Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 12:30
Le journal de référence turc Cumhuriyet affirme que le régime a facilité l’entrée de djihadistes en Syrie

Les photos publiés par le Cumhiriyet des deux bus interceptés par les forces de l’ordre turques et qui auraient servi à faire entrer illégalement des djihadistes en Syrie (Cumhiriyet)

05.06.2015 45eNord.ca

 

Le quotidien turc Cumhuriyet a affirmé vendredi que le gouvernement avait facilité l’entrée des combattants djihadistes en Syrie, une semaine après avoir provoqué sa fureur en diffusant des images suggérant qu’il leur avait aussi livré des armes.

 

Dans son édition de vendredi, le journal proche de l’opposition écrit que les services de renseignement turcs (MIT) ont loué deux bus qui ont servi le 9 janvier 2014 à faire illégalement entrer en Syrie à partir du poste-frontière de Reyhanli (sud-ouest) plusieurs dizaines de rebelles islamistes hostiles au régime de Damas.

À l’appui de ses allégations, Cumhuriyet publie les photos des deux véhicules interceptés par les forces de l’ordre turques au lendemain de l’opération, dans lesquels ont été retrouvés des armes et des munitions.

Selon le journal, les chauffeurs des deux véhicules, brièvement interpellés, ont affirmé aux enquêteurs que leurs bus avaient été loués par le MIT, qui leur a présenté leurs passagers comme de simples réfugiés syriens.

Il y a une semaine, Cumhuriyet a suscité la colère du gouvernement islamo-conservateur turc en publiant des images d’armes dans des camions du MIT interceptés en janvier 2014 par les gendarmes turcs près de la frontière syrienne.

Cette opération alimente la polémique depuis que des documents officiels publiés sur internet ont révélé que ces armes étaient destinées aux groupes djihadistes.

Le président Recep Tayyip Erdogan, qui a toujours nié tout soutien à ces combattants, a riposté en portant personnellement plainte contre le quotidien et son rédacteur-en-chef, Can Dündar, réclamant contre eux la prison à vie.

A quelques jours des élections législatives de dimanche, ce nouveau bras de fer entre le chef de l’Etat et un média a relancé l’inquiétude de l’opposition turque et des ONG de défense de la liberté de la presse, qui dénonce la dérive autoritaire de M. Erdogan.

Quelque 400 intellectuels, artistes ou universitaires, dont le prix Nobel de littérature Orhan Pamuk, ont manifesté leur soutien au journal dans une tribune.

M. Erdogan espère une large victoire de son parti aux législatives de dimanche, afin de réformer à sa main la Constitution en renforçant ses pouvoirs.

Partager cet article

Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 17:30
IDEF 2015 - SITTA


28/05/2015 par SITTA

 

La 12ème édition du salon IDEF s’est déroulée du 5 au 8 mai 2015 à Istanbul, dans l’enceinte du centre des expositions TUYAP. Cet événement, riche en nouveautés, pour la plupart issues de l’industrie d’armement turque, accueillait de très nombreux visiteurs de différentes nationalités. Il faut notamment noter les premières participations de la Chine, de l’Indonésie, de la Biélorussie ou encore de la Jordanie. Ceux-ci ont profité de l’événement pour mettre en avant les capacités de leur industrie de défense. Mais au final ce salon a mis en valeur le dynamisme des entreprises turques comme Aselsan, FNSS ou Ottokar.

 

KAPLAN 20 (FNSS - Turquie)

Le VCI chenillé polyvalent KAPLAN 20 est propulsé par un moteur diesel qui possède un rapport poids/puissance de 25 chevaux par tonne. Il est couplé à une boite de vitesse automatique qui lui permet de rouler à près de 70 km/h pour une autonomie de plus de 650 kilomètres. L'engin possède des chenilles en matière synthétique qui permettent de réduire la masse de l'engin sans diminuer les performances. Selon les missions, le nombre de personnel embarqué variera de neuf à onze, équipage de trois personnels compris. L'engin est amphibie et ses propulseurs se situent de chaque côté à l’arrière du véhicule.

KAPLAN 20

La tourelle électrique stabilisée est télé-opérée. La configuration présentée lors du salon possède un canon automatique de 30 mm et une mitrailleuse coaxiale en 7,62 x 51 mm.

Le chef d'engin dispose d'un viseur panoramique d’observation et de tir. Il inclut une voie thermique, une voie « jour », un télémètre laser et une conduite de tir. Il est indépendant de la tourelle et fonctionne sur 360°. Le tireur dispose pour le tir d'un bloc optronique stabilisé comprenant les mêmes éléments que la lunette du chef d’engin.

La protection de l'engin est assurée par un blindage modulaire, un système de protection dynamique, des lance-pots fumigènes, un système d'extinction automatique du feu, un système de détection et de protection NRBC, et des sièges anti-blast. Sa signature thermique est réduite. Enfin il est pourvu du nouveau système d’identification ami-ennemi produit par le groupe turc ASELSAN.

 

TULPAR S (OTOKAR - Turquie)

Le TULPAR S est la version du TULPARoptimisée pour les opérations amphibies et les franchissements de cours d'eau.

Ce VBCI chenillé est équipé d’un moteur développant 280 kW, qui permet de suivre sans difficulté les chars de bataille en tout terrain. Sa vitesse maximale est de 70 km/h pour une autonomie de 500 kilomètres. La version « combat d’infanterie » transporte trois membres d’équipages et sept fantassins. Lors du salon, le TULPAR S était présenté dans sa version « antichar ». Il était équipé une tourelle télé-opérée AT-MLS équipée de quatre missiles russes KORNET-E et d’une mitrailleuse coaxiale en 7,62 x 51 mm développée par la firme ASELSAN.  Des lance-pots fumigènes sont montés sur le châssis.

TULPAR S

Comme le KAPLAN 20, le TULPAR S est pourvu de chenilles en matière synthétique qui permettent, entre autres, de réduire sa masse à 15 tonnes. Afin de faciliter la manœuvre de l’engin, le pilote dispose de caméras à l’avant et à l’arrière. Les dimensions du véhicule sont de 5,7 mètres de long pour 2,9 mètres de large et une hauteur de caisse de 2 mètres.

En équipement standard, l’engin est doté d’une protection NRBC, d’un système d’extinction du feu, d’un système de navigation par satellite, d’un écran de contrôle visibilité pour le pilote, d’un système automatisé de tension des chenilles, de sièges anti-blast et d’un équipement de C3I.

Le TULPAR-S est prévu en plusieurs versions parmi lesquelles : transport de troupe, combat d’infanterie, antichar, soutien, maintenance/dépannage et Ambulance.

 

PARS 4x4 (FNSS - Turquie)

La firme turque FNSS présentait pour la première fois le dernier né de la famille PARSen version 4x4.

PARS 4x4 (Turquie)

Cet engin a été conçu pour être très mobile avec un ratio poids/puissance de 30 chevaux par tonne. Son moteur diesel lui permet d’atteindre les 120 km/h pour une autonomie de 700 kilomètres. Il peut gravir des pentes de 70% et franchir un devers de 40%. L’engin est pourvu d’un système CTIS qui lui permet une meilleure mobilité en tout terrain.  Une faible signature radar et infrarouge (avec une hauteur de 1,9 m) et une capacité amphibie complètent les caractéristiques du véhicule.

L’équipage est composé de cinq hommes. Le PARS 4x4 permet d’assurer une large gamme de missions selon sa configuration : véhicule de reconnaissance, commandement, surveillance du champ de bataille, porteur d’arme collective ou antichar, etc.

Ce blindé est amphibie sans préparation grâce aux deux hydrojets placés à l'arrière. Sa vitesse sur l’eau est d’environ 5km/h. Il peut traverser des cours d’eau ou servir pour des opérations de débarquement.

Le PARS 4x4 est aérotransportable par avion de type HERCULES C 130 et sous élingues par hélicoptère CH 47 CHINOOK.

 

VURAN (BMC - Turquie)

En pleine renaissance, la firme turque BMCa présenté en avant-première le véhicule blindé VURAN. 60 exemplaires ont déjà été commandés par les forces spéciales du ministère de l’intérieur turc.

Vuran (Turquie)

Ce blindé monocoque équipé d’un châssis en « V » est optimisé pour protéger l’équipage en cas d’attaque EEI ou de mine antichar. Il est destiné à assurer une large gamme de missions : reconnaissance, commandement ou encore transport de matériel.  

Le VURAN est propulsé par un moteur CUMMINS turbo diesel de six cylindres, et son autonomie sur route est de 600 km. Il est couplé à une boite de vitesse de six rapports. Le véhicule peut franchir des coupures d’eau de 80 cm et gravir une pente de 30°. Il dispose également de suspensions indépendantes avec ressorts hélicoïdaux et amortisseurs hydrauliques télescopiques, d’un système de freinage ABS, d’une direction assistée hydraulique et de pneus 395/85R20 qui permettent de rouler sur route comme en tout terrain. Le VURAN transporte jusqu’à neuf personnes.

L’engin présenté lors du salon était équipé d’une tourelle télé-opérée armée d’une mitrailleuse  de calibre 12,7 x 99 mm pour assurer son autodéfense.

 

PMC (ROKETSAN - Turquie)

La firme ROKETSAN présentait pour la première fois la Pedestral Mounted CIRIT(PMC). Il s’agit d’une application sol-sol développée autour de la roquette air-sol à guidage terminal laser CIRIT.

PMC (Turquie)

La roquette CIRIT est connue pour sa capacité de frappe d’une précision élevée et pour son coût faible par rapport à ses concurrentes. Son architecture longiligne permet de l’intégrer sur un grand nombre de plateformes. Initialement prévue pour être l’armement principal des hélicoptères d'attaque TA 129, la CIRIT a déjà été installée sur d’autres versions d’hélicoptères, mais aussi sur des avions de patrouille de frontière, des drones, des plates-formes navales, des plates-formes terrestres fixes et mobiles.

La tourelle télé-opérée (RCWS) du système CIRIT était montée pour l’occasion sur un châssis chenillé FNSS ACV 19. Elle peut également être installée sur d’autres véhicules possédant une charge utile de 600 kg. La tourelle est composée de deux paniers de quatre roquettes. Le système est stabilisé sur deux axes, ce qui permet de tirer en roulant. Elle fonctionne sur un axe de rotation de 360°. Le système est complété par un mat optronique télescopique EOStournant également sur 360°. Ce bloc optronique permet d’observer et de tirer de jour comme de nuit et d’assurer un suivi automatique de la cible à l’aide d’un laser autonome compatible avec le STANAG 3733. L’engin est aérotransportable par avion de type HERCULES C 130.

Pod de tir CIRIT (Turquie)

 

AT MLS (ASELSAN - Turquie)

La firme Aselsan présentait pour la première fois sa tourelle AT MLS, montée sur le véhicule chenillé TULPAR-S à l’occasion du salon.

L’AT MLS (AntiTank Missile Launching System)est de type télé-opérée. Elle était armée de quatre missiles KORNET-E, mais elle peut également être pourvue d’autres types de missiles comme les HELLFIRE et JAVELIN américains ou comme l’OMTAS turc produit par ROKETSAN. La tourelle est également munie d’une arme d’autoprotection allant de la mitrailleuse du type GMPG (modèle choisi lors de la présentation) au canon de 25 mm.

AT MLS (Turquie)

Le poids réduit de cette tourelle permet de l’installer sur une grande variété d’engins et de moderniser à moindres frais des véhicules plus anciens. La tourelle AT MLS est stabilisée sur deux axes, permettant ainsi le tir en mouvement avec une rotation de 360°.

 

Le fusil XTR 12 (UTAS - Turquie)

La firme turque UTAS proposait son nouveau fusil en calibre 12 XTR 12. Cette compagnie avait présenté le modèle UTAS 15 lors du salon IDEF 2011.

Cette nouvelle arme utilise la partie « basse » du fusil AR 15. Cela facilite la prise en main par les utilisateurs habituels d'armes comme le M16ou le HK 416. La crosse est rétractable et peut être réglée en fonction de la taille du tireur et de son équipement.

XTR 12 (Turquie)

Cette arme semi-automatique fonctionne par emprunt des gaz avec un verrouillage rotatif de la culasse. Le canon de 475 mm de long est pourvu d'un cache-flammes réduisant la signature visuelle lors du tir. D’une longueur de 1045 mm crosse déployée, l'arme descend à 965 mm quand celle-ci est rentrée. Sa masse est de 3,6 kg.

Le puit de chargeur accepte les magasins pouvant contenir 2 ,5 ou 7 cartouches. L'arme se démonte facilement en moins de 30 secondes et sans outil. Le fût de l’arme est de type quadri-rails, ce qui permet le montage d'accessoires divers tels un pointeur laser ou une lampe tactique.

Le système de visée original est constitué d'une hausse et d'un guidon ; l'arme possède un rail PICATINNYtout le long du fût et du boitier, qui permet le montage de systèmes de visée optique de type AIMPOINT ou EOTech.

 

GLOCK 43 (Glock – Autriche)

Après avoir dévoilé le GLOCK 42en 2014 et afin de satisfaire les utilisateurs, le groupe autrichien présentait le pistolet GLOCK 43. Il reprend une architecture identique à celle de la version « 42 », et diffère uniquement par son chambrage pour la  cartouche 9 x 19 mm.

GLOCK 43 (Autriche)

Le pistolet mesure 159 mm, pour 86 mm de canon, et pèse moins de 509 grammes. Son chargeur à pile unique réduit l’épaisseur de la poignée pistolet à 26 mm ainsi que la glissière (voir image comparant les GLOCK 43 et GLOCK 26).

Comparatif entre les GLOCK 26 etGLOCK 43 (Autriche)

Le chargeur de l’arme ne contient que six cartouches, ce qui pourrait sembler peu. L’arme conserve les dernières modifications liées à la 4èmegénération des GLOCK, mais a perdu le rail de fixation pour accessoire. Les organes de visée sont dotés de tritium. Compte tenu de l’intérêt que suscitent les armes de la marque autrichienne, il apparait logique que de nombreuses entreprises développent rapidement des accessoires dédiés à cette version.

 

HTGL 0003 (HATSAN - Turquie)

La firme turque HATSAN, habituellement spécialisée dans les armes de calibre 12, présentait pour la première fois le lance-grenades multiple à barillet HTGL 0003. Ce lance-grenades possède un barillet de six grenades.

L'arme est équipée d’une crosse rétractable avec appui-joue réglable en hauteur (selon l’emploi d’une visée mécanique ou optique). Cette crosse peut être démontée lors d’utilisation en espace confiné. Le HTGL 0003 dispose d'une poignée pistolet et d'une poignée antérieure pour une meilleure prise en main.

HTGL 0003 (Turquie)

Le système de visée est constitué d'une hausse rabattable et d'un guidon. Le canon est doté d’un rail PICATINNYqui permet le montage de systèmes de visée « point rouge ». Le chargement et le déchargement du barillet s’effectuent en appuyant sur le verrou placé derrière le barillet. Le barillet bascule alors vers l'avant et donne ainsi accès aux logements des munitions. Ce type d'arme (à barillet) permet de délivrer très rapidement un grand nombre de munitions à létalité réduite ou létale.

 

M3000 R (STOEGER-Turquie)

La firme turque STOEGER présentait de nombreuses armes dont le fusil de calibre 12 M3000 R. Destinée essentiellement aux forces de police, cette arme de conception classique fonctionne par emprunt des gaz. Elle utilise la large gamme de munitions de calibre 12, telle l’AM 403 PSR produite par le groupe brésilienCONDOR.

Sa crosse pleine fixe en matière synthétique est pourvue d’une couche en caoutchouc alvéolée qui permet de réduire l’effet du recul, et ainsi d’améliorer les conditions de tir. Un rail PICATINNY surélevé est fixé sur le dessus du canon, après la boite de culasse, pour le montage de systèmes de visée optique point rouge (AIMPOINT par exemple). Le magasin tubulaire est placé parallèlement sous le canon et peut contenir deux ou quatre cartouches. Le canon de 610 mm peut être équipé d’un cache-flammes ou d’un compensateur de relèvement. L’arme sans accessoire pèse 3,5 kilogrammes.

STOEGER M 3000 R (Turquie)

 

ATA ARMS Neo Tactical 2 (STOEGER-Turquie)

Le nouveau fusil semi-automatique ATA ARMS Neo Tactical 2 fonctionne par emprunt des gaz. Il possède une crosse pleine fixe avec poignée pistolet intégrée. La crosse est pourvue d’une plaque de couche en caoutchouc afin de limiter les effets du recul. Le fut en matière synthétique englobe le magasin tubulaire placé parallèlement sous le canon. Un bouchon à l’extrémité du magasin permet d’ajouter une extension afin d’augmenter la capacité en munitions.

Le système de visée est constitué d’une hausse montée sur rail PICATINNY et d’un guidon surélevé protégé par des oreilles de protection. Le rail PICATINNY permet de monter un système de visée de type point rouge. Le canon de 470 mm est pourvu d’un cache-flamme limitant la signature visuelle lors du tir.

Compte tenu de la variété des munitions de calibre 12 disponibles sur le marché, l’arme peut être utilisée par la police (maintien de l’ordre, opérations en zone urbaine, destruction de moteurs de véhicules, etc.) ou par une force militaire (combat en zone urbaine, combat en jungle, surveillance de zones sensibles, etc.).

 

CONDOR GL 120 CS et  AM 403 PSR (CONDOR - Brésil)

La firme brésilienne CONDOR, spécialisée dans les munitions à létalité réduite, présentait de nombreuses nouveautés dont :

la grenade GL 120 CS de type lacrymogène dispose d'un bouchon allumeur dont le retard est très court (0,5 à 3,5 s) afin d’empêcher le renvoi de la grenade sur le lanceur. Cette munition offre l'avantage de ne pas bruler permettant notamment de l'utiliser dans une maison sans déclencher d’incendie.

GL 120 CS (Brésil)

la cartouche de calibre 12 AM 403 PSR permet d’arrêter un personnel à très courte portée. Cette munition est très précise jusqu’à 20 mètres. Sa hauteur est de 64 mm et elle pèse moins de 20 grammes.

AM 403 PSR

 

Arsenal GLV-REFJ et  RLV-3RB (Arsenal Jsc 2000 - Bulgarie)

La firme bulgare présentait de nombreuses nouveautés pour cette édition 2015 parmi lesquelles deux nouvelles grenades :

-       la grenade antipersonelle bondissante GLV-HEFJ

Cette munition est destinée à traiter des personnels en terrain découvert ou dans des tranchées.Cette grenade à la particularité de rebondir à l'impact comme le VOG 25 P, elleexplose entre 0,5 mètre et 2,5 mètres, elle a un rayon létale de 9 mètres. C’est une grenade de 40 x 46 mm basse vélocité avec une charge à fragmentation. La grenade a une sécurité de bouche de 10 mètres et intègre une autodestruction à temps comprise entre 14 et 19 secondes.  La portée maximum est de 400 mètres, cette grenade mesure 115 mm de haut pour un poids de 267 grammes, elle est compatible avec tous les lance-grenades normalisés OTAN comme un M 203 ou le Milkor MGL.

Arsenal GLV-HEFJ

-       la grenade à létalité réduite RLV-3RB

Cette grenade est destiné aux operations de maintien de l'ordre pour les forces de l'ordre ou aux opérations de maintien de la paix pour les forces armées.

la charge de la grenade est constitué de trois projectiles en caoutchouc destinnés à disperser un groupes d'individus. La portée pratique est de 30 mètres et la portée maximale est de 90 mètres.Cette grenade mesure 103 mm de haut pour un poids de 225 grammes.

Arsenal RLV-3RB

 

Munitions à létalité réduite (DAEKWANG Chemical Co - Corée du Sud)

La firme sud-coréenne DAEKWANG présentait de nombreuses munitions parmi lesquelles :

- la grenade de 40 mm lacrymogène à basse vélocité DK 40 U, d’une portée pratique de 100 mètres mesure 102 mm et pèse 133 grammes. Le conteneur qui contient le lacrymogène se déclenche 2 à 3 secondes après le tir. Il délivre le gaz lacrymogène pendant une période allant de 15 à 25 secondes. Ce type de munition est utilisé contre des forcenés ou pour disperser un groupe de manifestants.

DK 40 U

- la grenade de 40 mm à basse vélocité DK 40 R 60 contient plus de 60 billes de chevrotines en caoutchouc. Elle mesure 127 mm pour une masse de 110 grammes. Elle projette une gerbe de billes d’un diamètre de 12 mm à près de 50 mètres. Cette munition sera employée pour disperser un groupe de manifestants violents sans les blesser.

DK 40 R 60

 

KVITNYK-E (UKROBORONPROM-Ukraine)

La munition d'artillerie à guidage terminal KVITNYK-Eest disponible en 152 ou 155 mm. Elle est guidée sur l'objectif via un système de désignation laser. Durant la phase finale du vol, le bloc laser placé à l’avant de la munition se cale sur la tache laser émise par un pointeur déporté, calcule les corrections à effectuer, et pilote la munition grâce à des gouvernes situées à l’avant du projectile. Ce type de munition guidée permet de limiter la quantité de munitions consommées mais aussi les dommages collatéraux.

KVITNYK-E

Le KVITNYK-E mesure 1 250 mm et pèse 50 kg. La charge explosive pèse huit kilos. Cette munition sera employée en priorité contre les véhicules blindés légers à mobilité réduite, les pièces d'artillerie, les postes de commandements, les postes de transmissions, les ponts ou encore les fortifications.

 

MOSKITO-TI (VECTRONIX-Suisse)

La firme VECTRONIX présentait le MOSKITO-TI. Ce bloc optronique monoculaire portatif permet de surveiller et de recueillir nombres d’informations. Il intègre trois voies (« jour » de grossissement X6, à basse luminosité et thermique), un télémètre laser Eyesafequi permet une prise de mesure allant de 10 à 10 000 mètres, un pointeur laser IR Eyesafe, un compas magnétique et en option un système de positionnement GPS, GLONASS, ou GALILEO selon le client.

MOSKITO TI

Son encombrement est réduit (dimensions de 130x170x880 mm) et il pèse moins de 1,33 kg. Il est alimenté par quatre piles de type CR 123, permettant une autonomie de six heures. Ce système à l’ergonomie travaillée permet une bonne prise en main et une mise en œuvre facilitée.

 

ENGEREK 4C 640 (TRANSVARO-Turquie)

ENGEREK 4 C 640 est une lunette de visée thermique pour arme d’épaule. Elle permet le tir de jour comme de nuit, mais également à travers la fumée.

La lunette fonctionne dans la bande spectrale des 8-14 µm. Elle possède un capteur de 640x480 pixels pour un champ de 16° et un grossissement de 1. L’alimentation assurée par deux piles AA offre une autonomie de quatre heures. Pour faciliter la prise de visée, l’optique est couplée à un pointeur laser IR d’une longueur d’onde de 650 nm.

Cette lunette thermique non refroidie compacte (142x70x83 mm) pèse moins de 453 grammes. L’optique est étanche jusqu’à un mètre de profondeur et la température de fonctionnement est de -45°c à +55°c.

ENGEREK 4C 640

 

MEERKAT LFA (INSTRO PRECISION - Grande Bretagne)

La firme britannique INSTRO PRECISION, reconnue pour la qualité de ses produits utilisés par de nombreuses armées, présentait le MEERKAT LFA, support trépied ultra léger.

Cette base est équipée de pieds indépendamment réglables en longueur. Sa configuration permet au LFA de travailler au plus près du sol réduisant ainsi au maximum la hauteur de la lunette de l’observateur, ce qui le protège des vues.

Le MEERKAT LFA pèse seulement 890 grammes et peut supporter un système de visée optique de plus de cinq kilogrammes. En position haute il mesure 709 mm et 167 mm en position basse. En position de transport, l’encombrement est de 103x106x500 mm.

Ce système intéresse dès à présent de nombreuses unités et notamment des entités américaines.

MEERKAT LFA

 

FRR (SCOTT Safety - Grande-Bretagne)

La compagnie britannique SCOTT Safety, spécialisée dans les équipements NRBC, présentait le nouveau masque à gaz FRR (First Responder Respirator).

L’apparition de cet équipement fait suite à la demande du ministère britannique de la défense qui souhaitait un masque performant et surtout simple d’utilisation. Le FRR est une évolution du GSR déjà adopté par de nombreux pays.

Le masque emploie des filtres NRBC à vocation civile et militaire. Il est disponible en cinq tailles. La conception modulaire du système permet de simplifier sa maintenance. Le FRR est doté d’une canule qui permet de s’hydrater. La face interne du masque possède une première partie à double joint qui améliore le confort et augmente la protection. Les valves jumelles montées en série permettent d’assurer une inspiration hautement purifiée avec une faible résistance du flux d’air. Le système de « masque dans un masque » a été breveté et permet une protection inégalée tout en contrôlant les effets de sudation.

Le masque peut être couplé à une interface d'amplification vocale de communication radio, une bouteille d’air auxiliaire et il peut recevoir des filtres optiques (IR, UV, etc.).

FRR

 

XQ 06 "FI" (KARTAL SavunnaTeknolojileri - Turquie)

La firme turque présentait pour la première fois le drone UAS XQ 06 « FI ». Ce système est de type « Hunter-Killer ».

Ce système permet à une équipe réduite d’effectuer un tir de précision à longue distance en l’absence de soutien d'artillerie ou d’appui aérien. Il est notamment capable de détruire un Pick-up à près de douze kilomètres.

XQ 06 « FI »

Ce système économique possède aussi l’avantage de posséder une signature sonore réduite. Le XQ 06 « FI »est conditionné dans un conteneur qui sert de tube de lancement, ce qui réduit son encombrement au transport.

Le système en vol pèse moins de 3,5 kilogrammes. Son envergure est de 150 centimètres et sa vitesse est comprise entre 75 et 112,5 km/h. Son altitude maximale est de 4 600 mètres et son autonomie est de 15 minutes. Il peut transporter jusqu’à 500 grammes d'explosif. L'acquisition de la cible s’effectue au moyen d’une caméra embarquée.

 

MRTP 45 (YOUNCA ONUK - Turquie)

La firme turque Younca Onuk spécialisée dans la construction de bâtiments de surface de type Fast Patrol et Fast Attack Craft présentait le MRTP 45.

Les bâtiments de type MRTP ont été conçus pour maximiser l'autonomie, le poids de l'équipement embarqué, la vitesse, la modularité, les capacités en mer, la fiabilité et une maintenance aisée. Dans le même temps, les études avaient pour but de réduire les coûts, les dimensions, le nombre de personnels embarqués et la signature radar du bâtiment.

Le MRTP 45 est la plus grande unité présentée par l'entreprise, avec une longueur de 48 mètres pour une masse de 270 tonnes. Selon la version, il est propulsé par trois moteurs diesels de 4300 kW ou par deux moteurs diesels de 1939 kW et de deux turbines à gaz de 7621 kW. La vitesse maximale est de 60 nœuds soit environ 111 km/h. Son autonomie est donnée pour 2 000 miles nautiques soit environ 3 700 kilomètres.

Le bâtiment sera configuré à la demande du client. La maquette présentée était armée d'une tourelle « stealth » de 57 mm à la proue, de tourelles télé-opérées STAMP sur les côtés, d'un lanceur de missiles anti-navires HARPOONBLOCK 2, de lanceurs de missiles anti-aériens IGLA et d'un lanceur RAMà la poupe.

MRTP 45

 

Torpille anti-torpille TORK (ASELSAN - Turquie)

La torpille anti-torpille TORK conçue par la compagnie turque ASELSAN était présentée pour la première fois.

Cette munition est destinée au missions de contre mesure et de destruction contre les torpilles lancées depuis les sous-marins, les bâtiments de surface ou les avions de patrouille maritime. Elle se distingue des torpilles de combat par sa manœuvrabilité et sa vitesse.

TORK

Elle peut être installée sur des bâtiments de surface et possède un système de guidage actif. La munition à vocation Hard-killmesure plus de 2 mètres, pour un diamètre de 200 mm et une masse de 200 kilogrammes.

Bien qu’il ne soit pas encore en service, ce nouveau produit démontre le dynamisme de la firme turque ASELSAN.

Partager cet article

Repost0
26 mai 2015 2 26 /05 /mai /2015 07:30
Turkish Air Force F-16 Fighting Falcon - photo UK MoD

Turkish Air Force F-16 Fighting Falcon - photo UK MoD

 

26-05-2015 Jérôme Bastion correspondant à Istanbul - RFI

 

La Turquie, par la voix de son chef de la diplomatie, a annoncé lundi un accord avec les Etats-Unis pour fournir un soutien aérien aux rebelles syriens censés lutter contre le groupe Etat islamique.Pour l'instant, l'administration américaine n'a pas encore confirmé l'existence d'une telle coopération même si Ankara et Washington ont mis en place un programme de soutien et d'équipement des rebelles syriens modérés concernant 15 000 hommes en trois ans. Un programme qui n’a toujours pas commencé en raison de divergences sur sa finalité.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 12:30
Convoyage du Rafale du 1-7 pour sa participation au NTM15 - photo Armée de l'Air

Convoyage du Rafale du 1-7 pour sa participation au NTM15 - photo Armée de l'Air

 

07/05/2015 Armée de l'air

 

Du 4 au 15 mai, l’escadron de chasse 1/7 « Provence » participe au Nato Tiger Meet 2015 organisé sur la base aérienne de Konya, en Turquie.

 

Cinq nations participantes

Organisé chaque année par l’un des escadrons membres de la Nato Tiger Association (NTA), le Nato Tiger Meet (NTM) rassemble les pays sous un emblème commun, le Tigre ou par extension un félin. Pour cette 51e édition, 5 nations se sont données rendez-vous. La France, la Pologne, la Suisse, l’Italie, et le pays hôte. Un petit format loin de déplaire aux participants. « En nombre moins conséquent, nous pouvons quand même mener nos entraînements et avoir jusqu’à 20 aéronefs en vol, explique l’un des pilotes. Et finalement bénéficier d’une coordination et de retours d’expériences presque plusfaciles à gérer ».

 

Le Rafale tigré en entraînement sur la base de Konya, en Turquie - photo Armée de l'Air

Le Rafale tigré en entraînement sur la base de Konya, en Turquie - photo Armée de l'Air

Trois des quatre Rafale déployés à destination de la Turquie - photo Armée de l'Air

Trois des quatre Rafale déployés à destination de la Turquie - photo Armée de l'Air

Un exercice d’ampleur internationale

Au-delà de l’esprit « Tigre » qui règne au sein des escadrons, le Nato Tiger Meet demeure un exercice propice aux entraînements des nations de l’Otan. Au côté de F16, de F18, ou encore d’un Awacs de l’Otan, les équipages Rafale s’entraîne à la préparation et la réalisation de missions en environnement interallié. Au programme : entraînement air-air, air-sol ou encore participation à des COMAO (Composite Air Operations – dispositifs complexes d’aéronefs variés réalisant des missions à multiples objectifs ».  « Parmi nos équipages, six jeunes pilotes découvrent pour la première fois le Nato Tiger Meet 2015, confie le commandant David. Pour eux, il est question d’entretenir leurs compétences à leur niveau de qualification ».

 

Faire régner l’esprit Tigre

La délégation française est composée de 57 aviateurs qui mettent en œuvre quatre Rafale de la base aérienne 113 de Saint-Dizier. L’un d’entre eux a été peint (cf. encadré). La dérive de l’aéronef arborant fièrement un tigre dans un vert prononcé. Une couleur qui dénote des versions précédentes mais qui apporte son lot d’originalité. « Nous avons privilégié une approche différente, dans l’esprit des films « Transformers », souligne le commandant David, du 1/7. C’est la troisième participation du « Provence » au NTM, depuis sa reprise officielle des traditions du 1/12 « Cambrésis », membre fondateur de la NTA, dissous en  mars 2012.

 

Designer officiel du « Provence »

photo Armée de l'Air

photo Armée de l'Air

Capitaine de la réserve citoyenne sur la base aérienne 113 de Saint-Dizier, Régis Rocca est graphiste dans le secteur privé et peintre officiel du Rafale tigré.

Il est passionné par l’aviation depuis son plus jeune âge. Aussi, il propose en 2008, à titre personnel, ses premiers dessins à l’escadron de chasse 1/12 « Cambrésis », sa vision d’un Mirage 2000 « Tigre ». Depuis, il participe à la réalisation de la livrée « Tigre », au profit du 1/12 « Cambrésis » puis désormais au profit de l’EC 1/7 « Provence ».

Il est le designer de plusieurs éléments graphiques pour les cérémonies du Tigre. Afin d’officialiser son lien avec l’armée de l’air, il est nommé depuis février 2015 capitaine de la réserve citoyenne.

Les pilotes ont été séduits par son travail artistique, il est d’ailleurs membre d’honneur de nombreux escadrons.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 11:30
source Towersight TW

source Towersight TW

 

March 29, 2015: Strategy page

 

In early March the Kurdish government of northern Iraq sent the fourth detachment of troops to Kobane in Syria. The Iraqi Kurds have been doing this monthly since late October 2014 to help defeat a determined ISIL (Islamic State of Iraq and the Levant) effort to take the largely Kurdish town. At first and for over a month Turkey refused to allow the Iraqi Kurds to move through Turkey to get to Kobane. Sending the troops in via northern Syria was not practical because of all the fighting going on throughout the area. Finally the Turks relented, largely because of all the media attention the Syrian Kurds were getting for holding off this major ISIL attack. By January 2014 ISIL admitted defeat and withdrew from Kobane. Now the Kurds are pushing ISIL back in this part of northern Syria, fighting the Islamic terrorists in dozens of Kurdish villages surrounding Kobane.

 

The Iraqi Kurds are specialized combat troops, many trained by American Special Forces. Each group of Iraqi Kurds goes to Kobane for a month, so as not to wear them out and lose them in the intense fighting these. Each of the four groups sent so far is company size (120-160 troops) and return to train other Kurds on how best to handle ISIL tactics.

Partager cet article

Repost0
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 08:30
Deux T-129 Atak volant en formation photo Turkish Aerospace Industries

Deux T-129 Atak volant en formation photo Turkish Aerospace Industries

 

26/03/2015 par Justine BOQUET – Air & Cosmos

 

La Turquie a débuté des négociations avec l’Italie à propos d'un partenariat qui devrait participer à gagner une certaine indépendance sur ses capacités industrielles militaires.

 

Lundi soir, le sous secrétaire du ministère de la défense turc – Ismail Demir – alors en visite au consulat italien, a annoncé avoir entamé des négociations avec son homologue italien dans le but de renforcer la coopération entre les deux pays dans le domaine de la défense.

 

Avec un budget de plus de 13 milliards de dollars consacré à la défense cette année, la Turquie souhaite s’appuyer davantage sur son marché intérieur à l’avenir. Ankara a d’ailleurs insisté sur ce point à propos des discussions entamé avec l'Italie. Il s’agit bel et bien de négociations de coopération et non de négociations commerciales. Comme Demir l’a rappelé « nous sommes habituées à travailler ensemble », ce que prouve la réalisation du T129 ATAK (hélicoptère turc dérivé du modèle italien A129).

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 17:30
Turquie: l'armée a engagé une vaste opération dans le sud-est du pays

 

25-03-2015 Par Jérôme Bastion correspondant à Istanbul- RFI

 

Depuis mardi 24 mars, l'armée turque est engagée dans le sud-est du pays dans une opération contre des positions de la rébellion kurde. Celle-ci a lieu malgré des négociations approfondies avec le PKK et son chef emprisonné, Abdullah Ocalan. Aucun bilan n'a été fourni, mais cette intervention illustre la fragilité du processus de paix en cours depuis fin 2012 et qui n'a guère avancé.

 

Lire l'article

Partager cet article

Repost0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 08:30
Two Turkish F-16s fly alongside a US Air Force KC-135 Stratotanker over the North Sea.(Photo US Air Force)

Two Turkish F-16s fly alongside a US Air Force KC-135 Stratotanker over the North Sea.(Photo US Air Force)

 

March 21, 2015 By Burak Ege Bekdil – Defense News

 

ANKARA — Turkey's government and military leaders have agreed to speed up the country's crawling program for the design, development and production of an indigenous fighter jet.

 

Officials here said there is a broad "administrative agreement" over a need to give the program a boost.

 

"The program will gain notable pace after the [parliamentary] elections [on June 7]," said one senior procurement official familiar with the program, dubbed TF-X. "There is consensus among the president [Recep Tayyip Erdogan], prime minister [Ahmet Davutoglu] and the Air Force that the program should go ahead with a 'priority tag.' "

 

An Air Force official assisting the program said the top brass in the service is "keen to go faster than before."

 

"Maximum [expert] input possible will be provided from our side," he said. "This is now an established policy."

 

Early in March, the Undersecretariat for Defense Industries (SSM) procurement agency released a request for information (RFI) for the ambitious TF-X.

 

In that document, SSM defined the scope of the fighter program as "indigenous design, development and production activities of the first Turkish fighter aircraft to meet Turkish Armed Forces' next generation fighter requirements and replace the existing F-16 fighter fleet starting from 2030s."

 

Companies or organizations capable of designing, developing and manufacturing the planned aircraft are invited to obtain an electronic copy of the RFI from SSM.

 

SSM officials say the release of the RFI marks a critical stage for the program, aiming "to see which companies would be willing to take part and which capabilities will be offered."

 

"We expect a satisfactory level of international interest," the procurement official said. "We already unofficially know that a number of foreign manufacturers hope to be part of this program."

 

He said a new roadmap also has been devised. The first thing Ankara will do, he said, is put together a team of SSM and Air Force officials that will be expected to run the program until the end.

 

"Soon there will formally be an enthusiastic team working on the ideal modality for the program," the official said. "That team is being structured at the moment."

 

Turkey's top procurement panel, the Defense Industry Executive Committee, chaired by Davutoglu, officially decided on Jan. 7 to go ahead with the TF-X program after reviewing its feasibility.

 

At the meeting, the committee decided to move beyond the pre-concept design stage. It said a twin-engine model would be pursued in the national fighter aircraft program.

 

Other members of the committee are Defense Minister Ismet Yilmaz, Chief of Military General Staff Gen. Ncdet Ozel and chief procurement official, Ismail Demir, head of the SSM.

 

Davutoglu has said that a twin-engine model would be pursued in the national fighter aircraft program.

 

But the procurement official said this is not an irreversible decision. "We remain flexible on the choice of engine modality. Depending on our choice of a base model we may rethink that," he said.

 

He also said the "base model" could be both a NATO or a non-NATO product.

Partager cet article

Repost0
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 18:30
The Turkish Air Force’s first A400M completed its initial flight in August 2013.(Photo Airbus DS)

The Turkish Air Force’s first A400M completed its initial flight in August 2013.(Photo Airbus DS)

 

March 23, 2015 By Burak Ege Bekdil – Defense News

 

ANKARA — The deliveries of two A400M military transport aircraft for Turkey, scheduled for this year, are facing delays, procurement officials here said.

 

The delay will result in penalties for the maker of the aircraft, Airbus Group, the officials said.

 

"The penalties specified in the contract can be cash payment or free equipment and services," one official said.

 

The official did not specify how long the delays are expected to be but said latest estimates show "they will probably be annoying enough but not as bad as the previous ones."

 

In 2003, Turkey signed a deal for a batch of 10 A400Ms, with final deliveries scheduled for 2018. Last year, two aircraft were delivered with two more to be received in 2015.

 

The delays in 2014 sparked a dispute between Airbus and the Turkish government. Turkey accused Airbus of failing in its delivery timetable, and Airbus accused Turkey for using delays for bargaining.

 

The latest A400M delivery to Turkey was formalized in December at Airbus consortium's final assembly line in Seville, Spain. The aircraft landed in the 12th Air Transportation Main Base Command in Erkilet in the Central Anatolian province of Kayseri. Turkey's first A400M was delivered last April, following months-long controversy over whether the aircraft met technical specifications.

 

Other A400M client nations are Belgium, France, Germany, Luxembourg, Malaysia, Spain and Britain.

Partager cet article

Repost0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 08:30
Chinese S-300 (HongQi 9 [HQ-9]) launcher during China's 60th anniversary parade, 2009. photo Jian Kang

Chinese S-300 (HongQi 9 [HQ-9]) launcher during China's 60th anniversary parade, 2009. photo Jian Kang

 

19.03.2015 sputniknews.com

 

La Chine a vendu à la Turquie des systèmes de défense antimissile qui aideront cette dernière à déployer son propre bouclier intercepteur.

 

La Chine a confirmé avoir vendu à la Turquie des systèmes de défense antimissile de sa conception, a annoncé jeudi le quotidien China Daily, citant la déclaration faite mardi 17 mars par un représentant de la China Precision Machinery Import and Export Corporation (CPMIEC) sur les ondes de la chaîne de télévision CCTV.

 

Le représentant de la CPMIEC a fait savoir notamment que la Turquie recevrait des systèmes sol-air FD-2000 — HQ-9 dans une version destinée à l'exportation. Il s'agit de la première livraison d'un système de défense antimissile chinois à un pays membre de l'Otan.

 

Selon la CCTV, le système chinois surpasse pour ses performances des armes similaires telles que le Patriot américain, le S-400 russe et le Samp-T franco-italien. D'après les analystes turcs, Ankara a choisi le système chinois en raison de son efficacité et de son prix.

 

Grâce au contrat avec la Chine, la Turquie pourra mettre en place sa propre capacité de défense antimissile balistique.

Partager cet article

Repost0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 08:30
Turkey Releases RFI for Fighter Program

 

March 15, 2015 By Burak Ege Bekdil – Defense News

 

ANKARA, Turkey — The Turkish government finally released a Request for Information (RFI) for its ambitious program for the design, development and production of an indigenous fighter jet.

 

The country's procurement agency, the Undersecretariat for Defense Industries (SSM), defined in the RFI document the scope of the fighter program, dubbed TF-X, as "indigenous design, development and production activities of the first Turkish fighter aircraft to meet Turkish Armed Forces' next generation fighter requirements and replace the existing F-16 fighter fleet starting from 2030s."

 

Companies or organizations capable of designing, developing and manufacturing the planned aircraft are invited to obtain an electronic copy of the RFI from SSM.

 

"This is a critical stage for the program," a senior SSM official familiar with the program said. "We wish to see which companies would be willing to take part and which capabilities will be offered.

 

Turkey's top procurement panel, the Defense Industry Executive Committee, chaired by Prime Minister Ahmet Davutoglu, decided Jan. 7 to go ahead with the TF-X program after reviewing its feasibility.

 

At the meeting, the committee decided to move beyond the pre-concept design stage. It said that a twin-engine model would be pursued in the national fighter aircraft program.

Partager cet article

Repost0
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 08:30
A new Aselsan plant will produce radar and electronic warfare gear.(Photo: Aselsan)

A new Aselsan plant will produce radar and electronic warfare gear.(Photo: Aselsan)

 

 

March 17, 2015 By Burak Ege Bekdil – Defense News

 

ANKARA — Turkish defense electronics specialist Aselsan, the country's biggest defense company, on Monday inaugurated a $157 million plant in Golbasi near Ankara.

 

The plant will specialize in radars and electronic warfare (EW) suites for land, air, naval, space and unmanned platforms, the company said.

 

The new plant, first planned in 2012, will feature integration and test fields and specialize in module designing and production for radar and EW systems.

 

The inauguration ceremony was attended by Turkish President Recep Tayyip Erdogan, Prime Minister Ahmet Davutoglu, Defense Minister Ismet Yilmaz and chief of the General Staff Gen. Necdet Ozel.

 

Speaking at the ceremony, Yilmaz said that a particular speciality of Aselsan's new production facility will be to produce "modules which are one of the fundamental parts of radar and electronic warfare systems whose procurement from foreign sources depend on strict restrictions."

 

Hasan Canbolat, Aselsan's board chairman, said the plant marks the fact that Turkey is one of the few countries that does not rely on foreign technology in radars and EW suites.

 

He said that Aselsan alone accounted for 34 percent of the research and development activity across Turkey's defense industry. Aselsan has invested in five plants in and outside Turkey over the past three years.

Partager cet article

Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 18:30
Turkey Begins Training Groups to Fight ISIS

 

March 17, 2015 By Burak Ege Bekdil – Defense News

 

ANKARA, Turkey — Turkish special forces have started training local Iraqi and Syrian groups to fight the Islamic State group, officials here said.

 

"The training mission has taken off with a view to reinforce Iraqi groups that volunteer to fight ISIS," a senior Turkish diplomat said. "But Turkey's contribution to the [western] coalition's fight against ISIS will not be limited to training. Logistical support will be given [as well]."

 

A military official said that the special forcmaes, also known as the "Maroon Berets," were training Kurdish peshmerga in the Iraqi cities of Arbil. He said the training program also involves ethnic Turkmen forces in Mosul, Iraq's second biggest city, as well as in a discreet location inside Syria.

 

Recently, the Kurdish Regional Government (KRG) in northern Iraq announced that at least 16,000 Iraqi troops had been trained over the past four months to retake Mosul from ISIS. Islamic State fighters have captured large swathes of land in Syria and Iraq since last summer.

 

The military official said the training program was designed to enhance asymmetrical warfare capabilities of the anti-ISIS forces. It involves asymmetrical fighting, sabotage, communications and intelligence gathering.

 

The training program aims to augment a looming military offensive against ISIS to retake Mosul.

 

Prime Minister Ahmet Davutoglu said in early March that Turkey was willing to support a possible operation to reclaim Mosul from ISIS, but it will avoid any direct combat unless it is attacked on its own soil.

 

Neither the Turkish diplomat nor the military official could confirm whether the Turkish support would also include sending arms and other military equipment to the anti-ISIS coalition.

Partager cet article

Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 17:40
photo NATO

photo NATO

 

17 Mars 2015 Par Marine & Océans

 

Dans le contexte de tension existant entre la Russie et l'Occident, l'OTAN poursuit ses exercices navals en Mer noire, au large de la Roumanie. Des bâtiments américains, canadiens, turcs, allemands, italiens et Roumains y simulent des ripostes anti-aériennes et sous-marines.

Partager cet article

Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 17:55
« Sécurité énergétique et pacification des conflits : le rôle géostratégique de la Turquie »

 

source Ingrid VANHEE, Responsable du Comité Energies de l’ANAJ-IHEDN

 

Le Comité Énergies a le plaisir de vous présenter son atelier sur le thème:

 

Sécurité énergétique et pacification des conflits : le rôle géostratégique de la Turquie

 

Noémie REBIERE*, Doctorante à l’Institut Français de Géopolitique

Lundi 23 mars - 19h30 à 21h00

Salle Athéna - Ecole militaire
 

Aujourd’hui doctorante à l’Institut Français de Géopolitique, ​Noémie Rebière travaille sur l​a​ sécurité énergétique​ et​ le rôle géostratégique de la Turquie. Ses principaux axes de recherche concernent l’évolution de​s​ politique​s​ énergétique​s européenne et​​ turque dans un contexte ​de ​crises géopolitiques régionales sous-tendues par des enjeux énergétiques​, notamment en Russie et au Moyen Orient. La Turquie, au carrefour des pays importateurs et producteurs d’hydrocarbures, constitue la principale route de transit pour diversifier les importations de l’Union européenne. Noémie nous présentera les différents projets d’infrastructures énergétiques qui passent par le territoire turc et les enjeux géostratégiques qu’ils représentent.

* Titulaire d’un master en Histoire des relations internationales et des mondes étrangers à l’Université Paris 1 Sorbonne, Noémie Rebière s’est spécialisée sur la Turquie en produisant un mémoire de recherche sur l’évolution de la vision de la diplomatie et de la presse française depuis la Révolution Jeune turque de 1908 sous l’Empire Ottoman jusqu’à la naissance de la Turquie moderne. Elle a ensuite intégré l’Institut Français de Géopolitique à l’Université Paris 8, où elle a écrit son mémoire sur la géopolitique de l’énergie en Turquie et son repositionnement sur l’échiquier mondial : les gazoducs TANAP et TAP comme cas d’étude.

sinscrire


energies@anaj-ihedn.org

Partager cet article

Repost0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 12:30
source-globalresearch-ca

source-globalresearch-ca

 

13-03-2015 par Jérôme Bastion correspondant à Istanbul - RFI

 

L'émir du Qatar aurait rendu une visite inopinée, ce jeudi, au président Erdogan en Turquie, mais cette information n'a pas été confirmée - une telle visite n'était d'ailleurs pas inscrite sur le programme officiel de la présidence turque. A la veille de la visite à Ankara du chef du Centcom américain, John Allen, qui supervise les opérations de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique, les deux hommes auraient évoqué un renforcement de la coopération militaire entre les deux pays, mais sans lien direct avec la situation actuelle en Syrie et en Irak.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 08:30
F-4 Phantom II - Turkish Air Force

F-4 Phantom II - Turkish Air Force

 

Mar 13, 2015 defense-aerospace.com

(Source: Daily Sabah; published Mar 11, 2015)

 

Turkish Air Forces Announce Halt of RF-4E Warplanes

 

ISTANBUL --- The RF-4E, a type of F-4 fighter jet, will be taken out of service starting on Thursday, weeks after three F-4 class aircraft crashed in central and southeastern Turkey, killing six officers.

 

Gen. Abidin Ünal, commander of the Turkish Air Force's Combatant Air Force Command, announced on Wednesday that the aircraft, which are mainly used in reconnaissance and training flights, will be decommissioned after "one last flight" by himself and Air Force Commander Gen. Akın Öztürk on Thursday.

 

Speaking at the command base in western Turkey's Eskişehir, where an F-4E took off before crashing in Konya province on March 5 killing two officers aboard, Ünal said that two RF-4E aircraft had killed four military officers when they crashed in Malatya on Feb. 24.

 

"We mourn the victims in these subsequent crashes. These crashes brought the aircraft into the spotlight. Everyone interpreted the crashes differently and we have seen comments misleading the public and ignoring the grief of the victims' families and colleagues," he said, noting that the investigation into the crashes was still underway and it would not be concluded in a short time.

 

Mentioning comments that defined the aircraft as "junk" and "old" and pilots as insufficiently trained, Ünal said the jets were eligible for flight until the end of 2015. He said that RF-4E aircraft were designed for reconnaissance missions exclusively and elaborated on their modernization. He said they were planning to "retire" them and replace them with F-16 jets gradually, but as F-16s completed the test flights successfully as of Tuesday, they decided to speed up the process. "We will have a decommissioning ceremony yesterday and I will fly an RF-4E [on Thursday] with our Air Force Commander," he said.

 

Ünal also spoke about the initial findings in the Malatya crashes and said a "human and communications error" might have caused them, noting that the pilots were flying below the altitude required to be kept steady in the area when they crashed into a hill.

 

In the Konya crash, Ünal said the pilots pressed the button that would eject them to safety "one second late" and denied media reports that the pilots were inexperienced.

 

The aircraft involving two crashes in Malatya were RF-4E planes that were first employed by Turkey in the 1980s while the one that crashed in Konya was an F-4E 2020, which will be in use until its eponymous year. The crash in Konya was attributed to "pilot error," according to Minister of National Defense İsmet Yılmaz. Yılmaz said earlier that F-4 jets will be in use until their expiration date five years later after a joint decision by the army and the government. Yılmaz has said past accidents involving the aircraft were primarily due to pilot error and defended their continued use, citing that Egypt, South Korea and Greece also used the fighter jets.

 

Currently, Turkey has eight RF-4E jets and 47 F-4E 2020. F-4 jets have been in use by the Turkish Air Force since 1980 for reconnaissance and training missions. Eleven RF4-Es have crashed between 1995 and 2015. A total of 10 officers were killed in those accidents, which were all mid-air collisions and crashes.

 

The country's F-4 fleet, composed of aircraft donated or bought from Germany and the U.S., underwent a modernization process in 2009. Aviation experts note that the modernization was thorough and the aircraft are as good as new.

 

Crashes have also fuelled conspiracy theories as it was revealed all crashed aircraft were modernized by Israel with which Turkey has strained relations. According to authorities, four crashed aircraft were indeed modernized by Israel while the ones that crashed in Malatya and Konya were modernized by Turkey.

 

Abidin Ünal also spoke about concerns related to a shortage of veteran pilots after casualties. He said 374 pilots quit the Air Force between 2010 and 2015 but the number of pilots, which was 1,280 before the resignations, rose to 1,300 in 2015. He said resignations did not impact the training of pilots. Ünal attributed the resignations to better pay in the private sector, frequent reassignment of pilots and obligation to serve 30 years for retirement eligibility.

Partager cet article

Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 17:30
Syria: The Accountants Always Win In The End

Syria Situation Report  March 2-10, 2015 credits ISW

 

March 11, 2015: Strategy Page

 

ISIL is having problems with its foreign recruits. Many of them arrive with the intention of simply living in an “Islamic state” not fighting to expand that state. ISIL tried to accommodate the foreigners, lest they return home and report unfavorably about life in ISIL controlled territory. This led to foreign recruits getting better treatment (housing, food, access to “wives” and all manner of creature comforts. This, naturally, led to resentment by local (Syria and Iraq) recruits. That led to more locals deserting, joining the growing number of foreigners who simply walked away. Or tried to walk away as in late 20134 ISIL began accusing those who left of desertion and jailing or executing them. This inspired more (but better planned) desertions and growing dissent within both the ranks and among commanders. ISIL does want skilled foreigners in their caliphate but most of the foreign volunteers have no useful skills and ISIL seeks to use them as fighters or suicide bombers. Few people with useful skills are eager to join ISIL.

 

Internal criticism is not the only problem ISIL is facing in 2015. ISIL has recently suffered prominent defeats in Iraq and Syria as well as continued rebellions in both countries. Even the Syrian Army is retaking ground from ISIL. The Kurds are defeating ISIL forces outside Kobane in Syria and near the Iraq border. In Iraq Kurds, Iraqi soldiers and Sunni and Shia militias are both stopping ISIL attacks and pushing back ISIL forces outside of Mosul, Kirkuk and Tikrit. An offensive to retake Mosul is expected before June. Meanwhile air attacks not only continue but are more frequent and more damaging. This makes it more difficult to stockpile supplies or move large numbers of gunmen quickly. More leaders are being found and killed by these air attacks. Important economic targets like oil refineries are being destroyed. Inside the ISIL run “caliphate” (eastern Syria and western Iraq) there are growing shortages of everything and ISIL is finding that conquest is easier than running an economy. The economic problems fuel the rebellions and desertions and it’s a vicious circle that is destroying ISIL from within. The problem with ISIL is that so far it has solved its supply (logistical) problems via looting. But there has been no new conquests to loot for over six months and the stockpiles of plunder taken in 2014 is nearly exhausted. It’s another example of the old military maxim, “amateurs study tactics while professionals study logistics.” The accountants always win in the end.

 

The forces arrayed against ISIL have a better grasp of the logistical problems and have done something with that awareness. Thus Kurdish and Iraqi forces operating along the border with Syria have cut the best supply routes between Syria and Iraq. ISIL can still move between these two areas but with greater difficulty (using more fuel and time to do so). Taking longer to travel puts ISIL more at greater risk of attack by coalition warplanes. Worse, it becomes impractical to move essential supplies (especially food and fuel) between Iraq and Syria. The increasingly effective air attacks have also made ISIL more paranoid. This has led to greater scrutiny of foreign recruits. That resulted in a recent video showing a 10 year old ISIL “cub” shooting a kneeling foreigner in the head with a pistol. The executed man was a 19 year old Israeli Arab accused of spying for Israel. That is not completely unlikely but the Israelis don’t usually recruits men this young or unreliable. The executed man was reported by his family to have joined ISIL in October 2014. His family opposed the move and stayed in touch via sell phone and the Internet. In early 2015 the family discovered that their son had been imprisoned by ISIL for trying to leave. Apparently someone at ISIL thought they could make something of this by accusing the teenager of espionage and executing him on video. ISIL is all about grabbing media attention but in this case they are not doing much to increase recruitment among Israeli Arabs or Palestinians. Other ISIL deserters have even worse situations. Many locals serving with ISIL who desert are already deserters from the Syrian security forces and those with families living in Syrian government controlled areas have nowhere to go and are subject to arrest and execution by both ISIL and the Syrian government. Most of these men join the growing number of Syrians leaving the country and heading for refugee camps in Turkey, Lebanon or Jordan.

 

The coalition air offensive has carried out over 2,600 air strikes since August 2014 and used over 3,000 smart bombs and missiles in those attacks. Even more worrisome is the increasingly aggressive anti-ISIL actions of neighboring nations. Lebanon, Turkey and Jordan have increased border security and in Lebanon the army has forced ISIL and other rebel groups out of bases they set up in Lebanon and back into Syria. Worse the Lebanese followed up this with more troops on the border in fortified camps. In other words the Lebanese are preparing to confront any attempts by Syrian rebels to move back into Syria. While the Jordanians are enraged and more active because ISIL murdered one of their F-16 pilots in January by burning him to death the Turks are more concerned with Kurdish separatism than any threat from ISIL or any other Islamic terrorists. The Turks have been dealing (often using great brutality) with murderous Arabs for centuries and the Arabs remember all that. As a result ISIL does not make any effort to expand into Turkey. For the Turks, their ugly treatment of Arabs in the past is still useful because many Arabs fear that the Turks would go all old school on them if sufficiently provoked.

 

Meanwhile the coalition assembled by the United States in mid-2014 continues to have problems because the Arab members cannot agree with each other on how to deal with ISIL. Some countries, like Qatar, have many citizens and leaders who approve of Islamic terrorism (although not ISIL, which even al Qaeda condemns). Arab oil states in the Persian Gulf are more concerned with Iran than with ISIL and criticize the United States for not sending ground troops back to Iraq to take care of ISIL. Many Arabs blame the United States for al Qaeda and ISIL despite the fact that such violent, xenophobic Islamic terror groups have been around for centuries, and the less violence majority of Moslems has never mustered the will to deal with this recurring problem once and for all.

 

ISIL also has to worry about some of its allies. In the last year ISIL has persuaded many Syrian Islamic terrorist rebels to switch sides. These Islamic terrorists joined the fight against ISIL in early 2014 but eventually agreed to put aside their differences and join ISIL in destroying the Assad government. These new allies still hate and wish to destroy ISIL, and now find that the Assad government has not been weakened much by this alliance and the Syrian Army is again on the offensive. The coalition air strikes, which should be directed at the Assads were instead concentrating on ISIL and those groups associated with ISIL. Thus a major ally of ISIL, al Qaeda affiliate al Nusra, recently lost its leader to a recent coalition air strike. There have been more air strikes this year, after ISIL released a video of a captured Jordanian pilot being burned to death. Groups like al Nusra, which used to get a lot of cash and other aid from wealthy Arab fans in Gulf oil states saw that disappear because of the grisly execution video. ISIL now has to plan for the growing possibility that al Nusra will change sides again, because ISIL is beginning to look like a loser and that is a death sentence for Islamic terrorists. As the popular Islamic saying goes; “God wills it.” This describes fortune as well as failure, the blessed as well as the cursed.

 

ISIL savagery has led many of the minorities (especially Christians) that it loves to torment to stand and fight rather than flee. Thus in the northeast Christian militias have gotten stronger and joined forces with their sometimes (in the past) Kurdish allies to fight the common enemy. This is in response to a sharp increase in ISIL anti-Christian violence in late 2014. Many Christians are sticking around and fighting in part because ISIL has kidnapped over 200 local Christians (and some Kurds as well) in the last few months and is offering to return them for ransoms (cash or captive ISIL men or weapons). The cash ransoms demanded are not large (under $2,000 per person) but ISIL would rather get captives and weapons back. ISIL has growing shortages of cash, recruits and weapons. But many Christians and Kurds who have already lost kin do not want to make any deals with ISIL and would rather just kill the Islamic terrorists. Since the Kurds have air support, they are very good at that and ISIL is increasingly reluctant to get tied down in battles with Kurds. In addition to being skilled and disciplined fighters, the Kurds can eventually depend on help from above if a battle with ISIL drags on too long. But even the Syrian troops are betting better, apparently because of training, weapons and advice they are getting from Iran. The Lebanese Hezbollah are similarly unlikely to run away when they run into ISIL. The good old days of simply terrifying your opponent into fleeing appear to be over. In this case the good old days really were better, at least for ISIL.

 

On the Syrian border Israel is working more with Syrian rebels (except ISIL) to help stop Iran from establishing a presence in the area so they can launch attacks into Israel. Iranians have been bragging about doing this and Iran has sent more senior officers to work with Hezbollah and the Syrian Army efforts to clear all the rebels away from the Israeli border. Iran is also bringing in thousands of additional Iranian volunteers to join rebel militias in the fight against the rebels. Naturally the rebels oppose this Iranian effort and now see Israel as an ally. Israel has provided support for some rebels with the understanding that the rebels would not attack Israel and would help prevent anyone else from doing so. Thus Israel stays in contact with some Syrian rebels across its border, provides medical treatment (for over 2,000 rebels and civilians so far) and attacks Hezbollah and Syrian Army targets when there is any fire into Israel from the Syrian side. The rebels often provide Israel with data on where hidden Syrian Army or Hezbollah units are, providing Israeli warplanes and artillery with precise and conformed targets. While some of these “cooperative rebels” are Islamic radicals and will eventually turn on Israel if given a chance, for the moment the policy is “the enemy of my enemy is my friend.”

 

March 5, 2015:  ISIL ally al Nusra admitted that their supreme leader died of wounds he suffered in a recent coalition air strike on a meeting of al Nusra leaders near the Turkish border. Some lower ranking leaders were also killed.

 

March 4, 2015: The Hazm Movement, one of the few Islamic rebel groups that were not allied with ISIL or al Qaeda, officially dissolved. Hazm has been at war with al Nusra since late 2014, after years of growing tensions. In the end there were only a few hundred Hazm members left. At its peak in 2012-13 Hazm had ten times that. Al Nusra and ISIL continued to fight Hazm outside Aleppo and near the Turkish border (Idib province). Hazm had long received American weapons although many of these were seized by al Nusra when Hazm was forced to retreat in 2014.  Despite the loss of Hazm the Syrian Army is still holding onto recent gains around Aleppo.

 

UN efforts to get the army and rebels to agree to cease fires to allow humanitarian aid to get in continue to be rejected, even though the fighting is stalled. The Syrian government was so annoyed at UN efforts to make deals with the Islamic terrorist rebels (without informing the Assads) that they recently expelled three UN officials, just the make the point that the Syrian government is still around. Yet the UN remains quite hostile to the Assads who are seen as little better than ISIL when it comes to mistreatment of civilians. The UN believes that Syrian air and artillery attacks have been the major cause of civilian deaths. The UN estimates that over 7,000 civilians have died in Syria in the last year and over 80 percent of those deaths were caused by the Syrian government (which has lots of artillery and a functioning air force).

 

March 2, 2015: Israel claims that Syria has transferred some long range (700 kilometers) SCUD ballistic missiles to Hezbollah. These missiles carry a half ton high-explosive warhead. These SCUDs are actually North Korean variants on the original Russian SCUD that have a smaller warhead to enable longer range. Syria is giving them to Hezbollah to free up troops who have been guarding them and to avoid the risk of them getting captured. Israel has an anti-missile defense system that can stop these Scuds, as well as the other long range (about 200 kilometers) rockets Hezbollah has received from Iran and Syria.

 

March 1, 2015: In February about 1,100 Iraqis died from terrorist related violence. That’s about 20 percent less than January, when nearly 1,400 died. The Iraq death toll for all of 2014 was about 15,600. That’s a big jump from 2013 when the death toll was 8,900 for all of Iraq and only ten percent of those were terrorists while the majority were Shia civilians. Previously the worst year was 2007, when nearly 18,000 died. Then as now the main cause of the mayhem and murder was Sunni fanatics who want to run the country as a Sunni dictatorship. Still Iraq was a lot less violent than neighboring Syria where the 2014 death toll was 76,000. That’s over 91,000 dead in the two countries where ISIL is most active. The death toll in Syria continues to rise, even as it is declining in Iraq.

 

February 21, 2015:  Hundreds of Turkish troops advanced into Syria to evacuate 38 Turkish soldiers guarding the grave of one of the founders of the Ottoman Empire. The grave site was increasingly threatened by nearby ISIL gunmen. Rather than send more troops to defend the grave site (27 kilometers from the Turkish border) the honored corpse was moved to a site 200 meters inside Syria. The previous site was established in 1973 when the nearby original site was covered by a lake created by a newly built dam. Syria agreed to this arrangement, which is protected by international treaty. This latest move was very unpopular inside Turkey, where disdain for Arabs is not hidden.

 

February 20, 2015: Russian intelligence officials believe that about 1,700 Russian citizens (mainly Moslems from the Caucasus and Central Asia) are fighting for ISIL in Syria and Iraq. Russia believes this is about ten percent of ISIL strength.

 

February 19, 2015: Turkey and the United States formally agreed to (and finally signed) a deal that has Turkey hosting and assisting in the training of Syrian rebels. The U.S. has so far screened nearly 2,000 Syrian rebels to be sent to training at camps in Turkey, Saudi Arabia and Qatar. Those selected are believed much less likely to be radicalized and the United States hopes to have 3,000 trained and in action by the end of 2015. Such screening is difficult but the Americans had help from Saudi Arabia, which has had more success in that respect. The American effort is criticized for being too slow and producing too few armed and trained fighters to make a difference. At the moment American government policy limits what U.S. counter-terrorism efforts can do. Under these conditions the Americans plan to use their reliable rebels to call in air strikes and provide accurate information of what is going on inside Syria. This decision is based on the success the U.S. has had with the Kurds. Thus the Americans are trying to find equally reliable Arab rebels in Syria to call in air strikes. Using contacts the Kurds have developed over the years the U.S. is seeking small teams of Arab rebels who can be taught how to call in airstrikes. These teams will be equipped with armed (with a machine-gun) pickup trucks and the special radios and sent them back to Syria. This is risky, as all it takes is one rogue air strike team to get the wrong people killed and cause a diplomatic and media mess. This is considered a worthwhile risk because, as the experience with the Kurds has shown, the ISIL fighters are often sloppy during combat (because so many ISIL fighters have little training or combat experience) and that provides excellent opportunities for a single smart bomb to cause enormous (and demoralizing and often decisive) casualties. This is what happened at Kobane, where even ISIL had to admit they got beat, big time because of all those air strikes.

Partager cet article

Repost0
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 12:30
F-4 Phantom II de la Force Aérienne Turque

F-4 Phantom II de la Force Aérienne Turque

 

11 Mars 2015 par Defens’Aero

 

La Force Aérienne et Spatiale Turque traverse actuellement une période difficile et douloureuse. En effet, après avoir perdu deux pilotes de chasse et deux officiers navigateurs système d'armes lors d'une collision entre deux F-4 Phantom II le 24 Février dernier, un troisième et tragique accident vient de se passer, encore avec un F-4 Phantom II.

 

Selon les médias locaux turcs, un F-4E Phantom II-2020 "Terminator" s'est écrasé Jeudi 05 Mars au cours d'un exercice de formation, conjointement organisé avec la Force Aérienne Azerbaïdjanaise.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 13:45
L'EI recrute-t-il au Nigeria?

 

10.03.2015 BBC Afrique

 

Le fils de l'ancien président de la Cour suprême nigériane est suspecté d'avoir rejoint l'organisation Etat islamique.

 

L’information a été confirmée par l'ambassade turque, qui aurait délivré un visa au jeune homme.

La nouvelle a été accueillie avec stupeur par la famille d’Ibrahim Lawal Uwais.

Selon ses proches, Uwais condamnait avec la plus grande force les violences meurtrières commises par Boko Haram au Nigeria.

Agé d'une quarantaine d'années, il aurait quitté le Nigeria pour le Moyen Orient avec ses deux femmes et ses quatre enfants le mois dernier.

Le département nigérian de la Sécurité d'Etat a dit suivre ce dossier.

C'est un membre de la belle-famille d’Uwais qui, alerté par l'une de ses épouses, a rendu public sa disparition.

On ne sait pas ce qui a déclenché ce potentiel ralliement à L'EI.

Les autorités nigérianes essayent ces derniers temps d'attirer l'attention des parents sur les risques de radicalisation de leurs enfants via les réseaux sociaux.

C'est la deuxième fois qu'un fils de la grande bourgeoisie nigériane est accusé de vouloir combattre au nom d'un groupe islamiste étranger.

En 2008, Umar Farouk Muttalab, dont le géniteur est un grand banquier nigérian, avait tenté de faire sauter un vol Amsterdam-Detroit au nom d'Al-Qaïda.

Son père, choqué par la radicalisation de son fils, avait d'ailleurs alerté l'ambassade américaine d'Abuja, la capitale nigériane, peu de temps avant la tentative d'attentat.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 17:40
Des navires OTAN déployés en mer Noire pour des activités d’entraînement

 

05 Mar. 2015 OTAN

 

Des navires du 2e Groupe maritime permanent OTAN (SNMG2) sont arrivés en mer Noire mercredi 4 mars 2015 pour s’entraîner avec des bâtiments des marines bulgare, roumaine et turque. Sont prévus au programme des exercices de défense aérienne et de guerre anti-sous-marine ainsi que des exercices mettant en jeu des attaques par de petites embarcations et des manœuvres maritimes simples.

 

Les activités d’entraînement et les exercices auxquels nous allons nous livrer en mer Noire avec nos Alliés sont destinés à nous préparer à toute mission que l’OTAN serait amenée à lancer pour s’acquitter de ses obligations en matière de défense collective, a indiqué le vice-amiral américain Brad Williamson, actuellement aux commandes du SNMG2. La flotte se compose du USS Vicksburg (États-Unis), qui en est le navire amiral, du NCSM Fredericton (Canada), du TCG Turgutreis (Turquie), du FGS Spessart (Allemagne) et l’ITS Aliseo (Italie) et du ROS Regina Maria (Roumanie). Cette puissante force navale OTAN se distingue par ses capacités de contrôle de l’espace maritime, de lutte anti-sous-marine et de défense aérienne.

 

Le déploiement du SNMG2 en mer Noire s’effectue dans le plein respect des conventions internationales et s’inscrit dans le cadre d’une visite programmée pour l’entraînement et en tant que mesure d’assurance à l’intention des pays de l’Alliance riverains de la mer Noire. Le Groupe remettra le cap sur la Méditerranée dans le courant du mois et reprendra ses missions de patrouille pour contribuer à la connaissance de la situation maritime dans la région.

Partager cet article

Repost0
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 14:30
credits BBC MidEast

credits BBC MidEast

 

05/03/2015 Le Point.fr (AFP)

 

Ankara concourt à la coalition internationale anti-djihadiste en envoyant du matériel militaire aux forces armées irakiennes qui tentent de reprendre Tikrit.

 

La Turquie ne participera pas aux combats contre le groupe État islamique (EI) en Irak mais soutiendra l'administration de ce pays dans sa lutte contre les djihadistes, a déclaré son Premier ministre Ahmet Davutoglu, cité jeudi par la presse. "La Turquie ne sera pas partie prenante à un conflit armé en Irak ou en Syrie. Nous soutiendrons l'offensive à Mossoul (Irak) mais nous n'entrerons pas directement dans les combats", a dit M. Davutoglu aux journalistes qui l'accompagnaient à New York pour des entretiens avec les milieux financiers.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:50
Materieel Patriotmissie Turkije weer terug - @Defensie


3 mars 2015 Defensie.NL

 

Al het materieel dat voor de Patriotmissie in Turkije was, is terug. Het schip dat het luchtafweergeschut, goederen en voertuigen transporteerde, meerde maandag 2 maart 2014 af in Eemshaven.
3 maart gaan meer dan 160 voertuigen in verschillende colonnes de weg op. Nog eens zo’n 70 containers volgen woensdag. Die dag is alles weer terug op de Luitenant-Generaal Bestkazerne in het Limburgse Vredepeel. Het materieel krijgt er groot onderhoud en wordt gemodificeerd.

http://defensie.nl
http://werkenbijdefensie.nl

http://magazines.defensie.nl
http://twitter.com/defensie

Partager cet article

Repost0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:30
Aselsan, Honeywell Sign MoU on Collaboration

 

Feb 27 2015 trdefence.com (DefenseNews)

 

ANKARA — Turkish defense electronics specialist Aselsan and US Honeywell have signed a memorandum of understanding to generate a framework for future collaboration, Aselsan said in a statement Friday.

 

The statement from Turkey’s biggest company said: “[Aselsan and Honeywell] signed a memorandum of understanding on the third day of the IDEX 2015 Exhibition at Abu Dhabi.”

 

It said that the agreement sets forth a pathway for collaboration on avionics products for both civilian and military industries.

 

It also said: “To ensure that the cooperative work to be undertaken by the companies proceeds efficiently, the parties have agreed to establish a Steering Committee to ensure regular meetings as well as dedicated Working Groups to execute the collaborative efforts.”

 

Aselsan says its business focuses on in-house critical capabilities, state-of-the-art technologies and sustainable research and development.

 

The company, listed on the Istanbul Stock Exchange, primarily engages in design, development, production, system integration, modernization and after sales services in the fields of military communication systems, professional communication systems, radar and electronic warfare systems, electro-optical systems, avionic systems, defense and weapon systems, C4ISR systems, naval combat systems, transportation systems, security systems, and energy and power management systems.

Partager cet article

Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 13:45
Libya's PM says Turkey supplying weapons to rival Tripoli group

 

02 March 2015 defenceWeb (Reuters)

 

Libya's internationally recognized Prime Minister Abdullah al-Thinni said his government would stop dealing with Turkey because it was sending weapons to a rival group in Tripoli so "the Libyan people kill each other".

 

Two administrations, one in the capital and Thinni's in the east, have been battling for power since the armed group Libya Dawn seized Tripoli in July and reinstated lawmakers from a previous assembly, four years after Muammar Gaddafi was ousted.

 

"Turkey is a state that is not dealing honestly with us. It's exporting weapons to us so the Libyan people kill each other," Thinni told Egyptian TV channel CBC late on Thursday.

 

A spokesman for Turkey's Foreign Ministry strongly denied Thinni's allegations.

 

"Instead of repeating the same baseless and untrue allegations we advise them to support U.N. efforts for political dialogue," spokesman Tanju Bilgic said.

 

"Our policy vis-a-vis Libya is very clear. We are against any external intervention in Libya and we fully support the ongoing political dialogue process under U.N. mediation."

 

Turkey is one of a handful of countries which has publicly received officials from the Tripoli government and parliament.

 

Thinni's government said this week it would exclude companies from future deals, accusing Ankara of backing the Tripoli government.

 

He repeated that Turkish firms would be excluded from contracts in territory controlled by his government in the CBC interview, noting that any outstanding bills would be paid.

 

"We don't say we are hostile to Turkey but we say we don't deal with it," he said.

 

Critics of Ankara say its Libya policy is an extension of a pro-Islamist agenda which has already seen relations sour with other former allies, notably Egypt.

 

Thinni also accused Qatar of giving "material" support to the rival side in the Libyan conflict. He did not elaborate.

 

Army general Khalifa Haftar, who merged his forces with the army in the east to fight Islamist militants, is seen as a potential rival to Thinni. While the alliance has enabled them to win back territory, Haftar has been criticized for air strikes on civilian airports.

 

On Wednesday, a spokesman for Thinni's parliament said the assembly's president would appoint Haftar as top army commander.

 

In the eastern city of Benghazi on Friday, unknown gunmen shot with what appeared to be anti-aircraft guns at a protest supporting the army and Haftar.

 

Nobody was hurt but three nearby buildings were hit, a Reuters reporter at the scene said.

 

The protesters had demanded classifying the Muslim Brotherhood as a "terrorist" organization, like in Egypt.

 

The Brotherhood has a presence in the rival parliament in Tripoli and western Libya.

 

Thinni's government accuses it of having ties to militant groups such as Ansar al-Sharia, blamed by Washington for an attack on the U.S. consulate in Benghazi where the U.S. ambassador died.

 

The Brotherhood in Libya says it is a peaceful organization. No more details were immediately available.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories