Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 20:50
Quantum Spying: GCHQ Used Fake LinkedIn Pages to Target Engineers

 

November 11, 2013 By Laura POITRAS, Marcel ROSENBACH, Christoph SCHEUERMANN, Holger STARK and Christian STÖCKER - SPIEGEL Staff

 

Elite GCHQ teams targeted employees of mobile communications companies and billing companies to gain access to their company networks. The spies used fake copies of LinkedIn profiles as one of their tools.

 

The Belgacom employees probably thought nothing was amiss when they pulled up their profiles on LinkedIn, the professional networking site. The pages looked the way they always did, and they didn't take any longer than usual to load.

The victims didn't notice that what they were looking at wasn't the original site but a fake profile with one invisible added feature: a small piece of malware that turned their computers into tools for Britain's GCHQ intelligence service.

The British intelligence workers had already thoroughly researched the engineers. According to a "top secret" GCHQ presentation disclosed by NSA whistleblower Edward Snowden, they began by identifying employees who worked in network maintenance and security for the partly government-owned Belgian telecommunications company Belgacom.

Then they determined which of the potential targets used LinkedIn or Slashdot.org, a popular news website in the IT community.

 

'Quantum Insert'

The computers of these "candidates" were then infected with computer malware that had been placed using infiltration technology the intelligence agency refers to as "Quantum Insert," which enabled the GCHQ spies to deeply infiltrate the Belgacom internal network and that of its subsidiary BICS, which operates a so-called GRX router system. This type of router is required when users make calls or go online with their mobile phones while abroad.

SPIEGEL's initial reporting on "Operation Socialist," a GCHQ program that targeted Belgacom, triggered an investigation by Belgian public prosecutors. In addition, two committees of the European Parliament are investigating an attack by a European Union country on the leading telecommunications provider in another EU member state.

The operation is not an isolated case, but in fact is only one of the signature projects of an elite British Internet intelligence hacking unit working under the auspices of a group called MyNOC, or "My Network Operations Centre." MyNOCs bring together employees from various GCHQ divisions to cooperate on especially tricky operations. In essence, a MyNOC is a unit that specializes in infiltrating foreign networks. Call it Her Majesty's hacking service, if you like.

When GCHQ Director Iain Lobban appeared before the British parliament last Thursday, he made an effort to reassure lawmakers alarmed by recent revelations. British intelligence couldn't exactly stand back and watch the United Kingdom be targeted for industrial espionage, Lobban said. But, he noted, only those whose activities pose a threat to the national or economic security of the United Kingdom could in fact be monitored by his agency.

 

A Visit from Charles and Camilla

Even members of the royal family occasionally stop by to see what British intelligence is up to. In one photo that appears in a secret document, Charles, the Prince of Wales, and his wife Camilla, the Duchess of Cornwall, are shown listening to a presentation at a MyNOC workstation called "A Space." The tongue-in-cheek caption reads "Interlopers in A Space."

The presentation does not indicate the extent to which the royal family is kept abreast of current espionage operations. Their last visit was reportedly about Afghanistan, not Belgium. But the visit had been to the same location where what the secret document described as the "very successful" operation against Belgacom as well as "Operation Wylekey," also run by a MyNOC unit, had been conducted.

This also relates to an issue that the British have made a focal point of their intelligence-gathering activities: the most comprehensive access possible to worldwide mobile networks, the critical infrastructures for the digital age.

Mobile networks are a blessing and a curse for spies worldwide. Because each major wireless communications company operates its own networks, tapping into them becomes more complex. On the other hand, the mobile multi-use devices in our pockets are a blessing, because they often reveal more personal information than stationary computers, such as the user's lifestyle habits and location. They can also be transformed into bugging devices that can be activated remotely at any time to listen in on the user's conversations.

 

Mobile Phones Become Monitoring Tools

"We can locate, collect, exploit (in real time where appropriate) high value mobile devices & services in a fully converged target centric manner," a GCHQ document from 2011 states. For years, the British spies have aspired to potentially transform every mobile phone on the planet into a monitoring tool that could be activated at any time.

But the government hackers apparently have to employ workarounds in order to infiltrate the relatively inaccessible mobile phone networks.

According to the presentation, in the case of Belgacom this involved the "exploitation of GRX routers," from which so-called man-in-the-middle attacks could be launched against the subjects' smartphones. "This way, an intelligence service could read the entire Internet communications of the target and even track their location or implant spying software on their device," mobile networks expert Philippe Langlois says of the development. It is an effective approach, Langlois explains, since there are several hundred wireless companies, but only about two dozen GRX providers worldwide.

But this isn't the only portal into the world of global mobile communications that GCHQ has exploited. Another MyNOC operation, "Wylekey," targets "international mobile billing clearinghouses."

These clearinghouses, which are relatively unknown to the general public, process international payment transactions among wireless companies, giving them access to massive amounts of connection data.

The GCHQ presentation, which SPIEGEL was able to view, contains a list of the billing companies that are on the radar of the British. At the top of the list are Comfone, a company based in Bern, Switzerland, and Mach, which has since been split into two companies, one owned by another firm called Syniverse and another called Starhome Mach. Syniverse was also on the list of companies to monitor. Together, these companies dominate the industry worldwide. In the case of Mach, the GCHQ personnel had "identified three network engineers" to target. Once again, the Quantum Insert method was deployed.

The spies first determine who works for a company identified as a target, using open source data like the LinkedIn professional social networking site. IT personnel and network administrators are apparently of particular interest to the GCHQ attackers, because their computers can provide extensive access privileges to protected corporate infrastructures.

 

Targeting an Innocent Employee

In the case of Mach, for example, the GCHQ spies came across a computer expert working for the company's branch in India. The top-secret document shows how extensively the British intelligence agents investigated the life of the innocent employee, who is listed as a "target" after that.

A complex graph of his digital life depicts the man's name in red crosshairs and lists his work computers and those he uses privately ("suspected tablet PC"). His Skype username is listed, as are his Gmail account and his profile on a social networking site. The British government hackers even gained access to the cookies on the unsuspecting victim's computers, as well as identifying the IP addresses he uses to surf the web for work or personal use.

In short, GCHQ knew everything about the man's digital life, making him an open book for its spies. SPIEGEL has contacted the man, but to protect his privacy is not publishing his name.

But that was only the preparatory stage. After mapping the man's personal data, now it was time for the attack department to take over. On the basis of this initial information, the spies developed digital attack weapons for six Mach employees, described in the document as "six targeting packs for key individuals," customized for the victims' computers.

 

GCHQ Wants To Make Mobile Web an All-Seeing Surveillance Machine

 

In an article in Britain's Guardian newspaper, American IT security expert Bruce Schneier describes in detail how Quantum Insert technology is used to place malware. Apparently, the agencies use high-speed servers located at key Internet switching points. When a target calls up a specific website, such as LinkedIn, these servers are activated. Instead of the desired website, they supply an exact copy, but one that also smuggles the government hackers' spying code onto the target computers.

According to other secret documents, Quantum is an extremely sophisticated exploitation tool developed by the NSA and comes in various versions. The Quantum Insert method used with Belgacom is especially popular among British and US spies. It was also used by GCHQ to infiltrate the computer network of OPEC's Vienna headquarters.

The injection attempts are known internally as "shots," and they have apparently been relatively successful, especially the LinkedIn version. "For LinkedIn the success rate per shot is looking to be greater than 50 percent," states a 2012 document.

Much like the Belgacom spying operation, Wylekey is considered a great success. According to a summary, it provided GCHQ with detailed information about Mach, its communications infrastructure, its business profile and various key individuals.

Another document indicates that the operation yielded much more than that. In addition to "enhanced knowledge of the various clearinghouses, their customers," it also provided "knowledge of and access to encrypted links between the clearinghouses and various mobile network operators."

Interim reports on the course of the Belgacom operation were even more enthusiastic, concluding that the British spies had penetrated "deep into the network" of the Belgian company and were "at the edge of the network." This enabled the British internal encryption specialists ("Crypt Ops") to launch their "Operation Socialist II," so as to crack the encrypted connections, or VPNs.

 

'LinkedIn Would Not Authorize Such Activity'

When contacted, LinkedIn stated that the company takes the privacy and security of its members "very seriously" and "does not sanction the creation or use of fake LinkedIn profiles or the exploitation of its platform for the purposes alleged in this report." "To be clear," the company continued, "LinkedIn would not authorize such activity for any purpose." The company stated it "was not notified of the alleged activity."

A spokesman for Starhome Mach said his company is "with immediate effect undertaking a full security audit to ensure that our infrastructure is secure" and that its platform had recently switched to a completely new configuration with mainly new hardware. Officials at Comfone said: "We have no knowledge of the British intelligence service infiltrating our systems." Syniverse also stated "there have been no known breaches of the Syniverse or MACH data centers by any government agency."

GCHQ did not comment on questions posed by SPIEGEL.

 

'Any Mobile Device, Anywhere, Anytime!'

For the British, all of this was apparently only an intermediate step on the path to a greater goal. In addition to the conventional Internet, GCHQ now wants to turn the mobile web into an all-seeing surveillance machine.

This is how the GCHQ spies described their "vision" in 2011: "Any mobile device, anywhere, anytime!"

In this context, the attacks on Belgacom and the clearinghouses merely serve as door openers. Once the telecommunications companies' actual mobile phone networks have been infiltrated, completely new monitoring possibilities present themselves to the spies. A briefing dating from 2011 stated the agency wanted to "increase operational capability to remotely deploy implants when we only know the MSISDN." In other words, GCHQ's phone hackers would ideally like to repurpose every mobile phone in the world into a bugging device, merely on the basis of the phone number. "That would be game changing," the document reads.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 12:50
Joint Warrior : les temps forts (Video)

 

05.11.2013 Par Armée de l'Air officiel

 

Revivez en vidéo les moments forts de l'exercice Joint Warrior qui s'est déroulé dans le courant du mois d'octobre au Royaume-Uni.

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 12:50
Les Etats-Unis finançaient la plus grosse agence de renseignement britannique

 

09 novembre 2013 Par RFI

 

De nouveaux détails jettent une lumière crue sur la « relation spéciale » américano-britannique en matière d'espionnage. Plusieurs journaux, notamment britanniques, ont enquêté sur les révélations d'Edward Snowden, l'ancien consultant américain réfugié en Russie. Ils affirment notamment que la NSA a financé largement la GCHQ, la plus importante agence de renseignement britannique.

 

Une discrétion absolue est la règle d'or de l'agence britannique Governement Communications Headquarters (GCHQ). Avec plus de 6 000 employés, elle est la plus importante agence de renseignement britannique. Elle travaille main dans la main avec la National Security Agency (NSA) américaine, qui l'aurait même financé à près de 120 millions d'euros au cours des trois dernières années.

 

→ A (RE)LIRE : Etats-Unis: la NSA et l’alliance des «Five eyes»

 

Le directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, Eric Dénécé, a déclaré à l'Agence France-Presse que la GCHQ est en gros « dix fois plus petite » que la NSA.

 

Tempora

 

Pourtant, Edward Snowden juge qu'en matière d'espionnage de données privées, l'agence britannique a fait pire que les Américains. Elle aurait obtenu un accès à plus de 200 câbles transatlantiques de communication par fibre optique, ce qui pourrait lui permettre de traiter jusqu'à 600 millions de données chaque jour.

 

→ A (RE)LIRE : Affaire Snowden: Glenn Greenwald, le journaliste qui en savait trop

 

Selon les documents fournis par Snowden, le Royaume-Uni aurait mis en place une vaste opération de surveillance baptisée Tempora, avec un budget de plus d'un milliard d'euros et plusieurs bases secrètes à travers le monde, dont une au Moyen-Orient. Il y aurait un véritable « partage des tâches » : « l'interception des bandes passantes et d'écoutes satellitaires » pour les Américains, les « écoutes au sol et l'interception d'ordinateurs pour les Britanniques ».

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 12:50
Coopération franco-britannique : Rencontre au sommet à Balard

 

08/11/2013 Actus Air

 

Le premier comité stratégique franco-britannique « Board to Board » s’est déroulé le 7 novembre sur la cité de l’air et base aérienne 117 de Balard, à Paris.

 

Cette réunion a été co-présidée par le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’air (CEMAA) et son homologue de la Royal Air Force, l’AirChief Marshal Sir Andrew Pulford.

 

À cette occasion, le CEMAA et le CAS (Chief of Air Staff) ont signé la Combined Vision and Strategy for Royal Air Force and Armée de l’air Engagement (CVS). Ce document s’articule autour de quatre axes stratégiques :

    capacité opérationnelle

    développement futur

    influence collective

    développement d’une culture commune.

 

La CVS s’inscrit dans la dynamique du traité de Lancaster House. Elle témoigne d’une volonté de converger vers une plus grande visibilité de cette coopération bilatérale.

Signature de la Combined Vision and Strategy for Royal Air Force and Armée de l’air Engagement

 

Fort des axes stratégiques développés, l’objectif du niveau partagé d’ambition (Combined Level of Ambition – CLOA) est l’identification de l’état final recherché en 2020 dans les cinq capacités socles de l’armée de l’air :

    C2 (commandement et conduite)

    ISR (Intelligence, Surveillance and Reconnaissance – Renseignement, surveillance et reconnaissance)

    projection stratégique

    force de combat et d'appui

    éducation et entrainement.

 

La rencontre entre le CEMAA et le CAS démontre l’intérêt qu’ils portent à entretenir les liens forts d’amitiés qui unissent les aviateurs des deux nations.

Coopération franco-britannique : Rencontre au sommet à BalardCoopération franco-britannique : Rencontre au sommet à Balard
Coopération franco-britannique : Rencontre au sommet à Balard
Partager cet article
Repost0
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 17:50
BAE Type 26 Frigate Program

BAE Type 26 Frigate Program

 

06/11/2013, Michel Cabirol – LaTribune.fr

 

Le groupe britannique de la défense va supprimer 1.775 emplois dans ses chantiers navals en Grande-Bretagne d'ici à 2016. Le site de Portsmouth fermera au deuxième semestre 2014.

 

Le géant britannique de la défense BAE Systems a annoncé mercredi qu'il comptait supprimer 1.775 emplois dans ses chantiers navals en Grande-Bretagne d'ici à 2016 après être parvenu à un accord avec le ministère de la Défense. "BAE Systems est parvenu à un accord de principe avec le gouvernement sur des mesures permettant la mise en oeuvre d'une restructuration de son activité de construction navale au Royaume-Uni", a indiqué le groupe dans un communiqué.

 

Dans le détail, 940 postes devraient être supprimés sur le site de Portsmouth (sud de l'Angleterre), où l'activité cessera au deuxième semestre 2014, et 835 autres répartis sur les sites de Filton (ouest de l'Angleterre), de Glasgow (Ecosse) et de Rosyth (Ecosse). Le groupe va entamer des discussions avec les organisations syndicales. Le coût de cette restructuration sera supporté par le ministère de la Défense, a assuré BAE Systems, qui emploie au total 88.200 personnes dans le monde.

 

Baisse des commandes

 

Cette restructuration intervient alors que ces chantiers navals vont être confrontés dans les années à venir à la baisse de leurs commandes liées à la construction de deux porte-avions pour la Royal Navy, qui doivent entrer en service à l'horizon 2020.

 

BAE Systems entend donc regrouper ses activités de construction navale à Glasgow. Le site écossais se verra attribuer la construction du futur navire militaire Type 26 ainsi que la construction des prochains lots (Lower Block 05 et Upper Blocks 07 et 14) du porte-avions Queen Elizabeth, dont les termes du contrat ont été modifiés. En attendant le Type 26, l'armée confiera à BAE la construction de trois navires de patrouille afin de pallier en partie la baisse du carnet de commandes.

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 08:50
Contre-attaque des maîtres espions anglais

 

07/11/2013 Par Florentin Collomp – LeFigaro.fr

 

Les patrons du MI5, du MI6 et du GCHQ, interrogés pour la première fois en public par une commission parlementaire, jugent « très dommageables » les révélations de l'ex-agent américain Edward Snowden et justifient leurs méthodes.

 

Depuis les révélations d'Edward Snowden sur l'espionnage à grande échelle par les services secrets américains et britanniques, al-Qaida est «enchantée» et «nos adversaires se frottent les mains de joie», affirme le patron du MI6, John Sawers.

 

Son homologue du service de renseignement électronique GCHQ (Government Communications Headquarters) dit même avoir entendu des terroristes, au Moyen-Orient et en Afghanistan, discuter de ces fuites et de nouvelles méthodes pour échapper à la surveillance occidentale. «La couverture médiatique de ces fuites a rendu notre travail beaucoup plus difficile», s'alarme son directeur, Iain Lobban.

 

L'audition jeudi après-midi des trois chefs du renseignement britannique par une commission parlementaire était historique par nature. Elle était retransmise à la télévision avec un décalage de deux minutes, au cas où une information confidentielle leur aurait échappé. Précaution inutile, tant les maîtres espions avaient rodé leurs arguments. Au lieu d'un interrogatoire en règle sur la surveillance généralisée des citoyens, la séance d'une heure et demie s'est transformée en plate-forme leur permettant de contre-attaquer pour défendre le bien-fondé de leur action. Aidés, il est vrai, par les questions complaisantes des membres de la commission du renseignement, dont la légitimité est elle-même contestée puisqu'ils ont été nommés par le premier ministre.

 

Andrew Parker, patron du MI5, l'a martelé à plusieurs reprises: «Nous travaillons dans le cadre de la loi.» Les trois directeurs ont souligné combien leur convenait le cadre légal actuel, pourtant jugé obsolète car datant, pour l'essentiel, du XXe siècle. «C'est aux politiciens d'en décider. Si le Parlement veut changer la loi, très bien», affirme Iain Lobban, tout en admettant être «inquiet» de la réflexion entamée en la matière par les États-Unis. «Si on diminue notre capacité d'utiliser les technologies, on va réduire notre avantage», plaide John Sawers, du MI6.

 

Le patron du très secret GCHQ tente de justifier la généralisation des interceptions électroniques à l'aide d'une métaphore: «Quand on cherche une aiguille dans une botte de foin, on doit ramasser énormément de foin, mais on met de côté tout le foin qui n'est pas néces­saire», promet Lobban. Autrement dit, «si vous êtes un terroriste ou un délinquant, il y a des chances que vos conversations soient écoutées, mais si vous ne l'êtes pas ou n'êtes pas en contact avec eux, vous n'êtes pas écoutés».

 

Les patrons du renseignement balayent les critiques sur leurs échecs à anticiper les attentats ou le printemps arabe. Selon le directeur du MI5, depuis les attentats de 2005, 34 complots terroristes au Royaume-Uni, «dont un ou deux majeurs chaque année» ont été déjoués. Pour le MI5 et le MI6, la menace ne cesse d'augmenter et de se diversifier. Leurs chefs soulignent notamment leur inquiétude face aux «centaines» de Britanniques qui combattent en ce moment en Syrie.

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 08:49
L'agence de surveillance GCHQ, cette petite sœur britannique choyée par la NSA

Le quartier général de la GCHQ,  près de Cheltenham, dans l'ouest  de l'Angleterre, est surnommé le «doughnut».

 

07/11/2013 Par Florentin Collomp – LeFigaro.fr

 

Le Government Communications Headquarters, la plus importante agence de renseignement britannique avec 6 130 employés, est aussi la plus méconnue.

 

Quand on appelle le standard du GCHQ, on est tout de suite mis dans l'ambiance: «Merci pour votre appel qui peut être enregistré pour des raisons légales». Au service de presse, pas la moindre opération de relations publiques. «Nous ne commentons pas les allégations récentes parues dans les journaux», répond-on sèchement. Le très discret chef du service de renseignement britannique, Iain Lobban, ne s'en cache pas sur le site Internet de l'agence: «Nous sommes une organisation secrète. Nous ne pouvons pas rendre public tout ce que nous faisons.»

 

Le MI6 a James Bond. Le MI5 a sa série télé (Spooks, MI5 en VF). Le Government Communications Headquarters (GCHQ), troisième et plus importante agence de renseignement britannique, est aussi la plus méconnue. Jusqu'à ce que les révélations d'Edward Snowden dans le Guardian montrent l'ampleur des interceptions pratiquées à grande échelle, main dans la main avec la National Security Agency (NSA) américaine. Des découvertes qui ont provoqué un choc international et auraient surpris jusqu'au plus haut niveau de l'État britannique. Selon l'ancien ministre Chris Huhne, le gouvernement et le Conseil national de sécurité n'étaient pas au courant de toutes ces pratiques.

 

Dans son siège près de Cheltenham, dans l'ouest de l'Angleterre, surnommé le «doughnut» pour sa forme circulaire, et ses deux annexes de Cornouailles et du Yorkshire, les 6 130 employés du GCHQ sont des espions des temps modernes, assis derrière des ordinateurs. Officiellement, ils assurent la sécurité numérique de l'État et des services britanniques, déchiffrent les communications ennemies et mènent des opérations contre la cybercriminalité.

 

Le GCHQ recrute des cracks des maths et parfois des pirates informatiques sélectionnés lors de concours en ligne pour décrypter des énigmes complexes. L'agence est associée à la NSA dans le programme d'interceptions des communications électroniques Echelon. Depuis les révélations de Snowden, on sait aussi qu'elle est un maillon important du dispositif Prism qui enregistre les données des utilisateurs de Google, Facebook ou Yahoo. Et que, à travers le système Tempora lancé en 2011, elle détourne tous les échanges (téléphoniques, mails, données Internet) transitant par les câbles transatlantiques sous-marins qui débouchent, commodément, au pied de son antenne de Cornouailles, pour les stocker dans ses serveurs jusqu'à 30 jours.

 

Rien n'échappe à ses grandes oreilles. «Les utilisateurs lambda se croyaient protégés par l'immensité des volumes de données échangées sur Internet. Or on a vu que ce n'était pas un problème pour la NSA et le GCHQ, qui depuis cinq ans, ont complètement rattrapé leur retard pour contrôler l'intégralité d'Internet», explique Richard Aldrich, auteur d'un livre sur le GCHQ.

 

Il y a encore vingt-cinq ans, l'organisation n'était tout simplement pas censée exister. «La règle était que si le gouvernement était interrogé sur l'agence, il ne répondait jamais», raconte Arthur Bonsall, ex-directeur du GCHQ dans les années 1970. À la retraite depuis trente ans, il n'a que récemment révélé à sa famille ses anciennes fonctions. Le GCHQ est l'hériter du service de cryptographie de Bletchley Park qui a percé le code nazi Enigma pendant la guerre - un exploit qui n'a lui-même été rendu public que trente ans plus tard.

 

Son action est mentionnée dans les médias au début des années 1980 à l'occasion du scandale d'un agent double britannique retourné par les Russes. Mais le GCHQ n'est doté d'une existence légale qu'en 1994 par l'Intelligence Services Act. C'est cette loi, votée alors qu'Internet en était à ses balbutiements, qui encadre aujourd'hui ses activités. Une législation tellement floue que certains parlementaires se demandent si elle n'a pas été conçue exprès pour laisser une totale liberté au service. Ainsi, des mandats judiciaires automatiquement renouvelés tous les six mois autorisent les interceptions de données par le GCHQ.

 

Cette flexibilité juridique est mise à profit dans la répartition des tâches avec la NSA soumise, elle, à davantage de garde-fous légaux. «C'est parfois difficile de faire la distinction entre les deux agences», note Ian Brown, du Cyber Security Centre d'Oxford. Les États-Unis ont même accordé des dizaines de millions de dollars de financement à des programmes développés par le GCHQ, dont le budget annuel (secret) est évalué par les spécialistes à un milliard de livres (1,2 milliard d'euros environ). «Nous avons des cerveaux, ils ont de l'argent. C'est une collaboration dont nous pouvons être fiers», a commenté jeudi David Omand, ancien patron du GCHQ.

 

Des notes internes du GCHQ révélées par le Guardian s'inquiétaient récemment des risques «d'un débat public préjudiciable qui pourrait conduire à une contestation judiciaire du régime actuel». Trois associations de protection des libertés publiques britanniques (Big Brother Watch, The Open Rights Group et English Pen) ont déposé plainte contre lui devant la Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg. «La supervision politique du renseignement a été mise à mal et doit être revue. En jetant la pierre à Snowden et au Guardian pour violation de secrets d'État, certains politiciens tentent en réalité de masquer leur embarras face à leur ignorance du sujet», critique le député conservateur Dominic Raab, rare voix discordante dans ce débat.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 08:50
New offshore patrol vessels for Royal Navy

Royal Navy River Class offshore patrol vessels HMS Tyne, HMS Severn and HMS Mersey (library image) [Picture: Leading Airman (Photographer) Al Macleod, Crown copyright]

 

6 November 2013 Ministry of Defence and Defence Equipment and Support

 

MOD plans to commission 3 new ocean-going offshore patrol vessels for the Royal Navy.


 

The new ships will be built by BAE Systems at their shipyards on the Clyde in a deal that will sustain jobs in the UK’s warship-building industry, and will play a key role in counter-terrorism, counter-piracy and anti-smuggling operations.

The agreement with BAE Systems provides work for the company between the completion of the Queen Elizabeth Class aircraft carriers and the Type 26 Global Combat Ship, securing the vital skills needed to build the UK’s future warships.

Defence Secretary Philip Hammond is also announcing today that more than £100 million will be invested in Her Majesty’s (HM) Naval Base Portsmouth, which will be home to both HMS Queen Elizabeth and HMS Prince of Wales. The money will expand the dockyard to ensure it is ready for the arrival of the Royal Navy’s biggest ever warships as well as for the Type 45 destroyers which are based in Portsmouth.

Under the terms of a business agreement signed with BAE Systems in 2009, MOD would have been liable to pay for any periods when no shipbuilding was taking place at UK yards.

HMS Tyne, HMS Severn and HMS Mersey (library image)
Royal Navy River Class offshore patrol vessels HMS Tyne, HMS Severn and HMS Mersey (library image) [Picture: Leading Airman (Photographer) Al Macleod, Crown copyright]

Building offshore patrol vessels means not only are staff at BAE Systems able to continue to work and maintain their skills, but also the Royal Navy benefits from 3 new ships and the taxpayer gets much better value for money.

The cost of building the ships is funded from money that would have been used to pay for idle capacity, finance redundancies and meet the cost of industrial restructuring.

Portsmouth will maintain its proud maritime heritage as the home of much of the Royal Navy’s surface fleet and the centre of BAE Systems’ ship support and maintenance business.

Mr Hammond said:

This deal will provide the Royal Navy with 3 brand new maritime patrol vessels with a wide range of capabilities which will support our national interests and those of our overseas territories.

This is an investment not only in 3 ships but also in this country’s warship-building industry. It prevents workers standing idle and sustains the vital skills needed to build the planned Type 26 frigate in the future.

I am also pleased to announce additional investment in Portsmouth Naval Base to prepare for the significant increase in tonnage as the home port for the Royal Navy’s aircraft carriers and destroyers.

Work on the new offshore patrol vessels is due to begin next year, with the first ship being delivered to the Royal Navy in 2017. The ships are expected to replace the current, smaller River Class vessels, HM Ships Tyne, Severn and Mersey, which have been policing the UK’s waters since 2003, but a final decision will be taken in the next strategic defence and security review.

Admiral Sir George Zambellas, the First Sea Lord, said:

These new patrol vessels will build on the proven performance of the River Class by adding a flight deck to take the Navy’s Merlin helicopters and by adding operational flexibility through extra storage capacity and accommodation. They are very welcome.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 18:50
Eurofighter : Pleine poussée pour la Tranche 3

Eurofighter Tranche 3 – photo BAE Systems

 

05.11.2013 Romain Guillot - journal-aviation.com

 

Eurofighter, BAE Systems, EADS, Typhoon, Tranche 3,

 

Le premier Eurofighter de la troisième tranche des livraisons, l’appareil BS116, a terminé avec succès ses essais moteurs en vue du premier vol attendu avant la fin de l’année. Ces essais étaient effectués dans les installations de BAE Systems à Warton, qui disposent d’une chambre de réglage (detuner).

 

Selon BAE Systems, les essais moteurs se sont déroulés en trois phases successives. Après vérification de l’absence de tous corps étrangers dans les réacteurs avec un tamis à mailles de fil attaché directement en entrée d’air (photo), les deux EJ200 ont ensuite individuellement été testés à différents régimes et jusqu’à pleine puissance (avec postcombustion) avec des ingénieurs du motoriste britannique Rolls-Royce. La dernière phase comprenait différents essais des systèmes rattachés aux réacteurs (circuits carburants, génération électrique et hydraulique...).

 

Le monoplace BS116 est destiné à la Royal Air Force. La Tranche 3A comprend la livraison de 112 exemplaires destinés à l'Allemagne, à l'Italie, à l'Espagne et au Royaume-Uni. Les appareils de cette tranche pourront accueillir des réservoirs conformes sur la partie supérieure du fuselage ainsi que le futur radar AESA de Selex Galileo (CAPTOR-E).

 

Les 378 Typhoon déjà en service au sein de six pays ont franchi la barre symbolique des 200 000 heures de vol cumulées en septembre dernier.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 18:50
Espionnage: Berlin convoque l'ambassadeur britannique

 

BERLIN, 5 novembre - RIA Novosti

 

L'ambassadeur de Grande-Bretagne en Allemagne Simon McDonald a été convoqué mardi au ministère allemand des Affaires étrangères pour s'expliquer sur les allégations des médias selon lesquelles les services secrets britanniques utilisent l'ambassade du Royaume-Uni à Berlin à des fins d'espionnage, affirme la diplomatie allemande dans un communiqué.

 

"A l'initiative du chef de la diplomatie Guido Westerwelle, l'ambassadeur britannique a été convoqué au ministère des Affaires étrangères. Le directeur du département européen lui a demandé de s'expliquer au sujet des récentes affirmations des médias britanniques" concernant les écoutes de communications depuis la mission diplomatique de Grande-Bretagne à Berlin. Le responsable allemand a également fait savoir à l'ambassadeur qu'il s'agissait d'une "démarche allant à l'encontre du droit international".

 

Le quotidien britannique Independent a rapporté mardi, citant des documents fournis par l'ex-conseiller de la CIA Edward Snowden et des photographies aériennes, que les services secrets britanniques et américains utilisaient l'ambassade du Royaume-Uni située au centre de Berlin pour procéder à des écoutes téléphoniques.

 

Les médias allemands ont auparavant indiqué que la surveillance des communications électroniques dans le quartier gouvernemental de Berlin était également pratiquée depuis l'ambassade américaine. Le téléphone portable de la chancelière Angela Merkel aurait pu faire l'objet de telles écoutes.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 06:20
BAE Awarded Contract to Begin Production of PIM

 

Oct 31, 2013 ASDNews Source : BAE Systems PLC

 

BAE Systems received a contract worth up to $688 million from the U.S. Army to begin Low-Rate Initial Production (LRIP) of the Paladin Integrated Management (PIM) program.

 

The PIM is a significant upgrade of the M109A6 Paladin Self-Propelled Howitzer, restoring space, weight, and power-cooling, while providing growth potential for emerging technologies.

 

Read more

 

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 12:30
New Warship Handed Over to Royal Navy of Oman

 

Oct 30, 2013 ASDNews Source : BAE Systems PLC

 

A new warship has been handed over to the Royal Navy of Oman amid colourful celebrations on HM Naval Base Portsmouth this morning.

 

AL RAHMANI is the second of three 99 metre corvettes designed, built and delivered for the Royal Navy of Oman as part of Project Khareef. Her Interim Acceptance, in which the ship’s title is transferred before sailing to Oman, marks an important milestone for the project.

 

Read more

Khareef Class corvette Al Shamikh during its sea trials on the summer of 2013. Photo BAE Systems

Khareef Class corvette Al Shamikh during its sea trials on the summer of 2013. Photo BAE Systems

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 18:50
EU’s Ashton Calls for European MALE Program

 

Oct. 23, 2013 defense-unmanned.com

(Source: EU Observer; published Oct. 22, 2013)

 

Ashton Calls for Military-Grade Drones In EU Airspace



BRUSSELS --- A security strategy paper by EU foreign affairs chief Catherine Ashton says EU countries should use military-grade drones for border surveillance.

The EU chief is set to debate security ideas with MEPs in the plenary chamber in Strasbourg on Wednesday (23 October).

Her plan, which outlines priorities in the lead up to an EU summit on defence in December, notes that there is “an urgent need to prepare a programme for the next generation” of so-called Medium Altitude Long Endurance (Male) drones.

It adds that: "The objective is to promote a European approach for developing this key future capability."

Germany, France, Italy and the UK already have the machines, but only use them in military-led operations.

But industry wants to make drones that can be used for both military and civilian operations, such as border control, but also for monitoring agriculture, civilian infrastructure and natural disasters.

The idea is to allow authorities to easily switch MALE equipment according to mission type.

Big EU defence companies are already lining up. (end of excerpt)


Click here for the full story, on the EU Observer website.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 12:45
Forcing britannique auprès du ministère de la Défense libyen

29 Octobre 2013 M.M. webmanagercenter.com

 

Le ministre libyen de la Défense, Abdullah Al Thani, a reçu le 22 septembre 2013 les représentants d’entreprises britanniques spécialisées dans les équipements et systèmes de sécurité (BACTEC International, BAE Systems, G3-Systems, Nemesis Security et Tilden International) qui lui ont fait un exposé sur les moyens de sécurisation des frontières, un domaine dans lequel le gouvernement libyen a programmé d’investir plusieurs milliards de dollars.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 08:50
Le drone Taranis de BAE Systems a volé en 2013

 

28.10.2013 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

L’information a été dévoilée par le Parlement britannique dans un rapport publié le 25 octobre : le drone Taranis développé par BAE Systems a effectué des essais en vol au cours de l’année 2013.

 

Ces essais ont eu lieu en Australie, comme l’avait révélé le quotidien britannique The Telegraph en janvier 2013.

 

Le démonstrateur de drone de combat avait été présenté pour la première fois en juillet 2010 et les essais au sol avaient débuté dans la foulée.

 

Pesant environ huit tonnes et possédant des dimensions proches de la taille d’un Hawk, le Taranis est resté discret depuis ses débuts en 2006. Le programme est actuellement estimé à environ 180 millions de livres.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 19:20
Antilles : escale du HMS Lancaster

 

 

29/10/2013 Sources : EMA

 

Du 19au 22 octobre 2013, la frégate HMS Lancaster de la marine royale britannique a fait escale à Fort-de-France, dans le cadre de son déploiement de plusieurs mois en Atlantique Nord et en mer des Caraïbes.

 

Avec le soutien du remorqueur Maïto, la frégate HMS Lancaster a accosté au quai des Tourelles, accueilli par une quarantaine de militaires des Forces armées aux Antilles (FAA) appartenant à la base navale de Fort-de-France et à la  1ère compagnie du détachement Terre-Antilles-33ème RIMa (DTA-33e RIMa).

 

Une fois la coupée en place, le capitaine de frégate Steve Moorhouse, commandant du HMS Lancaster, a reçu à son bord Madame Alison Ernoult, consul honoraire du Royaume-Uni en Martinique, le capitaine de frégate Thierry Ruffier, commandant de la base navale de Fort-de-France et le lieutenant-colonel Isabelle Vinciguerra, attaché de défense non résident.

 

Au cours de la dernière journée d’escale, le capitaine de frégate Steve Moorhouseet Madame Alison Ernoult ont été reçus par le contre-amiral Georges Bosselut, commandant supérieur des forces armées aux Antilles (COMSUP FAA).

 

Au cours de cette escale, deux rencontres sportives amicales se sont déroulées entre les marins britanniques et les militaires des FAA, et la frégate HMS Lancaster a ouvert ses portes au public.

 

L’équipage de la frégate a repris la mer le 22 octobre en début de matinée afin de poursuivre sa mission de surveillance maritime en mer des Caraïbes. Elle participe activement à la lutte contre le narcotrafic et se tient prête à secourir les populations en cas de catastrophe naturelle.

 

Les FAA constituent, avec les forces armées en Guyane (FAG), les forces de souveraineté françaises sur le « théâtre » Antilles-Guyane. Dans une logique de complémentarité et de mutualisation, les FAA mettent ainsi en œuvre un dispositif interarmées à dominante maritime, tandis que les FAG mettent en œuvre un dispositif interarmées à dominante aéroterrestre.

Antilles : escale du HMS Lancaster
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 18:50
Coopération franco-britannique : exercice Joint Warrior 13-2, FINEX

25/10/2013 Sources : EMA

 

Mardi 17 octobre, l’exercice de coopération franco-britannique Joint Warrior 13-2 s’est achevé à Leeming, au Nord de l’Ecosse. Mené dans le cadre de la montée en puissance du Combined Joint Expeditionary Force – CJEF, cet exercice avait pour objectif  de valider le concept d’engagement de la composante aérienne conjointe. Il s’inscrit dans le cadre de la coopération franco-britannique établie en 2010 par la signature du traité de Lancaster House.

 

Initié le 07 octobre, cet exercice, associant sept autres nations (Allemagne, Australie, Canada, Danemark, Etats-Unis, Italie, Norvège), était centré sur des manœuvres aéromaritimes. Avec une quarantaine d’aéronefs français et britanniques engagés sous le commandement du JFACC (Joint Force Air Component Command / centre de planification et de conduite des opérations aériennes), Joint Warrior 13-2 a permis de concrétiser la montée en puissance de la force expéditionnaire interalliée et interarmées dans sa composante Air.

 

Entraînement opérationnel tactique conjoint le plus important de l’année pour les armées de l’Air française et britannique, Joint Warrior 13-2 a atteint ses objectifs en couvrant l’ensemble du spectre des opérations aériennes de haute intensité.  Au cours de ces 10 jours, l’accent a été mis sur la capacité à planifier et à conduire des missions aériennes combinées, le « C2 » (Command and Control) a été validé avec la mise en œuvre d’un JFACC conjoint. Les aéronefs opérant depuis une « DOB » (Dispersed Operating Base - Base aérienne projetée) située en zone soumise à la menace air-sol ennemie, ont validé leur capacité à opérer de façon coordonnée dans un environnement hostile.

 

Au bilan, l’exercice Joint Warrior 13-2 a engagé des moyens de combat importants, avec notamment 8 Typhoon britanniques et 8 Mirage 2000 français, dont 4 Mirage 2000N déployés sur la « DOB » de Leeming et 4 Mirage 2000-5 opérant depuis la base aérienne de Luxeuil. Cet exercice a confirmé la capacité des forces aériennes française et britannique à se déployer rapidement et de façon coordonnée, en vue de constituer la composante aérienne de la force expéditionnaire interarmées et interalliées conjointe (CJEF).  Cela a également permis de renforcer  l’interopérabilité de nos structures de commandement, de nos procédures, et de nos matériels, dans la continuité des objectifs fixés par le traité de Lancaster House.

 

Dans la continuité de la séquence maritime de Joint Warrior joué au printemps dernier (Joint Warrior 13-1, 15-25 avril 2013), Joint Warrior 13-2 a donné lieu à une trentaine d’interactions maritimes bilatérales et multilatérales, auxquelles a participé la frégate anti sous-marine (FASM) La Motte-Picquet. Principalement centrées sur la lutte anti-sous-marine, elles ont permis de mettre en œuvre l’ensemble des moyens d’autodéfense de la frégate auxquelles sont venues s’ajouter les capacités de reconnaissance et de détection du Lynx et de l’Atlantique 2, également déployés sur l’exercice.

 

Le 15 octobre,  profitant de cette occasion, le général Denis Mercier, chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA), et son homologue britannique, Sir Andrew Pulford, se sont retrouvés sur la base aérienne de Leeming dans le cadre du Distinguished Visitors (DV) day. Ils ont assisté à une démonstration dynamique engageant des moyens aériens, terrestre et des service de santé des armées françaises et britanniques. A l’issue de cette séquence, les deux CEMAA ont salué la qualité du travail accompli, avant de se rendre au poste de commandement du JFACC situé à High Whycombe, à l’Ouest de Londres.

 

Le prochain exercice organisé dans le cadre de la montée en puissance du CJEF aura lieu au printemps 2014. Il s’agira de l’exercice Rochambeau 2014 qui sera centré sur la composante terrestre.

Coopération franco-britannique : exercice Joint Warrior 13-2, FINEX
Coopération franco-britannique : exercice Joint Warrior 13-2, FINEX
Coopération franco-britannique : exercice Joint Warrior 13-2, FINEX
Coopération franco-britannique : exercice Joint Warrior 13-2, FINEX
Coopération franco-britannique : exercice Joint Warrior 13-2, FINEX
Partager cet article
Repost0
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 19:55
Le système de combat aérien du futur sera d'abord franco-britannique (vidéo)

24.10.2013 par Olivier Berger, grand reporter à La Voix du Nord - Défense Globale

 

La coopération franco-britannique, issue du traité de Lancaster House en 2010, trouve des prolongements intéressants en matière d'industrie. C'est le cas du missile anti-navire léger (MBDA) et du système de lutte anti-mines SLAMF (DCNS, Thales Underwater Systems et ECA).

 

 

ANL FASGW [anti-navire léger future air-to-surface guided weapon]

ANL FASGW [anti-navire léger future air-to-surface guided weapon]

Le dossier des drones de combat ou système de combat aérien futur (SCAF ou FCAS en anglais) est lui aussi en cours de décollage. Et ce tournant-là, il serait bon de ne pas le manquer...

 

" La négociation sur le sujet a bien progressé tant au niveau étatique qu'industriel ", a expliqué le 16 octobre le Délégué général à l'armement, Laurent Collet-Bignon, aux sénateurs de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées.

Dassault et BAE Systems pour la maîtrise d'œuvre et le prototype (chacun a son démonstrateur technologique, nEUROn pour le premier, Taranis pour le second), Safran et Rolls-Royce pour la motorisation, Thales et Selex UK (transmission, radar, guerre électronique) " ont tous, dans leur domaine respectif, atteint un consensus basé sur la compétence industrielle ", a rapporté le DGA.

Il s'agit d'un drone de combat, appelé à remplir des missions de reconnaissance, de frappe et de bombardement. Pas encore de combat aérien, dirons-nous pour rassurer les aviateurs (mais bon...). Il sera furtif et quasiment autonome (décollage, vol, atterrissage). Le pilote ne devrait donc pas bénéficier d'un joystick (à la différence des Reaper) mais validera certaines phases, notamment le largage des bombes...

 

" Il faut accepter les dépendances mutuelles "

 

Un contrat de développement doit être notifié en 2014. Il concernera des travaux technologiques, de design et de simulation.

" Ce projet peut s'interpréter comme une suite du démonstrateur nEUROn avec la recherche d'une optimisation d'ensemble et d'un élargissement de la maîtrise d'œuvre à deux nations, puis une ouverture aux autres partenaires en fonction de savoir-faire ", a prolongé Laurent Collet-Bignon. " Il faut accepter les dépendances mutuelles. " Pour être tout à fait honnête, le DGA a aussitôt ajouté " mais on ne peut les avoir qu'avec des pays ayant les mêmes ambitions, comme le Royaume-Uni ".

 

 

Dassault nEuron UAV source-lefigaro-fr

Dassault nEuron UAV source-lefigaro-fr

Rappelons que nEUROn, le démonstrateur de Dassault est le fruit d'une collaboration avec Thales, Saab (Suède), Alenia (Italie, filiale de Finmeccanica), Casa (Espagne, filiale d'EADS), HAI (Grèce) et RUAG (Suisse).

Le montage industriel est hautement politique et le reste quand il s'agit de travailler avec des partenaires britanniques : " Il ne me semble pas opportun d'afficher ce sujet comme une proposition commune franco-britannique pour le futur avion de combat européen, ce qui serait le meilleur moyen de faire fuir les Britanniques. " Il faudra également attendre les prochaines élections générales britanniques, en mai 2015...

Mais le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, l'a assuré en juin lors du salon du Bourget : " Les drones de combat, à l’horizon 2030, viendront compléter, voire remplacer nos flottes d’avions de chasse. Ce rendez-vous, nous ne le manquerons pas. "

Le système de combat aérien du futur sera d'abord franco-britannique (vidéo)

Sous peine de louper un nouveau virage capital, comme celui des drones MALE (moyenne altitude longue endurance) fin 90-début 2000. Les deux premiers MQ-9 Reaper de l'Américain General Atomics, sur les douze commandés par la France, s'apprêtent d'ailleurs à atterrir à Niamey au Niger.

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 16:50
 discours des chefs d’état major français et britannique clôturant le DV Day - photo Armée de l'air

discours des chefs d’état major français et britannique clôturant le DV Day - photo Armée de l'air

 

18/10/2013 Armée de l'Air

 

Du 7 au 17 octobre 2013, la France et le Royaume-Uni participent avec sept autres nations (Allemagne, Australie, Canada, Danemark, États-Unis, Italie, Norvège) à un exercice centré sur des manœuvres aéromaritimes, dans lesquelles une quarantaine d’aéronefs et une quinzaine de bâtiments sont engagés.

 

Mardi 15 octobre, une journée « Distinguished Visitors (DV) day » était organisée. À cette occasion, le général Denis Mercier, chef d’état major de l’armée de l’air et son homologue britannique, Sir Andrew Pulford, se sont rendus à Leeming. À leur arrivée, ils ont assisté à une démonstration dynamique. Le scénario comprenait le bombardement de la base aérienne par des Hawk T1, représentant les forces adverses. Ensuite, était mis en scène l’incendie d’un véhicule. La sécurisation du lieu et l’extraction des passagers pour évacuation vers l’infirmerie ont été nécessaires pour mener à bien la mission de sauvetage. Enfin, une équipe cynophile britannique a intercepté un individu ayant pénétré sur le camp sans autorisation.

 

Pour clôturer cette journée, c’est en présence de nombreux journalistes et d’une délégation militaire franco-britannique que les deux chefs d’état-major ont exprimé leur satisfaction quant à la qualité du travail accompli et le professionnalisme dont chacun a su faire preuve.

 

Après deux semaines d’entraînement opérationnel rassemblant neuf nations alliées et un dispositif des plus conséquents pour l’année 2013, Joint Warrior 13-2 s’achève pour les 112 militaires français déployés, du 7 au 17 octobre, sur la base de Leeming. Outre les aéronefs de l’armée de l’air (4 Mirage 2000N, 4 Mirage 2000-5, 1 C135 FR et 1 Super Puma), participaient également la frégate anti sous-marine « La Motte Piquet » et un avion de patrouille maritime Atlantique 2 de la marine nationale.

 

Durant ces dix jours d’exercice, beaucoup d’enjeux, d’objectifs d’entraînement étaient à atteindre. Une structure C2 (Command & Control) conjointe a été mise en œuvre afin de conduire et exécuter les différentes missions. En tenant compte du respect des règles nationales respectives, le GTSICAéro de la base aérienne 105 d’Evreux a déployé de nombreux systèmes d’information et de communications. Le rythme de travail a été dense. Les équipages des Mirage 2000N ont effectué plus de 80 sorties et ont ainsi totalisé près de 200 heures de vol, réalisant leurs missions dans un environnement souvent complexe. Par ailleurs, l’exercice aura permis à l’ensemble du détachement français d’évoluer dans des conditions très proches de la réalité et ce, quel que soit le niveau de commandement (tactique, opératif, stratégique). En effet, l’intégralité du personnel déployé a été entraîné à la conduite des opérations en milieu hostile.

 

Bénéficiant de l’impulsion donnée par le Traité de Lancaster House, Joint Warrior 13-2 a largement mis à contribution l’armée de l’air et la marine nationale. Cette édition aura permis de développer l’interopérabilité des structures de commandement, des procédures, et des matériels des deux armées.

Joint Warrior 2013 DV DayJoint Warrior 2013 DV DayJoint Warrior 2013 DV Day
Joint Warrior 2013 DV DayJoint Warrior 2013 DV DayJoint Warrior 2013 DV Day
Joint Warrior 2013 DV DayJoint Warrior 2013 DV DayJoint Warrior 2013 DV Day
Partager cet article
Repost0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 16:50
The M777 howitzer is manufactured in Barrow, England. (BAE)

The M777 howitzer is manufactured in Barrow, England. (BAE)

 

Oct. 17, 2013 - By ANDREW CHUTER – Defense News

 

LONDON — BAE Systems will suspend production of the M777 howitzer unless it can quickly secure a long-talked about order from India for the lightweight 155mm weapon.

 

The company said in a statement on Thursday that it had begun consulting staff and unions ahead of the suspension of production at its Barrow, England, facility because of continuing delays in negotiations with the Indian government over the sale of 145 guns.

 

Up to 200 jobs are at risk at the Barrow site, where BAE also builds nuclear submarines and supports other artillery programs. Its Hattiesburg, Miss., site in the US, which undertakes final assembly and testing of the gun, is not immediately impacted, the BAE statement said.

 

“The [Barrow] move comes about because of ongoing delays in the US government foreign military sale of M777 howitzers to India,” the company said.

 

A letter of agreement (LoA) between the US and Indian governments for the sale of the towed 155mm weapons expired on Tuesday, triggering a rise in the ceiling price of the package of guns, training and support from US $647 million to $885 million. That price, though, is likely subject to some flexibility if the deal can be finalized quickly.

 

Nobody is holding their breath for a quick deal. The major price escalation from the US government and BAE is likely to lead to further delay. In addition, India is gearing up for a general election.

 

India hasn’t managed to buy any new howitzers since the 1980s’ purchase of weapons from Bofors — a deal that became embroiled in a huge corruption scandal involving financial kickbacks.

 

A letter of request for the M777s was received from India in late 2012, and all trials and evaluations completed in January this year. The LoA has been in place since February.

 

BAE ceased producing assemblies for new gun orders this year and has been investing its own cash, keeping the line alive with work on spares and various inventory items.

 

But the company said that after months of its own investment, it can no longer maintain staffing levels. The artillery side of the Barrow facility employs around 350 people, the majority on the M777.

 

The British-based defense contractor has been building the weapon since 2004, predominantly for the US Marines and Army. Over 1,000 guns have been ordered and the last of those weapons, destined for the Australian military, are being assembled at the company’s Hattiesburg.

 

Barrow is responsible for the welding, machining and fabrication of specialized titanium items, such as the howitzer’s saddle and cradle. Final assembly and test of the M777 is undertaken by around 50 employees at Hattiesburg.

 

BAE said the Hattiesburg facility is completing assembly of guns destined for the Australians and also resetting some weapons supplied to the US military.

 

That work is expected to take the US side of the M777 operation through to around April next year.

 

The announcement of the potential closure of the UK howitzer production site comes just 24 hours after BAE’s US arm said it was closing its Sealy, Texas, wheeled armored vehicle facility, with the loss of up to 325 jobs.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 11:35
HMS Westminster, a Type 23 Frigate

HMS Westminster, a Type 23 Frigate

October 16, 2013 idrw.org (IANS)

 

An Indian Navy destroyer and a Royal Navy frigate Tuesday began the ninth edition of annual Konkan-13 exercise off India’s western coast, with the focus on asymmetric operations, anti-air warfare and boarding, search and seizure of ships.

 

The Konkan series of bilateral exercises commenced in 2004 and eight such exercises have been conducted till now, an Indian Navy statement said.

 

“These exercises provide an opportunity to both the navies to work together at sea and in harbour to build interoperability, and to share best practices among the crew,” it said.

 

The harbour phase of the exercise would involve professional discussions, interactions and social functions, while the sea phase will have exercises in various surface and air dimensions of naval operations.

 

 

INS Delhi (D61)

INS Delhi (D61)

Indian Navy will be represented by INS Delhi, an indigenously built destroyer hosting a Chetak helicopter and accompanied by shore-based aircraft. It is commanded by Capt. Sandeep Mehta.

 

The Royal Navy would be represented by HMS Westminster, a Type 23 Frigate, commanded by Capt. Hugh Beard.

 

The thrust of the exercise this year would be on asymmetric operations, anti-air warfare and Visit Board Search and Seizure (VBSS) exercises.

 

“The cooperation between the two navies is a positive and tangible symbol of commitment in ensuring a positive climate for maritime security and economic development,” the statement said.

 

“Such exercise between the two navies manifest growing friendship between the two nations, with an aim to maintain peace and stability in the Indian Ocean Region,” it further adds.

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 10:55
Joint Warrior 13-2 : le GTSICAéro, un acteur incontournable

16/10/2013 Armée de l'air

 

Depuis le 27 septembre 2013, au profit de l’exercice Joint Warrior 13-2, qui se déroule au nord du Royaume-Uni, le groupement tactique des systèmes d’information et de communications aéronautiques (GTSICAéro) de la base aérienne 105 d’Evreux a été déployé afin de fournir les moyens SIC nécessaires au détachement et lui assurer une complète autonomie.

 

Joint Warrior 13-2 est un exercice interallié et interarmées qui s’inscrit dans le cadre d’un entraînement opérationnel bilatéral. Il fait suite au Traité de Lancaster House signé en 2010 qui donne un nouvel élan à la coopération militaire franco-britannique. Ce type d’exercice a pour objectif d’entraîner les deux nations et de valider le concept de force expéditionnaire interalliée et interarmées (CJEF).

 

Faisant appel à près de 600 personnes dont 112 français, Joint Warrior 13-2 va permettre l’appréciation des différentes procédures opérationnelles et favorisera leur développement. Le but étant d’améliorer l’interopérabilité entre les deux nations notamment dans le domaine des systèmes d’information et de communications (SIC).

 

Le GTSICAéro s’impose, dans cet exercice, comme un acteur incontournable des opérations aériennes et de la préparation des forces. C’est une unité du commandement du soutien des forces aériennes. Il est issu du regroupement des trois anciens groupes de télécommunications de Bordeaux, Metz et Orléans, ainsi que de l’escadron de soutien technique spécialisé de Metz et du centre de détection et de contrôle mobile du commandement des forces aériennes.

 

Une douzaine de personnes du GTSICAéro, intégrée au sein de la base aérienne projetée de Leeming, a permis l’installation des moyens SIC indispensables au bon déroulement de l’exercice. Téléphonie, réseaux opérationnels et réseaux classifiés qu’il a fallu mettre en œuvre, maîtriser et surtout optimiser. Parallèlement, un appui à la structure C2 (Command and Control) projetée a également été fourni.

 

Cet exercice représente un défi majeur pour le GTSICAéro. Au cœur de l’initiative d’interconnexion des forces, attendue pour la NRF (NATO Response Force), c’est le moyen d’établir l’inventaire de l’interopérabilité entre les deux nations. Il va également permettre l’identification des efforts à consentir pour améliorer notre capacité à travailler conjointement.

 

Le GTSICAéro a su, au travers de Joint Warrior 13-2, mettre en exergue le savoir-faire de l’armée de l’air au sein d’une coalition bilatérale. Cette unité particulière cultive ainsi ses capacités à travailler en interarmées avec nos alliés, tout en démontrant son souci permanent de réactivité lors d’un déploiement exigeant en terme de délais.

Joint Warrior 13-2 : le GTSICAéro, un acteur incontournableJoint Warrior 13-2 : le GTSICAéro, un acteur incontournable
Joint Warrior 13-2 : le GTSICAéro, un acteur incontournableJoint Warrior 13-2 : le GTSICAéro, un acteur incontournable
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 07:50
200 More STARStreak Missiles For British Army

15/10/2013 by Paul Fiddian - Armed Forces International's Lead Reporter

 

The Ministry of Defence has contracted Thales to supply the UK Armed Forces with 200 additional STARStreak surface-to-air missiles, it's been confirmed.

 

The British Army has been a STARStreak MANPADS (Man-portable air-defence system) user since 1997.

 

A prime element of the UK's GBAD (Ground-Based Air Defence) capability, STARStreak missiles formed part of the London 2012 Olympic Games' security shield. Deployed by the British Army, their involvement was considered paramount in helping deter would-be terrorists from targeting the event.

 

To date, some 7,000 missiles have been produced in numerous versions but, so far, none have been launched operationally. Four feet seven inches long, the missiles are equipped with a trio of explosive sub-munitions and reach a maximum velocity of Mach 3.5 when in flight.

 

British Army STARStreaks

 

Currently, the British Army has around 150 STARStreak missile launchers in service, while South Africa has eight and, last year, the Royal Thai Army became the weapon's newest customer.

 

News of the 2013 British Army STARStreak missiles order was delivered by David Cameron, Prime Minister, at the recent Northern Ireland Investment Conference. It represents one component of the Force 2020 project - an ongoing British Army equipment review programme.

 

200 STARStreaks Order

 

‘Not only will this contract sustain jobs at our facilities in Northern Ireland, but it also demonstrates very clearly to our export customers the ongoing importance and trust that the UK MoD places in the STARStreak system and our design, manufacturing and support capabilities", said Thales Managing Director, David Beatty, in the firm's 200 STARStreaks order press release.

 

"We saw during the Olympics last year how important our air defence capability is", added Philip Dunne MP, the Minister for Defence Equipment, Support and Technology. "This contract for 200 extra STARStreak missiles will not only provide our Armed Forces with a highly capable weapon, but it also secures hundreds of highly skilled defence jobs in Northern Ireland and should provide confidence to the export markets of the STARStreak system."

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 07:35
India clears way to cancel AgustaWestland helicopter deal

15 Oct 2013 By Dean Nelson, in New Delhi - telegraph.co.uk

 

Corruption allegations give India a way out of deal to buy 12 British-made helicopters

 

India’s Attorney-General has cleared the way for the country's government to cancel its £480m deal with AgustaWestland for 12 British-made helicopters after allegations of corruption.

 

The contract was suspended by the government in February this year following allegations that commissions were paid by the Italian-owned company to senior defence officials, including relatives of India’s former air chief SP Tyagi.

 

The allegations, which have been denied by the former air chief, emerged from investigation in Italy which led to an arrest warrant for Giuseppe Orsi, the chief executive of Agusta Westland’s parent company, Finmeccanica. Investigators allege he paid €30m (£25.4m) to a British man, Christian Michel, to act as a middleman between the company and members of the Tyagi family.

 

It is alleged the commissions were paid to influence the altitude specifications for the helicopter contract to allow AgustaWestland to tender for its AW-101 VVIP model.

 

India’s Ministry of Defence believes AgustaWestland is in breach of an "integrity act" included in the contract which bans the use of middlemen or the payment of commissions.

 

AgustaWestland has denied the allegations and announced last week it has triggered an arbitration clause in its contract in attempt to salvage the deal. It believes that the contract cannot be cancelled before arbitration has been completed.

 

Its India chief executive Jackie Callcut, today said the company had yet to receive any notification from the Indian government.

 

“The arbitration process is ongoing… the company has consistently stated that it has found no evidence of any wrong doing, and that to date no proof of wrong doing has been presented to the company. It is also clear that an attempt to cancel the contract will result in a further delay to the helicopters that India urgently needs and are ready for delivery. Meanwhile the quality of the aircraft themselves is not in question,” she said.

 

The formal cancellation of the contract is expected to lead to legal action by AgustaWestland to recover its losses.

 

It is understood the Indian government has paid 45pc of the contract price and taken delivery of three of the helicopters. Three more were completed before the contract was suspended earlier this year but have not been delivered, while the remaining six are close to completion at AgustaWestland’s Yeovil factory.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 07:30
Nucléaire: présentation réussie du plan iranien (UE)

MOSCOU, 15 octobre - RIA Novosti

 

La présentation du plan de la délégation iranienne sur la question nucléaire lors de sa rencontre avec les Six à Genève s'est très bien passée, a estimé mardi Michael Mann, porte-parole de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton.

"Ce matin, nous avons écouté le plan présenté par le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. La présentation s'est très bien passée", a déclaré M.Mann.

Auparavant, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Seyed Abbas Araghchi a fait savoir que le plan de la délégation iranienne avait été présenté sous format PowerPoint et distribué à tous les participants aux négociations.

La présentation du plan intitulé "Désamorcer une crise inutile et ouvrir de nouveaux horizons" a été faite par les Iraniens en anglais et a duré presque une heure de temps.

Ces négociations entre l'Iran et les Six médiateurs internationaux sur son programme nucléaire (Russie, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Chine et Allemagne) sont les premières depuis l'arrivée au pouvoir à Téhéran de Hassan Rohani, un président perçu comme modéré. Elles se déroulent sur fond d'optimisme prudent après six mois d'interruption.

Depuis 2003, les Six œuvrent conjointement avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour amener Téhéran à suspendre ses travaux d'enrichissement d'uranium susceptibles de mettre en danger le régime de non-prolifération nucléaire. L'Iran reconnaît enrichir de l'uranium à 20%, mais affirme que ses activités nucléaires ont pour seul objectif de satisfaire les besoins du pays en électricité et radionucléides.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories