Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 22:40
Un deuxième avion de transport militaire canadien est parti de Trenton pour l’Ukraine

Un avion de transport stratégique CC-177 Globemaster III de l’Aviation royale du Canada prend son envol (MDN)

 

9 août 2014 par Jacques N. Godbout - 45eNord.ca

 

 

Un avion de transport stratégique CC-177 Globemaster III de l’Aviation royale du Canada, est parti aujourd’hui de la 8e Escadre, Base des Forces canadiennes Trenton, d’oû avait décollé jeudi un avion de transport militaire Hercules CC-130J, et arrivera en Ukraine au début de la semaine prochaine.

Au moment où s’intensifient les combats dans l’Est ukrainien et où les puissances occidentales craignent une intervention russe, le premier ministre canadien et son ministre de la Défense, Rob Nicholson, ont tous deux annoncé jeudi 7 août que le Canada enverra de l’équipement militaire non létale en Ukraine pour aider le pays à protéger la frontière orientale contre une agression russe.

Aujourd’hui, a donc eu lieu le deuxième d’une série d’envois, par transport aérien, de matériel militaire non cinétique en Ukraine.

«Depuis le début de la crise, le Canada a été solidaire des Ukrainiens et il a pris d’importantes mesures pour soutenir l’Ukraine, dont des sanctions cautionnées par la communauté internationale. Le Canada est fier de pouvoir aider l’Ukraine en lui fournissant ce matériel», a déclaré à ce propos le ministre de la Défense, Rob Nicholson.

La contribution du Canada, qui pourrait atteindre 5 millions de dollars, se fait par l’entremise du Fonds pour la paix et la sécurité mondiales, et comprend diverses mesures de protection ciblées ainsi que du matériel médical et logistique, dont des casques, des lunettes de protection balistique, des vestes protectrices, des trousses de premiers soins, des tentes et des sacs de couchage, précise le communiqué de la DFéfense nationale qui annonce ce deuxième envoi.

Le Canada dispose, souligne la Défense, de quatre appareils CC-177 Globemaster III, qui sont basés à la 8e Escadre Trenton. Ces appareils servent à diverses missions stratégiques et tactiques, notamment à transporter rapidement des soldats et du matériel n’importe où dans le monde.

Partager cet article
Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 21:40
Les insurgés prorusses prêts à un cessez-le-feu en Ukraine

 

09.08.2014 Romandie.com (ats)

 

Alors que des tirs à l'arme lourde ont frappé tôt samedi matin Donetsk, fief des séparatistes prorusses, les combats dans l'est du pays ont fait 13 morts au sein de l'armée ukrainienne. Kiev a accusé la Russie d'avoir voulu intervenir militairement sous prétexte humanitaire.

En 24 heures, les forces ukrainiennes ont déploré 13 victimes, a indiqué samedi un porte-parole militaire, Andriï Lyssenko, lors d'un point presse. L'armée avait fait état vendredi de 15 morts dans ses rangs.

L'offensive des forces ukrainiennes lancée il y a quatre mois se concentre désormais sur les principales places fortes rebelles. A Donetsk, les combats ont gagné ces derniers jours le centre de la ville. Des journalistes de l'AFP ont entendu samedi des tirs de mortier et des explosions retentissant à intervalles réguliers dans la journée. Selon la mairie, un obus est tombé samedi sur un immeuble dans le sud-ouest de la ville, tuant un civil.

A Lougansk, autre grande ville sous contrôle séparatiste, les autorités locales ne cessent de mettre en garde contre une possible "catastrophe humanitaire". Eau, électricité et approvisionnement alimentaires sont coupés.

 

Prêts à un cessez-le-feu

 

Face à cette situation, le "Premier ministre" de la république autoproclamée de Donetsk a déclaré samedi être prêt à un cessez-le-feu si l'armée ukrainienne stoppe son offensive.

"Nous sommes prêts à un cessez-le-feu pour éviter une catastrophe humanitaire dans le Donbass. Mais si l'armée ukrainienne poursuit son agression, nous allons nous battre quel que soit le rapport de forces", a déclaré Alexandre Zakhartchenko dans un communiqué.

 

Réunion d'urgence à l'ONU

 

Au cours d'une réunion d'urgence à l'ONU vendredi, la Russie a proposé de mener une "mission humanitaire" ou de créer des couloirs humanitaires pour venir en aide à la population de l'est de l'Ukraine. Cette proposition a été rejetée par Washington.

L'aide d'urgence "doit être acheminée par des organisations humanitaires qui en ont l'expérience, pas par la Russie", a répliqué l'ambassadrice américaine Samantha Power.

 

Le CICR renforce son aide

 

La situation se complique chaque jour pour les civils après près de quatre mois de conflit. Celui-ci a causé, selon l'ONU, plus de 1300 morts et le départ de 300'000 habitants de l'Est, réfugiés en Russie ou déplacés dans les autres régions de l'Ukraine.

Face à la situation, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) va renforcer son aide à la population et augmenter ses effectifs en Ukraine.

Partager cet article
Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 11:40
Ukraine: Kiev équipe son armée de gilets défectueux (Parquet)

 

KIEV, 9 août - RIA Novosti

 

Le Parquet général d'Ukraine a accusé des anciens fonctionnaires du ministère de la Défense d'avoir acheté pour l'armée des gilets pare-balle défectueux pour la somme de 71 millions de hryvnias (5,6 millions de dollars), entraînant ainsi des dizaines de blessés et de morts chez les militaires, annonce le site du Parquet.

 

"Du 21.03.2014 au 30.05.2014, les anciens fonctionnaires haut placés du ministère de la Défense ont organisé l'achat de 17.080 gilets pare-balle de modification légère pour la somme de plus de 71 millions de hryvnias", indique le Parquet.

 

"Suite à la non-conformité des gilets aux normes de sécurité, au moins 67 militaires des forces armées de l'Ukraine ont reçu des blessures au cou et à l'aine, dont certaines mortelles", souligne le Parquet.

 

Auparavant, le Parquet a annoncé une enquête criminelle contre des fonctionnaires du ministère de la Défense et de l'état-major général qui avaient retardé la livraison de casques et de gilets pare-balle pour  les militaires participant à l'opération spéciale dans l'est de l'Ukraine. Près de 200 militaires ukrainiens ont été blessés à la tête suite à ce retard de 2,5 mois.

Partager cet article
Repost0
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 07:50
NATO To Set Eastern European Measures at Summit

 

Aug. 7, 2014 - By MARCUS WEISGERBER – Defense News

 

WASHINGTON — NATO members will set their 2015 slate of reassurance measures — actions meant to bolster Eastern European defenses — and debate the alliance’s post-Afghanistan path at next month’s summit in Wales, a senior Pentagon official said.

 

All 28 member countries have pledged to participate in the measures, including air policing and surveillance flights, in the wake of Russia's February invasion of Crimea and continued massing of troops near Ukraine's eastern border.

 

Because NATO’s current agreement on reassurance measures expires at the end of the year, alliance members will look to firm up new measures for 2015 at the summit, said Derek Chollet, assistant defense secretary for international security affairs.

 

"What we're trying to do is use this summit beyond the just symbolic effort to show unity, but to try to get NATO to sign up to some concrete initiatives that will position it for the future," Chollet said.

 

A key enabler of the reassurance plans next year is the $1 billion European Reassurance Initiative, which the Obama administration has proposed as part of the Pentagon's 2015 budget.

 

The US intends to use the $1 billion – which Congress must still approve – to fund exercises, more rotations of US forces throughout Europe, infrastructure projects for partners and possibly the pre-positioning of equipment.

 

The Initiative "shows the United States' enduring commitment to the security of Europe," NATO Secretary General Anders Fogh Rasmussen said in a July 7 speech at the Atlantic Council think tank in Washington. "Now other allies need to strengthen their commitment."

 

The US also plans to use the upcoming summit "as a way to galvanize some of our European partners to ensure that they're spending the right kind of resources on defense," Chollet said.

 

After more than a decade of fighting in Afghanistan, many NATO countries have been cutting defense spending. US leaders have been encouraging alliance members to invest more strategically as budgets tighten.

 

A number of Eastern European nations, including Poland, Romania and Latvia, have pledged to increase defense spending in the wake of Russia's recent military actions in and around Ukraine.

 

Last month, the British Prime Minister David Cameron pledged to spend £1.1 billion (US $1.8 billion) on defense equipment.

 

London is "very actively leading the charge, along with us, to get more countries to sign up for more," Chollet said.

 

Another focus of the summit will be looking for ways that NATO can improve coordination among its members during capacity-building efforts with key partners, Chollet said.

 

There have been challenges when conducting defense capacity-building missions in countries, such as Libya, where a number of countries are working on individual efforts in this area.

 

"We're coordinating as best we can, but it's not as well-coordinated as it would be if we were part of an organization doing it," Chollet said. "It's all sort of ad hoc."

 

NATO's organizing capacity could make these partner-building efforts more effective, he said.

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 20:40
La guerre commerciale russo-occidentale s'étend

 

08.08.2014 Romandie.com (ats)

 

Des combats à l'arme lourde ont fait rage vendredi à Donetsk, principal fief des séparatistes prorusses. Pendant ce temps, la guerre des embargos se poursuit entre la Russie et les Occidentaux. Et les craintes d'une intervention russe en Ukraine se renforcent.

Les forces ukrainiennes ont déploré 15 tués en 24 heures - sept militaires et huit gardes-frontière. Ces pertes ont eu lieu essentiellement lors de combats à la frontière de la Russie.

De fortes explosions et des salves d'armes lourdes ont été entendues dans la nuit de jeudi à vendredi matin à Donetsk.

 

Deux localités reprises

 

Kiev a par ailleurs perdu deux appareils. "Les armes avec lesquelles sont abattus nos appareils sont fournies par la Russie", a accusé le porte-parole militaire ukrainien Andriï Lyssenko.

Il a par ailleurs annoncé la reprise par l'armée de deux localités dans l'Est: Panteleïmonivka (7000 habitants) à 30 km au nord de Donetsk, et Mioussinsk (5000 habitants) à 74 km au sud-ouest de Lougansk, autre place forte des rebelles.

 

Victimes identifiées

 

Sur le site du crash de l'avion malaisien en zone rebelle, les recherches ont été suspendues en raison de l'insécurité. Deux avions de transport militaire - un néerlandais et un australien - ont rapatrié vendredi aux Pays-Bas 142 experts de la police des Pays-Bas, d'Australie et de Malaisie.

Les légistes ont identifié 21 nouvelles victimes, soit 23 au total, a annoncé vendredi le gouvernement néerlandais. Parmi les 21 victimes identifiées figurent 16 Néerlandais, deux Malaisiens, un Allemand, un Canadien, un Britannique, a précisé le ministère de la Justice dans un communiqué. Toutes les familles ont été informées.

Au moment où les combats redoublent d'intensité, les tensions internationales autour de la crise ukrainienne prennent une allure de guerre commerciale. Après les Occidentaux, Kiev a mis au point des sanctions qui pourront viser plus de 170 particuliers et plus de 60 entreprises, essentiellement russes.

La Russie frappée de sanctions sans précédent a riposté jeudi en décrétant un embargo d'un an sur un grand nombre de produits alimentaires, notamment européens et américains.

 

Soldats ukrainiens arrêtés en Russie

 

Les Occidentaux s'alarment de la présence militaire croissante de la Russie à la frontière ukrainienne, prélude, selon eux, à une intervention sous des prétextes humanitaires. Selon l'OTAN, le nombre des soldats russes à la frontière est passé de 12'000 hommes mi-juillet à 20'000 hommes actuellement.

Enfin, les enquêteurs russes ont annoncé vendredi avoir arrêté cinq soldats ukrainiens soupçonnés de crimes de guerre dans l'est de l'Ukraine. Les soldats avaient traversé la frontière avec la Russie avec plus de 400 de leurs frères d'armes lundi. Ces accusations peuvent aboutir à des condamnations allant jusqu'à 20 ans de prison.

Partager cet article
Repost0
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 07:40
Frappe à Donetsk alors que l'OTAN craint une intervention russe

 

06.08.2014 Romandie.com (ats)

 

Donetsk, fief des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine, a subi mercredi une frappe aérienne non revendiquée. Cette attaque inédite est intervenue alors que l'armée ukrainienne intensifie ses manoeuvres pour reprendre la ville et que la Russie aurait massé environ 20'000 soldats près de la frontière.

 

A Donetsk, la nuit a été marquée par des tirs d'artillerie dans les faubourgs ouest de Petrovski et Kirovski et une frappe aérienne non loin du centre-ville, la première depuis les bombardements en mai de l'armée ukrainienne pour chasser les rebelles de l'aéroport international de Donetsk. L'armée ukrainienne a rejeté toute responsabilité pour cette frappe en affirmant ne pas avoir "bombardé Donetsk".

 

Une journaliste de l'AFP sur place a vu un profond cratère à sept kilomètres du centre-ville où, selon les habitants, se trouve une des bases rebelles. L'entrée d'un des nombreux entrepôts a été gravement endommagée par l'explosion qui a soufflé les vitres de trois immeubles de bureaux à proximité.

 

Cette frappe n'a "pas fait de victimes civiles", selon la mairie qui fait état de trois civils tués en 24 heures dans des tirs d'artillerie touchant d'autres districts de la ville. En début d'après-midi mercredi, des journalistes de l'AFP dans le centre-ville ont entendu le son de nouveaux survols à basse altitude.

 

Poutine limite les importations

 

Les combats s'intensifient depuis plusieurs jours autour de Donetsk, la plus grande ville du bassin houiller du Donbass. La stratégie affichée par Kiev est d'isoler les insurgés à Donetsk jusqu'à épuisement de leurs ressources. L'objectif est de les couper de la frontière russe par laquelle transitent, selon l'Ukraine et les Occidentaux, armes et combattants, ce qui explique les sanctions économiques sans précédent imposées à la Russie.

 

En riposte à ces mesures, Vladimir Poutine a ordonné d'"interdire ou de limiter pour un an" les importations de certains produits agroalimentaires en provenance des pays sanctionnant la Russie.

 

La Russie a massé environ 20'000 soldats près de la frontière avec l'Ukraine et pourrait prétexter une mission humanitaire ou de maintien de la paix pour envahir l'est de ce pays, a indiqué de son côté l'OTAN mercredi dans un communiqué. La Russie a démenti un tel mouvement de troupes.

Partager cet article
Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 19:40
NATO: Number of Russian Troops on Ukrainian Border up to 20,000

 

Aug. 6, 2014 – Defense News

 

BRUSSELS — Russia has increased its presence of troops on the Ukraine border to 20,000, from 12,000 in mid-July, creating a "dangerous situation" and stoking concerns Moscow could intervene in its neighbor by force, NATO said Wednesday.

NATO spokeswoman Oana Lungescu said recent Russian actions had escalated the crisis and undermined efforts to find a diplomatic solution.

"Russia has amassed around 20,000 combat-ready troops (on the border).... This is a dangerous situation," Lungescu said.

"We share the concern that Russia could use the pretext of a humanitarian or peacekeeping mission as an excuse to send troops into eastern Ukraine," she said, charging that Moscow continued to support pro-Russian rebels in Ukraine and allow weapons to cross the border.

 

Read full article

Partager cet article
Repost0
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 07:40
Les recherches s'intensifient sur le crash du MH17... entre les combats

 

03/08/2014 latribune.fr

 

70 spécialistes des polices néerlandaise et australienne sont à l'oeuvre depuis vendredi. Ils ont pu retrouver des restes des victimes. Ils doivent être rejoints dans les jours qui viennent par leurs collègues malaisiens et intensifier leurs recherches.

 

Les experts internationaux doivent reprendre ce dimanche leurs recherches concernant les restes des victimes du crash du vol MH17. Environ 70 spécialistes des polices néerlandaise et australienne, dont la mission a été reprise puis repoussé à de nombreuses reprises, sont à l'oeuvre depuis vendredi en zone rebelle. Vendredi et samedi, ils ont pu retrouver des restes humains des victimes et des effets leur appartenant. Ceux-ci doivent être rapportés ensuite à Kharkiv, en territoire contrôlé par Kiev plus au nord, avant d'être rapatriés aux Pays-Bas en vue d'être identifiés. Plus de 200 cercueils ont déjà été rapatriés dans les jours suivant la catastrophe, comme les boîtes noires.

Le travail minutieux, entrepris avec l'aide de chiens renifleurs dans la campagne ukrainienne sous la surveillance d'insurgés armés, s'annonce complexe, plus de deux semaines après la catastrophe du 17 juillet qui a conduit à une flambée des tensions internationales. Kiev accuse les insurgés pro-russes d'avoir abattu le Boeing de la Malaysia Airlines, qui transportait 298 passagers dont 193 Néerlandais, avec un missile fourni par Moscou.

 

Tirs à proximité de la zone

L'état-major ukrainien a indiqué que ses positions avaient subi plusieurs attaques dans la nuit de samedi à dimanche aux lance-roquettes Grad, une arme imprécise qui frappe de vastes zones. Elles ont aussi été visées, selon la même source, par de nouveaux tirs d'artillerie tirés depuis le territoire de la Russie.

A Lougansk, trois civils sont morts dans les combats en vingt-quatre heures, affirme ce dimanche la mairie, qui avait la veille averti d'une situation "au bord d'une catastrophe humanitaire". Dans cette ville de 500.000 habitants avant les hostilités, l'eau et l'électricité sont coupées, les communications sont très perturbées et les approvisionnements extérieurs en nourriture et carburants quasi-impossibles.

L'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) a fait état samedi soir, sur la foi de témoignages de réfugiés ayant quitté la ville, "de bombardements à l'artillerie lourde". "La plupart des magasins sont fermés et les gens commencent à manquer de nourriture", a-t-elle rapporté. Selon l'organisation, les bombardements s'intensifient en outre aux abords de Donetsk, la plus grande ville de cette région industrielle et principal fief des rebelles qui y ont proclamé une "République populaire".

Autour du site du crash, forces ukrainiennes et rebelles se sont engagées à un cessez-le-feu. Mais on entend régulièrement des explosions. Si les principales recherches engagées par les experts ont pu se poursuivre samedi, une petite équipe, qui s'était rendue dans une autre partie du site à la recherche d'une partie du fuselage du Boeing, a préféré rebrousser chemin, les tirs à l'arme lourde semblant se rapprocher. Les enquêteurs néerlandais et australiens doivent être rejoints dans les jours qui viennent par leurs collègues malaisiens afin d'intensifier les recherches, qui prendront plusieurs semaines.

 

Les Occidentaux maintiennent la pression

Les Européens, jusque là divisés et réticents à frapper un important partenaire commercial comme la Russie, ont adopté, à l'image des Etats-Unis, des sanctions sans précédent depuis la Guerre froide. Elles réduisent notamment l'accès des marchés financiers européens aux principales banques publiques russes, au risque de réduire leur capacité à financer une économie au bord de la récession.

A Washington, Barack Obama a dénoncé lors d'un entretien téléphonique vendredi avec Vladimir Poutine un soutien encore accru de Moscou aux séparatistes. Le Premier ministre britannique David Cameron a de son côté estimé samedi que l'Otan devait repenser sa relation à long terme avec la Russie et renforcer sa capacité à réagir rapidement à toute menace.

Selon des experts russes, le Kremlin peut difficilement reculer dans la crise ukrainienne face à une opinion galvanisée depuis le rattachement de la péninsule de  Crimée en mars, moins d'un mois après l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement pro-occidental à Kiev.

Partager cet article
Repost0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 11:50
Details of Ukraine UAV requirement revealed

 

29 Jul 2014 By: Beth Stevenson - FG

 

A contract for leased unmanned air vehicle (UAV) services in support of the security mission in Ukraine is expected to be awarded imminently, an industry source reveals.

The Organization for Security and Co-operation in Europe (OSCE) recently issued a solicitation for bids which closed on Friday, 25 July. It stipulates the requirement for a turnkey UAV solution for deployment in the conflicted east of the country.

No further details were provided, although it has now been revealed that OSCE is seeking a vertical take-off and landing platform, preferably for round-the-clock monitoring operations, to be operational within weeks.

Vienna-based Schiebel confirms it has responded to the tender with its Camcopter S-100. However, it is unclear whether any other systems have been offered. Saab’s Skeldar UAV would fulfil the requirement, although the company declines to comment on any bid.

 

Read full article

Partager cet article
Repost0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 11:50
Ukraine - Otan : de "nouveaux plans de défense" après "l'agression russe" ?

 

03/08/2014 Le Point.fr

 

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, réclame une hausse des "investissements" militaires des pays membres.

 

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, affirme que "l'agression russe" contre l'Ukraine justifie la préparation de "nouveaux plans de défense", souhaitant une hausse des "investissements" militaires des pays membres, dans un entretien dimanche au Midi Libre. "Nous allons renforcer des exercices militaires et préparer de nouveaux plans de défense. L'agression russe a été un signal d'alarme et a créé une nouvelle situation de sécurité en Europe", a déclaré Anders Fogh Rasmussen au quotidien régional.

 

"C'est préoccupant parce que je pense que l'ambition du président Poutine est d'établir une sphère d'influence dans le voisinage. Je vais encourager les pays de l'Otan à augmenter leurs investissements de défense. Au cours des cinq dernières années, la Russie a augmenté ses dépenses de défense de 50 %, les pays de l'Otan ont diminué les leurs de 20 % en moyenne. Ce n'est pas tenable. Il faut inverser la tendance", a-t-il ajouté.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 07:50
BPC Vladivostok photo RP Defense

BPC Vladivostok photo RP Defense

 

01/08/2014 Par Nicolas Barotte – LeFigaro.fr

 

Berlin juge incompatible la livraison des frégates à Moscou qui bloque la situation en Ukraine. «Les Russes ont payé», plaident les Français.



S'il y a une sanction contre la Russie symboliquement importante que l'Allemagne a jugé indispensable de prendre, c'est bien d'interdire à la France de vendre des frégates à Moscou. Paris est censé livrer deux porte-hélicoptères Mistral mais ses partenaires européens, en premier lieu Berlin, jugent le contrat incompatible avec le durcissement des relations avec la Russie, considérée comme responsable du blocage de la situation en Ukraine. «Nous ne livrons pas [d'armes ou d'équipements militaires à Moscou] même si les contrats ont été conclus par le passé. J'aurais attendu cela aussi de la France», a déclaré le vice-chancelier Sigmar Gabriel sur la chaîne de télévision ARD. «Ce n'est pas une solution raisonnable.»

Suite de l'article

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 11:40
Buk, ce redoutable missile accusé d'avoir abattu le Boeing de Malaysia

 

18-07-2014 Par Vincent Lamigeon

 

Même si le conditionnel s'impose encore, il est probable que des séparatistes ukrainiens détenant ce missile russe de défense antiaérienne soient à l'origine de la catastrophe du vol MH17.

 

C’est désormais une quasi-certitude : le vol MH17 de Malaysia Airlines a bien été abattu par un missile sol-air de conception russe. Selon le Wall Street Journal, les services de renseignement américains ont également confirmé, grâce à des analyses satellites, un tir de missile dans cette zone ultra-surveillée par les forces de l’OTAN. Les satellites peuvent identifier le tir d’un engin grâce à un détecteur infrarouge, et les suivre ensuite grâce à un système radar. L’étendue de la zone de débris cadre bien également avec un appareil détruit en plein vol.

Quel missile a pu détruire l’avion ? Une chose est sûre : l’appareil n’a pas pu être atteint par un système de type manpads (Man-portable air-defense systems), comme les fameux Stinger utilisés par les moudjahidines en Afghanistan contre les hélicoptères soviétiques, avec un succès certain. "Ces armements ne peuvent atteindre des cibles au-delà de 4.000 mètres d’altitude", explique un industriel des missiles à Challenges. Le 777-200 n’a donc pu être touché que par un système sol-air de défense antiaérienne sophistiqué. Le SA-17, de conception russe, apparaît comme le principal suspect aux yeux des spécialistes.

 

Une portée de 45 kilomètres

Aussi appelé Buk M2, le SA-17 est une arme redoutable. D’une portée de 45km, il peut atteindre une cible à 25.000 mètres d’altitude, ce qui lui permet de toucher aisément un appareil civil en altitude de croisière (33.000 pieds pour le MH17, soit 10.000 mètres). Sa vitesse -plus de Mach 3- ne laisse aucune chance à un avion civil. "Un chasseur pourrait détecter et tenter d’éviter le missile, grâce à des contremesures et des manœuvres d’évitement, explique un expert. Un avion civil ne peut pas savoir qu’il est verrouillé, et n’a pas les capacités de s’échapper." L’équipage d’un avion civil ciblé par un tel système n’aurait même probablement pas le temps de voir le missile, qui arrive par-dessous ou par derrière.

Dans le détail, à l’image des autres armements sol-air (l’Aster de MBDA, ou le Patriot de l’américain Raytheon) le système SA-17 consiste en trois équipements distincts: un radar, d’une portée de 120km, qui détecte la cible; un centre de commandement, qui réceptionne l’information et prend la décision d’engager la cible; et une batterie de quatre missiles, montée sur un châssis chenillé, d’où une grande mobilité du système. "Après détection de la cible, un radar de poursuite permet de calculer sa trajectoire, et le missile se guide en phase finale grâce à son autodirecteur électromagnétique", explique un industriel des missiles. La fiabilité est estimée à 90%, chiffre sujet à caution vu le flou qui entoure traditionnellement les performances des missiles.

 

Le scénario de la confusion ne tient pas

Plusieurs informations publiées sur Twitter, non vérifiées, font état de système SA-17 récupérés par les séparatistes pro-russes, certaines photos les montrant même dans un environnement urbain. Mais ces combattants ont-ils les compétences techniques pour utiliser cet armement sophistiqué ? "La manipulation d’un Buk n’est pas à la portée du premier pied nickelé venu, souligne un spécialiste. Il faut des opérateurs formés par une armée régulière." Les tireurs pourraient ainsi être des anciens de l’armée ukrainienne passés du côté des séparatistes, ou des pro-russes formés par l’armée russe elle-même. Il convient tout de même d’être extrêmement prudent en l’absence de sources fiables.

L’avion de Malaysia Airlines a-t-il pu être confondu avec un appareil militaire? Un spécialiste du secteur interrogé par Challenges n’y croit pas une seconde, assurant que le tir est "très probablement volontaire". "Un 777 n’a pas la signature radar d’un Antonov", assure-t-il. D’autre part, les avions sont équipés de transpondeurs qui permettent de les identifier. Même le grand public peut savoir quel type d’avion passe au-dessus de lui, grâce à des sites comme FlightRadar24, qui ont suivi le MH17 jusqu’au crash.

 

Autre hypothèse possible

Certains spécialistes évoquent un tir qui aurait pu être décidé par les seuls opérateurs de la rampe de lancement. "Dans un engagement normal, les trois équipements du système [radar, centre de commandement, rampes de lancement] opèrent ensemble, comme un système d’armes intégré, et l’équipage du centre de commandement a une bonne vision de l’activité aérienne du secteur, écrit Doug Richardson, spécialiste chez IHS Jane's Missiles&Rockets. Cependant, un lanceur Buk peut aussi opérer en solitaire, et engager une cible présente dans son champ radar."

Le système a alors une capacité d’identification limitée. "Bien qu’il ait son propre système d’identification «ami ou ennemi», celui-ci est seulement capable d’établir si la cible est un appareil allié, explique Doug Richardson. C’est l’équivalent électronique d’une sentinelle qui demande: «Qui va là ?». Faute de réponse, tout ce que vous savez est que la cible n’est pas un de vos avions de combat. Le système ne vous avertit pas que vous ciblez un avion de ligne."

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 16:40
Malaysia Airlines: le Conseil de Sécurité de l'ONU réclame une enquête "indépendante"


18.07.2014 LaTribune.fr
 

Le Boeing de Malaysia Airlines qui s'est écrasé jeudi 17 juillet en Ukraine avec 298 personnes à bord fait l'objet d'intenses échanges diplomatiques. Et pour cause: probablement abattu par un missile sol-air, l'avion survolait une zone de conflit à l'Est du pays. Les autorités de Kiev et les séparatistes pro-russes s'accusent l'un et l'autre d'être à l'origine du tir supposé qui aurait causé le crash. Voici, au fil de la journée, les principales annonces et commentaires concernant cette catastrophe.

 

  • L'ONU souhaite une enquête internationale "indépendante"

Le Conseil de sécurité des Nations unies a réclamé vendredi une enquête internationale "exhaustive, minutieuse et indépendante" sur la destruction du Boeing de la Malaysia Airlines. Dans une déclaration adoptée par consensus, il demande à toutes les parties de garantir aux enquêteurs un accès libre au site de l'accident et exige que les responsabilités soient établies.

Le court texte a été rédigé dès jeudi par la Grande-Bretagne, en vue d'une adoption dans la foulée, mais la Russie a requis du temps pour l'examiner avant de l'accepter.

 

  • L'avion "fonctionnait normalement" selon Malaysia Airlines

La compagnie aérienne malaisienne a déclaré lors d'une conférence de presse à l'aéroport d'Amsterdam-Schipholque que le Boeing 777 n'avait rencontré aucun problème et "fonctionnait normalement" au moment où le contact a été perdu.

 "La dernière vérification technique avait été effectuée le 11 juillet et cet avion, qui a un carnet d'entretien en ordre, a volé pendant 17 ans." 

 

  • Très atteints, les Pays-Bas envoient des enquêteurs 

Le MH17 de Malaysia Airlines a, "sur la base d'informations nos services, probablement été abattu", a déclaré le ministre néerlandais de la Justice Ivon Opstelten lors d'une conférence de presse tenue à la Haye.

Particulièrement touchés par cette tragédie (sur les 298 personnes à bord de l'avion, 189 étaient de nationalité néerlandaise), le Pays-Bas ont annoncé l'envoi d'une équipe sur place pour participer à l'enquête, "aussi vite que possible".

Les Pays-Bas sont soutenus dans cette démarche par l'Espagne. Le chef du gouvernement Mariano Rajoy s'est en effet prononcé en faveur "d'une enquête indépendante" pour déterminer les auteurs de "la monstruosité" perpétrée contre l'avion de la Malaysian Airlines. 

 

  • Moscou menace de répliquer en cas de tirs ukrainiens sur son territoire

La Russie répliquera en cas de tirs ukrainiens délibérés sur son territoire, a déclaré vendredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"Nous avons déjà averti que si cela continuait, nous prendrions les mesures qui s'imposent. Au minimum, s'il est clair que cela a été fait de manière délibérée, je suis convaincu qu'il nous faut détruire le point à l'origine du tir", a indiqué Sergueï Lavrov qui s'exprimait à la télévision Rossia 24.

 

  • Angela Merkel pointe Moscou du doigt et appelle à une solution politique

Selon la chef du gouvernement allemand, il y a de bonnes raisons de penser que le Boeing 777, qui faisait la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur, a été abattu, auquel cas les responsables devront être jugés.

"Nous devons entamer une enquête indépendante aussi vite que possible. Pour cela, un cessez-le-feu est indispensable et il est important que les responsables soient traduits en justice", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse à Berlin.

"Ces événements ont une nouvelle fois prouvé que ce qu'il faut, c'est une solution politique et que, par-dessus tout, la Russie est aussi responsable de ce qui se passe en Ukraine en ce moment", a ajouté Angela Merkel.

Elle a précisé qu'elle lançait "un appel très clair au président et au gouvernement russes pour qu'ils aident à trouver une solution politique".

 

  • Le système de missiles ukrainiens était actif le jour du crash selon Moscou

Le système de missiles ukrainiens était actif jeudi, le jour du crash de l'avion malaisien, qui transportait près de 300 personnes, dans l'est de l'Ukraine, a indiqué vendredi le service de presse du ministère russe de la Défense.

"Les moyens de détection radio russes ont enregistré le 17 juillet une activité au niveau de la station radar Koupol, travaillant en liaison avec les systèmes de missiles Bouk-M1", a indiqué le ministère, cité par les agences russes, ajoutant que cette station radar se situait non loin du lieu du crash.

 

  • Les pro-russes avaient bien des missiles Buk selon Itar-Tass

Les forces pro-russes ont affirmé ne pas avoir de missiles Buk, le modèle qui a été tiré sur l'avion de Malaysian Airlines. Pourtant, le 29 juin dernier, l'agence Itar-Tass avait rapporté la prise de contrôle de systèmes de défenses par missiles Buk par les forces d'auto-défense de la République Populaire de Donetsk. L'agence tenait cette information du service de presse de la République Populaire de Donetsk.

 

  • "Les Russes sont allés trop loin" pour le Premier ministre ukrainien

Les responsables du tir contre l'avion malaisien abattu jeudi dans l'Est de l'Ukraine doivent être jugés devant la Cour pénale internationale de La Haye, a déclaré vendredi le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk en accusant les Russes de ce "crime international".

"Les Russes sont allés trop loin. C'est un crime international dont les responsables doivent être jugés à La Haye", a-t-il déclaré, selon l'agence Interfax-Ukraine.

 

  • Poutine souhaite une "enquête impartiale"

Après Barack Obama, c'est le président russe, Vladimir Poutine qui a téléphoné au Premier ministre néerlandais Mark Rutte. Il a dit souhaiter une enquête "minutieuse et impartiale" sur le crash de cet avion qui partait d'Amsterdam. Dans un communiqué publié par le Kremlin à la suite de cet appel, le président russe 

"a souligné que cette tragédie mettait en lumière une nouvelle fois le besoin de trouver le plus vite possible un règlement pacifique à la grave crise en Ukraine."

 

  • Canberra critique le Kremlin

De son côté, le Premier ministre australien, Tony Abbott, juge "profondément insatisfaisante" la réponse de la Russie à cette crise. Selon lui, la première réaction côté russe a consisté à blâmer Kiev. Il a affirmé:

"L'idée que la Russie puisse d'une manière ou d'une autre dire que tout cela n'a rien à voir avec eux parce que cela s'est produit dans l'espace aérien ukrainien ne résiste franchement pas à un examen sérieux."

Le chef du gouvernement australien a par ailleurs jugé qu'il ne s'agissait "pas d'un accident mais d'un crime" avant d'appeler au lancement d'une enquête internationale impartiale. 

Vingt-sept ressortissants australiens feraient partie des disparus selon des propos de la ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop, rapportés par la presse du pays. 

 

  • Kiev ferme l'espace aérien à l'Est

Le ministère ukrainien des Infrastructures interdit les vols au-dessus des régions de Donetsk et de Louhansk. L'espace est partiellement fermé au dessus de la région de Kharkov. 

Dès jeudi soir, le secrétaire d'Etat français aux Transports, Frédéric Cuvillier, a prié officiellement les compagnies françaises d'éviter le survol de la zone. 

Le couloir aérien avait été déclaré sûr avant cette catastrophe par l'Association internationale du transport aérien qui dépend de l'ONU. Toutefois, une note de  la Federal Aviation Administration (FAA) américaine datant du 23 avril, mettait en garde les compagnies à propos du survol de Simféropol en Crimée. 

 

  • Une boîte noire retrouvée?

Un boîtier aurait été retrouvé ce vendredi matin dans les décombres de l'avion, selon l'AFP qui cite des secouristes. Mais les informations qu'il contient risquent de ne pas fournir de renseignements sur l'origine du missile supposé qui aurait abattu l'avion. 

 

  • Paris attend la liste des passagers

"On n'a pas encore la liste complète des passagers. En principe, la compagnie aérienne doit fournir la liste complète, ce qui n'est pas le cas", a indiqué la députée socialiste Elisabeth Guigou ce vendredi matin sur RMC. Selon un dernier décompte fourni par Malaysia Airlines vendredi matin, l'avion transportait 154 Néerlandais, 43 Malaisiens (dont 15 membres d'équipage), 27 Australiens, 12 Indonésiens, 9 Britanniques, 4 Allemands, 5 Belges, 3 Philippins, un Canadien.

La présence de passagers français à bord du Boeing 777 reste possible mais n'est toujours pas confirmée, a déclaré vendredi le ministre français des Transports, Frédéric Cuvillier, qui a ajouté:

"Trente-quatre passagers sont toujours sans nationalité confirmée. Donc il est possible que parmi ces personnes il puisse y avoir des Français"

Frédéric Cuvillier a par ailleurs estimé que les éléments semblaient converger vers le scénario selon lequel un missile sol-air aurait abattu cet avion qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur.

 

  • Les séparatistes promettent de laisser le passage

Les séparatistes ukrainiens ont accepté de coopérer à l'enquête sur la destruction de l'avion de Malaysia Airlines et de garantir la libre circulation et la sécurité des experts qui en seront chargés, a annoncé l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) après une téléconférence avec leurs représentants et des responsables russes et ukrainiens. 

 

  • Obama appelle au cessez-le feu

Washington est prêt à fournir "de l'aide immédiate en faveur d'une enquête internationale rapide, complète, crédible et sans entraves" en Ukraine, a assuré le Président américain. Pour cela, les Etats-Unis appellent "toutes les parties concernées - la Russie, les séparatistes prorusses et l'Ukraine - à un cessez-le-feu immédiat", a fait savoir la Maison Blanche ce vendredi. 

>>  "Toutes les preuves doivent rester sur le lieu du crash" exige Obama 

Jeudi soir, l'aviation civile américaine a interdit aux compagnies des Etats-Unis de survoler l'est de l'Ukraine. 

 

  • Onu: le Conseil de sécurité se réunit

Le Conseil de sécurité de l'Onu se réunira vendredi pour une séance extraordinaire sur la situation en Ukraine qui devrait donner lieu à l'adoption d'une déclaration réclamant "une enquête internationale exhaustive et indépendante" sur la destruction du Boeing de Malaysia Airlines.

 

  • Malaysia dévisse en Bourse

 L'action de la compagnie aérienne Malaysia Airlines a plongé de plus de 15% vendredi à l'ouverture de la Bourse de Kuala Lumpur. Elle est descendue jusqu'à 0,185 ringgit en matinée, soit une chute de 17,8% par rapport à la clôture de la veille, avant de se redresser pour perdre 13% en milieu de matinée. 

"Dans l'histoire de l'aviation, il n'y a jamais eu une compagnie qui traverse deux catastrophes en l'espace de quatre mois. On ne peut donc pas s'appuyer sur le passé pour imaginer qu'elle puisse s'en sortir", a déclaré Mohshin Aziz, analyste chez Maybank Investment Bank, à l'agence Dow Jones Newswires.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 16:40
L'Ukraine demande l'aide militaire internationale

 

KIEV, 18 juillet - RIA Novosti

 

Le président de la Rada suprême (parlement) d'Ukraine Alexandre Tourtchinov a appelé vendredi la communauté internationale à accorder une aide militaire à l'armée ukrainienne qui mène une opération spéciale dans l'est du pays.

 

"Il est temps de mettre fin à l'agression. Il est temps que le monde civilisé aide l'Ukraine à détruire les terroristes où qu'ils se trouvent en lui livrant des armes et matériels de guerre modernes", a indiqué M.Tourchinov cité par son service de presse.

 

Les dispositifs modernes de détection des cibles militaires et des armes de haute précision "auraient pu prévenir la chute du Boeing et de sauver les vies de nombreux Ukrainiens", a ajouté le président du parlement ukrainien.

 

Un Boeing 777 de Malaysia Airlines effectuant un vol d'Amsterdam à Kuala Lumpur (Malaisie) s'est écrasé jeudi dans la région de Donetsk. Les 298 personnes qui se trouvaient à bord de l'avion dont 85 enfants ont trouvé la mort dans le crash.

 

Les autorités de Kiev ont immédiatement accusé les forces d'autodéfense populaire des régions de Donetsk et Lougansk d'être à l'origine du crash, mais les insurgés ont déclaré en réponse qu'ils ne disposaient pas de systèmes capables d'abattre un avion qui volait à 10 km d'altitude.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 16:40
Crash en Ukraine: les avions-radars de l'Otan n'ont pas fixé la chute

 

BRUXELLES, 18 juillet - RIA Novosti

 

Les avions-radars Awacs de l'Otan se trouvaient loin des lieux de la chute du Boeing 777 malaisien, si bien qu'il est peu probable qu'ils aient fixé le crash, a annoncé vendredi à RIA Novosti un représentant de l'Alliance.

 

"Deux avions-radars Awacs de l'Otan patrouillaient le ciel de la Pologne et de la Roumanie au moment où l'incident s'est produit. Toutefois, compte tenu de la distance séparant leur trajet de la zone de la chute de l'appareil de Malaysian Airlines, nous ne nous attendons pas à ce que le crash ait été capté par nos appareils", a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

 

Le Boeing 777 de Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur avec 283 passagers et 15 membres d'équipage s'est écrasé jeudi à Snejnoïe, dans la région de Donetsk, théâtre d'intenses combats entre troupes gouvernementales ukrainiennes et forces d'autodéfense. Il n'y a pas de survivants.

 

Les autorités de Kiev ont immédiatement accusé les forces d'autodéfense d'être à l'origine du crash, mais les insurgés ont déclaré en réponse qu'ils ne disposaient pas de systèmes capables d'abattre un avion à cette altitude.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 16:12
Batterie de Bouk-M1

Batterie de Bouk-M1

 

18.07.2014 Ria Novisti
 

Le ministère russe de la Défense a enregistré le fonctionnement d'un radar ukrainien le jour du crash du Boeing malaisien et déterminé les localités ukrainiennes depuis lesquelles l'avion de ligne aurait pu être abattu, a annoncé vendredi le ministère dans un communiqué.

"Le 17 juillet, les systèmes de radiodétection russes ont enregistré le fonctionnement du radar Koupol d'une batterie de Bouk-M1 déployée près du village de Styla (30 km au sud de Donetsk)", lit-on dans le communiqué.

"Les caractéristiques techniques des Bouk-M1 permettent de procéder à un échange d'informations sur les cibles aériennes entre toutes les batteries d'une même division. Cela signifie que le missile aurait pu être tiré par chacune des batteries déployées à Avdeïevka (8 km au nord de Donetsk) ou à Grouzsko-Zorianskoïe (25 km à l'est de Donetsk)", précise le ministère russe de la Défense.

Un Boeing 777 de Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur avec 283 passagers et 15 membres d'équipage s'est écrasé jeudi à Snejnoïe, dans la région de Donetsk, théâtre d'intenses combats entre troupes gouvernementales ukrainiennes et forces d'autodéfense. Il n'y a pas de survivants.

L'avion volait à 10.000 mètres d'altitude. Les autorités de Kiev ont immédiatement accusé les forces d'autodéfense d'être à l'origine du crash, mais les insurgés ont déclaré en réponse qu'ils ne disposaient pas de systèmes capables d'abattre un avion à cette altitude.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 16:05
Le système de missiles ukrainiens était actif le jour du crash de l'avion malaisien

 

18 juillet 2014 Romandie.com (AFP)

 

Moscou - Le système de missiles ukrainiens était actif jeudi, le jour du crash de l'avion malaisien, qui transportait près de 300 personnes, dans l'est de l'Ukraine, a indiqué vendredi le service de presse du ministère de la Défense.

Les moyens de détection radio russes ont enregistré le 17 juillet une activité au niveau de la station radar Koupol, travaillant en liaison avec les systèmes de missiles Bouk-M1, a indiqué le ministère, cité par les agences russes.

Selon le ministère, cette station radar se trouvait à une trentaine de kilomètres de Donetsk, grande ville de l'est ukrainien, située non loin du lieu du crash, dans une zone où des combats opposent les forces loyalistes aux rebelles prorusses.

Par ailleurs, les particularités techniques du Bouk-M1 lui permettent d'échanger des informations sur les objectifs aériens avec les autres éléments d'un même système, ajoute cette même source.

Dès lors, des tirs de missiles peuvent être effectués de plusieurs endroits.

Le ministère ne précise cependant pas si des tirs ont concrètement eu lieu.

Après le drame, les autorités de Kiev et les rebelles se sont aussitôt accusés réciproquement d'être à l'origine d'un éventuel tir de missile, sans qu'aucun élément matériel ne permette d'en attribuer solidement la responsabilité à l'une parties en conflit.

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 16:40
Ukraine: reprise des vols de l'aviation militaire dans l'est


16 Juillet - Ria Novisti
 

Suspendus mardi suite à la chute d'un An-26 appartenant aux forces armées, les vols de l'aviation militaire ukrainienne ont repris le 16 juillet dans l'est du pays, a annoncé lors d'un point de presse le porte-parole du Conseil de sécurité nationale et de défense (SNBO) Andreï Lyssenko.  

"Bien que l'opération de sauvetage se poursuive, les vols d'avions militaires sont déjà autorisés, ils soutiennent nos troupes terrestres dans les zones de combats les plus acharnés", a informé la source.  

Les vols d'avions militaires ukrainiens ont été suspendus suite au "crash" d'un avion-cargo An-26 lundi dans la région de Lougansk, non loin de la frontière avec la Russie.

Lundi, les forces d'autodéfense de la république populaire autoproclamée de Lougansk ont annoncé avoir abattu un avion-cargo militaire ukrainien près de la frontière russo-ukrainienne et fait prisonniers les membres de l'équipage.  

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 16:40
Russie/Ukraine: l'OSCE envisage d'envoyer des drones à la frontière

 

MOSCOU, 15 juillet - RIA Novosti

 

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe étudie la possibilité d'utiliser des drones pour surveiller la frontière russo-ukrainienne, a annoncé le président de l'OSCE Didier Burkhalter.

 

Selon un communiqué de presse diffusé par l'organisation lundi soir, M.Burkhalter s'est entretenu de ce sujet avec les chefs des diplomaties russe et ukrainienne Sergueï Lavrov et Pavel Klimkine. Au cours d'un entretien téléphonique, les deux ministres ont approuvé une telle mesure, indique l'OSCE.

 

Ces derniers jours, plusieurs incidents ont été signalés à la frontière entre la Russie et l'Ukraine orientale, théâtre d'intenses combats entre forces loyalistes et brigades populaires des "républiques populaires" autoproclamées de Donetsk et de Lougansk.

 

Samedi 12 juillet, des garde-frontières russes ont été visés par des tirs en provenance du territoire ukrainien. Dimanche, un obus tiré depuis l'Ukraine a touché une maison de la ville russe de Donetsk dans la région de Rostov (à ne pas confondre avec la ville de Donetsk située en Ukraine), faisant un mort et un blessé grave.

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 16:40
Ukraine: des lance-roquettes Grad déployés à 10 km de Donetsk

 

DONETSK, 16 juillet - RIA Novosti

 

L'armée ukrainienne a déployé plusieurs systèmes de lance-roquettes multiples Grad dans le village d'Elenovka, à 10 km au sud de la ville de Donetsk (est), rapporte le correspondant de RIA Novosti sur place.

 

Au moins quatre systèmes Grad sont déployés près du point de passage de la Garde nationales d'Ukraine. D'une portée de 40 kilomètres, les systèmes Grad ne sont pas pourtant considérés comme une arme de haute précision, surtout lorsqu'ils sont employés à longue distance.

 

Le village d'Elenovka se trouve dans le sud de la région de Donetsk, zone contrôlée par les forces pro-Kiev.

 

Les autorités ukrainiennes mènent depuis le 15 avril une opération spéciale d'envergure dans le sud-est du pays en vue de réprimer la révolte populaire qui a éclaté suite au renversement du régime du président Ianoukovitch le 22 février dernier. Les forces armées ukrainiennes utilisent des blindés, des armes lourdes et des avions, causant de nombreuses victimes civiles et un afflux de réfugiés vers la Russie

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 16:40
Deux militaires russes tués à la frontière avec l'Ukraine

 

16.07.2014 Ria Novisti

 

Deux militaires russes ont été tués à la frontière russo-ukrainienne par des tirs en provenance d'Ukraine, a annoncé mercredi aux journalistes le porte-parole du Comité d'enquête Vladimir Markine.

"Selon les enquêteurs, le 14 juillet dernier, des inconnus faisant partie des forces armées ukrainiennes ont attaqué le poste d'observation situé à proximité du village de Derkoul de la région de Rostov (sud) avec une mitrailleuse et des armes légères", a indiqué le porte-parole.

Selon lui, deux militaires ont succombé à de nombreuses blessures suite à l'attaque.

Ces derniers jours, plusieurs incidents ont été signalés à la frontière entre la Russie et l'Ukraine orientale, théâtre d'intenses combats entre forces loyalistes et brigades des "républiques populaires" autoproclamées de Donetsk et de Lougansk.

Samedi 12 juillet, des garde-frontières russes ont été visés par des tirs en provenance du territoire ukrainien. Dimanche, un obus tiré depuis l'Ukraine a touché une maison de la ville russe de Donetsk dans la région de Rostov (à ne pas confondre avec la ville homonyme située en Ukraine), faisant un mort et un blessé grave.

Le Comité d'enquête russe a imputé la responsabilité de ces attaques aux "militaires ukrainiens, membres de la Garde nationale et du Secteur droit" (organisation ultranationaliste activement impliquée dans l'opération militaire de Kiev, ndlr).

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 16:40
OSCE: vol d'observation américain et turc en Russie


15 Juillet 2014 - Ria Novisti
 

Des experts américains et turcs de l'OSCE survoleront le territoire russe à bord d'un avion turc, ont annoncé mardi à Ankara les Forces armées turques.

"Notre pays organisera un vol d'observation au-dessus du territoire russe avec la participation des Etats-Unis dans le cadre des activités de l'OSCE. Les spécialistes turcs et américains survoleront la Russie à bord d'un avion turc CN-235 qui transportera également les représentants des autorités russes", a indiqué l'armée turque.

Selon l'armée, les experts turcs regagneront leur pays le 18 juillet.

Moscou a invité lundi des observateurs de l'OSCE à se rendre aux postes de passage de la frontière russo-ukrainienne "Donetsk" et "Goukovo" suite à plusieurs incidents signalés à la frontière. L'OSCE entend déployer ses observateurs à la frontière le 16 juillet prochain.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 16:40
AN-26 taking off from Kharkiv Airbase April 2014 (Image Ukrainian Ministry of Defence)

AN-26 taking off from Kharkiv Airbase April 2014 (Image Ukrainian Ministry of Defence)


15 Juillet 2014 - Ria Novisti
 

Les vols d'avions militaires ukrainiens sont suspendus dans l'est du pays jusqu'à nouvel ordre suite au "crash" d'un avion-cargo An-26 lundi dans la région de Lougansk, annonce mardi le service de presse de l'armée ukrainienne.

"Suite à l'enquête sur la situation liée au crash de l'avion-cargo militaire An-26 de l'Armée de l'air ukrainienne qui s'est produit le 14 juillet dans la région de Lougansk, les vols de l'aviation sont suspendus jusqu'à nouvel ordre", indique le service de presse.

Lundi, les forces d'autodéfense de la république populaire autoproclamée de Lougansk ont annoncé avoir abattu un avion-cargo militaire ukrainien près de la frontière russo-ukrainienne et fait prisonniers les membres de l'équipage.

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 12:40
Ukraine: Moscou envisage des "frappes ciblées"

 

14/07/2014 Par Lefigaro.fr (AFP)

 

La Russie étudie la possibilité de "frappes ciblées" sur le territoire ukrainien après la chute d'un obus dans une ville russe frontalière qui a fait un mort, a indiqué aujourd'hui le journal russe Kommersant, citant une source proche du Kremlin. "Notre patience a des limites", a rapporté cette source au quotidien, ajoutant qu'"il ne s'agissait pas d'une quelconque action à grande échelle, mais exclusivement de frappes ciblées et ponctuelles sur des positions d'où sont effectués les tirs sur le territoire russe". Selon la source, citée par Kommersant, Moscou "sait exactement d'où les tirs sont effectués".

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 11:40
Ukraine/est: les combats s'intensifient (13 Juillet)

 

DONETSK, 13 juillet - RIA Novosti

 

D'intenses combats sont engagés aux environs de Lougansk, l'armée ukrainienne ayant mobilisé près de 70 chars, a annoncé dimanche à RIA Novosti le commandant des forces d'autodéfense de la République populaire autoproclamée de Donetsk Igor Strelkov.

 

"Aux environs de Lougansk d'intenses combats sont engagés. L'adversaire a mobilisé près de 70 chars. Selon une information non confirmée pour le moment, des unités de troupes spéciales (spetsnaz) ont été parachutées dans la ville", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

 

Selon lui, la situation autour de la ville de Donetsk reste également très tendue.

 

"Le long de la ligne du front, des tirs d'artillerie continuent, l'adversaire mobilise un grand nombre de blindés, de canons d'artillerie et d''hélicoptères. Depuis le sud et de l'ouest, des colonnes de soldats ukrainiens avancent vers la ville" a-t-il précisé.

 

Les troupes loyalistes resserrent l'étau autour des villes de Donetsk et de Lougansk, principaux bastions des insurgés suite au retrait des brigades populaires de Slaviansk et de Kramatorsk. Kiev espère que le blocus total de ces deux villes forcera les combattants à déposer les armes.

 

Les chefs indépendantistes affichent quant à aux leur détermination à livrer bataille contre les forces gouvernementales à Donetsk, ce qui devrait selon eux "marquer un tournant" dans leur conflit avec Kiev.

source Ria Novisti

source Ria Novisti

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories