Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 07:50
Le drone MALE européen vu par Dassault  photo Dassault Aviation

Le drone MALE européen vu par Dassault photo Dassault Aviation

 

18 juin 2015 par Frédéric Lert - Aerobuzz.fr

 

Le drone Moyenne Altitude Longue Endurance (MALE) est l’arlésienne de l’aviation militaire européenne. Pour combien de temps encore ?

 

Le mois dernier, Berlin, Paris et Rome ont lancé une étude de définition afin de préparer la phase de développement d’une drone MALE (moyenne altitude longue endurance) européen. Transposé dans le monde de l’entreprise, c’est un peu l’équivalent d’une réunion pour préparer la prochaine réunion.

L’ère d’une domination sans partage des drones israéliens et américains est-elle terminée ? Ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué… Le salon du Bourget nous a fourni ces dernières années une remarquable collection de projets tous plus magnifiques les uns que les autres, avec de très belles images, des maquettes imposantes et des noms de baptême plus ou moins vendeurs : EuroMale, Talarion, Advanced UAV, Mantis/Telemos, Voltigeur…

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 21:50
démonstrateur nEUROn, photo Dassault aviation

démonstrateur nEUROn, photo Dassault aviation

 

19.11.2013 Par Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen) et Nathalie Guibert - Le Monde.fr

 

Sept pays européens - France, Allemagne, Grèce, Espagne, Italie, Pays-Bas et Pologne - ont lancé à Bruxelles, mardi 19 novembre, un "club des utilisateurs de drones" à l'occasion d'une réunion des ministres de la défense.

 

Déjà détenteurs, ou futurs détenteurs de drones, ces Etats s'engagent à développer, à l'horizon 2020, un appareil européen de moyenne altitude et de longue endurance (MALE) de nouvelle génération. Les pays concernés, via l'Agence européenne de défense (AED), promettent d'échanger leurs expériences et d'"identifier les opportunités de coopération" dans divers domaines : entraînement, logistique, maintenance, développement. Un autre groupe - Royaume-Uni, Autriche, Belgique, République tchèque - rassemble des nations qui se déclarent prêtes à investir dans le projet et à examiner ses implications technologiques mais sans, pour l'instant, vouloir envisager dans une éventuelle production commune.

Avec cette initiative, confirmée peu avant la tenue mi-décembre d'un Conseil des chefs d'Etat et de gouvernement européens consacré exceptionnellement à la défense, l'espoir est de relancer des coopérations. Elles sont depuis plusieurs années gelées par un manque de volonté politique et la réduction généralisée des budgets de défense. Les ministres ne veulent pas ouvrir le Conseil les mains vides.

 

Lire aussi : L'armée peau de chagrin (édition abonnés)

 

Le but du "club" est de ne pas rater un équipement jugé crucial par les armées et aux implications industrielles sont majeures. Il s'agit d'éviter une dépendance définitive des Européens dans un marché dominé par les Etats-Unis et Israël.

L'AED entend identifier les domaines où les investissements favoriseront la compétitivité de l'industrie européenne. L'aéronautique de défense mise sur les drones pour maintenir ses bureaux d'étude : à l'horizon 2030, c'est un engin non piloté de combat, propre à succéder aux avions de chasse, qui doit être élaboré.

 

INTERMINABLE FEUILLETON POLITICO-INDUSTRIEL

 

Le dossier, sur lequel la France affiche sa volonté de réunir les entreprises européennes, relève depuis vingt ans d'un interminable feuilleton politico-industriel. Aucune filière européenne n'a pu aboutir jusqu'à présent. Les luttes entre les entreprises nationales sont âpres.

Dans le cadre du traité de Lancaster House, Paris et Londres ont scellé des coopérations en la matière, en se basant sur le tandem Dassault-BAE pour les appareils du futur. Mais le ministère de la défense a aussi décidé d'acheter 12 Reaper de l'américain General Atomics, pour combler à court terme le manque de drones MALE de l'armée française, et en attendant la solution européenne.

L'armée de l'air vient de former ses équipages aux Etats-Unis sur deux premiers appareils. Livrés en décembre, ils seront basés à Niamey au Niger pour les opérations de contre-terrorisme au Sahel. Ces appareils américains n'ont pas de certification pour voler dans le ciel européen.

Cette décision d'achat américain "sur étagères" a ulcéré les industriels. Mi-octobre, Dassault, EADS et Finmeccanica ont réagi en ressuscitant le projet franco-allemand du drone Talarion, auquel Dassault s'était opposé quelques années plus tôt et qui avait été enterré.

 

Lire aussi : Dassault, EADS et Finmeccanica veulent un drone de surveillance européen

 

Le ministre français Jean-Yves Le Drian a également promu dans ce cadre l'idée d'un "club Reaper" pour que les Européens utilisateurs de ce drone, Allemands, Britanniques, Italiens et Français, puissent l'adapter : l'enjeu est de pouvoir y placer leurs propres capteurs, mais aussi de s'assurer de liaisons sécurisées autonomes. Ce sujet fait l'objet de négociations difficiles avec le Pentagone. Washington refuse de donner les codes des appareils afin de les modifier.

 

Sept pays s'associent pour développer un drone européen

Ce club Reaper semble encore plus difficile à réunir que le premier. Les armées des uns et des autres n'ont pas exprimé de besoin commun. Les industriels nationaux doivent encore s'entendre sur la répartition des tâches. Au final, les questions de souveraineté pourraient être malmenées par le manque d'argent : compte tenu de la baisse des budgets, le meilleur prix emportera les décisions assurent tous les acteurs du dossier.

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 13:50
Drone : un nouveau projet européen sur la table

Le projet de drone de renseignements de future génération s'inspirerait du programme Talarion, abandonné il y a deux ans. - Photo EADS/Cassidian

 

05/11 par Alain RUELLO – LesEchos.fr

 

EADS, Finmeccanica et Dassault ont dévoilé leur projet de drones à la DGA.

 

Quatre mois après leur communiqué du Bourget, EADS, Dassault et Alenia (Finmeccanica) ont dévoilé leur projet de drone de renseignements de future génération à la DGA, a-t-on appris de sources concordantes. La réunion a eu lieu le 18 octobre dernier. Elle s'est tenue en présence de Bernhard Gerwert, Eric Trappier et Giuseppe Giordo - les PDG respectifs des trois industriels - venus en personne tenter de convaincre Laurent Collet-Billon, le délégué général pour l'armement du bien-fondé de leur démarche. Et quelle démarche, puisqu'il s'agit de ressusciter le projet franco-allemand Talarion, celui-là même que Dassault n'a eu de cesse de torpiller avant que Paris puis Berlin ne l'enterrent il y a deux ans.

 

Humiliés par la décision de Jean-Yves Le Drian d'acheter 12 Reaper à l'américain General Atomics, EADS, Dassault et Finmeccanica ont formé une sainte alliance au Bourget dans les drones Male (moyenne altitude longue endurance). Pourtant, si le ministre de la Défense français a été contraint de se fournir outre-Atlantique, c'est bien parce que les industriels concernés et leurs Etats respectifs ont été incapables - après vingt ans d'atermoiements et beaucoup d'argent dépensé - de bâtir une filière industrielle européenne autonome.

 

Qu'est-il ressorti de la réunion du 18 ? Dans les grandes lignes, les trois industriels repartent du projet Talarion, toiletté de ses défauts les plus criants, doté de capteurs plus performants, et avec la possibilité de l'armer. Sa mise au point coûterait 1 milliard d'euros. La répartition serait la suivante : la plate-forme pour EADS, le système pour Dassault et les équipements pour Alenia. L'identité du leader n'a pas été dévoilée lors de la réunion. Mais il se murmure que c'est à EADS qu'échoirait le rôle, avec l'assentiment de Dassault.

 

Contractant unique

 

Point important : MM. Gerwert, Trappier et Giordo ont lié leur engagement à la condition non négociable qu'un des trois pays potentiellement intéressés - Allemagne, France et Italie - assume le rôle de contractant unique, pour éviter les déboires de la plupart des projets européens d'armement.

 

Pour la petite histoire, les trois impétrants avaient baptisé leur bébé « FeMale » pour Future European Male, mais se sont vite ravisés, craignant que l'acronyme ne leur vaille quelques railleries… Ils se sont rabattus sur un plus classique Male 2020, histoire de fixer un cap. Précisément, si une étude de faisabilité démarre en 2014, EADS, Dassault et Alenia s'engagent à livrer l'appareil en 2022.

 

C'est là tout le problème. Faute d'argent et - pour l'instant du moins - de volonté politique affirmée de Paris, Berlin et Rome, rien n'est prévu pour démarrer cette étude, incontournable pour vérifier que Male 2020 tient la route. Si la France achète comme prévu ses 12 Reaper, ceux-ci voleront jusqu'en 2025 au moins. Si Male 2020 voit le jour, ce ne sera donc pas demain.

 

D'autant que, avant de donner le top départ du projet, il faudra aussi que les armées de l'air française et allemande se mettent d'accord sur un besoin commun (la France ne se lancera jamais seule dans l'aventure). Il faudra aussi démontrer que l'heure de vol de ce drone européen ne sera pas beaucoup plus chère que celle des Reaper. L'autonomie industrielle européenne oui, mais pas à n'importe quel prix ! La DGA n'a d'ailleurs pas manqué de le rappeler à ses visiteurs le 18 octobre…

Partager cet article

Repost0
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 11:30
EADS : «Notre avion sans pilote est mort» (27.07.2012)

 

27/07/2012 Par Véronique Guillermard – LeFigaro.fr

 

Le géant européen a engagé près de 250 millions d'euros pour le drone Talarion. Ces appareils sont en charge de missions de reconnaissance et de collecte de renseignements

 

«Talarion est mort. Le programme est fini». Comme à son habitude, Tom Enders, le président exécutif d'EADS, n'a pas mâché ses mots. «Nous avons investi sur fonds propres pour ce projet. Pour aller plus loin, nous avions besoin d'un engagement sérieux des États, nous ne l'avons pas eu. Donc le programme est mort», a-t-il expliqué vendredi 27 juillet en marge de la présentations des résultats semestriels d'EADS. Le géant européen a engagé près de 250 millions d'euros pour le Talarion, un drone, c'est-à-dire un avion sans pilote MALE (moyenne altitude, longue endurance). Ces appareils sont en charge de missions de reconnaissance et de collecte de renseignements. Ils peuvent aussi être armé pour «des tirs d'opportunité».

 

Talarion était en compétition avec Telemos, un projet de drone MALE porté par Dassault Aviation et BAe Systems dans le cadre de la coopération franco-britannique découlant du traité de Lancaster House signé fin 2010. L'objectif est de mettre en service Telemos aux alentours de 2020-2022 dans les armées des deux côtés de la Manche. Et de donner le coup d'envoi de la création d'une filière industrielle nouvelle en Europe. Les drones sont en effet devenus incontournables dans les conflits modernes. Or, l'Europe a raté ce virage laissant les États-Unis et Israël dominer ce marché.

 

La balle est dans le camp des Etats

 

Si le Talarion est mort, EADS ne renonce pour autant pas à «jouer un rôle dans le futur marché des avions sans pilote». «Les technologies que nous avons développées sont vivantes et nous avons acquis de l'expérience», a souligné Tom Enders. EADS souhaite entrer dans le programme du futur drone MALE européen pour l'heure confié à BAE Systems et à Dassault Aviation. Les deux industriels n'attendent plus que le feu vert de Paris et de Londres pour entrer dans le vif du sujet.

 

Mais le feu vert tarde à venir. «C'est aux gouvernements européens de dire ce quel produit ils veulent, avec quel budget et avec qui», résume-t-on chez Dassault Aviation. EADS ne dit pas autre chose. La balle est dans le camp des États.

Partager cet article

Repost0
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 11:50
Renew the “European UAV” Project?

The Talarion UAV

 

24/6/2012 Arie Egozi - israeldefense.com

 

It appears that Germany and France intend to renew the development of the Talarion UAV – which decreases the chances of selling IAI’s Heron TP UAV

 

France and Germany have decided, at least in principle, to renew the project for the advanced Talarion UAV. Should the decision be actualized, it could hurt the chances of exporting the large Heron TP UAV produced by Israel Aerospace Industries (IAI) to both countries.

 

France decided to acquire the Heron TP following the cancellation of the French-German program for constructing the Talarion, and Germany had considered acquiring it as well.

 

However, after the elections that were recently held in the country, France is reexamining its policy for acquiring unmanned vehicles – part of an attempt to initiate a pan-European program.

 

As reported by IsraelDefense, it seemed that the chances of selling Israeli-produced UAV systems to European countries had increased considerably after the European EADS corporation decided to significantly reduce its investments in developing the Talarion, prior to the French elections.

 

Several European countries have already acquired Israeli UAVs produced by IAI and Elbit Systems, with France and Germany also operating Israeli UAVs and the British Watchkeeper project being based on the Hermes-450 UAV developed by Elbit Systems.

 

However, as stated, a principle decision has been accepted to renew the Talarion project, which is considered a “European UAV." Several European countries that sent forces to Afghanistan learned of the capabilities of the UAVs operated there. It seems that this will also awaken the market and result in large investments in various European UAV models, lowering the chances of selling the Heron TP.

Partager cet article

Repost0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 08:25
Cassidian calls time on Talarion UAS

 

Mar. 20, 2012 by Craig Hoyle FG

 

EADS company Cassidian confirms that it has halted work on the Talarion unmanned air system (UAS) programme, after failing to secure financial backing from potential future buyers.

 

"Cassidian said several times during the last few months that we will only continue to invest in the Talarion programme if we would get a firm commitment from our potential customers," the company says, referring to France, Germany and Spain. "Unfortunately, we did not get this commitment so far. Therefore we decided to ramp down the programme."

 

Ambitious in its scale, the Talarion had been designed to meet a broad range of intelligence, surveillance, target acquisition and reconnaissance requirements for a medium-altitude, long-endurance (MALE) UAS previously identified by France, Germany and Spain. Powered by two jet engines and with a 28m (91.8ft) wingspan, the aircraft was to have had a maximum take-off weight of around 7t and to have been flown at altitudes up to 50,000ft.

 

EADS originally saw an opportunity to produce 15 of the systems under a European programme worth around €3 billion ($3.9 billion), but spent the past two years unsuccessfully lobbying its now cash-strapped expected customers. It also made an attempt to market the aircraft to the Royal Air Force, rebranding it as the "X-UAS", but the UK instead backed a collaborative venture between BAE Systems and France's Dassault.

 

 

photo Craig Hoyle/Flightglobal

photo Craig Hoyle/Flightglobal

 

The Talarion-based "X-UAS" concept failed to attract interest from the UK

 

Cassidian chief executive Stefan Zoller has long seen the UAS sector as an engine for major growth at Cassidian, and the company is to continue work using its Barracuda unmanned combat air vehicle technology demonstrator. The aircraft is due to undergo a new programme of system flight tests later this year in Goose Bay, Canada.

 

Speaking earlier this month, Cassidian head of technology and research Aimo Bülte said the company's interest in unmanned systems also currently includes researching increased airframe and sensor autonomy, adaptive control techniques and the use of new materials and embedded sensors.

 

"We will continue to talk to our potential customers and interested industrial partners in order to secure key technologies for a joint European MALE programme," Cassidian says. The company has previously signed agreements with Italy's Alenia Aermacchi and Turkish Aerospace Industries to collaborate on such an activity. It also earlier this year established a new UAS joint venture with Germany's Rheinmetall Defence, in which it holds a 51% stake.

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 19:13
EADS : des mesures d'économies pourraient avantager le projet Talarion


17/01/2012 Kaveri Niththyananthan, Dow Jones Newswires – Zonebourse.com

Le président exécutif d'EADS, Louis Gallois, a déclaré mardi que les projets tels que le drone Talarion pourraient être dopés par des économies réalisées ailleurs.

Cassidian, filiale de défense et de sécurité d'EADS, autofinance le développement du Talarion.

Un drone concurrent, baptisé Telemos, est développé par BAE Systems et Dassault Aviation.

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 08:55
Gérard Longuet veut ouvrir le projet des drones MALE à d'autres industriels



09 janvier 2012 par Barbara Leblanc – L’USINE NOUVELLE

Au cours d’une rencontre avec des journalistes aéronautiques, le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a précisé [que le projet des drones MALE] n’est pas réservé à Dassault et BAE Systems.

"Je pense que ce projet franco-britannique doit accepter l'idée que (...) nous sommes engagés dans la construction européenne et nous ne pouvons pas ignorer délibérément des pays qui font encore des efforts de défense et qui ont des capacités industrielles", estime le ministre Gérard Longuet.

Il semble donc revenir sur sa position initiale sur ce projet qui devrait être un des thèmes du prochain sommet franco-britannique prévu pour février. Il annonce notamment que Paris et Londres pourraient être en mesure dans les prochaines semaines de définir ce que doit être le programme MALE. Les deux pays devront encore s’accorder sur la manière d’y répondre, via un appel d’offres mondial ou en passant commande à des industriels européens.

"Nous disons aux Britanniques que nous souhaitons avoir une securité de long terme sur l'approvisionnement, ce qui nous conduit à privilégier les solutions industrielles s'appuyant sur les entreprises détenues par les Européens, explique le ministre. Les Britanniques ne sont pas hostiles mais ce n'est pas leur culture naturelle, (qui est) un appel d'offres mondial".

Le développement d’un drone MALE a été confié cet été à Dassault aviation en coopération avec le britannique BAE Systems au détriment d’EADS et de son drone Talarion. Une décision intervenue après la signature en novembre 2010 d’un traité franco-britannique de coopération militaire.

La division défense du groupe européen Cassidian a alors répondu en s’alliant avec le constructeur italien Alenia pour développer des drones de surveillance et de combat pour l’Allemagne et l’Italie. Le marché des drones MALE est actuellement dominé par les américains General Atomics et Lockheed Martin et les israéliens comme Israel Aerospace Industries.

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 08:10
Germany to Decide on UAS Purchase in 2012

 

Nov 7, 2011 By Sabine Siebold and Sarah Marsh/Reuters -  AviationWeek.com

 

BERLIN - Germany will decide next year which drones to purchase for its Bundeswehr military forces, a senior defense source told Reuters, which suggests it is refusing to bow to pressure from EADS for a quick decision to order its Talarion product.

 

The source said the Bundeswehr would continue leasing Israeli Heron drones until 2014. It could decide to order the EADS Talarion drones but could also opt for another model already available on the market and with a proven track record, the source added.

 

A separate source familiar with the matter said last week EADS was pushing for a quick decision from Germany on ordering Talarion drones and offering to waive penalties for a cut to orders for the Eurofighter jet if it did so.

 

EADS has spent years developing the Talarion unmanned aerial vehicle at its own expense in the hope of winning an order from the project’s instigators France, Germany and Spain. Yet the Talarion will likely only be operational from 2018.

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 08:10

http://www.asdnews.com/data_news/ID38371_600.jpg

 

Sep 23, 2011 ASDNews Source : Saab AB

 

Defence and security company Saab has signed a frame agreement and received a first order from the EADS company Cassidian to supply safety-critical avionics equipment for the new advanced UAV system Talarion.

 

The order includes design and development of the Aircraft Vehicle Management Computer (AVMC), Communications Computer (CC) and Mission & Payload Management Computer (MPMC) for Talarion. The work will be carried out by the Avionics Division of Saab's business area Electronic Defence Systems, in Jonkoping and Jarfalla, Sweden, and deliveries of the first order will take place 2012-2014.

 

"The selection of Saab to provide mission and flight critical avionics equipment for this new advanced platform verify our position as a competitive supplier in the avionics market," says Micael Johansson, Senior Vice President and Head of Saab's business area Electronic Defence Systems.

 

"It also acknowledge our product strategy of developing common avionics building blocks that could be adapted for many different functions for various customer needs."

 

Talarion is a European development program to fulfill functional and operational capability for in-theatre ISTAR (Intelligence, Surveillance, Target Acquisition, and Reconnaissance). Due to its specific design, Talarion is able to operate over its broad flight envelope spectrum thereby establishing persistent surveillance, precise adversary identification, localization and real-time intelligence.

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 07:40
Saab to build Talarion computers

Photo EADS

 

22/09/11 By Zach Rosenberg SOURCE:Flight International

 

EADS Cassidian has awarded Saab the job of building crucial avionics for the Talarion unmanned air vehicle (UAV).

 

Saab will build and supply vehicle, payload and communications management computers for the medium altitude, long endurance (MALE) UAV. Deliveries are expected to begin in 2012, and the first order completed by 2014.

 

"The selection of Saab to provide mission and flight critical avionics equipment for this new advanced platform verify our position as a competitive supplier in the avionics market," says Micael Johansson, Senior Vice President and Head of Saab's business area Electronic Defence Systems.

 

The computers are based off a Saab common module, easily adaptable to a number of platforms. The details of the order, including the number of systems to be produced, have not been finalised, but Saab plans to deliver prototypes in 2013 and 2014.

 

Design and construction work will take place at Saab facilities in Jönköping and Järfälla, Sweden.

 

Despite the €500m ($684m) and climbing development costs of Talarion, another €300m is required to build a flying prototype, according to Cassidian chief executive Stefan Zoeller. Sales efforts targeted at ten prospective European customers, particularly Germany, France, Spain and Turkey, have thus far been unsuccessful, and the aircraft has no orders on the books. Falling military budgets have cast doubts upon the programme's ultimate success.

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 17:20

http://www.flightglobal.com/airspace/media/paris_air_show/images/31274/eads-talarion-uav-paris-air-show-2009.jpg

source flightglobal.com

 

Sept. 22, 2011 defense-aerospace.com

(Source: Saab AB; issued Sept. 22, 2011)

 

Defence and security company Saab has signed a frame agreement and received a first order from the EADS company Cassidian to supply safety-critical avionics equipment for the new advanced UAV system Talarion.

 

The order includes design and development of the Aircraft Vehicle Management Computer (AVMC), Communications Computer (CC) and Mission & Payload Management Computer (MPMC) for Talarion.

 

The work will be carried out by the Avionics Division of Saab’s business area Electronic Defence Systems, in Jönköping and Järfälla, Sweden, and deliveries of the first order will take place 2012-2014.

 

“The selection of Saab to provide mission and flight critical avionics equipment for this new advanced platform verifies our position as a competitive supplier in the avionics market,” says Micael Johansson, Senior Vice President and Head of Saab’s business area Electronic Defence Systems.

 

“It also acknowledges our product strategy of developing common avionics building blocks that could be adapted for many different functions for various customer needs.”

 

Talarion is a European development program to fulfill functional and operational capability for in-theatre ISTAR (Intelligence, Surveillance, Target Acquisition, and Reconnaissance). Due to its specific design, Talarion is able to operate over its broad flight envelope spectrum thereby establishing persistent surveillance, precise adversary identification, localization and real-time intelligence.

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 18:00
EADS ne participera pas au projet de drone Telemos (màj1)

Talarion - source aeroplans.fr

 

08/09/2011 Les Echos Reuters

 

EADS ne souhaite pas rejoindre le programme franco-britannique de drone Telemos, qu'il s'efforce de concurrencer avec son propre drone Talarion, a déclaré jeudi un porte-parole du groupe.

 

Cette déclaration répond à des rumeurs qui annonçaient l'entrée d'EADS dans ce programme binational, après un article paru dans Le Monde, dans lequel Louis Gallois, président exécutif d'EADS, jugeait qu'une coopération de seulement deux pays n'était pas suffisante pour un programme de drone.

 

"Avec le Talarion, qui est en avance de cinq ans par rapport aux autres concurrents européens, nous sommes prêts pour la compétition", a dit le porte-parole.

 

Le projet Telemos rassemble le britannique BAE Systems et le français Dassault Aviation.

 

Les deux groupes envisagent de faire voler en 2016 le premier prototype de cette nouvelle génération de drones, développée dans le cadre de l'accord de coopération franco-britannique de novembre 2010.

 

Le porte-parole d'EADS a par ailleurs de nouveau mis en garde l'Europe contre le risque de lancer deux programmes de drones concurrents, en pleine période de réduction budgétaire.

 

A plusieurs reprises le groupe aérospatial européen avait en effet prévenu que l'Europe se devait d'éviter de répéter le scénario d'un affrontement sur les marchés à l'exportation, comme ce fut le cas pour les avions de combat Rafale et Eurofighter.

 

L'Etat français détient directement 15% d'EADS, 30% de Safran et 27% de Thales, les deux derniers étant susceptibles de jouer un rôle dans le projet de drone de Dassault Aviation et BAE. De son côté, Dassault Aviation est détenu à 46% par EADS.

Partager cet article

Repost0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 18:20
EADS Urges European UAV Program

 

Jun 18, 2011 By Robert Wall AviationWeek.com

 

PARIS - With France and the U.K. looking to pursue a bilateral medium altitude, long-endurance unmanned aircraft program, EADS warns of creating competing European programs by not going for a broader cooperative approach.

 

If the French and British work alone “the risk is all the countries develop their own program,” says EADS CEO Louis Gallois. “We need a European program,” he says, if not “we’ll have two.”

 

EADS has been trying to entice Germany, France and Spain to back its self-funded Talarion MALE UAV program, although so far there has been no government commitment to go ahead with the project. Turkey also has indicated it would join such an effort.

 

“We are not pleased by the development that we have potentially two competing programs in Europe,” says Stefan Zoller, CEO of EADS’s Cassidian defense business. “We need to have one single European program where even more nations participate.”

 

Gallois warns that if the BAE Systems-Dassault partnership moves forward, EADS may have to find its own partnerships, with Italy’s Finmeccanica being one potential.

 

EADS has been self-funding its Talarion work for several years, but now is looking for governments to back a $300 million prototype phase that would last three years and lead to a first flight in 2014.

 

Zoller says he is in talks with the British government to offer Talarion there as well.

 

One of the issues for Talarion is it is largely an EADS program, with little other industrial participation. But Zoller says he’s ready to change that. Thales, for instance, could provide the sensor. Other companies could also eventually be brought onboard, when the program enters a new phase. But Zoller is reluctant to open the industrial participation issue immediately for fear of slowing the program further.

Partager cet article

Repost0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 11:00

http://www.eads.com/dms/Press-DB/EADS/Financial_Communication/2011/June/CASSIDIAN-at-the-Paris-Air-Show-2011/CAS-11-87_490_318.jpg

 

10 June 2011 Cassidian press release

 

Lors du 49e Salon international du Bourget, Cassidian présentera sur le stand A253 (Hall 2A) l’ensemble de sa gamme de solutions de sécurité dédiée au monde aéronautique, qui permettra de relever les défis à venir.

 

Le monde, toujours plus ouvert et global, nécessite des solutions et systèmes de sécurité avancés en constante évolution. Fort de son statut de leader mondial des solutions et systèmes de sécurité intégrés pour les marchés civils et militaires, Cassidian développe les solutions et technologies de demain, en s’appuyant sur ses compétences clés en matière d’aéronautique, de sécurité, de défense et de services. Innovation et excellence des technologies sont les atouts maîtres qui permettront à Cassidian de conserver sa position de leader dans son secteur.

 

Pour démontrer ses avancées technologiques sur le Salon international du Bourget 2011, Cassidian mettra en scène, dans son « TouchLab » (laboratoire de démonstrations interactives), des scénarios en 3D de toute nouvelle génération réalisés autour des drones, de la cybersécurité ou de la gestion du trafic aérien en 2025.

 

Les drones

 

Fort de trente années d’expérience en tant qu’intégrateur systèmes, Cassidian est un expert en matière de drones, depuis le développement jusqu’au soutien opérationnel :

 

    Gestion de l’ensemble des programmes de R&T et projets de drones par une unité de programmes unique, qui permet une synergie entre les systèmes de production et les nouveaux projets.

    Partage des expériences tout au long du cycle de vie et à travers la gamme complète de drones.

    Capacités d’innovation et maîtrise exceptionnelles en matière de coopération internationale.

    Utilisation de « Battle Labs » pour la saisie des exigences et recours à des outils de développement et de support de pointe.

 

En matière de drones, Cassidian adopte une approche résolument mondiale : s’appuyant sur plusieurs décennies de conception de systèmes aériens pilotés, la Division maîtrise les technologies clés (conception aéronautique, navigation de précision, architecture des logiciels de vol, interfaces standardisées, planification de mission, etc.), qu’elle exploite et adapte pour concevoir des solutions de drones globales en parfaite adéquation avec les exigences opérationnelles des systèmes aériens sans pilote (par ex., insertion dans le trafic aérien, fusion multicapteurs, contrôle du véhicule).

Sur le statique, Cassidian présentera le DRAC, un drone éprouvé au combat. La démonstration sera réalisée par des soldats de l’Armée française, qui l’ont déployé en Afghanistan. La Division projettera également des vidéos illustrant les dernières missions du drone Harfang, et exposera une maquette grandeur nature du futur drone MALE Talarion.

 

La cybersécurité

 

Face à la multiplication et à la diversité des cyber attaques, Cassidian a créé en 2009 le Cyber Security Center, qui réunit des experts basés en France, en Grande-Bretagne et en Allemagne, afin de mettre en place les solutions nécessaires pour détecter et contrer ces nouvelles menaces. Pour anticiper au mieux les agressions futures, ces équipes d’élite travaillent étroitement avec les autorités gouvernementales de nombreux pays pour intercepter les menaces, et constituent de ce fait les éléments essentiels de la coopération internationale dans la lutte contre la cybercriminalité.

 

Au Salon du Bourget, Cassidian démontrera son expérience dans la protection de réseaux hautement sensibles et complexes, et tout particulièrement dans la protection des infrastructures nationales critiques. En effet, dans un monde de plus en plus informatisé, les infrastructures critiques sont interconnectées et interdépendantes pour garantir une efficacité optimale. Ainsi, la défaillance d’un seul maillon de la chaîne peut avoir des répercussions allant bien au-delà des limites nationales. La protection de ces infrastructures constitue donc l’un des défis majeurs de l’avenir. Dans son « TouchLab », à l’aide d’un scénario en 3D illustrant les infrastructures nationales critiques, Cassidian simulera une attaque informatique et présentera les solutions proposées pour contrer ces menaces.

 

Les services

 

Depuis sa création en 2006, Cassidian Aviation Training Services (CATS, anciennement EADS Cognac Aviation Training Services) est devenu le premier opérateur technique externe en France, fournissant à l’armée de l’Air française des équipements et services pour la formation de ses pilotes. CATS accueille en effet plusieurs centaines de stagiaires au cours de séances de formation technique, et met à disposition de l’armée de l’Air française des avions de dernière génération et des simulateurs de vol qui totaliseront, en juin, 100 000 heures de vol et 25 000 heures de simulation.

 

Sur le Salon international du Bourget, Cassidian proposera pour la première fois une démonstration en vol mettant en évidence sa flotte et ses services de formation. Quatre appareils d’entraînement, pouvant être utilisés pour la formation complète d’un pilote de chasse, seront présentés : un APM 40 Simba destiné à la formation initiale, un Grob 120A pour la formation de base élémentaire, un Pilatus PC-21 réservé à la formation de base avancée, et un Aermacchi M-346 destiné à la formation avancée. Cassidian a mis ces appareils, et bien d’autres encore, à la disposition de plusieurs forces aériennes européennes à des fins de formation. Un appareil CATS sera également présenté sur le statique par un représentant de l’école de pilotage de Cognac.

 

La compétence et le savoir-faire du personnel de CASSIDIAN ATS permettent de fournir aux pilotes de l’armée de l’Air des moyens de formation les plus modernes et performants tout en réduisant significativement les coûts (environ 30%).

 

Fort de son succès auprès de l’armée de l’Air française au cours des cinq dernières années, Cassidian proposera désormais ses services aux organismes de formation des pilotes de ligne et de chasse.

 

L’Eurofighter Typhoon

 

L’Eurofighter Typhoon sera lui aussi présent sur le Salon du Bourget 2011, avec des démonstrations en vol quotidiennes réalisées par l’armée de l’Air italienne. L’Eurofighter Typhoon est l’avion de combat polyvalent le plus moderne actuellement disponible sur le marché mondial. Six nations ont d’ores et déjà passé commande : l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, le Royaume-Uni, l’Autriche et l’Arabie saoudite. Avec 707 appareils commandés et plus de 270 déjà livrés, il s’agit du plus grand programme de coopération militaire européen. L’Eurofighter Typhoon, grâce à sa technologie de pointe, renforce la position de l’industrie aéronautique et spatiale européenne sur le marché mondial, et assure plus de 100 000 emplois répartis chez quelque 400 fournisseurs. Ce programme est géré par la société Eurofighter Jagdflugzeug GmbH au nom des entreprises partenaires Alenia Aeronautica/Finmeccanica, BAE Systems, EADS Allemagne et Espagne, les plus grandes entreprises de l’industrie aéronautique, spatiale et de défense en Europe, qui totalisent un chiffre d’affaires d’environ 120 milliards d’euros en 2010.

 

L’Eurofighter Typhoon, avion de combat d’une extrême manœuvrabilité, dispose de nombreuses fonctionnalités : systèmes intégrés, interface homme-machine optimisée, armement guidé moderne de haute précision, fusion de données de capteurs, intégration dans des réseaux de données militaires et les dernières technologies de production (utilisation de matériaux composites renforcés de fibres de carbone – CFC). L’Eurofighter, opérationnel depuis peu, jouit en outre d’un fort potentiel de croissance.

Partager cet article

Repost0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 18:00

http://www.spacedaily.com/images-lg/eads-talarion-uav-lg.jpg 

 

May 16, 2011 Paris, France(SPX)

 

A Memorandum of Understanding (MoU) has been signed between Cassidian on behalf of EADS Deutschland GmbH and Turkish Aerospace Industries, Inc. (TAI) to establish a close collaboration in the Talarion programme. The MoU was signed during an official ceremony at the 10th International Defence Industry Fair (IDEF) held in Istanbul.

 

Signed in the presence of Murad Bayar, The Honourable Undersecretary for Defence Industries and Thomas Kossendey, Germany's Deputy Defence Minister, this new agreement further reinforces the presence of Turkey in Unmanned Aircraft System (UAS) multinational collaborative programmes.

 

Talarion is the European programme for a next-generation Medium Altitude Long Endurance (MALE) advanced Unmanned Aerial System (UAS) to fulfil the requirements initially placed by France, Germany and Spain for future unmanned long endurance surveillance and reconnaissance missions. The novel aspect of this approach is a modular design and the integration of the UAV in a network-enabled operations scenario.

 

Turkey has always advocated to participate in this major European programme with the Undersecretariat for Defence Industries (SSM) agreeing significant investment and integration in the Talarion prototype programme team by major companies of the Turkish industry led by TAI (Turkish Aerospace Industries, Inc.).

 

The prototype will be the first development standard following an interactive design approach. First flight of the prototype is scheduled for 2014. To achieve this goal, Cassidian has created a dedicated co-located plateau phase with engineers from France, Spain, Turkey and Germany including main suppliers. Today around 160 engineers are working in the Talarion plateau.

 

Being the first Unmanned Aerial System that will operate within civil airspace, Talarion can be used for a variety of security missions amongst others such as anti-piracy, drug control, border protection and ecological and natural crisis management.

 

"Cassidian is very pleased and honored to welcome TAI as part of the Talarion Team", said Bernhard Gerwert, Chief Executive Officer of Cassidian Air Systems, adding : "This next-generation MALE UAS is of outmost importance since it will fulfill government security missions and commercial activities which are not accessible to current solutions and their derivatives. With this industrial commitment we strongly believe that the potential customers will decide soon to support this unique product."

 

"We look forward to the progress of this programme which offers the highest performance of its class, incorporating the most modern modular sensor suite and data links" explained Muharrem Dortkasli, Chief Executive Officer and President, Turkish Aerospace Industries, Inc. adding : "TAI is very proud to integrate such a challenging breakthrough, paving the way to a new generation of operational capabilities ."

Partager cet article

Repost0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 17:30

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories