Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 12:30
Gendarmerie officer arrested in MİT truck case (Feb. 26)

 

Feb 26 2015 trdefence.com (Daily Sabah)

 

On Thursday, Turkish Gendarmerie officer, who tipped off the National Intelligence Organization (MİT) trucks for allegedly carrying ammunition inside Syria, has been arrested.

 

According to the statement by the public prosecutor of Adana, the noncommissioned officer identified only by the initials H.A. faces charges of “obtaining and revealing information that was supposed to be kept secret for the safety of the state.”

 

The trucks were stopped by gendarmerie teams in Turkey’s southeastern province of Hatay on January 1, 2014 despite a national security law forbidding such acts.

 

The Turkish Interior Ministry had said the trucks were carrying humanitarian aid for the Turkmen community in Syria.

 

The prosecutor and security officers who ordered the stopping of the trucks were later removed from their posts.

Partager cet article

Repost0
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 12:30
Le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, lors d'un point de presse. (DoDNews)

Le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby, lors d'un point de presse. (DoDNews)

 

28 février 2015 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

Le Pentagone prévoit que l’entraînement des rebelles syriens modérés en Turquie devrait commencer d’ici « quatre à six semaines », a indiqué vendredi le porte-parole du ministère américain de la Défense, le contre-amiral John Kirby.

 

« Notre évaluation, c’est que nous devrions être prêts à commencer concrètement l’entraînement dans quatre à six semaines », a déclaré

Après plusieurs mois de négociations difficiles tractations, Washington et Ankara ont signé le 19 février un accord pour l’entraînement, sur une base turque, de groupes rebelles modérés hostiles au président Bachar el-Assad, ainsi que pour la fourniture de matériel militaire.

Ankara, qui a fait du président Assad sa bête noire, souhaite que ces rebelles soient entraînés pour combattre tant le régime de Damas que les insurgés du groupe djihadiste État islamique (EI) qui contrôlent de larges zones de l’Irak et de la Syrie à sa frontière.

Mais Washington, dont la force aérienne effectue des attaques ciblées contre les positions de l’EI, souhaite plutôt former les rebelles dans le cadre de sa lutte contre le groupe djihadiste.

Le gouvernement américain espère que les premiers combattants rebelles formés puissent être opérationnels d’ici la fin de l’année, selon le Pentagone.

Un porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères a indiqué pour sa part le même jour, vendredi, que le programme d’entraînement commencerait encore plus tôt.

Le porte-parole turc, Tanju Bilgiç, cité par l’agence de presse gouvernementale Anatolie,a déclaré lors de son point-presse hebdomadaire que le programme « va démarrer le 1er mars », sans toutefois donner d’autre détails.

Mais, selon le contre-amiral Kirby, pour l’instant seule une grosse centaine de candidats à la formation a franchi le processus de filtrage, destiné à éviter que des adversaires ne se glissent parmi les recrues.

Il faut à peu près 200 à 300 personnes pour faire une promotion, a-t-il indiqué.

Les États-Unis ont envoyé une centaine de personnes en Turquie pour préparer la mission d’entraînement, qui comptera, lorsqu’elle aura pris son envol environ un millier d’Américains, formateurs ou éléments de soutien.

Au total, 1.500 Syriens modérés sont considérés comme des recrues potentielles pour l’instant, a indiqué vendredi le contre-amiral Kirby, précisant que le but est de former de 5 à 5.500 personnes sur l’année, selon lui.

Mais « s’il y a de la demande », et si « le processus de filtrage » est efficace, l’objectif pourrait être revu à la hausse, a-t-il ajouté.

Partager cet article

Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 16:30
Fighting IS not a priority for Turkey: US spy chief

 

Feb 26, 2015 Spacewar.com

 

Washington  - Turkey does not place a high priority on fighting Islamic State jihadists and as a result foreign fighters are able to travel through the country into Syria, US intelligence chief James Clapper said Thursday. Asked if he was optimistic that Turkey would take a more active role in the war against the IS group, Clapper told senators: "No, I'm not." "I think Turkey has other priorities and other interests," he told the Senate Armed Services Committee. The Turkish government was more concerned with Kurdish opposition and the country's economy, the director of national intelligence said. "Public opinion polls show in Turkey they don't see ISIL as a primary threat," said Clapper, using an alternative acronym for the extremists. The effect of Turkey's approach was to allow a "permissive" climate for foreign recruits heading to Syria to take arms for the IS group, he said. "And of course, the consequence of that is a permissive environment... because of their laws and the ability of people to travel through Turkey en route to Syria," Clapper said. "So somewhere in the neighborhood of 60 percent of those foreign fighters find their way to Syria through Turkey." The spy chief said some other governments in the Middle East have been reluctant to join the US-led coalition against the IS group because of Washington's reluctance to directly confront the Syrian President Bashar al-Assad's regime. But the "brutal savagery" of the IS militants, including the beheadings of hostages and the immolation of a captured Jordanian fighter pilot, "have had a galvanizing effect on opinion in the Mideast region," he said. There was more willingness to cooperate with the United States in the war effort, with some countries now sharing intelligence with Washington, he said.

Partager cet article

Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 12:30
Photo Marine Nationale

Photo Marine Nationale

 

27/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 20 février 2015, la frégate légère furtive « La Fayette », déployée en méditerranée orientale depuis bientôt un mois dans le cadre d’opération de surveillance, a conduit au large de la base navale OTAN d’Aksaz, une série d’exercices en coopération avec la marine turque.

 

Ces exercices communs (passex) avaient pour objectif le renforcement de l’interopérabilité des deux marines alliées et l’approfondissement des connaissances des procédures ottoniennes.

 

L’ensemble de cet entraînement s’est déroulé en coopération avec la frégate TCG Gelibolu et trois bâtiments des garde-côtes turcs. L’appareillage s’est effectué en formation avec la frégate turque, dans le cadre d’une menace asymétrique jouée par une vedette rapide. Les deux forces armées ont aussi réalisé un exercice de tir d’artillerie et de défense aérienne, au cours duquel deux avions de chasse F-16 turcs jouaient une force ennemie.

 

La coopération s’est achevée par un exercice de « Search and rescue », sous le contrôle tactique de la corvette des garde-côtes Humut, exercice durant lequel on eu lieu la recherche et le sauvetage de plusieurs naufragés, simulés par des mannequins largués par l’hélicoptère du TCG Gelibolu.

 

Cette opportunité a permis aux deux marines de mettre en commun des savoir-faire différents, et a bénéficié aux unités des deux pays et à leurs équipages. Au terme de cette coopération, le bâtiment français « La Fayette » a repris sa patrouille opérationnelle, tandis que les bâtiments turcs ont regagné le port base Aksaz, deuxième base navale de la Turquie.

Photos Marine NationalePhotos Marine Nationale

Photos Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 08:30
Lightweight Multirole Missile (LMM) - photo Thales

Lightweight Multirole Missile (LMM) - photo Thales

 

Feb 26 2015 trdefence.com (WorldBulletin)

 

Turkey is pressing ahead with talks with U.S. and European firms over its first long-range missile defence system, as the preferred Chinese bidder has yet to meet all requirements for the multi-billion dollar project, two officials said on Thursday.

NATO member Turkey chose China Precision Machinery Import and Export Corp in 2013 as the preferred candidate for the $3.4 billion deal, prompting U.S. and Western concern about security and the compatibility of the weaponry with NATO systems.

Turkey’s defence minister said last week it did not plan to integrate the system with NATO infrastructure, only for the presidential spokesman to say days later that the systems would be integrated.

One of the defence officials told Reuters on Thursday there were still question marks over the Chinese proposal, particularly around “technology transfer” to boost the Turkish defence industry.

“Contacts on this issue are continuing. Securing technology transfer is one of the most important subjects in the tender and on this subject a full guarantee has not been provided,” the official said.

U.S. and NATO representatives were unhappy with Turkey’s choice of China Precision Machinery, which has been under U.S. sanctions for selling items to Iran, Syria or North Korea that are banned under U.S. laws to curb the proliferation of weapons of mass destruction.

 

FRENCH CONNECTION

Turkish defense contractor Aselsan and French defense contractor Thales on Thursday agreed to install Thales-made Lightweight Multi-role Missiles on Turkish Aselsan’s launch-pad, the companies said in a joint statement released on Thursday.

Aselsan is known for its products in military communications and weapons systems. Thales is one of largest defense electronics contractors in the world with its revenue exceeding $16 billion in 2014.

The two companies have been working together since 2010, and have completed a long period of trials for the missiles and the launcher.

The agreement opens the way for more cooperation between the two companies, the statement said.

In addition to bids from the U.S. firm Raytheon Co and the Franco-Italian group Eurosam, the officials told Reuters that Russia, eliminated in the first stage of the tender, was still keen on providing a surface-to-air missile system – a prospect that could also raise concerns in NATO.

Eurosam, which is owned by the multinational European missile maker MBDA and France’s Thales, came second in the tender. U.S.-listed Raytheon Co also put in an offer with its Patriot missile defence system, which is now operated by 13 countries around the world.

One of the officials said defence representatives had gone to Italy at the end of January for talks with Eurosam.

“In March, a delegation will go to the United States for talks with the other bidder. Finally, a delegation will go to China and hold talks there,” he said.

The sources said Russia had renewed its interest in the project. Officials previously said Russia had revised an initial bid and offered to sell Turkey its S-400 medium- to long-range anti-aircraft missile system.

However Turkey is not currently holding talks with the Russians.

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 18:50
Lightweight Multirole Missile (LMM)

Lightweight Multirole Missile (LMM)

 

February 25, 2015 Thales Group

 

Thales and ASELSAN of Turkey have signed a new cooperation agreement during IDEX 2015 in Abu Dhabi to continue joint development of a Missile Launcher System that incorporates Thales’s Lightweight Multi-role Missiles (LMM) and the Missile Launcher System of ASELSAN.

 

The cooperation between the two companies was initiated in 2010 and first stage firings of an integrated Missile Launcher System and LMM were demonstrated in 2014. The agreement covers further firing demonstrations, initially in the naval domain and allows for further cooperation in other areas where both Thales and ASELSAN are well experienced.

 

Thales’s LMM is a lightweight precision strike-missile that has been designed to be fired from a variety of tactical platforms including helicopters, fixed or rotary winged UAVs, wheeled or tracked vehicles or naval platforms. The target set includes surface threats such as static installations, armoured personnel carriers, asymmetric threats, fast in-shore attack crafts and UAVs.

 

ASELSAN’s Missile Launcher System is a customized compact and lightweight solution for naval platforms such as fast patrol boats and larger ships, providing defence for critical infrastructure such as oil rigs, seaports and naval bases against a variety of surface and air threats. The LMM Launcher System can be used either autonomously or fully integrated within a combat management system.

 

General Specifications:

    4/8 ready to fire LMM designed and produced by Thales

    2 axis gyro stabilized turret

    Automatic target tracking through independent stabilized EO suite

    Laser range finder for target ranging

    High hit performance with fast reaction time

    High level system automation for ease of use

    Ease of integration into existing and new built Fast Interceptor Crafts

    Low maintenance cost and high reliability

 

The LMM Missile Launcher System is on display at IDEX 2015 in ASELSAN’s stand (Hall 10 D05) and LMM is on the Thales stand (Hall 8 A08).

 

About Thales

Thales is a global technology leader in the Aerospace, Transportation and Defence & Security markets. In 2013, the company generated revenues of €14.2 billion with 65,000 employees in 56 countries. With its 25,000 engineers and researchers, Thales has a unique capability to design, develop and deploy equipment, systems and services that meet the most complex security requirements. Thales has an exceptional international footprint, with operations around the world working with customers and local partners.

Thales UK employs 7,500 staff based at 35 locations. In 2013 Thales UK's revenues were around £1.3 billion.

About Aselsan:

Aselsan is Turkey’s leading defence company holding a well established reputation focusing on in-house critical capabilities, state-of-the-art technologies and sustainable research & development. Aselsan serves as a technology center in design, development, production, system integration, modernization and after sales services in the fields of Military Communication Systems, Professional Communication Systems, Radar and Electronic Warfare Systems, Electro-Optical Systems, INS and Avionic Systems, Defence and Weapon Systems, C4ISR Systems, Naval Combat Systems, Transportation  Systems, Security Systems,  Energy and Power Management Systems, Toll Collection and Traffic Management Systems. Powered by a fast increasing rate of global exports and an annual turnover continually exceeding the billion dollar benchmark, Aselsan is consistently ranked among the hundred largest defence companies in the world. More information about Aselsan is available at www.aselsan.com

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 12:30
Chinese S-300 (HongQi 9 [HQ-9]) launcher during China's 60th anniversary parade, 2009. photo Jian Kang

Chinese S-300 (HongQi 9 [HQ-9]) launcher during China's 60th anniversary parade, 2009. photo Jian Kang

 

25/02/2015 lorientlejour.com

 

"La Turquie s'efforce de conclure un meilleur accord, non seulement commercialement mais aussi politiquement".

 

La Turquie a relancé la controverse autour de l'appel d'offres lancé pour équiper son armée de missiles sol-air dernier-cri en agitant à nouveau la perspective d'une victoire de la Chine, à seule fin semble-t-il d'arracher des concessions des autres prétendants.

 

En 2013, le gouvernement islamo-conservateur turc a créé la surprise en annonçant avoir retenu pour ce contrat de 3 milliards d'euros la firme China Precision Machinery Export-Import Corporation (CPMIEC), de préférence à ses concurrents américains Raytheon et Lockheed Martin et le consortium franco-italien Eurosam.

 

Cette décision a provoqué la levée de boucliers des alliés de la Turquie au sein de l'Otan. Tous ont regretté l'absence de compatibilité du matériel chinois avec leurs propres systèmes et rappelé que CPMIEC faisait l'objet de sanctions de Washington pour avoir livré des armes à la Syrie et à l'Iran sous embargo. Sous pression, Ankara a donc été contraint de revoir sa position en repêchant les deux autres candidats, priés de reformuler leurs propositions. A en croire les confidences du président Recep Tayyip Erdogan, ce nouveau tour de piste semblait devoir bénéficier aux Européens. Mais une série de récentes déclarations et de confidences sont venues rebattre les cartes.

 

La semaine dernière, le ministre de la Défense Ismet Yilmaz a ainsi suggéré que les Chinois allaient l'emporter en indiquant, en réponse à la question d'un député, que le système retenu par les Turcs ne serait pas intégré au système de l'Alliance atlantique. Dans la foulée du ministre, les autorités turques ont insisté sur les mérites de l'offre chinoise, même si elles ont précisé qu'aucune décision n'avait encore été prise. "La Chine est un candidat sérieux et se trouve dans une position plus avantageuse que celle de ses concurrents", explique à l'AFP une source gouvernementale, "elle propose un prix inférieur de moitié et elle accepte de partager sa technologie".

 

"Dans la course"

 

Si certains ont rapidement conclu de ces sorties que les Turcs avaient fait leur choix, les analystes n'y ont vu qu'une péripétie des négociations en cours."Il est faux de présumer que la Turquie a choisi d'acheter ses missiles aux seuls Chinois. Les Américains et les Européens sont toujours dans la course", assure Sinan Ülgen, du Centre d'études économiques et de politique étrangère (Edam) d'Istanbul. "La Turquie s'efforce de conclure un meilleur accord, non seulement commercialement mais aussi politiquement", renchérit Nihat Ali Özcan, du centre d'études Tepav d'Ankara.

 

La presse proche du gouvernement a ainsi rapporté récemment que les autorités n'attribueraient pas le contrat avant le 24 avril, date de la commémoration du centième anniversaire du génocide arménien, afin de s'assurer des bonnes dispositions de Paris et Washington sur ce dossier sensible. "Un accord pourrait être signé avec la Chine si les gouvernements américain et français adoptent des positions pro-arméniennes", a écrit le quotidien Sabah.

 

Un projet de loi français, finalement annulé, pénalisant la négation du génocide arménien a suscité une sérieuse crise entre Paris et Ankara en 2012 et le président français François Hollande a déjà annoncé sa présence à Erevan le 24 avril. Les Turcs s'inquiètent également du dépôt au Congrès américain d'un texte reconnaissant le caractère de génocide aux massacres d'Arméniens par l'Empire ottoman pendant la Première guerre mondiale. Ankara réfute catégoriquement cette qualification.

 

L'Otan comme les pays en course se sont refusés à commenter l'état des discussions. "Chaque nation est libre de décider de l'origine de ses équipements militaires mais il est important que tous puissent fonctionner ensemble", a toutefois rappelé sous couvert de l'anonymat à l'AFP un responsable de l'Alliance atlantique.

 

Le porte-parole du président Erdogan, Ibrahim Kalin, semble avoir entendu ces inquiétudes et a affirmé lundi que son pays assurerait "l'intégration" de son futur système d'armes avec celui de l'Otan.

 

Même si la Turquie fait monter les enchères, donc, les experts restent persuadés qu'elle privilégiera au final les offres occidentales. "Comment pouvez-vous espérer que le système radar de l'Otan basé à Kurecik, dans l'est de la Turquie, puisse fonctionner à pleine capacité avec un système chinois ?", s'interroge Sinan Ülgen, "ce serait un paradoxe". "Européens et Américains font la course en tête, pas les Chinois", confirme M. Özcan.

Partager cet article

Repost0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 16:30
Le tombeau de Suleiman Chah, monument turc situé en Syrie. Photo Eleman

Le tombeau de Suleiman Chah, monument turc situé en Syrie. Photo Eleman

 

23-02-2015 Par RFI

 

La Turquie a mené une incursion militaire à 37 kilomètres à l'intérieur du territoire syrien, dans la nuit de samedi à dimanche, afin de déplacer la dépouille d'un dignitaire ottoman et d’évacuer les soldats qui gardaient son tombeau situé dans une zone tenue par l’organisation Etat islamique. Une opération considérée comme une « agression » par Damas.

 

L’opération a été qualifiée de « succès » par l’exécutif turc ce dimanche, qui précise que « 572 soldats » sont passés « par le poste-frontière de Mursitpina », dans le sud-est du pays, samedi soir. « Les reliques du dignitaire turc [le grand-père du fondateur de l’Empire ottoman] ont été rapatriées temporairement en Turquie pour être inhumées ultérieurement en Syrie », a expliqué le Premier ministre Ahmet Davutoglu. Une zone aurait ainsi été sécurisée en territoire syrien afin de transférer la dépouille dans les jours prochains.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 07:30
Aide américano-turque à l'opposition syrienne : pour qui et pourquoi ?


20/02/2015 France24.com

 

La Turquie et les États-Unis veulent former et armer un nouveau contingent de rebelles syriens modérés dès les prochaines semaines, malgré les nombreuses questions qui demeurent sur les chances de succès de l'opération.

 

C'est dès le début du mois de mars que doit commencer le programme américano-turc de formation et d'équipement des rebelles syriens modérés, signé jeudi 19 février, a annoncé vendredi le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.

Pour Wassim Nasr, spécialiste des groupes jihadistes à France 24, ces déclarations suscitent plus de questions que de réponses. "Qui vont-ils armer ? Les bénéficiaires de cette aide ont-il une assise territoriale et populaire qui leur permette de tenir le coup ?", se demande-t-il.

 

Lire l'article

Partager cet article

Repost0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 12:30
Syrie : un afflux « sans précédent » de combattants étrangers

 

11.02.2015 Le Monde.fr (AFP)

 

Jamais un conflit n'avait attiré autant de combattants étrangers. D'après un rapport établi pour l'administration américaine, vingt mille non-Syriens participeraient actuellement à la guerre dans le pays, un afflux  « sans précédent », notamment par rapport à ce qui s'est passé en Afghanistan et au Pakistan, en Irak, au Yémen ou en Somalie, selon Nicolas Rasmussen, directeur du Centre national antiterroriste américain (NCTC), dans un document écrit préparé pour le Congrès.

M. Rasmussen doit être entendu mercredi par la commission de la sécurité intérieure de la Chambre des représentants, mais la partie écrite de son témoignage a filtré dès mardi soir.

 

Suite de l'article

Partager cet article

Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 08:50
A Dutch Patriot system in Adana, Turkey - photo Defensie-NL

A Dutch Patriot system in Adana, Turkey - photo Defensie-NL

 

04-02-2015 Defensie.nl

 

After exactly 2 years, the Dutch Patriot mission in Turkey has come to an end. This afternoon, the Dutch mission's tasks were officially transferred to fellow NATO member Spain during a ceremony at Incirlik air base. The ceremony was attended by the Commander of the Royal Netherlands Army, Lieutenant General Mart de Kruif.

 

The systems deployed by the Defence organisation to help protect the Turkish city of Adana from possible air attacks from Syria had to be brought back to the Netherlands for a number of reasons. The continuous deployment of the systems means that major maintenance is now required, which cannot be carried out in the field. At the same time, the personnel of Defence Ground-based Air Defence Command need to be rested after their prolonged and demanding period of deployment in Turkey.

Partager cet article

Repost0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 20:45
La Turquie renouvelle la mission anti-piraterie de sa marine au large de la Somalie

 

04-02-2015 Par : LIANG Chen - French.china.org.cn

 

Le Parlement turc a adopté mardi une motion prolongeant d'une année supplémentaire la mission assurée par la marine turque dans le cadre de la campagne internationale de lutte contre la piraterie dans le golfe d'Aden.

 

En 2009, le Parlement turc avait autorisé le gouvernement à envoyer des unités des forces navales turques dans le golfe d'Aden et dans les zones maritimes avoisinantes pour contribuer à la campagne de lutte contre la piraterie menée par l'OTAN conformément à la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU adoptée en 2008.

 

La mission a déjà été prorogée à plusieurs reprises. Dans le cadre de cette mission, la marine turque est chargée de protéger les navires marchands turcs naviguant dans le golfe d'Aden et au large des côtes somaliennes, où ils sont souvent pris pour cibles par des pirates.

 

Lors des discussions sur la question au Parlement ce mardi, Ahmet Berat Conkar, député du Parti de la justice et du développement (AKP, au pouvoir), a indiqué qu'au cours des 26 opérations menées au total depuis 2009, la marine turque a contrecarré les agissements de 179 pirates dans la région

Partager cet article

Repost0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 12:30
Upgraded Anka carries out maiden flight

 

2 Feb 2015 By: Beth Stevenson - FG

 

Turkish Aerospace Industries has begun flight testing of the Block B variant of its Anka medium-altitude, long-endurance unmanned air vehicle. A $300 million order for ten of the type in 2013 saw the Turkish air force become the first customer for the UAV. These will be delivered in the Block B production configuration, the first of which carried out its maiden flight - lasting approximately three hours - on 30 January.

 

Read full article

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 08:55
Djihadisme: la guerre froide des services secrets

 

21/01/2015 Par Eric Pelletier , Pascal Ceaux, Vincent Hugeux – L’Express.fr

 

A l'heure où ils doivent lutter contre les réseaux islamistes, les spécialistes français de l'antiterrorisme sont confrontés à un problème majeur: les échanges d'informations avec certains pays sont devenus difficiles, voire impossibles. Décryptage.

 

Lire l’article

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 18:50
Les Européens comptent travailler avec les pays arabes pour contrer le terrorisme

 

20.01.2014 par 45eNord.ca (AFP)

 

Les Européens ont appelé lundi à plus de coopération avec les pays arabes dans la lutte contre le terrorisme, alors que l’Europe était en état d’alerte après les attentats de Paris et le monde musulman en ébullition contre les caricatures de Mahomet.

 

« Nous préparons des projets spécifiques à lancer dans les prochaines semaines avec des pays précis pour accroître le niveau de coopération en matière de contreterrorisme », a déclaré la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini en citant « la Turquie, l’Égypte, le Yémen, l’Algérie, les pays du Golfe ».

L’UE a aussi décidé une meilleure coordination en matière d’échange d’informations et de renseignement, à la fois à l’intérieur de l’UE mais aussi avec d’autres pays. Mme Mogherini a à cet égard mentionné la Turquie, l’Égypte, des pays du Golfe, l’Afrique du Nord, mais aussi l’Afrique et l’Asie.

Elle a indiqué qu’elle ferait deux actions concrètes immédiates : la mise en place d’attachés de sécurité dans toutes les délégations de l’UE dans les pays pertinents afin d’entretenir des contacts réguliers entre professionnels de la sécurité et du contreterrorisme, et l’amélioration de la communication avec les populations arabophones, au sein de l’UE et avec la communauté arabe dans le monde.

Mme Mogherini a évoqué une prochaine conférence internationale à Bruxelles sur les moyens d’assécher le financement des réseaux terroristes.

Sur le plan intérieur européen, les 28 ont appelé le Parlement européen à relancer le travail sur le PNR, le projet de registre européen des passagers dans le transport aérien, que les élus européens bloquent depuis 2011, réclamant des garanties sur la protection des données personnelles.

« Il faut qu’on renforce notre façon de coopérer (…) avec les pays arabes », avait affirmé la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, avant la réunion des 28 ministres des Affaires étrangères de l’UE à laquelle était convié le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi.

« Les attaques terroristes ciblent surtout les musulmans dans le monde, il nous faut donc une alliance, un dialogue pour faire face ensemble », avait-t-elle expliqué. « On va discuter aujourd’hui des relations d’échange plus denses aussi avec les États musulmans dans le monde », avait rnchéri pour sa part le ministre allemand, Frank-Walter Steinmeier.

 

Le monde musulman en ébullition

Mais la pression est forte dans de nombreux pays musulmans. Des centaines de milliers de personnes ont manifesté lundi à Grozny, capitale de la Tchétchénie, contre la publication d’une nouvelle caricature du prophète Mahomet dans Charlie Hebdo, cible de l’attentat meurtrier du 7 janvier. Des islamistes radicaux ont défilé à Gaza, brûlant le drapeau français et menaçant de s’en prendre aux Français.

De nombreuses manifestations avaient déjà eu lieu ce week-end dans des pays musulmans. Au Niger, de violentes émeutes ont fait dix morts.

La lutte contre le terrorisme n’est pas seulement « une question militaire ou sécuritaire », a estimé à Bruxelles M. al-Arabi, affirmant qu’il fallait la livrer « au niveau intellectuel, culturel, médiatique, religieux ». « C’est cela que nous tentons ».

Certains ministres, comme le luxembourgeois Jean Asselborn, ont reconnu que cette coopération euro-arabe ne devait toutefois « pas » se faire « aux dépens de la démocratie ».

La coopération en matière de renseignement, le renforcement des contrôles aux frontières de l’espace Schengen, la lutte contre le trafic d’armes ou la création d’un registre commun des passagers aériens (PNR) sont devenus une priorité des dirigeants européens après les attentats meurtriers de Paris et la vaste opération anti-jihadistes en fin de semaine dernière en Belgique.

Ces questions seront discutées par les ministres compétents, ceux de l’Intérieur, le 29 janvier à Riga, et surtout par les chefs d’État et de gouvernement le 12 février, lors d’un sommet consacré à la lutte contre le terrorisme et les « combattants étrangers » européens de retour de Syrie ou d’Irak.

 

L’Europe en alerte

Plusieurs chefs de la diplomatie de l’UE participeront aussi jeudi à Londres à une rencontre organisée conjointement par le Royaume-Uni et les Etats-Unis entre pays membres de la coalition contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

L’Europe est en alerte. En Allemagne, le manifestation hebdomadaire du mouvement anti-islam Pegida a été annulée à Dresde (est) en raison de menaces de mort proférées par l’EI contre l’un des organisateurs. Lundi dernier, 25.000 personnes, un record, avaient défilé dans la capitale de la Saxe.

En France, neuf personnes soupçonnées d’avoir pu apporter un soutien logistique à Amédy Coulibaly, en armes et véhicules notamment, sont en garde à vue jusqu’à mardi soir. Coulibaly avait tué une policière près de Paris puis quatre personnes juives dans une supérette casher dans l’est de Paris le 9 janvier.

Un Algérien de 33 ans arrêté samedi à Athènes et soupçonné d’avoir un lien avec la cellule jihadiste démantelée en Belgique devait être présenté lundi au parquet en vue de son éventuelle extradition, demandée par Bruxelles.

Mais le chef et pourvoyeur de fonds de la cellule belge qui projetait des attentats contre des policiers est toujours en fuite. Il s’agirait d’Abdelhamid Abaaoud, un Belge d’origine marocaine de 27 ans qui a combattu dans les rangs de l’EI en Syrie, selon les médias belges.

Dès samedi, l’armée a commencé à surveiller certains sites sensibles à Bruxelles et à Anvers, notamment des ambassades et lieux juifs. La police britannique a conseillé à ses agents d’être prudents et a « pris des mesures autour des bâtiments ».

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 12:30
Turkey suspends prosecutors in 'Syria arms' case

 

Jan 15, 2015 Spacewar.com (AFP)

 

Istanbul - Turkey has suspended five prosecutors working on a contentious investigation into an alleged delivery of arms for Syrian rebels that was intercepted on the border last year, media reports said Thursday.

 

The top Turkish judicial committee said the decision was taken so as not to hamper the inquiry or tarnish the reputation of the judiciary, the official Anatolia news agency reported.

 

The move came a day after Turkey imposed an all-out media blackout, including on Facebook and Twitter, prohibiting publication of reports on the issue.

 

In January last year, Turkish police stopped and seized seven trucks near the Syrian border that were suspected of smuggling weapons into Syria.

 

The move came as the government in Ankara denied suspicions it was aiding rebel forces fighting the regime of President Bashar al-Assad.

 

A series of documents were then leaked on the Internet indicating that the seized trucks were actually National Intelligence Agency (MIT) vehicles delivering weapons to Syrian Islamist rebels fighting President Bashar al-Assad.

 

Turkey has vehemently denied aiding Islamist rebels in Syria, such as the Islamic State (IS) jihadist group.

 

Nineteen security officials who stopped the trucks are currently on trial on "spying" charges. They face so-called aggravated life sentences if found guilty.

 

The Radikal online newspaper spoke to one of the suspended prosecutors, Aziz Takci, who said "I did my work well and I stick by my position."

 

However opposition Turkish daily BirGun openly flouted the publication injunction, putting the allegations and the documents on its front page Wednesday.

 

Anti-secrecy websites outside Turkey have also posted the documents which have now been taken off the Internet inside the country.

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 08:50
photo Spain MoD

photo Spain MoD

 

16/01/2015 Par Florentin Collomp, Mathieu de Taillac – LeFigaro.fr

 

L'Espagne accélère l'adoption d'un plan national de lutte contre la radicalisation violente, tandis que cinq complots terroristes ont été déjoués en Grande-Bretagne depuis l'été dernier.

 

• L'Espagne, nouvelle terre de recrutement pour Daech

 

L'Espagne, en particulier la Catalogne, les régions de Madrid et de Valence ainsi que les enclaves espagnoles au Maroc de Ceuta et Melilla, est devenue une terre de recrutement pour les djihadistes. L'histoire de Rhimou Bghil Abdeselam illustre ce phénomène. Originaire de Ceuta, la jeune femme se préparait à rejoindre Daech en Syrie à tout juste 18  ans. L'itinéraire devait la faire passer par le Maroc et la Turquie. Mais au dernier moment, elle a douté. Un coup de fil à sa famille et l'intervention de la garde civile ont permis son arrestation en Turquie, mercredi, juste avant qu'elle ne passe la frontière syrienne.

Son cas n'est pas isolé mais les autorités s'inquiètent autant des départs vers la Syrie ou l'Irak que des retours vers l'Espagne. Les services de renseignement ont identifié 70 Espagnols - en grande majorité d'origine marocaine - qui se sont engagés avec Daech ces dernières années. Entre 18 et 20 terroristes partis d'Espagne sont morts au combat ou lors d'attentats suicide. Et 39 djihadistes encore présents en Syrie et en Irak sont connus des services de police. Les attentats de Paris ont incité le ministère de l'Intérieur à accélérer l'adoption d'un plan national de lutte qui devra faciliter la détection des processus de radicalisation et de formation djihadistes en enrôlant la société civile et les services sociaux.

 

• Des attaques évitées de justesse en Grande-Bretagne

 

Au Royaume-Uni, les autorités n'évoquent pas de connexion entre les réseaux djihadistes locaux et les cellules terroristes visées par les récentes opérations policières en Belgique, en Allemagne ou en France.

Après les attentats de Paris, le chef de la Metropolitan Police, Bernard Hogan-Howe, a assuré qu'une telle attaque sur le sol britannique restait «possible», mais n'était «pas probable». Le seuil d'alerte terroriste a été relevé à son avant-dernier niveau «sérieux» à l'été 2014, après les menaces de l'État islamique contre des cibles britanniques. Il n'a pas été modifié ces derniers temps.

Les services de l'antiterrorisme ont déjoué cinq complots terroristes depuis l'été, dont certains très proches de la réalisation. Plusieurs avaient pour cible des policiers. En 2014, 327 personnes ont été arrêtées pour actes terroristes, soit une hausse de 32 % comparé à l'année précédente. Selon le chef du MI5, Andrew Parker, vingt complots terroristes ont été préparés depuis quinze mois par des djihadistes partis en Syrie, dont trois ces derniers mois. «Nous avons évité des morts. Bien que nous fassions le maximum avec nos partenaires, nous savons que nous ne pouvons pas tout arrêter», a-t-il déclaré la semaine dernière.

Les services britanniques de sécurité ont renforcé leurs contrôles aux frontières depuis les attentats de Paris, ainsi que la protection des lieux fréquentés par la communauté juive. Ils réfléchissent aussi à la façon d'améliorer la sécurité des policiers, en grande majorité non armés.

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 17:30
Turkey to order four more F-35 from US Lockheed Martin

 

 

Jan 8, 2015 Spacewar.com (AFP)

 

Turkey is planning to buy four more F-35 Joint Strike Fighters from the US, in addition to the two it had already ordered, the country's defence industry agency said.

 

"It has been agreed that four more F-35 planes will be procured in addition to the two previously ordered as part of a plan to buy a total of 100 new generation F-35 Joint Strike Fighters," the defence industry executive committee (SSM) said in a statement posted on its website.

 

The decision came after a meeting chaired by Prime Minister Ahmet Davutoglu for the first time under his rule to discuss key defence purchases.

 

Turkey has long planned to purchase 100 jets to replace its ageing F-4 and F-16 fleet, but increasing costs have hampered the acquisitions.

 

The Joint Strike Fighter, manufactured by Lockheed Martin, is the Pentagon's most expensive weapons programme ever.

 

The defence committee also agreed to "continue negotiations" over Turkey's plan to buy defence missile systems.

 

Turkey, key NATO member, announced in 2013 that it was entering negotiations with the China Precision Machinery Export-Import Corporation (CPMIEC) to acquire its first long-range anti-missile systems.

 

But the plan has deeply concerned the United States, which has already imposed sanctions on the Chinese firm for supplying arms to Iran and Syria in defiance of an embargo.

 

Ankara has since then asked other contenders -- European and American firms -- to renew their proposals.

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 12:30
Turkey’s Defense industry committee expected to discuss long-range missile project

 

Jan. 6, 2015 hurriyetdailynews.com

Turkey’s Defense Industry Executive Committee is expected to discuss a long-range anti-missile deal at its first 2015 meeting on Jan. 7 under the chairmanship of Prime Minister Ahmet Davutoğlu.
The main topic of the meeting will be the long-range air and anti-missile deal for which negotiations are continuing with China, the United States and Europe.

Read more

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 17:50
F-35 MRO&U Assignments Made by DoD

Washington D.C., Dec. 11, 2014 -lockheedmartin.com

The Department of Defense has assigned F-35 Regional Maintenance, Repair, Overhaul and Upgrade (MRO&U) capability for airframes and engines for the European Region. The assignments were based on data compiled and analyzed by the F-35 Joint Program Office that was collected from European Partners and their industries. These initial MRO&U assignments will support near-term engine and airframe F-35 overseas operations and maintenance and will be reviewed and updated in approximately five years.

As part of the F-35 global sustainment strategy, participating nations were provided with requirements outlining Regional MRO&U, or "heavy maintenance" needs for both F-35 engine and airframe. Each country was afforded the opportunity to work with their industrial base to provide the F-35 enterprise work over and above their own F-35 needs. Regional considerations such as forward basing, aircraft phasing, and transportation also contributed to initial assignment decisions.

In the European region, F-35 initial airframe MRO&U capability will be provided by Italy by 2018. Should additional airframe MRO&U capability be required, the UK would be assigned to supplement the existing capability. In the European region, engine heavy maintenance will initially be provided by Turkey, also in 2018, with Norway and the Netherlands providing additional capability approximately 2-3 years after Turkey’s initial capability.

These maintenance assignments do not preclude the opportunity for other F-35 Partners and FMS customers, including those assigned initial airframe and engine capabilities, to participate and be assigned additional future sustainment work, to include component and system repairs, as the fleet grows and F-35 global presence expands.

"This is the first of many opportunities we will have to assign F-35 global sustainment solutions," said F-35 Program Executive Officer, Lt. Gen. Chris Bogdan. "As international F-35 deliveries increase and global operations expand, support provided by our international F-35 users becomes increasingly more important. We are grateful for the opportunity to work alongside these nations on a daily basis; this close teamwork enables the US Defense Department to make well-informed, best-value decisions to shape the F-35 global sustainment posture for decades to come."

An announcement on the Asia-Pacific region workload assignments will be made at a later date.

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 12:30
How is Islamic State funded? Interactive video


12 dec. 2014 by Michael Hirst and John Lawrence

 

Islamic State initially relied on wealthy private donors in the Middle East keen to oust Syria's President Bashar al-Assad.

 

It now makes between $846,000 (£540,000) and $1.645m (£1.05m) a day selling oil from fields in Syria and Iraq.

Middlemen smuggle crude oil and refined products to Turkey and Iran, or sell them to the Syrian government.

Kidnapping has also generated at least $20m (£12.7m) in ransom payments in 2014, according to the US Treasury.

Islamic State raises several million dollars per month through extorting the eight million people under its full or partial control.

Payments are extracted from those who pass through, conduct business in, or simply live in IS territory.

Religious minorities have been forced to pay a special tax, convert to Islam or leave.

Islamic State also profits from robbing banks, looting and selling antiquities, and stealing or controlling the sale of livestock and crops.

Abducted girls and women have allegedly been sold as sex slaves.

Some funding is still derived from wealthy donors and Islamic charities in the Middle East and Europe.

 

How does the group make its money? Watch this interactive video to find out

 

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 12:35
Afghanistan : dissolution du détachement Epidote

 

01/12/2014 Sources : État-major des armées

 

Le 1er décembre 2014, sur l’aéroport international de Kaboul (KAIA), a eu lieu la cérémonie de dissolution du détachement EPIDOTE présidée par le général de brigade aérienne Philippe Lavigne, commandant la Force PAMIR. L’occasion de faire le bilan d’une des plus longues missions opérationnelles menées par les armées françaises en Afghanistan.

 

La France accompagne depuis 2002 dans le cadre de la mission EPIDOTE la montée en puissance de l’armée nationale afghane (ANA), en assurant la formation et le conseil des militaires afghans dans les écoles de formation d’officiers.

 

Dans un environnement social très marqué par trente-cinq années de guerre, et dans un système culturel compliqué hérité d’une histoire millénaire, le détachement d’instruction opérationnelle EPIDOTE a, au cours de ses trente-cinq mandats successifs et durant douze années, contribué à la formation générale, tous niveaux confondus, de plus de vingt mille officiers de l’armée afghane.

 

EPIDOTE a, en outre, formé sept bataillons de mêlée, a instruit plus de quatre mille militaires du rang, plus de mille officiers et autant de sous-officiers spécialisés dans des domaines aussi variés que la gestion des ressources humaines, les finances, le renseignement ou le combat blindé.

 

Après plus 10 ans de formation et de mentoring, la mission Epidote s’arrête, les troupes françaises se retirant d’Afghanistan. Ce retrait n’a été possible que parce que les écoles de formation afghanes sont devenues autonomes en termes d’instruction.

 

Le dispositif militaire français actuellement déployé dans le cadre des opérations en Afghanistan et au Tadjikistan est armé par environ 200 militaires, jusqu’à la fin de l’année 2014. Le désengagement de la France en Afghanistan sera marqué par le transfert des responsabilités du commandement de l’aéroport Militaire de Kaboul de la France à la Turquie.

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 13:30
 source BBC

source BBC

 

WASHINGTON, 2 décembre - RIA Novosti

 

La Turquie demeure la principale filière d'infiltration de mercenaires étrangers sur le territoire syrien, et ce malgré les efforts substantiels déployés par Ankara pour endiguer ce processus, a déclaré mardi le conseiller du département d'Etat américain Robert Bradtke.

 

"La Turquie est un partenaire très important des Etats-Unis dans la région. Nous cherchons à apporter conjointement au conflit une solution politique excluant la participation de Bachar el-Assad. Nous avons également des intérêts communs dans la lutte contre les organisations terroristes en Syrie et en Irak. Nous savons que la Turquie déploie des efforts pour maîtriser le flux de mercenaires étrangers vers la Syrie et nous menons un dialogue à ce sujet avec Ankara", a affirmé M. Bradtke.

 

Il n'en reste pas moins que la Turquie demeure la "principale porte d'entrée" pour les djihadistes se rendant en Syrie. Selon le diplomate américain, plusieurs facteurs en sont la cause: le nombre de touristes (37 millions de personnes) qui arrivent chaque année en Turquie, la longueur de la frontière commune (plus de 900 kilomètres) entre les deux pays, la présence de plus d'un million de réfugiés syriens sur le territoire turc et, enfin, la possibilité de recruter des mercenaires dans les camps de réfugiés.

 

D'après Robert Bradtke, ces derniers temps, la Turquie a pris certaines mesures pour limiter l'entrée dans le pays, ainsi que pour "bloquer le financement des djihadistes avec des moyens provenant de la vente de pétrole par des organisations terroristes".

 

"A la question de savoir si le gouvernement turc achète du pétrole aux terroristes, je répondrai non. Mais des cas de contrebande existent. Et nous coopérons avec la Turquie pour y mettre un terme", a conclu le responsable diplomatique américain.

 

Les autorités syriennes ont pour leur part accusé à plusieurs reprises la Turquie de soutenir les groupes combattant contre les forces gouvernementales. Damas a même reproché à Ankara d'épauler les terroristes du Front Al-Nosra et de l'organisation de l'Etat islamique.

 

En septembre dernier, le gouverneur de la province de Gaziantep (sud de la Turquie) a démenti les affirmations concernant l'existence de camps de formation de terroristes dans la région. Il a déclaré que les autorités locales avaient arrêté un groupe de personnes soupçonnées d'activités terroristes et que ces gens étaient arrivés en Turquie via l'Europe.

 

Selon le gouverneur de Gaziantep, certains intéressés ont été reconduits à la frontière, les autres font actuellement l'objet d'une enquête.

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 07:30
US Again Rules Out Syria No-Fly Zone

 

Dec. 1, 2014 – Defense News

 

WASHINGTON — Washington ruled out Monday any imminent plans to create a no-fly zone along the Turkey-Syria border, brushing aside reports that US officials are in talks with Ankara about a refugee safe haven.

 

White House spokesman Josh Earnest told reporters the US was “open to discussing a range of options with the Turks” but that a no-fly zone over Syria was not on the table “at this point.”

 

Turkey has been pushing for a buffer zone inside Syria to shelter refugees from the three-way fight between Syrian President Bashar al-Assad’s regime, rebels and Islamic State jihadists.

 

But Ankara, which has seen fighting on its southern frontier, has so far failed to persuade its NATO ally Washington, despite US jets already hitting IS targets inside Syria, to put its might behind the plan.

 

Since the civil war erupted in Syria in early 2011 there have been repeated calls for a no-fly zone to protect the rebels and refugees.

 

Former top US diplomat Hillary Clinton was apparently in favor of creating such a zone, but President Barack Obama has consistently ruled it out, concerned that Washington would be drawn deeper into the conflict.

 

This weekend US media reports suggested Washington’s stance is shifting after a visit to Turkey last month by Vice President Joe Biden, but Earnest insisted this was not the case.

 

“We’ve made pretty clear on a number of occasions that while we’re open to discussing a range of options with the Turks ... we do not believe that a specific no-fly zone proposal at this point would best serve the interests that we’ve all identified in terms of trying to resolve the situation in Syria,” Earnest said.

 

The Wall Street Journal reported that as part of a proposed deal between the US and Turkey, a protected “safe zone” along the border would be set up that would be off-limits to Assad’s aircraft.

 

Narrower than a formal no-fly zone, it would not need any air-strikes. Instead the US would quietly warn the Assad regime to stay away, the Journal said.

 

In exchange US and coalition aircraft would use Turkey’s Incirlik base as well as others to patrol the zone to make sure that rebels operating on the Turkey-Syria border do not come under attack.

 

The reports came just as Secretary of State John Kerry was heading to Brussels for talks on Wednesday with ministers from the 60-strong global coalition fighting the Islamic State group.

 

He will be accompanied by General John Allen, the US pointman forging the coalition to counter the threat from the group, also known as ISIL, which has captured a swathe of territory in Iraq and Syria.

 

“It’s an opportunity to take stock of where things stand, obviously discuss what needs to happen from here, provide updates on where countries stand,” said State Department spokeswoman Jen Psaki.

 

She said Washington continued to review a number of options including a no-fly zone, but insisted such discussions were “ongoing.”

 

“We continue to have differences” with Turkey, Psaki told reporters, stressing “we haven’t made a decision about a specific course of implementation, we’re just continuing to have a discussion with Turkey.”

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 06:30
Syrie : le poste-frontière de Kobane visé par une attaque des jihadistes

 

29.11.2014 Jérôme Bastion correspondant RFI à Istanbul,

 

Une attaque violente au véhicule piégé menée samedi 29 novembre par l'organisation Etat islamique a visé pour la première fois le poste-frontière donnant accès à Kobane. Jusque-là, il était aux mains des forces kurdes. D’après les Kurdes, cette attaque aurait été menée depuis le territoire turc, mais Ankara a fermement démenti que le véhicule soit venu de Turquie.

 

Sur les images tournées par les journalistes postés à Kobane, peu après l’attentat, on voit clairement des combattants armés non identifiés, sous le drapeau turc flottant au-dessus du poste-frontière du côté turc. Ils tirent depuis le territoire turc vers le Kurdistan syrien. Ce qui accréditerait la thèse selon laquelle des combattants islamistes profitent d’une immunité certaine et d’une certaine marge de manœuvre pour opérer depuis la Turquie contre les positions kurdes en Syrie.

Concernant l’attentat en lui-même, il paraît impossible que le véhicule soit venu par un autre chemin que le court réduit qui relie le poste-frontière turc au poste-frontière kurde syrien, alors que les environs sont aux mains des Kurdes. Le véhicule est d’ailleurs parfois décrit comme un blindé léger de l’armée turque, ce qui aurait trompé la vigilance des combattants kurdes.

L’état-major de l’armée turque, le bureau du Premier ministre et des responsables locaux ont en tout cas fermement démenti le passage d’un véhicule, mais ne commentent pas la présence de ces combattants armés tirant vers la Syrie. Les Kurdes ont pour l’instant réussi à défendre chèrement ce point de passage qui est le dernier lien vital avant un encerclement complet. Mais la situation de Kobane est une nouvelle fois critique et la population kurde de Turquie se mobilise à nouveau pour dénoncer l’attitude de la Turquie.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories