Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 16:55
Exercice amphibie pour le 2e REI

 

25/04/2015 armée de Terre

 

Au large d’Hyères, à bord du bâtiment de projection et de commandement (BPC) MISTRAL, Le 2e régiment étranger d’infanterie (2e REI) s’est exercé aux techniques amphibies du 7 au 10 avril 2015.

 

L’exercice avait pour objectifs d’effectuer un débarquement avec véhicules et de s’emparer de la plage.

 

Les bâtiments de projection et de commandement (BPC) sont des bâtiments qui combinent, sur une plate-forme unique, les fonctions de porte-hélicoptères, d’hôpital, de transport de troupes, de mise en œuvre de moyens d’assaut amphibie et enfin de commandement. Premier BPC, le MISTRAL a été mis en service en 2006.

Partager cet article

Repost0
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 17:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

27-03-2015 par 1e REC Réf : 202 | 725

 

Du 2 au 12 février, le peloton Armand du 1er escadron du Royal Etranger a participé à un exercice amphibie au sein d’un GTIA composé d’une section du 1er REG, d’une compagnie du 21e RIMa et d’une section du 3e RAMa. Au-delà d’un simple entraînement, ce fut l’occasion pour les légionnaires cavaliers de retrouver leurs frères d’armes de la 6e BLB, brigade amphibie, et, pour certains, de s’amariner à bord du BPC Mistral, nouvellement jumelé avec le 1er REC.

 

11 février, 3 heures du matin, au large de Saint-Raphaël (83)

 

Le léger clapotis des vagues ne révèlent rien de l’agitation à bord du BPC Mistral. Seul le ciel étoilé, se reflétant sur la Méditerranée, peut trahir la silhouette de l’engin de débarquement amphibie rapide (EDA-R) qui vient de quitter l’obscurité du radier. Peu à peu, les courbes du Mistral se fondent dans celles des montagnes de la baie de Saint-Raphaël. Au loin, ses lanternes rouges semblent flotter dans les ténèbres de la nuit. A bord de l’EDA-R, le peloton, composé de 3 AMX 10 RC et de 3 VBL, s’apprête à débarquer sur la plage du Dramont, alors qu’un groupe de sapeurs œuvre à l’aménagement du terrain.

 

4 heures du matin, plage du Dramont

 

La plage avant s’abaisse sur une écume que l’on devine à son léger crépitement. Guidés par les marins de la batellerie à l’aide de « cyalumes » verts et rouges, les véhicules blindés débarquent un à un. Les roues puissantes des 10 RC laissent s’échapper du sable humide un son feutré. De nuit, la manœuvre est délicate mais les pilotes, expérimentés, s’entrainent depuis une dizaine de jours. Eclairés par les légionnaires cavaliers, les sapeurs du 1er REG et les marsouins du 21e RIMa et du 3e RAMa débarquent des deux chalands de transport de matériel (CTM) à bord de leurs VAB et autres véhicules tactiques. Deux autres vagues sont nécessaires aux trois engins de débarquement pour faire accoster l’ensemble du GTIA. Lorsque les troupes rembarquent vers le Mistral, le soleil pointe son nez, délaissant dans le creux des montagnes une brume rosée par l’horizon.

 

 Entraînement au menu

 

Lors de TECHPHIB 2, le GTIA a également effectué un débarquement de jour. Cette action collective qui ne peut réussir que si les pilotes, les chefs de bord et l’équipage de la batellerie s’entraînent individuellement lors du TECHPHIB 1, qui a eu lieu du 2 au 6 février dans la rade de Toulon. L’objectif de ces modules, indispensables pour réaliser des opérations amphibies, est d’acquérir rapidité, fluidité et discrétion dans la mise à terre et la récupération des éléments terrestres, facteurs essentiels de la réussite d’une telle manœuvre.

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 13:55
CATAMARAN : la Défense éprouve sa capacité amphibie

 

30/10/2014 V. FUET - Armée de Terre

 

Du 13 au 26 octobre, l’armée de Terre et la Marine nationale ont conduit une opération amphibie d’envergure dans la région de Fréjus. Un millier de soldats de l’armée de Terre  majoritairement issus de la 9e Brigade d’infanterie de Marine (9e BIMa) ont participé à cet entraînement opérationnel au sein d’une force expéditionnaire rassemblant près de 5 000 militaires.

 

Embarqués à bord des bâtiments de la Marine, plus de 900 hommes et 200 véhicules de l’armée de Terre ont participé à cet exercice amphibie de grande ampleur. Le scénario simulait une opération d’entrée en premier sur un territoire hostile depuis la mer. Un groupement tactique interarmes (GTIA) et un état-major (armé par la 9e BIMa : le régiment d'infanterie chars de marine, les 2 et 3e régiments d'infanterie de marine, le 11e régiment d'artillerie de marine et le 6e régiment du génie), un groupement aéromobile (18 aéronefs des 5e et 3e régiments d’hélicoptères de combat), un sous-groupement logistique (515e régiment du train) armaient la composante terrestre du groupe amphibie de la force expéditionnaire.

 

Le débarquement

 

Point d’orgue de l’opération amphibie, l’assaut terrestre s’est déroulé le 20 octobre matin sur la plage de Saint-Aygulf. Quelques 600 hommes et 140 véhicules du GTIA (Chars AMX 10 RC, VBCI…) ont été mis à terre par les barges et engins de débarquement de la Marine. Un « beachage » rendu possible grâce au concours des autres composantes de la force expéditionnaire. Le groupe guerre des mines s’est assuré de la dépollution préalable de la zone. Le groupe aéronaval a apporté une couverture aérienne et des appuis aux troupes au sol. Sur terre, les sapeurs du 6e régiment de génie ont participé au déminage et à l’aménagement de la plage. Marins et terriens avaient répété l’opération une semaine plus tôt pour préparer cette phase particulièrement délicate de l’opération.

 

La manœuvre terrestre

 

Une fois débarquée, la force terrestre s’est déployée dans le département du Var. Appuyées par les hélicoptères de l’aviation légère de l’armée de Terre, ses unités ont saisi différents points stratégiques aux mains de l’ennemi (ponts, aérodrome, nœud ferroviaire…). Au cours des six jours consécutifs au débarquement, le GTIA a progressivement rétabli l’intégrité territoriale du pays  avant d’achever son raid blindé vers Canjuers.

 

La France est une des rares nations capable de mettre en œuvre une force expéditionnaire (force interarmées projetée loin de ses bases, sans support d’une nation hôte). Les compétences permettant de mener une opération amphibie sont partagées entre la Marine et l’armée de Terre. CATAMARAN a permis aux militaires des deux armées de parfaire leur interopérabilité pour être capable de conduire conjointement des opérations de ce type.

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 09:55
Catamaran 2014 : La force de débarquement s’entraîne à bord des BPC

 

22/10/2014 Sources : Marine nationale

 

Dans le cadre de l’exercice CATAMARAN 2014, le groupement tactique interarmes du groupe amphibie, a embarqué le 13 octobre 2014, à bord des bâtiments de projection et de combat Tonnerre et Mistral. Durant la première phase préalable au débarquement, les soldats de la mer et ceux de la terre ont appris à mieux se découvrir. Après s’être adaptés à la vie marine, à ses horaires et à son mode de fonctionnement, les militaires de l’armée de terre ne sont pas restés inactifs, loin s’en faut...

 

En effet, le groupement tactique embarqué a continué à préparer le futur assaut. Il a travaillé à maintenir ses compétences opérationnelles pour être prêts au moment voulu. À titre d’exemple,  dès le lendemain de l’appareillage du BPC Tonnerre plusieurs groupes de combat ont participé à un exercice d’embarquement et de débarquement depuis un Puma mis en place sur le pont d’envol de ce navire. Cet entraînement était encadré par l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT) et les directeurs de pont d’envol du BPC. Le surlendemain, des exercices de mécanisation amphibie (appelés Techphib) ont été organisés. Ces manœuvres de chargement et déchargement des véhicules, à bord de chalands de transport de matériels (CTM) de la Marine nationale, ont permis aux pilotes de l’Armée de terre de parfaire leur compétence en collaboration avec les marins responsables des engins de débarquement, en vue d’être opérationnels pour l’assaut final du 20 octobre.

Catamaran 2014 : La force de débarquement s’entraîne à bord des BPCCatamaran 2014 : La force de débarquement s’entraîne à bord des BPC

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories