Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 17:50
Réunion de la sous-commission "sécurité et défense" - 25 jan

 

source SEDE(2016)0125_1

 

 

 

1.  Adoption de l'ordre du jour

2.  Approbation des procès-verbaux des réunions des:

·12 novembre 2015  PV – PE571.697v01-00

·30 novembre-1 er  décembre 2015  PV – PE572.875v01-00

·3 décembre 2015  PV – PE573.077v01-00

3.  Communications de la présidente

4.  La dimension militaire de l'approche globale: état d'avancement et voie à suivre
- Échange de vues avec le général Mikhail Kostarakos, président du comité militaire de l'Union européenne

En association avec la délégation à la commission parlementaire d'association UE-Ukraine

5.  Situation générale en matière de sécurité en Ukraine -EUAM - quel rôle pour l'Union?
Échange de vues avec:
- Kenneth Deane, directeur de la capacité civile de planification et de conduite de l'UE, SEAE
- Liubov Nepop, chef f.f. de la mission de l'Ukraine auprès de l'Union

Conjointement avec la sous-commission "droits de l'homme"

6.  Les enfants dans les conflits armés: les défis de l'action internationale
- Échange de vues avec Leila Zerrougui, représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies pour le sort des enfants en temps de conflit armé

7.  Questions diverses

8.  Prochaines réunions

·4 février 2016, de 9 heures à 10 h 30 (Strasbourg)

·17 février 2016, de 9 heures à 12 h 30 et de 15 heures à 18 h 30 (Bruxelles)

·18 février 2016, de 9 heures à 12 h 30 (Bruxelles)

Repost 0
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 17:40
Prolongation des sanctions: l'UE ferait mieux d'oeuvrer à la lutte contre le terrorisme

 

21 décembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Moscou - La Russie a reproché lundi à l'Union européenne de préférer prolonger les sanctions économiques la visant en lien avec la crise ukrainienne plutôt que d'essayer de coopérer pour lutter contre le terrorisme, qualifiant cette décision d'hypocrite et artificielle.

 

Force est de constater qu'au lieu d'établir une coopération pour contrer les défis clés actuels, comme le terrorisme international, Bruxelles préfère continuer le jeu à courte vue des sanctions, a dénoncé le ministère russe des Affaires étrangères.

 

Comme prévu, l'UE a prolongé lundi de six mois ses sanctions économiques contre la Russie, pour son implication présumée dans le conflit dans l'est de l'Ukraine. Elle a justifié cette décision par la non application dans leur intégralité des accords de paix de Minsk, signés par Moscou.

 

Le fait que l'UE lie les sanctions à la résolution du conflit dans le Sud-Est de l'Ukraine est artificiel et infondé, a estimé Moscou. Cette guerre, qui a fait plus de 9.000 morts depuis avril 2014, a été causé non par la Russie mais par les autorités ukrainiennes actuelles, a insisté le ministère.

 

La diplomatie russe a également jugé hypocrite la prolongation des sanctions, estimant que l'UE voulait punir la Russie pour ce qui ne dépend pas d'elle et appelant Bruxelles à peser sur Kiev pour appliquer les accords de Minsk.

Repost 0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 08:50
EDA and Ukraine sign administrative arrangement

Picture credit: The European Union; From left to right: Mr Stepan POLTORAK, Minister of Defence of Ukraine; Ms Federica MOGHERINI, High Representative of the EU for Foreign Affairs and Security Policy; Mr Jorge DOMECQ, Chief Executive of the European Defence Agency.

 

Brussels - 07 December, 2015 by European Defence Agency

 

Federica Mogherini, in her capacity as Head of the European Defence Agency, and Stepan Poltorak, Minister of Defence of Ukraine signed today an Administrative Arrangement between the EDA and the Ukrainian Ministry of Defence.

 

The conclusion of the Administrative Arrangement follows a mandate provided by the EDA Steering Board on 3 December 2015. The European Council approved the Administrative Arrangement on 30 November 2015.

The Administrative Arrangement formalises the relationship between EDA and the Ministry of Defence of Ukraine, enabling Ukraine’s potential participation in EDA’s military-technological projects and programmes. Cooperative areas remain to be further defined but initial identified areas are standardisation, training, logistics and Single European Sky.

 

More information:

Repost 0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 17:55
Colloque du 1er Décembre 2015 "Reconfigurations politiques en Europe à la suite de la guerre en Ukraine"

 

13/11/2015 par IRSEM

 

L’IRSEM organise un colloque sur le thème " Reconfigurations politiques en Europe à la suite de la guerre en Ukraine " le Mardi 1er décembre 2015 à l'École militaire

 

Mardi 1er Décembre 2015  à l'Ecole militaire  9h00 à 17h30 -  Amphithéâtre Lacoste

 

Programme :

Rôle de l’OTAN et avenir de la défense européenne

Avec la participation de : Isabelle FACON, Barbara KUNZ, Céline MARANGÉ, Guillaume LASCONJARIAS, Marianne PERON-DOISE.

Débat : Quel avenir pour la défense européenne ?

Avec la participation de : Thierry BALZACQ, Michel BARNIER, Christophe-Alexandre PAILLARD, Général Jean-Paul PALOMÉROS.

Rôle de l’Union européenne et avenir du Partenariat oriental

Avec la participation de : Thorniké GORDADZÉ, Chantal LAVALLÉE, Philippe PERCHOC, Nicu POPESCU, Pierre RAZOUX, Elsa TULMETS.

Débat :  Quelle nouvelle architecture de sécurité pour l’Europe ?

Avec la participation de :  Roland GALHARAGUE, Fabien MANDON, Jacques RUPNIK, Général Michel YAKOVLEFF.

 

Programme détaillé

 

Pour réserver vos places pour le colloque :  Inscription obligatoire

Repost 0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 12:40
Ukraine Crisis Update: November 11, 2015

 

Nov 11, 2015 - Hugo Spaulding - ISW

 

Russian-backed separatist forces renewed coordinated offensive operations across the front line in eastern Ukraine on November 7. This escalation follows a two-month operational pause that coincided with the start of the Russian intervention in Syria. Both the separatist ‘Donetsk People’s Republic’ (DNR) and the Ukrainian military reported the completion of the withdrawal of light artillery from the front line in the days leading up to the recent clashes.

Read more

 

Download the PDF

Repost 0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 20:30
photo Russia MoD

photo Russia MoD

 

November 10, 2015: Strategy Page

 

In eastern Ukraine (Donbas) Russia is pulling a lot of its best troops out and sending them to Syria. At the same time more Russian troops are refusing to serve in Donbas. This is a tricky situation because officially Russia denies having any troops in Donbas. In fact (and Ukraine has plenty of evidence) there are thousands of Russian troops in Donbas and without them the rebellion there would collapse. A growing number of Russian soldiers are opening defying their government and refusing orders to “volunteer” for service in Donbas. Over a hundred are being prosecuted. The reason for all this is unexpected Ukrainian resistance and massive international outrage (and sanctions). Ukraine tripled its defense spending since early 2014, greatly reduced the corruption in defense procurement and within a year had 500 operational tanks and were building 40 new ones a year. When Russia invaded in early 2014 Ukraine officially had over 2,000 modern tanks (T-72 types) but none were operational. That was because the money for maintaining them had regularly been stolen. Ukraine still has major problems with corruption and foreign donors insist that aid will be limited until more progress is made eliminating corrupt practices.

 

Since the Donbas fighting began nearly two years ago nearly 8,000 have died. The local rebels (largely ethnic Russians) believed Russian military might would quickly make Donbas part of Russia and that would be the end of it. It did not work out that way and now the rebels are spending a second Winter in a bombed out and shot up Donbas. The rebels in Donbas have lost a lot. The economy is a shambles and many have seen their families flee to exile in Russia or Ukraine.

 

The Russian supported Syrian government forces went on the offensive in October and for a week or so seemed to make some progress but then stalled. Russians in Syria noted that the rebels quickly responded to the Russian air power and become less aggressive and mobile. Instead the rebels concentrated on defense. Thus the Russian intervention appears to have stopped most rebel advances. Russia has largely left ISIL (Islamic State in Iraq and the Levant) forces alone and ISIL has taken advantage of this and increased its attacks on Syrian rebels who oppose ISIL (who believes it should command all rebels). The Russians are willing to leave ISIL alone as it attacks other rebels but everyone understands that once ISIL becomes the primary rebel threat to the Assad government ISIL will be the main target of Russian air attacks.

 

The Russian air strikes, guided by Syrian ground controllers has killed about 600 people so far, 70 percent of them rebels. The rest were civilians. Over a year of American and allied air strikes have killed about 3,700 and 94 percent of them have been rebels. The American have more restrictive ROE (Rules of Engagement) that seek to keep civilian deaths to a minimum. Thus ISIL (and some other Islamic terrorist groups) use a lot of human shields, often quite blatantly (like putting them in metal cages and posting pictures on the Internet). The Russians ignore human shields and that means the rebels are more cautious when Russian warplanes are about. 

 

Russia has sent hundreds of special operations personnel to Syria. Iran has some special operations troops in Syria and they appear to serve mainly for collecting intelligence and attacking key rebel leaders (not always successfully). Iran is providing a lot of trainers, combat advisors and, judging from the number of dead Iranian officers (whose families back in Iran do not hide their grief or keep it out of the media) the Iranians are deeply involved in supervising these offensive operations.  Russia would like Iran to be more secretive about Iranian generals getting killed in Syria. Ten have died there since 2013 and most of those deaths were recent. Syria is a much more dangerous place for Iranian military advisors as only one Iranian general has been killed in Iraq so far.

 

Russia is also learning the hard way how difficult it is to maintain modern warplanes in the sand and dust of the Middle East. Russia knew about this problem because for decades it had sold military aircraft to countries (including Syria) in the region. But it turned out that there were a lot of (often minor) modifications Syrian maintainers made to their Russian aircraft to keep them operational in this environment. Russian maintainers are working overtime to adapt to all this. Despite that Russia is still getting several sorties a day out of many of the fifty or so warplanes it has in Syria. On some days there are nearly a hundred air strikes. The 50 or so Russian aircraft in Syria consist of Su-34 and Su-30 fighter-bombers, Su-24M bombers and Su-25 ground attack aircraft as well as about a dozen armed helicopters. There are also many transport helicopters. The Russians have also brought in UAVs and electronic monitoring equipment and have a lot better sense of where the best targets are. This has caused a lot of damage to the rebels who find their supply facilities and other support operations being bombed.

 

November 9, 2015: A Russian official revealed that the long delayed (since 2007) S-300 anti-aircraft missile systems Iran had purchased were now being prepared for shipment. The new contract was recently signed and Russia now expects to be the major supplier of weapons to Iran once the sanctions are lifted. Russia and Iran have already settled disputes over the 2007 S-300 contracts. After the 2007 S-300 purchase was stalled Iran said it would create its own clone (Bavar-373) of the Russian S-300. Iran began work on the Bavar-373 in 2010, after Russia refused to deliver S-300 systems Iran had ordered. International sanctions, plus pressure from the United States and Israel led Russia to cancel the Iranian order. Iran has issued progress reports ever since and Bavar-373 is supposed to be ready for final testing in 2016. The actual Iranian missile for the Bavar-373 is called the Sayyad 3 and it appears to be the same size and shape as the S-300 missile and carried in similar canisters. Iran insists that Bavar-373 is superior to the S-300. Now that Russia has agreed to deliver S-300s Iran will have to reveal if it believes its own propaganda about which system is superior. Meanwhile Saudi Arabia and other Gulf oil states have ordered nearly $20 billion worth of American weapons so far this year.

In eastern Ukraine (Donbas) Russian supported rebels fired on Ukrainian troops near the Donetsk airport. The 90 minutes of cannon and machine-gun fire produced no casualties nor did three other firing incidents in Donbas in the last 24 hours, wounding at least five Ukrainian soldiers. It is unclear why the rebels broke the ceasefire. Today is when both sides announced they had withdrawn heavy weapons from a 30 kilometers wide buffer zone in Donbas. This had been agreed to in the September ceasefire document but the rebels delayed for a long time.

A UN report on performance enhancing drugs in international sports (particularly the Olympics) was finally issued and it was very bad news for Russia. The report documented many cases of Russian athletes using performance enhancing drugs and the Russia secret police (FSB) threatening Russian lab personnel processing drug tests for the 2014 Winter Olympics in Russia. The illegal activity was so widespread that there is talk of banning Russian athletes from international (including the next Olympics) competition. Russia denies everything but the sheer mass of evidence in the report is going to be hard to suppress. 

 

November 1, 2015: In the south (Ingushetia) police spotted two wanted Islamic terrorist leaders, who had switched to ISIL earlier this year, in a market and after a gun battle killed both men. In addition to firearms police seized five kg (11 pounds) of explosives. So far this year counter-terror operations in the Caucasus (which includes Ingushetia) have led to some 450 Islamic terrorists being killed or arrested. To do this the security forces down there carried out over 1,300 counter-terror operations (raids, patrols, stakeouts).

 

October 31, 2015:  A Russian airliner carrying 224 people (mostly Russian tourists returning home from Egypt) blew up over the Sinai Peninsula. There were no survivors. It soon became obvious that a bomb brought down the aircraft and many foreign airlines halted or restricted their flights to the Sinai (especially the Egyptian airport at the Red Sea resort complex). Russia resisted admitting that it was a terror attack because ISIL had quickly taken credit for the downed aircraft and said it was payback to Russian intervention in Syria. Egypt also resisted the ISIL claims but within ten days both Russia and Egypt acknowledged it was ISIL and took action. One local ISIL leader was then killed in Sinai and another identified. Egypt is a popular vacation spot for Russians and there were 80,000 Russians in the Red Sea resorts when the aircraft went down.

 

October 30, 2015: For the first time Iran was invited to meet with American and EU (European Union) diplomats for ongoing discussions in Europe about how to deal with the mess in Syria. Also attending are officials from Russia, Saudi Arabia, Turkey, Egypt, Iraq, Jordan and Lebanon. Iran has long complained loudly openly about being excluded from these talks and got an invite because of intense Russian pressure and by promising to make a useful contribution. Few of these negotiators expect a deal to be made. The Arab Sunnis want no part of Assad but the Iranians need to maintain Shia (as in Assad or a Shia replacement) rule in Syria. The racial and religious animosities between Arabs and Iranians is a major obstacle. This is made worse by the popular belief in the Moslem world that ISIL and al Qaeda are inventions of Israel and the West to damage Islam. The West (and a growing number of Moslems) see the main problem as the Arab refusal to take responsibility for their actions. ISIL comes out of the Sunni radicalism tolerated (and subsidized) in Saudi Arabia for decades. Iran, Syria and Russia all have a history of supporting and promoting terrorist groups. Getting past all these bad habits, many of them not the sort of thing the perpetrators are willing to even acknowledge publicly, makes negotiating a peace deal in Syria extremely difficult.

 

October 28, 2015: Russia denied that it is illegally flying Iranian weapons and ammo to Syria using Russian transports. This would be in violation of international sanctions against Iran. The flights apparently are taking place and Iraqi officials are looking the other way.

 

October 26, 2015: Russia is now accused of preparing for war in space. An American firm, Intelsat, is the largest operator of communications satellites (75 at the moment) in the world and fears some of its satellites are being targeted by the Russians for a possible attack on Western communications satellites. All this came about in early 2015 when it was noted that a Russian military satellite was being moved into orbits very close (as in ten kilometers) of two Intelsat satellites. These incidents, which took place over a period of five months were reported to the U.S. Department of Defense which revealed that it had noted two other Russian military satellites carrying out similar maneuvers, but not as close to American satellites. All of these maneuvers were representative of what an attack satellite would do when preparing to damage or destroy other satellites. When the Department of Defense asked the Russians what was going on they received no answer. This is ironic because a lot of Intelsat satellites were placed in orbit by Russian rockets.

 

October 25, 2015: Ukraine cut direct commercial air traffic with Russia. That means airlines in both countries can no longer sell direct flight tickets to about 1.2 million passengers a year. Now passengers will have to fly to a third country before continuing on to Russia or Ukraine.  This is another aspect of the continued deadlock in Donbas where Russian backed rebels still have control over most of one province.

 

October 21, 2015: Russian intervention in Syria is portrayed to Russians as part of an effort to curb Islamic terrorism inside Russia and appears to have helped. Some 2,000 radicalized Russian Moslems have gone to Syria to join ISIL but local officials in areas where most of these Russian recruits come from (the Caucasus, especially Chechnya) point out that Islamic terrorist activity in the Caucasus has declined this year and reports they have received from local informants indicates that most of those who went off to join ISIL have been killed.

Repost 0
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 12:55
Reconfigurations politiques en Europe à la suite de la guerre en Ukraine


08/11/2015 par IRSEM

 

L’IRSEM organise un colloque sur le thème " Reconfigurations politiques en Europe à la suite de la guerre en Ukraine " le Mardi 1er décembre 2015 à l'École militaire

 

Programme à télécharger...

 

Pour réserver vos places pour le colloque :  Inscription obligatoire

Repost 0
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 18:40
Kiev affirme avoir achevé le retrait de ses armes dans l'Est

 

07.11.2015 Romandie.com (ats)

 

L'Ukraine a affirmé samedi avoir achevé la dernière étape du retrait de ses armes le long de la ligne du front dans l'Est rebelle prorusse. Des heurts sporadiques s'y sont pourtant encore intensifiés ces derniers jours malgré la trêve.

L'armée ukrainienne a retiré samedi des mortiers de calibre de 82 millimètres des villages de Piski et Opytné, à proximité de l'aéroport de Donetsk, qui a été pendant des mois théâtre de combats acharnés, a annoncé un porte-parole militaire ukrainien Oleksandre Zavtonov.

Des journalistes de l'AFP sur place ont observé un convoi militaire transportant notamment ses mortiers, quitter les positions ukrainiennes à Piski pour se diriger vers un terrain de stockage d'armes retirées dans la zone sous contrôle de Kiev.

Un des soldats ukrainiens, interrogés par l'AFP, a déclaré ne disposer désormais que d'armes à feu. "Nous ne répondons pas aux provocations ou tirs des rebelles. Mais si on est forcé à se défendre, nous ne pouvons désormais nous servir que de fusils et Kalachnikov ou encore des pierres", a ironisé Edouard, 39 ans, membre de la 93e brigade de l'armée ukrainienne.

 

Déjà plus de 8000 morts

Il s'agit de la dernière étape du retrait des armes par les Ukrainiens dans la région de Donetsk. L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) chargée de surveiller ce processus n'a pas commenté pour l'heure ces déclarations de Kiev.

Les séparatistes prorusses de la république autoproclamée de Donetsk ont pour leur part affirmé avoir achevé le retrait des armes sur leur territoire jeudi. Dans la région voisine de Lougansk, les deux parties ont annoncé déjà en octobre avoir terminé ce retrait.

L'Ukraine et les rebelles engagés depuis avril 2014 dans un conflit ayant fait plus de 8000 morts sont parvenus fin septembre à un accord sur le retrait des chars, pièces d'artillerie d'un calibre inférieur à 100 mm et mortiers, dans une zone de 15 km d'une part et d'autre de la ligne de front.

Repost 0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:40
Ukraine: les rebelles de Donetsk affirment avoir achevé le retrait de leurs armes

 

05 novembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Donetsk (Ukraine) - Les séparatistes prorusses de la république rebelle de Donetsk ont annoncé jeudi avoir achevé la dernière étape du retrait de leurs armes le long de la ligne de front, prévu par un accord conclu fin septembre entre les belligérants pour consolider la trêve dans l'est de l'Ukraine.

 

Nous avons achevé le dernier retrait d'armes, nous avons transporté 9 mortiers en direction d'Ilovaïsk (sud-est de Donetsk. Tout s'est déroulé comme prévu. (...) Il n'y aura plus de retrait d'équipements, a déclaré à l'AFP un haut responsable de la république autoproclamée de Donetsk, Edouard Bassourine.

 

De leur côté, les forces ukrainiennes prévoient d'achever leur retrait le 7 novembre, a indiqué à l'AFP un représentant de l'opération antiterroriste (nom donné par Kiev au conflit dans l'est de l'Ukraine).

 

Dans la région voisine de Lougansk, les deux parties ont annoncé en octobre avoir achevé le retrait.

 

L'Ukraine et les séparatistes prorusses sont parvenus fin septembre à un accord sur le retrait des chars, pièces d'artillerie d'un calibre inférieur à 100 mm et mortiers, dans une zone de 15 km de part et d'autre de la ligne de front dans l'Est rebelle.

 

L'opération est organisée sous la supervision de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui n'a pas confirmé jeudi le retrait total des armes côté rebelle.

 

Il est important de noter que nous avons observé de nombreuses anomalies dans le processus de retrait et j'appelle toutes les parties à utiliser les prochains jours afin d'achever entièrement le retrait, a déclaré le chef adjoint de la mission de l'OSCE en Ukraine, Alexander Hug, lors d'une conférence de presse à Kiev.

 

Des affrontements, notamment à l'arme automatique et au lance-grenades, ont encore lieu régulièrement dans l'est ukrainien, même si les combats ont largement cessé depuis plus de deux mois en vertu d'une nouvelle trêve décrétée le 1er septembre, dans un conflit qui a fait plus de 8.000 morts depuis son déclenchement en avril 2014.

 

Des tirs ont été entendus ces derniers jours à Donetsk, notamment autour des ruines de l'aéroport, l'un des principaux points chauds dans l'est séparatiste. Plusieurs soldats ukrainiens y ont aussi été tués la semaine passée.

 

Depuis dimanche, la mission d'observation a relevé une hausse significative des violences autour de l'aéroport de Donetsk, a confirmé M. Hug jeudi.

 

Rien que dimanche, nous avons enregistré 114 explosions dans cette zone, a-t-il précisé.

Repost 0
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 20:50
 Credit 'The European Union'

Credit 'The European Union'


28-29/10/2015 Brussels - Council of the EU
 

Main results

The European Union Military Committee met on 28-29 October in chiefs of defence (CHODs) format. Chiefs of defence discussed the EU global strategy, naval operations, training and advisory missions, Ukraine and cooperation with NATO.

 

"We had an important two day meeting. EU chiefs of defence are committed, engaged, and aware of the challenging international situation"

General de Rousiers, Chairman of the European Union  Military Committee

 

EU global strategy

Chiefs of defence were briefed by the EEAS Secretary General, Alain Le Roy, on EU Security and Defence matters. He touched upon the EU global strategy on foreign and security policy, the EEAS review. During the discussion some of the CHODs highlighted their activities within the coalition against Da'esh.

 

CSDP naval operations

The chiefs of defence discussed CSDP military operations and missions with a specific view to their planning and conduct, including force generation, capabilities, support by EDA, crisis cell. CHODs had then an overview of EU actions in the field of migration and an update on ongoing EU naval operations, most importantly EUNAVFOR Med - Operation Sophia and EUNAVFOR Operation Atalanta. They had a discussion on the evolution of both missions. The issue of force generation was addressed as well, as a force generation conference for all of our operations including operation Sophia and Atalanta.

 

CSDP training and advisory missions

In a joint session with chiefs of defence from partner nations contributing to EU CSDP missions, namely Georgia, Moldova, Montenegro, Norway, and Serbia, CHODs had an in depth discussion on the evolution of the EU training missions and EU military advisory missions in Mali, Central African Republic and Somalia. The Commission highlighted the progress achieved with regard to capacity building for security and development. The CHODs discussed the next steps for all of those missions.

 

Ukraine

The 28 EU CHODs had also an exchange of views with General Viktor Muzhenko, Commander-in-Chief of the Armed Forces of Ukraine, on the current situation in the country, with a specific eye on hybrid warfare. General Muzhenko notably highlighted the reorganisation of the Ukrainian armed forces, the needs, and provided his assessment of the situation on the ground.

 

Hybrid Warfare

Chiefs of defence had an in-depth discussion on hybrid warfare. The director of the intelligence centre (INTCEN) highlighted the board range of hybrid threats focusing mainly on Da'esh, Al-Shabab, Boko-Haram and other terrorist organisations. The CHODs recognised the need for collaboration, noting that intensive work is ongoing.

 

EU/NATO cooperation

The Chiefs of defence turned then to EU/NATO cooperation, including hybrid warfare, battlegroups certification, capabilities and the Single European Sky. In this context CHODs were briefed by US AFRICOM Commander, General David M. Rodriguez and Deputy Supreme Allied Commander Europe (DSACEUR) General Sir Adrian Bradshaw. 

As General de Rousiers is due to leave office on 5 November 2015, he introduced and symbolically transferred authority as Chairman of the EUMC to the incoming Chairman General Michail Kostarakos.

 

 

Photos and videos of the event

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 20:50
EU Military Committee: meeting of the EU Chiefs of Defence, 28-29/10/2015


27/10/2015 consilium.europa.eu
 

Agenda highlights

The EU Military Committee will meet at the level of chiefs of defence (CHODs).

 

EU global strategy

European External Action Service Secretary General, Alain Le Roy, will update chiefs of defence on the EU Global Strategy on Foreign and Security Policy and the EEAS review.

 

Naval operations

They will discuss EU naval operations and look at EU actions in the field of migration. They will also be updated on the ongoing operations, such as EUNAVFOR Med - Operation Sophia and EUNAVFOR Operation Atalanta.

EUNAVFOR Med - Operation Sophia aims to fight against human smugglers while the Operation Atalanta's goal is to counter piracy off the coast of Somalia.    

 

Training and advisory missions

Chiefs of defence from partner countries, namely Georgia, Moldova, Montenegro, Norway and Serbia, who contribute to CSDP training and advisory missions, will join their EU counterparts for a discussion on the evolution of the EU CSDP missions.

 

Ukraine

EU CHODs will also have an exchange of views with General Viktor Muzhenko, Commander-in-Chief of the Armed Forces of Ukraine, on the current situation in the country. 

 

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 16:50
Buk M1 Missiles

Buk M1 Missiles

 

13.10.2015 45eNord.ca (AFP)
 

L’enquête internationale menée par les Pays-Bas a conclu que le vol MH17 avait été abattu par un missile sol-air de type BUK tiré depuis une zone de l’est de l’Ukraine contrôlée par des rebelles prorusses, une version contestée depuis Moscou.

 

Ces conclusions pourraient exacerber les tensions entre l’Occident et Moscou, déjà délétères en raison du conflit dans l’est de l’Ukraine et sur fond de désaccord sur l’implication de la Russie en Syrie.

«C’était un missile BUK qui a touché la partie supérieure gauche du cockpit avec des milliers de fragments», a déclaré Robby Oehlers, un des proches des 298 victimes, après une réunion à La Haye (ouest) lors de laquelle les familles ont été informées, à huis clos, des résultats de l’enquête.

«Ils nous ont montré les fragments qui étaient à l’intérieur de l’avion», a-t-il ajouté, en amont de la présentation officielle à la presse, qui a débuté à partir de 13 h 15 (7 h 15, heure de Montréal) à la base aérienne de Gilze-Rijen.

Quelques heures avant la publication officielle du rapport sur les causes de l’écrasement par le Bureau d’enquête néerlandais pour la sécurité (OVV), le quotidien néerlandais Volkskrant avait lui aussi rapporté la conclusion sur l’utilisation du missile de fabrication russe.

Citant trois sources «ayant contribué à la finalisation du rapport», le Volkskrant assure que ce dernier contient des cartes montrant plusieurs endroits d’où le missile a pu être tiré, tous situés dans une zone contrôlée par les rebelles.

Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines avait été abattu le 17 juillet 2014 dans l’est de l’Ukraine alors qu’il reliait Amsterdam à Kuala Lumpur.

«Ils nous ont dit qu’il y avait 0 % de chances que les gens se trouvant à l’intérieur aient eu conscience de ce qui se passait», a précisé M. Oehlers.

«On voyait de la tristesse dans la salle», a-t-il ajouté au sujet de la réaction des proches : «il n’y avait pas un bruit».

 

«Par erreur»

Le rapport doit déterminer les causes de l’écrasement, mais pas qui a «appuyé sur la gâchette», un élément qui relève de l’enquête pénale.

Pourtant, deux des sources citées par le Volkskrant estiment que les éléments contenus dans le rapport vont dans le sens d’une implication russe. «Je soupçonne une aide de la part de militaires russes», a déclaré l’une d’elles.

«Le BUK a de toute façon été développé et produit en Russie, et on peut partir du principe que les rebelles ne savent pas utiliser eux-mêmes un tel appareil», a ajouté la même source.

L’Ukraine et les États-Unis affirment que l’appareil a été abattu par les séparatistes prorusses grâce à un missile sol-air de type BUK fourni par la Russie.

Selon les analystes, les séparatistes auraient abattu le Boeing 777 «par erreur», pensant avoir pris pour cible un avion militaire ukrainien.

Moscou rejette ces accusations et pointe du doigt les forces ukrainiennes.

 

«Choses étranges»

À Moscou, le fabricant des missiles BUK a rejeté, lors d’une conférence de presse mardi, les conclusions de l’OVV, et ce après avoir réalisé «une expérience» consistant à abattre un vieil avion.

Une «expérience en conditions réelles démentait complètement la version des Néerlandais à propos du type de missile utilisé et de l’endroit depuis lequel il a été tiré», a annoncé lors d’une conférence de presse Ian Novikov, le PDG de Almaz-Anteï.

«C’est assez remarquable qu’ils disent ne pas être d’accord avec un rapport qui n’a pas encore été présenté publiquement», a de son côté commenté le directeur de l’OVV Tjibbe Joustra après avoir présenté le rapport, à huis clos donc, aux familles des victimes.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait déjà affirmé lundi qu’il existait de «nombreuses choses étranges» au sujet de l’enquête, dont le fait qu’elle n’ait pas été menée par l’Organisation de l’aviation civile internationale.

Outre les causes de l’écrasement, le rapport abordera également la longue attente des familles avant de recevoir une confirmation du décès de leurs proches et le survol de zones de conflit par les lignes commerciales.

Les familles des victimes espèrent que le rapport permettra de maintenir la pression pour arrêter et juger les responsables. Lors de la présentation du rapport devant la presse, elles ont pu également examiner la reconstruction partielle de l’avant de l’appareil.

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 07:40
AN-26 taking off from Kharkiv Airbase April 2014 photo Ukraine MoD)

AN-26 taking off from Kharkiv Airbase April 2014 photo Ukraine MoD)

 

WASHINGTON, Oct. 9 By Ryan Maass (UPI)

 

Ukrainian state-owned arms trading company Ukrspetsexport will collaborate with Kazakhstan Aviation Industry to create a functioning service center for An aircraft in Astana. The service center will provide maintenance services for the An-26, An-72, and An-74 aircraft. Interfax-Ukraine reports the agreement was signed during Ukrainian President Petro Poroshenko's visit to Kazakhstan, following the fifth meeting of the Ukrainian-Kazakh intergovernmental commission. The agreement's aim is to improve cooperation between the countries in the aviation market.

Read more

Repost 0
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 07:40
photo US Navy

photo US Navy

 

ODESA, Ukraine, Oct. 12 (UPI)

 

The Arleigh Burke-class guided-missile destroyer USS Porter arrived in Odesa, Ukraine in support of the NATO initiative to promote peace in the region. The U.S. Navy says the Porter's presence in the region is meant to reaffirm its commitment to NATO, while also allowing U.S. maritime forces to connect with local forces and strengthen the alliance. "During our port visit, the crew will have the opportunity to experience the rich cultural heritage of Ukraine as well as strengthen bonds between our maritime forces," said Cmdr. Blair Guy, the commanding officer for the Porter. "Ukraine is a key partner for the U.S., and our presence here demonstrates the U.S. commitment to maintaining a persistent presence in Eastern Europe."

Read more

Repost 0
12 octobre 2015 1 12 /10 /octobre /2015 16:40
"Ukraine 2015" - The NATO crisis management response

 

12 oct. 2015 by NATO

 

”UKRAINE 2015” organized by NATO’S Euro-Atlantic Disaster Response Coordination Centre (EADRCC) and the State Emergency Service (SES) of Ukraine, is the third such consequence management field exercise hosted in Ukraine to date.

This year, the scenario involved elements of chemical and biological threats and search and rescue. For the first time – the telemedicine technology will be used to diagnose a patient from a distance. This is a project run through the NATO Science for Peace and Security programme. Exclusive footage from the exercise and interviews with the experts complete this video.

Repost 0
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 11:50
Polish Air Force Acquires Missiles for the MiG-29; Ukrainian Contractors May Place Their Offers Too

A German air force MiG-29 fires an R-27 radar-guided missile. The Polish air force is looking to buy 40 such missiles to maintain the capabilities of its own MiG-29s, and says it will allow Ukrainian suppliers to compete. (Luftwaffe photo)



Oct 09, 201 defense-aerospace.com

(Source: Defence24.com Poland; posted Oct 09, 2015)

 

Poland’s Armament Inspectorate announced that it has begun a procedure to acquire radar guided R-27R1 missiles, used as the main armament of the Polish MiG-29 fighters. Ukrainian manufacturers are allowed to submit offers as well.

The procedure concerns procurement of 40 R-27R1 missiles. This type of weaponry is the basic armament of the MiG-29 fighters used by the Polish Air Force. The missile is a semi-active radar-guided weapon used against airborne targets at close and medium ranges, in any weather conditions, by day and night, in any direction. This type of missiles requires the launch aircraft to continuously track the target with its radar.

According to the available information, R-27R1 missiles are tailored to destroy airborne targets at distances beyond 50 km, however, the maximum range is dependent on the manoeuvres implemented by the target (approaching, going away, manoeuvring). The Armament Inspectorate notes that the missiles should belong to “Category One”, and they should be manufactured not more than one year before initial delivery.

The manufacturer is required to guarantee the usability period for the R-27R1 missiles of at least 96 months (if missiles are hermetically sealed) and for another 60 months, once the weapon is unpacked.

The acquisition procedure is going to be realized in line with the Public Procurement Law. The procurement may be realized by contractors whose seat is located within the territory of the European Union, European Economic Area or within the territory of a country with which the Polish, or the EU authorities, concluded an agreement regarding the defence and security procurement. The Armament Inspectorate notes that, besides the companies from the above-listed states, potential contractors from Ukraine may also submit their offers.

R-27R1 missiles, as well as other derivatives of the R-27 missile, are being offered by the Ukrainian Artem company which supplied the missiles, referred to by NATO as AA-10 Alamo, to India.

Procurement of the missiles shows that Poland is willing to maintain the full scope of capabilities of the MiG-29 jet fighters. This class of missiles is not usually used in the Air Policing operations, whether in Poland of in Baltic Air Policing. In case of the MiG-29 fighters participating in the Baltic Air Policing operation, they were always armed with the short range R-60MK or R-73E missiles.

Repost 0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 16:50
Defence Secretary Michael Fallon, left, attends the NATO Defence Ministerial in Brussels. Picture: NATO

Defence Secretary Michael Fallon, left, attends the NATO Defence Ministerial in Brussels. Picture: NATO

 

8 October 2015 Ministry of Defence and The Rt Hon Michael Fallon MP

 

Michael Fallon has announced persistent UK troop deployments to the Baltic states and increased training for the Ukraine Armed Forces.

 

Speaking at the NATO Defence Ministerial in Brussels today (8 October), Defence Secretary Michael Fallon announced that company sized units will now be deployed to the Baltics and Poland on a regular basis to provide reassurance and training support. The deployed units will build on existing deployments wherever possible.

The move, which will form part of the US-German Transatlantic Capability Enhancement and Training (TACET) initiative, builds on Britain’s contribution to policing Baltic air space. RAF Typhoons have been deployed to the region each year since May 2014 and will return in 2016.

This contribution will benefit the UK in several ways, including building the capacity and capability of our regional allies, enhancing interoperability with our armed forces, maintaining the UK’s regional leadership, reaffirming the UK’s commitment to NATO and collective security, and offering training opportunities and regional knowledge.

The initiative also gives the UK the opportunity to coordinate its deployments with the US and Germany, which demonstrates a clear UK commitment to enhance our bilateral relationships with Germany, and sustains our relationship with the US.

One of the aims of TACET is to coordinate military training and exercises in the Baltic States and Poland, to provide reassurance and develop capability and resilience.

Mr Fallon has also announced an uplift to the number of UK training personnel based in Ukraine and an increase in the capacity to deliver training by a third.

The UK has already stepped up the training programme in Ukraine to include additional infantry, medical and survival skills, and increase the number of Ukrainian soldiers being trained.

We are providing non-lethal assistance that has been requested by the Ukrainian Government to enhance the capability of their armed forces to defend themselves.

19 UK teams have operated in Ukraine to train nearly 1,600 members of the UAF at eight training sites. The operation remains on course to have trained more than 2,000 UAF troops by the end of the financial year.

Defence Secretary Michael Fallon said:

We are committed to supporting the sovereignty of the democratic nations of Eastern Europe. We are already deploying RAF jets to the Baltics and providing crucial training to the Ukrainian armed forces.

Now we will have a more regular drumbeat of troops deploying in the Baltics and Poland, and will step up our training effort in Ukraine.

The UK’s permanent representative to NATO, Sir Adam Thomson, said:

This meeting came at a crucial time for the Alliance. There’s an arc of instability along NATO’s periphery, with new challenges and threats.

Change is already underway in NATO to respond. The Readiness Action Plan is on track. The spearhead force is launched. All Allies are contributing to Assurance Measures - 28 for 28.

And the UK is playing a leading role - as today’s announcement clearly shows. The UK is committed to the defence of our Allies and to projecting stability in NATO’s neighbourhood.

Repost 0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 14:50
NATO Ministers of Defence - photo NATO

NATO Ministers of Defence - photo NATO

 

08 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Bruxelles - L'Otan a qualifié jeudi d'escalade inquiétante l'engagement militaire russe en Syrie, exhortant à nouveau Moscou à cesser de soutenir le régime de Bachar al-Assad, et s'est dite prête à défendre chacun de ses membres, y compris la Turquie.

En Syrie, nous avons observé une escalade inquiétante des activités militaires russes, a déclaré son secrétaire général, Jens Stoltenberg, au début d'une réunion des 28 ministres de l'Otan à Bruxelles.

Ceci est particulièrement pertinent au regard des violations récentes de l'espace aérien de l'Otan par des avions russes, a noté M. Stoltenberg après que la Turquie a dénoncé des incursions aériennes russes à la frontière turco-syrienne.

Evoquant les défis rencontrés par l'Otan, tels que la crise en Ukraine ou la menace terroriste, M. Stoltenberg a affirmé devant les ministres que la situation se complique encore avec les actions militaires russes en Syrie.

L'Otan a déployé des missiles Patriot en Turquie pour éviter que le conflit en Syrie ne déborde sur le territoire de cet important allié, mais ces batteries doivent en principe être retirées d'ici à la fin de l'année.

L'Otan est capable et prête à défendre tous ses alliés, y compris la Turquie, contre tout type de menaces, a réitéré le patron de l'alliance.

Parallèlement, M. Stoltenberg a plaidé pour des initiatives afin de trouver une solution politique à la crise en Syrie.

 

- Offensive terrestre -

Prévue de longue date, la réunion des ministres de la Défense de l'Otan est dominée par la guerre en Syrie, même si l'Otan n'y est pas collectivement impliquée.

Elle se tient au moment où les tensions s'accroissent avec Moscou, dont l'intervention militaire a permis à l'armée du président Assad de lancer une vaste offensive terrestre.

Depuis le début le 30 septembre de son intervention militaire en Syrie, la Russie a effectué des bombardements depuis des avions de combat et des croiseurs en mer Caspienne mais n'a pas engagé de troupes au sol.

Ce qui m'inquiète, c'est que les Russes ne visent pas principalement l'EI (l'organisation extrémiste Etat islamique, ndlr) mais qu'ils ciblent d'autres groupes de l'opposition et qu'ils soutiennent le régime, a répliqué M. Stoltenberg.

J'appelle la Russie à jouer un rôle constructif dans la lutte contre l'EI et à ne pas continuer à soutenir le régime al-Assad, car un tel soutien ne constitue pas une contribution constructive à une solution pacifique et durable en Syrie, a-t-il plaidé.

Washington, à la tête d'une coalition qui combat les jihadistes du groupe Etat islamique, a redit mercredi ne pas coopérer avec la Russie sur les bombardements aériens qu'elle mène en Syrie, le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter les qualifiant d'erreur fondamentale.

 

- Réactivité -

Les ministres doivent également évoquer le renforcement de la réactivité de l'Alliance décidée il y a un an.

Dans ce cadre, le ministre britannique Michael Fallon a annoncé à Bruxelles que Londres avait décidé d'envoyer un petit contingent de militaires dans les Pays baltes. Il s'agit d'un déploiement à long terme, sur une base rotatoire, mais qui n'est pas qualifié de permanent, car cela contreviendrait à l'accord-cadre signé en 1997 par l'Otan et la Russie.

Les ministres devraient en outre approuver la création de deux nouveaux petits quartiers généraux en Slovaquie et en Hongrie, qui s'ajouteront aux six déjà mis sur pied dans d'autres pays d'Europe orientale, rendus inquiets par l'interventionnisme russe en Ukraine.

Enfin, la déterioration de la situation sécuritaire en Afghanistan s'est invitée à l'agenda de la réunion. L'Otan dispose toujours dans le pays de troupes de soutien à l'armée afghane, en principe jusqu'à la fin de 2016.

La ministre allemande Ursula von der Leyen a estimé que les alliés devaient à présent examiner la prolongation de cette mission. Les talibans avaient réussi à s'emparer brièvement de la ville de Kunduz (nord) la semaine dernière, démontrant que l'armée afghane n'était pas encore prête à leur tenir tête.

Repost 0
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 12:40
Ukraine: Porochenko salue une véritable trêve dans l'Est mais la guerre n'est pas finie

 

07 octobre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Kiev - Le président ukrainien Petro Porochenko a salué mercredi une véritable trêve qui s'est installée dans l'Est séparatiste prorusse en proie à un conflit depuis 18 mois tout en soulignant que la guerre n'était pas finie.

 

Nous assistons à une accalmie totale en cette première semaine d'octobre. Pas un seul coup de feu (...) Ce n'est plus un cessez-le-feu c'est une véritable trêve, a déclaré le président lors d'un discours à l'Institut militaire de Kiev.

 

Il a toutefois souligné que la guerre n'était pas finie pour autant.

 

La guerre sera finie quand sera libérée des mains de l'ennemi, de l'occupant, chaque parcelle de terre ukrainienne, a-t-il poursuivi.

 

Le conflit dans l'Est séparatiste prorusse a fait plus de 8.000 morts depuis avril 2014.

 

Kiev et les Occidentaux accusent la Russie de soutenir militairement les rebelles de l'Est et d'y avoir déployé des troupes régulières, ce que Moscou dément.

 

Ce conflit avait éclaté un mois après l'annexion par la Russie de la péninsule ukrainienne de Crimée après trois semaines d'occupation par les troupes russes suivie d'un référendum controversé qui n'a pas été reconnu par la communauté internationale.

 

Alors que le cessez-le-feu est largement respectée depuis septembre, Kiev et les rebelles sont convenus la semaine dernière de retirer leurs chars et pièces d'artillerie de calibre inférieur à 100 mm de la ligne du front.

 

Ce processus est pratiquement achevé dans l'une des deux républiques rebelles, celle de Lougansk, ont annoncé mercredi l'armée ukrainienne et les rebelles.

 

Le retrait dans la république autoproclamée de Donetsk doit débuter le 18 octobre.

 

Autre signe positif en vue d'un règlement pacifique, les séparatistes ont annoncé mardi, conformément à la demande des Européens, le report à 2016 de leurs élections locales, une concession saluée par Kiev, les Européens et le Kremlin.

Repost 0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 16:50
A Polish Rosomak armored vehicle patrols a street in Ghazni, Afghanistan, Nov. 18, 2010 - photo US Army

A Polish Rosomak armored vehicle patrols a street in Ghazni, Afghanistan, Nov. 18, 2010 - photo US Army

 

October 4, 2015 By Jaroslaw Adamowski - Defense News

 

WARSAW — Poland’s Defense Ministry launched its much-awaited Regional Security Assistance Program to help Eastern European armament efforts by providing government, bank and export loans to purchase equipment, and through non-commercial transfers of weapons. The move comes as many regional countries are increasing their defense spending and announcing new programs following Russia’s military intervention in Ukraine. Poland’s Defense Ministry said that by 2022, the program is expected to boost defense and industrial cooperation with the Visegrad Group countries — Poland, Slovakia, Hungary and the Czech Republic — as well as Romania, Bulgaria and the three Baltic states of Lithuania, Latvia and Estonia. The amount of the funds that are to be made available to these countries has not been disclosed yet. One of the first procurements to benefit could be Slovakia’s plan to acquire 30 eight-wheel-drive Rosomak armored modular vehicles from Polish state-run manufacturer Rosomak. The vehicle is produced in Poland under a license obtained from Finland’s Patria. Meanwhile, local analysts said the move is part of a comprehensive strategy by Poland to enhance regional defense and security cooperation.

 

Read more

Repost 0
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 07:45
Ukrainian An-70 military transport aircraft successfully overpassed a distance more than 13,000 km

 

Oct 4, 2015 By Dylan Vosman - defence-blog.com

 

From 22 to 26 September 2015, the AN−70 short takeoff and landing military transport performed an international flight and carried a military cargo within evaluation of transport capacity and widening the operational conditions. From the Kyiv−Antonov airport, the aircraft flew to Bangui, Central African Republic. This flight endured 9 hours 2 minutes. In Bangui, the AN−70 took on board a cargo weighting 23.6 tons. After that, the aircraft landed in Ndjamena, the Republic of Chad. According to Viktor Goncharov, test pilot of ANTONOV, the crew captain, “from Ndjamena airport we took off under a temperature of +33 Celsius degrees with a take−off weight close to the maximum. The aircraft confirmed designed data of the take off parameters including length of the runway distance. AN−70 also showed good climb rate“.

 

Read more:

Repost 0
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 07:40
Ukraine: Kiev et séparatistes prorusses assurent avoir commencé à retirer les chars de la ligne du front


03.10.2015 45eNord.ca (AFP)
 

L’armée ukrainienne et les séparatistes prorusses ont annoncé samedi le début du retrait des chars dans l’Est rebelle pour consolider la trêve, mais la paix négociée avec la médiation franco-allemande semble encore bien loin.

 

L’annonce intervient au lendemain d’un sommet à Paris entre les dirigeants ukrainien, russe, français et allemand qui ont reconnu l’impossibilité de mener à bien le processus de paix d’ici la fin de l’année, ce qui est pourtant prévu par les accords signés à Minsk en février avec leur médiation.

Les rebelles de la république autoproclamée de Lougansk ont annoncé dans la matinée avoir entamé le retrait des chars, qui doit être suivi de celui des pièces d’artillerie de calibre inférieur à 100 mm.

« Un convoi de chars vient de prendre la direction d’un nouveau lieu de déploiement à 15 km de la ligne du front », a annoncé l’agence officielle de la république séparatiste de Lougansk.

Il était impossible dans l’immédiat de confirmer cette information de source indépendance.

« Le processus a commencé », a pour sa part déclaré à l’AFP un porte-parole de l’armée ukrainienne, Vladislav Seleznev. Il a indiqué que la première étape était « l’établissement de listes des armes qui vont être soumises aux observateurs internationaux ».

Le retrait des chars et des pièces d’artillerie de calibre inférieur à 100 mm dans une zone de 15 km de part et d’autre de la ligne de front a été convenu cette semaine entre les belligérants comme un geste de bonne volonté afin de préserver les vies alors que le conflit a fait plus de 8.000 morts, principalement des civils, depuis avril 2014.

Aux termes de cet accord, le retrait des armes légères va prendre une quarantaine de jours.

Les rebelles de l’autre république séparatiste voisine, celle de Donetsk, vont commencer à retirer leurs armes « après le 18 octobre » si la trêve qui règne depuis peu « est respectée », a annoncé un haut responsable de la république Edouard Bassourine.

Le « ministre de la Défense » de la république autoproclamée de Donetsk Vladimir Kononov, cité sur le site officiel séparatiste, a précisé la veille que le retrait commencerait après la fin du processus dans la république de Lougansk.

 

La paix prend ‘du retard’

Les accords de paix fondamentaux dits Minsk 2 ne prévoyaient que le retrait des armes de plus de 100 mm, mais cette clause avait été régulièrement violée, provoquant la mort de plus de mille personnes, selon les observateurs internationaux.

Réunis vendredi à Paris pour faire le point sur la mise en oeuvre des accords de paix, Petro Porochenko, Vladimir Poutine, François Hollande et Angela Merkel ont reconnu en substance que le règlement dans l’Est de l’Ukraine serait retardé.

A l’issue de négociations qui ont duré quatre heures et demie à l’Elysée, le président français a annoncé le report « au-delà du calendrier de 2015 » des élections locales prévues dans l’Est séparatiste selon les accords de paix de Minsk 2.

Une nouvelle loi électorale devra être adoptée pour rendre ce scrutin « incontestable », sous observation de l’OSCE, a souligné M. Hollande dans une conférence de presse conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Un autre point clé des accords de Minsk- la reprise du contrôle par Kiev de 400 km de frontière avec la Russie, accusée d’envoyer troupes et armes dans le Donbass – va aussi prendre du retard.

« Il faudra encore du temps pour aboutir à la dernière étape (…) l’étape essentielle du point de vue du retour de l’intégrité de l’Ukraine, c’est-à-dire le contrôle total des frontières et le retrait des unités étrangères (…) ça prendra plus de temps qu’il n’était prévu, nous en avons acté le principe et finalement les modalités aujourd’hui », a souligné le chef de l’Etat français.

En commentant les résultats de ce sommet, l’analyste politique ukrainien indépendant Olexandre Souchko estime qu’il ne s’agit ni d’une victoire, ni d’une défaite, mais d' »un match nul pour l’Ukraine » qui va « inévitablement entraîner des décisions contraires aux intérêts nationaux, mais impossibles à éviter ».

Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 16:55
photo Légion Etrangère

photo Légion Etrangère

 

29 septembre 2015 par Henri Weill - Ainsi va le monde !

 

Celle-ci se déroulera dans la cour de la mairie, le 13 octobre prochain. Une soixantaine d'engagés volontaires de la 3ème compagnie du 4ème Régiment étranger (RE, Castelnaudary, Aude) devraient recevoir, au terme de leur quatrième semaine d’instruction, leur képi blanc qui marque, symboliquement, l’appartenance à l’institution. Quarante-huit heures auparavant, ceux-ci débuteront la traditionnelle et déterminante marche de 50 km qui partira du camp de Souge et se terminera à la pointe du Bassin d’Arcachon, au Cap Ferret. La moyenne d’âge de ces engagés de la 3ème compagnie est de 23 ans et ils sont originaires de 35 pays. On y trouve ainsi 5 ukrainiens et 4 népalais.

Cette année, alors que la Légion étrangère peut recruter plus (1700 légionnaires au lieu de 1000) chacune des 4 sections du régiment école de la Légion compte 60 légionnaires. En 2014, chacune des 3 sections alignait 40 engagés volontaires.

Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 07:40
Op UNIFIER: les premiers militaires ukrainiens diplômés du cours canadien de déminage sont prêts

Le lieutenant-colonel ukrainien Gavryluk parle aux membres des Forces ukrainiennes et des Forces armées canadiennes lors d’une cérémonie pour la présentation de certificats de réussite militaire aux instructeurs des Forces ukrainiennes de l’école de lutte contre les dispositifs explosifs de circonstance du centre de déminage de Kamyanets Podilsky pendant l’opération UNIFIER en Ukraine. (Photo : Caméra de combat des Forces canadiennes, MDN)


30.09.2015 par
 

Les premiers militaires ukrainiens à être formés par les Forces armées canadiennes ont obtenu leur diplôme la semaine dernière après une semaine d’instruction intensive au centre de déminage du ministère de la Défense ukrainien, situé à Kamyanets-Podilsky, rapporte l’Armée canadienne.

 

Le 14 avril 2015, le premier ministre Stephen Harper, entouré de son ministre de la Défense et du chef d’état-major de la Défense, avait annoncé que le Canada allait déployer près de 200 membres des FAC en Ukraine jusqu’au 31 mars 2017.

Mais, alors que les formateurs américains étaient déjà à l’oeuvre depuis longtemps, la mission canadienne tardait à commencer, faute d’avoir défini le cadre juridique de l’opération canadienne avec les autorités ukrainiennes. Finalement, après une longue période de préparation, la mission d’instruction opération UNIFIER, a démarré officiellement le 14 septembre.

Le cours dispensé par les canadiens au Centre de déminage du ministère de la Défense ukrainien portait principalement sur les compétences essentielles en génie de combat, comme le déroulement des activités sur le champ de tir et la neutralisation des munitions conventionnelles, dit l’Armée canadienne dans un article sur son site cette semaine.

Ces compétences, explique-t-elle, ont fait l’objet d’évaluations lors d’exercices de campagne sous le regard attentif d’experts en neutralisation des explosifs et des munitions des Forces armées canadiennes.

«Nous avons offert de la formation sur certaines compétences essentielles qui jetteront les bases d’une formation avancée subséquente», explique le major Matt Littlechild, l’officier canadien dirigeant la portion de l’instruction sur la lutte contre les dispositifs explosifs de circonstance (IED) pour l’opération UNIFIER.

Ce premier groupe de militaires ukrainiens diplômés du cours canadien de génie en Ukraine le 19 septembre est constitué d’instructeurs, de préciser le major: «Tous ces étudiants sont des instructeurs au centre de déminage. Ils utiliseront les connaissances qu’ils ont pu acquérir pendant ce cours pour améliorer l’instruction qu’ils offrent.»

La prochaine phase de l’instruction au centre de déminage consistera en la prestation, en partenariat, de cours supplémentaires en génie à un plus grand groupe de militaires ukrainiens, suivis de cours sur des techniques avancées de lutte contre les IED à l’aide de matériel de neutralisation des munitions et des explosifs donné par le Canada.

En plus de l’expertise en génie qu’apporte le personnel des Forces armées canadiennes au centre de déminage de Kamyanets-Podilsky, la mission d’entraînement militaire du Canada en Ukraine offre de l’entraînement tactique au centre d,entraînement Starychi et fournit aussi une formation dans les domaines de la police militaire, de la sécurité aérienne, du secourisme militaire et de la logistique.

Le Canada et l’Ukraine sont des alliés de longue date et, à la chute du bloc soviétique, Ottawa a été parmi les premières capitales à reconnaître l’indépendance de l’Ukraine. En outre, depuis le renversement du président pro-russe Ianoukovitch en février 2014 et le début de la crise ukrainienne, le Canada, qui compte une importante minorité ukrainienne forte de i,2 millions de personnes, a été un soutien indéfectible des nouvelles autorités pro-occidentales à Kiev.

Repost 0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 20:40
Ukraine: accord sur le retrait des armes près de la ligne de front dans l'Est rebelle

 

30 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Kiev - L'Ukraine et les séparatistes prorusses ont annoncé mercredi un accord sur le retrait des armes de calibre inférieur à 100 mm dans une zone de 15 km de part et d'autre de la ligne de front dans l'Est rebelle.

 

Cette initiative approuvée après trois mois de pourparlers intervient 48 heures avant un sommet à Paris entre les dirigeants ukrainien, russe, français et allemand destiné à faire avancer le processus de paix en Ukraine.

 

Le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a salué grandement cette annonce tout en insistant sur la mise en oeuvre des accords de paix pour l'Est de l'Ukraine signés en février à Minsk grâce à la médiation franco-allemande.

 

Les accords dits Minsk 2 ne prévoyaient que le retrait des armes de plus de 100 mm, mais cette clause a été régulièrement violée, provoquant la mort de plus de mille personnes, selon les observateurs internationaux.

 

L'accord sur le retrait des armes de moins de 100 mm a été signé mardi soir à Minsk par les émissaires ukrainien, russe et de l'OSCE au sein du Groupe de contact pour l'Est de l'Ukraine, a annoncé Daria Olifer, porte-parole de l'émissaire ukrainien Léonid Koutchma.

 

La mise en oeuvre de cet accord prendra 41 jours et verra chaque partie retirer ses armes à 15 km de la ligne du front.

 

Le dirigeant de la république autoproclamée de Donetsk Alexandre Zakhartchenko a promulgué le texte mercredi soir et son homologue à Lougansk Igor Plotnitski doit faire de même dans la soirée.

 

Il s'agit d'un progrès incontestable pour régler le conflit, a souligné M. Zakhartchenko.

 

Pour son émissaire Denis Pouchiline, la création d'une zone tampon de 30 km signifierait la fin de la guerre.

 

Le chef de la mission de surveillance de l'OSCE pour l'Est de l'Ukraine, Ertugrul Apakan, a salué un pas vers la paix et la stabilisation dans l'intérêt du peuple de l'Ukraine.

 

Le porte-parole militaire ukrainien Andriï Lyssenko a également salué une mesure très importante, une victoire diplomatique de Kiev.

 

Ce n'est pas assez, a pour sa part mis en garde le chef de la diplomatie allemande.

 

Nous avons besoin de plus: les armes lourdes doivent aussi être retirées des zones de conflit et le rôle de l'OSCE doit être respecté et renforcé, comme convenu à Minsk. Beaucoup d'autres points des accords de Minsk doivent encore être mis en oeuvre, a-t-il poursuivi sur son compte Twitter.

 

Le volet politique des accords de Minsk prévoit une large autonomie pour les régions rebelles et des élections locales dans ces dernières d'après les lois ukrainiennes d'ici la fin de l'année.

 

Or les séparatistes insistent sur la tenue de leurs propres élections le 18 octobre pour la république autoproclamée de Donetsk et le 1er novembre pour celle de Lougansk et non le 25 octobre comme dans le reste du pays.

 

L'Ukraine exige de son côté la reprise du contrôle sur la frontière avec la Russie dont près de 400 km lui échappent après dix-sept mois du conflit qui a fait plus de 8.000 morts.

 

Le sommet à Paris vendredi est une opportunité assez rare d'avancer sur le sujet. J'espère que et Kiev et Moscou sont disposés à travailler en ce sens, a souligné M. Steinmeier.

 

Kiev et les Occidentaux accusent la Russie d'armer les séparatistes de l'Est et d'y avoir déployé des troupes régulières ce que Moscou dément catégoriquement.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • News review for Industry - European Defence Agency
    source European Defence Agency If you want to subscribe to the News Review, or if you want to stop receiving the News review: News4Ind@eda.europa.eu News of the News EDA Study on the Impact of REACH & CLP European Chemical Regulations on the Defence Sector:...
  • Chronique culturelle - 13 Février 2017
    13 février 1960 explosion de la première bombe atomique française 13.02.2017 source JFP 13 février 1692 : massacre du clan Mac Donald dans la Glencoe (Ecosse).Le protestant Guillaume d’Orange ayant mis en fuite le catholique Jacques II, les chefs de clans...
  • Le PGHM et le GAM s’entraînent ensemble au secours en montagne
    Equipement de passage en neige - photo GAM Armée de Terre 07.02.2016 source 27e BIM Le lundi 13 février 2017 se déroulera un entraînement conjoint entre le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) et le groupement d’aguerrissement montagne (GAM)...
  • ITW SDBR : général Vincent Desportes, Professeur des Universités associé à Sciences Po Paris, Ancien directeur de l’Ecole de Guerre
    23.01.2017 par Alain Establier - SECURITY DEFENSE Business Review N°164 SDBR : Quel regard portez-vous sur la Défense de la France ? Vincent Desportes* : A l'issue de cette mandature, nous voyons un empilement d'actions réactives, à vocations plus politiciennes...
  • Chronique culturelle 9 Janvier
    Hussards du régiment de Bercheny en 1776 09.01.2017 source JFP 9 janvier 1778 : mort du créateur des régiments de Hussards (Luzancy – près de Meaux). Emigré hongrois et excellent capitaine au service de la France, Ladislas Ignace de Bercheny , obtient...
  • Chronique culturelle 04 Jan.
    Insigne général des Troupes de Forteresse de la Ligne Maginot 04.01.2016 source JFP 4 janvier 1894 : signature de l’alliance franco-russe. Préparée par de nombreuses activités bilatérales dans les années précédentes, une convention militaire secrète est...
  • Chronique culturelle 03 Jan.
    Napoléon en Egypte par Jean-Léon Gérome 03.01.2017 source JFP 3 janvier : Sainte Geneviève, patronne de la gendarmerie. Issue de la noblesse gallo-romaine du IVe siècle, elle convainc les habitants de Lutèce de ne pas livrer leur ville à Attila, roi des...
  • Au Levant, contre Daech avec les Forces Spéciales
    photo Thomas Goisque www.thomasgoisque-photo.com Depuis plus de deux ans, les hommes du C.O.S (Commandement des Opérations Spéciales) sont déployés au Levant et mènent, en toute discrétion, des opérations contre l’Etat islamisque.Au nord de l’Irak, ils...
  • Les blessés en Opérations extérieures ne prennent pas de vacances !
    Source CTSA Pendant la période des fêtes de fin d'années, le nombre de donneurs diminue dangereusement. Le site de Clamart du Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA) invite fortement les donneurs des communes proches à profiter des vacances de...
  • Interview SDBR de Gaël-Georges Moullec, Historien
    photo SDBR 20.12.2016 par Alain Establier - « SECURITY DEFENSE Business Review » n°162 SDBR: Comment va la Russie aujourd’hui? Gaël-Georges Moullec * : Il n’y a plus d’ascenseur social dans la Russie d’aujourd’hui, ce qui est un problème moins connu,...

Categories