Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 10:55
The Battle Of The Somme - Attack Of The Ulster Division - By J. P. Beadle (Cranston Fine Arts)

The Battle Of The Somme - Attack Of The Ulster Division - By J. P. Beadle (Cranston Fine Arts)


01.07.2015 source SHD
 

1er juillet 1097 : bataille de Dorylée (Turquie actuelle). Les combattants de la première croisade (Godefroy de Bouillon, Tancrede de Hauteville, Bohémond de Tarente,…) après avoir pris Nicée quelques jours plus tôt, se dirigent vers Dorylée où les attend Kilidj Arslan, sultan de Roum. Ce dernier sous-estime la nouvelle croisade après sa victoire sur la croisade populaire à Civitot (1096) et ne s’attend pas à une forte résistance. Il mise sur l’embuscade qu’il tend à l’avant-garde des croisés en zone montagneuse. Dans un premier temps, Bohémond est submergé et forme le cercle en attendant les renforts qu’il a demandés par messagers dès le début de l’embuscade. Les puissantes charges de sa cavalerie franque sont sans effet sur  les archers montés turcs qui pratiquent le harcèlement. Dès l'annonce de la bataille par les messagers de Bohémond, la chevalerie des autres corps se précipite en plusieurs escadrons vers le champ de bataille (laissant en arrière l'infanterie) et oblige Arslan à se replier. Il choisit de se retrancher sur des hauteurs qu’il pense imprenables. Or, les croisés se réorganisent très rapidement et démontrent une belle coordination en attaquant sa position selon quatre axes différents au même moment. L’attaque est victorieuse et les forces turco-arabes complètement défaites.

 

1er juillet 1690 : bataille de Fleurus (Belgique). « La bataille remportée à Fleurus près de Charleroi (lieu de la bataille du même nom de 1794 et de celle de Ligny de 1815) est le chef-d’œuvre tactique du maréchal de Luxembourg et la plus nette victoire de celles remportées sur le front des Pays-Bas espagnols par celui qui fut surnommé le « Tapissier de Notre-Dame » (les emblèmes pris à l’ennemi étant suspendus dans la cathédrale de Paris lors des traditionnels Te Deum). Face à une armée alliée trop attentiste, Luxembourg, en adepte de l’offensive et de la prise de risque, décide de scinder ses 40 000 hommes et de lancer un vaste mouvement tournant pour prendre à revers la gauche adverse. Il y parvient après avoir masqué la marche de sa colonne et rompt presque complètement le dispositif ennemi. Un corps d’infanterie hollandaise formé en carré refuse de se rendre et offre une ferme résistance dont seule l’artillerie et la cavalerie françaises viennent à bout dans le sang. L’armée du prince de Waldeck a perdu de 15 à 20 000 tués, blessés et prisonniers, soit la moitié de ses effectifs ». M. Bertrand Fonck (SHD).

 

1er juillet 1911 : coup de force d'Agadir (Maroc). L'empire allemand cherchant à faire pression sur la France pour obtenir des possessions coloniales en Afrique, envoie la canonnière Panther dans la baie d'Agadir. Le différend est réglé à l'issue de tractations internationales où l'Entente cordiale (France et Grande-Bretagne) fait face à l'empire allemand. Ce dernier obtient en guise de compensations des terres d'Afrique équatoriale permettant d'agrandir le Cameroun allemand. La guerre est évitée pour un temps.

 

1er juillet 1916 : hécatombe britannique lors de la bataille de la Somme. 20 000 soldats britanniques sont tués en une seule attaque alors qu’ils avancent à découvert vers les tranchées allemandes qu’ils pensent ravagées par une semaine de bombardement.

 

Note RP Defense:

voir The Battle of the Somme

 voir La bataille de la Somme (juillet 1916)

1er juillet 1944 : Garbo trompe les Allemands au sujet des V1. « A cette date, 2415 V1 ont été lancés sur Londres. L’analyse des impacts montre que si 27% des engins atteignent Londres, les autres sont tombés au sud-est de l’agglomération avec des effets limités. Les Allemands tirent donc trop court et à droite. Dès le début de la campagne, les agents doubles, en particulier Garbo et sa vingtaine d’agents fictifs, sont mis à contribution. Les responsables civils et militaires des plans de déception décident d’indiquer obligeamment à l’Abwehr, en se fondant sur l’heure d’impact de nombreux V1 tombés au sud-est de Londres, que ceux-ci ont atteint le centre de la cité. Les Allemands sont donc encouragés à maintenir tel quel leurs réglages. Les Britanniques contrôlent l’efficacité de la ruse en décryptant le trafic de l’Abwehr et celui du régiment lançant les engins. Bien que certains V1 soient équipés de radio-balise permettant de suivre leur trajectoire, les Allemands donnent la priorité aux informations de Garbo en cas ce contradiction, tant la fiabilité de Garbo, Brutus et Tricycle, est grande à leurs yeux. Cette ruse sera reconduite dans le cas des V2.

Source : British Intelligence in the second World War, volume 5 ». Guy Malbosc

 

1er juillet 1945 : création de l’ESMIA à Coetquidan. L’école spéciale militaire interarmes est créée à Coetquidan pour héberger l’ESM (bâtiments de St Cyr l’école détruits en 1944) et accueillir les différentes écoles de cadres créées durant la guerre.

 

Note RP Defense: voir L'ECOLE MILITAIRE INTERARMES ET L'ECOLE SPECIALE MILITAIRE DE SAINT-CYR A COETQUIDAN DE 1945 A NOS JOURS

 

1er juillet 1968 : Signature du traité de non-prolifération nucléaire (TNP). « Il engage les cinq États dotés de l’arme nucléaire (EDAN) — États-Unis, URSS, Royaume-Uni, Chine et France — à ne pas diffuser les technologies nucléaires militaires à d’autres États. La France ratifie le traité sur la non-prolifération nucléaire (TNP) en 1992 ». (DGRIS/PROLIF)

Partager cet article

Repost0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 12:55
Plateau d'Albion : visite des représentants de la Conférence du désarmement de Genève

Sur l’un des silos se trouve aujourd’hui un observatoire astronomique, et un laboratoire souterrain à bas bruit remplace un ancien poste de commandement et de tir. Photo Observatoire SIRENE

 

19/06/2015 Marine Picat  -  DICoD

 

Le 18 juin 2015, des représentants de la Conférence du désarmement de Genève ont visité les installations nucléaires militaires démantelées du plateau d’Albion, au carrefour de la Drôme, du Vaucluse et des Alpes-de-Haute-Provence. Cette visite était organisée dans le cadre des efforts de transparence menés par la France en matière de désarmement nucléaire.

 

Jeudi 18 juin, des représentants d’une trentaine d’États membres de la Conférence du désarmement (CD) de Genève ont visité les installations nucléaires militaires démantelées du plateau d’Albion. Cette visite, organisée dans le cadre des efforts de transparence de la France en matière de désarmement nucléaire, a permis aux visiteurs de constater les transformations opérées.

 

Plateau d'Albion : visite des représentants de la Conférence du désarmement de Genève
Plateau d'Albion : visite des représentants de la Conférence du désarmement de Genève
Plateau d'Albion : visite des représentants de la Conférence du désarmement de Genève
Plateau d'Albion : visite des représentants de la Conférence du désarmement de Genève

À la fin des années 90, les anciens silos des missiles balistiques intercontinentaux et les installations de commandement et de tir du plateau d’Albion sont démantelés, puis reconvertis pour des activités civiles ou militaires conventionnelles. Sur l’un des silos se trouve aujourd’hui un observatoire astronomique, et un laboratoire souterrain à bas bruit remplace un ancien poste de commandement et de tir.

 

Ces transformations soulignent l’exemplarité de la France en matière de transparence. En février dernier, le président de la République, François Hollande, avait appelé tous les États disposant de l’arme nucléaire à faire le même effort de vérité.

 

L'engagement français en matière de transparence nucléaire

 

Dès 1996, la France décide d’abandonner la composante nucléaire terrestre de sa dissuasion. En 2008 et 2009, elle ouvre les portes de ses anciennes installations de production de matières fissiles pour les armes nucléaire de Pierrelatte (Drôme) et Marcoule (Gard). En avril 2015, les représentants de la CD de Genève ont pu franchir les portes de la base aérienne 116 de Luxeuil afin de se rendre dans les anciens dépôts de munitions d’armes nucléaires et dans les anciennes installations de l’escadron de chasse La Fayette.

Partager cet article

Repost0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 07:55
Visite des installations militaires reconverties du plateau d’Albion


18/06/2015 Ministère de la Défense - MAE

 

Dans le cadre de ses efforts de transparence en matière de désarmement, la France a organisé aujourd’hui une visite des installations nucléaires militaires démantelées du plateau d’Albion (Vaucluse). Des représentants d’une trentaine d’États membres de la Conférence du désarmement ont ainsi visité les sites des anciens silos des missiles balistiques intercontinentaux et des installations des commandement et de tir, aujourd’hui démantelés et reconvertis pour des activités civiles ou militaires conventionnelles. Ils ont pu constater les effets concrets de la décision prise par la France en 1996 d’abandonner la composante nucléaire terrestre de sa dissuasion.

Cette visite, annoncée par le Président de la République à Istres le 19 février dernier, constitue une nouvelle marque de l’exemplarité de la France en matière de transparence, avec l’ouverture de la base aérienne de Luxeuil en avril. Le Président de la République avait appelé tous les États disposant de l’arme nucléaire à faire le même effort de vérité, souhaitant que la visite de nouveaux sites français « inspire l’attitude d’autres puissances nucléaires, avec des visites auxquelles nos experts pourront également se rendre ».

En 2008, la France avait déjà ouvert les portes de ses anciennes installations de production de matières fissiles pour les armes nucléaires de Pierrelatte et Marcoule à plus d’une quarantaine de représentants d’États membres de la Conférence du désarmement, puis en 2009 pour plus d’une vingtaine d’experts non gouvernementaux et une trentaine de journalistes français et étrangers. La France avait été le premier État doté d’armes nucléaires à prendre une telle mesure de transparence.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 17:30
Qatar hosts annual NATO conference on proliferation challenges

 

04 Mar. 2015 NATO

 

Participants from nearly 50 nations across five continents met in Doha, Qatar on 1-3 March to discuss current threats and challenges posed by the proliferation of weapons of mass destruction (WMD) including in the Middle East and Asia. The event provided an informal forum to exchange views on key issues ahead of the 2015 Nuclear Non-proliferation Treaty Review Conference in spring.

 

The three-day event marked the very first time that the Annual NATO Conference on WMD Arms Control, Disarmament and Non-Proliferation was held outside Europe and was hosted by a partner from the Gulf. It is one of NATO’s largest outreach activities involving Alliance member states as well as partners from around the world.

“This conference is a strong demonstration of the important role that NATO attributes to engaging with partner countries here in the Gulf region,” said NATO Deputy Secretary General Ambassador Alexander Vershbow. “The case of Syrian chemical weapons shows that it is possible to meet non-proliferation challenges … Further success will require two things: first, all countries and all international institutions must play their rightful part. And second, we need an open and frank debate on what the challenges are and how we can address them.”

Other key speakers included the Defence Minister of Qatar, Major General Hamad bin Ali Al Attiyah, NATO Deputy Secretary General Alexander Vershbow, the UN High Representative for Disarmament Affairs, Angela Kane, and Lord Desmond Browne, former UK Secretary of Defence.

 “This first NATO WMD conference in the region reflects the full commitment of ICI partners and Qatar to increased cooperation with NATO in the fight against WMD proliferation and terrorism and to peace and security in the region,” said Major General Hamad bin Ali Al Attiyah. “The meeting comes in times of serious turmoil in the Middle East challenged by regional conflicts and terrorism,” he added.

“The security situation in both the East and the South is of particular importance for NATO Allies,” said Ambassador Sorin Ducaru, NATO Assistant Secretary General for Emerging Security Challenges. “These new challenges have been addressed by NATO in a very timely manner at the Wales Summit in September 2014 where NATO leaders reaffirmed that the proliferation of WMD and means of delivery both by states and non-state actors continues to be a serious threat of global scope,” he also stated.

 

The future of the Nuclear Non-Proliferation Treaty (NPT)

Weapons of mass destruction remain a pressing security issue worldwide despite the existence of major non-proliferation treaties and disarmament conventions in the fields of nuclear, chemical and biological weapons – as not all countries are yet parties to these instruments.

NATO’s WMD conference prepared the discussions for the 2015 NPT Review Conference, which will take place at the United Nations Headquarters in New York on 27 April - 22 May and will bring together all the NPT states to review the implementation of the treaty.

The discussion also addressed the conventions prohibiting chemical and biological weapons, and the challenges created by the nexus between technological change, terrorism and WMD proliferation.

 

Dealing with CBRN risks

 

“There is a growing concern that chemical, biological, radiological and nuclear (CBRN) material, still not all fully accounted for in Syria and Iraq, as well as remaining material in Libya could be used by terrorist organisations, such as ISIL and Al Qaida, as ’weapons of terror’ both in countries of the region, as well as beyond,” said Wolfgang Rudischhauser, Head of the NATO WMD Non-Proliferation Centre.

NATO is engaging its wide network of partners in practical cooperation on CBRN risks and nuclear security.

Last December, for example, a CBRN training course, open to all countries of the Gulf Cooperation Council, was hosted by Kuwait.

Also in 2014, the NATO Science for Peace and Security (SPS) Programme supported a training course, led by Italy and Morocco, to introduce diplomats, army and internal security officers from Morocco and Algeria to the key concepts of nuclear non-proliferation, security and safety. Coming up in June this year, an event involving Allies and partners will be organised in Vyškov, the Czech Republic, on how best to cope with new challenges in the area of CBRN defence.

Other SPS activities seek to improve resilience to nuclear and other weapons through training and multi-year projects in both NATO and partner countries.

 

---

 

Previous NATO conferences on the challenges of WMD proliferation were held in Italy (2004), Bulgaria (2005), Lithuania (2007), Germany (2008), Poland (2009), the Czech Republic (2010), Norway (2011), Hungary (2012), Croatia (2013) and Switzerland (2014).

Qatar is one of four countries – along with Bahrain, Kuwait and the United Arab Emirates – participating in NATO’s Istanbul Cooperation Initiative (ICI). Launched in 2004, ICI seeks to promote political consultation and practical cooperation between NATO and countries in the Gulf region.

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 12:40
Les USA pas prêts à participer au contrôle des armes bactériologiques (Lavrov)

 

MOSCOU, 19 novembre - RIA Novosti

 

Les Etats-Unis n'ont pas l'intention de participer au combat contre les armes bactériologiques, a déclaré le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov dans un entretien au journal Nezavissimaya Gazeta.

 

"Malheureusement, s'agissant des armes biologiques (pour lesquelles, soit dit en passant, il n'existe pas de mécanisme d'encadrement), nos partenaires américains ne sont pour le moment pas très enclins à faire un pas dans la voie d'un contrôle multilatéral, ce qui aurait été pourtant très pratique", a affirmé le ministre.

 

Et d'ajouter que la Russie soutenait la mise en place de mécanismes extrêmement précis visant à contrôler ces armes de destruction massive, qui représentaient pour Moscou une "ligne rouge absolue".

 

"Nous participons sans exception à tous les structures internationales visant à empêcher la violation des régimes, que ce soit à propos des armes nucléaires, chimiques ou biologiques. Dans le cadre du Traité sur la non prolifération des armes nucléaires (TNP) ou de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques et bactériologiques, nous avons un rôle actif et cherchons à ce que ces mécanismes dits de vérification soient très clairement rétablis", a précisé le haut responsable russe.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories