Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 12:50
Al-Qaïda menace d'organiser des attentats dans les Balkans

 

MOSCOU, 14 novembre - RIA Novosti

 

Un groupe d'Albanais soupçonnés de contacts avec Al-Qaïda a été arrêté au Kosovo, écrit jeudi 14 novembre le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

 

L'un d'eux, Genz Selimi, venait de rentrer de Syrie où il avait combattu aux côtés des jihadistes. Pendant son interrogatoire il a déclaré que l’organisation terroriste internationale avait de sérieux projets dans les Balkans et qu’elle ferait bientôt parler d’elle. Les experts militaires estiment que toutes les conditions sont réunies pour que ces menaces soient mises en œuvre.

 

D'après la police kosovare les individus appréhendés planifiaient une série d'attentats à Pristina, capitale de la république autoproclamée du Kosovo, et dans le nord de ce territoire. Un arsenal d'armes a été découvert pendant les perquisitions dont des fusils automatiques, des pistolets et des munitions.

 

L'arrestation a eu lieu après plusieurs mois d'écoutes téléphoniques, qui avaient permis de connaître les plans du groupe. Le fait que ces individus agissaient au sein d'une organisation ne soulève aucun doute : immédiatement après leur interpellation la police a reçu un courriel exigeant de les libérer sous peine d'attaques terroristes.

 

Depuis un an et demi ou deux, Al-Qaïda s’active particulièrement en Europe, bien qu'on connaisse depuis longtemps l'existence de cellules terroristes dans plusieurs pays du Vieux Continent. L'aggravation de la situation résulte probablement du Printemps arabe et de la transformation de l'organisation terroriste après l'élimination de son leader, Oussama Ben Laden, par les forces d'élite américaines en mai 2011.

 

Sans administration centrale, la structure se reformate en créant des unités régionales plus ou moins importantes. Jusqu'à récemment les intérêts d'Al-Qaïda étaient principalement situés au Moyen-Orient – en Afghanistan, au Yémen, en Irak, en Syrie, en Libye, au Mali, en Somalie, en Algérie et en Tunisie. La presse turque rapporte régulièrement que le Front al-Nosra, "filiale" d'Al-Qaïda en Syrie, recrute même des adolescents en Anatolie pour combattre au nord de la Syrie.

 

Les pays européens qui accueillent les réfugiés arabes servent aujourd’hui de refuge aux terroristes - mais pas de champ d'action. Au printemps et en été 2013 les pays européens ont reconnu qu'ils devenaient des fournisseurs d'extrémistes pour la guerre en Syrie et se sont montrés préoccupés par le retour des radicaux chez eux pour déployer le jihad, après avoir acquis de l'expérience au combat.

 

La NSA a annoncé en août 2013 qu'Al-Qaïda planifiait une série d'attentats en Europe. L'intention actuelle d'intensifier son activité dans les Balkans n'est donc pas un hasard.

 

Si les pays d'Europe occidentale n'arrivent pas à combattre le terrorisme en dépit de leur grande infrastructure antiterroriste, les nouveaux Etats européens ont encore plus de mal à résister à la montée du radicalisme.

 

"La Bosnie, plus exactement Sarajevo d'où est contrôlé le réseau des organisations salafistes dans la péninsule et qui bénéficie du soutien des pays arabes, est aujourd'hui le centre du salafisme dans les Balkans", déclare l'expert militaire Oleg Valetski. Selon lui, le Kosovo est un nouveau champ d'action pour les radicaux.

 

Les salafistes sont contrôlés depuis l'Arabie saoudite. Leurs actions dans les Balkans, en Syrie et en Libye sont très certainement coordonnées, selon les analystes. Des islamistes de Bosnie, de Serbie du Monténégro et du Kosovo participent notamment à la guerre en Syrie, ajoute Oleg Valetski.

 

L'extrémisme dans les Balkans est appuyé sur une forte base économique : la crise financière a entraîné un clivage flagrant entre les Albanais du Kosovo et les musulmans bosniaques.

 

Leur colère monte contre les élites locales qui ont profité de la crise grâce à la coopération avec la communauté internationale et les USA. Il existe aujourd’hui dans le pays des groupes incontrôlés par les services de sécurité, capables d'organiser des attentats avec un soutien extérieur.

Repost 0
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 12:40
Le terrorisme, principale menace pour la Russie (Moscou)

 

MOSCOU, 9 novembre - RIA Novosti

 

Le terrorisme international constitue actuellement la principale menace pour la Russie, a déclaré samedi le ministre russe de la Défense, le général Sergueï Choïgou, lors de l'émission télévisée Vesti v subbotu (Nouvelles du samedi).

 

"Commençons par notre principal ennemi. A l'heure actuelle, c'est le terrorisme international. Vous me direz qu'il s'agit là d'une réflexion banale, mais qui combat aujourd'hui en Syrie? Au Mali? En Libye?", a indiqué le ministre interrogé sur les menaces pesant sur la Russie.

 

Selon M. Choïgou, le rapprochement de l'Otan des frontières russes constitue une autre menace pour la sécurité nationale du pays.

 

"Cet élargissement en cours est totalement injustifié à notre avis. Nous discutons, nous nous sourions mutuellement, mais cela se poursuit", a souligné le ministre.

Repost 0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 13:45
5.000 civils maghrébins travaillent pour l’armée américaine

05.11.2013 Par Djamila Ould Khettab - algerie-focus.com

 

Le département de la défense américain peut compter sur le soutien d’un contingent emportant d’informateurs maghrébins.

 

Aux Etats-Unis, on ne compte pas seulement sur les Marine’s pour veiller sur la sécurité des intérêts du pays à travers le globe. L’armée américaine fourmille de collaborateurs étrangers répartis au quatre coins du monde. Le département américain de la défense emploie ainsi près de 170.000 civils. Parmi eux 13.000 étrangers dont « 5.000 Maghrébins », a affirmé lundi 4 novembre Ben Yakhou Ben Dokha, ex-attaché militaire d’Algérie à Washington. Invité à une conférence sur la « stratégie de défense des Etats-Unis et le nouveau redéploiement  stratégique américain » par Science Po à Paris, l’ancien colonel de l’APN, qui a fait ses armes dans les maquis de Chréa (Blida) avant d’être catapulté attaché militaire à l’ambassade d’Algérie à Washington, n’a toutefois pas voulu donner plus de détails sur le recrutement et la mission de ces informateurs maghrébins. Ils ont été recrutés après le 11 septembre pour « déchiffrer les conversations au niveau des pays de la région », s’est contenté d’expliquer l’animateur de la conférence.

 

Après le Moyen-Orient, l’océan Pacifique la nouvelle bataille des USA

 

Pour Ben Yakhou Ben Dokha, il ne fait aucun doute que l’axe stratégique du département de défense des Etats-Unis s’est déplacé. Dans la nouvelle stratégie militaire américaine, les régions du Moyen-Orient et d’Asie centrale ne seront plus au centre des débats comme cela a été le cas tout au long du XXè siècle, explique l’ancien colonel algérien. Les USA pourraient chercher selon lui, «à minimiser» leur présence en Asie centrale, méridionale et autre Moyen-Orient « car dans ces régions, les intérêts américains restent globalement inférieurs aux enjeux» projetés par les décideurs de l’Administration Bush et successeurs. C’est en Asie, plus spécifiquement dans l’océan Pacifique, que dorénavant le département de défense américain se déploie massivement. « Le déploiement des marine’s à Dawin au nord de l’Australie avec un effectif avoisinant 2.500 hommes annoncé le 13 novembre 2011, montre que désormais l’océan Pacifique prendra la place de la Méditerranée de jadis, au XXIè siècle en termes de convoitise », estime Ben Yakhou Ben Dokha

Repost 0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 21:30
Lutte antiterroriste: l'Irak sollicite l'expérience de la Russie

DUBAI/BAGDAD, 30 septembre - RIA Novosti

 

L'Irak entend demander à la Russie de lui faire part de son expérience en matière de lutte contre le terrorisme et les groupes d'extrémistes armés, a annoncé lundi à RIA Novosti Muhammad al-Akili, député du bloc au pouvoir (du premier ministre Nouri al-Maliki, ndlr) au parlement irakien.

"Le gouvernement irakien souhaite coopérer avec la Russie dans la lutte antiterroriste. Il veut profiter de son expérience de lutte contre les groupes d'extrémistes armés en Tchétchénie et en Afghanistan. L'Irak souffre tous les jours des terroristes assassinant des civils", a déclaré M.al-Akili.

Et d'ajouter qu'il s'agissait également de négocier avec la Russie sur l'achat éventuel de ses armes facilitant la lutte contre les terroristes.

"Les forces armées irakiennes ont une grande expérience en matière de maniement d'armes russes (…). Les armes fabriquées en Russie nous conviennent. Et nous espérons la signature de nouveaux contrats", a indiqué le député.

La situation sécuritaire en Irak est extrêmement tendue ces derniers mois. Des explosions perpétrées par des extrémistes dans les villes irakiennes  tuent  des centaines de civils. Selon les ONG, le nombre de victimes des attentats quotidiens en Irak est comparable à celui des morts dans le conflit armé en Syrie.

Repost 0
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 12:45
Le Kenya était prévenu d'un risque élevé d'attaque

28/09/2013 Le Point.fr (AFP)

 

Israël avait notamment averti d'attaques possibles le gouvernement de Nairobi, mais "rien n'a été fait", déplore une source sécuritaire kényane.

 

Une semaine après le début du drame qui a coûté la vie à au moins 67 personnes, le gouvernement kényan est pointé du doigt pour son manque de vigilance. Selon des sources sécuritaires, il a été averti, notamment par Israël, d'un risque élevé d'attentat peu avant l'attaque contre le centre commercial Westgate de Nairobi. Des ministres kényans et les chefs des différents services de sécurité avaient reçu des informations de la part des principaux partenaires du Kenya en matière de sécurité, contenues dans un rapport des renseignements kényans, prévenant d'un projet d'attaque de grande ampleur courant septembre, ont précisé à l'AFP ces sources sécuritaires.

 

Parmi d'autres, "Israël avait prévenu d'attaques possibles contre ses intérêts économiques" au Kenya, mais "à part transmettre [le rapport des services kényans qui mentionnaient le danger] d'un bureau à l'autre, rien n'a été fait", a asséné une de ces sources sécuritaires. Depuis fin 2012, plusieurs autres rapports avaient déjà été transmis à la police et à l'armée, faisant état "de menaces sur des objectifs précis, y compris le Westgate", a précisé un autre responsable sécuritaire de haut rang sous le couvert de l'anonymat, "mais personne ne semblait les prendre au sérieux". "Personne ne peut dire qu'on n'avait pas été prévenu du risque d'attaque", a souligné ce haut responsable.

 

Des extraits du rapport des services kényans ont été publiés samedi par les principaux quotidiens du pays, le Nation, le Standard et le Star. Ce document contient des avertissements provenant d'Israël et "d'autres partenaires étrangers en matière de renseignement", selon ces sources, qui n'ont pas précisé quels autres pays avaient émis des avertissements. Outre Israël, les États-Unis et la Grande-Bretagne sont les principaux partenaires du Kenya en matière de sécurité. Selon le quotidien Nation, les ministères des Finances, de l'Intérieur, des Affaires étrangères et de la Défense, ainsi que le chef de l'armée, avaient notamment été avertis des menaces.

 

Le chef des renseignements auditionné lundi

 

"Ils ont été informés d'un risque élevé de terrorisme et de plans visant à lancer des attaques simultanées à Nairobi et Mombasa [sud-est] entre le 13 et le 20 septembre 2013", indique le rapport des renseignements kényans, cité par le quotidien. Le rapport ajoute que l'ambassade d'Israël, qui a des liens étroits avec le Kenya, notamment en matière sécuritaire, avait directement informé le gouvernement kényan des projets d'attaques contre des intérêts israéliens durant le mois de septembre, mois de vacances juives. Le Westgate est partiellement détenu par des capitaux israéliens et était depuis longtemps cité par les sociétés de sécurité comme une cible potentielle de groupes liés à al-Qaida. Les services israéliens jouent un rôle important dans l'enquête en cours sur l'attaque du Westgate.

 

Le chef des services de renseignements kényans, Michael Giganchi, doit être auditionné lundi par les parlementaires kényans, alors que l'opinion publique critique de plus en plus l'impréparation des autorités kényanes. Le 21 septembre, un commando armé a attaqué à l'arme automatique et à la grenade le luxueux centre commercial Westgate de Nairobi, tuant des employés et des clients et s'y retranchant avec des otages. Au moins 67 personnes ont péri au cours de l'attaque puis du siège qui a pris fin lundi, selon des sources sécuritaires. Les opérations militaires contre les assaillants ont été annoncées officiellement terminées mardi soir. Le carnage a été revendiqué par les insurgés islamistes somaliens shebabs, liés à al-Qaida, qui l'ont expliqué comme des représailles à la présence militaire du Kenya en Somalie.

Repost 0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 11:45
Sahel: un sommet sur le terrorisme à Paris en décembre

27 septembre 2013 Par RFI

 

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a annoncé hier jeudi 26 septembre à l'ONU qu'un sommet sur les risques terroristes en Afrique et en particulier au Sahel se tiendra à Paris au mois de décembre. Le ministre français a mis en garde contre une possible résurgence des groupes armés chassés du Mali, ailleurs dans la région.

Laurent Fabius
(00:45)
 

Ministre français des Affaires étrangères

 
Sahel: un sommet sur le terrorisme à Paris en décembre
Repost 0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 11:45
«Un même ennemi» est combattu au Mali et au Kenya, estime le Président malien

22/09/2013 à 12h31 -- 20minutes.fr

 

«Je constate que le terrorisme est un élément qui menace l’Afrique, et pas seulement au Mali». En voyage officiel au Mali à l’occasion de la fête nationale, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a réagi ce dimanche matin à l’attaque d’un centre commercial au Kenya perpétrée par des islamistes shebab.

 

«Je constate que le terrorisme est un élément qui menace l’Afrique, et pas seulement au Mali», a-t-il expliqué à l’envoyé spécial de 20 Minutes à Bamako. Le Président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, a quant à lui exprimé «[s]on horreur et [s]a révolte» après cette attaque. «C'est proprement criminel et lâche. Cela n'a pas de sens.» Ces terroristes sont «des fous, et même pas des fous de Dieu. Ces sont des drogués, des déglingués», a-t-il ajouté.

 

Questionné par 20 Minutes pour savoir si c'était le même ennemi qui était combattu au Kenya et au Mali, le Président malien a répondu: «Oui, c'est le même ennemi».

 

Suite de l’article

Repost 0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 07:45

22/09/2013 Par lefigaro.fr

Repost 0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 19:45
Conférence INTERPOL africaine organisée en Algérie

10.09.2013 interpol.int

 

Une conférence INTERPOL africaine organisée en Algérie fait l’union des services chargés de l’application de la loi régionaux contre la criminalité transnationale

 

ORAN (Algérie) – La 22ème Conférence régionale africaine qui se tient actuellement en Algérie s’est ouverte sur l’affirmation du caractère essentiel de la planification stratégique régionale et de l’échange d’informations de police en temps voulu pour combattre efficacement des formes de criminalité allant du trafic d’êtres humains, de drogues ou d’armes à la piraterie maritime et au terrorisme.

Rassemblant plus de 170 hauts responsables des services chargés de l’application de la loi de 44 pays ainsi que les représentants de dix organisations internationales, la conférence va se pencher pendant trois jours (du 10 au 12 septembre) sur les problèmes de sécurité qui se posent dans la région et définir les domaines dans lesquels l’efficacité peut être améliorée et la coopération renforcée, dans toute l’Afrique et au-delà.

Le Général-Major Hamel Abdelghani, Directeur Général de la Sûreté nationale algérienne, a déclaré que le nombre des pays représentés témoignait de leur engagement dans la lutte contre les menaces que représentent la criminalité organisée et le terrorisme pour la région africaine.

« J’ai la certitude que les résultats de nos travaux pendant cette conférence vont grandement contribuer à améliorer tout ce que nous ferons à l’avenir pour relever ces défis. INTERPOL est le meilleur canal de coopération internationale pour y parvenir, mais également pour assurer que nos services de police atteignent des niveaux de performance encore plus élevés », a déclaré le Général-Major Hamel.

La Présidente d’INTERPOL, Mme Mireille Ballestrazzi, a encouragé les pays à ouvrir encore plus largement l’accès aux bases de données mondiales d’INTERPOL et à son système de communication policière sécurisée I-24/7, qui ont d’ores et déjà permis d’importantes avancées dans le domaine de la sécurité des frontières.

« L’Afrique et INTERPOL manifestent depuis longtemps leur engagement dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée. Anéantir la menace que représentent les groupes terroristes nécessite de cibler leur capacité à fonctionner … et à recruter », a fait observer la Présidente Ballestrazzi.

« Ouvrir aux points de contrôle frontaliers, aux ports et aux aéroports l’accès aux bases de données d’INTERPOL donne aux services chargés de l’application de la loi la possibilité de mieux exprimer tout leur potentiel, dans l’intérêt de la sécurité nationale, régionale et mondiale », a conclu la Présidente d’INTERPOL.

Le Secrétaire Général d’INTERPOL, M. Ronald K. Noble, a indiqué que les succès enregistrés dans toute l’Afrique confirmaient « la conviction simple mais ferme [de l’Organisation] que la coopération entre les services chargés de l’application de la loi des pays membres peut permettre de surmonter les plus grandes difficultés ».

« Qu’il s’agisse du trafic d’êtres humains, d’espèces sauvages, d’armes légères, de drogues, de médicaments de contrefaçon ou des défis de la lutte contre la piraterie maritime, le rôle de la coopération policière régionale et internationale est fondamental et décisif pour prévenir la criminalité en Afrique », a déclaré le Secrétaire Général Noble, soulignant les excellents résultats de la récente opération de police Usalama.

Conduite par l’Organisation de coopération des Chefs de police d’Afrique de l’Est (OCCPAE) et l’Organisation de coopération régionale des Chefs de police d’Afrique australe (SARPCCO), avec l’appui direct des Bureaux régionaux (B.R.) INTERPOL de Nairobi et Harare, cette opération a permis de porter secours à plus de 300 victimes de la traite d’êtres humains, de saisir des drogues, des armes à feu et des véhicules volés, et de récupérer des marchandises faisant l’objet de trafics, dont de l’ivoire et des diamants.

Le Secrétaire Général Noble a également souligné le rôle croissant joué par INTERPOL en matière de lutte contre les atteintes à l’environnement, par exemple en coordonnant la très récente Opération Wendi dirigée contre le trafic d’ivoire d’éléphant en Afrique centrale et de l’Ouest, avec l’appui des Bureaux régionaux d’Abidjan et de Yaoundé.

Cette seule opération a abouti à l’arrestation de plus de 60 personnes et à la saisie de près de 4 000 articles en ivoire. Aussi le chef d’INTERPOL a-t-il encouragé les pays membres à participer à la conférence internationale sur le respect et l’application du droit de l’environnement, organisée par INTERPOL et le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’environnement), qui se tiendra au Kenya en novembre prochain.

« En Afrique de l’Est seulement, on estime que le commerce illicite de l’ivoire a conduit au braconnage de 5 600 à 15 400 éléphants annuellement. Face à l’explosion alarmante de cette forme de criminalité, ce n’est qu’en étant unis et résolus que nous pourrons définir les mesures propres à aider l’ensemble de nos 190 pays membres à combattre ce fléau et à en venir à bout », a déclaré le Secrétaire Général Noble.

Le Secrétaire Général a par ailleurs indiqué que les partenariats ont joué un rôle clé dans l’aide apportée aux pays membres, à travers le financement par l’Union européenne des initiatives INTERPOL RELINC (Rebuilding Libya’s Investigative Capability - Reconstruire la capacité d’enquête de la Libye) et WAPIS (West African Police Information System - Système d’information policière des pays d’Afrique de l’Ouest).

Il a également mentionné le soutien apporté par le ministère canadien des Affaires étrangères, du commerce et du développement, qui a permis d’élargir l’accès à I-24/7 et de concrétiser toute une série d’initiatives de renforcement des capacités de lutte contre le terrorisme dans la Corne de l’Afrique et au-delà.

Repost 0
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 07:45
La Tunisie crée des «zones tampons» militaires à ses frontières

29/08/2013 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Des zones militaires tampons dans le sud de la Tunisie. Voilà ce qu’a ordonné de créer la présidence tunisienne ce jeudi 29, pour lutter notamment contre le terrorisme.

 

Dans un communiqué publié sur le site de la présidence tunisienne, le ministre de la Défense nationale Rachid Sabbagh annonce que «la nécessité de la création de ces zones a été dictée par la situation actuelle afin de combattre toutes les menaces pesant sur la Tunisie», citant notamment «le trafic d’armes» et le «terrorisme».

 

Il ne précise cependant pas où exactement dans «le sud de la Tunisie», si ce n’est que ce sera aux frontières avec l’Algérie et la Libye.

 

Le communiqué précise que cette mesure est prévu pour durer une année et que toute personne souhaitant se rendre dans l’une de ces futures zones devra obtenir des autorisations spéciales.

 

Depuis plusieurs mois, les autorités tunisiennes pourchassent un groupe armé lié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) à la frontière algérienne. Une quinzaine de militaires tunisiens ont été tués au cours de la traque, dont huit ont été égorgés et mutilés le 29 juillet dernier, près du Mont Chaambi, à la frontière algérienne.

 

De plus, le sud désertique du pays est devenu, de l’aveu même des autorités, une zone privilégiée pour les trafiquants d’armes venant de Libye.

 

La Libye, qui peine à mettre en place une armée et une police depuis la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi, a proposé jeudi à la Tunisie de déterminer une «stratégie de sécurité commune destinée à sécuriser» les frontières.

 

Le ministre libyen des Affaires étrangères Mohamed Abdelaziz a dit ainsi vouloir «mettre fin au trafic des produits subventionnés, des armes et à la fuite de terroristes à partir de la Libye vers la Tunisie ou le contraire».

Repost 0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 07:20
Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme

Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme

13 juin 2013 Romandie.com (AFP)

 

GENEVE - Les programmes de surveillance qui empiètent sur la sphère privée des citoyens au nom de la lutte contre le terrorisme peuvent être contre-productifs, a estimé jeudi la responsable des droits de l'Homme à l'ONU.

 

Des préoccupations ont été exprimées au sujet des régimes de surveillance adoptés par certains Etats sans garanties suffisantes pour protéger le droit des individus à la vie privée, a déclaré la Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay, lors d'une conférence de l'ONU sur la lutte antiterroriste.

 

Elle a estimé que de telles pratiques -- ainsi que d'autres mesures répressives -- sont contre-productives et peuvent provoquer la rage et le désespoir, ainsi qu'un sentiment d'injustice et de persécution.

 

Ses propos interviennent alors le directeur du FBI, Robert Mueller, a confirmé jeudi qu'une enquête pénale avait été lancée contre Edward Snowden, l'ex-employé de l'agence d'espionnage américaine NSA à l'origine des fuites sur les programmes de surveillance américains.

 

Le chef de l'Agence nationale de sécurité (NSA), le général Keith Alexander, avait vigoureusement défendu mercredi les programmes de surveillance des communications révélés par un ex-consultant de 29 ans, Edward Snowden, réfugié à Hong Kong. Le général Alexander avait assuré que ces programmes avaient permis de déjouer des dizaines d'actes terroristes.

 

Néanmoins, Mme Pillay n'a pas été la seule à s'en prendre -- sans toutefois mentionner de pays -- à ces programmes de surveillance.

 

Le chef de la diplomatie suisse a également affirmé jeudi que la lutte contre le terrorisme ne doit pas permettre aux administrations d'empiéter sur la sphère privée des citoyens.

 

Aurons-nous une meilleure société si les honnêtes citoyens sont constamment sous la loupe des administrations avec tous les excès que cela peut engendrer? Certainement pas, la Suisse en est convaincue!, a affirmé le ministre suisse des Affaires étrangères, Didier Burkhalter.

 

Nous devons (...) nous rappeler que la recherche de la sécurité ne doit pas empiéter à l'excès sur le droit à la protection de la sphère privée, un fondement de la liberté individuelle, a-t-il aussi dit.

 

Il a aussi souligné l'importance du respect des droits de l'Homme et de l'Etat de droit comme valeurs fondamentales dans le combat contre les terroristes.

 

Cette semaine, la Suisse a demandé des éclaircissements aux Etats-Unis dans l'affaire Snowden, l'ex-consultant, qui a travaillé à la mission diplomatique américaine de Genève de 2007 à 2009, ayant accusé la CIA d'avoir piégé un banquier dans la ville suisse.

Repost 0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 16:55
5E Rencontres Parlementaires de la Sécurité Nationale - Sanctuarisation du territoire national : quelle stratégie de lutte contre le terrorisme ?

 

Présidées par Jean-Jacques URVOAS, Président de la Commission des Lois constitutionnelles, de la Législation et de l'Administration générale de la République de l’Assemblée Nationale

Quatre ans après leur première édition, qui était consacrée à ce sujet, ces Rencontres permettront à l’ensemble des acteurs de faire le point sur l’évolution de cette menace, l’adéquation de la lutte antiterroriste à ces mutations, l’adaptation des méthodes employées en termes de renseignement, d’enquête et de coopération internationale, des enjeux liés au cyberespace, de la notion de résilience, ainsi que l’adéquation des réponses judiciaires.

 

S'inscrire aux Rencontres

 

Télécharger le bulletin d'inscription

PROGRAMME

8H45 Ouverture des travaux
Jean-Jacques URVOAS, Président de la Commission des Lois

9h00 Intervention sur l’état de la menace
Louis GAUTIER, Conseiller maître à la Cour des Comptes

 

 

9h30 Première table ronde
Quelle stratégie nationale pour le Renseignement ?

Rôle et cadre d’action des services de Renseignement ; analyse des risques et de la menace ; nouveaux besoins ; équilibre entre l’outil technologique et l’outil humain ; partage de l’information ; captation des signaux faibles ; cadre juridique ; coopération internationale ; rôle des autres entités non services de renseignement mais fournissant du renseignement ; dimension du cyberespace
Présidée et animée par Jean-Jacques URVOAS, Président de la Commission des Lois de l’Assemblée Nationale

 

 

 

11h15 Deuxième table ronde
Quelle stratégie de  protection des personnes et des intérêts nationaux sur le territoire national et dans le monde ?

Focus sur la menace djihadiste ; protection des biens, des personnes et des territoires ; protection des ressortissants et des intérêts français à l’étranger ; opérateurs d’importance vitale ; rôle et coordination entre les acteurs ; adaptation aux nouvelles menaces (cyber) ; continuité d’action territoires extérieur/intérieur
Présidée et animée par Marie-Françoise BECHTEL, députée de l'Aisne, Vice-présidente de la Commission des Lois

 

 

13H00 Déjeuner convivial sous forme d’un barbecue (Conditions de participation sur le bulletin d’inscription) accompagné d’une démonstration et d’ateliers organisés par le Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale

Criminalistique et cybernumérique : impact des nouvelles technologies dans le traitement de scènes d’infraction complexes

 

 

14h30 Troisième table ronde
Quelle adaptation du cadre et des outils juridiques et judiciaires ?

L’objectif de cette table ronde est de mettre en exergue les pistes de réflexion nécessaire pour optimiser le cadre juridique des acteurs de l’Etat qui traitent de la lutte anti-terroriste et le traitement judiciaire des affaires.
Réflexion sur le concept juridique du terrorisme ; évolution de la compétence territoriale ; conservation des données et problème de la preuve dans le cyberespace ; cadre juridique de l’infiltration et de la lutte dans le cyberespace ; pertinence de la réponse pénale dans le domaine de la consultation de sites ; coopération internationale

Présidée et animée par Alain MARSAUD, député des Français établis hors de France, membre de la Commission des Affaires étrangères

 

 

16H00 Fin des travaux
Reprise de la démonstration et des ateliers organisés par le Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale


17h00 Fin de la journée

 

 S'inscrire aux Rencontres

Repost 0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 07:40
Exercices antiterroristes Russie-OTAN en septembre 2013

BRUXELLES, 23 avril - RIA Novosti

 

La Russie et l'OTAN mèneront en septembre des exercices conjoints de lutte contre les attaques terroristes d'aéronefs civils, a annoncé mardi à Bruxelles le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen.

 

Les exercices pourraient se tenir au-dessus de la mer Noire.

 

Ces manœuvres seront basées sur les deuxièmes exercices conjoints simulés par ordinateur "Vigilant Skies" 2012 ("Ciel vigilant") tenus les 13 et 14 novembre derniers.

 

Les exercices Vigilant Skies sont destinés à tester le Système d'échange d'informations (IES) dans le cadre de l'Initiative sur l'espace aérien en coopération (CAI) du Conseil Russie-OTAN. Les centres de coordination de Moscou (Russie) et de Varsovie (Pologne), ainsi que des points de contrôle de Kaliningrad, de Rostov-sur-le-Don, de Mourmansk (Russie), de Bodø (Norvège) et d'Ankara (Turquie) ont commandé les forces aériennes lors de la deuxième édition de ces exercices.

 

La Russie et l'OTAN ont lancé l'initiative CAI en mai 2002, lors du premier sommet du Conseil Russie-OTAN à Rome, et ont testé pour la première fois leur Système d'échange d'informations dans l'espace aérien (IES) en juin 2011.

 

Le système IES assure un échange de données radars sur le trafic aérien entre la Russie et l'OTAN et déclenche une alerte précoce en cas d'enregistrement d'activités aériennes suspectes. Lorsqu'un aéronef effectue des manœuvres inattendues, le système IES fournit des informations et des moyens de liaison supplémentaires permettant de réagir rapidement aux menaces terroristes.

Repost 0
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 12:45
Sénégal : Les Eléments Français au Sénégal (EFS) en soutien de l’opération Serval

 

08/04/2013 Sources : EMA

 

Depuis le 11 janvier 2013 et le déclenchement de l’opération Serval au Mali, les éléments français au Sénégal, pôle opérationnel de coopération à vocation régionale, jouent un rôle déterminant dans les opérations.

 

Après une évaluation des capacités de transmissions, d’hébergement et de travail disponibles aux EFS, un PC interarmées de théâtre a été mis en place à Dakar. Dans le même temps, des contacts ont été établis avec Bamako, qui constitue la plateforme de transit de l’ensemble des moyens logistique projetés sur le sol malien.

 

Le dispositif de soutien mis en œuvre depuis Dakar est articulé autour des façades aériennes et maritimes. Sur la zone militaire réservée de l’aéroport international Léopold Sédar Senghor, des ATL 2 de l’aéronavale, des AWACS, des ravitailleurs et des transporteurs de l’armée de l’air et des pays alliés contributeurs se succèdent quotidiennement. Progressivement, le volume et la diversité des moyens aériens déployés ainsi que le rythme soutenu des rotations ont transformé cette zone en véritable base aérienne multinationale. Depuis le début des opérations, plus de 1000 mouvements d’aéronefs – français, mais aussi anglais, espagnols, danois, allemands, hollandais et américains – ont permis de transporter plus de 4000 passagers et plus de 1000 tonnes de fret au Mali.

 

Le port de Dakar, point d’encrage de l’acheminement stratégique par voie maritime, constitue la seconde plateforme du soutien logistique avec le déploiement d’un Sea port of debarkation (SPOD), placé sous le commandement opératif de théâtre. Depuis le 28 janvier, le BPC Dixmudeet trois affrétés y ont débarqué près de 8000 tonnes de fret et près de 500 personnels en quatre rotations.

 

Par ailleurs, d’importants moyens de soutien ont été déployés sur les différentes implantations des EFS pour, équiper, soigner, véhiculer, informer, armer, ravitailler (en essence, en munitions, en pièces de rechange), nourrir, héberger, plus d’un millier de militaires en transit. Des camps de toile avec cafétéria et infirmerie attenantes ont également été mis en place.

 

Dans le même temps, les EFS soutiennent le déploiement de la MISMA grâce à des actions de formation ciblées, délivrées au profit des forces africaines avant qu’elles intègrent la mission internationale de soutien au Mali. Après avoir contribué à l’évaluation des contingents de la MISMA et établi un bilan initial de leurs besoins, les EFS ont ainsi mis en œuvre des formations tactiques et logistiques au profit des forces nigériennes et sénégalaises.

 

Par ailleurs, au titre de la coopération opérationnelle, 10 militaires des EFS sont déployés au Mali, auprès du PCIAT ou des états-majors des différents

Sénégal : Les Eléments Français au Sénégal (EFS) en soutien de l’opération Serval
Repost 0
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 16:35
Afghanistan : Première mission des Rafale

 

12/08/2008 Sources : EMA

 

Le 11 février 2008, trois jours après leur arrivée, sur la base OTAN de Kandahar, deux Rafale de l'escadron de chasse 1/7 " Provence " en patrouille avec 2 Mirage 2000D de l'escadron de chasse 3/3 " Ardennes " ont effectué leur première mission d'appui au profit des troupes de l'ISAF.

 

Avec le détachement de trois Rafale de l'escadron 1/7 " Provence ", ce sont 55 techniciens, mécaniciens, informaticiens, logisticiens et pilotes qui sont venus s'intégrer au sein du détachement air de la base de Kandahar. Au total, le détachement Air compte maintenant 165 militaires français.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories