Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 11:55
Regiment de la marine (1757) - Planche extraite des Troupes du roi, infanterie française et étrangère, 1757, tome 1. Musée Armée

Regiment de la marine (1757) - Planche extraite des Troupes du roi, infanterie française et étrangère, 1757, tome 1. Musée Armée


16.12.2016 source JFP
 

16 décembre 1690 : création des compagnies franches de la Marine. Par ordonnance, 82 compagnies franches sont créées. Représentant 8200 hommes, elles constituent l’infanterie de Marine dont les missions sont celles des fantassins, artilleurs de marine et hommes de bord. Les prémices de l’infanterie de Marine datent cependant de 1622.

 

16 décembre 1793 : assaut final sur Toulon. Au terme d’un siège commencé en septembre et au cours duquel le jeune capitaine Napoléon Bonaparte, imposé par Robespierre, a pu faire preuve de son génie militaire, l’assaut final est donné par les troupes de la Convention contre les insurgés royalistes appuyés par un contingent britannique. Le corps à corps dure toute la nuit et Bonaparte est blessé d'un coup d'esponton à la cuisse par un sergent britannique. Au matin, la position du "Petit Gibraltar" qui commande l’accès à la ville est prise. Durant les 3 jours suivant cet assaut, une sanglante répression est menée à laquelle Bonaparte n’assiste pas. Il est devenu entretemps général et a été appelé au commandement de l’artillerie de l’armée d’Italie. Le 4 nivôse de l'An II (24 décembre 1793) la Convention vote un décret disposant que : « Le nom infâme de Toulon est supprimé. Cette commune portera désormais le nom de Port-la-Montagne ».

 

16 décembre 1796 : Hoche appareille pour l’Irlande (Brest). Le vice-amiral Morard de Galles embarque l’armée du général Hoche (15 000 hommes) à bord d’une cinquantaine de navires pour appuyer la révolte irlandaise contre les Anglais. Le mauvais temps fait échouer le projet de débarquement et coûte 7 bateaux à la flotte.

 

16 décembre 1835 : création d’une nouvelle Légion étrangère. « Par une ordonnance de Louis-Philippe, sur un conseil d’Adolphe Thiers. Après avoir cédé à l’Espagne, le 29 juin 1835, ses 6 bataillons de Légion étrangère (celle de 1831 sous les ordres du général Bernelle), cette nouvelle Légion voit réellement le jour le 3 février 1836, à Pau. Elle est considérée comme une réserve pour les unités engagées au-delà des Pyrénées mais la révolution espagnole d’août 1836 change son destin : Adolphe Thiers est limogé et le cabinet qui lui succède stoppe l’envoi de renfort dès la fin août. La « nouvelle Légion » composée d’un bataillon à 4 compagnies embarque pour l’Algérie sous les ordres du chef de bataillon Bedeau. Quant aux bataillons cédés à la couronne espagnole, ils sont licenciés en décembre 1838 ». CNE J-B P. (COMLE).

 

16 décembre 1838 : bataille de la blood river (Afrique du Sud). Les Afrikaners ou Boers en gagnant l'intérieur des terres pour fuir la colonisation britannique devenant pesante sur la côte, doivent faire face à la nation Zoulou. Celle-ci aligne 30 000 guerriers parfaitement entraînés et aguerris qui infligent de lourdes pertes aux Boers pénétrant leurs terres. Lassé par les massacres dont sont victimes les fermiers Boers, Andries Pretorius réunit 500 hommes pour les venger. Le convoi de chars à bœufs (véhicule de combat et de travail du soldat paysan), adopte systématiquement la formation du "laager" pour bivouaquer en sécurité à la nuit tombée. Pretorius choisit de former le cercle défensif dans le méandre de la rivière Ncome pour passer la nuit. Le roi zoulou, Dingan, attaque le campement avec 10 000 hommes en trois vagues successives qui sont toutes repoussées. La combativité des Zoulous ne peut rien contre les fusils afrikaners et la technique défensive adoptée. 3000 Zoulous sont tués contre 2 Afrikaners blessés. La rivière Ncome a été baptisée blood river suite à cette bataille.

 

16 décembre 1846 : prise de Fatahua (Ile de Tahiti). Le 2ème RIM avec l’aide de miliciens tahitiens escalade les pentes vertigineuses du Diadème où 300 tahitiens sont retranchés et interdisent l’accès à la vallée de la Punaruu.

 

16 décembre 1883 : prise de Son Tay (Indochine). Défendue par plus de 2500 pavillons noirs, la citadelle de Son Tay (100 canons) est prise d’assaut par les 6000 hommes de l’amiral Courbet après 3 jours de siège. La citadelle est attaquée via le fleuve par la flottille de Courbet (constituée d’infanterie de marine, de fusiliers marins et de tirailleurs annamites) et bien entendu par la voie terrestre avec les légionnaires, les tirailleurs algériens, annamites et tonkinois sous le commandement du LCL Belin. Les pavillons noirs perdent 900 des leurs contre 82 morts chez les Français.

 

16 décembre 1917 : Patton ouvre une école de chars (Langres - Haute-Marne) Le lieutenant-colonel de cavalerie George Patton, membre de l'état-major du général Pershing, chef du corps expéditionnaire américain en France, crée une école de chars après avoir passé une semaine à Paris pour étudier le char léger français Renault FT-17. L'ouverture de cette école préfigure la création de la toute première unité blindée américaine, qui va s'illustrer dès septembre 1918 lors de l'offensive franco-américaine sur Saint-Mihiel.

 

16 décembre 1944 : début de la contre-offensive allemande des Ardennes. Profitant du mauvais temps pour contre-attaquer là où on ne l’attend pas, Hitler déclenche l’opération Wacht am Rhein qui coute aux alliés 30 000 morts, jusqu’à Noel. Le manque de carburant pour les blindés allemands ainsi que la fin des intempéries permettent à Eisenhower de reprendre l’initiative et de sauver les hommes de la 101 division parachutiste américaine, retranchés dans Bastogne.

 

16 décembre 1959 : accord franco-allemand pour le Transall. Acte de naissance administratif pour l’avion de transport militaire C 160 Transall.

 

16 décembre 1976 : premier tir du SSBS S3 (centre d’essais des Landes). Premier tir expérimental du missile balistique sol-sol français emportant une tête nucléaire (portée 3500 km). Opérationnel de 1980 à 1996 sur le plateau d’Albion.

Repost 0
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 22:45
Barkhane : Exercice de ravitaillement en vol de deux "transall" de la base 105 d'Evreux.

 

19.09.2015 Ministère de la Défense

Barkhane - Découvrez la vidéo d'une patrouille d'avions de transport tactique (C160 Transall) effectuant une présentation au ravitaillement en vol au cours d'une mission de liaison logistique entre Niamey (Niger) et N'Djamena (Tchad).

Repost 0
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 11:45
photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

 

14/09/2015 Armée de l'air

 

Durant un mois, le C160 Transall de l’escadron de transport 50 « Réunion » a effectué neuf rotations sur l’île d’Europa, située à quatre heures de vol de l’île de La Réunion, pour y projeter des engins du 25ème régiment du génie de l’air.

 

L’arrivée du Casa 235 en juin 2015 au sein de l’escadron de transport (ET) 50 « Réunion » a nécessité la remise en état du terrain d’aviation d’Europa, une des cinq îles éparses composant le 5ème district des terres australes et antarctiques françaises. Pour ce faire, des engins, du matériel et du personnel spécialisés du 25ème régiment du génie de l’air (RGA) ont été projetés grâce au dernier Transall encore présent sur l’île de La Réunion. Neuf rotations ont été effectuées au-dessus de l’île d’Europa pour transporter ces matériels spécifiques encombrants. Pour obtenir une capacité de chargement optimale, il a fallu réaménager la soute : démontage des rails d’arrimage, chemins de roulement et dépose des sièges ont permis d’alléger l’appareil. Ainsi, le Transall a pu transporter en une fois jusqu’à neuf tonnes de matériel aussi varié que des bulldozer, des niveleuses, des tracteurs et autres servitudes nécessaires aux importants travaux qui attendent le détachement du 25ème RGA déjà présent sur place.

 

Suite de l’article

photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Repost 0
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 11:45
Hommage au Transall C-160 de l’escadron de transport 50 « Réunion »

Hommage au Transall C-160 de l’escadron de transport 50 « Réunion »

 

29/07/2015 SLT Julie Beck – Armée de l’Air

 

Mardi 7 juillet 2015, à plus de 9 000 kilomètres de la métropole française, un vibrant hommage a été rendu au Transall C-160 de l’escadron de transport 50 « La Réunion », qui quittera définitivement l’océan Indien cet été.

 

Sur le tarmac du détachement air 181 « Lieutenant Roland Garros », le soleil plonge doucement dans l’océan Indien. L’instant est solennel. Sous la présidence du général Franck Reignier, commandant supérieur des forces armées dans la zone sud de l’océan Indien (FAZSOI), et en présence du général Hervé Bertrand, commandant la brigade aérienne d’appui et de projection (BAAP) du commandement des forces aériennes (CFA), les aviateurs, entourés des militaires du 2e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (RPIMa), ont rendu un vibrant hommage au C-160 Transall. « C’est un gros pincement au cœur car cette avion est d’une fiabilité redoutable, confie le général Reignier. Il a toujours été au rendez-vous dans toutes ses missions à La Réunion. C’est également l’avion qui a accompagné une grande partie de ma carrière dans les parachutistes ».

 

Suite de l’article

Repost 0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 15:55
Métier : Mécanicien navigant sur avion de transport

 

15 juin 2015 par Armée de l"Air

 

Découvrez en images le métier de mécanicien navigant sur avion de transport (C-160 Transall). Images réalisée pendant l'exercice EATTC 15 sur la base aérienne d'Orléans.

Repost 0
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 11:55
Evreux, une base au service du transport aérien


28 avr. 2015par Armée de l'Air

 

Présentation de la Base Aérienne 105 d’Evreux, au travers des missions opérationnelles des TRANSALL C-160

Repost 0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 17:45
Entraînement à Madagascar pour l’escadron « Réunion »

 

26/02/2015 Armée de l'air

 

Du 18 au 20 février 2015, l’équipage d’un Transall C160 de l’escadron de transport 50 « Réunion » a effectué une période d’entraînement dans le nord de Madagascar.

 

« L’île rouge » offre des possibilités d’entraînement qui n’existent pas à La Réunion. La géographie de Madagascar permet notamment de travailler le vol à basse altitude, la reconnaissance de terrains sommaires et  le vol tactique.

 

Cet entraînement a donné l’opportunité d’effectuer des reconnaissances en prévision de l’exercice que les forces armées dans la zone sud de l’Océan Indien (FAZSOI) mèneront à Madagascar en mai, en coopération avec les pays de la commission de l’Océan Indien (Seychelles, Maurice, Comores, Madagascar).

Repost 0
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 17:45
Embarquement Panther 36F

 

9/12/14 – Alban Battestini - Détachement Air181

 

Nos camarades de l"escadron "Anjou" retournent sur leur base avec le Transall N°90 ZH, certainement la dernière relève Transall sur la Réunion… avec un chargement hors du commun…Il emporte dans son cargo l'hélicoptère de la 36F « Panther » de la FS Nivôse.

Repost 0
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 17:55
Dernier atterrissage du C160 Transall n°89 à Angers

 

02/12/2014 Armée de l'air

 

Mardi 25 novembre 2014, le C160 Transall n°89 de l’escadron de transport 2/64 « Anjou » a fait ses adieux à la ville d’Angers, ville marraine de l’escadron.

 

Entré en service en 1982, l’avion aux couleurs de l’escadron « Anjou » et « Béarn » s’est posé une dernière fois à Angers, avant son retrait du service courant décembre 2014. Ce « Transall » n°89 aura particulièrement été remarqué dans les années 1990, au cours des missions humanitaires au Cambodge.

 

Pendant de nombreuses années, l’avion aura été le fer de lance du transport aérien tactique de l’armée de l’air. Grâce à sa capacité d’atterrir sur des terrains sommaires, il a été engagé sur tous les théâtres d’opérations. L’aéronef sera progressivement remplacé, par le nouvel avion tactique de l’armée de l’air : l’A400M Atlas.

Repost 0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 22:55
En vol avec le Transall R89 et sa livrée spéciale


1 déc. 2014 Armée de l'Air

 

A l’occasion des 70 ans des escadrons de transport 1/64 « Béarn » et 2/64 « Anjou », le Transall R89 a reçu une livrée spéciale. 198 litres de peintures, 4600 mètres d’adhésif de marquage et 945 heures de travail ont été nécessaires pour réaliser cette décoration particulière que nous avons eu le plaisir de « croiser » en vol.

Repost 0
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 12:55
L’adieu à Angers du Transall C160 n°89 de l’ET 2.64 Anjou

Transall C160 n°89 de l’ET 2.64 Anjou – photo Y. Le Mao - Espace Air Passion

 

27 novembre Aerobuzz.fr

 

A l’occasion d’une mission d’entraînement, le Transall C 160 n°89 de l’escadron de transport 2.64 « Anjou » s’est posé une dernière fois à Angers, ville Marraine de l’Escadron, le mardi 25 novembre 2014, au cours d’une mission d’adieu. Cet appareil devrait être retiré du service courant décembre 2014.

 

Suite de l’article

Repost 0
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 07:55
Francazal : entre aviation d'affaires et industrie [et défense]

 

10/06/2014 Ph. E – LaDepeche.fr

 

La Setfa SAS, qui regroupe SNC Lavalin, Aéroport de Blagnac et CCIT, a obtenu mardi dernier la concession pour 45 ans de l'aéroport de Francazal. Elle présente aujourd'hui ses projets de développement.

 

La Société d'exploitation Toulouse Francazal Aéroport (Setfa SAS) est aux commandes de la plate-forme aéroportuaire de l'ancienne base militaire de Francazal, pour les prochaines 45 années. C'est officiel depuis mardi dernier. La Setfa présente aujourd'hui à la presse ses projets de développement pour la piste historique du Sud-ouest toulousain qui devrait renouer ainsi avec sa vocation aéronautique première, loin des mirages hollywoodiens.

 

«La concession a été attribuée officiellement au groupement autour de SNC Lavalin mardi dernier», précise Jean-Michel Vernhes. «Elle porte sur les terrains de l'ex base militaire, près de 200 ha», ajoute le président du Directoire d'Aéroport Toulouse Blagnac, associé (avec 39 % des parts dans la Setfa) au groupe canadien Lavalin (51 % des parts) et à la Chambre de Commerce et d'Industrie de Toulouse (10 % des parts). Le groupement a remporté l'appel d'offres pour l'exploitation de Francazal face au groupe Vinci Aéroport. Jean-Michel Vernhes sera le président du comité de surveillance associant Lavalin, aéroport de Toulouse Blagnac et CCIT. «La Dépêche» avait annoncé, dans son édition du 30 janvier dernier, le choix, par le Conseil d'état, du groupe canadien Lavalin, qui exploite déjà une dizaine d'aéroports en France (dont celui de Tarbes) et plusieurs dans le monde.

 

«Ce choix a nécessité la signature de plusieurs ministères et a peut-être été retardé par le récent changement de gouvernement», avance Bertrand Bilger, président de la Setfa SAS, pour justifier le délai de cinq mois qui a été nécessaire pour obtenir la concession officielle. Le nouveau patron du site de Francazal, par ailleurs directeur général de l'aéroport de Tarbes, évoque un avenir de Francazal «tourné vers l'aviation d'affaires, en liaison avec Blagnac, et à vocation aéronautique et industrielle. La vocation militaire est aussi affirmée». Transall et A 400 M continueront donc de décoller de Francazal (1 700 mouvements militaires ont été enregistrés, y compris en hélicoptère, sur 3 000 au total, en 2012). «L'armée française ne sera pas la seule à en bénéficier, des exercices comme celui de la semaine dernière par l'armée belge étant toujours possibles», indique Bertrand Bilger.

 

Lavalin envisage d'investir 10 M€ pour moderniser et reconvertir industriellement le site. Six des sept hangars existant sont déjà occupés par des entreprises issues du secteur de sous-traitance aéronautique dont la principale est Atlantic Air Industries, qui a quitté la Bretagne pour Cugnaux et occupe à elle seule trois bâtiments. 220 emplois directs liés à l'aviation civile ont déjà été générés, dont 150 dans l'industrie.

 

Ni vols réguliers ni charters

 

La préfecture de Haute-Garonne a fixé un cadre réglementaire très strict pour l'exploitation de Francazal : «Aucun vol régulier de passagers ni aucun vol de charter ne seront programmés sur cet aérodrome, et aucune subvention publique versée au groupement retenu», ont indiqué les services de l'état dans le document d'appel d'offres initial.

Repost 0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 11:25
FAG : Un C160 contribue au désenclavement de la commune de Saul

 

25/04/2014 Sources : EMA

 

Le 19 avril 2014, un C160 Transall en provenance de la base aérienne 367 de Matoury, située à proximité de Cayenne, s’est posé sur la piste d’atterrissage de Saul, dans le centre de la Guyane, pour y livrer un véhicule d’incendie.

 

La commune de Saul, difficilement accessible autrement que par voie aérienne, avait besoin d'un véhicule d'incendie depuis plusieurs mois. Le C160 Transall, qui dispose d'une soute adaptée à un colis de ce volume et qui est capable de se poser sur une piste sommaire, a été mis à contribution pour remplir cette tâche.

 

Offrant un volume sensiblement supérieur au besoin de la mission, le cargo du Transall a été rempli avec plusieurs articles supplémentaires, tels qu’un four à pain et du matériel de restauration collective.

 

A 7000km de la métropole, les forces armées en Guyane (FAG) garantissent la protection du territoire national et de ses ressources. Fréquemment engagées en appui de l’action de l’Etat dans des missions au caractère interministériel, les FAG agissent dans un cadre exigeant par son étendue (1100 km de frontières terrestres), son littoral difficile et sa forêt équatoriale.

Repost 0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 08:55
A400M – C-160 Transall Crédit DGA Site de Cazaux

A400M – C-160 Transall Crédit DGA Site de Cazaux

A400M – C-160 Transall Crédit DGA Site de Cazaux

 

06/12/2013 Par Guillaume Steuer – Air & Cosmos

 

C'est un petit pas supplémentaire vers l'obtention d'un standard opérationnel complet : l'A400M a réalisé samedi 30 novembre son premier contact "humide" lors d'un essai de ravitaillement en vol mené depuis un C160 Transall de l'armée de l'Air. Jusqu'alors, les travaux d'ouverture du domaine de vol pour le ravitaillement n'avaient encore jamais inclus de transfert de carburant.

 

"Cet essai nous a également permis de finaliser les lois de commandes de vol spécifiques à cette phase délicate qu'est le ravitaillement en vol", précisait hier matin Tony Flynn, pilote d'essais chez Airbus Military, à l'occasion d'un briefing à Séville. Ce standard logiciel, qui pourra faire l'objet de quelques ajustements selon le type de ravitailleur utilisé, doit faire l'objet d'une qualification en bonne et due forme courant 2014. Les premiers contacts humides sur A330 MRTT (en l'occurrence un appareil britannique) sont également attendus en début d'année prochaine.

 

Parallèllement se poursuivent les essais visant à permettre à l'A400M de jouer le rôle de ravitailleur. "Les tests aérodynamiques des nacelles de ravitaillement sous voilure ont été menés à bien cette année", explique Tony Flynn, ajoutant que les travaux de qualification de l'Atlas dans cette configuration devraient théoriquement être achevés d'ici la fin de l'année prochaine.

Repost 0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 18:54
Avis de recherche de l’ET 2/64 "Anjou" !

 

06/11/2013 Armée de l'air

 

Dans le cadre de nombreuses commémorations à venir, l'escadron de transport (ET) 2/64 "Anjou", stationné sur la base aérienne d'Évreux, lance un avis de recherche à destination de ses anciens.

 

Afin de commémorer les 70 ans de l''Anjou", les 60 ans de l'opération Castor, les 50 ans de jumelage avec la ville d’Angers et les 30 ans de présence du Transall à Évreux, l’escadron de transport 2/64 "Anjou" organise une grande journée anniversaire le 20 juin 2014.


Si vous êtes ancien membre de l'"Anjou", contactez l'escadron :

- par mail ( tradition.anjou@laposte.net),
- par téléphone au 02 32 62 11 05 - poste 24967,
- par courrier (BA 105 – ET 2/64 Anjou – Route de Paris – 27037 Évreux Cedex),
- ou par l’intermédiaire de sa page Facebook (Escadron de Transport 2/64 Anjou).
Anjou, feu !


Plus d'informations au sujet de l'ET 2/64 "Anjou".

Repost 0
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 16:21
Interview du capitaine D., une pointure de l’escadron de transport 3/61 «Poitou»

26/09/2013 Lieutenant Marianne Jeune

 

Le capitaine D. est pilote à l’escadron de transport «Poitou». Décoré de quatre croix de la valeur militaire de bronze et d’une argent, chevalier de la légion d’honneur et détenteur de la médaille de l’aéronautique, il quitte l’escadron en septembre 2013, après plus de vingt ans d’opérations spéciales. Interview d’une pointure des opérations spéciales.

 

En quelques mots, quel a été votre parcours dans l’armée de l’air ?

Je suis entré dans l’armée de l’air en 1987. J’ai toujours était « fana » de transport et j’ai eu la chance d’aller jusqu’au bout de mon rêve en étant breveté en 1989. Pour ma première affectation sur Transall C160, j’ai rejoint l’escadron de transport «Poitou» qui était alors un escadron conventionnel. J’ai gravi les échelons puis j’ai eu l’honneur d’être retenu en 1993 pour participer à la création de la division opération spéciale (DOS) à Orléans, déplacée en 1995 au centre d’instruction des équipages de transport (CIET), à Toulouse. J’ai ensuite décidé de changer d’avion et de passer sur Hercules C130 à l’escadron «Franche-Comté» de 1997 à 2004, date à laquelle je rejoins la DOS C130. C’est en 2005 que l’escadron «Poitou» a rassemblé les deux entités forces spéciales et je ne l’ai pas quitté depuis. En résumé, j’ai pu assister à la montée en puissance des opérations spéciales dans l’armée de l’air depuis 20 ans.

 

Selon vous, en quoi ont elles le plus évolué ?

Aujourd’hui, réaliser des opérations de nuit est devenu la normalité, alors qu’avant, tout se faisait de jour. On sait poser un avion en condition de black out total, c’est à dire pas seulement en éteignant les phares, mais aussi en n’utilisant aucune communication radio pour être le plus discret possible. Selon moi, c’est le propre des opérations spéciales : on veut toujours aller plus loin. Il est hors de question de se contenter d’un produit qui a 30 ans. Les avancées technologiques sont considérables et permanentes. Cela s’applique également aux procédures et aux modes opératoires. En poser d’assaut ou en aéroportage par exemple, nous avons cherché à rentabiliser la soute au maximum à l’aide de techniques d’arrimage pour passer le moins de temps au sol en position de vulnérabilité. Puis, à force d’entraînements et de répétions des gestes, comme peuvent le faire les équipes de Formule 1 dans un stand de ravitaillement, on peut maintenant réaliser de l’infiltration ou de l’exfiltration de troupes motorisées en moins de quelques minutes !

 
Interview du capitaine D., une pointure de l’escadron de transport 3/61 «Poitou»

Quelles sont les qualités requises pour être recruté à l’escadron de transport «Poitou» ?

Ici, on cherche des gens stables avec beaucoup de bon sens. Travailler dans les forces spéciales demande de l’engagement et une grande capacité à se remettre en question. Bien sûr c’est le cas dans l’ensemble de l’armée de l’air mais tout est encore plus vrai au «Poitou»! De plus, nous sommes à la recherche de l’excellence car l’erreur n’est pas acceptable. Il faut donc être «pro» jusqu’au bout des ongles. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle seuls les volontaires sont sélectionnés. 

 

Quels souvenirs gardez-vous de votre carrière au sein de l’escadron ?

J’ai vécu mes meilleurs moments lors de belles opérations où nous étions tous en bivouac au fin fond d’un pays, au bout du monde. Pilotes, mécaniciens, navigants, commandos… Tout le monde a sa place! Ce sont des moments où la prise d’initiative est maximale et où l’on met en œuvre toutes nos capacités. Ce sont des moments où la rusticité se marie tellement bien avec la technicité et la modernité

Repost 0
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 16:45
Les aviateurs de la Réunion participent à un exercice de sauvetage aéro-maritime

06/09/2013 Armée de l'air

 

Le 23 août 2013, le personnel volontaire du détachement air 181, stationné sur l’île de la Réunion, a participé à une formation dans le cadre d’un exercice SAMAR (sauvetage aéro-maritime).  Il s’agit d’une des nombreuses missions de l’escadron de transport 50 « Réunion », composé de deux C160 Transall.

 

L’instruction SAMAR a lieu chaque année et a pour but de former les nouveaux équipages et observateurs ou de requalifier les anciens. Selon l’importance de la mission, le Transall peut emporter jusqu’à 30 observateurs en soute. Ceux-ci sont « les yeux » de l’équipage à l’arrière de l’appareil. La contribution des forces armées en zone sud de l'océan Indien aux missions de sauvetage en mer revêt une grande importance à la Réunion. Le ministère de la Défense est appelé en permanence à travailler avec d’autres interlocuteurs, tels la gendarmerie, la police nationale et les services préfectoraux.

 

Les missions SAMAR sont des opérations de recherche maritime qui consistent à identifier des rescapés ou des objets et à les localiser de manière précise. L’objectif consiste à assurer le marquage et la mise en place de la chaîne de sauvetage. Sur demande du préfet, les missions sont déclenchées via le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage en mer. Les secours en mer relèvent de la société nationale de sauvetage en mer située à Saint-Gilles, Saint-Pierre et Sainte-Marie. Le concours de moyens aériens est apporté par la marine, la gendarmerie ou l’armée de l’air.

Les aviateurs de la Réunion participent à un exercice de sauvetage aéro-maritime
Les aviateurs de la Réunion participent à un exercice de sauvetage aéro-maritime
Repost 0
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 07:55
Une femme à la tête des Transall à la Réunion

29/07/2013 Armée de l'air

 

Pour la première fois dans l’histoire du détachement air réunionnais, une femme a pris les commandes de l’escadron de transport outre-mer 50 « Réunion ». Le 18 juillet 2013, le commandant Christelle Gazave a pris ses fonctions à la tête des Transall.

 

Le commandant Gazave succède ainsi au lieutenant-colonel Olivier Bruyère. Le commandant du détachement air 181, le lieutenant-colonel Jean-Charles Devèze, a présidé la cérémonie de prise de commandement, en présence du capitaine de vaisseau Jacques Luthaud, adjoint interarmées et du colonel Chêne, chef d’état-major interarmées.

 

Issue de la promotion de l’école de l’air 1996, première promotion dans laquelle les femmes pouvaient être admises dans le corps des officiers de l’air, le commandant Gazave, pilote de Transall, est la deuxième femme à prendre le commandement d’un escadron.

Repost 0
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 07:55

10 juil. 2013 AIRetCOSMOS

 

Après notre reportage sur la base 279 de Châteaudin, nous vous embarquons en exclusivité à bord d'un Transall de l'escadron Anjou, situé sur la base 105 d'Evreux. Mardi 9 juillet 2013, cette dernière répétition du défilé aérien du 14 juillet a permis aux équipages d'améliorer leurs positions en formation au-dessus des Champs Elysées.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • News review for Industry - European Defence Agency
    source European Defence Agency If you want to subscribe to the News Review, or if you want to stop receiving the News review: News4Ind@eda.europa.eu News of the News EDA Study on the Impact of REACH & CLP European Chemical Regulations on the Defence Sector:...
  • Chronique culturelle - 13 Février 2017
    13 février 1960 explosion de la première bombe atomique française 13.02.2017 source JFP 13 février 1692 : massacre du clan Mac Donald dans la Glencoe (Ecosse).Le protestant Guillaume d’Orange ayant mis en fuite le catholique Jacques II, les chefs de clans...
  • Le PGHM et le GAM s’entraînent ensemble au secours en montagne
    Equipement de passage en neige - photo GAM Armée de Terre 07.02.2016 source 27e BIM Le lundi 13 février 2017 se déroulera un entraînement conjoint entre le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) et le groupement d’aguerrissement montagne (GAM)...
  • ITW SDBR : général Vincent Desportes, Professeur des Universités associé à Sciences Po Paris, Ancien directeur de l’Ecole de Guerre
    23.01.2017 par Alain Establier - SECURITY DEFENSE Business Review N°164 SDBR : Quel regard portez-vous sur la Défense de la France ? Vincent Desportes* : A l'issue de cette mandature, nous voyons un empilement d'actions réactives, à vocations plus politiciennes...
  • Chronique culturelle 9 Janvier
    Hussards du régiment de Bercheny en 1776 09.01.2017 source JFP 9 janvier 1778 : mort du créateur des régiments de Hussards (Luzancy – près de Meaux). Emigré hongrois et excellent capitaine au service de la France, Ladislas Ignace de Bercheny , obtient...
  • Chronique culturelle 04 Jan.
    Insigne général des Troupes de Forteresse de la Ligne Maginot 04.01.2016 source JFP 4 janvier 1894 : signature de l’alliance franco-russe. Préparée par de nombreuses activités bilatérales dans les années précédentes, une convention militaire secrète est...
  • Chronique culturelle 03 Jan.
    Napoléon en Egypte par Jean-Léon Gérome 03.01.2017 source JFP 3 janvier : Sainte Geneviève, patronne de la gendarmerie. Issue de la noblesse gallo-romaine du IVe siècle, elle convainc les habitants de Lutèce de ne pas livrer leur ville à Attila, roi des...
  • Au Levant, contre Daech avec les Forces Spéciales
    photo Thomas Goisque www.thomasgoisque-photo.com Depuis plus de deux ans, les hommes du C.O.S (Commandement des Opérations Spéciales) sont déployés au Levant et mènent, en toute discrétion, des opérations contre l’Etat islamisque.Au nord de l’Irak, ils...
  • Les blessés en Opérations extérieures ne prennent pas de vacances !
    Source CTSA Pendant la période des fêtes de fin d'années, le nombre de donneurs diminue dangereusement. Le site de Clamart du Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA) invite fortement les donneurs des communes proches à profiter des vacances de...
  • Interview SDBR de Gaël-Georges Moullec, Historien
    photo SDBR 20.12.2016 par Alain Establier - « SECURITY DEFENSE Business Review » n°162 SDBR: Comment va la Russie aujourd’hui? Gaël-Georges Moullec * : Il n’y a plus d’ascenseur social dans la Russie d’aujourd’hui, ce qui est un problème moins connu,...

Categories