Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 17:35
Credits : Thales

Credits : Thales

 

27/02/2015 Par Véronique Guillermard – LeFigaro.fr

 

Le groupe français va déployer à partir de 2017 un nouveau système dual. Un contrat valorisé 410 millions d'euros.

 

Hasard du calendrier. Vingt-quatre heures après la présentation des objectifs de Thales en matière de contrats internationaux «extralarges», selon l'expression de son PDG Patrice Caine, le groupe français a rendu publique, hier, sa première commande XL de l'année.

À l'issue de plusieurs mois de compétition, Thales a été choisi par l'Australie pour développer un nouveau système de gestion du trafic aérien civil et militaire. Une première mondiale, car il s'agit de répondre aux besoins des deux univers et d'intégrer deux systèmes dans un unique dispositif. Le contrat est valorisé à 600 millions de dollars, soit quelque 410 millions d'euros. Thales a gagné face aux américains Lockheed Martin et Raytheon et à l'espagnol Indra. Mais lors de la remise des offres, à l'automne 2013, huit spécialistes de la gestion du trafic aérien, appelé ATM par les spécialistes, s'étaient mis sur les rangs.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 17:40
Ukraine agrees on supply of French drones and electronic warfare equipment

 

27.02.2015 unian.info

 

A Ukrainian delegation signed an agreement on deliveries of French drones and electronic warfare equipment at one of the world's largest arms exhibitions - IDEX-2015 in the United Arab Emirates, First Deputy Secretary of the National Security and Defense Council of Ukraine Oleh Hladkovskiy said at a briefing on Friday.

 

According to Hladkovskiy, an agreement was signed with the French company Thales for the supply of drones and electronic warfare equipment, a correspondent of Ukrainian online newspaper RBK-Ukraine reports.

 

In addition, Hladkovskiy said that Ukraine had signed agreements worth hundreds of millions of dollars with a large number of weapons importing and exporting countries.

 

For instance, the Ukrainian manufacturing company Motor-Sich signed an agreement with the South African company to modernize helicopters, he said.

 

As UNIAN reported earlier, Hladkovskiy said that Ukraine has already obtained supplies of lethal weapons from abroad.

Partager cet article

Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 12:55
9e Rencontre Clients – Fournisseurs avec les Acheteurs du Ministère de la Défense - CCI Nice Côte d'Azur

 

source CCI Nice Côte d'Azur

 

La CCI Nice Côte d'Azur, l'APPIM, la CDAF, la DIRECCTE et l'UIMM Côte d'Azur se sont associées pour développer sur le   territoire, compétitivité et relations durables entre clients et fournisseurs industriels. Dans ce cadre vous êtes conviés à participer à la :

 

9e RENCONTRE CLIENTS - FOURNISSEURS consacrée aux Acheteurs du Ministère de la Défense
  
  Mardi 10 mars 2015 de 14h00 à 18h00
  CCI Nice Côte d'Azur - 20, bd Carabacel à Nice

 

Au cours de   ces rencontres, les prescripteurs présentent aux fournisseurs territoriaux leurs politiques, modalités, besoins et  perspectives d'achats et de   partenariats industriels. L'objectif est de favoriser les courants d'affaires locaux par le développement d'échanges d'informations qualifiées.

 

L'inscription à la 9e Rencontre Clients-Fournisseurs est obligatoire et réservée aux entreprises dont le secteur d'activité correspond aux domaines d'achats.

Contact : Dimitri TAILE au 04 92 29 43 28 - dimitri.taile@cote-azur.cci.fr

 

INSCRIPTION GRATUITE MAIS OBLIGATOIRE

 

Programme détaillé cliquez ici

 

Partager cet article

Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 08:30
Lightweight Multirole Missile (LMM) - photo Thales

Lightweight Multirole Missile (LMM) - photo Thales

 

Feb 26 2015 trdefence.com (WorldBulletin)

 

Turkey is pressing ahead with talks with U.S. and European firms over its first long-range missile defence system, as the preferred Chinese bidder has yet to meet all requirements for the multi-billion dollar project, two officials said on Thursday.

NATO member Turkey chose China Precision Machinery Import and Export Corp in 2013 as the preferred candidate for the $3.4 billion deal, prompting U.S. and Western concern about security and the compatibility of the weaponry with NATO systems.

Turkey’s defence minister said last week it did not plan to integrate the system with NATO infrastructure, only for the presidential spokesman to say days later that the systems would be integrated.

One of the defence officials told Reuters on Thursday there were still question marks over the Chinese proposal, particularly around “technology transfer” to boost the Turkish defence industry.

“Contacts on this issue are continuing. Securing technology transfer is one of the most important subjects in the tender and on this subject a full guarantee has not been provided,” the official said.

U.S. and NATO representatives were unhappy with Turkey’s choice of China Precision Machinery, which has been under U.S. sanctions for selling items to Iran, Syria or North Korea that are banned under U.S. laws to curb the proliferation of weapons of mass destruction.

 

FRENCH CONNECTION

Turkish defense contractor Aselsan and French defense contractor Thales on Thursday agreed to install Thales-made Lightweight Multi-role Missiles on Turkish Aselsan’s launch-pad, the companies said in a joint statement released on Thursday.

Aselsan is known for its products in military communications and weapons systems. Thales is one of largest defense electronics contractors in the world with its revenue exceeding $16 billion in 2014.

The two companies have been working together since 2010, and have completed a long period of trials for the missiles and the launcher.

The agreement opens the way for more cooperation between the two companies, the statement said.

In addition to bids from the U.S. firm Raytheon Co and the Franco-Italian group Eurosam, the officials told Reuters that Russia, eliminated in the first stage of the tender, was still keen on providing a surface-to-air missile system – a prospect that could also raise concerns in NATO.

Eurosam, which is owned by the multinational European missile maker MBDA and France’s Thales, came second in the tender. U.S.-listed Raytheon Co also put in an offer with its Patriot missile defence system, which is now operated by 13 countries around the world.

One of the officials said defence representatives had gone to Italy at the end of January for talks with Eurosam.

“In March, a delegation will go to the United States for talks with the other bidder. Finally, a delegation will go to China and hold talks there,” he said.

The sources said Russia had renewed its interest in the project. Officials previously said Russia had revised an initial bid and offered to sell Turkey its S-400 medium- to long-range anti-aircraft missile system.

However Turkey is not currently holding talks with the Russians.

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 18:50
Lightweight Multirole Missile (LMM)

Lightweight Multirole Missile (LMM)

 

February 25, 2015 Thales Group

 

Thales and ASELSAN of Turkey have signed a new cooperation agreement during IDEX 2015 in Abu Dhabi to continue joint development of a Missile Launcher System that incorporates Thales’s Lightweight Multi-role Missiles (LMM) and the Missile Launcher System of ASELSAN.

 

The cooperation between the two companies was initiated in 2010 and first stage firings of an integrated Missile Launcher System and LMM were demonstrated in 2014. The agreement covers further firing demonstrations, initially in the naval domain and allows for further cooperation in other areas where both Thales and ASELSAN are well experienced.

 

Thales’s LMM is a lightweight precision strike-missile that has been designed to be fired from a variety of tactical platforms including helicopters, fixed or rotary winged UAVs, wheeled or tracked vehicles or naval platforms. The target set includes surface threats such as static installations, armoured personnel carriers, asymmetric threats, fast in-shore attack crafts and UAVs.

 

ASELSAN’s Missile Launcher System is a customized compact and lightweight solution for naval platforms such as fast patrol boats and larger ships, providing defence for critical infrastructure such as oil rigs, seaports and naval bases against a variety of surface and air threats. The LMM Launcher System can be used either autonomously or fully integrated within a combat management system.

 

General Specifications:

    4/8 ready to fire LMM designed and produced by Thales

    2 axis gyro stabilized turret

    Automatic target tracking through independent stabilized EO suite

    Laser range finder for target ranging

    High hit performance with fast reaction time

    High level system automation for ease of use

    Ease of integration into existing and new built Fast Interceptor Crafts

    Low maintenance cost and high reliability

 

The LMM Missile Launcher System is on display at IDEX 2015 in ASELSAN’s stand (Hall 10 D05) and LMM is on the Thales stand (Hall 8 A08).

 

About Thales

Thales is a global technology leader in the Aerospace, Transportation and Defence & Security markets. In 2013, the company generated revenues of €14.2 billion with 65,000 employees in 56 countries. With its 25,000 engineers and researchers, Thales has a unique capability to design, develop and deploy equipment, systems and services that meet the most complex security requirements. Thales has an exceptional international footprint, with operations around the world working with customers and local partners.

Thales UK employs 7,500 staff based at 35 locations. In 2013 Thales UK's revenues were around £1.3 billion.

About Aselsan:

Aselsan is Turkey’s leading defence company holding a well established reputation focusing on in-house critical capabilities, state-of-the-art technologies and sustainable research & development. Aselsan serves as a technology center in design, development, production, system integration, modernization and after sales services in the fields of Military Communication Systems, Professional Communication Systems, Radar and Electronic Warfare Systems, Electro-Optical Systems, INS and Avionic Systems, Defence and Weapon Systems, C4ISR Systems, Naval Combat Systems, Transportation  Systems, Security Systems,  Energy and Power Management Systems, Toll Collection and Traffic Management Systems. Powered by a fast increasing rate of global exports and an annual turnover continually exceeding the billion dollar benchmark, Aselsan is consistently ranked among the hundred largest defence companies in the world. More information about Aselsan is available at www.aselsan.com

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 17:55
Rafale : l’écosystème d’une réussite

 

25.02.2015 Par Frédéric Paya – Valeurs Actuelles

 

Équipementiers. Dassault réunit autour du Rafale quelque 500 sous-traitants employant 7 000 salariés. Tous vont profiter des retombées du contrat égyptien.

 

La commande par l’Égypte de 24 Rafale est aussi une très bonne nouvelle pour la multitude de sous-traitants, petits et grands, qui travaillent pour la fabrication de l’avion : Dassault collabore en effet avec quelque 500 fournisseurs en France, ce qui représente près de 7 000 emplois.

 

Parmi les grands équipementiers historiques de Dassault Aviation, la Snecma. C’est ce motoriste, filiale de Safran, qui équipe chaque Rafale de deux réacteurs de nouvelle génération M88-2. La dernière version, le M88-4, équipe les appareils sortant de chaînes depuis 2012 ; la durée de vie du moteur a été allongée et les opérations de maintenance simplifiées.

 

Thales est aussi très présent à bord du Rafale : l’électronicien lui fournit l’essentiel de ses équipements et systèmes électroniques (près du tiers du prix de vente de l’avion) qui lui permettent de remplir de très nombreuses missions (défense aérienne, reconnaissance, appui-feu, frappe air-sol, lutte antinavire, dissuasion nucléaire, ravitaillement en vol), ce qui confère au Rafale son caractère d’avion “omnirôle”

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 12:55
Thales poursuit (beaucoup trop ? ) lentement sa croissance

Première grande sortie médiatique de Patrice Caine lors de la présentation des résultats de 2014 (Crédits : Thales)

 

26/02/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Avec un chiffre d'affaires qui a progressé de 2% en 2014, Thales est encore loin des objectifs ambitieux de son ancien PDG Jean-Bernard Lévy. En outre, DCNS a plombé les résultats financiers du groupe d'électronique.

 

Pour le futur directeur général de Thales et futur ex-PDG, Patrice Caine, c'est le grand jour avec sa première grande sortie médiatique avec la présentation des résultats 2014 après le départ surprise cet automne de Jean-Bernard Lévy à la tête d'EDF. En même temps, en tant que numéro deux de Jean-Bernard Lévy, il a participé grandement à la réalisation de ces résultats qui sont plutôt corrects avec un chiffre d'affaires en légère hausse à 12,9 milliards d'euros (contre 12,698 milliards en 2013). Soit une progression de 2% (-1% à périmètre et change constants). Loin toutefois de la volonté affichée par son ancien PDG de trouver 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires supplémentaires dans les dix prochaines années. Surtout au regard de la croissance de Safran. Sans une acquisition majeure, Thales ne devrait pas pouvoir remplir cet objectif.

"En 2014, Thales a réalisé une très bonne performance commerciale, avec des prises de commandes en progression sensible dans l'ensemble de nos secteurs d'activités. Hors impact de DCNS, la rentabilité du Groupe s'est de nouveau améliorée. Cette dynamique devrait se poursuivre en 2015, avec leretour à la croissance du chiffre d'affaires du Groupe et une hausse des résultats",  a expliqué Patrice Caine dans un  communiqué publié par le groupe.

Pour 2014, Thales affiche un EBIT (résultat opérationnel) de 985 millions d'euros, soit une marge de 7,6% du chiffre d'affaires contre 1,01 milliard un an plus tôt (8%). Cette baisse est intégralement imputable à la contribution fortement négative de DCNS (- 117 millions d'euros, contre une contribution positive de 40 millions en 2013) "en raison d'importants écarts négatifs sur plusieurs contrats, notamment dans le nucléaire civil ainsi que sur le programme de sous-marins Barracuda", a rappelé Thales dans un communiqué. Hors DCNS, l'EBIT atteint 1,1 milliard d'euros (8,5% du chiffre d'affaires), en progression de 13% par rapport à l'exercice précédent, "témoignant de la poursuite du déploiement des plans d'amélioration de la performance".

 

Des commandes en forte hausse

En revanche, la vraie bonne nouvelle vient des prises de commandes qui ont atteint en 2014 14,3 milliards d'euros, en progression de 11% par rapport à 2013 (+8% à périmètre et taux de change constants). Au 31 décembre 2014, le carnet de commandes consolidé se monte à 27,2 milliards d'euros (29,8 milliards d'euros fin 2013), soit plus de deux années de chiffre d'affaires. Le ratio des prises de commandes rapportées au chiffre d'affaires, le fameux "book-to-bill", s'est élevé à 1,11 à fin 2014.

Avec une croissance particulièrement marquée au Moyen-Orient, les prises de commandes dans les marchés émergents "continuent leur progression" (+7% par rapport à 2013), affirme Thales. Pourtant l'an dernier, elles ont atteint 4,2 milliards d'euros (contre 4,56 milliards en 2013), soit 30 % des prises de commandes totales. Depuis 2012, les prises de commandes dans les marchés émergents ont connu une croissance de plus de 40%.

Dix-neuf grandes commandes - celles qui sont surveillées comme le lait sur le feu - d'un montant unitaire supérieur à 100 millions ont été enregistrées sur l'année 2014, soit autant qu'en 2013. Notamment grâce à la filiale spatiale commune avec Finmeccanica (8 commandes supérieures à 100 millions). Enfin, les commandes de montant unitaire inférieur à 10 millions d'euros représentent un peu moins de la moitié des prises de commandes en valeur.

 

Des perspectives de croissance... modérée

En 2015, après une croissance de près de 20 % en deux ans, les prises de commandes devraient continuer de se maintenir à un niveau élevé, avec une nouvelle croissance attendue dans les marchés émergents. Notamment grâce à des contrats Rafale. La hausse continue des prises de commandes depuis deux ans devrait permettre au chiffre d'affaires de connaître une légère progression en 2015.

Cette évolution favorable, la poursuite des efforts d'amélioration de la compétitivité et le retour progressif à la profitabilité de DCNS devraient conduireThales à afficher un EBITen hausse d'environ 15% par rapport à 2014 (sur la base des taux de change actuels), pour atteindre 1,130 à 1,150 milliard d'euros.Sur le moyen terme, Thales confirme viser une croissance modérée de son chiffre d'affaires et une amélioration de son taux de marge d'EBIT,pour atteindre un taux de 9,5 à 10% à l'horizon 2017/2018.

Pour l'heure, le futur directeur général doit affronter une grogne sociale des salariés, qui demandent la levée de la "politique de modération salariale scandaleuse au regard de l'implication et des efforts plus que significatifs fournit par les salariés", estime la CGC Thales.

"Forte de ce constat, la CFE-CGC a demandé à rencontrer, le plus rapidement possible, M. Patrice Caine, le président du groupe, avec comme objectif de débloquer une situation qu'elle juge préjudiciable à tous, salariés et entreprise. A ce jour, les cinquante établissements du groupe Thales manifestent régulièrement leur mécontentement. La CFE-CGC ne comprendrait pas que la direction reste figée alors que la situation ne peut que se dégrader et s'ancrer durablement dans le conflit".

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 13:30
UAE signs defence contracts worth about AED 4 bn on third day of IDEX

 

ABU DHABI, Feb 24th, 2015 (WAM)

 

The UAE Armed Forces has signed 7 new deals on the third day of IDEX valued at AED 3. 955 billion with local and foreign firms to buy military hardware including Aerial radars, helicopters and other ammunition.

 

Maj-Gen Obaid Al Ketbi, IDEX spokesman, briefing media today, said that the Armed Forces has entered into a deal with Tawazan Dynamics for the purchase of highly ultra-precision guided ammunition at a value of AED 1.53 billion, and also with Emirates Advanced Research and Technology Holding, EARTH, to develop Oshkosh defence systems and provide technical assistance and maintenance by providing spare parts with a total value of AED 864 million.

 

The Armed Forces has signed a deal with Caracal International, part of the Emirates Defence Industries Company (EDIC), to buy 80 thousands modern assault rifles, type CAR816 at a value of AED 763 million.

 

The fourth deal was signed with AgustaWestland Aviation Services (AWAS) from Italy to buy 9 helicopters with a total value of AED 732 million, six will be for search and rescue purposes and three for VIP use.

 

The fifth deal was done with Rheinmentall Air Defence to provide technical support through providing spare parts and maintenance services, and repair for the Skyguard Cannon System at a value of AED 34 million.

 

The sixth deal was done with Raytheon Systems from Britain, to purchase and assemble an aerial radar to detect planes at a value of AED 11 million.

 

The final deal of today was signed with Thales Communications and Security from France for technical maintenance, repair and support of devices at a value of AED 21 million.

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 18:55
photo F. Robineau Dassault Aviation

photo F. Robineau Dassault Aviation

 

18 Février 2015  - ouest-france.fr

 

La France vient de vendre 24 Rafale et une frégate multimission à l’Égypte. Une partie des radars qui équiperont les Rafale seront fabriqués près de Vitré (Ille-et-Vilaine).

 

Lundi, la France a vendu 24 Rafale, son avion de combat, et une frégate multimission à l’Égypte. Pour le groupe Thales, notamment implanté à Étrelles, près de Vitré (Ille-et-Vilaine), ce contrat commercial est une bonne nouvelle.

En effet, le groupe Thales est membre du groupement d’intérêt économique Rafale, aux côtés de Dassault aviation et de Snecma (Safran). La production du radar RBE2 AESA, embarqué à bord du Rafale, est assurée par deux sites de Thales : à Étrelles et à Pessac (Gironde).

 

Thales : 440 salariés près de Vitré

« Les équipements et systèmes fournis par Thales représentent environ 25 % de la valeur du Rafale et 20 % de la frégate multimission », informe le groupe Thales.

Pour rappel, à Étrelles, Thales emploie environ 440 salariés ; 70 % de son activité concerne le secteur de la défense.

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 17:50
Earth Observation


24 févr. 2015 Thales

 

Thales Alenia Space is a leader in Earth observation, based on its high or very-high resolution optical and radar payloads. We have established a position as a major supplier in export markets, covering military, dual and civilian missions: intelligence gathering, target designation, mapping, crisis management, meteorology, oceanography, climatology, etc...

 

Read more

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 12:50
Thales renforce les capacités d’entraînement du Tigre

Full Mission Simulator Tigre à l’Ecole Franco Allemande. - Base EA.ALAT du Luc photo Quantin Reytinas - Thales

 

18 février 2015 par Aerobuzz.fr

 

L’Organisation Conjointe de Coopération en matière d’Armement (OCCAr) a attribué à Thales, en partenariat avec Rheinmetall Defence Electronics (RDE), un contrat pour la fourniture et la mise à niveau de 20 simulateurs d’hélicoptères de combat Tigre, au bénéfice des forces armées françaises et allemandes.

 

Dans le cadre du contrat, signé avec l’Organisation Conjointe de Coopération en matière d’Armement (OCCAR), fin décembre 2014, Thales et son partenaire Rheinmetall Defence Electronics (RDE), mettront à niveau 18 simulateurs, selon les derniers standards des hélicoptères Tigre. Cette mise à niveau concernera huit simulateurs de mission sur mouvement (FMS, Full Mission Simulator) et dix entraîneurs de procédures cockpit (CPT, Cockpit Procedure trainer) sur trois centres de formation et d’entraînement des forces françaises et allemandes : l’Ecole Franco-Allemande (EFA) pour la formation des équipages Tigre située au Luc et le 5e régiment d’hélicoptères de combat de Pau, en France, ainsi que le 36e régiment d’hélicoptères de combat de Fritzlar, en Allemagne.

 

Thales fournira d’autre part deux nouveaux entraîneurs CPT pour l’entraînement des équipages Tigre français du 1er régiment d’hélicoptères de combat de Phalsbourg.

 

La mise à jour et l’ajout de fonctionnalités pour la simulation des systèmes d’armes, des communications, des liaisons de données, des capteurs (dont le visuel du viseur de casque TopOwl) et pour la modélisation du vol permettront aux forces de disposer de moyens d’entraînement conformes aux dernières versions du Tigre, appui-destruction (HAD, Hélicoptère Appui-Destruction) pour les Tigre français et appui-antichar (UHT,Unterstützungshubschrauber Tiger) pour les Tigre allemands.

 

Thales intègrera sur les nouveaux simulateurs la dernière version de son générateur de forces virtuelles (CGF, Computer Generated Forces) ainsi que de son système de génération d’images et de bases de données, ThalesView. Grâce à ces nouvelles fonctionnalités, l’environnement tactique sera encore plus réaliste et les forces auront la capacité de faire évoluer leurs bases de données pour adapter leur entraînement aux théâtres d’opération sur lesquels elles sont engagées.

 

Le contrat prévoit également le soutien de ces simulateurs pour une durée de dix ans.

 

Partager cet article

Repost0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 12:30
photo F. Robineau / Dassault Aviation

photo F. Robineau / Dassault Aviation

 

17 février 2015 par  Jacques Marouani - electroniques.biz

 

Au sein du GIE Rafale, ce sont 7000 salariés qui sont concernés chez ces trois équipementiers, qui coopèrent par ailleurs avec 500 entreprises sous-traitantes.

 

Thales, Dassault et Snecma (groupe Safran) seront les principaux bénéficiaires de la sélection de l’avion de combat omnirôle Rafale et de la frégate multi-missions Fremm par l’Égypte pour équiper les forces armées de ce pays. Au sein du GIE Rafale, ce sont 7000 salariés qui sont concernés chez ces trois équipementiers, qui coopérent par ailleurs avec 500 entreprises sous-traitantes.

 

Thales estime que les systèmes et équipements qu'il fournit pour le Rafale représentent environ 25% de leur valeur totale du Rafale et 20% de la Fremm.

 

1600 salariés sont concernés à l'usine Thales de Brest qui emploie 1600 personnes, dont 1000 ingénieurs. Celle-ci produit l'un des systèmes de pointe du Rafale.

 

L'officialisation de la vente de 24 appareils à l'Egypte est aussi une excellente nouvelle pour le site Thales d'Etrelles (Ile-et-Vilaine), près de Rennes, qui manquait de contrats à l'export. Une partie des radars équipant le Rafale sera produite dans cette usine. Le site d'Etrelles conçoit notamment le module intégré dans le nez de l'avion. Un composant qui améliore la détection des cibles et élargit le champ de vision. Il est aussi utilisé dans le guidage des missiles.

 

Selon "Le Monde", l'ensemble du contrat est évalué à 5,2 milliards d’euros et comprend cinq volets différents, dont trois majeurs : la vente des 24 Rafale pour le tandem Thales- Dassault Aviation ; celle de la frégate multimission Fremm, fabriquée par DCNS ; et la vente de missiles air-air Mica et de croisière Scalp, produits par MBDA. A ces contrats principaux s’en ajoutent deux autres : l’un avec Sagem, pour les missiles air-sol 2ASM ; l’autre avec le groupe Etienne Lacroix, concernant les systèmes de leurre du Rafale.

Partager cet article

Repost0
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 10:30
Photo F. Robineau, Dassault Aviation

Photo F. Robineau, Dassault Aviation

 

16 février 2015 par Gil Roy – Aerobuzz.fr

 

Le premier contrat export du Rafale a été signé, lundi 16 février 2015, au Caire, avec l’Egypte. Il porte sur 24 exemplaires et prévoit les trois premières livraisons dès cet été. Les 3 suivantes, six mois plus tard. L’Egypte est pressée…

 

Tout est allé très vite dans ce contrat signé avec l’Egypte. Alors que Dassault a remporté l’appel d’offres indien, il y a trois ans, et que la signature du contrat d’achat de 126 Rafale (assorti de 63 options) n’a toujours pas été apposée, l’Egypte n’aura mis que trois mois pour se décider.

« L’ensemble de la profession se réjouit du succès de Dassault Aviation pour la signature du premier contrat à l’export du Rafale. Il s’agit d’un succès éclatant pour l’ensemble de l’industrie aéronautique française, tant pour Safran, Thales, MBDA, que pour les centaines de sous-traitants et fournisseurs du programme Rafale implantés dans de nombreuses régions françaises. Ce sont 7.000 emplois qui sont concernés.  », a déclaré Marwan Lahoud, Président
 du Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (GIFAS). Thales, membre du GIE Rafale aux côtés de Dassault Aviation et de SNECMA (Safran), précise pour sa part, que sa participation représente environ 25% de la valeur totale du Rafale : « Thales équipe cet avion de combat de systèmes lui offrant une capacité multi senseur tels que le RBE2 AESA, premier radar de combat européen à balayage électronique à antenne active, le système de guerre électronique SPECTRA, l’optronique, la suite de communication, navigation, identification, l’avionique et les systèmes de génération électrique ».

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 08:50
The Eyes of the Future RN Carrier Strike Force

Thales UK and Lockheed Martin submitted final offers for the Crowsnest carrier based, Helicopter borne AEW solutions last month, competing for the £500 million ($761 million) contract.

 

Feb 8, 2015 Defence-Update

 

The British MOD is set to select soon the future Airborne Early Warning (AEW) system to be deployed on the future Royal Navy (RN) Queen Elizabeth II aircraft carriers. The Crowsnest airborne surveillance and control (ASaC) program set to become operational in 2019, will providing the Queen Elizabeth Class aircraft carriers an organic air surveillance and battlespace management for the carrier strike force from 2020.

 

Thales UK and Lockheed Martin submitted final offers for the Crowsnest solutions last month, competing for the £500 million ($761 million) contract. Although the two radar systems proposed by the companies are designed for the Royal Navy AgustaWestland EH101 Merlin Mk 2 ASaC helicopters, they are profoundly different in their mission approach, future capabilities and cost. As part of the U.K. defense ministry’s assessment of the two options, both have been flight tested on a Merlin Mk. 2.

As the Sea King family helicopters is due to retire in 2016, MOD is extending the service of a number of the Sea King helicopters operated by 849 Naval Air Squadron through 2018, to prevent a capability gap between the withdrawal of the Sea King ASaC.7 and the introduction of Merlin ASaC.2. 10 of the Merlin helicopters are to be modified to accept the Airborne Surveillance and Control (ASaC) system, configured as ‘roll on/roll off’ kit.

Leading a £750 million ($1.15 billion) upgrade to 30 of the Royal Navy’s legacy Merlin HM1 helicopters, Lockheed Martin UK has been awarded a £24 million contract to run a competition to design, develop and demonstrate Crowsnest. As the company is also one of the competitors for the tender, the Merlin team has to be ‘firewalled’ to prevent leaking commercially sensitive information to Lockheed Martin UK.

The solution proposed by Thales UK recapitalizes existing the Searchwater 2000 radars currently providing the AEW mission for the Royal Navy on board HMS Ocean. These helicopters carry the mechanically rotating radar in a retractable drum-shaped dome lowered into position below the helicopter after takeoff. Positioned below the fuselage, the rotating radar gains unobstructed view of the hemisphere below, thus covering effectively 360 degrees. Thales plans to utilize this system for the new platform, using a modernized and updated radar along with its associated Cerberus mission system – both are currently used on the Sea King ASaC7.


 

Partager cet article

Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 11:55
Le classement des entreprises qui ont profité des milliards de la défense en 2014

Selon le chiffre encore provisoire de la DGA, le montant des exportations a atteint 8,06 milliards d'euros en 2014. (Crédits : DCNS)

 

10/02/2015 Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

En 2014, DCNS a été l'industriel de la défense qui a le plus profité des paiements du ministère de la Défense (2,14 milliards d'euros). Le groupe naval est suivi de près par Airbus Group (1,9 milliard) et le CEA (1,94 milliard).

 

C'est DCNS, qui a décroché en 2014 le pompon dans le cadre de la répartition des paiements de la direction générale de l'armement (DGA) aux industriels de la défense. Soit 11,32 milliards au total à se partager en hausse par rapport à 2013 (10,9 milliards). L'année dernière, le groupe naval a touché 2,14 milliards d'euros de versements de la part de la DGA (contre 1,94 milliard pour Airbus Group en 2013). DCNS, qui avait déjà engrangé 1,82 milliard de paiements en 2013, continue de profiter de l'exécution de ces grands programmes : les frégates FREMM, les sous-marins nucléaire d'attaque (SNA) Barracuda ainsi que de la modernisation des SNLE (sous-marins nucléaires lanceurs d'engins) pour les adapter au dernier standard du missile nucléaire M51.3.

Airbus Group doit se contenter l'an dernier de la deuxième place, le montant des paiements de la DGA restant toutefois stable (1,97 milliard) tandis que le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) complète le podium en 2014 (1,94 milliard). Derrière ce trio de tête, suivent Thales (1,43 milliard, contre 1,47 milliard en 2013), Safran (967 millions, contre 1 milliard en 2013), l'avionneur Dassault Aviation (700 millions, contre 656 millions en 2013), le Centre national d'études spatiales (385 millions, contre 105 millions en 2013), Nexter (330 millions, contre 529 millions en 2013), MBDA (304 millions, contre 498 millions en 2013) et enfin Renault Trucks Defense (94 millions, contre 128 en 2013). Enfin, les autres entreprises se partagent 1,05 milliard d'euros. "Nous sommes au rendez-vous de la base industrielle et technologique de défense", a affirmé le délégué général pour l'armement, Laurent Collet-Billon.

 

Thales à nouveau champion de la R&T

Dans le domaine de la préparation de l'avenir dans le cadre des études amont, c'est une nouvelle fois Thales qui a terminé au premier rang des fournisseurs de la DGA (188 millions, contre 198 millions en 2013) sur un total de 774 millions d'euros investis par le ministère de la Défense (contre 776 millions en 2013). "Un montant juste suffisant", a rappelé Laurent Collet-Billon.

Safran (89 millions, contre 86 millions en 2013) et DCNS (71 millions, contre 52 millions) complètent le podium. Airbus Group (67 millions), Dassault (44 millions), MBDA (42 millions) et Nexter (10 millions) ont également engrangé des paiements de la DGA en 2014.

 

Un report de charges contenu

"Ce résultat est conforme à la loi de programmation militaire, dès sa première année. Il préserve tous les secteurs industriels de défense et permet de développer les technologies et les compétences dont nous aurons besoin demain", a estimé Laurent Collet-Billon, qui a assuré que "le démarrage de la LPM était capital". Tous les grands programmes ont été notifiés, a-t-il rappelé. Enfin, la DGA a passé des commandes majeures pour l'équipement des armées : avions ravitailleurs MRTT (Airbus Group), Scorpion (Nexter, Renault Trucks Defense et Thales), missile nucléaire M51.3 (Airbus Group) et sous-marins d'attaque (SNA) Barracuda (DCNS).

En outre, le report de charges a été stabilisé à 2,3/2,4 milliards d'euros, selon le patron de la DGA. Comment ? La DGA a mis un "léger coup de frein aux engagements", a profité de "bonnes négociations" avec les industriels et surtout a réglé aux fournisseurs une somme de 1,8 milliard d'euros avant le 10 janvier dernier. Pour 2015, Laurent Collet-Billon compte sur les sociétés de projets pour garantir la bonne exécution de la deuxième année de la LPM. "Il faut changer de logiciel sinon on va se prendre le mur budgétaire en pleine poire", a-t-il estimé. D'où le recours aux sociétés de projet, très certainement "une par matériel" : entre 4 et 6 A400M et deux ou trois frégates FREMM.

 

Des exportations à plus de 8 milliards d'euros

Selon le chiffre encore provisoire de la DGA, le montant des exportations a atteint 8,06 milliards d'euros en 2014. Soit une hausse de 17 % par rapport à 2013, qui était déjà une bonne année. Ce montant de plus de 8 milliards est seulement la seconde fois qu'il a été atteint depuis 2000 (en 2009 : 8,16 milliards grâce à l'exportation des Scorpène au Brésil). Une très belle année qui comprend notamment le contrat tripartite Donas entre l'Arabie Saoudite, le financier, le Liban, l'acheteur et la France, le vendeur pour un montant de 3 milliards de dollars... même si les contrats pour les industriels ne sont pas encore entrés en vigueur.

En outre, en moins de six mois, DCNS a vendu au Caire quatre corvettes Gowind de 2.400 tonnes, équipées de son système de combat Setis, pour un montant de 1 milliard d'euros. Airbus Space Systems et Thales Alenia Space ont réussi également à finaliser le contrat de deux satellites d'observation aux Émirats Arabes Unis (EAU) pour un montant de 700 millions d'euros. Airbus Space Systems a également vendu un satellite d'observation au Pérou pour 200 millions d'euros environ. En octobre, Thales a signé un contrat près de 200 millions d'euros portant sur la fourniture d'un système de communications militaires pour le Qatar.

Partager cet article

Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 16:55
La filière Normandie AeroEspace lance 3 projets de performance industrielle GIFAS pour les PME ...

... avec Aircelle(Safran), TE Connectivity et Thales

 

Rouen, le 9 février 2015 – edubourse.com

 

Normandie AeroEspace (NAE) inaugure ce mois de janvier le lancement de 3 nouveaux projets collaboratifs interentreprises de performance industrielle avec une vingtaine d’entreprises de la filière regroupées en trois groupes de travail autour de Aircelle (Safran), TE Connectivity et Thales. Il s’agit d’un nouveau programme d'amélioration de la performance de la Supply Chain aéronautique lancé  au niveau national par le GIFAS et l'association SPACE.

 

Déployé dans les régions aéronautiques majeures, ce programme de performance industrielle a pour objectif d’améliorer la compétitivité des entreprises par une optimisation de leur maturité industrielle et de la relation donneurs d’ordres/fournisseur tout en veillant à l’amélioration des conditions de travail. Il est spécifiquement dédié aux ETI, PME et TPE de la filière afin de capitaliser et développer les emplois dans le secteur aéronautique et spatial.

 

Le succès de ces projets de travail collaboratif repose sur un schéma en réseau avec la constitution de grappes d’entreprises, avec un donneur d'ordre "tête de grappe" et cinq à sept entreprises implantées dans une zone géographique proche. Une fois la grappe composée, une phase de diagnostic individuel permet d'identifier, pour chaque PME, les axes prioritaires d'amélioration (gestion des flux, analyse charge/capacité, etc.) ainsi que les besoins en formation. La prise en compte du facteur humain est également un élément fondamental dans cette démarche.

 

Le premier groupe de travail vient d’être lancé avec Aircelle (Safran) et 7 entreprises aéronautiques : AES, Maugars Industrie, Dedienne Multiplasturgy Group, Metra, Ressorts Masselin, ACB et Sival.

 

Le second groupe de travail sera lancé le 12 mars par TE Connectivity avec les 5 entreprises suivantes : Larger, ETS Jaunet, CMA Vallet, Precicast et APS.

 

Un troisième groupe de travail emmené par Thales est en cours de finalisation et sera lancé dans les prochaines semaines.

 

D’un point de vue opérationnel, chaque partie s’engage à tenir un plan d’actions de progrès bilatérales. Les actions engagées sont ensuite confortées par des formations qui permettent de pérenniser les améliorations. Au final, six mois après la fin de la mission, un expert SPACE revient dans l'entreprise pour s'assurer de la pérennité des actions engagées.

 

 

Normandie AeroEspace, une filière d’excellence : Fondé en 1998, Normandie AeroEspace est le réseau normand des acteurs du domaine aéronautique, spatial, défense et sécurité, participant aux grands projets de demain. Présidé par Philippe Eudeline, le réseau NAE, dont le siège est basé sur le Technopôle du Madrillet (Rouen / 76), est présent en Haute et en Basse-Normandie. Il est aujourd’hui constitué de 103 membres : de grands groupes industriels, de plusieurs aéroports et d’une base militaire, de nombreuses PME et PMI, de différents laboratoires de recherche et d’établissements d’enseignement supérieur. La filière représente globalement plus de 13.500 salariés pour 2 milliards d’Euros de chiffre d’affaires en 2014. 

Partager cet article

Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 13:55
Pastor provides protection against pirates

 

3 February 2015 Berenice Baker

 

The threat of piracy against merchant shipping is growing, and while navies are bolstering their patrols in high-risk areas, they can’t be everywhere, so shipping companies are taking the problem into their own hands. Thales has set out to support them with its Pastor turnkey solution, combining mission-adapted systems and an onboard security team to improve crew and cargo safety, and even reduce insurance premiums.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 08:55
Chaire Cyber Défense

 

source Ecole Navale

 

Le Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale, approuvé par le Président de la République en avril 2013, élève la cyber défense au rang de priorité nationale.

La cyber sécurité, et plus particulièrement la cyber défense, a été identifiée comme un axe stratégique du Livre Blanc Défense et du Pacte d’Avenir Bretagne rendu public en décembre 2013.

Le Pôle d’excellence en cyber défense en Bretagne se structure autour de deux composantes indissociables :

- la première est consacrée à la formation initiale, la formation continue et l’enseignement supérieur,

- l’autre concerne la recherche, garante d’un enseignement supérieur de qualité, et le développement d’un tissu industriel.

Il doit également s’appuyer sur l’organisation technico-opérationnelle pour mettre en place les plates-formes nécessaires à la formation, l’entraînement à la gestion de cyberattaques et l’expérimentation de nouveaux produits de sécurité informatique.

La composante navale de la cyber défense constitue l’un des axes essentiels au développement de telles compétences. L’École navale, TELECOM Bretagne, DCNS etTHALES ont depuis une vingtaine d’années une tradition d’échanges scientifiques et de collaborations dans les domaines des systèmes navals, des systèmes d’informations et de télécommunications. Les quatre partenaires créent, à l’automne 2014, avec le soutien de la région Bretagne et sous le haut patronage de l’Officier Général Cyber, une chaire dans le domaine de la cyber défense des systèmes navals dont le titulaire est le Dr. Patrick Hébrard.

  • PNG - 9.7 ko
  • PNG - 8.3 ko
  • PNG - 7 ko
  • PNG - 4.2 ko

Pour l’École navale, ce projet devrait permettre de développer une expertise au profit de la formation des élèves-officiers ingénieurs et des officiers SIC de la Marine nationale tout en renforçant les partenariats dans le domaine de la recherche avec les industriels du monde naval et le domaine du maritime civil.

Pour TELECOM Bretagne, ce projet d’inscrit dans une démarche de renforcement des activités dans le domaine de la cyber sécurité et son élargissement au domaine du naval (en savoir +).

Pour DCNS, il constitue un élément de concrétisation de sa politique de recherche et d’innovation en structurant des partenariats avec les acteurs académiques d’excellence dans ses domaines d’activités (en savoir +).

Pour THALES, il constitue un élément de concrétisation de sa politique de recherche et d’innovation en structurant des partenariats avec les acteurs académiques d’excellence dans ses domaines d’activités (en savoir +).

Cette chaire cyber défense constituera une plateforme de diffusion et de valorisation des résultats des recherches et des projets développés, tant sur le plan national qu’international, au profit des partenaires.

Les activités de la chaire prendront la forme de façon privilégiée de thèses de doctorat et de post-doctorat dont les modalités seront définies par le comité exécutif.

Le Programme Technique de la Chaire est organisé en un ensemble d’activités réparties entre l’École navale, TELECOM Bretagne, DCNS et THALES.

Partager cet article

Repost0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 17:20
i-FMS 200 logiciel – photo Thales

i-FMS 200 logiciel – photo Thales

 

4 février Aerobuzz.fr

 

Thales a été choisi par Northrop Grumman Corporation pour lui fournir son logiciel de système de gestion du vol (FMS), l’i-FMS 200. Ce logiciel sera intégré à l’avionique de mission fournie par Northrop Grumman pour moderniser les hélicoptères UH-60L Black Hawk. La version modernisée des hélicoptères Black Hawk portera le nom de UH-60V.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 18:55
photo Tronics Microsystems

photo Tronics Microsystems

 

02 février 2015 Par Ridha Loukil - Usine Digitale

 

A l’occasion de son entrée en bourse, le fabricant français de Mems professionnels Tronics Microsystems reçoit le soutien de l’un de ses grands clients : Thales. Pour l’accompagner dans son développement, l’équipementier d’électronique et de défense compte prendre 16,3% de son capital.

 

Dans son plan de croissance, Tronics Microsystems a le soutien d’un industriel, et pas des moindres : Thales. A l’occasion de son entrée en bourse sur le marché de l’Euronext de Paris, il devrait recevoir de l’équipementier d’électronique et de défense 6 millions d’euros des 9,1 à 12 millions qu’il espère lever lors de cette opération. De quoi assurer à Thales 16,3% du capital du petit fabricant français de Mems professionnels, sur la base basse de la fourchette.

Ce soutien conforte la stratégie de diversification de Tronics Microsystems. Créée en 1997, à Crolles, près de Grenoble, cette PME de 88 personnes réalise des Mems à la demande faisant office de capteurs (accéléromètre, gyromètre et magnétomètre) fabriqués en silicium comme des puces électroniques. Mais, contrairement à STMicroelectronics ou Bosch, focalisés, eux, sur le marché grand public, elle s’adresse aux applications professionnelles à hautes performances. "Nous sommes le seul acteur en Europe avec ce positionnement, revendique son CEO, Pascal Langlois. Dans le monde, nous affrontons des concurrents américains comme Honeywell ou Analog Devices."

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 12:55
Base aérienne 942 : dissolution du site de permanence du Mont Thou

 

28/01/2015 Armée de l'air

 

Le 22 janvier 2015, le site de permanence du Mont Thou a tiré sa révérence, au cours d’une cérémonie organisée sur la base aérienne 942 de Lyon Mont-Verdun. Le radar de surveillance de l’espace aérien Palmier y était installé.

 

Pendant près de 44 ans, des générations de permanents mécaniciens veilleront jour et nuit sur « leur » radar, lui assurant un taux de disponibilité supérieur à 80%. Près de 32 000 aviateurs se sont succédé, animés d’une conscience professionnelle remarquable, et conscients de l’importance de ce radar pour les missions du centre de détection et de contrôle et du centre national des opérations aériennes.

 

Mais l’histoire du Mont Thou n’est pas terminée pour autant. En effet, l’armée de l’air a décidé de remplacer le radar Palmier par le fleuron des radars de nouvelle génération : le GM406, dont l’installation est prévue courant 2018.

 

 

Un peu d’histoire…

 

La genèse de ce radar remonte au milieu des années 1950, période à laquelle l’état-major de l’armée de l’air est confronté à la problématique de la couverture radar du territoire national et de ses approches frontalières.

 

La région lyonnaise présentant un véritable intérêt, notamment vis-à-vis d’un important trou de détection dans le couloir austro-suisse, des travaux sont initiés en 1969 sur le Mont Thou. L’armée de l’air opte pour les performances du radar Palmier. D’une portée de 450 km et jusqu’à 100 000 pieds d’altitude, l’ensemble constitue le premier radar volumétrique de grande portée protégé contre le brouillage.

 

En 1972, afin de protéger l’antenne des intempéries, un radôme y est installé, formant la fameuse boule blanche visible dans toute la région. Point de repère pour les uns, source de fantasme pour les autres, depuis plus de quarante ans ce radôme fait partie intégrante de l’environnement visuel des Lyonnais.

 

Un deuxième émetteur, nommé ARES, est ajouté en 1979. Il confère à l’antenne une plus grande  précision ainsi qu’une meilleure résistance aux tentatives de brouillage, notamment au largage de leurre par les avions. Cette version permettra d’ailleurs à Thomson-CSF, développeur du Palmier, de remporter le concours Otan pour l’équipement des stations de longue portée.

 

Malheureusement, en avril 2012, des soucis techniques ont mis fin brutalement au fonctionnement de ce radar, scellant définitivement son sort. Jusqu’au 11 novembre 2014, les permanents mécaniciens radar continueront néanmoins à monter leurs permanences, avant de déménager au fort du Mont-Verdun, au plus près de l’autre radar.

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 17:55
Thales, l'assurance vie de Dassault

 

28 janvier 2015 par Hassan MEDDAH  - L'Usine Nouvelle n° 3408

 

ENQUÊTE  Actionnaire de référence de Thales, le groupe d’électronique militaire, au côté de l’État, Dassault maîtrise ainsi l’évolution du Rafale. Et joue un rôle central dans l’industrie de défense française.

 

Dans la campagne de Limours (Essonne), le bâtiment du groupe Thales paraît perdu au milieu de nulle part. Un détail trahit l’activité du site : au sommet de l’édifice principal, une antenne de radar tourne inlassablement. D’autres équipements, invisibles depuis le parking, ont eux aussi été installés sur les toits, l’endroit idéal pour réaliser des tests avant la livraison aux clients. La France vient justement de commander 16 radars – dont certains sont capables de détecter un appareil à plus de 400 km de distance ! – pour assurer la surveillance du territoire.

 

Le site de Limours avec ses 800 salariés, majoritairement des ingénieurs, est à l’image de sa maison mère : discret et pourtant indispensable aux grands programmes français de défense. Thales, dont l’effectif de la force de frappe compte 25 000 ingénieurs, c’est tout simplement le champion hexagonal de l’électronique de défense. Ses technologies sont au cœur des systèmes de combat du pays : Rafale, défense anti-aérienne, sous-marins nucléaires… L’électronicien occupe une position incontournable dans l’industrie de défense tricolore.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 17:55
Les microcontrôleurs de STMicroelectronics obtiennent le label « France cybersécurité »

 

23 janvier 2015 par Jacques Marouani - electroniques.biz

 

Axelle Lemaire a remis le label France Cybersécurité à 24 produits et services conçus par 17 entreprises françaises. Dans la liste des lauréats figurent également Atos, Orange Cyberdefense, Thales, Bertin Technologies, C-S Systèmes d'Information et Ingenico.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 12:54
Le siège social de DCNS à Paris (Crédits DCNS)

Le siège social de DCNS à Paris (Crédits DCNS)

 

23/01/2015, Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le groupe naval devrait enregistrer des pertes de 300 millions d'euros en 2014. La contribution de DCNS à l'EBIT de Thales qui est actionnaire à hauteur de 35%, sera négative d'environ 100 millions d'euros.

 

Ce n'est pas une surprise. DCNS, dont Thales est actionnaire à hauteur de 35%, estime  que l'exercice 2014 devrait se solder par une perte nette de l'ordre de 300 millions d'euros, compte tenu de l'enregistrement de charges et provisions complémentaires, ainsi que l'avait révélé "La Tribune". Le groupe naval a mené au cours des derniers mois un examen approfondi de la situation financière et contractuelle de plusieurs activités et programmes complexes qui connaissent des difficultés. Les principales conclusions de ces audits ont été communiquées aux instances de gouvernance de DCNS.

Pour Thales, qui consolide DCNS par mise en équivalence, la contribution de DCNS à l'EBIT du groupe d'électronique "serait ainsi négative d'environ 100 millions d'euros sur l'exercice 2014, contre une contribution attendue proche de l'équilibre (et une contribution positive de 40 M€ en 2013)", a expliqué Thales dans un communiqué publié ce vendredi. Hors cet impact exceptionnel, Thales confirme que sa performance en 2014 devrait être conforme aux objectifs annoncés d'une stabilité des prises de commandes et du chiffre d'affaires et d'une progression de 5 à 7% de l'EBIT. La publication des comptes consolidés de l'exercice 2014 arrêtés par le conseil d'administration est prévue le 26 février 2015

 

Le nucléaire civil plombe DCNS

Sur la base des éléments fournis au comité central d'entreprise (CCE), les difficultés sur certains programmes se concentrent dans les activités de diversification dans l'énergie, essentiellement dans le nucléaire civil. L'ampleur des difficultés d'exécution rencontrées par DCNS depuis 2013 devrait conduire "à revoir significativement à la hausse les coûts à terminaison des projets en cours", notamment le réacteur de recherche Jules Horowitz pour le Commissariat à l'Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA), a expliqué Thales.

Sur les programmes navals, les audits ont mis en évidence une augmentation des coûts à terminaison, tout particulièrement sur le programme de sous-marins nucléaires d'attaque Barracuda pour la France.

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 12:50
Thales tests touch interaction solutions in harsh environments

 

7 janv. 2015 Thales

 

Touch screens have become ubiquitous in the consumer market. They will form an integral part of future cockpits and Thales is already working on their implementation so that pilots enjoy simpler and more intuitive interfaces. But positioning touchscreen technology in an aircraft requires certain specificities.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories