Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 08:45
Conférence « A la découverte des Terres australes et antarctiques françaises »

 

La délégation Océan Indien de l’ANAJ-IHEDN a le plaisir de vous inviter à son prochain événement, A la découverte des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), avec Madame Cécile POZZO DI BORGIO, Préfète et administratrice supérieure des TAAF

 

Vendredi 11 décembre 2015 17h00 à 18h30

Siège des TAAF - Saint-Pierre, île de La Réunion
 

Les Terres australes et antarctiques françaises (Taaf) sont depuis 1955 un Territoire d’outre-mer doté de l’autonomie administrative et financière.

Cette collectivité d’outre-mer a été créée par la loi du 6 août 1955 abrogeant un décret de 1924 qui rattachait précédemment ces terres au Gouvernement Général de France à Madagascar. Le décret n° 2008-919 du 11 septembre 2008 pris pour l’application du statut des Taaf, est le principal texte de développement.

Les Terres australes et antarctiques françaises sont formées par l’archipel de Crozet, l’archipel des Kerguelen, les îles Saint-Paul et Amsterdam, la terre Adélie et les îles Eparses (depuis la loi du 21 février 2007). Ces dernières rassemblent les îles tropicales de l’archipel des Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India dans le canal du Mozambique et Tromelin au nord de La Réunion.

L’ensemble de ces terres procure à la France une Zone Economique Exclusive (ZEE) de plus de 2 300 000 de km² riches en ressources marines, qui contribuent à donner à la France la deuxième emprise maritime au monde après les Etats-Unis.

 

Inscription avant le 20 novembre 2015
Par retour de mail à :
Mathieu David / ocean-indien@anaj-ihedn.org
Informations à préciser :
Nom :
Prénom :
Numéro de téléphone :
Adresse email :

Munissez-vous de votre carte d’identité pour le 11 décembre.
ATTENTION ! Le nombre de places est limité.

 

Lieu :
Au niveau de la rivière d’Abord
Siège des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF)
Rue Gabriel Dejean
97410 Saint-Pierre, île de La Réunion
Lien Google Maps : https://goo.gl/maps/cABuABewK3T2

 

Informations complémentaires : ocean-indien@anaj-ihedn.org

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 07:45
FAZSOI : Entraînement sur les îles Eparses

 

08/10/2015 Sources : État-major des armées

 

Du 5 au 9 octobre 2015, les Forces armées dans la zone Sud de l’océan Indien (FAZSOI) ont effectué un exercice d’entraînement sur l’île de Juan de Nova en collaboration avec les forces de la gendarmerie, l’état-major de zone de défense de la préfecture de la Réunion et la préfecture des Terres australes et antarctiques françaises.

 

L’objectif de cet exercice était de planifier et de conduire une opération de sécurité générale sur le territoire national en appui de la gendarmerie, dans un environnement particulier : les îles Eparses.

 

L’exercice était basé sur un scénario fictif faisant état de la présence de narcotrafiquants repérés sur l’île de Juan de Nova (dans le canal du Mozambique) par une patrouille de surveillance.

 

Lors de cet exercice, les FAZSOI ont successivement mené une infiltration de commandos par la mer, un largage de commandos parachutistes puis d’une section d’infanterie parachutiste, avant l’arrivée des gendarmes du groupe de peloton d’intervention en poser d’assaut. En plus des unités mobilisées, les FAZSOI ont mis en œuvre la frégate de surveillance Floreal et son hélicoptère Panther, ainsi que deux avions de transport Casa du détachement air 181.

 

Les FAZSOI garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. Elles constituent le point d’appui principal du théâtre « océan Indien » pour lutter contre de nouvelles menaces comme la piraterie ou l’immigration illégale, assurer la surveillance des zones économiques exclusives associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité et conserver une capacité régionale d’intervention rapide.

Partager cet article

Repost0
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 16:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

18/06/2015 Sources : Marine nationale

 

Après avoir achevé sa 82ème et dernière mission dans les Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF), le patrouilleur austral Albatros a mouillé au large de Jamestown, du 16 au 17 juin 2015. Cette escale était doublement symbolique car le 18 juin 1815 la bataille de Waterloo sonnait le glas de l’Empire et au cours de cette même année, Napoléon rejoignait à bord de la frégate anglaise Northumberland son lieu d’exil final, Sainte-Hélène, pour y être selon Victor Hugo et André Malraux, « enchaîné comme Prométhée sur son rocher ».

 

Perdue au milieu de l’Atlantique Sud, Sainte-Hélène est une île d’où on ne s’échappe pas, éloignée de nos zones habituelles d’opérations. C’est un rocher battu par les vents et les flots et un lieu préservé encore pour quelques mois, l’aéroport devant la desservir n’étant pas encore opérationnel. Les nombreuses manifestations officielles prévues au cours du passage de l’Albatros ont connu leur point d’orgue au cours d’une cérémonie militaire émouvante en présence des hautes autorités de l’île. L’équipage de « la légende des TAAF » comme l’appelle le préfet des TAAF, a rendu hommage à l’Empereur sur la tombe qui a abrité son corps, avant de visiter la résidence de Longwood où il a résidé pendant son séjour sur l’île.

 

Certes, depuis le 16 octobre 1840 et le retour des cendres de Napoléon en France sur la frégate Belle Poule, « au milieu de ce peuple français qu’il aimait tant », le corps de l’Empereur ne repose plus à Sainte-Hélène. Néanmoins, la « Vallée du géranium » comme on l’appelait au temps de Napoléon a accueilli sa dépouille pendant 19 ans et il y règne une atmosphère de beauté et de paix qui contraste avec l’austérité de la résidence de Longwood isolée du reste de l’île. Jean-Paul Kauffmann, grand amoureux des îles tourmentées et auteur de la chambre noire de Longwood, parle d’un « lieu délivré, dégagé des tourments de la captivité ».

 

L’équipage de l’Albatros, fier d’affirmer la présence française sur les mers les plus hostiles de la planète depuis plus de 31 ans, ne peut qu’éprouver une grande émotion en regardant s’éloigner les côtes inhospitalières de l’île de Sainte-Hélène. C’est en effet la dernière mission opérationnelle de l’Albatros rentrant sur Brest pour y être désarmé à compter de la mi-juillet 2015. Les paroles prêtées à l’Empereur résonnent donc à nos oreilles avec une acuité forte, alors que la vie opérationnelle exceptionnellement longue et bien remplie de l’Albatros s’achèvera bientôt.

Partager cet article

Repost0
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 16:55
navire patrouilleur et logistique polaire (PLV) crédits Marine Assistance 2015

navire patrouilleur et logistique polaire (PLV) crédits Marine Assistance 2015

 

10.06.2015 TAAF.fr
 

Les TAAF ont signé ce mardi 9 juin 2015 avec le chantier Piriou (Concarneau) le contrat de construction d’un futur navire patrouilleur et logistique polaire (PLV). Fruit d’un partenariat inédit et exemplaire entre entre les ministères des Outre-mer, de la Défense et de la Recherche, ce navire succèdera à compter de 2017 au mythique "Astrolabe" (navire ravitailleur de la base Dumont d’Urville) et à "l’Albatros", patrouilleur austral des Forces Armées de la Zone Sud de l’Océan Indien (FAZSOI).
D’un coût de 50 millions d’euros, ce bâtiment partagera son temps entre une mission civile de ravitaillement des bases françaises sur le continent Antarctique (120 j/an) et une mission militaire de surveillance des ZEE françaises de l’Océan indien (245 j/an),

Madame le préfet des TAAF Cécile Pozzo di Borgo et Pascal Piriou, Président-Directeur Général du constructeur naval Piriou, ont signé ce 9 juin à l’antenne parisienne des TAAF le contrat de commande du nouveau navire, en présence des divers partenaires engagés sur le projet :

  • l’Institut polaire français Paul-Emile Victor, co-affréteur du navire, gestionnaire de la base antarctique Dumont d’Urville et de la station franco-italienne Concordia ;
  • la Marine nationale, qui armera et équipera le navire ;
  • l’Agence Française de Développement, qui consent le prêt nécessaire aux TAAF, ces dernières restant propriétaires du navire.

Par communiqué de presse, la ministre des Outre-mer, madame George Pau-Langevin, a fait part de sa satisfaction devant la réalisation de ce projet de grande envergure. Le PLV (Polar Logistic Vessel) mesurera 72 m de long pour 16 m de large. Il pourra accueillir à son bord jusqu’à 60 personnes, transporter 1 200 tonnes de fret et sera doté d’un hélicoptère.

li sera livré à la Marine nationale, à Brest, en juin 2017, pour une entrée en service dès l’été austral 2017-2018.

Dans son communiqué, la ministre des Outre-mer a salué également l’engagement de l’Albatros dans la zone sud de l’Océan indien depuis 1984. Ce dernier a notamment effectué 82 missions dans les TAAF.

 

Pour en savoir plus :
Communiqué du ministère visible ici
Site web de l’entreprise Piriou ici

Partager cet article

Repost0
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 07:45
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

06/05/2015 Sources : État-major des armées

 

La mise en place du CASA CN 235-300 aux forces armées ans la zone sud de l’Océan Indien (FAZSOI), en remplacement du Transall, impose des travaux d’infrastructure aéronautique sur les îles Eparses, 5ème district des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), et en particulier sur l’île d’Europa, où la piste entière nécessitait une rénovation en profondeur.

 

Une dizaine de militaires du 19ème Régiment du Génie et du matériel lourd (remorque, compacteur et autres engins de travaux publics) ont donc été acheminés vers Europa par les équipages de l’Escadron de Transport 50 et les convoyeurs de l’Escale Aérienne Militaire du DA 181. Trois rotations et 25 heures de vol au total ont été nécessaires pour mener cette mission. Dans des conditions environnementales difficiles et sous le contrôle des TAAF, il a fallu huit semaines de travaux pénibles, 6 jours sur 7, pour rénover les 1 400 mètres de piste.

 

Grâce à cette intervention, tout ce qui était susceptible de se transformer en projectile risquant d’endommager l’appareil à l’atterrissage, a été récupéré, concassé et compacté pour araser la piste et le parking avion.

 

Cette nouvelle piste, qui pourra à l’avenir accueillir aussi bien le CASA que, bien sûr, toujours le Transall et même le C130, est désormais en attente de validation par les experts du 25ème régiment du génie de l’Air (spécialisé dans les travaux d’infrastructures dites « horizontales ») qui homologueront les améliorations faites.

 

L’aboutissement de ces travaux dans des délais contraints permet de garantir la continuité de l’exercice de la souveraineté française sur les îles Eparses et notamment Europa, par l’adaptation des infrastructures aux vecteurs de demain.

photo Armée de l'Airphoto Armée de l'Air
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Partager cet article

Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 17:54
Les TAAF à Paris !

 

13.03.2015 par Stéphane Dugast - Marine Nationale


La terre Adélie en Antarctique, les îles Crozet, Kerguelen, Saint-Paul et Amsterdam dans le subantarctique, et depuis 2007, les îles Éparses au niveau tropical (Europa, Bassas da India, Juan de Nova, Glorieuses et Tromelin), sont des territoires régulièrement visités par les marins lors de missions de souveraineté. Autant de territoires méconnus appartenant à l’administration des terres australes et antarctiques françaises (TAAF).

 

Celle-ci célèbre cette année ses 60 ans avec la tenue d'une exposition à l’aquarium tropical de la Porte Dorée à Paris jusqu’en juin prochain.

 

Au programme de cette exposition : une quarantaine de panneaux didactiques réalisés par les deux auteurs d'un futur beau livre sur les TAAF, des projections de films, des animations pédagogiques, ainsi que la présentation de pièces archéologiques inédites.

 

Outre cette exposition qui va ensuite partir en province, l’administration des TAAF a refondu son site web, et ainsi concentré les archives relatives à ces territoires extremes de la France. Autant d’opportunités de faire escale dans les TAAF !

 

L’exposition « Escale au bout du monde »

 

Le site web des Taaf

Partager cet article

Repost0
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 17:55
photo patrouilleur austral Albatros - Marine Nationale

photo patrouilleur austral Albatros - Marine Nationale


05.03.2015 par Philippe Chapleau - Lignes de Défense
 

Les ZEE françaises (zones économiques exclusives) du bout du monde couvrent 1,058 million de km2 dans l'océan Indien et 1,727 million de km2 dans les mers australes.

Et pour surveiller ces immenses étendues, y assurer la surveillances des pêches, le SAR, les missions de souveraineté etc, la Marine nationale ne dispose que d'une poignée de navires:
- une frégate de surveillance, le Floréal. La seconde FS, le Nivôse, est en réparation à Maurice suite à l'incendie de septembre dernier (et indisponible pour toute l'année 2015),
- un patrouilleur austral vieux de plus 30 ans dont le retrait du service actif interviendra en 2015 (sous peu), L'Albatros,
- un patrouilleur (ex-palangrier), Le Malin,
- un Batral vieux de 30 ans et dont le retrait est prévu en 2016, le La Grandière. Ce dernier navire a été récemment amené à effectuer une mission de police de pêche sur l'archipel des Glorieuses (voir un article ici).

 

B2M. Les deux retraits à venir vont considérablement réduire le potentiel naval français dans la zone et ils ne seront que partiellement et péniblement compensés par le retour du Nivôse. Il faut compter sur l'arrivée lointaine d'un B2M dont deux exemplaires sont en construction chez Piriou, à Concarneau. Le premier, baptisé D'Entrecasteaux, sera livré en octobre mais il ira à Nouméa. L'éventuel 4e B2M pourrait aller dans l'océan Indien.

 

A noter une exposition à l'Aquarium Tropical de la Porte Dorée dans le 12e arrondissement de Paris; elle est dédiée aux "Terres Extrêmes" et "aux escales dubout du monde".
Au programme de cette exposition à l'Aquarium Tropical de la Porte Dorée : une quarantaine de panneaux réalisés par Stéphanie Légeron et par Bruno Marie, les deux auteurs d'un futur beau livre sur les TAAF (http://escales-au-bout-du-monde.com) ; des projections de films ; des animations pédagogiques ; ainsi que la présentation de pièces archéologiques exposées pour la première fois au public. Plus d'infos ici.

expo.jpg

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 17:35
Kerguelen : Entrainement symbolique entre le Floréal et l’Albatros

 

26 Février 2015 Source : Marine nationale

 

Le 17 février, à l’occasion d’une relève opérationnelle chargée de symboles, la frégate de surveillance Floréal et le patrouilleur austral Albatros se sont entrainés avant de se retrouver dans la soirée au mouillage à Port-Couvreux (Archipel des Kerguelen). Bien naturellement, l’entrainement a porté sur la police des pêches avec la mise en œuvre de l’équipe de visite du Floréal sur l’Albatros qui achèvent ainsi la phase d’entraînement de la frégate qui débutait sa mission dans les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF). Autre avantage de cet entraînement à deux, le patrouilleur austral a pu également bénéficier de l’hélicoptère Panther du Floréal et s’entraîner aux manœuvres aviation.

 

Ainsi donc, proche de quitter définitivement son terrain de chasse de prédilection, l’Albatros, le patrouilleur aux trente ans de surveillance des pêches dans les TAAF, plus ancien bâtiment de la marine nationale, a repris, le temps d’un exercice de lutte antinavires (centré sur l’action de l’Etat en mer) le rôle de ses débuts en se faisant passer pour un navire de pêche.

 

Ce type d’entrainement opérationnel, dans des zones aussi austères et éloignées que les Terres australes, est particulièrement exceptionnel. Il est, en effet, très rare que deux bâtiments militaires y soient déployés simultanément. Les conditions de mer rencontrées dans la zone nécessitent de surcroît un aguerrissement particulièrement abouti des équipes afin d’être prêtes à intervenir sur un navire contrevenant.  Il fallait donc saisir l’opportunité.

 

Cette rencontre et cet entraînement à deux ont permis à la frégate de profiter de l’expérience du patrouilleur au terme de six semaines de patrouille, et de récupérer des cartes précieuses des îles annotées des années durant par l’Albatros.

 

Cette relève bien assurée, le Floréal patrouille désormais seul dans les Kerguelen, sous le contrôle opérationnel du commandant supérieur des Forces Armées de la Zone Sud de l’Océan Indien (FAZSOI) et en relation avec le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de la Réunion.  Sa mission ? Protéger la souveraineté et les intérêts français sur ces zones convoitées par les pêcheurs illégaux. En effet, les zones économiques exclusives (ZEE) des TAAF sont riches en ressources halieutiques, dont notamment en légines, des poissons des grandes profondeurs traqués par les palangriers en raison de leur prix sur le marché. Cet écosystème, relativement éloigné des activités humaines, est pourtant fragile et pourrait le vider de ses ressources une pêche trop intense ou des techniques de pêche inadaptées.

 

La pêche dans ces zones est dès lors très réglementée : seuls quelques navires français, basés à La Réunion, ont l’autorisation d’y pêcher en dehors des périodes de reproduction des oiseaux marins dans la ZEE des Kerguelen. Autant d’enjeux justifiant pleinement les déploiements opérationnels réguliers de bâtiments des FAZSOI dans cette zone.

Kerguelen : Entrainement symbolique entre le Floréal et l’Albatros

Partager cet article

Repost0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 17:35
60° Sud pour le patrouilleur austral Albatros

 

6 Février 2015 Source : Marine nationale

 

En patrouille, l’Albatros s’est aventuré très au Sud de son terrain de chasse habituel, soit sur l’Elan bank  et le Banzare bank, susceptibles d’attirer des pêcheurs contrevenants.

 

L’équipage a dû affronter les difficiles conditions météorologiques des fameux « cinquantièmes hurlants » : la température de l’eau et de l’air était de -5°C, la mer très grosse et le vent soufflait en rafales à plus de 50 nœuds. Enfin, dans les dernières latitudes explorées, le patrouilleur a évolué au beau milieu d’un champ d’icebergs tabulaires, véritables morceaux de banquise pouvant dépasser les 100 km de longueur.

 

Après avoir atteint le soixantième parallèle Sud, l’Albatros a remis le cap vers le Nord afin de poursuivre sa mission opérationnelle dans les Terres Australes Antarctiques Françaises (TAAF).

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 17:45
FAZSOI : l’Escadron de Transport 50 « Réunion » au secours des Glorieuses

 

12/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 7 janvier 2015, des militaires des forces armées de la zone Sud de l’Océan Indien (FASZOI) ont réalisé une mission de dépannage sur l’île Glorieuse, située à 2 000 kilomètres de l’île de la réunion.

 

Une avarie générale des générateurs électriques en place sur l’île Glorieuse a nécessité l’intervention de techniciens depuis l’île de La Réunion. Ils ont été mis en place par avion Transall du Détachement Air 181 « Lieutenant Roland Garros » et le personnel de l’Escadron de Transport 50 « Réunion ».

 

Cette mission était de première importance puisque, privés d’électricité, le personnel militaire en place ne pouvait plus assurer la conservation des denrées de première nécessité ainsi que la mise en œuvre des osmoseurs fournissant l’eau potable. Egalement limités aux batteries de secours du téléphone satellite, il fallait donc réagir dans les plus brefs délais pour éviter un total isolement de l’île.

 

Ce petit bout de territoire français fait partie du 5ème district des Terres Australes et Antarctiques Françaises, plus communément appelé Iles Eparses. Une quinzaine de militaires (14 légionnaires affectés au Détachement de la Légion étrangère de Mayotte et 1 gendarme) en relève tous les 45 jours, sont installés sur l’île Glorieuse pour y assurer la mission de souveraineté de la France.

 

Les FAZSOI garantissent la protection du territoire national et animent la coopération régionale depuis La Réunion et Mayotte. Elles constituent le point d’appui principal du théâtre « océan Indien » pour lutter contre de nouvelles menaces comme la piraterie ou l’immigration illégale, assurer la surveillance des zones économiques exclusives (ZEE) associées à l’ensemble des îles de la zone de responsabilité et conserver une capacité régionale d’intervention rapide.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories