqué un renforcement de la coopération militaire entre les deux pays, mais sans lien direct avec la situation actuelle en Syrie et en Irak.

 

Lire l’article

Repost 0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 17:30
Syria: The Accountants Always Win In The End

Syria Situation Report  March 2-10, 2015 credits ISW

 

March 11, 2015: Strategy Page

 

ISIL is having problems with its foreign recruits. Many of them arrive with the intention of simply living in an “Islamic state” not fighting to expand that state. ISIL tried to accommodate the foreigners, lest they return home and report unfavorably about life in ISIL controlled territory. This led to foreign recruits getting better treatment (housing, food, access to “wives” and all manner of creature comforts. This, naturally, led to resentment by local (Syria and Iraq) recruits. That led to more locals deserting, joining the growing number of foreigners who simply walked away. Or tried to walk away as in late 20134 ISIL began accusing those who left of desertion and jailing or executing them. This inspired more (but better planned) desertions and growing dissent within both the ranks and among commanders. ISIL does want skilled foreigners in their caliphate but most of the foreign volunteers have no useful skills and ISIL seeks to use them as fighters or suicide bombers. Few people with useful skills are eager to join ISIL.

 

Internal criticism is not the only problem ISIL is facing in 2015. ISIL has recently suffered prominent defeats in Iraq and Syria as well as continued rebellions in both countries. Even the Syrian Army is retaking ground from ISIL. The Kurds are defeating ISIL forces outside Kobane in Syria and near the Iraq border. In Iraq Kurds, Iraqi soldiers and Sunni and Shia militias are both stopping ISIL attacks and pushing back ISIL forces outside of Mosul, Kirkuk and Tikrit. An offensive to retake Mosul is expected before June. Meanwhile air attacks not only continue but are more frequent and more damaging. This makes it more difficult to stockpile supplies or move large numbers of gunmen quickly. More leaders are being found and killed by these air attacks. Important economic targets like oil refineries are being destroyed. Inside the ISIL run “caliphate” (eastern Syria and western Iraq) there are growing shortages of everything and ISIL is finding that conquest is easier than running an economy. The economic problems fuel the rebellions and desertions and it’s a vicious circle that is destroying ISIL from within. The problem with ISIL is that so far it has solved its supply (logistical) problems via looting. But there has been no new conquests to loot for over six months and the stockpiles of plunder taken in 2014 is nearly exhausted. It’s another example of the old military maxim, “amateurs study tactics while professionals study logistics.” The accountants always win in the end.

 

The forces arrayed against ISIL have a better grasp of the logistical problems and have done something with that awareness. Thus Kurdish and Iraqi forces operating along the border with Syria have cut the best supply routes between Syria and Iraq. ISIL can still move between these two areas but with greater difficulty (using more fuel and time to do so). Taking longer to travel puts ISIL more at greater risk of attack by coalition warplanes. Worse, it becomes impractical to move essential supplies (especially food and fuel) between Iraq and Syria. The increasingly effective air attacks have also made ISIL more paranoid. This has led to greater scrutiny of foreign recruits. That resulted in a recent video showing a 10 year old ISIL “cub” shooting a kneeling foreigner in the head with a pistol. The executed man was a 19 year old Israeli Arab accused of spying for Israel. That is not completely unlikely but the Israelis don’t usually recruits men this young or unreliable. The executed man was reported by his family to have joined ISIL in October 2014. His family opposed the move and stayed in touch via sell phone and the Internet. In early 2015 the family discovered that their son had been imprisoned by ISIL for trying to leave. Apparently someone at ISIL thought they could make something of this by accusing the teenager of espionage and executing him on video. ISIL is all about grabbing media attention but in this case they are not doing much to increase recruitment among Israeli Arabs or Palestinians. Other ISIL deserters have even worse situations. Many locals serving with ISIL who desert are already deserters from the Syrian security forces and those with families living in Syrian government controlled areas have nowhere to go and are subject to arrest and execution by both ISIL and the Syrian government. Most of these men join the growing number of Syrians leaving the country and heading for refugee camps in Turkey, Lebanon or Jordan.

 

The coalition air offensive has carried out over 2,600 air strikes since August 2014 and used over 3,000 smart bombs and missiles in those attacks. Even more worrisome is the increasingly aggressive anti-ISIL actions of neighboring nations. Lebanon, Turkey and Jordan have increased border security and in Lebanon the army has forced ISIL and other rebel groups out of bases they set up in Lebanon and back into Syria. Worse the Lebanese followed up this with more troops on the border in fortified camps. In other words the Lebanese are preparing to confront any attempts by Syrian rebels to move back into Syria. While the Jordanians are enraged and more active because ISIL murdered one of their F-16 pilots in January by burning him to death the Turks are more concerned with Kurdish separatism than any threat from ISIL or any other Islamic terrorists. The Turks have been dealing (often using great brutality) with murderous Arabs for centuries and the Arabs remember all that. As a result ISIL does not make any effort to expand into Turkey. For the Turks, their ugly treatment of Arabs in the past is still useful because many Arabs fear that the Turks would go all old school on them if sufficiently provoked.

 

Meanwhile the coalition assembled by the United States in mid-2014 continues to have problems because the Arab members cannot agree with each other on how to deal with ISIL. Some countries, like Qatar, have many citizens and leaders who approve of Islamic terrorism (although not ISIL, which even al Qaeda condemns). Arab oil states in the Persian Gulf are more concerned with Iran than with ISIL and criticize the United States for not sending ground troops back to Iraq to take care of ISIL. Many Arabs blame the United States for al Qaeda and ISIL despite the fact that such violent, xenophobic Islamic terror groups have been around for centuries, and the less violence majority of Moslems has never mustered the will to deal with this recurring problem once and for all.

 

ISIL also has to worry about some of its allies. In the last year ISIL has persuaded many Syrian Islamic terrorist rebels to switch sides. These Islamic terrorists joined the fight against ISIL in early 2014 but eventually agreed to put aside their differences and join ISIL in destroying the Assad government. These new allies still hate and wish to destroy ISIL, and now find that the Assad government has not been weakened much by this alliance and the Syrian Army is again on the offensive. The coalition air strikes, which should be directed at the Assads were instead concentrating on ISIL and those groups associated with ISIL. Thus a major ally of ISIL, al Qaeda affiliate al Nusra, recently lost its leader to a recent coalition air strike. There have been more air strikes this year, after ISIL released a video of a captured Jordanian pilot being burned to death. Groups like al Nusra, which used to get a lot of cash and other aid from wealthy Arab fans in Gulf oil states saw that disappear because of the grisly execution video. ISIL now has to plan for the growing possibility that al Nusra will change sides again, because ISIL is beginning to look like a loser and that is a death sentence for Islamic terrorists. As the popular Islamic saying goes; “God wills it.” This describes fortune as well as failure, the blessed as well as the cursed.

 

ISIL savagery has led many of the minorities (especially Christians) that it loves to torment to stand and fight rather than flee. Thus in the northeast Christian militias have gotten stronger and joined forces with their sometimes (in the past) Kurdish allies to fight the common enemy. This is in response to a sharp increase in ISIL anti-Christian violence in late 2014. Many Christians are sticking around and fighting in part because ISIL has kidnapped over 200 local Christians (and some Kurds as well) in the last few months and is offering to return them for ransoms (cash or captive ISIL men or weapons). The cash ransoms demanded are not large (under $2,000 per person) but ISIL would rather get captives and weapons back. ISIL has growing shortages of cash, recruits and weapons. But many Christians and Kurds who have already lost kin do not want to make any deals with ISIL and would rather just kill the Islamic terrorists. Since the Kurds have air support, they are very good at that and ISIL is increasingly reluctant to get tied down in battles with Kurds. In addition to being skilled and disciplined fighters, the Kurds can eventually depend on help from above if a battle with ISIL drags on too long. But even the Syrian troops are betting better, apparently because of training, weapons and advice they are getting from Iran. The Lebanese Hezbollah are similarly unlikely to run away when they run into ISIL. The good old days of simply terrifying your opponent into fleeing appear to be over. In this case the good old days really were better, at least for ISIL.

 

On the Syrian border Israel is working more with Syrian rebels (except ISIL) to help stop Iran from establishing a presence in the area so they can launch attacks into Israel. Iranians have been bragging about doing this and Iran has sent more senior officers to work with Hezbollah and the Syrian Army efforts to clear all the rebels away from the Israeli border. Iran is also bringing in thousands of additional Iranian volunteers to join rebel militias in the fight against the rebels. Naturally the rebels oppose this Iranian effort and now see Israel as an ally. Israel has provided support for some rebels with the understanding that the rebels would not attack Israel and would help prevent anyone else from doing so. Thus Israel stays in contact with some Syrian rebels across its border, provides medical treatment (for over 2,000 rebels and civilians so far) and attacks Hezbollah and Syrian Army targets when there is any fire into Israel from the Syrian side. The rebels often provide Israel with data on where hidden Syrian Army or Hezbollah units are, providing Israeli warplanes and artillery with precise and conformed targets. While some of these “cooperative rebels” are Islamic radicals and will eventually turn on Israel if given a chance, for the moment the policy is “the enemy of my enemy is my friend.”

 

March 5, 2015:  ISIL ally al Nusra admitted that their supreme leader died of wounds he suffered in a recent coalition air strike on a meeting of al Nusra leaders near the Turkish border. Some lower ranking leaders were also killed.

 

March 4, 2015: The Hazm Movement, one of the few Islamic rebel groups that were not allied with ISIL or al Qaeda, officially dissolved. Hazm has been at war with al Nusra since late 2014, after years of growing tensions. In the end there were only a few hundred Hazm members left. At its peak in 2012-13 Hazm had ten times that. Al Nusra and ISIL continued to fight Hazm outside Aleppo and near the Turkish border (Idib province). Hazm had long received American weapons although many of these were seized by al Nusra when Hazm was forced to retreat in 2014.  Despite the loss of Hazm the Syrian Army is still holding onto recent gains around Aleppo.

 

UN efforts to get the army and rebels to agree to cease fires to allow humanitarian aid to get in continue to be rejected, even though the fighting is stalled. The Syrian government was so annoyed at UN efforts to make deals with the Islamic terrorist rebels (without informing the Assads) that they recently expelled three UN officials, just the make the point that the Syrian government is still around. Yet the UN remains quite hostile to the Assads who are seen as little better than ISIL when it comes to mistreatment of civilians. The UN believes that Syrian air and artillery attacks have been the major cause of civilian deaths. The UN estimates that over 7,000 civilians have died in Syria in the last year and over 80 percent of those deaths were caused by the Syrian government (which has lots of artillery and a functioning air force).

 

March 2, 2015: Israel claims that Syria has transferred some long range (700 kilometers) SCUD ballistic missiles to Hezbollah. These missiles carry a half ton high-explosive warhead. These SCUDs are actually North Korean variants on the original Russian SCUD that have a smaller warhead to enable longer range. Syria is giving them to Hezbollah to free up troops who have been guarding them and to avoid the risk of them getting captured. Israel has an anti-missile defense system that can stop these Scuds, as well as the other long range (about 200 kilometers) rockets Hezbollah has received from Iran and Syria.

 

March 1, 2015: In February about 1,100 Iraqis died from terrorist related violence. That’s about 20 percent less than January, when nearly 1,400 died. The Iraq death toll for all of 2014 was about 15,600. That’s a big jump from 2013 when the death toll was 8,900 for all of Iraq and only ten percent of those were terrorists while the majority were Shia civilians. Previously the worst year was 2007, when nearly 18,000 died. Then as now the main cause of the mayhem and murder was Sunni fanatics who want to run the country as a Sunni dictatorship. Still Iraq was a lot less violent than neighboring Syria where the 2014 death toll was 76,000. That’s over 91,000 dead in the two countries where ISIL is most active. The death toll in Syria continues to rise, even as it is declining in Iraq.

 

February 21, 2015:  Hundreds of Turkish troops advanced into Syria to evacuate 38 Turkish soldiers guarding the grave of one of the founders of the Ottoman Empire. The grave site was increasingly threatened by nearby ISIL gunmen. Rather than send more troops to defend the grave site (27 kilometers from the Turkish border) the honored corpse was moved to a site 200 meters inside Syria. The previous site was established in 1973 when the nearby original site was covered by a lake created by a newly built dam. Syria agreed to this arrangement, which is protected by international treaty. This latest move was very unpopular inside Turkey, where disdain for Arabs is not hidden.

 

February 20, 2015: Russian intelligence officials believe that about 1,700 Russian citizens (mainly Moslems from the Caucasus and Central Asia) are fighting for ISIL in Syria and Iraq. Russia believes this is about ten percent of ISIL strength.

 

February 19, 2015: Turkey and the United States formally agreed to (and finally signed) a deal that has Turkey hosting and assisting in the training of Syrian rebels. The U.S. has so far screened nearly 2,000 Syrian rebels to be sent to training at camps in Turkey, Saudi Arabia and Qatar. Those selected are believed much less likely to be radicalized and the United States hopes to have 3,000 trained and in action by the end of 2015. Such screening is difficult but the Americans had help from Saudi Arabia, which has had more success in that respect. The American effort is criticized for being too slow and producing too few armed and trained fighters to make a difference. At the moment American government policy limits what U.S. counter-terrorism efforts can do. Under these conditions the Americans plan to use their reliable rebels to call in air strikes and provide accurate information of what is going on inside Syria. This decision is based on the success the U.S. has had with the Kurds. Thus the Americans are trying to find equally reliable Arab rebels in Syria to call in air strikes. Using contacts the Kurds have developed over the years the U.S. is seeking small teams of Arab rebels who can be taught how to call in airstrikes. These teams will be equipped with armed (with a machine-gun) pickup trucks and the special radios and sent them back to Syria. This is risky, as all it takes is one rogue air strike team to get the wrong people killed and cause a diplomatic and media mess. This is considered a worthwhile risk because, as the experience with the Kurds has shown, the ISIL fighters are often sloppy during combat (because so many ISIL fighters have little training or combat experience) and that provides excellent opportunities for a single smart bomb to cause enormous (and demoralizing and often decisive) casualties. This is what happened at Kobane, where even ISIL had to admit they got beat, big time because of all those air strikes.

Repost 0
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 13:30
Islamic State conflict: Deadly strike on Syria refinery

Video posted by Raqqa is Being Slaughtered Silently purportedly showing fireball in sky after air strike on oil refinery outside Tal Abyad, Syria (8 March 2015)

 

9 March 2015 BBC MidEast

 

At least 14 people have been killed in US-led coalition air strikes on an oil refinery in northern Syria run by Islamic State (IS), activists say.

 

Refinery workers and jihadist militants were among those who died in the raid on the facility outside Tal Abyad. One activist group posted a video purportedly showing a fireball rising into the night sky after the attack. Captured refineries and oil fields have played a key role in fuelling Islamic State's advance across Syria and Iraq. Last year, the group may have earned as much as $100m (£66m) from the sale of oil and oil products to local smugglers who, in turn, sell them to the Syrian government and merchants in neighbouring countries. However, US officials say the group's ability to use oil as a source of revenue is now believed to be diminishing due to the air strikes.

 

Read more

Repost 0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 12:30
stocks d'armes chimiques syriennes - source Lignes de Défense

stocks d'armes chimiques syriennes - source Lignes de Défense

 

07-03-2015 Par RFI

 

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté ce vendredi une résolution qui condamne l'utilisation du gaz de chlore en Syrie. La résolution a été adoptée par 14 voix pour, dont la Russie, alliée traditionnelle de Damas, et une abstention, le Venezuela. Le texte ne désigne aucun coupable.

 

Le Conseil de sécurité a opté pour une condamnation très générale de l’utilisation des armes chimiques en Syrie. Selon la résolution présentée par les Etats-Unis, les auteurs des attaques, sans qu’ils soient cités, doivent rendre des comptes.

 

Suite de l'article

Repost 0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 12:30
L’armée américaine pourrait jouer un rôle sur le terrain en Syrie

Des soldat américains de la compagnie Charlie, 2nd Battalion 504th Infantry Regiment, 1st Brigade Combat Team, 82nd Airborne Division, en janvier 2010 avant que les États-Unis ne retirent leurs troupes d'Irak, à Baharia, dans la province d'Al Anbar, aujourd'hui en très grande partie aux mains des jihadistes de l'EIIL (Archives/Spc. David M. Sharp/USArmy)

 

5 mars 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Les forces spéciales américaines pourraient éventuellement être envoyées en Syrie pour y épauler les rebelles modérés formés par le Pentagone, a déclaré le plus haut gradé américain mercredi.

 

«Si le commandement sur le terrain me demande à moi ou au secrétaire à la Défense d’envoyer des forces spéciales pour accompagner les Irakiens ou les nouvelles forces syriennes (…), si nous estimons que c’est nécessaire pour remplir nos objectifs, alors c’est ce que nous recommanderons» au président américain, a déclaré le général Martin Dempsey lors d’une audition au Congrès à Washington.

Mais un responsable du Pentagone a minimisé ces propos et assuré que le haut gradé n’avait en rien changé de position sur le sujet car, d’après lui, «il n’est pas question d’envoyer des troupes américaines en Syrie», sauf dans l’éventualité où un pilote américain devrait être secouru après la chute de son avion.

De plus, selon cette même source, le cas de figure envisagé par le général Dempsey est d’autant plus «hypothétique» que les forces rebelles syriennes modérées n’ont pas encore commencé leur formation.

 

Suite de l’article

Repost 0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 08:30
Paveway IV Now On Arab Typhoons In Syria

 

February 27, 2015: Strategy Page

 

In late 2014 Britain certified (configured and tested) their Paveway IV smart bomb to operate from their new Typhoon fighter bombers. The Paveway IV was developed in Britain and is not used by the U.S. Air Force or Navy. Introduced in 2008, over a thousand 500 pound (228 kg) Paveway IVs have been dropped in combat so far. These were dropped by the older Tornado fighter-bomber. Saudi Arabia, the one export customer for Paveway IV has used them on their Typhoons recently against targets in Syria.

 

In the U.S. JDAM and other GPS-only weapons are much more popular, although some Paveway I, II, III type bombs are still used. The original Paveway laser guided smart bombs were developed in the United States but a British manufacturer obtained a license to develop a variant (Paveway IV) that met standards the Royal Air Force wanted (like GPS and inertial guidance in addition to the original laser guidance). The JDAM is a later and cheaper guided bomb design that uses GPS rather than laser. Paveway was developed in the 1960s, when there were no GPS satellites but lasers were new and it was now possible to use laser guidance in a bomb. GPS did not become available until two decades after the first Paveway entered service.

 

The U.S. and Britain jointly develop more upgrades for the Paveway IV. These include a low explosive model (to limit collateral damage), another model has a penetrator cap (to hit underground bunkers) which is a novel feature for a 228 kg bomb. There are also improvements in the American anti-jamming technology as well as the laser seeker technology.

 

The Paveway system is actually a kit that is attached to an unguided bomb. The 50.5 kg (111 pound) Paveway kit contains guidance electronics, computers, and battery powered winglets. But to work the carrying aircraft must have a fire control system that enables the pilot to get the GPS data (received from troops on the ground) into the Paveway IV equipped bomb.

 

Once attached to a one ton, half ton, or quarter ton bomb, the Paveway IV can achieve precise (within a meter or less) accuracy using a laser designator. Now there is also GPS guidance to land within ten meters (31 feet) of the aiming point. The U.S. firm that manufactures the Paveway bombs, Raytheon, has produced over 250,000 kits so far, of which about twenty percent have been used in combat with great success.

 

Earlier versions of Paveway did not have GPS. Most just only had laser guidance. Britain has since added GPS to Paveway IV. While more accurate, laser guidance requires that someone on the ground or in the air be shining a laser on the target. The Paveway then homes in on the reflected laser light (of a particular frequency). GPS guided bombs can hit the target under bad weather conditions and only have to worry about jamming of the GPS satellite signal.

Repost 0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 22:30
Syrie: les rebelles lancent une offensive virulente à Alep

 

04/03/2015 Par LEXPRESS.fr (AFP)

 

Au moins 34 personnes sont mortes dans l'attaque contre un QG des services de renseignements de l'armée de l'air à Alep.

 

Une violente attaque à Alep. Des rebelles syriens ont lancé une offensive contre le QG des services de renseignement de l'armée de l'air dans cette ville divisée. Les combats ont fait au moins 34 morts, 20 membres des forces gouvernementales et 14 rebelles. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), basé en Grande-Bretagne, les rebelles ont déclenché une puissante charge explosive souterraine contre le bâtiment, avant de lancer un assaut. Dans la soirée, les insurgés n'étaient pas parvenus à prendre le contrôle du bâtiment, alors que des combats se poursuivaient.

 

Suite de l’article

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 12:30
Defence Secretary thanks UK military personnel tackling ISIL

Michael Fallon speaks to UK military personnel during a trip to RAF Akrotiri [Picture: Corporal Lee Goddard RAF, Crown copyright]

 

1 March 2015 Ministry of Defence and The Rt Hon Michael Fallon MP

 

Defence Secretary Michael Fallon today thanked UK personnel directly involved in the fight against ISIL during a trip to RAF Akrotiri.

 

During his second visit to Cyprus, Mr Fallon met RAF personnel from 903 Expeditionary Air Wing who are providing the UK’s contribution to coalition air operations against ISIL.

He discussed the campaign and spoke to the pilots who are flying twice daily missions as the UK continues to make the second largest contribution to coalition airstrikes in support of Iraqi forces.

The Defence Secretary also met troops from 2nd Battalion, Princess of Wales’s Royal Regiment, and received a briefing on the key role they are playing in the training programme to build the capacity of the Iraqi Security Forces.

So far over 1000 Kurdish Peshmerga have completed training and the UK will lead the Coalition’s counter-IED training programme which is due to start this month.

Defence Secretary Michael Fallon said:

I am proud of the work the 400 personnel based here are doing to help the Iraqi Government to defend their country against the ISIL ‘cancer’.

While this fight will take time, the coalition’s airstrikes are having a direct effect in supporting Iraqi ground operations against ISIL.

In the North, areas around Mount Sinjar have been retaken, bringing relief to the local Yazidi population and applying pressure to ISIL forces in Mosul. In the South, Iraqi forces operations are beginning to push back ISIL.

Britain’s contribution is playing to our strengths. By leading the counter-IED training this month our troops will be using their expertise to give Iraqi forces a vital capability in taking the fight to ISIL.

The RAF base has been home to extensive air capabilities since coalition air operations began last year.

These include:

  • Tornado GR4s which have conducted 90 strikes (as of 2nd March 2015)
  • Reaper Remotely Piloted Aircraft which have conducted 70 strikes (as of 2nd March 2015)
  • Voyager which has played a crucial role in refuelling UK and coalition aircraft
  • C130 transport aircraft which have delivered both humanitarian aid and military support
  • and finally the recently deployed E3-D Sentry which has enhanced the coalition’s airborne control and surveillance capability.
Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 22:20
Daesh menace le co-fondateur de Twitter

 

2 mars 2015 par Bastien Duhamel - 45eNord.ca

 

«Votre guerre virtuelle contre nous va provoquer une guerre réelle contre vous» ; telle est la menace mise en ligne en Arabe par l’organisation de l’Etat Islamique à l’intention du co-fondateur de Twitter Jack Dorsey.  Cette menace fait suite à une campagne de suppression de plusieurs messages et comptes affiliés au groupe djihadiste sur Twitter.

 

Déclarant que «nous vous avons prévenu que ce n’était pas votre guerre. Mais vous n’avez pas compris et vous avez continuez à supprimer nos comptes Twitter, nous reviendrons toujours». L’EI a lancé un appel à ses sympathisants à travers le monde pour s’en prendre directement aux employés de Twitter.

Cette menace s’explique par l’importance qu’accorde l’organisation islamique aux média sociaux dont elle se sert comme vecteurs de diffusion de sa propagande ou encore à des fins de recrutement essentiellement à destination des jeunes occidentaux.

Après avoir rappelé que Twitter tout comme les autres médias sociaux interdisent formellement toute publication comportant des menaces à l’égard d’autrui ou à toutes autres fins ou activités illégales, La direction du réseau social par l’intermédiaire de Jim Prosser a réagi brièvement en affirmant que ses «équipes de sécurité enquêtaient sur la véracité de la menace en collaboration avec les autorités officielles compétentes».

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 12:30
Gendarmerie officer arrested in MİT truck case (Feb. 26)

 

Feb 26 2015 trdefence.com (Daily Sabah)

 

On Thursday, Turkish Gendarmerie officer, who tipped off the National Intelligence Organization (MİT) trucks for allegedly carrying ammunition inside Syria, has been arrested.

 

According to the statement by the public prosecutor of Adana, the noncommissioned officer identified only by the initials H.A. faces charges of “obtaining and revealing information that was supposed to be kept secret for the safety of the state.”

 

The trucks were stopped by gendarmerie teams in Turkey’s southeastern province of Hatay on January 1, 2014 despite a national security law forbidding such acts.

 

The Turkish Interior Ministry had said the trucks were carrying humanitarian aid for the Turkmen community in Syria.

 

The prosecutor and security officers who ordered the stopping of the trucks were later removed from their posts.

Repost 0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 12:30
Le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, lors d'un point de presse. (DoDNews)

Le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, lors d'un point de presse. (DoDNews)

 

28 février 2015 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

Le Pentagone prévoit que l’entraînement des rebelles syriens modérés en Turquie devrait commencer d’ici « quatre à six semaines », a indiqué vendredi le porte-parole du ministère américain de la Défense, le contre-amiral John Kirby.

 

« Notre évaluation, c’est que nous devrions être prêts à commencer concrètement l’entraînement dans quatre à six semaines », a déclaré

Après plusieurs mois de négociations difficiles tractations, Washington et Ankara ont signé le 19 février un accord pour l’entraînement, sur une base turque, de groupes rebelles modérés hostiles au président Bachar el-Assad, ainsi que pour la fourniture de matériel militaire.

Ankara, qui a fait du président Assad sa bête noire, souhaite que ces rebelles soient entraînés pour combattre tant le régime de Damas que les insurgés du groupe djihadiste État islamique (EI) qui contrôlent de larges zones de l’Irak et de la Syrie à sa frontière.

Mais Washington, dont la force aérienne effectue des attaques ciblées contre les positions de l’EI, souhaite plutôt former les rebelles dans le cadre de sa lutte contre le groupe djihadiste.

Le gouvernement américain espère que les premiers combattants rebelles formés puissent être opérationnels d’ici la fin de l’année, selon le Pentagone.

Un porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères a indiqué pour sa part le même jour, vendredi, que le programme d’entraînement commencerait encore plus tôt.

Le porte-parole turc, Tanju Bilgiç, cité par l’agence de presse gouvernementale Anatolie,a déclaré lors de son point-presse hebdomadaire que le programme « va démarrer le 1er mars », sans toutefois donner d’autre détails.

Mais, selon le contre-amiral Kirby, pour l’instant seule une grosse centaine de candidats à la formation a franchi le processus de filtrage, destiné à éviter que des adversaires ne se glissent parmi les recrues.

Il faut à peu près 200 à 300 personnes pour faire une promotion, a-t-il indiqué.

Les États-Unis ont envoyé une centaine de personnes en Turquie pour préparer la mission d’entraînement, qui comptera, lorsqu’elle aura pris son envol environ un millier d’Américains, formateurs ou éléments de soutien.

Au total, 1.500 Syriens modérés sont considérés comme des recrues potentielles pour l’instant, a indiqué vendredi le contre-amiral Kirby, précisant que le but est de former de 5 à 5.500 personnes sur l’année, selon lui.

Mais « s’il y a de la demande », et si « le processus de filtrage » est efficace, l’objectif pourrait être revu à la hausse, a-t-il ajouté.

Repost 0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 17:30
Le groupe EI a enlevé 220 chrétiens assyriens, selon l'OSDH

 

26/02/2015 Le Point.fr

 

"Pas moins de 220 Assyriens ont été enlevés dans 11 villages par le groupe EI au cours des trois derniers jours" dans la province de Hassaké, selon l'ONG.

 

Le nombre de chrétiens assyriens enlevés par le groupe extrémiste État islamique (EI) en Syrie s'élève à 220 au total, a rapporté jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). "Pas moins de 220 Assyriens ont été enlevés dans 11 villages par le groupe EI au cours des trois derniers jours" dans la province de Hassaké (nord-est), bordée par la Turquie et l'Irak, a indiqué l'ONG. L'OSDH avait dans un premier temps fait état mardi de l'enlèvement de 90 Assyriens.

 

Suite de l’article

Repost 0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 16:30
Le tombeau de Suleiman Chah, monument turc situé en Syrie. Photo Eleman

Le tombeau de Suleiman Chah, monument turc situé en Syrie. Photo Eleman

 

23-02-2015 Par RFI

 

La Turquie a mené une incursion militaire à 37 kilomètres à l'intérieur du territoire syrien, dans la nuit de samedi à dimanche, afin de déplacer la dépouille d'un dignitaire ottoman et d’évacuer les soldats qui gardaient son tombeau situé dans une zone tenue par l’organisation Etat islamique. Une opération considérée comme une « agression » par Damas.

 

L’opération a été qualifiée de « succès » par l’exécutif turc ce dimanche, qui précise que « 572 soldats » sont passés « par le poste-frontière de Mursitpina », dans le sud-est du pays, samedi soir. « Les reliques du dignitaire turc [le grand-père du fondateur de l’Empire ottoman] ont été rapatriées temporairement en Turquie pour être inhumées ultérieurement en Syrie », a expliqué le Premier ministre Ahmet Davutoglu. Une zone aurait ainsi été sécurisée en territoire syrien afin de transférer la dépouille dans les jours prochains.

 

Suite de l’article

Repost 0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 07:30
Aide américano-turque à l'opposition syrienne : pour qui et pourquoi ?


20/02/2015 France24.com

 

La Turquie et les États-Unis veulent former et armer un nouveau contingent de rebelles syriens modérés dès les prochaines semaines, malgré les nombreuses questions qui demeurent sur les chances de succès de l'opération.

 

C'est dès le début du mois de mars que doit commencer le programme américano-turc de formation et d'équipement des rebelles syriens modérés, signé jeudi 19 février, a annoncé vendredi le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.

Pour Wassim Nasr, spécialiste des groupes jihadistes à France 24, ces déclarations suscitent plus de questions que de réponses. "Qui vont-ils armer ? Les bénéficiaires de cette aide ont-il une assise territoriale et populaire qui leur permette de tenir le coup ?", se demande-t-il.

 

Lire l'article

Repost 0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 12:30
Syrie : un afflux « sans précédent » de combattants étrangers

 

11.02.2015 Le Monde.fr (AFP)

 

Jamais un conflit n'avait attiré autant de combattants étrangers. D'après un rapport établi pour l'administration américaine, vingt mille non-Syriens participeraient actuellement à la guerre dans le pays, un afflux  « sans précédent », notamment par rapport à ce qui s'est passé en Afghanistan et au Pakistan, en Irak, au Yémen ou en Somalie, selon Nicolas Rasmussen, directeur du Centre national antiterroriste américain (NCTC), dans un document écrit préparé pour le Congrès.

M. Rasmussen doit être entendu mercredi par la commission de la sécurité intérieure de la Chambre des représentants, mais la partie écrite de son témoignage a filtré dès mardi soir.

 

Suite de l'article

Repost 0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 12:30
Comment l'Etat islamique enrôle et radicalise ses nouvelles recrues

 

09/02/2015 Par Edouard de Mareschal - LeFigaro.fr

 

Un livre à paraître détaille comment l'organisation terroriste entraîne ses aspirants djihadistes et les conditionne à accepter l'extrême violence des actes qu'ils vont commettre.

 

Les exactions commises par l'Etat islamique (EI) horrifient le monde entier... Mais parfois aussi les nouvelles recrues de l'organisation terroriste, qui doivent suivre un long processus d'endoctrinement, avant d'être opérationnelles. Cette procédure commence dès le recrutement, puis se poursuit pendant leur entraînement dans des camps militaires situés dans les zones contrôlées par l'Etat islamique en Irak et en Syrie. Le processus mis en oeuvre pour que les nouveaux arrivants deviennent de parfaits fanatiques est désormais mieux connu grâce à plusieurs témoignages inédits recueillis dans un livre* à paraître en anglais, écrit par Hassan Hassan et Michael Weiss, respectivement chercheur à l'institut Delma et journaliste au Daily Beast. «Dans ces camps d'entraînement, les nouvelles recrues reçoivent une formation politique, militaire avec une part de contre-espionnage, mais surtout un enseignement sur la Charia, explique au Figaro Hassan Hassan. L'enseignement religieux est l'un des aspects les plus sous-estimés de leur endoctrinement pour expliquer la résilience et la loyauté des djihadistes de l'EI.»

 

Suite de l’article

Repost 0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 21:30
Aviateurs au-dessus de la Syrie: voler, malgré la peur

 

6 février 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Les terrifiantes images du pilote jordanien brûlé vif par le groupe Etat islamique hantent désormais les aviateurs qui survolent les terres contrôlées par le mouvement jihadiste, mais rien ne les empêchera d’accomplir leurs missions, assurent d’anciens officiers.

 

Le sort horrible réservé à Maaz al-Kassasbeh illustre l’importance de la procédure de récupération des pilotes abattus, qui dans ce cas n’a pas eu le temps d’être enclenchée à temps pour éviter sa capture dans la région de Raqa, « capitale » du groupe extrémiste qui a conquis des régions entières en Irak et en Syrie.

« Des images comme ça, pour sûr ça frappe les esprits » confie à l’AFP l’ancien chef d’un service français de renseignement, qui demande à ne pas être identifié. « Les pilotes sont des hommes comme les autres, pas des robots. Ils savent qu’ils prennent des risques en survolant des zones hostiles. Mais il est certain qu’après ça ils vont réfléchir à deux fois. »

« Ça fait longtemps que la guerre n’est plus une affaire de gentlemen. Autrefois les pilotes abattus étaient capturés et placés en détention. Tout ça c’est fini. Maintenant, c’est la barbarie, surtout dans les guerres asymétriques. Les pilotes savent que s’ils se font chopper, ça va être très dur pour eux. Et là on a passé un cap supplémentaire dans la sauvagerie. C’est du jamais vu », ajoute-t-il. « S’ils tombent au coeur même des combats, on ne donne pas cher de leur vie ».

Le général Gilles Desclaux a commandé jusqu’en 2011 la défense aérienne et les opérations aériennes (CDAOA) de l’armée de l’air française. Les pilotes « y ont pensé forcément, au moment où c’est arrivé », dit-il. « Puis ils pensent à leur mission. Ils y repenseront sans doute si à un moment ils ont à prendre une décision d’éjection, s’ils ont une panne ou sont abattus au dessus d’une zone de combat, ça leur reviendra à l’esprit. Mais psychologiquement ils sont prêts. Ils en on parlé entre eux, ils en ont parlé avec l’encadrement. Chacun ensuite prend sa décision ».

« C’est comme quand j’étais jeune pilote », ajoute-t-il, en évoquant les « missions nucléaires » où les pilotes ignoraient s’ils recevraient ou non l’ordre de lâcher la bombe . « On allait porter des bombes nucléaires sans aucun espoir de retour en Union Soviétique… »

Depuis la guerre du Vietnam, et le sort réservé à ses pilotes tombés aux mains de l’ennemi, l’armée américaine a mis au point des procédures de sauvetage, dont ce sont inspirées toutes les armées modernes.

Cela commence avec la balise qui s’enclenche automatiquement lors de l’éjection, captée par des avions qui survolent la zone en permanence. Les patrouilles de combat comptent toujours au moins deux appareils : si l’un tombe, son équipier tourne en cercle autour du point d’éjection.

« Il fait tout ce qu’il peut pour le protéger », précise le général Desclaux. « En clair, il tire sur tout ce qui approche, tente d’isoler le +survivor+ de tout élément hostile ».

Dès que le pilote est localisé, une course contre la montre commence : des commandos de l’air spécialisés embarquent dans des hélicoptères, eux-mêmes protégés par des chasseurs-bombardiers, et partent récupérer le pilote. Dans le meilleur des cas, il faut compter plusieurs heures.

« Les aviateurs sont entraînés à se cacher le mieux possible, s’ils sont valides. L’idée est de s’enterrer dans la journée et s’ils doivent se déplacer, ils le font la nuit » ajoute l’ancien chef d’un service de renseignement. « Avant même de monter une opération aérienne, la première chose à laquelle on pense, c’est le Resco (Recherche et sauvetage au combat). Et là, faire une opération Resco dans les zones contrôlées par Daesh, c’est dur-dur. Un pays qui fait partie d’une coalition peut refuser de mettre ses pilotes en danger tant qu’il n’y a pas une Resco crédible ».

C’est ce qu’ont fait, au lendemain de la capture du pilote jordanien, les Émirats arabes unis, a révélé le New York Times. Reprochant à Washington d’avoir positionné au Koweït, c’est-à-dire trop loin, ses équipes de Combat Search and Rescue (CSAR), les Emirats ont suspendu leur participation aux frappes aériennes contre le groupe Etat islamique, exigeant que les V-22 Osprey, ces appareils mi-avions, mi-hélicoptères de l’US Air Force et les commandos de l’air soient positionnés dans le nord de l’Irak, pour gagner du temps en cas de besoin.

Repost 0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 21:30
L’ONU veut tarir les sources de financement du groupe Etat islamique

 

7 février 2015 45eNord.ca (AFP)

 

Le Conseil de sécurité de l’ONU devrait adopter la semaine prochaine une résolution visant à tarir toutes les sources de financement du groupe Etat islamique (EI), qu’elles proviennent du pétrole, du trafic d’antiquités ou de rançons, selon un diplomate.

 

La première mouture de ce texte, élaborée par la Russie, a été complétée après des discussions avec Américains et Européens avant d’être distribuée aux 15 pays membres.

 

Ceux-ci en ont discuté pour la première fois à huis clos vendredi et leur réaction a été « très positive », selon l’ambassadeur russe Vitali Tchourkine. Il table sur une adoption dès mardi prochain.

 

Son homologue britannique Mark Lyall Grant a indiqué qu’aucun pays n’avait élevé d’objection formelle et que le texte devrait être adopté avant jeudi. « Cette résolution, a-t-il expliqué, n’apporte pas de changement fondamental mais elle montre une nouvelle fois que le Conseil est uni dans la lutte anti-terroriste et est prêt à prendre des mesures pour resserrer l’étau autour de l’EI ».

 

Le texte s’inspire largement d’une série de décisions déjà prises par l’ONU dans le cadre de sanctions (gel d’avoirs, embargo sur les armes notamment) imposées aux organisations et individus affiliés à al-Qaïda.

 

Le Conseil avait aussi adopté en août 2014 une résolution visant à couper les fonds aux djihadistes en menaçant de sanctionner les pays qui leur achèteraient du pétrole. La résolution devait également endiguer le flux de combattants étrangers partant rejoindre l’EI en Irak et en Syrie.

 

Ces obligations imposées aux Etats membres et reprises dans le nouveau texte « sont déjà solides et contraignantes mais l’objectif de la nouvelle résolution est de les étendre et de clarifier ce qu’elles impliquent, en particulier dans le domaine de la contrebande de produits pétroliers », explique un responsable américain impliqué dans les discussions. S’exprimant sous couvert d’anonymat, il prévoit lui aussi l’adoption du texte la semaine prochaine.

 

Il reconnait que faire appliquer dans les faits cette résolution juridiquement contraignante « sera un défi » étant donné la multitude d’intermédiaires qui font affaire avec les djihadistes. « Nous espérons que ces normes et dispositions auront un véritable impact ».

 

L’une des principales nouveautés de la résolution, souligne-t-il, est une interdiction spécifique du trafic d’œuvres d’art et d’antiquités dérobées en Syrie, dont l’EI contrôle une partie du territoire. Une telle interdiction s’applique déjà à l’Irak.

 

« Tous les Etats membres, indique le projet de résolution, devront prendre les mesures nécessaires pour prévenir le commerce de biens culturels irakiens et syriens » qui auraient été sortis illégalement d’Irak depuis août 1990 et de Syrie depuis mars 2011 (début de la crise syrienne) et pour assurer leur retour éventuel dans leur pays d’origine.

 

En ce qui concerne le pétrole, le texte rappelle que les Etats membres sont tenus de ne pas commercer directement ou indirectement avec l’EI. Le Conseil leur demande de signaler à l’ONU lorsqu’ils saisissent du pétrole brut ou raffiné venu de zones tenues par les djihadistes.

 

La résolution souligne que le trafic routier en provenance de zones tenues par l’EI permet également aux djihadistes de faire commerce d’autres richesses comme l’or, les produits agricoles ou de marchandises pillées (produits électroniques, cigarettes). Elle recommande aux Etats voisins des contrôler ce trafic, une disposition qui vise en particulier la Turquie, important point de transit pour ces livraisons pétrolières.

 

Un rapport de l’ONU publié en novembre dernier recommandait, de manière plus radicale, de bloquer les camions citernes en provenance des territoires contrôlés par l’EI. Selon ce rapport, les djihadistes gagneraient de 850.000 à 1,65 million de dollars par jour en vendant du pétrole à des intermédiaires privés.

 

Ces revenus ont toutefois nettement diminué récemment, à la suite des bombardements menés par la coalition et surtout de la baisse du prix du brut sur les marchés.

 

Dans sa résolution, le Conseil recommande par ailleurs aux Etats membres de ne pas verser de rançon en cas d’enlèvement ou de prise d’otages, comme il l’avait fait en janvier 2014.

Repost 0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 20:30
Irak: une offensive terrestre majeure se prépare pour contrer l'EI

 

09.02.2015 Romandie.com (ats)

 

Une offensive terrestre d'envergure des forces irakiennes se prépare en Irak pour déloger le groupe Etat islamique (EI) des régions qu'il occupe au nord et à l'ouest de Bagdad. Deux attentats suicide ont fait près de 40 tués en trois jours dans cette région.

La capitale irakienne est à l'abri d'une attaque majeure des djihadistes mais des attaques suicide, souvent le fait d'extrémistes sunnites tels les djihadistes de l'EI, continuent de la secouer, comme celle qui a tué 14 personnes lundi dans un quartier chiite.

Trois jours plus tôt, samedi, un attentat semblable avait tué 23 personnes à Bagdad sans qu'il ne remette en cause la levée le soir même du couvre-feu nocturne en vigueur pendant des années dans la capitale, mesure que les habitants avaient fêté comme une "libération".

Après six mois de pilonnage aérien en Irak, d'abord en août par les Etats-Unis puis par d'autres membres de la coalition internationale, et quelques succès sur le terrain, significatifs bien que géographiquement limités, l'armée irakienne s'apprête à lancer une nouvelle offensive terrestre contre les djihadistes.

"Il y aura une contre-offensive terrestre majeure en Irak", a souligné le coordinateur américain de la coalition, John Allen, à une agence jordanienne.

"Dans les prochaines semaines, quand les forces irakiennes commenceront la campagne terrestre pour reprendre l'Irak, la coalition fournira une puissance de feu importante en soutien", a-t-il dit en balayant les accusations de retard dans la livraison d'armes et l'entraînement de l'armée irakienne.

 

La Jordanie très engagée

L'EI a profité de la guerre en Syrie et de l'instabilité en Irak pour s'emparer de pans entiers de territoire dans ces deux pays, où il commet des atrocités dénoncées comme des crimes contre l'Humanité par l'ONU.

Selon le secrétaire d'Etat John Kerry, la coalition mise en place par Washington avec l'objectif de "détruire" ce groupe ultra-radical, a mené depuis août plus de 2000 frappes en Irak et en Syrie et a permis de reprendre "un cinquième du territoire" à l'EI.

Membre de la coalition, la Jordanie a intensifié ses raids depuis l'annonce le 3 février de l'exécution par l'EI d'un de ses pilotes, capturé en décembre après une frappe en Syrie.

 

Damas est contre

En Syrie voisine, le chef de la diplomatie Walid Mouallem a affirmé que son pays s'opposerait à toute éventuelle offensive terrestre de troupes étrangères contre l'EI. "Nous ne permettrons aucune violation de la souveraineté syrienne", a-t-il dit.

Le régime syrien, dont une partie du territoire échappe à son contrôle, lutte depuis près de quatre ans contre une rébellion qui veut sa chute. Mais le conflit a été éclipsé par la montée en puissance de l'EI. Lundi encore, au moins 15 personnes ont péri dans des raids du régime à Douma, bastion des rebelles près de Damas, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), proche des opposants au régime de Bachar al-Assad.

Repost 0
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 12:30
Golan: Israël pilonne les positions syriennes suite à un tir de roquettes

 

TEL AVIV, 28 janvier - RIA Novosti

 

L'armée israélienne a attaqué les positions des forces syriennes sur le Golan suite à un nouveau tir de roquettes contre le territoire de l'Etat hébreu, a annoncé mercredi le service de presse de Tsahal.

 

"Les roquettes se sont abattues sur les hauteurs du Golan. En riposte, l'Armée de Défense d'Israël a attaqué les positions de l'artillerie syrienne", lit-on dans le communiqué.

 

Auparavant, deux obus lancés depuis le territoire syrien ont explosé dans la partie du Golan contrôlée par Israël sans faire de victimes. Les forces israéliennes ont ensuite pilonné les positions de l'armée syrienne.

 

Israël est officiellement en état de guerre avec la Syrie et occupe depuis 1967 environ 1.200 kilomètres carrés du plateau du Golan qu'il a annexés, bien que cette décision n'ait jamais été reconnue par la communauté internationale.

Repost 0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 18:30
Did German Companies Aid Syrian Chemical Weapons Program?

Chemical weapons were used in the Syrian civil war in 2013. German companies may have helped build up the country's production facilities. (photo source LdDef)

 

January 23, 2015 By Gunther Latsch, Fidelius Schmid and Klaus Wiegrefe – Spiegel.de

 

Government documents and information from the Assad regime indicate that German companies may have helped Syria produce chemical weapons over the course of decades. So far, the Merkel administration has shown no willingness to investigate.

 

Read full article

Repost 0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 15:49
L'EI chassé de Kobané, son échec le plus cuisant en Syrie

 

26 janvier 2015 15h36 Romandie.com (AFP)

 

Beyrouth - Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a été chassé de la ville syrienne de Kobané par les forces kurdes, sa plus grave défaite en Syrie où il contrôle de larges territoires depuis plus d'un an.

Cet échec intervient le jour même où un responsable militaire en Irak annonçait que la province de Diyala, dans l'est du pays, était libérée du groupe extrémiste.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a affirmé que les Kurdes contrôlaient désormais totalement Kobané, cette petite ville frontalière de la Turquie devenue le symbole de la résistance à l'EI depuis que les jihadistes y ont lancé un vaste assaut le 16 septembre.

La milice des YPG (Unités de protection du peuple kurde) a chassé tous les combattants de l'EI, a précisé l'ONG, qui dispose d'un large réseau en Syrie.

Il n'y a plus de combats dans la ville et les jihadistes se sont repliés dans les environs de Kobané, a précisé son directeur Rami Abdel Rahmane à l'AFP. Les Kurdes pourchassent encore des combattants cachés à l'extrémité-est de la ville, notamment dans le quartier de Maqtala.

Cette victoire annoncée à Kobané (Aïn al-Arab en arabe) fait suite à plus de quatre mois de violents combats menés par les forces kurdes avec le soutien prépondérant des frappes quotidiennes de la coalition internationale.

 

- Les jihadistes en fuite -

Les YPG n'ont pas formellement annoncé lundi la reprise de la ville, mais Mustefa Ebdi, militant kurde de Kobané, a affirmé à l'AFP que les combats avaient cessé et que les forces avançaient prudemment dans Maqtala par peur des mines et des voitures piégées.

Des combattants de l'EI ont été vus en train fuir sur des mobylettes de Maqtala, ils n'ont opposé aucune résistance, a-t-il poursuivi.

Les combats ont fait plus de 1.600 morts, dont plus de 1.000 dans les rangs jihadistes depuis la mi-septembre, selon les estimations.

Le revers à Kobané porte un coup d'arrêt à l'expansion territoriale que l'EI mène en Syrie depuis son apparition dans le conflit en 2013, estiment des experts.

Les forces kurdes, au départ sous-équipés, ont réussi à prendre l'avantage grâce à l'appui crucial de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, qui a fait de Kobané une priorité depuis le début des frappes aériennes en Syrie le 23 septembre.

17 frappes y ont été encore menées entre dimanche soir et lundi matin sur des positions des jihadistes, selon le Commandement de la coalition.

Le groupe continue toutefois de contrôler plusieurs dizaines de villages autour de Kobané.

 

- L'EI chassé de Diyala -

En Irak, les forces armées sont en contrôle total de toutes les villes, districts et cantons de la province de Diyala, dans l'est, a indiqué le général Abdelamir al-Zaïdi.

Grâce à la campagne de frappes qu'elle mène depuis août, la coalition estime avoir stoppé l'avancée de l'EI en Irak, mais les jihadistes conservent pour l'instant l'essentiel de leurs positions, notamment Mossoul, la deuxième ville du pays.

Par ailleurs, le président syrien Bachar al-Assad a dénoncé dans un entretien à une revue américaine le plan des Etats-Unis d'entraîner ses ennemis rebelles pour combattre l'EI, estimant qu'il s'agissait d'une chimère.

Pour Assad, ces rebelles sont une force illégale et seront traités par l'armée comme les autres insurgés, qualifiés de terroristes depuis le début de la révolte en 2011 contre son régime.

Washington, qui soutient l'opposition syrienne depuis le début de la révolte il y a quatre ans, entend former au Qatar, en Arabie saoudite et en Turquie plus de 5.000 rebelles triés sur le volet afin de combattre l'EI.

Repost 0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 07:30
Après les attentats à Paris, la France s'interroge sur sa politique syrienne

 

21/01/2015 Par Isabelle Lasserre - LeFigaro.fr


Depuis les attentats de Paris, les responsables politiques ont surtout mené la contre-attaque au niveau national. Dans ses vœux au corps diplomatique, François Hollande n'a pas esquissé de révision de la stratégie française au Moyen-Orient. La France ne pourra cependant faire l'économie d'une telle réflexion, si elle veut éviter de nouvelles attaques contre son territoire. Car le djihadisme prend en partie ses racines dans le chaos qui déstabilise cette région. Pour Jean-Pierre Filiu, professeur à Sciences Po Paris et auteur de Je vous écris d'Alep, cela ne fait aucun doute: «Daech est au cœur des attentats de Paris, car les réseaux djihadistes qui les ont menés sont enkystés en Syrie.» Un spécialiste de la défense confirme: «Dans les affaires de djihadisme, presque toutes les filières de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) remontent à Daech.» La source du mal réside en partie au Moyen-Orient, où se trouvent les parrains des terroristes qui sèment la terreur en Europe. D'abord le régime de Bachar el-Assad, puis les djihadistes de Daech qui, depuis qu'ils ont consolidé leur assise territoriale au Levant, exportent leurs combattants en Occident. La France, qui participe aux frappes de la coalition en Irak et arme l'opposition dite modérée en Syrie, doit-elle revoir ses politiques dans la région?

 

Suite de l'article

Repost 0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 12:30
Israel deploys Iron Dome missile defense battery and additional troops on border with Syria

 

January 20, 2015 armyrecognition.com

 

Israel deployed an Iron Dome missile defense battery along its northern border with Syria and planned a high-level security meeting in anticipation of retaliation for an airstrike that killed Lebanese Hezbollah militants and an Iranian general, Israel Radio reported.

 

Read more

Repost 0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 08:30
Golan Heights - credits BBC Middle East

Golan Heights - credits BBC Middle East

 

18 January 2015 BBC MidEast

 

An Israeli air strike has killed six members of Hezbollah in the Syrian sector of the Golan Heights, the Lebanese militant movement says.

 

Among those reported dead were the son of a late military leader, a current commander, and at least one Iranian. Hezbollah's al-Manar TV said they were killed in Quneitra province "during a field reconnaissance mission". Israel said it would not comment, though unnamed sources confirmed an Israeli helicopter strike. They claimed those targeted were conducting reconnaissance for a Hezbollah attack.

 

Read more

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories