Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 15:50
T-80 MBT - photo Anton Denisov / Sputnik

T-80 MBT - photo Anton Denisov / Sputnik

 

27.04.2015 sputniknews.com

La Bundeswehr est incapable de faire face aux forces armées russes en cas de conflit armé, car elle ne dispose pas d'obus suffisamment puissants pour percer le blindage des chars T-80 et T-90, sans parler de l'Armata, indique le quotidien Die Welt.

 

Bien que l'armée allemande possède l'un des meilleurs chars du monde, Leopard 2, elle n'est pas en mesure d'opposer une riposte au matériel blindé russe, estime l'observateur militaire du journal Thorsten Jungholt. La cause en est l'absence de munitions capables de neutraliser les T-90 et la version modernisée des T-80. 

"Au moment du tir, les obus au noyau de tungstène en service dans la Bundeswehr n'acquièrent pas une énergie cinétique suffisante pour percer le blindage des chars russes modernes. Pour y parvenir, il faut utiliser des obus au noyau d'uranium, ce qui est difficile à réaliser pour des raisons politiques", constate M. Jungholt. 

Lors d'une réforme de la Bundeswehr, le nombre de Leopard 2 a été réduit jusqu'à 225 véhicules. Suite à l'aggravation de la crise ukrainienne, les troupes de l'Otan ont été mises en état d'alerte. A cette occasion, 100 chars déclassés seront remis en service, a annoncé la ministre allemande de la Défense, Ursula Gertrud von der Leyen.  

Cette mesure sera cependant inefficace sans munitions suffisamment puissantes, estiment les experts.  

"Remettre ces chars en service sans munitions est insensé du point de vue militaire", estime Hans Rühle, ancien chef d'état-major de la Bundeswehr.   

 

En attendant, la Russie mène à bien une modernisation de son matériel blindé, constate Die Welt. Bien que les caractéristiques du char Armata soient tenues secrètes, les informations provenant de sources ouvertes laissent supposer qu'il s'agit d'un char de nouvelle génération et qui supasse d'un cran aussi bien ses prédécesseurs que les modèles similaires étrangers.  

Les nouveaux chars Armata constituent le progrès le plus spectaculaire en matière de véhicules blindés russes. Leur principal trait distinctif consiste dans leur agencement permettant de placer l'équipage dans une capsule blindée isolée et d'installer les armements dans une tourelle commandée à distance, rapporte le magazine japonais Diplomat.

 

Partager cet article

Repost0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 11:40
Défense: nouvelle visée pour les chars T-80, T-90 et T-72

MOSCOU, 13 juin – RIA Novosti

 

Le célèbre fabricant d'appareils photo Zenit – l'usine Zverev de Krasnogorsk – a développé un nouveau système de visée Agat-MDT, capable de voir dans le noir complet jusqu'à 4 kilomètres, écrit jeudi le quotidien Izvestia.

 

Intégralement conçu avec des éléments russes, il est également basé sur la matrice russe fabriquée par la société Orion avec une résolution inédite pour l'industrie du pays (640x512 pixels).

 

Cependant ce système n'est pas prévu pour les futurs chars russe à châssis Armata ou Kourganets et ne peut être installé que sur les chars T-72, T-80 et T-90.

Le directeur général de la société Alexandre Tarassov estime que ce n'est pas un défaut majeur car les chars T-72 et T-90 ont beaucoup de potentiel en termes de modernisation et d'exportations.

 

"Le char T-90 est très populaire auprès de nos partenaires étrangers. Le Pérou a récemment annoncé l'achat des T-90S. D'autant que le ministère de la Défense russe modernise activement les chars T-72 et T-90. Par conséquent nous pensons que notre produit a beaucoup de perspectives", explique Alexandre Tarassov.

Par ailleurs, il souligne que l'usine Zverev de Krasnogorsk voit en Agat-MDT un produit intermédiaire et poursuit le développement de systèmes mécaniques-optiques pour les chars de l'avenir. Toutefois, Alexandre Tarassov ne précise pas si le ministère de la Défense a commandé ce genre de concepts.

 

C'est précisément le manque de mise au point du système de visée qui a provoqué l'atermoiement de six mois avant la mise en service d'Armata - et le système a été finalement commandé en Biélorussie à la compagnie Peleng.

 

Vladimir Goutenev, vice-président du Comité pour l'industrie à la Douma (chambre basse du parlement), explique que la création du système Agat permettrait aux fabricants de chars russes de renoncer aux visées thermiques, jusqu’ici importées en l'absence d'analogues russes.

 

"Jusqu'à présent les différentes versions du T-90 prévues pour l'exportation étaient équipées de visées thermiques construites par la société française Thales. D'après les performances annoncées Agat n'a rien à leur envier. Le holding Chvabe, dont fait partie l'usine Zverev, présente toute la gamme de ces dispositifs – c'est un grand pas en avant, nous devenons compétitifs sur ce marché de systèmes relativement coûteux", remarque Goutenev.

 

Il ajoute que le système de visée thermique russe rendait non seulement les chars indépendants des équipements étrangers mais permettrait également un cycle complet de modernisation des équipements des chars. De plus, Goutenev estime que la demande pour les T-72 et T-90 ne diminuera pas dans les années à venir.

 

"Ces chars ne seront pas recyclés : ils seront modernisés et vendus à l'étranger. Grâce au système Agat il sera plus simple de le faire sans fournisseurs étrangers", explique Vladimir Goutenev.

 

D'après l'usine Zverev de Krasnogorsk, le système de visée et d'observation combiné, équipé de la vision thermique Agat-MDT de fabrication russe, permet d'identifier des cibles ennemies mobiles et statiques jusqu'à 4 km, de mesurer la distance jusqu'à la cible grâce à un télémètre laser et de tirer avec précision à partir du canon et des mitrailleurs du char.

Partager cet article

Repost0
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 17:20

http://rt.com/files/politics/kuril-islands-defense-tanks-663/i378cd456adb90cefd2d8f3ef8ba2fc46_buk.n.jpg

source RT.com

 

12 October, 2011, RT.com

 

Russia is to continue supplying advanced defensive weaponry to the Southern Kuril Islands, which have long been the subject of a territorial dispute between Moscow and Tokyo.

 

So far, the Russian troops deployed on the group of Pacific Ocean islands have received air defense missile systems, heavy weaponry and communications technology. The defenses are now to receive a further upgrade, reports Interfax.

 

"Buk-M1 surface-to-air missile (SAM) systems, modern communications systems and heavy armor, including a battalion of T-80 tanks, have already been delivered to the Kurils," a high-ranking official at the Defense Ministry told Interfax on Wednesday."The provision of modern weapons and hardware for the troops in the Kurils will continue."

 

In particular, the source did not rule out that Pantsir-S1 mobile missile antiaircraft weapon systems will be deployed in the region, while Buk-M1 systems will be replaced by a new version – Buk-M2.

 

Meanwhile, new military towns complete with all necessary infrastructure are being built on Kunashir and Iturup islands.

Russia's chief of army staff, Nikolai Makarov, previously said the Kremlin was committed to fielding its latest military technologies on the Kuril Islands.

 

Earlier, Russia’s chief of army staff Nikolay Makarov said that Moscow planned to equip the Kurils with weaponry that would “guarantee security for the Russian territory from sea, air and land.” In particular, the mobile coastal missile system (MCMS) Bastion with anti-ship missiles Yakhont is due to be supplied for the troops deployed on the islands.

 

"By 2014, at the latest 2015, the grouping in the Kurils will have an absolutely new look with modern weapons and military hardware," Makarov told Interfax.

 

The personnel will not be increased though. However, its potential will grow significantly, the Army chief pointed out.

In February, President Dmitry Medvedev ordered that sufficient weaponry be deployed on the Kuril Islands to guarantee the security of the disputed territory.

 

Moscow’s stance is clear: it does want to maintain good relations with the neighbors, but Russia’s sovereignty over the islands is irrefutable – they are an integral part of the country.

 

The Southern Kurils – comprising the islands Kunashir, Shikotan, the Khabomai Rocks and Iturup – fell underSoviet control after WW2 and have since been considered Russian territory. Tokyo, however, insists that the four islands of the archipelago – known as the Northern Territories by the Japanese – belong to them.

 

The dispute has been going on for years now with the sides repeatedly exchanging heated comments. The status of the territory was a major stumbling block in the signing of the Moscow-Tokyo peace agreement following WW2. Tensions intensified even further at the end of last year when several high-ranking Russian officials, including President Medvedev, visited the Kurils.

 

In July, Moscow and Tokyo created a historical commission to study thorny issues in bilateral relations and discuss the peace treaty in “a more favorable atmosphere.”

 

In September, in his first telephone conversation with Dmitry Medvedev, Japan's new Prime Minister Yoshihiko Noda expressed his willingness to resolve the territorial dispute and sign a peace treaty, reported Japan’s Kiodo agency.

 

However, when several days later Russian security chief Nikolay Patrushev arrived on a working visit to the Kurils, the usual barbed exchange of diplomatic comments followed. Japan’s government expressed its regret over the visit and called it “unacceptable.” The Russian Foreign Ministry hit back saying that visits by Russian officials to the islands were “an internal matter for our country” and any outside assessment was inappropriate.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories