Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 08:30
photo Patrick Baz -MarineNationale

photo Patrick Baz -MarineNationale

 

26/02/2015 Par Valérie LEROUX à bord du Porte-Avions Charles de Gaulle  -Lepoint.fr (AFP)

 

Le porte-avions Charles de Gaulle va relever d'ici avril son pendant américain, l'USS Carl Vinson, pendant plusieurs jours dans le Golfe, une première entre les deux marines, explique à l'AFP le contre-amiral Eric Chaperon, commandant du groupe aéronaval français.

 

Q : Pourquoi avoir engagé cette semaine le Charles de Gaulle dans la coalition internationale contre Daech (groupe Etat islamique) en Irak, alors que 15 chasseurs français, stationnés aux Emirats arabes unis et en Jordanie, y participent déjà ?

R : Vu l'étendue du théâtre, la coalition n'a pas suffisamment d'avions (...) Cette puissance est aussi intéressante à ce stade de la campagne parce qu'on sent bien qu'aujourd'hui, Daech est en difficulté. Le porte-avions offre une réserve de puissance très flexible. Si un effort particulier devait être nécessaire (en soutien des forces irakiennes), sur Mossoul ou d'autres sites, il est l'instrument idéal. Ce n'est pas non plus qu'un outil de puissance ou une vitrine technologique, comme certains voudraient le suggérer. C'est aussi un instrument politique, un signal politique fort à l'adresse de Daech, mais aussi et peut-être surtout de nos partenaires.

 

Q : Vous êtes engagés aux côtés du porte-avions USS Carl Vinson. Comment les deux bâtiments coopèrent-ils au sein de la coalition ?

R : Le Carl Vinson va être relevé et c'est nous qui assurerons la permanence pendant la relève. Pour la première fois dans un dispositif américain, le rôle du porte-avions sera tenu par un porte-avions français. C'est bien la marque de la confiance qui unit les deux marines et du niveau d'interopérabilité auquel on est parvenu. Après la relève, le groupe du (porte-avions) Roosevelt se présentera. On va même réaliser des vols conjoints, c'est-à-dire qu'on aura une patrouille avec un avion français et un avion américain. Cela aussi, ça ne s'est jamais fait. On a par ailleurs une frégate britannique dans notre groupe. Là aussi, c'est la première fois qu'une frégate britannique remplace nombre pour nombre une frégate française. C'est un signe très encourageant pour la relation franco-britannique et pour la défense européenne.

 

Q : Quels sont les défis militaires, techniques d'une mission dans le Golfe, une région parmi les plus exposées du monde ?

R : C'est une zone compliquée pour des porte-avions. Vous avez énormément de pêcheurs, de navigation commerciale. Les plateformes pétrolières génèrent des flux d'embarcations, d'hélicoptères. On s'astreint à ne pas les survoler. Il suffit aussi de voir la carte des trafics aériens pour comprendre que la vie de nos pilotes n'est pas simple. La météo est assez capricieuse. On passe de phases sans vent, où les porte-avions sont obligés d'aller vite (afin de créer du vent sur le pont pour les avions), ce qui dans le trafic peut être très compliqué, à des phases où le vent vous amène du sable. On est aussi à proximité des côtes iraniennes, de leur zone d'entraînement. Donc, il faut éviter toute situation de méprise ou d'incompréhension.

Partager cet article

Repost0
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 17:35
China outpaces America in sub numbers – US admiral

 

February 26, 2015 RT.com

 

The Chinese Navy now has more diesel and nuclear attack submarines than America does, a US Navy admiral told lawmakers. Some of them are “fairly amazing” and Beijing is exploring new ways of projecting its power on the seas.

 

The Chinese are experimenting with new geographic location, length of missions and new weapons, Vice Admiral Joseph Mulloy, deputy chief of naval operations for capabilities and resources, told the House Armed Services Committee's Seapower Subcommittee on Wednesday.

 

“They may not be the same quality, but their submarine forces are growing at a tremendous rate. They now have more diesel and nuclear attack submarines than we have,” the admiral told the lawmakers. “They are producing some fairly amazing submarines and they are actually deploying them.”

 

The Chinese naval missions included at least three deployments into the Indian Ocean, Mulloy told the committee. They can also send strategic ballistic missile submarines on missions lasting for 95 days.

 

“We don't think they have nuclear weapons on board, but we've seen them producing the missiles and testing them,” the admiral said. "We know they are out experimenting and looking at operating and clearly want to be in this world of advanced submarines.”

 

The US Navy reported having 71 commissioned submarines. The Chinese, according to Pentagon estimates voiced last year, has 77 principal surface combatant ships, more than 60 submarines, 55 large and medium amphibious ships, and about 85 missile-equipped small combatants.

 

Despite having world largest defense budget, the US has been looking wearily at other nations building up their armed forces. China is investing heavily in new technology, seeking to project its military power in the Pacific region.

 

Washington has repeatedly criticized Beijing, saying it’s using its military to put leverage on other regional players, including US allies like Japan and South Korea, in territorial disputes.

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 21:30
source War Is Boring

source War Is Boring

 

25.02.2015 by JASSEM AL SALAMI – War is Boring

 

Tehran plans to swarm U.S. ships with missiles and speedboats

 

Iran has carried out a massive attack on a mock version of an American Nimitz-class aircraft carrier. Tehran wanted everyone to know about it—state TV broadcasted the military exercise live. It’s a revealing look at Iranian naval assault tactics, involving several waves of ships backed by helicopters and shore-launched missiles. The timing isn’t a coincidence. The United States and Iran are deadlocked over a deal to curb Tehran’s nuclear program. The Iranians built the giant, 1:1-scale mock-up of the carrier on top of a barge almost one year ago. Photos released from Iranian news agencies on Feb. 25 now show it as a smoldering wreck. The missiles Iran fired at it are very real. But don’t panic. The exercise—known as Great Prophet 9—didn’t factor in American escort warships and warplanes responsible for defending real carriers. It was mostly just for show.

 

Read more

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 17:20
The Trident II D5 Fleet Ballistic Missile (FBM). Photo by Lockheed Martin

The Trident II D5 Fleet Ballistic Missile (FBM). Photo by Lockheed Martin

 

SUNNYVALE, Calif., Feb. 25 By Richard Tomkins (UPI)

 

Lockheed Martin reports two new successful flight tests of its Trident II D5 fleet ballistic missile by the U.S. Navy.

 

The tests of the missile were conducted in the Pacific Ocean from a submerged Ohio-class submarine.

 

The unarmed missiles, manufactured by Lockheed Martin, were converted into test configurations using kits with range safety devices and flight telemetry instrumentation that were produced by the company.

 

"These latest test flights demonstrate the reliability of the D5 missile and the readiness of the entire Trident Strategic Weapon System every minute of every day," said Mat Joyce, vice president of Fleet Ballistic Missile programs and deputy for Strategic & Missile Defense Systems, Lockheed Martin Space Systems. "The Navy program office, the submarine crews and the industry team never rest to ensure the safety, security and performance of this crucial deterrence system."

 

The two firings bring the number of successful flight tests of the missile since 1989 to 155, Lockheed Martin said.

 

The Trident II D5 is a three-stage ballistic missile. It can travel more than 4,000 nautical miles and carries multiple, independently targeted re-entry bodies.

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 13:30
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

24 février 2015 par Gil Roy – Aerobuzz.fr

 

Le porte-avions français rejoint la Task Force américaine dans le Golfe Persique pour participer aux combats contre l’Etat Islamique. Le groupe aéronaval (GAN) constitué autour du Charles de Gaulle est officiellement engagé dans l’opération Chammal en Irak. La diplomatie navale a encore de beaux jours devant elle…

 

On s’en doutait très fort depuis le départ du porte-avions de Toulon le 13 janvier dernier et c’est aujourd’hui officiel : le Charles de Gaulle, qui a franchit le détroit d’Ormuz, va prendre part aux opérations contre l’Etat Islamique en Irak. Le navire et son escorte (deux frégates, un pétrolier ravitailleur et un sous-marin nucléaire d’attaque, 2600 marins au total dans ce qui est appelé la « Task Force 473 ») a rejoint la Task Force 50 américaine, centrée quant à elle autour du porte-avions USS Carl Vinson. En attendant l’entrée en scène du Queen Elizabeth et de ses F-35 (2019 au plus tôt), la France reste donc le seul pays au monde capable de travailler en étroite coopération, on a presque envie de dire sur un pied d’égalité, avec l’aviation embarquée américaine.

 

Suite de l’article

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 12:20
Flight Ready: Atlantic Test Ranges Flight Test Support

 

24 févr. 2015 NAVAIRSYSCOM

 

Check out this behind-the-scenes look at what happens when the Navy's newest surveillance and reconnaissance unmanned air vehicle flies across the country for the first time. Learn more about the MQ-4C Triton test program, how the team prepared the air vehicle for flight and the innovative support solutions provided by Atlantic Test Ranges.

Partager cet article

Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 17:35
Ghosts of Iwo Jima

 

20 févr. 2015 US Navy

 

Deafening silence.

Snow lightly dusts the branches of the Christmas trees on this cold, gray Galloway, New Jersey morning.

The rows are neatly lined - this is a farm, after all. Its principle crop is Christmas trees. However, its true purpose seems to be the sale of home and family, of comfort, of peace and safety ... of silence.

A sharp, shrill metallic buzz slices the early morning tranquility. It sounds like a chainsaw at first, but soon reveals itself as a four-wheeled, all-terrain vehicle.

Wally Kaenzig sits at the helm, gleefully carving a path through the fresh-fallen snow.

He laughs - zipping around with the wild abandon of youth. Wally is 94 years old.

If anyone has earned the right to laugh, it's Wally. He spent 26 days in hell.

Wally is a survivor of Iwo Jima.

Partager cet article

Repost0
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 21:20
Entraînement interallié : le SNA Saphir en chasse

 

17 Février 2015 Source : Marine nationale

 

Après plusieurs jours de traque, sous la menace constante des avions de patrouille maritime P8 Poseidon et des destroyers de type Arleigh Burke, le commandant parvient à inscrire la silhouette massive du porte-avions nucléaire USS Theodore Roosevelt dans le réticule de son périscope. Encore quelques centaines de yards[1] et il sera en portée de tir. Le central-opérations retient son souffle : le Carrier Strike Group (groupe aéronaval) guette la moindre indiscrétion pour une réplique aussi fulgurante que létale.

 

C’est un scenario exaltant, digne des plus célèbres ouvrages d’espionnage qu’a vécu le sous-marine nucléaire d’attaque (SNA) Saphir lors de sa participation à l’exercice COMPTUEX (C2X) du Carrier Strike Group Theodore Roosevelt, qui marquait la fin de l’entrainement avancé de ce groupe aéronaval avant son déploiement prochain. Inséré en son sein du 22 janvier au 5 février, le SNA Saphir a successivement protégé puis menacé le porte-avions, au gré des thèmes retenus pour animer l’exercice.  En effet, après une phase initiale d’exercices tactiques (dont le Saphir était absent), l’exercice comprenait deux scenarios inspirés par l’environnement opérationnel des zones de déploiement permanent de l’US Navy, l’océan Indien et le Pacifique. Par ailleurs, un officier de l’état-major de l’amiral français commandant les forces sous-marines et la force océanique stratégique (ALFOST) était présent à Norfolk, pour conseiller sur l’emploi optimal du Saphir et faciliter son contrôle.

 

Immersion américaine

 

La variété des situations et des modes de contrôle s’est avérée précieuse pour améliorer l’interopérabilité de nos deux marines, et tirer les enseignements nécessaires pour préparer une coopération plus efficace sur le théâtre des opérations. Les moyens mis en œuvre par les États-Unis ont offert un environnement stimulant pour l’entrainement du Saphir ; la présence française a donné l’opportunité aux marins américains de travailler leurs procédures de coopération multinationale, ce qui n’est pas toujours acquis dans ces grands exercices. Les organisateurs de l’exercice ont loué la qualité du travail du Saphir, son aptitude à pénétrer les défenses sans contre-détection et sa flexibilité.

 

L’expérience américaine se prolonge pour le Saphir lors d’une escale à Norfolk, plus grande base navale au monde, du 6 au 12 février. À cette occasion, le vice-amiral d’escadre Louis-Michel Guillaume, amiral commandant la force océanique stratégiques (ALFOST), s’est déplacé pour rencontrer l’équipage, débriefer l’exercice et s’entretenir avec ses homologues américains.  L’entente entre nos deux marines océaniques, parmi les rares marines du monde à mettre en œuvre des sous-marins nucléaires, est plus forte que jamais.

 

Le cycle d’entrainement des forces aéronavales américaines.

 

La dimension de la marine américaine et les besoins permanents des commandants interarmées régionaux (Combattant Commanders) impliquent une organisation calibrée et cyclique de l’entrainement. Ainsi, les unités de chaque composante sont entrainées séparément, à la mer et en simulation, lors de la phase initiale (3 à 5 mois) avant d’être combinées progressivement lors de la phase intégrée (4 mois). Le COMPTUEX est la sortie à la mer la plus complexe. Il est suivi d’un entrainement synthétique pour maitriser les aspects interarmées, après quoi le groupe est certifié opérationnel.

 

[1] 0,9144 mètre dans le système métrique anglais. 2000 yard font 1 mile nautique.

Partager cet article

Repost0
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 12:20
Naval Air: V-22s Are The New COD

SOUTH CHINA SEA (Oct. 31, 2014) A V-22A Osprey from Marine Medium Tiltrotor Squadron (VMM) 262 lands aboard the amphibious assault ship USS Peleliu (LHA 5) during routine flight operations. Peleliu is the lead ship in the Peleliu Amphibious Ready Group and is conducting joint forces exercises in the U.S. 7th Fleet area of responsibility. (U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 1st Class Joshua Hammond/Released)

 

February 5, 2015: Strategy Page

 

 The U.S. Navy has decided, after more than five years of deliberation, to adopt the V-22 tilt rotor aircraft as its new COD (Carrier Onboard Delivery) aircraft. The plan is to initially buy four a year from 2018 to 2012, and see how that works out before buying another 20 or so.

 

As the U.S. Navy adopts the V-22 for COD missions it is likely that Britain and France might also adopt the V-22 for these missions. The only serious competitor for the COD contract was a proposal for an upgraded C-2. The C-2 and E-2 radar aircraft (but not the retired S-2 anti-submarine aircraft) were based on the same airframe. The E-2 has undergone several major upgrades and some of that tech was proposed for the new “C-2C”. There was a version of the S-2 used for COD but they are long gone.

 

The navy is currently using 35 elderly C-2As for COD. The C-2 can carry 4.5 tons of cargo (or 26 passengers), per sortie, to or from a carrier. Cruise speed is 460 kilometers an hour, and range is over 800 kilometers. The current C-2s date from the 1980s, and have recently been refurbished so they can keep at it until the early 2020s. Thus the navy was expected to make a decision soon or face a COD crisis.

 

Both V-22 and C-2 weigh the same (about 25 tons). The U.S. Marine Corps MV-22s can carry 24 troops 700 kilometers (vertical take-off on a ship, level flight, landing, and return) at 400 kilometers an hour. As a COD aircraft, the V-22 is similar as the C-2. That means a slightly slower (445 kilometers an hour) cruise speed, and the V-22 is more expensive to maintain, but can land on carrier more easily (as a helicopter) and can carry loads of up to 4.5 tons slung underneath. This enables the COD to deliver outsize objects (replacement components or structures for the ship, or aircraft parts that would not fit inside a C-2 or V-22.)

 

In 2011 the French Navy leased two U.S. Navy C-2A COD aircraft. This was a temporary solution to their need to deliver air cargo to their nuclear carrier (Charles de Gaulle) while the ship was heavily engaged supporting air operations over Libya. France has long used the similar E-2 radar aircraft, from which the C-2 was developed. But now Britain is building two carriers even larger than the de Gaulle and that means they are more likely to require a larger COD aircraft like the C-2 or V-22. In the past the British and French (and other nations with carriers) would improvise for COD, often taking a carrier based bomber aircraft to move freight. If close enough to land the helicopters every carrier embarked would be used.

Partager cet article

Repost0
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 12:20
Trois amiraux américains sanctionnés dans une affaire de corruption

 

Washington, 11 fév 2015 Marine & Océans (AFP)

 

La Marine américaine a annoncé mardi avoir sanctionné trois amiraux dans le cadre d'une affaire de corruption en Asie qui l'ébranle depuis des mois.

 

Les trois amiraux, qui n'ont pas été poursuivis par la justice dans cette affaire, ont reçu une "lettre de réprimande" de la part du secrétaire à la Marine, Ray Mabus, a annoncé la Marine.

 

Les lettres de réprimande mettent fin dans les faits aux carrières des officiers.

 

Les trois amiraux, le contre-amiral Terry Kraft, actuellement commandant des forces navales au Japon, le contre-amiral Michael Miller, en poste à l'école des officiers, et le contre-amiral David Pimpo, chargé de fonctions logistiques, ont été admis à faire valoir leurs droits à la retraite.

 

Les trois officiers "ont montré une faiblesse de jugement" et n'ont pas été à la hauteur de leurs responsabilités, a estimé M. Mabus dans un communiqué.

 

Selon la Marine, les officiers ont notamment reçus des cadeaux "inappropriés", et deux d'entre eux ont approuvé des liens avec une entreprise commerciale de manière là aussi "inappropriée".

 

Le procès des principaux accusés de l'affaire de corruption s'est ouvert début janvier en Californie. Un chef d'entreprise malaisien, surnommé "Fat Leonard", a plaidé coupable d'avoir corrompu des officiers pour obtenir des contrats d'avitaillement de navires américains lors de leurs escales en Asie.

 

Le patron de Glen Defense Marine Asia a reconnu avoir fourni de l'argent, des services de prostituées ou des mets de luxe pour obtenir les contrats. Selon l'accusation, les sommes en jeu se montent en millions de dollars.

Partager cet article

Repost0
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 17:20
photo Office of Naval Research (ONR)

photo Office of Naval Research (ONR)

 

08 Février 2015 Par US Navy - Marine & Océans

 

La Marine américaine pourrait déployer dans moins d’un an des embarcations armées robotisées, sans aucun marin à bord, pour escorter et protéger ses bâtiments de guerre dans des zones sensibles. Cette technologie, développée à partir des robots utilisés sur Mars par la Nasa, pourraient révolutionner les modes opératoires de la Marine américaine tout en posant de nouvelles questions sur le rôle croissant des robots en situation de conflit.

 

Cette information fait suite à la publication, par le Bureau des recherches navales américain, des résultats d’une démonstration sans précédent ayant engagé, en août dernier, treize embarcations rapides robotisées pour l’escorte d’un bâtiment sur la James river, en Virginie, dans le sud des États-Unis. Lors de cette simulation, cinq de ces embarcations, de 11 mètres de long, étaient chargées d’assurer la protection du bâtiment, tandis que huit autres devaient surveiller puis encercler un bateau suspect permettant au navire protégé de naviguer sans encombre dans la zone. L’exercice, mené pendant deux semaines, était destiné à simuler un passage dans un détroit qui « pourrait aussi bien être le détroit de Malacca que le détroit d’Ormuz », a expliqué le patron du Bureau des recherches navales, le contre-amiral Matthew Klunder. Un seul marin suffirait à opérer jusqu’à vingt de ces embarcations robotisées et à ouvrir le feu sur un bateau ennemi si l’ordre en était donné. Selon l’amiral Klunder cette technologie devrait permettre à la Marine américaine de préserver la vie de ses marins tout en renforçant ses performances. La technologie a été dévoilée peu avant le quatorzième anniversaire de l'attaque du destroyer USS Cole, à Aden, au Yémen, le 12 octobre 2000, qui avait vu un bateau bourré d’explosifs perforer la coque du bâtiment américain, tuant dix-sept marins et en blessant trente-neuf autres. « Si nous avions disposé à l’époque de cette capacité (avec les robots), je suis certain que nous aurions sauvé ce bateau », a confié le contre-amiral Klunder.

Partager cet article

Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 17:20
Department of the Navy - Open for Business


12 févr. 2015 US Navy

 

An overview of the Department of the Navy's buying activities and small business programs.

Partager cet article

Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 17:20
Northrop to produce additional airborne mine detection systems for US Navy

 

3 February 2015 naval-technology.com/

 

The US Navy has awarded a contract to Northrop Grumman for additional AN/AES-1 airborne laser mine detection systems (ALMDS).

 

Northrop will also manufacture five ALMDS pod subsystems and provide equipment, spares and technical support services.

 

Northrop Aerospace Systems electronic attack / maritime systems integration director Doug Shaffer said: "The airborne sensor has the capability to keep our sailors out of the minefield, and we are producing it while reducing the per-pod price over previous buys that helps enable the navy to meet their cost targets."

 

Northrop to produce additional airborne mine detection systems for US Navy

The helicopter-mounted ALMDS is capable of rapidly locating surface and near-surface moored mines and deactivating them before they cause harm to military or commercial vessels.

 

Using pulsed laser light and streak tube receivers integrated in an external equipment pod, the system generates 3D images of the complete near-surface volume area of the sea.

 

Mainly aimed at assisting US and allied ships to counter underwater mines, it will serve as a major component of the littoral combat ship mine countermeasures mission package.

 

The Northrop ALMDS team consists of Areté Associates, Cutting Edge Optronics, CPI Aerostructures, Curtiss Wright Defense Solutions and Meggitt Defence Systems.

 

To date, the US Navy has received 12 pods as part of four low-rate initial production lots.

 

Northrop has also delivered four pods to the Japan Maritime Self Defense Force for integration on EH-101 helicopters.

Partager cet article

Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 17:20
USS George Washington (CVN 73) Photo US Navy.

USS George Washington (CVN 73) Photo US Navy.

 

5 February 2015 naval-technology.com

 

The US Navy has awarded a contract to Huntington Ingalls Industries (HII) for advance planning of the refuelling and complex overhaul (RCOH) work on the Nimitz-class aircraft carrier USS George Washington (CVN 73).

 

The latest $224m modified contract will finance the planning work for the RCOH and purchase long-lead materials, including pumps, breakers, valves and steel, to support the fabrication of structural units.

 

Newport News Shipbuilding in-service aircraft carrier programmes vice-president Chris Miner said: "The company has worked closely with our navy partners, performing ship checks and selected planning tasks associated with the defuelling of the ship.

 

"This contract award allows us to move beyond defuelling and plan all the work associated with a full RCOH, which underscores the navy's continued commitment to ensuring this great national asset remains in the fleet and operational for another 25 years."

 

 

Work will be performed at HII's Newport News Shipbuilding unit, which has previously undetaken RCOH work on the initial four Nimitz-class ships.

 

USS Abraham Lincoln (CVN 72), the fifth vessel, is 60% complete and set for delivery in 2016.

 

RCOH involves refuelling of the reactors and refurbishing more than 2,300 compartments, 600 tanks and hundreds of distributive systems.

 

The project also involves an upgrade to the food service areas, aircraft launch and recovery systems, combat systems and its island.

 

HII started defuelling work on USS George Washington, which is scheduled for completion by July, last year.

Partager cet article

Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 17:20
USS Theodore Roosevelt Fuel Transfer


9 févr. 2015 US Navy

 

ATLANTIC OCEAN (Feb. 6, 2015) Sailors aboard the aircraft carrier USS Theodore Roosevelt (CVN 71) participate in a replenishment at sea (RAS) with the Military Sealift Command combat support ship USNS Arctic (T-AOE 8). U.S. Navy ships conduct periodic RAS events during prolonged periods at sea to resupply equipment, goods and fuel. Theodore Roosevelt is underway participating in composite training unit exercise (COMPTUEX), which test the Theodore Roosevelt Carrier Strike Group's ability to effectively react to real-world scenarios and perform as an integrated unit. (U.S. Navy video by Mass Communication Specialist 3rd Class Bounome Chanphouang/Released)

Partager cet article

Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 17:20
Construction continues on US Navy's John Warner submarine

USS John Warner during its final outfitting, testing and crew certification phase at Newport News Shipbuilding's submarine pier. Photo: courtesy of Ricky Thompson / HII.

 

4 February 2015 naval-technology.com

 

Construction work on the US Navy's latest Virginia-class submarine John Warner (SSN 785) is 96% complete.

 

The submarine is currently undergoing final outfitting, testing and crew certification phases at Huntington Ingalls Industries' (HII) Newport News Shipbuilding unit.

 

On schedule for delivery later this year, the submarine will undergo initial sea trials, including a series of operational assessments to demonstrate its capabilities.

 

Newport News Shipbuilding submarines and fleet support vice-president Jim Hughes said: "This is a special milestone for the shipbuilders and the crew.

 

"From now on, this ship will take on the personality of her crew as they move aboard. For the shipbuilders, it marks significant progress toward delivery and reminds us that we are not only building a warship, but a home for these sailors as they work to protect our country."

 

John Warner, which is the 12th Virginia-class submarine, is being constructed in compliance with navy requirements.

 

The vessel has sophisticated technology to improve firepower, manoeuvrability and stealth.

 

With a displacement of 7,800t, hull length of 377ft and a diameter of 34ft, Virginia-class submarines are capable of cruising at a maximum speed of more than 25k and can dive more than 800ft deep. They can also stay submerged for approximately three months at a time.

 

The vessels can be armed with Mark 48 advanced capability torpedoes, Tomahawk land-attack missiles and unmanned underwater vehicles, and can be used for anti-submarine, surface-ship warfare and special operations support.

Partager cet article

Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 12:50
Intégration de la Marne au sein de la force SNMG2

 

06/02/2015 Sources : Marine nationale

 

Après le soutien du groupe aéronaval français du 13 au 24 janvier 2015 durant sa phase de déploiement vers Port Saïd et une escale au Pirée en Grèce, le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Marne est actuellement intégré au sein de la force OTAN SNMG2 (Standing Nato maritime group).

 

Il s’agira de la troisième intégration pour la Marne après une mission en Méditerranée orientale en juin 2014 et la participation à l’exercice OTAN Noble Mariner au large des côtes espagnoles en octobre 2014.

 

Actuellement composé de frégates américaine, canadienne, italienne, turque et espagnole ainsi que de ravitailleurs allemand et espagnol, le groupe patrouille en Méditérannée centrale et en mer Adriatique et effectue des entraînements conjoints avec les forces de l’OTAN.

 

Au-delà de son soutien logistique à la mer, la Marne participera à plusieurs exercices (tir d’artillerie, manœuvre hélicoptère…) afin d’entretenir le savoir-faire interalliés. Ainsi, la prochaine escale programmée à Split en Croatie (pays membre de l’OTAN depuis 2009) sera l’occasion d’un exercice conjoint avec la marine croate.

 

L’intégration d’un bâtiment français au sein de la force SNMG2 est toujours une expérience opérationnelle extrêmement enrichissante d’un point de vue tactique mais également logistique. Elle permet notamment d’entretenir notre capacité à travailler en interalliées et d’affirmer notre engagement au sein de l’OTAN. En effet la lutte contre les trafics et activités terroristes est une des missions majeures du SNMG2 à travers l'opération Active Endeavour.

Partager cet article

Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 12:20
Photo NASSCO

Photo NASSCO

 

6 February 2015 naval-technology.com

 

The US Navy is set to christen the third mobile landing platform (MLP) ship on 7 February at the General Dynamics National Steel and Shipbuilding Company (NASSCO) shipyard.

 

USNS Lewis B. Puller is named in honour of lieutenant general Lewis "Chesty" Puller, who was awarded five navy crosses.

 

The vessel, which is the first MLP afloat forward staging base (AFSB) variant for the navy, is designed to support special operations including airborne mine countermeasures (AMCM), humanitarian assistance, disaster relief, amphibious and other combat missions.

"Upon being commissioned, it scheduled for deployment to the Gulf theatre to replace USS Ponce."

 

The 837ft-long MLP ships can cruise at a maximum speed of 15k and have a range of 9500nm. They can accommodate a crew of 34 from military sealift command and weigh 60,000t.

 

USNS Lewis B. Puller completed launch and float-off at the NASSCO yard last year and will undergo sea trials before being delivered later this year.

 

Upon being commissioned, it scheduled for deployment to the Gulf theatre to replace USS Ponce, which is the current temporary AFSB operating in the region.

 

With a capacity to accommodate 250 personnel and a large helicopter flight deck, the MLP AFSB is a capable and affordable asset for the navy and US Marine Corps.

 

NASSCO started construction of USNS Lewis B. Puller in February 2014 and in March a $128.5m contract was awarded for detail design and construction efforts to transform it to an AFSB variant.

Partager cet article

Repost0
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 12:20
US Navy unveils new virtual trainer to protect vessels from missile threats

 

2 February 2015 naval-technology.com

 

The US Navy has unveiled a new virtual trainer that will simulate air strikes and train seamen in how to protect vessels against electronic warfare threats.

 

Called Strike Group Defender, the multiplayer video game exposes players to a range of anti-ship missile attacks, where sailors need to select whether to react with decoy flares, infrared-tracking systems or firepower.

 

Claimed to be the navy's first multiplayer, game-based training programme to test and evaluate personnel in surface electronic warfare, the new trainer is built as part of the US Office of Naval Research (ONR) Integrated Air and Missile Defense (IAMD) Future Naval Capabilities (FNC) portfolio, managed by PMR-51.

 

ONR programme manager Scott Orosz said: "Strike Group Defender is an affordable, realistic way for personnel to understand and emulate the capabilities being developed in the IAMD FNC and learn how those improvements enhance the means to respond to threats navy ships face around the world.

 

"But beyond that application, this technology will allow sailors and marines to plan, experiment and train whenever they want, whether they are at sea or in a classroom."

 

The trainer was built in collaboration with MIT Lincoln Laboratory and games professionals Metateq and PipeWorks Studios, with assistance from the Naval Postgraduate School and ONR's own TechSolutions Programme.

 

Naval Postgraduate School research associate Perry McDowell said: "While the current content focuses on anti-ship missile defence tactics and training, the larger value of Strike Group Defender is an underlying ecosystem of technologies that we have not yet seen in the navy."

Partager cet article

Repost0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 20:20
USS George H.W. Bush (CVN 77) and USS Theodore Roosevelt (CVN 71)  ammo transfer


8 févr. 2015 US Navy

 

ATLANTIC OCEAN (Feb. 05, 2015) MH-60S Sea Hawk helicopters are used to transfer ordnance off the flight deck of the Nimitz-class aircraft carrier USS George H.W. Bush (CVN 77) to USS Theodore Roosevelt (CVN 71) while underway in the Atlantic Ocean. Theodore Roosevelt and George H.W. Bush are conducting training exercises in the Atlantic Ocean. (U.S. Navy videoby Mass Communication Specialist 3rd Class Bounome Chanphouang/Released)

Partager cet article

Repost0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 08:20
Navy delays fielding UCLASS to 2023

 

3 Feb 2015 By: Stephen Trimble - FG

 

A decade-long pursuit of an unmanned, carrier-launched surveillance and strike aircraft (UCLASS) must wait three more years. The Obama Administration’s fiscal 2016 budget request postpones the in-service milestone for the UCLASS aircraft by three years to FY2023. The programme has been held up since top Pentagon officials last September rolled it into a wider study of intelligence, surveillance, reconnaissance and targeting systems. A request for proposals is now scheduled for release in the second quarter of FY2016, with contract award set for the second quarter of FY2017. The first flight milestone for the selected aircraft is planned for the third quarter of FY2020, followed by the initial operational capability milestone three years later, according to Navy budget documents released on 3 February.

 

Read full article

Partager cet article

Repost0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 07:35
USS Olympia (SSN 717) - photo US Navy

USS Olympia (SSN 717) - photo US Navy

 

Séoul, 5 fév 2015 Marine & Océans (AFP)

 

Les Etats-Unis et la Corée du Sud ont donné le coup d'envoi jeudi de manoeuvres navales conjointes, auxquelles participe un sous-marin nucléaire américain, ce qui ne devrait pas manquer de provoquer les foudres de Pyongyang.

 

L'USS Olympia (SSN-717), sous-marin nucléaire de classe Los Angeles, avec environ 120 marins à bord, mouille au port de Jinhae (sud) depuis vendredi.

 

Pendant trois jours, les forces américaines et des bâtiments sud-coréens s'exerceront à détecter des sous-marins et bâtiments de surface ennemis dans des eaux voisines de la péninsule coréenne.

 

"Le but de cet exercice est d'accroître notre complémentarité opérationnelle, de renforcer notre coopération et d'améliorer l'état de préparation de nos marines", a déclaré un porte-parole de la marine américaine Arlo Abrahamson. "Il s'agit d'exercices de routine qui sont organisés régulièrement".

 

La régime nord-coréen voit chaque manoeuvre conjointe comme un entraînement à l'invasion de son territoire. Pyongyang demande avec constance qu'il y soit mis fin.

 

Les manoeuvres militaires annuelles américano-sud-coréennes, dites "Key Resolve" et "Foal Eagle", commencent début mars et pourraient provoquer un regain de tension sur la péninsule.

 

Les deux Corées sont techniquement toujours en guerre, n'ayant pas signé de traité de paix après l'armistice de 1953.

 

La Corée du Nord vient de proposer de suspendre tout nouvel essai nucléaire si les Etats-Unis annulent l'édition 2015 des exercices conjoints, ce que Washington et Séoul ont refusé.

 

Les Etats-Unis déploient en permanence en Corée du Sud près de 30.000 militaires et prendraient le commandement d'une force conjointe en cas de conflit avec la Corée du Nord.

Partager cet article

Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 08:20
Littoral Combat Ship 2014 Highlights


6 févr. 2015 Lockheed Martin

 

The U.S. Navy’s Freedom class littoral combat ship, a revolutionary surface combatant being built by a Lockheed Martin team achieved multiple operational and production milestones in 2014. Following USS Freedom’s return from deployment, the team laid the keel for LCS 11; christened and launch LCS 7; and deployed USS Fort Worth on a 16-month deployment to Southeast Asia. The LCS team is delivering on its commitment to building the agile, affordable next generation warships that the U.S. Navy needs.

Partager cet article

Repost0
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 08:20
President Obama Talks About the Nation’s Cybersecurity

5 févr. 2015 US Navy

All Hands Update February 6, 2015 #2
President Barack Obama Spoke at the National Cybersecurity and Communications Integration Center, calling for a continuing effort to defend the nation's computer systems.

Partager cet article

Repost0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 20:30
Chammal : l’US Navy remercie la FAA Jean Bart

 

05/02/2015 Sources : État-major des armées

 

Le 24 janvier 2015, 40 marins de la frégate Jean Bart ont reçu les honneurs de la marine américaine pour la qualité du travail effectué et la qualité des relations entretenues lors du déploiement de la frégate anti aérienne au sein du Carrier Strike Group One (CSG1) Vinson.

 

La frégate Jean Bart vient de passer trois mois dans le golfe arabo-persique au sein du Carrier Strike Group One (CSG1), à assurer la protection du porte-avions USS Carl Vinson et au contrôle de près de 4 000 aéronefs de la coalition en partance et retour de la zone d’opération du Levant, dans le cadre de l’opération Chammal.

 

Par la qualité des services rendus et son extension temporelle, soulignées par les américains, le Jean Bart a ainsi été rapidement considéré comme partie intégrante du groupe aéronaval. A ce jour, elle s’inscrit comme la frégate étrangère la plus présente autour du Carl Vinson lors ce déploiement.

 

Pour saluer cette intégration hors norme, aussi bien pour la France que pour les Etats-Unis, le commodore Stuffle, commandant les escorteurs du CSG1 (COMDESRON1), s’est rendu à bord du Jean Bart pour attribuer la Navy Achievement Medal et la Navy Commendation Medal à 40 marins. Par ces récompenses, ce n’est pas seulement le Jean Bart que les autorités américaines entendent remercier, mais bien, plus largement, la marine et les armées françaises pour la qualité de cet engagement à leurs côtés.

 

L’amiral Grady, commandant le CSG1, a ainsi voulu souligner que la marine française est l’une des rares marines capable de travailler au même niveau que l’US Navy en opération de haute intensité. L’amiral Grady indique dans son ultime message au Jean Bart :“Your operational attitude, innovation and can do attitude reflected great credit upon the legacy of the «Jean Bart», the French Navy and the strength of our longlasting partnership”.

 

Lancée le 19 septembre 2014, l’opération Chammal vise, à la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, à assurer un soutien aérien aux forces armées irakiennes dans leur lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Daech. Depuis le 5 octobre, suite au renforcement du dispositif, les forces françaises s’appuient sur neuf avions Rafale, six Mirage 2000D un avion de ravitaillement C135, et un avion de patrouille maritime Atlantique 2. Le Jean Bart a quitté l’opération le 28 janvier, après trois mois de déploiement dans le golfe arabo-persique.

Chammal : l’US Navy remercie la FAA Jean Bart
Chammal : l’US Navy remercie la FAA Jean Bart

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories