Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:20
Le gouvernement [canadien] repousse d’un an sa décision d’achat de nouveaux avions de chasse

 

27 mars 2014 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Dans une mise à jour publiée sur son site Internet, Travaux publics et services gouvernementaux Canada indique que désormais, la première livraison d’avions chasseurs prévue est passée de 2017 à 2018.

 

Ainsi, les quatre premiers F-35, si la décision de maintenir l’achat des avions de Lockheed Martin est maintenue, ne seraient pas livrés avant 2018.

Cela pose donc certaines questions étant donné que la mise en œuvre du projet de remplacement des CF-18 doit s’échelonner sur un certain nombre d’années, si bien que de nouveaux avions seront déjà en service alors que d’autres ne seront pas encore acquis. En 2020, les CF-18 auront atteint leur fin de durée de vie utile, et l’Aviation royale canadienne n’aura théoriquement reçu que 20 F-35, les quatre derniers devant être livrés en 2024.

Cela veut donc dire que le contrat de «financement intégral» pour les 65 avions doit être passé au plus tard en 2016, et donc une décision d’achat avant. Des experts s’attendaient à ce qu’une décision soit prise en 2013, avec une signature de contrat en 2014, mais avec la reprise à zéro du processus de remplacement de la flotte de CF-18, le gouvernement ne veut pas prendre de décision finale tant que son «Plan à sept volets» ne sera pas achevé.

 

 

Dans sa «Mise à jour annuelle de 2013», le Secrétariat national d’approvisionnement en chasseurs (SNAC) indique qu’en retardant le profil d’achat d’un an, la Défense nationale bénéficierait d’une économie du coût d’acquisition d’environ 160 millions $, mais qu’en contrepartie, il s’ensuivra une hausse des coûts du soutien.

En interview téléphonique pour 45eNord.ca, la porte-parole en matière de défense du NPD Elaine Michaud s’est dite peu surprise de cette décision de repousser l’échéancier. «C’est une situation préoccupante, a dit la députée. Il faudrait que le processus soit beaucoup plus transparent et ouvert qu’il ne l’est. [...] Des sommes considérables sont en jeu et le gouvernement nous cache des informations juste avant les prochaines élections».

Le rapport définitif de l’Aviation royale canadienne sur l’analyse complète des capacités, des coûts et des risques liés à chaque option est en cours d’examen par le SNAC et devrait être rendu public dans les prochains mois, si tout va bien.

Partager cet article

Repost0
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 12:20
Le gouvernement fédéral créé un institut provisoire d’analyse de la défense

 

20 février 2014  par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Alors qu’elle participait au au Symposium on Making Defence Procurement Work for Canada, organisé par l’Université de Calgary et l’Institut canadien de la défense et des affaires étrangères, la ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux Diane Finley a annoncé la création d’un institut d’analyse de la défense provisoire, l’un des éléments clés de la nouvelle Stratégie d’approvisionnement en matière de défense du Canada.

 

«Deux semaines à peine après le lancement de Stratégie d’approvisionnement en matière de défense, c’est avec plaisir que je vous annonce la mise sur pied, dès aujourd’hui, de l’Institut d’analyse de la défense», a donc déclaré la ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux.

La création de cet institut provisoire donne suite à la recommandation du rapport Jenkins concernant la mise sur pied par le gouvernement du Canada d’un institut indépendant d’analyse de la défense, dirigé par un tiers, pour mieux éclairer l’approvisionnement à l’avenir et appuyer l’examen et la validation des capacités industrielles clés.

«L’institut d’analyse de la défense parachèvera le travail d’analyse des capacités industrielles clés effectué par le gouvernement et mesurera le rendement des retombées éventuelles de la Stratégie d’approvisionnement en matière de défense. L’institut permettra de tirer parti de l’expertise de l’industrie et du milieu universitaire pour prendre des décisions mieux éclairées relatives à nos acquisitions», a dit pour sa part James Moore, ministre de l’Industrie.

La ministre Finley a également dévoilé la composition du conseil d’administration de l’institut provisoire:

  • Tom Jenkins, président de la société OpenText, nommé président de l’institut d’analyse de la défense provisoire;
  • Tim Page, président de l’Association des industries canadiennes de défense et de sécurité (AICDS);
  • Christyn Cianfarani, directrice, Programmes gouvernementaux, recherche et développement, et propriété intellectuelle, CAE inc.;
  • Iain Christie, premier vice-président de l’Association des industries aérospatiales du Canada;
  • Peter Gartenburg, vice-président, Centre des opérations d’Ottawa, L-3 Communications;
  • Craig Stone, directeur des programmes d’études et doyen agrégé des Arts, Collège des Forces canadiennes;
  • David Bercuson, directeur du Centre for Military and Strategic Studies de l’Université de Calgary;
  • Janice Stein, directrice, École Munk des affaires internationales, Université de Toronto;
  • Louis Bélanger, professeur titulaire de science politique à l’Université Laval et directeur de l’Institut québécois des hautes études internationales.

Changement important et attendu sur le mode d’acquisition du matériel militaire par le gouvernement du Canada, la Stratégie d’approvisionnement en matière de défense comporte trois grands objectifs: fournir le bon équipement aux Forces armées canadiennes et à la Garde côtière canadienne en temps opportun, tirer parti de nos achats de matériel de défense pour créer des emplois et assurer la croissance économique au Canada, et simplifier les processus d’approvisionnement en matière de défense.

L’institut provisoire aura pour mandat d’effectuer des analyses spécialisées définissant les divers aspects du processus d’approvisionnement militaire. Il s’occupera notamment de ce qui suit :

  • assurer le développement et le maintien des capacités industrielles clés;
  • effectuer la recherche et faire des observations sur la base industrielle de la défense canadienne;
  • communiquer de l’information sur les débouchés relatifs au marché mondial de l’exportation, y compris sur les tendances et les enjeux des marchés étrangers de la défense;
  • éclairer le gouvernement sur les tendances technologiques en matière de défense à l’échelle internationale et la capacité de l’industrie canadienne à développer de nouvelles technologies dans ces secteurs.

«Cet institut viendra en aide dès maintenant au gouvernement et aux participants en s’assurant de mettre à leur disposition la capacité requise pour la collecte des données et l’analyse à l’appui de la nouvelle stratégie d’approvisionnement en matière de défense. L’institut veillera aussi à mener à bien les objectifs de la stratégie», a déclaré Tom Jenkins, président de la société OpenText.

Pour Tim Page, président de l’Association des industries canadiennes de défense et de sécurité, s’est dit «heureux de participer» à cet institut provisoire, lui qui représente un millier de membres du milieu des affaires du secteur de la défense et de la sécurité.

Dans un courriel envoyé à 45eNord.ca, un porte-parole de Travaux Publics et Services Gouvernementaux Canada a précisé que «le gouvernement du Canada a demandé aux membres du conseil intérimaire de revenir avec leur proposition [sur la formule idéale d'un institut permanent] d’ici la fin de l’année 2014, après quoi [cet] institut permanent sera établi».

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories