Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 07:20
Liquidmetal Missile Canard Targeted for Future LM EAPS Test Flight

 

Oct 15, 2013 ASDNews Source : Liquidmetal Technologies

 

Liquidmetal® Technologies, Inc. (OTCQB: LQMT), the leading developer of amorphous alloys, has delivered missile canards that are being fitted for a future test of Lockheed Martin’s [NYSE: LMT] EAPS (Extended Area Protection and Survivability) missile.

 

The EAPS missile is an advanced performance, highly affordable hit-to-kill missile interceptor designed to defeat Rocket, Artillery and Mortar (RAM) targets with significantly reduced probabilities for collateral damage. Working in collaboration with Lockheed Martin’s advanced design team, Liquidmetal’s unique alloy and processing methods are yielding parts with remarkable dimensional consistency and precision at an unmatched level of affordability in comparison to any other precision fabrication method.

 

Read more:

Repost 0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 07:20
Air Force, Marines Clearing APKWS Guided Rockets for F-16, A-10 and AV-8B

In April 2013 an Air Force A-10 Warthog launched APKWS FW guided rockets from altitudes of 10,000-15,000 ft at an airspeed of 348 knots. Photo  BAE Systems

 

October 15, 2013 defense-update.com

 

The U.S. Central Command (CENTCOM) confirmed the success of recent tests conducted with a fixed wing variant of the Advanced Precision Kill Weapons System (APKWS) laser-guided rocket. The tests were performed by the Direct & Time Sensitive Strike Weapons Program Office (PMA-242), demonstrating robust design of the and the completion of the Joint Capability Technology Demonstration (JCTD) with the U.S. Air Force, U.S. Navy, and U.S. Marine Corps. The conclusion of the JCTD is the next step toward evaluating the addition the Fixed Wing variant to the current APKWS Program of Record.

“The variety of tests helped us evaluate weapons systems build up, loading and delivery, and later, illustrate that the weapon would perform, as designed, to hit stationary and moving targets,” Bill Hammersley, the JCTD technical manager, said. “The success of these tests means that an aircraft pilot will be able to carry seven guided rockets in one launcher that weigh less than a single 500 lb. bomb, allowing for more shots in a single sortie,” added Hammersley.

“Fixed wing APKWS uses a different guidance control system to compensate for the higher altitude and longer range employments of the weapon,” Cmdr. Alex Dutko, Airborne Rockets /Pyrotechnics deputy program manager for PMA-242 explained. “The deployment mechanism had to be redesigned in order to overcome the higher aerodynamic forces of the fixed wing environment.” Guidance section tests not only demonstrated design robustness but also helped reduce risk in subsequent live-fire tests, Dutko continued. Rocket testing included ground launches and two different aerial launches, performance and MUA shots. Flight launches were tested from the A-10 Thunderbolt II, AV-8B Harrier II, and F-16 Fighting Falcon.

“These latest test results underscore the power and versatility of the APKWS technology and provide further proof that the system can be launched off of any platform capable of shooting an unguided 2.75-inch rocket,” said David Harrold, director of precision guidance solutions at BAE Systems. “Since its introduction on Marine Corps helicopters in combat operations, the APKWS rocket has proven its ability to defeat a broad range of targets. This test is an important step in bringing that same capability to fixed-wing aviators.”

During the tests held since the spring of 2013 at the Eglin Air Force Base in Florida, APKWS rockets were fired from various aircraft at different altitudes. In April BAE reported that an Air Force A-10 Warthog launched the rockets at altitudes of approximately 10,000 and 15,000 feet, at airspeeds up to 348 knots. During this test the first controlled test-vehicle shot performed a series of pre-planned maneuvers to collect in-flight data. The second shot, into a 70-knot headwind, hit the target board well within the required 2 meters of the laser spot. The shot was laser-designated from the ground with a special operations forces marker.

To date, the APKWS rocket has been qualified on the AH-1W and UH-1Y helicopters, demonstrated on the Bell 407GT, and has been flown off the OH-58D Kiowa Warrior, the Beechcraft AT-6B, AV-8B and A-10. It is expected to be similarly qualified for use on several other rotary- and fixed-wing aircraft including the AH-64D/E Apache, the armed MH-60R/S, AH-6, AV-8B, F-16, and F/A-18. BAE Systems is the prime contractor for the APKWS rocket, the only U.S. program of record delivering precision guidance for 2.75-inch rockets.

Repost 0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 06:20
AGM-86B Air Launched Cruise Missile

AGM-86B Air Launched Cruise Missile

Oct. 15, 2013 by Jon Hemmerdinger – FG

 

Washington DC - The US Air Force (USAF) is moving forward with the development of a nuclear-capable long-range standoff (LRSO) missiles, announcing it is conducting market research to identity companies that could help build the weapons.

 

The government has invited interested industry members to attend an “industry day” on 31 October to provide feedback on the USAF’s LRSO acquisition strategy, according to a request for sources posted on FedBizOpps.gov.

 

With feedback from industry, the USAF is expected to craft an acquisition strategy, which it will then present to the Pentagon for approval.

 

LRSO weapons are classified “special access” by the government, meaning industry members must have top secret security clearance to be involved in the project.

 

The weapons, which will replace the USAF’s current air-launched cruise missiles (ALCM), will be able to penetrate and survive integrated air defence systems and “prosecute strategic targets in support of the Air Force's global attack capability and strategic deterrence core function”, according to the Pentagon’s budget justification documents.

 

The Boeing AGM-86 family of ALCMs have been operational since 1986. They are winged missiles powered by a Williams F107 turbofan engine. They are typically launched from Boeing B-52 aircraft and use GPS receivers to strike targets, according to the USAF’s website

 

After being launched, wings, tail surfaces and the engine inlet deploy from the weapon.

 

ALCMs can fly complex routes over terrain using a “terrain contour-matching guidance system,” says the USAF.

 

USAF budget justification documents show that more than $600 million was requested over the next five years to begin development of the LRSO missile.

 

The USAF documents describe the LRSO as being capable of penetrating into airspace protected by an integrated air defence system from a "significant" stand off range.

Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 21:35
How did China get its hands on an Apache?

10/15/2013 Defence IQ Press

 

Has China cloned an AH-64D Apache? Or has it got its hands on the real thing? A photo that surfaced on the China Defence Blog suggests one of the two scenarios must be true.

 

Speculation is mounting that it could be a downed Apache picked up in Iraq, such as in the 2003 attack on Karbala where two U.S. pilots and their rotary wing craft were captured. At the time, US authorities claimed to have destroyed the helicopter in an airstrike the following day. It could either be the actual Apache that was shot down, or it could be the result of an elaborate reverse engineering effort on China’s part to create a perfect copy of the helicopter.

 

Another question is why was it not covered up? Transporting an illicit piece of military hardware like an Apache in broad daylight and within range of anyone with a point-and-shoot camera doesn’t appear to make sound military strategy. It’s led some to claim it may be nothing more than a movie prop, although that seems unlikely given the level of detail clearly on show in the photographs.

Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 16:20
USAF planning to award second C-130J multiyear contract

 

Oct. 14, 2013 by Dave Majumdar – FG

 

Washington DC - The US Air Force has signaled its intention to award Lockheed Martin a second multi-year procurement deal for 79 C-130J Hercules tactical transports.

 

“The Air Force Life Cycle Management Center is planning for the procurement of seventy-nine C-130J aircraft or C-130J variants, associated mission equipment, and related support for all systems for FY14-FY18 [fiscal year 2014-fiscal year 2018] multi-year buy, with an option to purchase the USCG [US Coast Guard] five HC-130J aircraft,” says a USAF document.

 

The 79 aircraft are to be delivered between FY2016 and FY2020. According to Pentagon budget documents, the procurement would primarily cover the construction of USAF special operations aircraft, including 43 HC/MC/AC-130J variants. The remaining airframes would consist of 29 conventional C-130Js and seven US Marine Corps KC-130J tankers.

 

Lockheed has so far delivered more than 290 C-130Js to 13 countries. The company hopes to deliver its 300th example before the end of this year.

Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 12:35
A U.S. Apache attack helicopter appears in China. Did they clone it?

Oct 14 2013 - By David Cenciotti - theaviationist.com

 

Images have surfaced on the Chinese Internet of what seems to be an actual AH-64D Apache or a real-size copy of the world’s most famous attack chopper.

The helicopter, on a truck, seems to be in the process of being moved even if it is at least strange that it is is not hidden below a protective covering, as happened for other mysterious choppers spotted on the move in China.

It’s not easy to guess how Beijing put their hands on the helicopter. It could be one of the U.S. Army Apaches downed or crash landed in Iraq, that was later fixed and exported in China.

 

Read more

Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 12:30
Iranian Smugglers Slowed But Not Stopped

 

October 15, 2013: Strategy Page

 

A U.S. court recently sentenced two Singapore men to prison (for 34 and 37 months) after convicting them of illegally shipping American electronic items to Iran. This ended several years of investigations and legal proceedings. The case first became public in 2011 when American criminal investigators, in cooperation with their counterparts in Singapore tracked down and arrested five Singaporeans who had arranged for 6,000 American made radio frequency modules (RFMs) to be diverted to Iran. This was illegal, and was orchestrated by an Iranian citizen who was never arrested. Between 2008 and 2010 sixteen of these RFMs were found in unexploded roadside bombs in Iraq. It was eventually found that the RFMs, and other components of the bombs, had been smuggled into Iraq from Iran. Four companies were used to deceive American export controls so that the RFMs could be redirected to Iran. Singapore eventually agreed to extradite two of the men to the United States for prosecution. The other three were found not guilty (or not guilty enough) in Singapore.

 

The war on Iranian arms smuggling has been intensifying in the last decade. Most countries cooperate, but not all. While Turkey has been getting cozy with Iran, the Turks still enforce international trade sanctions against Iran. But as Turkey encourages its companies to do more business with Iran, there are more opportunities to smuggle forbidden goods to assist Iranian nuclear weapons and ballistic missile projects. Iran takes advantage of this whenever possible.

 

Germany was once a favorite place for Iran to buy equipment for their ballistic missile and nuclear weapons programs but over five years ago the Germans began cracking down. For example, in 2008, a German citizen was prosecuted for running a weapons related smuggling operation. The defendant shipped 16 tons of high-grade graphite, used for making rocket nozzles, to Iran in 2005-7. The defendant mislabeled the graphite as low-grade, which was legal to sell to Iran. Another ten tons of the high-grade graphite was caught by Turkish customs officials. Germany adopted stricter export rules for Iran three years ago, and promptly began seeking out and prosecuting those who ignored the ban. This did not stop the Iranians from using Germany as a source of forbidden goods. In response Germany have been prosecuting people for exporting special metals and manufacturing equipment needed for ballistic missile warheads. All this slows down the Iranians but has not stopped them.

 

Ever since the U.S. embargo was imposed in 1979 (after Iran broke diplomatic protocol by seizing the American embassy), Iran has sought, with some success, to offer big money to smugglers who can beat the embargo and get needed industrial and military equipment. This is a risky business, and American and European prisons are full of Iranians, and other nationals, who tried and failed to procure forbidden goods. The smuggling operations are currently under more scrutiny, and attack, because of Iran's growing nuclear weapons program. But the Iranians simply offer more money, and more smugglers step up to keep the goodies coming.

Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 12:20
M84 stun grenade

M84 stun grenade

October 15, 2013: Strategy Page

 

U.S. SOCOM (Special Operations Command) has had a scalable offensive hand grenades developed and has spent over $40 million buying large quantities. Scalable refers to grenades that can have different amounts of their explosives removed by the user to produce different results. With the minimal charge the grenade is basically a “flash-bang” that is meant to disorient (with a loud noise and bright flash) people not really kill or injure. By adding 1-3 additional “increments” of explosives the user makes the grenade effective over a wider area and potentially lethal. These scalable grenades depend on explosives to injure, not fragments. They are also a lot more expensive, but for SOCOM operators the additional flexibility is often the difference between success and failure in an operation.

 

American Offensive hand grenades have been around since 1918, when they were invented for troops fighting in close quarters (enemy trenches). It was found that these grenades were also useful inside buildings and caves. Thus the Mk3 grenade kept getting upgraded and was the basis of the scalable version. The current Mk3A2 is made of waterproofed fiberboard with minimal metal components. The Mk3A2 weighs 440 gr (15.4 ounces) has a five second fuze and contains 228 kg (8 ounces) of TNT.

 

Stun (or “flash bang”) grenades were invented for British SAS commandos in the 1960s. These weapons do not use explosives but rather have a fire and shatter proof body with perforations for momentary bright light and very loud noise to escape. The effect is most intense 1-2 meters (up to six feet) from the detonation. A current example is the U.S. M84 stun grenade. This weighs 236 gr (8.2 ounces) and uses a 4.5 gr (.16 ounce) magnesium/ammonium nitrate mixture and a 1-2.3 second fuze to generate up to 180 db of sound and 6-8 million Candela of light for up to 1.5 meters (five feet away).

Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:45
Abou Anas Al-Libi, membre présumé d’Al-Qaïda, transféré à New York

 

15/10/2013 45eNord.ca (AFP)

 

Une semaine après sa capture controversée à Tripoli, le Libyen Abou Anas al-Libi, responsable présumé d’Al-Qaïda, a été transféré à New York où il devrait comparaître dès mardi.

 

Il a été «transféré ce week-end [...] directement à New York où il est inculpé depuis plus de dix ans. Le gouvernement pense qu’il sera présenté à un officier de justice demain», a annoncé lundi le procureur de Manhattan Preet Bharara dans un bref communiqué.

 

Libi, 49 ans, avait été inculpé à New York en 2000 en lien avec des attentats contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, et le FBI offrait jusqu’à 5 millions de dollars pour sa capture.

 

L’attentat de Nairobi avait tué 213 personnes, dont 12 Américains, et fait plus de 5.000 blessés le 7 août 1998. L’attentat de Dar es Salaam, simultané, avait fait 11 morts et 85 blessés.

 

Libi a été capturé le 5 octobre devant chez lui à Tripoli par les forces spéciales américaines, et d’abord transféré à bord d’un navire de l’US Navy en Méditerranée, le USS San Antonio, pour y être interrogé, hors la présence de tout avocat.

 

Tripoli a réclamé sa remise, en vain

 

Les Américains l’accusent d’avoir notamment mené, dès 1993, des opérations de surveillance «visuelle et photographique» de l’ambassade américaine à Nairobi.

 

L’année suivante, selon l’acte de mise en accusation, Libi, considéré comme un expert en informatique, avait étudié avec d’autres membres d’Al-Qaïda plusieurs cibles possibles d’attentat, dont l’ambassade américaine à Nairobi, l’agence américaine pour le développement international dans la même ville, et des «cibles britannique, française et israélienne à Nairobi».

 

Son groupe était allé ensuite rapporter ses informations à Oussama Ben Laden au Soudan.

 

Libi avait été inculpé à New York en 2000 avec 20 autres membres présumés d’Al-Qaïda, notamment de complot visant à tuer des citoyens américains et complot visant à détruire des bâtiments et propriétés des Etats-Unis, en lien avec les attentats en Afrique.

 

Plusieurs de ces inculpés, dont Oussama Ben Laden, sont morts depuis.

 

De son vrai nom Nazih Abdul Hamed al-Raghie, Libi avait été membre du Groupe islamique de combat libyen (Gicl) avant de rejoindre Al-Qaïda à ses débuts. Les Américains espèrent qu’ils pourront en obtenir de précieuses informations sur les premières années du groupe.

 

Dans les années 90, il avait vécu au Royaume-Uni, où il avait obtenu l’asile politique, selon le FBI.

 

La Libye, très embarrassée par sa capture qui a provoqué la colère de groupes d’ex-rebelles et de partis politiques, a dénoncé un «enlèvement», affirmant qu’elle n’en avait pas été prévenue.

 

Tripoli a convoqué après la capture l’ambassadrice des États-Unis, et le Congrès général national libyen (CGN), la plus haute autorité politique de Libye, a demandé, en vain, «la remise immédiate du citoyen libyen», qualifiant le raid américain de «violation flagrante de la souveraineté nationale».

 

Mais le président des États-Unis Barack Obama a affirmé qu’il serait jugé par la justice américaine.

 

«Nous savons que Libi a aidé à planifier et à mettre en oeuvre des complots qui ont abouti à la mort de centaines de personnes, dont de nombreux Américains. Nous en avons des preuves solides. Et il sera traduit en justice», a-t-il assuré.

 

Les États-Unis ont agi conformément aux «lois internationales sur la guerre, au fait que nous sommes habilités, d’après la loi internationale, à nous défendre», a également affirmé la semaine dernière la porte-parole du département d’Etat, Marie Harf.

 

Les États-Unis ont refusé de dire s’ils avaient demandé la permission d’intervenir au gouvernement libyen.

Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:35
Australians Invest Millions To Upgrade Facilities For Marines

Marines with Marine Rotational Force-Darwin sprint to their first station wearing full gear during a May 23 squad competition at a training range in Australia. (Sgt. Sarah Fiocco / Marine Corps)

 

Oct. 14, 2013 - By GINA HARKINS – Defense News

 

The Australian government will begin a multimillion-dollar construction project this month at two military facilities to accommodate future rotations of up to 2,500 US Marines.

 

Australia’s defense department announced Friday that it awarded $11 million for new facilities at the Australian army’s Robertson Barracks and the Royal Australian Air Force Base in Darwin, according to a news release. The project will ensure “appropriate living and working accommodation is available for the US Marine Corps.”

 

The Corps’ presence in Australia’s Northern Territory is expected to increase dramatically next year when, starting in the spring, about 1,200 Marines arrive for six months of training in the region. The last two rotations comprised about 200 Marines. By 2016, the U.S. expects to deploy a full Marine air-ground task force numbering 2,500 personnel, officials have said.

 

To date, the company-size units rotating through Darwin have stayed at Robertson Barracks. But with aviation support in tow next year, about 130 Marines — along with four heavy-lift helicopters — will be stationed at the air force base, the news release says.

 

The construction projects are expected to begin in coming weeks and will be completed by the end of February.

 

About 200 Marines and sailors with Lima Company, 3rd Battalion, 3rd Marines, recently returned home to Hawaii, having spent six months Down Under as Marine Rotational Force-Darwin. It’s unclear which unit will deploy next.

 

Before leaving in September, US and Australian forces conducted a battalion-level training event at Bradshaw Field Training Area, located in the remote Australian outback. About 750 Marines and sailors from the 31st Marine Expeditionary Unit joined 150 Marines with MRF-Darwin and 100 Australian troops.

 

The exercise helped commanders identify the advantages and limitations of the training field, said Col. John Merna, the 31st MEU’s commanding officer. They found that its location, about 200 miles inland from the shallow waters of the Coral Sea coastline, presented some logistical challenges.

 

“It’s very austere,” Merna told Marine Corps Times. “Any time you can go into a training area that’s an established training area, it’ll be more useful and effective. So more facilities, harder structures, communications — things that are more permanent — [would be] helpful.”

Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:35
Think Tank: Taiwan - the missing piece in the rebalance puzzle

 

15 October 2013 By Alexander Neill – Pacific Sentinel

 

In the wake of the US President’s decision to pull out of any engagements in Asia surrounding the APEC summit in Bali last week, critics of the US rebalance to Asia policy have exploited his absence as evidence of US regional strategic bluster.

 

For the most part, the Chinese media avoided the temptation of hubris, taking a more conciliatory tone and played up the central role of China’s regional economic engagement at the summit. Chinese leaders will have recalled the abrupt departure by Hu Jintao from the G8 summit in Italy in 2009 as insurrection broke out in troubled Xinjiang.

 

The US has been very quick off the mark with rebuttals, proclaiming the Asia pivot to be firmly rooted in Washington DC’s foreign policy. Standing in for the President, Secretary of State Kerry’s presence in Bali was a notable exception to his predisposition for the quagmire in the Middle East, viewed by many as another counterweight to the Asia pivot.

 

World attention in Bali has focused on the windfall presented to Chinese President Xi Jinping, allowing China to steal centre stage. Xi has made a whirlwind circuit through the region on a state visit to Jakarta, then on to Kuala Lumpur before returning to Indonesia for the APEC summit.

 

China is now Indonesia’s second largest trading partner, with bilateral trade amounting to US$66 billion in 2012. During the state visit, both countries agreed to increase bilateral trade by a further $15 billion by 2015.

 

In Malaysia, China agreed a five-year plan to boost bilateral trade to US$160 billion by 2017. With these kinds of figures thrown into the mix of China’s increasingly dexterous Southeast Asian diplomacy, it’s difficult to imagine how the US couldn’t have been upstaged at Bali. But the US, facing the looming shadow of debt default as the shutdown continues, has put on a brave face, confident that a final deal on the Trans Pacific Partnership can be achieved by year end.

 

Another casualty of the paralysis in Washington is its stake in Taiwan. While acrimony between China and Japan lingered beneath the veneer of economic engagement at the summit, the cross-strait relationship between Taiwan and China appeared to demonstrate new momentum. Heralded as a milestone meeting, Xi Jinping’s discussions with Vincent Siew, Taiwan’s senior envoy and former Vice President, added a new twist to the debate over China’s strategic intent in the Asia–Pacific.

 

Xi called for an end to institutionalised procrastination over Taiwan’s reunification with China, describing Taiwan and China as ‘one family’. He insisted that the time is right for political discussions on the cross-strait relationship, without the conditional tones which infused statements on the same issue under Hu Jintao’s leadership.

 

Aside from the showcase handshake between Siew and Xi, another sign of acceleration in the thaw in cross-strait relations was a meeting between the head of Taiwan’s Mainland Affairs Council, the Taiwanese executive body tasked with managing relations with the People’s Republic, and the head of China’s Taiwan Affairs Office. Both bodies have served as rubber stamp outfits over the years, while the real business has been conducted behind closed doors within the Kuomintang-Communist Party ‘party-to-party’ framework, initiated by Hu Jintao and Lien Chan in 2005 and fast-tracked after the KMT regained power in 2008. At the Bali meeting, both bodies formally referred to their respective official designations. It’s rumoured that significant progress may have been achieved in the establishment of representative offices in Beijing and Taipei.

 

China’s economic integration of Taiwan in recent years is a good example of how Beijing is courting ASEAN member states. With China’s burgeoning economic clout in the neighbourhood, Taipei, Seoul, Tokyo and ASEAN member states are beginning to hedge their approaches to the US. Some of these approaches seem ad hoc at best, others more developed into what resembles coherent strategy.

 

A confidant of Taiwanese President Ma Ying-jeou and former National Security Secretary General, Su Chi best sums up the predicament of US friends and allies on China’s littoral as: ‘the tail wagging two dogs’. The biggest question mark is whether or not Xi Jinping will sacrifice the hitherto sacrosanct cross-strait status quo in order to pursue the reunification agenda with as much vigour as China’s other core concerns.

 

The lingering fissure in the integrity of the motherland is apparently of such pressing concern for the Chinese communist party that an additional tenth dash recently appeared off Taiwan on Chinese maps showing China’s maritime territorial demarcation. Crucial to any political progress across the strait will be military de-escalation and the offer by both sides of military confidence building measures. Former Premier Wen Jiabao had hinted in 2010 at de-targeting the PLA’s missiles pointed at Taiwan but it appears the opposite has happened. The PLA’s strategic rocket force known as the second artillery corps has now deployed its new anti-ship ballistic missiles across the strait.

 

Taiwan is still China’s greatest concern, and the issue has driven the modernisation of the People’s Liberation Army for the last decade. A few years ago, defence analysts in the US warned that the military balance across the strait was tipping in favour of the PLA (PDF). According to Taiwan’s 2013 National Defense Report released on 8 September, China will be able to successfully invade Taiwan by 2020. And as Chairman of the Central Military Commission, Xi may also feel emboldened by the decline in Taiwan’s defence spending.

 

Traditionally, Taiwan has kept the US in the loop on important junctures in cross-strait relations and Washington has been careful not to engage with Beijing on such issues over the head of Taipei. Post shutdown, as the White House resuscitates its rebalance to Asia, Congress would be well advised to review its commitments under the Taiwan Relations Act.

 

Alexander Neill is a Shangri-La Dialogue Senior Fellow for Asia-Pacific Security, at the International Institute for Strategic Studies-Asia, Singapore

 

This article first appeared on the ASPI "The Strategist" Blog

Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:20
URS Awarded Contracts to Support US Space and Naval Warfare Systems Center Atlantic

Oct 15, 2013 ASDNews Source : URS Corp.

 

    URS to Provide Business Technology, Network and Cyber Security Support Services to the U.S. Navy

    Contracts Have $1.8 Billion Aggregate Maximum Value to All Awardees

 

URS Corporation (NYSE:URS) today announced it has been awarded two indefinite delivery/indefinite quantity, multiple-award pillar contracts by the Space and Naval Warfare Systems Center Atlantic (SSC Atlantic). The Company was selected as one of 15 prime contractors to provide business and force support services, and as one of 13 prime contractors to provide integrated cyber operations services. Each contract has a one-year base period, followed by four one-year option periods, and each has a maximum, aggregate value of $899 million to all awardees, if all options are exercised.

 

Pillar contracts are designed to align the services provided by awardees with SSC Atlantic’s specific technological functions. Under the terms of the contracts, URS can compete for or be awarded task orders to provide program support, and network and cyber security services to the U.S. Navy.

 

 

Read more

 

Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:20
LM Awarded IDIQ Contract To Deliver Communications And Transmission Services To US Army

Oct 15, 2013 ASDNews Source : Lockheed Martin Corporation

 

The U.S. Army will soon be using satellite and terrestrial communications capabilities delivered in part by Lockheed Martin to support battlefield operations around the globe.

 

Lockheed Martin was awarded an indefinite-delivery/indefinite-quantity (IDIQ) contract to supply communications and transmissions systems to the U.S. Army's Project Manager of Defense Communications and Army Transmissions Systems (PM DCATS).  Under this contract with a ceiling of $4.1 billion, Lockheed Martin will compete for task orders to provide communications and transmission systems to meet the Army's challenge of affordably adapting to changing technology while significantly reducing energy usage.  All task orders must be initiated within the contract's five-year period of performance.

 

Read more

Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:20
L’avion de combat « low cost » : mythe ou réalité ?

 

14 octobre 2013 par Pierre Sparaco – Aerobuzz.fr

 

Ce n’est pas la première fois qu’un avionneur américain tente de forcer la main du Pentagone. Avant Textron et son Scorpion, il y a eu Northrop et son Tigershark, avec la même ambition de proposer aux militaires américains un avion à bas coûts.


 

Dans quelques semaines, le biplace Scorpio effectuera son premier vol, un biréacteur tactique et d’entraînement avancé né d’une initiative du groupe Textron, associé à la startup AirLand Enterprises. Malheureusement, les responsables du programme ne révèlent ni le montant de leur investissement, ni le prix « fly away » de l’appareil. Mais ils laissent entendre que le Scorpio sera à l’origine d’une petite révolution sur le marché des avions de combat, le prix de revient à l’heure de vol annoncé étant de 3 000 dollars seulement. Une affirmation qu’il est bien entendu impossible de vérifier.

 

JPEG - 30.1 ko

Textron et Airland sauront-ils convaincre le Pentagone de l’intérêt du Scorpion ? - Textron

Le Pentagone n’a pas été sollicité, le but de l’opération étant d’anticiper ses besoins à venir et de répondre en parallèle aux attentes du marché à l’exportation. On pense notamment à la succession du Northrop T-38 Talon qui devrait être retiré du service à partir de 2023, arrivé à bout de potentiel.

Contrairement à ce qu’affirment certains commentateurs américains, sur le plan des grands principes, le Scorpio compte un certain nombre de précédents lointains. Ainsi, Northrop a jadis proposé à l’USAF au tout début des années quatre-vingts un avion de combat léger, le Tigershark, audacieusement baptisé F-20, une vraie-fausse appellation militaire. Mais le Pentagone ne s’était pas laissé convaincre et les armées de l’air étrangères n’avaient pas été au-delà d’un intérêt poli. L’expérience prouvait, en effet, qu’un matériel militaire ne peut être exporté sans bénéficier au préalable de commandes nationales.

Aujourd’hui, en des temps de disette budgétaire, un avion low cost est évidemment susceptible de retenir davantage l’attention que dans le passé. D’autant plus que les militaires ont constamment cherché l’efficacité opérationnelle en incitant leurs fournisseurs à innover. Ainsi, en 1973, le Pentagone avait envisagé la formule dite du « hi-lo mix » (high-low mix) qui aurait conduit à aligner tout à la fois des avions de combat très performants, à l’image du F-15, en même temps que des appareils plus simples, plus légers et nettement moins coûteux, réservé aux missions les moins sophistiquées.

 

JPEG - 56.8 ko

JPEG - 53.9 ko

Le Scorpion de Textron en cours d’assemblage final - Textron

 

C’est ce raisonnement qui avait conduit au Lightweight Fighter (« LWF »), programme dit de démonstration technologique conduit jusqu’au vol de prototypes. Il s’agissait de low cost, à une époque où l’expression n’était pas encore inventée. Un appel d’offres avait suscité un grand intérêt et deux propositions avaient été retenues, celles de General Dynamics et Northrop. Ainsi étaient nés les YF-16 et YF-17.

Très vite, General Dynamics avait imaginé d’aller bien au-delà des limites du contrat de développement qui lui avait été attribué et envisagé de produire son avion en série, pour des clients étrangers, l’USAF n’ayant pas exprimé d’intérêt opérationnel direct. A partir de ce moment, le dossier a évolué dans la précipitation, dans la mesure où quatre pays européens, Pays-Bas, Belgique, Danemark et Norvège, avaient décidé en 1974 de choisir un même type d’avion de combat et d’en commander conjointement non moins de 348 exemplaires. General Dynamics et Pratt & Whitney déployèrent alors des efforts considérables, soutenus par les autorités de Washington, leur objectif prioritaire étant de contrer Dassault, accessoirement Saab. Le premier proposait le Mirage F1E remotorisé avec un Snecma M53, le second le Viggen. Le F-16 l’emporta de haute lutte et, dans une certaine mesure, le hi-lo mix devint une réalité.

 

JPEG - 52.7 ko

Le Scorpion de Textron, un projet à suivre…  Textron

 

C’est cet exploit que Textron rêve de rééditer, avec son partenaire AirLand et le motoriste Honeywell. Un pari audacieux qui, de toute évidence, dérange la « fighter mafia  », expression quelque peu méprisante qu’utilise volontiers Scott Donnelly, directeur général de Textron, bien conscient de déranger l’ordre établi du complexe militaro-industriel américain. Il s’agit, en effet, de mettre sur le marché un avion au prix « accessible », une initiative en principe bienvenue au moment où les budgets militaires sont mis à mal. Reste à savoir si le Scorpio sera considéré comme une proposition crédible.

Repost 0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 11:20
Vie privée : Votre carnet d'adresses n'a pas de secret pour la NSA !

15/10/2013 Le Point.fr

 

L'agence collecte des centaines de millions de listes de contacts numériques d'Américains via leurs courriels ou leurs messageries instantanées.

 

L'agence américaine de renseignement NSA collecte des centaines de millions de listes de contacts numériques d'Américains via leurs courriels ou leurs messageries instantanées, indique lundi le Washington Post, citant des documents de l'ancien consultant de la NSA Edward Snowden.

 

En une seule journée en 2012, la NSA a intercepté 444 743 listes de contacts courriels de comptes Yahoo!, 82 857 de comptes Facebook, 33 697 de comptes Gmail, et 22 881 d'autres fournisseurs internet, précise la NSA dans une présentation publiée par le journal américain. Extrapolés sur une année, ces chiffres correspondraient à la collecte de 250 millions de listes de contacts courriels par an. Ce qui voudrait dire que des millions, voire des dizaines de millions d'Américains sont concernés par cette collecte, ont indiqué au journal deux hauts responsables du renseignement américain.

 

"Partout dans le monde"

 

Ces listes contiennent davantage d'informations que les métadonnées téléphoniques, car, dans ces contacts courriels (d'e-mails), il y a aussi des numéros de téléphone, des adresses physiques, des informations économiques ou familiales, et parfois les premières lignes d'un message.

 

La NSA intercepte ces listes "au vol", quand elles se retrouvent dans des échanges internet, plutôt qu'"au repos", dans les serveurs des ordinateurs. Et de ce fait, la NSA n'a pas besoin de le notifier aux groupes internet qui abritent ces informations, comme Yahoo!, Google ou Facebook.

 

L'agence les intercepte à partir de points d'accès situés "partout dans le monde" mais pas aux États-Unis, ont précisé les responsables du renseignement. Ce qui permet à la NSA de contourner l'interdiction qui lui est faite d'intercepter des informations sur des Américains à partir du territoire américain, expliquent-ils.

 

Mi-août, le président américain Barack Obama avait promis de revoir les programmes américains de surveillance, après les débats provoqués par les révélations d'Edward Snowden, qui avait fait état de vastes et secrets programmes de collecte de données téléphoniques mais aussi numériques.

Repost 0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 12:35
Le ministre de la Défense Kim Kwan-jin lors de l`audit parlementaire

Le ministre de la Défense Kim Kwan-jin lors de l`audit parlementaire

 

2013/10/14 yonhapnews.co.kr

 

SEOUL, 14 oct. (Yonhap) -- A propos de l’éventuel nouveau report du transfert du contrôle opérationnel en temps de guerre (OPCON), le ministère de la Défense a déclaré ce lundi avoir convenu avec les Etats-Unis de «dégager une conclusion durant la première moitié de l’année prochaine».

 

Séoul doit normalement reprendre l'OPCON de ses troupes en décembre 2015. Cette date limite avait déjà été repoussée de 2012 à 2015 en raison de la menace nord-coréenne croissante.

 

«Un groupe de travail conjoint Corée du Sud-Etats-Unis est en train de discuter des conditions, de la date et de la procédure du transfert de l'OPCON», a affirmé le ministère dans un rapport soumis à la commission parlementaire de la défense dans le cadre de l'audit parlementaire.

 

Outre la concrétisation des menaces nucléaires et balistiques du Nord, le ministère a cité, comme argument pour le nouveau report, le risque d'erreur de jugement du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un en cas de transfert de l'OPCON.

 

En outre, le ministère a fait remarquer que les visites officielles de Kim Jong-un étaient axées depuis août dernier sur des installations proches de la vie de son peuple comme des piscines (4 fois), des hôpitaux (2) et des résidences pour scientifiques (5), vraisemblablement dans le but de montrer une image d'un dirigeant attentif aux besoins des habitants.

 

Les forces armées nord-coréennes ont de leur côté mis en état d'alerte des unités d'artillerie et batteries antiaériennes lors d’envois par des associations sud-coréennes de prospectus anti-nord-coréens et continuent leurs exercices navals en mobilisant des sous-marins, a ajouté le ministère.

 

Le rapport a également fait état du renforcement par la Corée du Nord des activités de surveillance près de la Ligne de limite Nord (NLL) en mer Jaune suite à l'augmentation des navires chinois pratiquant la pêche illégale et de la reprise des activités des installations nucléaires à Yongbyon.

Repost 0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 07:35
L’accord États-Unis-Afghanistan achoppe sur la question des soldats américains

 Le Secrétaire d’État américain, John Kerry, en conférence de presse avec le président afghan Hamid Karzaï au palais présidentiel à Kaboul, le 12 octobre 2013 (Department of State) U.S.

 

13/10/2013 45enord.ca (AFP)

 

Le président Hamid Karzaï et le secrétaire d’État John Kerry se sont séparés samedi sans finaliser d’accord sur une présence militaire américaine en Afghanistan après 2014, malgré d’intenses négociations à Kaboul qui ont achoppé sur la question de l’immunité des soldats américains

 

«Nous sommes parvenus à une série d’accords», notamment concernant les modalités d’intervention d’un contingent américain, a déclaré le président afghan lors d’une conférence de presse conjointe avec M. Kerry au palais présidentiel de Kaboul.

En revanche, M. Karzaï a indiqué que la question de l’immunité juridique des soldats américains, réclamée avec insistance par Washington, n’était pas réglée. «Il n’y pas eu de consensus sur cette question», a-t-il dit.

«Il faut souligner que si cette question de (l’immunité) n’est pas résolue, malheureusement il ne pourra y avoir de traité«, a averti de son côté le ministre américain.

Anticipant d’éventuelles difficultés, un responsable du département d’État avait laissé entendre un peu plus tôt que M. Kerry ne repartirait pas à coup sûr avec un accord en bonne et due forme, mais qu’il souhaitait «quitter Kaboul avec le plus de questions possibles réglées».

Les États-Unis négocient depuis près d’un an avec Kaboul cet accord bilatéral de sécurité (BSA), qui doit définir les modalités de la présence américaine en Afghanistan au terme de la mission de combat de l’Otan, fin 2014, mais aussi le nombre des bases américaines dans ce pays et le statut des soldats américains sur place.

 

Le Secrétaire d’État américain, John Kerry, regarde par la fenêtre de l’hélicoptère de l’Armée américaine en quittant Kaboul le 12 octobre après deux jours de pourparlers qui achoppent sur la question de l’immunité des soldats américains (Department of State)

 

Cette dernière question est cruciale pour Washington, qui souhaite que les soldats qui se rendraient coupables de crimes en Afghanistan soient jugés par des juridictions américaines.

En Irak, les États-Unis comptaient maintenir un contingent au-delà de 2011 mais ils avaient finalement rapatrié l’ensemble de leurs troupes car Bagdad avait refusé d’accorder l’immunité juridique aux forces américaines.

Hamid Karzaï a indiqué que la question de l’immunité serait soumise à la Loya Jirga, la grande assemblée de chefs de tribus et de représentants de la société afghane, soulignant que le règlement de ce problème «dépassait l’autorité du gouvernement« afghan.

Arrivé vendredi après-midi en Afghanistan pour une visite surprise de deux jours, M. Kerry s’est lancé dans des discussions interminables au palais présidentiel de Kaboul et qui ont largement dépassé le programme prévu, l’obligeant à retarder de plusieurs heures son départ vers Paris.

Si les tractations entre les deux hommes n’ont pas pu régler la question sensible de l’immunité, elles ont néanmoins permis aux deux parties de trouver un terrain d’entente sur de nombreux autres points «essentiels», selon M. Kerry.

L’administration afghane avait ainsi fait savoir qu’elle ne souhaitait pas signer un accord qui donnerait carte blanche aux Américains pour mener des opérations à leur guise sur le territoire afghan, et M. Karzaï semble avoir obtenu satisfaction sur ce sujet.

«Il n’y aura pas d’opérations ou d’actions arbitraires de la part des Américains, et un document écrit a été rédigé pour donner des garanties quant à la protection des vies et des biens des Afghans», a déclaré le président afghan.

Les États-Unis souhaitent boucler un accord rapidement, d’ici à une date-butoir qui avait été fixée à la fin octobre par le président américain Barack Obama et son homologue afghan.

«Plus cela prendra du temps, plus cela sera dur à planifier», a souligné un diplomate américain au sujet d’un éventuel contingent américain après 2014.

Trouver un accord est d’autant plus pressant que la majorité des quelque 87.000 soldats de l’Otan doivent quitter l’Afghanistan d’ici à la fin 2014.

Ce retrait fait craindre une nouvelle flambée de violences dans un pays en proie à une violente insurrection des talibans, chassés du pouvoir en 2001 par une coalition militaire internationale menée par les États-Unis.

Le départ des troupes de l’Otan s’effectuera de surcroît dans un contexte politique sensible, une élection présidentielle étant prévue le 5 avril prochain. À ce sujet, M. Kerry a indiqué que les États-Unis soutiendraient des «élections libres et équitables».

Repost 0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 07:20
Le programme F-35 a atteint les 10.000 heures de vol

Un F-35B s’apprête à effectuer un atterrissage vertical, le 21 mars 2013 à la base de Yuma, en Arizona (Archives/Cpl. Ken Kalemkarian)

 

11/10/2013 par Nicolas Laffont – 45eNord.ca

 

Malgré ses nombreux et récents déboires, le programme F-35 Lightning II poursuit sa maturation opérationnelle avec le dépassement des 10.000 heures de vol. On note d’ailleurs une accélération du programme d’essais.

Plus de la moitié du total des heures ont été accumulées lors des 11 derniers mois. La flotte de F-35 a volé 6.492 fois pour un total de 10.077 heures de vol durant cette période. En comparaison, depuis le début des essais, il y a six ans, les F-35 n’avaient effectués que 5.000 heures de vol.

 

 

L’ensemble de la flotte d’essais de F-35 a contribué à augmenter les heures de vol, soit les aéronefs basés à Eglin Air Force Base en Floride, ceux du Marines Corps Air Station Yuma, en Arizona et les appareils de conduite et formation et développement basés sur les installations des bases d’Edwards AFB , en Californie, Naval Air Station Patuxent River, dans le Maryland et Nellis AFB.

Les trois variantes du F-35 soit: le F -35A à atterrissage classiques (CTOL), le F- 35B à décollage court/atterrissage vertical (STOVL) et la variante navale F -35C (CV) ont participé à cette étape du programme.

Repost 0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 11:35
Les États-Unis capturent un chef taliban pakistanais

11/10/2013 Par lefigaro.fr (AFP)

 

Selon le Washington Post, Latif Mehsud avait récemment été fait prisonnier dans l'est de l'Afghanistan par les services de renseignement afghans, qui souhaitaient le recruter comme intermédiaire.

 

Les Etats-Unis ont capturé un chef taliban pakistanais lors d'une opération militaire, a annoncé aujourd'hui la diplomatie américaine. "Je peux confirmer que les forces américaines ont bien capturé le responsable terroriste Latif Mehsud lors d'une opération militaire", a indiqué la porte-parole adjointe du département d'Etat, Marie Harf, précisant qu'il s'agissait d'un haut commandant du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP, mouvement des talibans du Pakistan).

 

La diplomate n'a donné aucun détail sur le lieu ou la date de l'opération. Des responsables du Pentagone ont affirmé de leur côté que Mehsud se trouvait actuellement en Afghanistan où il serait détenu "légalement". "Dans le cadre du conflit armé contre al-Qaïda, les talibans et les forces qui leur sont associées, autorisé par le Congrès en 2001 (...), Mehsud a été capturé et est détenu en toute légalité par les forces armées américaines en Afghanistan", a souligné une porte-parole du Pentagone, Elissa Smith. Selon le Washington Post, Latif Mehsud avait récemment été fait prisonnier dans l'est de l'Afghanistan par les services de renseignement afghans souhaitant le recruter comme potentiel intermédiaire pour des négociations de paix entre Kaboul, Islamabad et les talibans.

 

Hamid Karzaï serait furieux

 

Ces événements interviennent alors que le secrétaire d'Etat John Kerry est arrivé à Kaboul cet après-midi pour une visite surprise jusqu'à samedi, dans le but de faire avancer avec le président afghan Hamid Karzaï les difficiles négociations pour un accord sur la présence américaine en Afghanistan après 2014. Selon un porte-parole de Karzaï, Aimal Faizi, cité par le Post, le président afghan est devenu furieux en apprenant la capture par les Etats-Unis de Mehsud: "Les Américains l'ont récupéré de force pour l'emmener à Bagram", a-t-il déclaré.

 

Bagram est une base aérienne américaine comprenant un bâtiment de détention, où les Etats-Unis continuent de retenir prisonniers plus de 60 combattants étrangers parmi 3.000 détenus. Selon le porte-parole de Karzaï, Mehsud venait seulement d'accepter de rencontrer des agents de la Direction nationale de la sécurité afghane après des mois de discussions. Kaboul estimait même que le contact établi avec cet important chef taliban était l'une des opérations les plus réussies menées par les forces afghanes, qui vont peu à peu assumer seules le contrôle de la sécurité du pays, a précisé Faizi au Washington Post.

 

"Mehsud est un haut commandant du TTP et a aussi été un proche confident du chef de ce groupe, Hakimullah Mehsud", avait dit plus tôt Marie Harf, pour qui le TTP avait revendiqué la tentative d'attentat à la bombe à Times Square, au coeur de New York, en 2010. Ce groupe "a fait le serment de frapper à nouveau les Etats-Unis sur leur sol", avait insisté la responsable, notant que l'organisation a été derrière plusieurs attentats contre des diplomates américains au Pakistan et des attaques ayant tué des civils pakistanais.

 

Depuis leur création en 2007, les talibans pakistanais multiplient les attaques contre les forces de l'ordre pakistanaises, contrairement aux talibans afghans qui visent l'Otan et leurs alliés des forces nationales en Afghanistan. Le TTP avait également revendiqué l'attentat contre la jeune militante pour le droit à l'éducation, Malala Yousafzaï, qui vient de remporter le prix Sakharov du Parlement européen.

Repost 0
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 12:45
Sur la côte somalienne, le raid des Navy Seals a frôlé le fiasco

10/10/2013 Par Adrien Jaulmes – LeFigaro.fr

 

Le semi-échec du raid des forces spéciales américaines sur la côte somalienne, samedi dernier, vient de rappeler que les Chebab restent des adversaires redoutables, et la Somalie un terrain extrêmement difficile, même pour des commandos considérés parmi les meilleurs du monde.

 
On ne connaît pas dans les détails l'opération de débarquement amphibie des Navy Seals (équipes terre-air-mer de la marine américaine), mais suffisamment de témoignages permettent déjà de se faire une bonne idée de son déroulement, et des raisons de son échec. L'opération a été lancée dans la nuit de samedi dernier, le 5 octobre, vers 2 heures du matin. Par une nuit noire, des embarcations débarquent un commando d'une vingtaine d'hommes sur la plage de Baradwe, une grosse ville de la côte somalienne à environ 200 kilomètres au sud de Mogadiscio, la capitale de ce qui reste de l'État somalien.

Le commando appartient à l'équipe six des Navy Seals, unité rendue célèbre par son raid contre Ben Laden, en mai 2011 à Abbottabad. Leur mission est cette fois de capturer un des principaux chefs militaires des Chebab, ces milices islamistes somaliennes affiliées à al-Qaida soupçonnées d'avoir organisé fin septembre la sanglante attaque du centre commercial de Westgate au Kenya.

Pratiquement inconnu, même des spécialistes de la Somalie, l'homme est surnommé Ikrima. De son véritable nom Abdelkader Mohammed Abdelkader, Somalien d'origine mais de nationalité kényane, Ikrima serait, selon des sources sécuritaires américaines, l'un des plus importants chefs des Chebab.

L'opération est à la fois plus simple et plus compliquée que le raid de la Team Six contre Ben Laden. Plus simple logistiquement, puisque la ville de Baradwe, l'une des principales villes somaliennes, contrôlée par les Chebab, est située au bord de la mer, et donc accessible facilement à des commandos amphibies, et la villa d'Ikrima à quelques centaines de mètres de la plage. Mais plus compliquée tactiquement, puisque la mission est de capturer Ikrima, toujours beaucoup plus difficile que de tuer. Pour corser le tout, elle a lieu dans l'une des principales villes tenues par les Chebab, dans un pays où les miliciens sont nombreux, bien armés, et combatifs, comme les Américains en avaient fait la cuisante expérience en 1993 pendant la désastreuse opération de sauvetage d'un hélicoptère Black Hawk à Mogadiscio, épisode resté fameux sous le nom de la «Chute du Faucon noir».

 

Le commando décroche

Divisé en deux équipes, l'une chargée de l'appui feu, l'autre de l'assaut proprement dit, le commando aurait réussi à atteindre la villa d'Ikrima et à pénétrer dans l'enceinte. D'après des sources militaires américaines recueillies par la chaîne NBC, c'est à ce moment-là qu'il aurait été repéré par un garde, sorti fumer une cigarette. Gardant son sang-froid, le Somalien aurait fait semblant de ne rien voir, avant de rentrer dans le bâtiment et de donner l'alerte. Quelques minutes plus tard, les Seals sont pris sous un feu nourri des gardes du corps d'Ikrima, alors que des Chebab arrivent en renfort. La suite, rapportée par les habitants de la ville, est une intense fusillade, ponctuée de violentes explosions de grenades. Vers 3 heures du matin, réalisant qu'il était devenu impossible de remplir leur mission, faisant face à des ennemis de plus en plus nombreux, dans des habitations pleines de femmes et d'enfants, les Seals décident de rembarquer. Ils parviennent à regagner la plage, et leur embarcation, sans perdre un seul homme, laissant cependant derrière eux quelques effets.

L'épisode n'est pas un complet fiasco pour les Américains, qui n'ont pas subi de pertes. Mais pas une réussite non plus, puisqu'ils n'ont pas réussi à capturer Ikrima et ont eu toutes les peines à décrocher au complet. L'épisode vient rappeler en tout cas que de tous les champs de bataille de la guerre contre le djihad, la Somalie est de loin l'un des plus difficiles.

Repost 0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 11:20
Le numéro deux de la Défense américaine, Ashton Carter, quittera le Pentagone en décembre

Le Secrétaire adjoint à la Défense, Ashton Carter, avec des soldats et gardiens de la paix ougandais à la base de Kisenyi en Ouganda le 23 juillet 2013 (sergent Aaron Hostutler, U.S. Marine Corps)

 

11/10/2013 par Jacques N. Godbout – 45eNord.ca

 

Le Secrétaire à la Défense Chuck Hagel a annoncé que le numéro deux du Pentagone, Ashton Carter, qui occupait le poste de Secrétaire adjoint à la Défense depuis 2011, quittera le Département américain de la Défense le 4 décembre.

 

Ancien professeur à Harvard (nord-est des États-Unis), diplômé d’un doctorat en physique théorique à l’université d’Oxford (Royaume-Uni), Ashton Carter a déjà travaillé au Pentagone sous le président Bill Clinton dans les années 1990 et est considéré comme un expert en contrôle des armes.

 

Mais c’est surtout depuis le début de l’administration Obama qu’Ashton Carter a occupé des postes de toute première importance au Département américain de la Défense.

 

Il a été notamment Secrétaire à la Défense pour les technologies, l’ acquisition et la logistique sous le Secrétaire à la Défense Robert M. Gates, avant de devenir numéro deux du ministère.

 

Contrairement à bien des Secrétaires adjoints avant lui, qui travaillaient plutôt dans l’ombre, Ashton Carter s’est retrouvé souvent à l’avant-scène.

 

C’est, par exemple, lui qui a mené l’enquête sur la fusillade dans l’immeuble de la Navy le mois dernier à Washington où un tireur fou a abattu douze personnes.

 

Le porte-parole du Pentagone, George Little, a déclaré que la décision de Carter de quitter était la sienne et que la sienne, mais d’anciens responsables du Pentagone et certains médias ont évoqué des tensions entre Hagel et Carter.

 

Sous Leon Panetta, le prédécesseur du Secrétaire actuel, Ashton Carter disposait de davantage d’autonomie, ont rapporté certains médias, dont, notamment, la prestigieuse revue américaine Foreign Plolicy.

 

Carter avait même été considéré comme un candidat potentiel pour succéder à Leon Panetta.

 

Toutefois, Chuck Hagel avait défini de manière plus limitée le rôle d’Ashton Carter, qui était dorénavant limité surtout au budget de la défense.

 

D’ailleurs, à propos de la paralysie de l’État fédéral en raison de l’impasse budgétaire, le Secrétaire adjoint à la Défense n’avait pas mâché ses mots, la qualifiant il y a deux semaines de «perturbatrice et stupide».

 

Dans un communiqué publié jeudi 10 octobre, l’actuel Secrétaire à la Défense, Chuck Hagel, a dit qu’il a rencontré [ jeudi matin] Carter et accepté à contrecœur sa décision de démissionner.»

 

Hagel a dit de Carter qu’il a été un Secrétaire adjoint extraordinairement fidèle et efficace qui a constamment fourni un soutien exceptionnel: «Il possède une connaissance inégalée de toutes les facettes de la défense de l’Amérique , après avoir travaillé directement et indirectement avec onze Secrétaires à la Défense au cours de sa carrière légendaire», a-t-il aussi déclaré.

 

Chuck Hagel a remercié Carter d’être resté son adjoint et de l’avoir aidé à se mettre au diapason à un moment difficile dans la vie du Département américain de la Défense .

 

«J’ai continuellement fait appel à Ash pour m’aider à relever les défis les plus difficiles auxquels est confronté le ministère de la Défense», a ajouté le Secrétaire à la Défense. «J’ai particulièrement apprécié son travail à la tête du Strategic Choices and Management Review , qui a placé le département dans une position beaucoup plus forte pour traverser une période d’incertitude budgétaire sans précédent.»

Repost 0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 17:30
Egypt criticizes U.S. decision to halt aid

10 October 2013 defenceWeb (Reuters)

 

Egypt on Thursday criticized a decision by the United States to halt some military and economic aid to the army-backed government in the wake of a crackdown on the Muslim Brotherhood.

 

Washington's decision halts tank and fighter aircraft deliveries but continues support for counter-terrorism activities. Egypt is the second-largest recipient of U.S. aid after Israel.

 

"The decision was wrong. Egypt will not surrender to American pressure and is continuing its path towards democracy as set by the roadmap," Foreign Ministry spokesman Badr Abdelatty told a private Egyptian radio station.

 

The army ousted President Mohamed Mursi of the Muslim Brotherhood in July, installed an interim government and presented a political "roadmap" it promised would lead to fair elections.

 

The Brotherhood refuses to work with the military, which it says staged a coup and sabotaged Egypt's democratic gains after a revolt toppled autocratic President Hosni Mubarak in 2011.

 

Washington said it would withhold deliveries of tanks, fighter aircraft, helicopters and missiles as well as $260 million in cash aid from the military-backed government, pending progress on democracy and human rights.

 

But the State Department said it would continue military support for counterterrorism, counter-proliferation and security in the Sinai Peninsula, which borders U.S. ally Israel. It will also continue to provide funding in areas such as education, health and private sector development.

Repost 0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 11:30
Egypte: Washington cesse de livrer des hélicoptères et des missiles

 

WASHINGTON, 10 octobre - RIA Novosti

 

Les Etats-Unis ne livreront plus à l'Egypte d'hélicoptères Apache, de missiles et de pièces détachées pour chars, a déclaré mercredi soir un porte-parole du département d'Etat américain.

 

Auparavant, Washington a suspendu la livraison d'un lot de chasseurs F-16 au Caire.

 

Suite au renversement en juillet dernier du président égyptien Mohamed Morsi, Washington a annoncé son intention de "reconsidérer" l'octroi de l'aide militaire US au Caire, dont le volume s'élevait à environ 1,3 milliards de dollars par an.

 

Mercredi 9 octobre, le département d'Etat a annoncé que les Etats-Unis continueraient de coopérer avec l'Egypte dans la protection de ses frontières, la lutte antiterroriste et la non-prolifération, ainsi que dans le maintien de la sécurité dans le Sinaï. Dans le même temps, Washington a décidé de geler la fourniture de matériels militaires lourds ainsi que son assistance financière au gouvernement égyptien.

Repost 0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 07:45
Profile: Al-Shabab's 'Ikrima'

8 October 2013 BBC Africa

 

The US has said a raid it launched on 5 October in Somalia targeted a leader in the Islamist militia al-Shabab called known as Abdukadir Mohamed Abdukadir, alias Ikrima.

 

Until the raid, which failed to capture him, even seasoned observers of Somalia's conflict had not heard of Ikrima.

 

He is thought to be a Kenyan citizen of Somali origin, one of many Kenyan Somalis and other foreign fighters who have joined the militia.

 

Residents of Barawe, the town where the raid took place, say Ikrima is a leader in the militia with responsibility for logistics.

 

He is usually accompanied by about 20 well-armed guards, they say.

 

As a Kenyan-Somali, he is believed to speak Kiswahili better than Somali, and as such would be able to move freely in both countries.

 

Like many Islamist militants, he is also likely to speak Arabic - some Barawe residents say they initially thought he was from Libya.

 

"Ikrima represents an interesting crossover between al-Hijra and al-Shabab, as a Kenyan who can mingle among both the Somalis and the foreign fighters," analyst Matt Bryden told the Washington Post.

 

The Kenyan-based al-Hijra group, also known as the Muslim Youth Centre, is viewed as a close ally of al-Shabab.

 

Although his name was not well known until Saturday's raid, he was mentioned in a Kenyan intelligence report last year, which was leaked to US media after last month's attack on Nairobi's Westgate shopping centre.

 

He was named as the lead planner of a plot sanctioned by al-Qaeda's core leadership in Pakistan to carry out multiple attacks in Kenya in late 2011 and early 2012.

 

Parliament buildings, the UN's office in Nairobi, as well as Kenyan military camps and an Ethiopian restaurant frequented by members of Somalia's Western-backed transitional government were among the reported targets.

 

Kenyan authorities say all the plots were foiled.

 

Pentagon spokesman George Little said Ikrima was also closely associated with Harun Fazul and Saleh Ali Saleh Nabhan, who he said "played roles" in the 1998 bombing of the United States embassy in Nairobi, Kenya, and in the 2002 attacks on a hotel and airline in Mombassa, Kenya.

Repost 0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 07:30
Les États-Unis suspendent une partie importante de leur aide à l'Égypte

09/10/2013 lefigaro.fr (AFP)

 

Les Etats-Unis ont annoncé aujourd'hui qu'ils "recalibraient" leur aide à l'Egypte en suspendant leur livraison de gros matériels militaires et une partie de leur aide financière en représailles à la sanglante répression contre les partisans du président déchu Mohammed Morsi.

 

Washington va geler sa fourniture de gros matériels "militaires et son assistance financière au gouvernement en attendant des progrès crédibles vers un gouvernement civil démocratiquement élu", a indiqué la porte-parole du département d'Etat, Jennifer Psaki, dans un communiqué. Le gel de l'aide militaire américaine - qui représente 1,3 milliard de dollars chaque année, auxquels s'ajoutent 250 millions d'aide économique - concerne notamment la livraison d'hélicoptères Apache, de missiles Harpoon et de pièces pour des chars d'assaut A1/M1, ont précisé des responsables américains. Ce gel n'a pas vocation a être permanent, ont-ils ajouté, sans donner de chiffres précis sur le montant de l'aide gelée, se contentant de souligner que ces armements valaient "des centaines de millions de dollars".

 

Depuis le 3 juillet et la destitution du président Mohammed Morsi, et la répression qui a suivi, l'administration du président Barack Obama est sous pression pour réduire l'aide versée chaque année au Caire. A la mi-août, Washington avait déjà annulé des exercices militaires conjoints avec l'Egypte et reporté la livraison de quatre avions de combat F-16 à l'armée égyptienne. Les Etats-Unis n'ont jamais qualifié le renversement de Morsi de "coup d'Etat"  -ce qui les aurait légalement contraint à mettre fin à leur aide -, mais ils ont condamné une répression "lamentable", réclamé la levée de l'état d'urgence et des élections démocratiques en 2014.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories