Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 12:30
An S-400 "Triumf" antiaircraft missile system. photo Kirill Kallinikov / Sputnik

An S-400 "Triumf" antiaircraft missile system. photo Kirill Kallinikov / Sputnik

 

11 décembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Moscou - Le président Vladimir Poutine a ordonné vendredi à l'armée russe de répondre avec une extrême fermeté à toute force qui la menacerait en Syrie, près de trois semaines après la destruction par l'aviation turque d'un bombardier russe près de la frontière syrienne.

 

J'ordonne d'agir avec une extrême fermeté, a déclaré M. Poutine lors d'une réunion avec les responsables du ministère de la Défense. Toute cible menaçant les unités russes ou nos infrastructures au sol sera détruite immédiatement.

 

Il est important de coopérer avec tout gouvernement qui est réellement intéressé par l'élimination des terroristes, a-t-il toutefois poursuivi, citant comme exemple l'accord pour éviter les incidents dans le ciel syrien conclu avec la coalition internationale menée par les États-Unis.

 

La Russie avait déjà pris des mesures supplémentaires pour protéger ses avions en Syrie après le crash le 24 novembre d'un Su-24, abattu par l'aviation turque près de la frontière syrienne, une action qui a provoqué une grave crise dans les relations entre Moscou et Ankara.

 

Les bombardiers russes effectuent ainsi désormais leurs missions en Syrie sous la protection de chasseurs. Des [missiles] S-400 ont été déployés sur la base aérienne de Hmeimim, dans le nord-ouest de la Syrie. Le croiseur lance-missiles Moskva, navire-amiral de la flotte de la mer Noire, mouille également depuis l'incident au large de Lattaquié.

Repost 0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 12:40
photo Syrian Arab News Agency

photo Syrian Arab News Agency

 

15 septembre 2015 Romandie.com (AFP)

 

Douchanbe (Tadjikistan) - Vladimir Poutine a défendu mardi sa stratégie de soutien au régime du président syrien Bachar al-Assad en réponse aux accusations de Washington concernant un déploiement récent de matériel militaire et de soldats russes dans le nord de la Syrie.

 

Dans le même temps, le chef de l'Etat russe a estimé que la plupart des migrants syriens cherchant à se rendre en Europe fuyait les groupes radicaux, notamment le groupe Etat islamique, et non les bombardements de l'armée syrienne régulière. Et si la Russie cessait son soutien à Bachar al-Assad, le flot de réfugiés serait encore plus important, a défendu Vladimir Poutine.

 

Nous soutenons le gouvernement syrien dans sa lutte contre l'agression terroriste, nous lui avons proposé et nous continuerons de lui offrir une aide militaire technique, a déclaré M. Poutine à Douchanbe, faisant référence aux contrats de livraison d'armements signés avec Damas, dont la Russie est un des principaux alliés.

 

Depuis plusieurs jours, Washington accuse la Russie de renforcer sa présence militaire en Syrie, notamment à Lattaquié, un des fiefs alaouites du régime.

 

Des responsables américains ont ainsi estimé que la Russie construisait une base aérienne avancée à Lattaquié et évoqué la construction de préfabriqués, d'une tour de contrôle aérien mobile, l'arrivée de dizaines de soldats, d'artillerie et de chars.

 

Une source anonyme au sein du ministère russe de la Défense citée mardi par le quotidien Vedomosti a affirmé que Moscou reconstruisait l'aéroport parce qu'il est en mauvais état.

 

Officiellement, la Russie n'est présente militairement en Syrie que via ses installations logistiques dans le port de Tartous, un autre fief de Bachar al-Assad.

 

Vladimir Poutine, qui s'exprimait dans le cadre du sommet à Douchanbé de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) regroupant plusieurs ex-républiques soviétiques, a de nouveau appelé à une coalition contre l'EI, qui inclurait la Syrie et l'Irak.

 

La priorité aujourd'hui est la nécessaire union de nos forces contre le terrorisme. Sans cela, il est impossible de résoudre d'autres problèmes urgents, comme le problème des réfugiés, a-t-il déclaré.

 

Si la Russie ne soutenait pas la Syrie alors la situation dans ce pays serait encore pire qu'en Libye et le flot de réfugiés serait encore plus important, a affirmé M. Poutine.

 

Nous ne déstabilisons pas la situation (dans les pays d'où sont originaires les réfugiés). Ce n'est pas nous qui y détruisons et y avons détruit les instances gouvernementales du pouvoir, créé un vide autour du pouvoir qui a vite été occupé par les terroristes, a-t-il accusé.

 

En quatre ans, le conflit syrien a fait plus de 240.000 morts et provoqué la plus grave crise migratoire depuis la Seconde guerre mondiale. Des dizaines de milliers de Syriens, Libyens, Afghans, Somaliens et Érythréens sont arrivés ces dernières semaines en Europe.

Repost 0
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 11:40
Russie: nouvelle doctrine navale en réponse à l’expansion de l’OTAN

Le Président russe Vladimir Poutine rencontre des responsables de la marine pour parler de la nouvelle édition de la doctrine militaire pour la marine. (Présidence russe)

 

26 juillet 2015  45eNord.ca  (AFP)

 

Renforcer les positions stratégiques de la marine russe en mer Noire ainsi que maintenir une présence dans l’Atlantique et la Méditerranée figurent parmi les principales orientations de la nouvelle «doctrine navale» de la Russie, actualisée pour tenir compte à l’expansion «inadmissible» de l’OTAN à ses frontières.

 

Diffusé dimanche sur le site Internet du Kremlin (en russe, ndlr), ce document a été rendu public quelques mois après une nouvelle doctrine militaire réagissant déjà au renforcement des capacités de l’Alliance atlantique en Europe centrale, dans un contexte de tensions inédites depuis la fin de la Guerre froide entre Moscou et les Occidentaux en raison de la crise ukrainienne.

Son pendant naval, long de 46 pages, souligne également «le caractère inadmissible pour la Russie des projets de déplacement des infrastructures militaires de l’Alliance vers ses frontières».

Le texte fixe notamment l’objectif de «développer les infrastructures» de la Flotte de la mer Noire en Crimée, péninsule ukrainienne annexée en 2014 par la Russie. Toujours pour la région de la mer Noire, il prévoit «la reconstitution accélérée et complète des positions stratégiques de la Russie, le soutien à la paix et à la stabilité».

Le vice-premier ministre Dmitri Rogozine a relevé «l’accent mis sur l’Atlantique et l’Arctique». «Notre attention portée à l’Atlantique se justifie par l’élargissement de l’OTAN à l’Est», a-t-il indiqué aux agences de presse russes.

Concernant l’Atlantique justement, la nouvelle doctrine vise à «garantir une présence militaire navale suffisante de la Russie dans la région». Le même but est poursuivi en Méditerranée, avec un déploiement «de manière permanente».

Pour l’Arctique, où les autorités russes misent sur la production d’hydrocarbures, il s’agit de «réduire les menaces sur la sécurité nationale et [de]garantir la stabilité stratégique». Le document prévoit de «développer les forces de la Flotte du Nord».

«Ces changements montrent que la Russie accorde une attention particulière au renforcement de son potentiel naval dans l’Arctique et l’Atlantique pour contrer l’OTAN», a commenté l’expert militaire Alexandre Golts sur la radio Echos de Moscou. Mais «sans renforcement décisif des capacités de la Flotte, tout cela n’a pas de sens», a-t-il cependant nuancé.

L’OTAN, qui accuse Moscou d’avoir envoyé des soldats dans l’est de l’Ukraine, a décidé en février de consolider la défense de son flanc oriental en créant une nouvelle force de 5 000 hommes rapidement mobilisable, baptisée «fer de lance», et six centres de commandement et de contrôle en Bulgarie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne et Roumanie.

Repost 0
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 14:40
Poutine promet de soutenir Damas y compris militairement

 

29 juin 2015 Romandie.com (AFP)

 

Moscou - Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem a affirmé lundi à Moscou avoir reçu des assurances du président russe Vladimir Poutine que son pays continuerait à aider la Syrie, y compris militairement.

 

J'ai reçu une promesse du président Poutine qu'il allait soutenir la Syrie, politiquement, économiquement et militairement, a-t-il dit lors d'une conférence de presse commune avec son homologue russe Sergueï Lavrov et après une rencontre avec le dirigeant russe.

 

La Russie est un allié de premier plan du régime de Bachar al-Assad qu'il a soutenu depuis le début du conflit en mars 2011. Son appui s'est traduit par des vétos au Conseil de sécurité de l'ONU chaque fois que les Occidentaux ont voulu condamner Damas ainsi que par une assistance militaire et financière.

 

Moscou a également accueilli deux séances de négociations entre le régime et une opposition tolérée mais peu représentative, qui n'ont pas abouti à des conclusions concrètes d'autant que l'opposition en exil, soutenue par l'Occident, n'y participait pas.

 

M. Poutine, après sa rencontre avec M. Mouallem, a assuré que son pays continuerait à se ranger du côté du régime syrien, faisant ainsi taire les rumeurs et les affirmations d'analystes sur un prétendu changement de position de Moscou.

 

Nous sommes convaincus qu'au final, le peuple syrien sera victorieux. Et notre politique, qui vise à soutenir la Syrie, les dirigeants syriens et le peuple syrien, reste inchangée, a affirmé le président russe.

 

Il a également discuté de la possibilité de constituer une nouvelle coalition internationale pour combattre le terrorisme, notamment le groupe jihadiste Etat islamique (EI), qui contrôle des pans entiers en Syrie et en Irak.

 

Si les dirigeants syriens considèrent (l'idée d'une coalition) acceptable et possible, nous ferons tout notre possible pour vous soutenir. Et nous utiliserons nos relations, qui sont bonnes avec tous les pays de la région, pour tenter de créer à tout prix une telle coalition, a déclaré M. Poutine.

 

Selon lui, pour lutter contre le terrorisme, tous les pays de la région doivent joindre leurs efforts.

 

Tous nos contacts avec les pays de cette région montrent que lorsqu'il s'agit de combattre le soi-disant Etat islamique, chacun est prêt à combattre ce mal. Cela s'applique à la Turquie, à la Jordanie, à l'Arabie saoudite, a-t-il ajouté.

 

Mais M. Mouallem s'est montré sceptique. Je sais que Poutine est un homme qui fait des miracles, mais une alliance avec l'Arabie saoudite, la Turquie, le Qatar ou les Etats-Unis nécessite un grand miracle, a-t-il dit avec humour.

 

Comment ces pays qui ont encouragé et financé le terrorisme peuvent-ils devenir des alliés contre le terrorisme, a-t-il souligné. Le régime syrien accuse ces pays de financer les rebelles qu'il combat depuis plus de quatre ans.

Repost 0
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 11:40
Le président russe Vladimir Poutine se prononce sur le forum international «Armée-2015» - photo RN

Le président russe Vladimir Poutine se prononce sur le forum international «Armée-2015» - photo RN

 

16 juin 2015 RT.com

 

Plus de 40 missiles balistiques intercontinentaux viendront augmenter l’arsenal nucléaire de la Russie d’ici fin 2015, a annoncé le président russe Vladimir Poutine.

 

«Avant la fin de l’année en cours, plus de 40 nouveaux missiles balistiques intercontinentaux s’ajouteront à l’arsenal nucléaire de la Russie. Ces missiles pourront déjouer tous les systèmes de défense antimissiles, même les plus perfectionnées», a déclaré le dirigeant russe au forum militaire international Armée-2015.

 

Vladimir Poutine a ajouté que la Russie continuerait de prêter une attention maximale à la réalisation du programme massif de réarmement et de modernisation de l’industrie de la défense.

 

«C’est le complexe militaro-industriel qui doit (…) rester la locomotive de l’innovation technologique, dont celles à double finalité [militaires et civiles …] dans les domaines telles que l’énergie, la machinerie, les communications, les ordinateurs», a estimé le président russe.

 

Le président russe a également annoncé la création d’une nouvelle station radar. «Les essais d’une nouvelle station radar de détection transhorizon d’objets aériens commenceront dans les mois à venir. Cette station contrôlera plus tard la frontière occidentale», a précisé Vladimir Poutine.

 

Il a aussi ordonné le début de construction d’une autre station à la frontière orientale pour 2015, en rappelant qu’une telle station fonctionnait déjà dans la ville d’Armavir, dans le Sud de la Russie.

 

Le chef de l’Etat russe a hautement apprécié les robots de combats et les systèmes de contrôle présentés lors du forum, qui vont, selon lui, influencer pendant longtemps le présent et le futur des forces militaires de la Russie.

 

Entretemps, le vice-ministre de la Défense Anatoli Antonov, qui était également présent au forum Armée-2015, a estimé que l’agressivité de l’OTAN, dont des troupes pourraient être stationnées de manière permanente à la frontière russe, obligeaient la Russie à s’engager de nouveau dans la course aux armements.

 

«On a l’impression que nos collègues de l’OTAN nous poussent vers une course aux armements», a déclaré le vice-ministre.

Repost 0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 20:40
La Russie a exporté des armes pour 15 mds USD en 2014 (Poutine)

 

MOSCOU, 27 janvier - RIA Novosti

 

La Russie a exporté des armes et matériels de guerre pour plus de 15 milliards de dollars et signé des contrats pour 14 milliards de dollars en 2014, a annoncé mardi à Moscou le président russe Vladimir Poutine.

 

"Le volume total des exportations a dépassé 15 milliards de dollars. Nous avons en outre signé de nouveaux contrats pour près de 14 milliards de dollars", a indiqué M.Poutine lors d'une réunion de la commission pour la coopération militaire et technique avec les pays étrangers.

 

Selon lui, en 2014, plus de 60 pays du monde ont souhaité acheter des produits militaires russes. Les "armes et matériels russes restent parmi les plus demandés au monde", a conclu M.Poutine.

Repost 0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 07:40
Ukraine: retrait de 17 000 soldats à la frontière russe

 

13-10-2014 Sébastien Gobert correspondant à Lougansk - RFI

 

Les autorités russes ont annoncé dimanche 12 octobre le retrait d'environ 17 000 soldats de la zone frontière avec l'Ukraine, où ils conduisaient des manœuvres d'été. Cela pourrait marquer la confirmation d'une détente. Mais sur place, les tensions restent réelles.

 

Suite de l’article

Repost 0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 07:40
La Russie a-t-elle toujours les moyens de financer la modernisation de son armée ?

Le président Vladimir Poutine devra trancher entre le ministère de l'Economie et celui de la Défense sur l'enveloppe budgétaire consacrée à la modernisation de l'armée russe.

 

07/10/2014 latribune.fr

 

Le ministre russe des Finances, Anton Silouanov, veut faire des économies sur le montant budgétaire consacré à la défense.

 

C'est un classique dans tous les pays, les bisbilles budgétaires entre le ministère de l'Economie et celui de la Défense. C'est aussi le cas en Russie... "Moscou n'a pas les moyens de financer son programme de modernisation des forces armées", a déclaré ce mardi le ministre russe des Finances, Anton Silouanov. "Un nouveau programme de défense va être élaboré, et nous voulons reconsidérer le montant des ressources budgétaires qui y seront consacrées afin de le rendre plus réaliste", a-t-il expliqué.

 

Suite de l’article

Repost 0
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 06:40
Les forces irrégulières en Ukraine doivent se désarmer (Obama)

 

15.04.2014 Romandie.com (ats)

 

Le président des Etats-Unis Barack Obama a dit à son homologue russe Vladimir Poutine, lors d'un entretien téléphonique, être "très inquiet" des actions de Moscou en Ukraine. Il a appelé les forces irrégulières à déposer les armes.

 

M. Obama a souligné la nécessité que "toutes les forces irrégulières présentes dans le pays déposent leurs armes", appelant M. Poutine à "user de son influence sur les groupes armés pro-russes pour les convaincre de quitter les bâtiments qu'ils occupent" en Ukraine, précise la Maison Blanche dans un communiqué.

 

Lors de cet entretien qui a eu lieu sur demande de Moscou, le président américain a par ailleurs rappelé "l'importance que la Russie retire ses troupes de la frontière avec l'Ukraine afin de faire retomber les tensions". Il a noté que malgré "la rhétorique" des autorités russes, "le gouvernement d'Ukraine a fait preuve d'une retenue remarquable".

 

M. Obama a enfin estimé que "l'isolement grandissant de la Russie sur le plan politique et économique était le résultat de ses actions en Ukraine". Il a souligné que "les coûts que la Russie subissait déjà augmenteront certainement si elle poursuit" sur cette voie.

 

Le Kremlin a de son côté déclaré dans un communiqué qu'en "réponse aux préoccupations exprimées par le président américain concernant une prétendue ingérence russe dans le sud-est de l'Ukraine, le président russe a observé que de telles spéculations étaient basées sur des informations infondées". Il a appelé Washington à exercer son influence auprès de Kiev pour éviter "un bain de sang".

 

Un responsable américain a précisé que la conversation téléphonique, qualifiée de "franche et directe", avait eu lieu à l'initiative de Moscou. Une réunion quadripartite entre la Russie, les Etats-Unis, l'Union européenne et l'Ukraine doit par ailleurs se tenir jeudi à Genève.

 

Des attaques visiblement concertées ont été lancées pendant le week-end contre des bâtiments publics de l'est russophone de l'Ukraine, notamment autour de Donetsk. Des hommes en uniforme armés visiblement entraÎnés, rappelant selon de nombreux experts les forces qui ont pris le contrôle de la Crimée avant son rattachement à la Russie, ont été vus sur place. Les Occidentaux ont affirmé qu'il s'agissait d'une opération dirigée par Moscou.

Repost 0

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories