Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 16:55
Les réservistes dans l’opération Sentinelle

 

12/02/2015 ASP Bourceret – Armée de Terre

 

Dans la région bordelaise, après une formation pour la mission Vigipirate, des sections de réservistes renforcent leurs camarades d’active dans le cadre de l’opération SENTINELLE.

 

Ces relèves permettent d’accroître le nombre de militaires engagés dans l’opération, d’assurer dans la durée la mission Vigipirate et de faire la restitution, pour les réservistes, de ce qu’ils ont appris lors de leur préparation. En image, retrouvez le sergent Paul avec sa section.

Partager cet article
Repost0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 12:55
Visite du gouverneur militaire de Lyon à Vigipirate

 

11/02/2015 ASP Bourceret – Armée de Terre

 

Le 4 février 2015, le général de corps d’armée Pierre Chavancy, gouverneur militaire de Lyon, s’est rendu sur le terrain, aux côtés des soldats engagés dans l’opération SENTINELLE.

 

Il s’agissait d’une visite particulière, puisqu’elle s’inscrivait au lendemain de l’agression des soldats à Nîmes. Il a pu s’assurer de la bonne adéquation du matériel fourni, des formations des militaires et de leurs expériences avec les impératifs de la mission Vigipirate.

Partager cet article
Repost0
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 11:55
Teaser - Opération Sentinelle, les militaires sur le pied de guerre (JDef)

 

11 févr. 2015 Journal de la Défense (#JDef)

 

Suite aux attentats du 7 et 9 janvier 2015, le Premier ministre a décidé d’élever le dispositif Vigipirate au niveau « alerte attentat » en région Ile-de-France. Le ministère de la Défense mobilise alors un nombre record de soldats, en appui aux forces de police et de gendarmerie, pour protéger les « points » sensibles du territoire.
En quelques jours, les armées multiplient par dix l’effectif militaire déployé en France. Plus de 10 000 militaires sont mobilisés pour l’opération Sentinelle, dont plus de 6 000 en Ile-de-France et 4 000 en province.
Les équipes du Journal de la Défense (#JDef) ont pu suivre les différentes étapes de cette mobilisation sans précédent, au plus près du terrain.

Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 12:55
L’EMF 3 aux commandes


9 févr. 2015 Armée de Terre

 

L’opération Sentinelle mobilise 5 700 militaires qui sont répartis sur 300 sites sensibles de Paris. L’état-major de force numéro 3, déployé pour l’occasion à St Germain en Laye, a pris le commandement de cette mission. Véritable chef d’orchestre, l’EMF 3 coordonne l’action des 15 états-majors tactiques déployés dans la capitale. Outil de commandement essentiel, il assure le contrôle opérationnel de la force engagée sur le terrain. Il agit par ailleurs en coopération avec la préfecture de police de Paris pour conduire l’exécution des missions qui lui sont confiées.

Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 07:55
La réserve du RICM en mission Vigipirate


09/02/2015  SCH Beltran - Armée de Terre

 

300, c’est le nombre de réservistes qui prennent part quotidiennement à la mission Sentinelle dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate, aux côtés de leurs camarades d’active et en complément des forces de police et de gendarmerie.

Les réservistes du régiment d’infanterie chars de marine (RICM) de Poitiers interviennent aux abords des lieux publics et contribuent activement au retour du sentiment de sécurité des français. Après quelques jours de remise à niveau dans leur unité, ces volontaires sont déployés sur le terrain et mettent en œuvre efficacement les savoir-faire du combattant.

Partager cet article
Repost0
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 07:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

le 05/02/2015 Par Véronique Guillermard - LeFigaro.fr

 

La relève des 10.000 militaires déployés dans le cadre de Vigipirate «alerte attentat» depuis le 7 janvier, va débuter mi-février, avec l'arrivée de «troupes fraîches», afin de surveiller et protéger les Français ainsi que les sites sensibles.

 

Combien de temps peut-on maintenir le dispositif Vigipirate au niveau actuel? «Le temps nécessaire. À ce stade, on ne sait pas. C'est la première fois que ce dispositif est activé. Il est exceptionnel et n'a pas vocation de durer éternellement», explique-t-on au ministère de la Défense. «Tous les jours, les engagements de sécurité demandés aux différents services sont réévalués ainsi que la contribution que la défense apporte aux forces de sécurité intérieure», poursuit-on.

Début janvier 2015, le plan Vigipirate a changé de dimension. Avant le déclenchement des attaques terroristes, l'armée était déjà engagée dans la sécurité nationale avec 738 militaires issus de l'armée de terre, 217 aviateurs en «posture de sureté», c'est-à-dire prêts à faire décoller les avions de combats Rafale, ainsi que 300 à 450 marins, en charge du domaine maritime.

 

Suite de l’article

Partager cet article
Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 21:55
photo Armée de Terre

photo Armée de Terre

 

07 février 2015 Romandie.com (AFP)

 

Paris - L'agresseur présumé de trois militaires français en faction devant un centre communautaire juif mardi à Nice (sud-est), un mois après les attentats jihadistes à Paris, a été inculpé samedi pour tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et placé en détention provisoire, a appris l'AFP de source judiciaire.

 

Un soldat avait été blessé au couteau à une joue, et un autre au bras, alors que le troisième avait maîtrisé l'assaillant, Moussa Coulibaly, 30 ans, une personne connue des services de renseignement après avoir donné des signes de radicalisation, selon l'expression du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

 

Durant sa garde à vue, il a rompu le silence mercredi pour évoquer sa haine de la France, de la police, des militaires et des juifs, selon une source proche de l'enquête.

 

Les enquêteurs cherchent dorénavant à déterminer le parcours et les motivations de Moussa Coulibaly, entre autres de déterminer s'il savait que les militaires surveillaient l'accès à un centre communautaire abritant discrètement, dans une cour en retrait de la rue, le Consistoire israélite de Nice, Radio Shalom et une association juive.

 

Après les premières 48 heures de garde à vue, il a fait savoir jeudi qu'il ne souhaitait plus être assisté d'un avocat, a indiqué vendredi à l'AFP son avocate commise d'office pour les premiers interrogatoires, Me Caroline Laskar.

 

Cette attaque à Nice a été la première qualifiée de terroriste depuis les attentats perpétrés par trois jihadistes français à Paris du 7 au 9 janvier contre la rédaction de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, des policiers et un supermarché casher, qui ont fait 17 morts. Les trois auteurs avaient été abattus par les forces de l'ordre.

 

Moussa Coulibaly n'a a priori aucun lien avec Amédy Coulibaly, l'un des trois auteurs des attentats de Paris, selon plusieurs sources proches de l'enquête. Amédy Coulibaly avait abattu une policière dans la banlieue sud de Paris le 8 janvier avant de tuer le lendemain un employé et trois clients juifs lors d'une prise d'otages sanglante dans un supermarché casher.

 

Dans l'hôtel proche de la gare de Nice où Moussa Coulibaly séjournait depuis le 29 janvier, les policiers ont trouvé un texte écrit de sa main adressé à Allah, mais où il ne mentionne aucun projet d'attentat, selon une source proche de l'enquête.

 

Il était déjà venu à Nice les 25 et 26 janvier, puis était parti en Corse où il s'était fait repérer par la police aux frontières en cherchant à acheter un aller simple au départ de Nice pour la Turquie, étape sur la route du jihad en Syrie.

 

La Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), alertée par la police aux frontières, avait demandé aux autorités turques de le refouler, ce qu'elles ont fait le 29 janvier. A son retour en France, il avait été placé sous surveillance policière.

 

Moussa Coulibaly est connu pour des faits de droit commun à Mulhouse (est) où il a résidé entre avril 2006 et novembre 2009: vol à l'étalage, violences, usage de stupéfiants, outrage à agents de la force publique.

 

Quelque 10.500 militaires ont été déployés en renfort en France depuis les attentats pour protéger les sites sensibles, notamment ceux de la communauté juive.

Partager cet article
Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 08:56
Sécurité à l’aéroport de Lyon Saint Exupery

6

 

06/02/2015 ASP Bourceret - Armée de Terre

 

Suite aux attentats du 7 janvier, l’opération intérieure SENTINELLE a été lancée afin de renforcer le plan Vigipirate.

 

Aujourd’hui à Lyon, l’opération en collaboration avec la police s’inscrit dans la durée.

Partager cet article
Repost0
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 08:56
Opération Sentinelle : trois soldats exemplaires !

 

05/02/2015 Armée de Terre

 

Alors que 10 000 militaires sont toujours engagés dans l’opération SENTINELLE, trois soldats du 54e régiment d’artillerie ont fait preuve des qualités les plus remarquables, propres au soldat de l’armée de Terre. Le 3 février à Nice, alors qu’ils étaient en faction devant un centre communautaire juif, dans le centre-ville, les trois artilleurs ont été brutalement agressés par un individu, qui a sorti un grand couteau d’un sac plastique.

 

Il s’est attaqué au maréchal des logis G., qui en le repoussant a été touché au bras. Le 1re classe M. est intervenu pour appréhender l’individu et a reçu un coup de couteau dans la joue. Le 1re classe K. a alors effectué un geste appris au cour de techniques d’intervention opérationnelles rapprochées (TIOR), pour plaquer l’homme à terre. Ensemble, ils ont commencé à le maîtriser quand le trinôme de relève est arrivé sur les lieux, portant assistance au blessé le plus atteint et achevant d’immobiliser l’agresseur. Les soldats l’ont ensuite remis à une patrouille de la police nationale, arrivée sur les lieux dans les minutes qui ont suivi.

Malgré la brutalité et la soudaineté de l’agression, les trois artilleurs ont conservé leur sang-froid, maintenant la violence à son plus bas niveau et s’appuyant remarquablement sur leurs savoir-faire. L’arrestation de l’agresseur permettra également aux services judiciaires et de police d’effectuer une enquête propice au recueil de renseignements.

Hier, vers 14h30, le préfet des Alpes-Maritimes leur a décerné la médaille d’or pour acte de courage et de dévouement. L’armée de Terre est fière de ses soldats exemplaires, au service de la protection des Français, dans le cadre de l’opération SENTINELLE.

Partager cet article
Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 20:55
Communiqué conjoint - agression d'un militaire à Nice

 

3 février 2015 Ministère de la Défense

 

Communiqué de presse de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, et de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur

 

Aujourd’hui, peu après 14 heures, un individu a violemment agressé à l’arme blanche un militaire du 54ème Régiment d’Artillerie, en faction devant un centre communautaire juif à Nice, le blessant au visage.

Deux autres militaires du même régiment, également présents dans le cadre de la mission VIGIPIRATE, sont immédiatement intervenus aux côtés du soldat attaqué pour maitriser l’agresseur. Un deuxième soldat était à son tour blessé au bras, avant que l’agresseur soit interpellé par les forces de police arrivées en renfort.

Les militaires blessés ont été évacués vers le service des urgences de l’hôpital Saint-Roch. Leur pronostic vital n’est heureusement pas engagé.

L’auteur des faits, âgé d’une trentaine d’années et originaire de la région parisienne, est très défavorablement connu des services de police.

Jean Yves le Drian, ministre de la Défense et Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, condamnent avec la plus grande fermeté cette attaque commise contre les forces armées. Les ministres adressent leurs vœux de rétablissement aux soldats lâchement blessés et réitèrent leur détermination à assurer la protection de notre territoire et de nos compatriotes.

L’enquête conduite sous l’autorité de la section antiterroriste du parquet de Paris permettra d’établir les motivations et les circonstances de cet acte criminel.

Partager cet article
Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 19:55
Agression à l'arme blanche d'un militaire du 54e Régiment d'Artillerie

 

3 février 2015 Communiqué de presse de M. Bernard Cazeneuve

 

Aujourd’hui, peu après 14 heures, un individu a violemment agressé à l’arme blanche un militaire du 54ème Régiment d’Artillerie, en faction devant un centre communautaire juif à Nice, le blessant au visage.

 

Deux autres militaires du même régiment, également présents dans le cadre de la mission VIGIPIRATE, sont immédiatement intervenus aux côtés du soldat attaqué pour maîtriser l’agresseur. Un deuxième soldat était à son tour blessé au bras, avant que l’agresseur soit interpellé par les forces de police arrivées en renfort.

 

Les militaires blessés ont été évacués vers le service des urgences de l’hôpital Saint-Roch. Leur pronostic vital n’est heureusement pas engagé.

 

L’auteur des faits âgé d’une trentaine d’années et originaire de la région parisienne, est très défavorablement connu des services de police.

 

Jean Yves le Drian, ministre de la Défense et Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur condamnent avec la plus grande fermeté cette attaque commise contre les forces armées.

 

Les ministres adressent leurs vœux de rétablissement aux soldats lâchement blessés et réitèrent leur détermination à assurer la protection de notre territoire et de nos compatriotes.

 

L’enquête conduite sous l’autorité de la section antiterroriste du parquet de Paris permettra d’établir les motivations et les circonstances de cet acte criminel.

Partager cet article
Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 17:55
L’EMT Camargue à Marseille

 

03/02/2015 ASP Bourceret – Armée de Terre

 

Depuis le 15 janvier, l’état-major tactique Camargue, armé par le 503e régiment du train, est déployé à Marseille dans le cadre de VIGIPIRATE.

Il s’occupe de la logistique, du ravitaillement et de la gestion d’environ 400 militaires en patrouille dans le nord de la ville. Découvrez ces soldats en images.

Partager cet article
Repost0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 17:55
Les cadres de la compagnie de réserve du 1e REG à Puyloubier

 

23-01-2015 1e REG Réf : 393 - 481

 

Du 15 au 18 décembre 2014 la 5ème compagnie du 1er Régiment Etranger de Génie, est parti renforcer les effectifs de Puyloubier et aider à la taille des vignes et aux oliviers. 

 

Les cadres de la compagnie de réserves sont allés au domaine du Capitaine DANJOU pour aider, nos anciens. Cela a permis également de souder les cadres de cette compagnie un peu spéciale. S’apprêtant à partir pour Vigipirate en début 2015, le Capitaine ® PEPE a voulu faire auparavant une activité qui permettrait aux officiers et sous-officiers de mieux se connaître et de se retrouver dans un cadre moins formel mais tout aussi utile. Cela a permis aussi aux jeunes officiers et sous-officiers qui ont rejoint les rangs de la compagnie de s’acculturer aux histoires et traditions de la Légion Etrangère et de toucher du doigt le principe de solidarité et d’entre aide si chers à l’institution

Les cadres de la compagnie de réserve du 1e REG à PuyloubierLes cadres de la compagnie de réserve du 1e REG à Puyloubier
Partager cet article
Repost0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 18:55
Opération Sentinelle à Marseille avec le 1er REC

 

29-01-2015 Légion Etrangère - Réf : 378 - 797

 

Depuis le 12 janvier 2015, pour répondre à une situation d'urgence, des militaires sont déployés, dans le cadre du plan Vigipirate renforcé, pour la défense de nos concitoyens.

 

À Marseille, les légionnaires du 1er régiment étranger de cavalerie assurent une protection quotidienne de points d'intérêts sensibles.

 

Lieutenant Thibault, chef de section : "La mission de la section est de protéger trois sites, cultuels et écoles, dans le 6e arrondissement de Marseille. La majorité de mes légionnaires connaissent la mission en tant que telle. Le fait d'être à Marseille, pour eux, c'est une première, sachant que le régiment vient de déménager à Carpiagne. Ils découvrent la région, ils découvrent la population et ils sont très heureux d'être là. Cela se passe très bien."

 

La proximité et le contact avec la population, souvent amical et chaleureux, donnent au légionnaire la satisfaction de la mission accomplie.

 

Brigadier Wisdom, chef d'équipe : "On a eu quelques échanges avec la population civile, et ils sont très contents de nous voir. Ils sont plus rassurés. Donc on pense qu'on fait du bon boulot."

 

Complémentaire aux opérations extérieures, cette mission intérieure de protection des français est une priorité des armées.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 08:55
photo Ouest-France

photo Ouest-France


29 janv. 2015 SCH Beltran - Armée de Terre

 

Un détachement du 16e bataillon de chasseurs de Bitche est déployé à Rennes dans le cadre de l’action nationale de lutte contre le terrorisme.

 

Le plan Vigipirate renforcé décidé par le gouvernement, met à contribution 10 500 militaires de l’armée de Terre qui sont au cœur du dispositif de protection du pays. Les chasseurs, déployés dans la ville la plus peuplée de Bretagne, ont pour mission de sécuriser les lieux publics et de prévenir toute nouvelle attaque. Rompu aux missions les plus exigeantes, la présence du « 16 » dans l’agglomération rassure. La preuve en images…

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 08:25
Vigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécurité

 

29.01.2015 forces armées aux Antilles


Depuis le 24 janvier 2015, deux sections de militaires des forces armées aux Antilles sont engagées en Guadeloupe et en Martinique dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate.

 

Les forces armées aux Antilles, sur réquisition de la préfecture de la Martinique, sont en effet employées à l’instar de l’ensemble du territoire national et en complément des forces de police et de gendarmerie, à la protection de points d’intérêt sensibles définies par la Préfecture.

En Guadeloupe comme en Martinique, les forces armées sont ainsi chargées d’assurer la surveillance des principales infrastructures de transport dont les aéroports et les ports. Dans ce cadre, les militaires déployés, appartenant au Détachement Terre Antilles 33e RIMa, ont pour mission de conduire des patrouilles pédestres et autonomes.

Qu’il s’agisse d’opérations extérieures ou intérieures, les militaires poursuivent le même objectif : assurer la défense de la France et la protection des Français. Rompus à ces missions, les militaires des FAA sont en mesure d’intervenir à tout moment.

Les forces armées aux Antilles sont par ailleurs engagées quotidiennement dans le cadre des activités permanentes de protection du territoire grâce notamment aux bâtiments de la Marine nationale et de la gendarmerie maritime qui réalisent des missions de surveillance des approches maritimes et de lutte contre les trafics, ou des fusiliers-marins et des marsouins du DTA 33 qui assurent une protection permanente de ses sites sensibles.

Vigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécuritéVigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécurité
Vigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécurité
Vigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécuritéVigipirate : engagement des forces armées aux Antilles en renfort des forces de sécurité
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 17:55
L’élément air rattaché de Taverny accueille des renforts Vigipirate

 

29/01/2015 Armée de l'air

 

Dans le cadre du renforcement Vigipirate (opération Sentinelle), les armées ont déployé en quelques jours plus de 10 000 hommes sur le territoire national. Une opération intérieure sans précédent qui nécessite un soutien hors du commun. Depuis le 15 janvier 2015, 450 soldats ont pris leurs quartiers à Taverny, dans les locaux de l’élément air rattaché 921 de Taverny.

 

Grâce à la réactivité des différentes unités et antennes du site, l’ancienne base aérienne 921, aujourd’hui composée de quelque 200 aviateurs et civils de la Défense, a absorbé en quelques heures l’arrivée massive de ce détachement.

 

Les soldats sont nourris, logés et blanchis dans des conditions proches de celles de leurs habituels cantonnements régimentaires. Les directives du commandement sont donc strictement appliquées : « un toit, un lit, une douche et un repas chaud par jour ».

 

Ces renforts Vigipirate sont commandés au plus près par un état-major tactique, composé d’une dizaine d’officiers, qui bénéficie d’un centre opérationnel cohérent, installé et entretenu par la délégation militaire départementale du Val d’Oise.

L’élément air rattaché de Taverny accueille des renforts Vigipirate
L’élément air rattaché de Taverny accueille des renforts Vigipirate
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 08:55
Patrouille du CEMA avec les soldats de l’opération « Sentinelle » à Paris

 

28/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 27 janvier 2015, le général de Villiers, chef d’état-major des armées, est allé à la rencontre des soldats engagés à Paris dans le cadre du plan Vigipirate « niveau attentat ».

 

Au Fort de l’Est, il s’est fait présenter les conditions de déploiement, d’hébergement et de soutien des militaires déployés en renfort pour sécuriser la capitale.

 

Il s’est ensuite rendu sur deux sites pour retrouver des unités en mission de surveillance.  Après une rapide présentation de la mission par les commandants d’unité, il a effectué une patrouille à Montmartre avec un groupe de transmetteurs du 41e régiment de transmission et une patrouille au Trocadéro avec un groupe de légionnaires du 1er régiment étranger de génie.

 

=======================

 

Depuis le 14 janvier au soir, plus de 10 000 militaires sont déployés dans le cadre du plan VIGIPIRATE dont plus de 6 000 en Ile-de-France et 4 000 en province. Sous les ordres du CEMA, ces militaires agissent dans le cadre d’une opération intérieure sans précédent baptisée « Sentinelle». En appui des forces de l’ordre, les armées concentrent leur action sur des missions de surveillance et de protection de points sensibles.

 

En quelques jours après les attentats du 7 et du 9 janvier, sur décision du président de la République, les armées sont parvenues à multiplier par 10 l’effectif militaire déployé sur le territoire national.

 

En complément du plan VIGIPIRATE, un volume de 1 500 militaires est engagé, quotidiennement dans des missions de sûreté de l’espace aérien et de sauvegarde des approches maritimes, de lutte contre les trafics, de protection de sites sensibles, etc.

La protection des Français est la priorité des armées. Cette mission s’exerce à travers la complémentarité entre les missions intérieures de protection du territoire et les opérations extérieures, qui constituent la défense « de l’avant ».

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 07:55
Les chefs militaires face à la menace terroriste


28/01/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Le 28 janvier 2015, pour la deuxième fois depuis les attentats du 7 et du 9 janvier, le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA), a réuni les commandants interarmées (COMIA), à Paris, au centre de planification et de conduite des opérations (CPCO).

 

Deux semaines après avoir engagé les armées dans un déploiement sans précédent, afin de garantir la sécurité du territoire national et des Français, le CEMA a de nouveau rassemblé ses principaux « bras armés territoriaux » pour fixer ses directives, recueillir leur appréciation de situation et étudier les évolutions possibles du dispositif militaire déployé dans le cadre du plan VIGIPIRATE.

Un premier bilan du déclenchement sans précédent du « contrat protection » (engagement en 72h00 de 10 000 militaires sur le territoire national pour faire face à une situation de crise) a permis de mettre en avant le rôle essentiel des structures de commandement territoriales (chaîne des COMIA) et de la chaîne de soutien interarmées, pourtant engagées dans une profonde transformation.

Ce bilan a également montré l’importance pour un militaire, quelle que soit sa fonction, de conserver les savoir-faire liés à sa vocation première : s’engager en opération intérieure ou extérieure pour protéger les Français, le territoire national et les intérêts du pays face à toute forme de menace.

 

Les COMIA

En métropole, les commandants interarmées (COMIA) se répartissent entre les officiers généraux de zone de défense et de sécurité (OGZDS), les commandants de zone militaire (CZM) et le commandant de la défense aérienne et des opérations aériennes CDAOA.

Dans le cadre de l’organisation territoriale interarmées de défense (OTIAD), les sept OGZDS (Nord, Est, Ouest, Sud-Ouest, Paris, Sud et Sud-Est) sont chargés, en liaison avec les préfets de zone de défense, de la préparation et de la gestion des crises sur le territoire national. Ils assurent également le contrôle opérationnel des unités engagées en missions intérieures et sont responsables de la mise en œuvre, sur décision du gouvernement, de tout ou partie des mesures de défense opérationnelle du territoire (DOT) dans leurs zones.

Les commandants de zone maritime (CZM) sont chargés de la défense maritime du territoire au sein de leur zone maritime. Ils agissent depuis les trois bases navales métropolitaines (Brest, Toulon et Cherbourg).

Le COMDAOA est, quant à lui, responsable de la veille permanente et de l’intervention dans l’espace aérien national, ainsi que de la planification, de la conduite et du suivi des opérations aériennes. Le commandement est implanté sur la base aérienne 942 de Lyon Mont-Verdun ; son état-major est basé à Lyon.

Hors territoire métropolitain, les commandants des forces de souveraineté (COMSUP), basés aux Antilles, en Polynésie française, en Nouvelle Calédonie et dans la zone sud de l’océan Indien assurent, entre autre, les missions des COMIA, sous l’autorité du CEMA.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 07:55
Le renfort Vigipirate de la 11e BP

 

28/01/2015 Ministère de la Défense

 

Appelées en renfort de l’opération Vigipirate Sentinelle, une compagnie du 1er régiment de chasseurs parachutistes (1er RCP) et une du 8e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (8e RPIMa) se sont rendues à Paris le 13 janvier, afin d’assurer la sécurité de lieux hautement symboliques de la capitale (Sacré Cœur, tour Eiffel, château de Versailles, etc.).

 

Entre le 12 et le 14 janvier, plusieurs unités et organismes  ont ensuite été déployés en renfort : le 1er régiment de hussards parachutistes (1er RHP) à Toulouse, le 35e régiment d’artillerie parachutiste (35e RAP) à Perpignan, le 8e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (8e RPIMa) et le 1er régiment du train parachutiste (1er RTP) à Paris, le 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (3e RPIMa) à Lyon et une partie du poste de commandement G08 (PC G08) aérolargable de la 11e brigade parachutiste (11e BP) en renfort à Marseille.

 

En 10 jours, un peu plus de 850 militaires de la 11e BP ont ainsi été déployés en protection du territoire national. D’active ou de réserve, tous ont à cœur d’être présents sur cet engagement d’urgence, dans l’esprit même de la priorité de de l’armée de Terre : assurer la sécurité des Français.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 17:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

26 janvier 2015. Source : Marine Nationale (CECMED)

 

Le patrouilleur hauturier L’Adroit a appareillé de la base navale de Toulon le mercredi 7 janvier 2015 pour près de 3 semaines de posture permanente de sauvegarde maritime (PPSM).

 

Il participe ainsi au volet maritime de Vigipirate, par la surveillance du trafic commercial en haute mer - en complément des moyens aériens de la Marine et des douanes - et par la surveillance des approches portuaires et côtières - en compléments de la chaîne sémaphorique et des moyens des administrations opérant en mer (gendarmerie maritime, douanes et affaires maritimes). Il est le moyen d’action hauturier capable d’intervenir sous faible préavis, aux ordres du Préfet maritime de la Méditerranée.

 

Au cours de sa patrouille, il exerce aussi les prérogatives de contrôle de l’Etat en mer dans les domaines de la surveillance de l’immigration, de la lutte anti-pollution, de la lutte contre les trafics illicites et de la police des pêches.

 

L’équipe de visite de l’Adroit

L’équipe de visite de l’Adroit

 

En lien avec le centre national de surveillance des pêches (CNSP) d’Etel, L’Adroit a contrôlé plusieurs navires et dérouté sur Port de Bouc un palangrier espagnol pêchant en haute mer, dans la « box CGPM » de la zone économique exclusive (ZEE) française, sans respecter les règlements européens sur la pêche.

 

 

Appontage d’un Super-Puma sur l’Adroit

Appontage d’un Super-Puma sur l’Adroit

 

Pendant sa mission, l’équipage s’entraîne dès que la situation opérationnelle le permet (tirs, entraînement de l’équipe de visite, lutte incendie et voie d’eau …). L’Adroit a notamment participé à l’entraînement à l’appontage d’un Super Puma de la base corse de Solenzara. Cet exercice réalisé avec l’armée de l’air a permis de renouveler la qualification des pilotes aux vues de leurs missions de sauvetage au large de la Corse.

 

Après dix jours de mer, l’équipage a fait relâche à Barcelone le vendredi 16 janvier. Première escale à l’étranger du bâtiment depuis 2013, ce séjour a été l’occasion pour le CF Regnier, commandant de L’Adroit, d’échanger avec le CV Fontanal Perez de Villamil, commandant de la base navale de Barcelone. Reparti le lundi 19 janvier de son escale espagnole, L’Adroit va sillonner le golfe du Lion encore une semaine avant de rentrer à Toulon.

 

L’Adroit, patrouilleur hauturier innovant, propriété de DCNS et mis à disposition de la Marine nationale depuis le 21 octobre 2011, a retrouvé en décembre 2014 sa qualification opérationnelle après plusieurs semaines d’entraînement. Il se prépare dorénavant à partir en opération Atalanta (mission européenne de lutte contre la piraterie en océan Indien) au printemps prochain.

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 08:55
Vigipirate : la réserve aussi

 

25/01/2015 SCH Beltran - Armée de Terre

 

Suite à son passage au niveau d’alerte maximum, l’opération Vigipirate mobilise aujourd’hui 10 500 soldats sur l’ensemble du territoire national.

 

Parmi eux, près de 300 réservistes de l’armée de Terre œuvrent au profit de la population. Engagés dans des unités composées exclusivement de réservistes ou insérés dans des unités d’active, ces militaires prennent toute leur part dans la surveillance et la protection du territoire national. Le lieutenant-colonel Bernard, officier de réserve à la délégation militaire départementale d’Ille-et-Vilaine, est un de ces hommes dévoués et passionnés qui ont choisi de donner de leur temps au service de la France.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 12:55
Vigipirate : le défi relevé par les opérationnels du soutien interarmées

 

23/01/2015 Sources : État-major des armées

 

Dans le cadre du renforcement Vigipirate (opération Sentinelle), les armées ont déployé en quelques jours sur le territoire national plus de soldats qu’elles n’ont en OPEX. Ainsi, plus de 10 000 soldats servent actuellement dans cette opération intérieure d’une ampleur sans précédent en métropole comme outremer. Quelque 6 000 d’entre eux ont rejoint l’Ile de France et sécurisent des sites sensibles en région parisienne. Ils proviennent des différentes garnisons réparties sur l’ensemble du territoire national.

 

Les soldats qui patrouillent sont les plus visibles, mais en coulisse, les chaînes logistique et de soutien se sont également massivement mobilisées pour organiser, sous très faible préavis, ce déploiement, transporter, accueillir équiper les soldats, les héberger et les nourrir.

 

Fournir, acheminer

Afin de relever ce défi, l’État-major des armées (EMA) a sollicité les États-majors opérationnels (EMO) des armées et du service du commissariat des armées (SCA) pour fournir les ressources humaines et matérielles nécessaires (gilets pare-balles, matériels de campement, etc…).

Le Centre du soutien des opérations et des acheminements (CSOA) a ordonné le transport par voie aérienne militaire des premiers échelons du dispositif renforcé. Trois rotations aériennes ont été nécessaires pour la seule région Ile de France. Il a par ailleurs fait acheminer la ressource logistique des établissements et dépôts métropolitains vers les zones d’engagement.

Ainsi plus de 8 000 soldats ont été acheminés en cars militaires depuis les garnisons jusqu’aux points de regroupement avant engagement, principalement vers la région parisienne : 170 cars provenant de 35 groupements de soutien de base de défense (GSBdD) et 340 conducteurs ont aussi été mobilisés. Une fois sur zone, sur la base de Satory pour la région Ile de France, les moyens ont été répartis et déployés sur les sites à protéger par les états-majors interarmées de zones de défense et de sécurité (EMIA-ZDS), en charge de la conduite des opérations.

 

Héberger, nourrir

L’hébergement des militaires en région parisienne a imposé le recours à des capacités d’hébergement que les restructurations et réorganisations de nos armées avaient laissées vacantes. Certains de ces lieux manquant d’installations disponibles pour offrir des conditions durables d’hébergement, quelques jours ont été nécessaires pour fournir la totalité des services attendus (douches, laveries, réfrigérateurs, etc…).

Tous les soldats engagés en Ile de France dorment aujourd’hui sous un toit, 25% d’entre eux passent leur nuit sur des lits de camp.

 

Soutenir médicalement

Le soutien médical déployé en Ile de France comprend notamment trois équipes médicales mobiles qui arment une antenne médicale de circonstance à Satory, Brétigny, ainsi qu’au Fort de l’Est. Par ailleurs, les antennes du SSA de Villacoublay et de St Germain en Laye ont été renforcées.

Durant cette opération de projection, les GSBdD, coordonnés par l’EMO-SCA, ont été particulièrement efficaces pour assurer la projection et l’accueil des renforts et pour délivrer aux militaires venant de toute la France l’ensemble du matériel nécessaire à l’exécution de leur mission de protection des sites sensibles et de nos concitoyens.

Les femmes et les hommes impliqués dans cette manœuvre n’en ont que plus de mérite, eux qui portent au quotidien la transformation du soutien interarmées.

Vigipirate : le défi relevé par les opérationnels du soutien interarméesVigipirate : le défi relevé par les opérationnels du soutien interarmées
Vigipirate : le défi relevé par les opérationnels du soutien interarméesVigipirate : le défi relevé par les opérationnels du soutien interarmées
Vigipirate : le défi relevé par les opérationnels du soutien interarméesVigipirate : le défi relevé par les opérationnels du soutien interarmées
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 17:55
Protection et sûreté du territoire, la Marine engagée

 

22/01/2015 Marine nationale

 

La protection immédiate du territoire et des Français est une mission permanente et pérenne de la Marine. Armement de sémaphores, surveillance en mer des approches maritimes immédiates, brigade de surveillance du littoral, sécurité des ports d’importance vitale, dispositif judiciaire associé ainsi que protection des bases navales et des installations de la dissuasion: tout au long de l’année, ce sont 3000 marins en métropole et 500 outre-mer qui participent à la protection des installations et des activités qui s’y déroulent et à la défense maritime du territoire, 24h sur 24 et 7 jours sur 7.

 

Eléments emblématiques de la protection du territoire et des approches maritimes, parce qu’éminemment symboliques, les sémaphores constituent de véritables «tours de contrôle» à la frontière entre la terre et la mer. L’environnement, le terrorisme, l’immigration clandestine ont fait prendre conscience de l’importance de la chaîne sémaphorique. En particulier, l’échouement nocturne du vraquier East Sea sur les côtes varoises en février 2001 avec quelques 900 migrants à bord, sans que l’équipage n’ait pu être intercepté, a directement entrainé le renforcement du réseau sémaphorique français. Alors qu’à partir de la fin des années 90, seuls 6 des 19 sémaphores en Méditerranée veillaient de nuit, tous les sémaphores ont été progressivement réarmés après 2001 pour assurer une veille visuelle et radar continue de jour comme de nuit. Ce réseau s’appuie également sur les gendarmes maritimes et de nombreux moyens aéronavals constituant la protection de la frange littorale.

 

Ce passage progressif à un régime de veille permanent s’est achevé à la fin des années 2000. Il a été complété par le développement d’outils informatiques centralisés permettant la mise en réseau des informations délivrées par les différents matériels, tels que le système SPATIONAV, de surveillance des approches maritimes qui utilise l’AIS (système d’identification automatique) de positionnement des navires. En effet, un réseau continu de sémaphores armés en permanence et interconnectés est le complément indispensable de l’action de la Marine en haute-mer.

 

Les missions de protections de la Marine sur le territoire ne se limitent pas aux missions de la frange littorale. Ainsi, les fusiliers marins et les gendarmes maritimes assurent également en permanence la protection des ports français, des installations de la composante océanique de la dissuasion, elle-même garante de l’intégrité du territoire, de la protection des français et des intérêts vitaux.

 

En effet, la défense maritime du territoire est garantie par un outil militaire agissant dans la profondeur, c’est précisément pour cette raison que la France dispose d’une marine hauturière capable de se déployer loin, longtemps et en équipage. L’action de la Marine dans la profondeur permet d’anticiper, de prévenir et de contrer les menaces au plus loin du territoire national. L’actuel déploiement du groupe aéronaval en mission Arromanches en est l’illustration concrète.

 

Renforcement

 

À la suite des attentats tragiques de janvier 2015, la protection du territoire et des approches maritimes a été renforcée. Les quarts de surveillance effectués par les marins ont été réorganisés. Le temps présence sur zone est augmenté pour permettre d’assurer la protection des sites les plus sensibles.

Protection et sûreté du territoire, la Marine engagée
Protection et sûreté du territoire, la Marine engagée
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 16:55
Vigipirate : Le CEMAT s’adresse à ses hommes


23/01/2015 SCH Beltran - Armée de Terre

 

Le général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, salue la mobilisation rapide et efficace des 10 500 soldats déployés dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate.

 

L’ampleur de ce déploiement sans précédent démontre une fois de plus le professionnalisme avec lequel l’armée de Terre agit partout où elle se trouve. À cette occasion, le CEMAT adresse un message de soutien à ses hommes, dans lequel il souligne l’importance des moyens mis au service de la population et le caractère prioritaire de la mission. Il insiste, par ailleurs, sur la plus grande rigueur à appliquer dans l’exécution des savoir-faire.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories