Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 11:55
les aviateurs du détachement air de Malbork

les aviateurs du détachement air de Malbork

 

 

12/05/2014 Sources EMA

 

Le 8 mai 2014, les unités françaises engagées dans les opérations extérieures ont célébré le 69eanniversaire de la victoire de 1945.

 

Suite de larticle

Partager cet article
Repost0
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 11:50
Char français Somua. (Collection Musée de Jandrain)

Char français Somua. (Collection Musée de Jandrain)

 

source JFP - Chronique Culturelle

 

Le corps de cavalerie commandé par le général français Prioux (239 chars Hotchkis et SOMUA 35) donne un coup d'arrêt puis freine le 16e corps de Panzer du général Hoepner (674 Panzer I, II, III et IV). Cette bataille démontre la supériorité technique du char français sur les chars allemands (I, II et III) et la bonne connaissance des nouvelles tactiques d'utilisation des blindés en campagne par le général Prioux. Ce premier succès ne peut cependant pas être exploité faute de munitions suffisantes, de coordination avec l'infanterie et de l'ordre de replis donné afin d'éviter l'encerclement. L'action des Stukas sur l'artillerie française prive aussi les blindés de précieux appuis.


Les Allemands perdent 164 chars, les Français 105. Il ne manquait au SOMUA 35 que la radio et une autonomie suffisante pour être le char parfait du moment.

Char français Hotchkiss. (Collection Musée de Jandrain)

Char français Hotchkiss. (Collection Musée de Jandrain)

Note RP Defense : voir également les sites ci-dessous

 

La première bataille de chars de la deuxième guerre mondiale

 

La bataille de Hannut

Partager cet article
Repost0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 11:40
L'Europe fête la Journée de la fin de la 2ème Guerre mondiale

 

 

MOSCOU, 8 mai - RIA Novosti

 

La majorité des pays européens et les Etats-Unis célèbrent aujourd'hui le 69ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale et de la victoire sur l'Allemagne nazie.

 

Le 8 mai 1945, à 22h43 heure de l'Europe centrale, le maréchal allemand Wilhelm Keitel, le maréchal soviétique Gueorgui Joukov et le maréchal de la Royal Air Force britannique Arthur Tedder ont signé à Karlshorst (banlieue de Berlin) l'acte de reddition sans conditions des troupes de l'Allemagne nazie. Il était 00h43 du 9 mai à Moscou.

 

Chaque pays fête à sa façon cette journée mémorable. En Tchéquie, en Slovaquie, en Autriche et en France ce jour est officiellement férié.

 

Traditionnellement, cette journée est marquée par des défilés militaires ainsi que par des offices des morts et par des cérémonies de déposition de gerbes au pied de monuments.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 16:55
Journée du Souvenir Breton à Paris, 3 mai 2014

Plaque commémorative des anciens combattants bretons, à leurs 240 000 morts

Photo Yann Caradec

 

source Yves Auffret - Président de l'ACB

 

L'ACB et tous les Bretons de Paris sont invités par la ville de Rennes à participer le samedi 3 mai prochain à la Journée du souvenir Breton organisée à la mémoire des Bretons qui ont consenti tant de sacrifices au cours des deux guerres mondiales

 

La Ville de Rennes, organise cet événement en partenariat avec l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre (ONACVG) et sous le haut patronage du Ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Cette journée s’inscrit dans le cadre du Centenaire de la Grande Guerre et de la célébration du 8 mai 1945.

 

Trois temps d’hommage sont programmés.

 

•    12H00 : ARC DE TRIOMPHE : une délégation d’une soixantaine de Rennais, composée de personnalités, d’élus, de soldats ayant été engagés au Mali et de jeunes, viendra collecter la Flamme du Souvenir sous l’Arc de Triomphe. Cette flamme sera ravivée au Panthéon des Morts rennais à l’occasion de la cérémonie du 8 mai.

 

•    15H00 : MINISTERE DES ANCIENS COMBATTANTS, 37 rue de Bellechasse : un hommage sera rendu au député Albert Aubry, ancien combattant de la Grande Guerre, Résistant et déporté.

 

•    16H30 : HOTEL DES INVALIDES : un hommage sera rendu aux Bretons Morts pour la France durant la Grande Guerre, devant la plaque commémorative située dans la grande galerie de la cour d’honneur des Invalides.

 

Venez nombreux !

Groupe de mobilisés bretons

Groupe de mobilisés bretons

Note RP Defense : à propos de la Grande Guerre, lire Des Bretons, des Bretagne(s) en guerre ?

Partager cet article
Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 08:50
L’opération Jéricho*

 

11/02/2014 Bernard Edinger - Armée de Terre

 

 Le 18 février 1944, la Royal Air Force britannique attaque la prison d’Amiens, dans une action combinée avec le réseau de renseignements et d’action « Sosies » de la France combattante, pour libérer des résistants.  Le réseau Sosies a été créé par les frères Ponchardier, Pierre, pilote de l’aéronavale, et Dominique, étudiant en mathématiques. Sérieusement blessé comme caporal en 1940, Dominique terminera la guerre lieutenant-colonel, à titre temporaire.

 

Début 1944, Sosies a subi de lourdes pertes en Picardie avec des agents fusillés et d’autres capturés, promis au poteau d’exécution. Dominique Ponchardier demande l’aide de la RAF. Les Britanniques acceptent d’autant plus volontiers, que l’action cadre avec l’opération « Fortitude », visant à  faire croire que le Débarquement allié se fera en baie de Somme.

Une vingtaine de résistants et trois camions attendent près de la prison quand, à midi le 18 février, dix-neuf bombardiers Mosquito pilotés par des Britanniques, des Australiens et des Néo-Zélandais, frappent les murs de la prison, ouvrant plusieurs brèches. Dans l’enceinte, il y a environ 500 prisonniers de droit commun et plus de 200 résistants. 

Trente-sept Allemands et deux miliciens collaborationnistes sont tués, mais également 102 prisonniers français. Environ 260 autres s’évadent ; parmi eux 79 résistants.

Côté anglais, le lieutenant-colonel Charles Pickard, patron de l’opération aérienne et son navigateur, le capitaine John Broadley sont tués, ainsi que deux autres aviateurs.

Photos : Ordre de la Libération et Philippe Pauchet in La résistance dans la Somme, AERI, à paraître.

*Ce nom, donné postérieurement à l’opération, fait référence à l’épisode biblique où le peuple d’Israël fit sonner les trompettes devant Jéricho, provoquant la chute des murs de la ville.

 

Voir le film

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 12:50
Le CPA 30 rend honneur aux héros de la Seconde Guerre mondiale

 

10/12/2013 armée de l'air

 

Le 7 décembre 2013, le commando parachutiste de l’air n°30 de Bordeaux-Mérignac a participé à la célébration du 71e anniversaire de l’opération Frankton à Blanquefort (33), sa ville marraine.

 

Le « 30 » rend les honneurs depuis 1995 aux valeureux commandos anglais qui, par leur ténacité et leur courage, ont au péril de leur vie accompli une des plus périlleuses missions de la Seconde Guerre mondiale.

 

Le 7 décembre 1942, des dix hommes, aidés par la Résistance française, qui ont remonté la Gironde dans de petits canots pour placer des bâtons d’explosifs aimantés sur les navires allemands amarrés dans le port de Bordeaux, seuls le major H.G. "Blondie" Hasler et le caporal William Sparks ont survécu. Quant aux huit autres, deux sont morts noyés et six ont été capturés et fusillés.

 

Cette cérémonie présidée par Madame Ferreira, maire de Blanquefort et le colonel Olivier Celo, commandant la base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac, a été marquée par les témoignages poignants de jeunes collégiens de la ville et la présence d’une délégation anglaise emmenée par le consul du Royaume-Uni à Bordeaux, Monsieur Alastair Roberts.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 08:55
Le ministère de la Défense lance un appel à projets en vue du 70e anniversaire de la Libération

27.11.2013 SGA

 

Une homologation "70eanniversaire" pourra être décernée à certains projets liés, en 2014,    au 70e anniversaire de la Résistance, des débarquements, de la libération de la France et de la victoire sur le nazisme.

Elle valorisera les projets s'inscrivant dans le cadre des thématiques retenues au plan national : hommage aux survivants, rappel des valeurs qui ont été défendues, conséquence sur la construction européenne et le renforcement des valeurs démocratiques,valorisation des territoires de mémoire. D'autres critères seront également pris en compte, comme l'exactitude historique, les objectifs pédagogiques poursuivis, l'impact de l'opération auprès des publics visés, sa dimension locale, nationale ou internationale ainsi que les aspects relatifs au tourisme de mémoire.

L'homologation sera gage de reconnaissance et de la qualité du sérieux des actions proposées. Les commémorations susciteront en effet en 2014 de multiples actions mémorielles partout en France.   

Les projets commémoratifs d'origine publique ou privée, liés au cycle du 70e anniversaire,devront être adressés aux services départementaux de l'ONAC-VG dès le 30 novembre 2013 s'ils sont appelés à se dérouler au premier semestre 2014, et pour le 15 février 2014 s'ils sont prévus au second semestre 2014.

Cette homologation constitue une validation de la qualité et de la pertinence du projet, mais aussi la garantie que celui-ci pourra figurer sur les documents ou sites officiels locaux récapitulant les actions du 70e anniversaire et être mis en valeur sur le site Internet dédié qui sera prochainement mis en place par le ministère de la défense.

Pour plus d'informations sur cet appel à projets : www.defense.gouv.fr/site-memoire-et-patrimoine et www.cheminsdememoire.gouv.fr

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 18:50
Inauguration des emblèmes militaires

 

12/11/13 Concetto Bandinelli – MIL.be

 

Le roi Philippe a assisté à l'inauguration des emblèmes militaires présidée par Monseigneur Léonard, en l'église Saint-Jacques-sur-Coudenberg. L'édifice rassemblait pour l'occasion les plus hautes autorités militaires et civiles de la Défense.

 

Photos Malek Azoug >>

 

Monseigneur André-Joseph Léonard, Primat de Belgique et évêque du Diocèse aux Forces armées, a procédé à l'inauguration des emblèmes reprenant les glorieuses citations de l'armée belge. Ces dernières rappellent les lieux où les militaires belges ont combattu l'adversaire avec courage. Ypres, Liège, Anvers, Dixmude, la campagne de 1940, la bataille de Belgique ou d'Angleterre sont autant de noms brodés au fil d'or sur douze drapeaux. Ces étendards garnissent la partie supérieure de la nef.

 

Le soir du 11 novembre 2013, chacun de ces noms a été rappelé au public par quatre officiers-élèves de l'École Royale Militaire. L'église de Saint-Jacques-sur-Coudenberg, cathédrale du Diocèse aux Forces armées, demeure un lieu historique important puisque son parvis a accueilli la prestation de serment de Léopold Ier, premier Roi des Belges, le 21 juillet 1831.

Inauguration des emblèmes militaires
Inauguration des emblèmes militaires
Inauguration des emblèmes militaires
Partager cet article
Repost0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 17:50
Résistance en Europe

 

07/11/13 MIL.be

 

« Résistance en Europe » est le nom d'une exposition belge gratuite qui parcourra l'ensemble de l'Europe. Vous pourrez la visiter à Bruxelles, du 8 au 22 novembre 2013. Elle entamera sa tournée internationale peu après.

 

« Résistance en Europe » donne un aperçu de différents mouvements de résistance qui ont lutté activement dans 21 pays européens. Avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale, ils ont combattu les nazis, Franco, Salazar et d'autres régimes autoritaires. Fil conducteur de l'exposition : les valeurs partagées par les groupes de résistance qui ont généré ensuite les fondements de l'Union européenne.

 

Résistance en Europe

 

Du 08 au 22 novembre 2013

lundi - vendredi : 09h00-18h00

week-end : 11h00-18h30

fermé le 11 novembre

 

Institut des Vétérans-INIG

Boulevard du Régent, 45-46

B-1000 Bruxelles

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 06:55
Une flamme pour se souvenir

 

07/11/2013 Ministère de la Défense

 

Depuis 90 ans, le Comité de la flamme ravive tous les soirs la flamme sacrée sous l’Arc de Triomphe en hommage au Soldat inconnu et à tous les soldats morts pour la défense de la France

 

Une foule compacte de civils et de militaires s’est rassemblée ce 11 novembre 1923 sous l’arc de Triomphe. Il est 18h, le ministre de la Guerre, André Maginot, se penche sur la tombe du Soldat inconnu et allume pour la première fois la flamme du souvenir. Depuis le rituel est  immuable et elle ne s’est jamais éteinte, même sous l’Occupation. Chaque soir à 18h30 elle est ravivée et entretenue par le Comité de la flamme. Un peu plus de 500 associations, en majorité d’anciens combattants, sont unies au sein de ce comité. Au-delà du ravivage de la flamme, il entretient la mémoire du Soldat inconnu et de tous les combattants français et alliés tombés au champ d’honneur. La flamme est également devenue, depuis la Seconde Guerre mondiale, le symbole de l’espérance dans l’avenir et de foi dans le destin de notre pays.

 

Récemment, sous l’impulsion de ses différents présidents, cette flamme du souvenir est devenue, la flamme de la Nation. « Elle n’est pas uniquement l’affaire d’anciens combattants », explique le général d’armée Bruno Dary, ancien gouverneur militaire de Paris et président du Comité de la flamme. « Elle réunit le temps d’un ravivage hommes, femmes et enfants de tous horizons. Pour les jeunes générations, participer à la cérémonie de ravivage de la flamme est avant tout un devoir de mémoire et un geste citoyen. Ils viennent de toute la France, et parfois de l’étranger, pour se recueillir et réfléchir sur le prix de la paix et de la liberté. C’est pour cela que cette flamme de la Nation est appelée à devenir aussi la flamme de l’espérance. »

 

Flamme sous l'Arc de Triomphe

 

A l’occasion de son 90e anniversaire, le Comité de la flamme présente dans les douves des Invalides, une exposition photos qui retrace les 90 ans du ravivage par de nombreuses autorités politiques, des chefs d’Etats étrangers, mais aussi des personnalités du monde culturel. Le moment fort de cet anniversaire se déroulera ce 11 novembre 2013. Après une cérémonie aux flambeaux, qui remontera l’avenue des champs Élysée, une veillée symbolique en présence du ministre délégué auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants, Kader Arif, sera organisée avec un film sur l’histoire de la flamme et une lecture de textes emblématiques par de jeunes comédiens.

 

C’est un journaliste, Gabriel Boissy, qui suggère en 1923 l’idée de placer une flamme sous l’Arc de triomphe afin d’éviter que le tombeau du Soldat inconnu ne sombre dans l’oubli. Ce projet soulève aussitôt l’enthousiasme de l’opinion publique, profondément marquée par le sacrifice des soldats de la Grande Guerre.

 

Une cérémonie est prévue sur sa tombe, à Souvignargues (Gard), pour l’honorer. « Ce journaliste a eu cette idée magnifique, qui a perduré », explique le général Bruno Dary. « La flamme brûle toujours. Il était important qu’on lui rende cet hommage. »

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 18:55
photo musée de l'Ordre de la Libération

photo musée de l'Ordre de la Libération

 

20 octobre 2013 Henri Weill - Ainsi va le monde !

 

Celui-ci qui est fermé depuis janvier 2012, ouvrira à nouveau ses portes au public, symboliquement, le 18 juin 2015. Situé à Paris, dans l'aile droite des Invalides, le musée accueillait 100.000 visiteurs par an depuis 1971. La rénovation de ce bâtiment du XVIIIème siècle (Robert de Cotte) coûtera 13 millions d'euros. L'exposition permanente (2800 objets sur 1400 m2 soit une extension de 500 m2) conservera son découpage en trois grands thèmes : France libre, Résistance intérieure, déportation. Une salle sera consacrée au général de Gaulle. Une salle d'exposition temporaire et une salle audiovisuelle seront créées au rez-de-chaussée. 20 Compagnons de la Libération sont encore en vie. 1038 ont été honorés.

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 07:55
Etudes tactiques et historiques pour le 2° bataillon

15.10.2013 La Saint-Cyrienne

 

Du 23 septembre au 1er octobre 2013, les élèves-officiers du deuxième bataillon de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr ont participé à des études tactico-historiques à Dangeul (Sarthe) portant sur les combats de la 2e division blindée dans la région du Mans et d’Alençon les 10 et 11 août 1944. Ces études se sont déroulées sous la direction des historiens du cours d’histoire militaire de la direction générale de l’enseignement et de la recherche avec l’assistance des cadres de la direction de la formation militaire.

Créés en 2003, ces études se déroulent dans le cadre du 3e semestre de formation de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, semestre à dominante académique. Elles ont pour ambition de faire se rejoindre l’enseignement de l’histoire militaire et de la tactique. Les élèves découvrent ainsi la complémentarité existant entre l’étude des documents et celle du terrain sur lequel ils se rendent. Ils appréhendent aussi la difficulté que présente l’application des principes élémentaires de la tactique dans des circonstances qui ont été particulières.

Les études tactiques et historiques se décomposent en deux volets. D’abord un cours magistral destiné à donner aux élèves officiers l’armature intellectuelle nécessaire à la compréhension des manœuvres sur le champ de bataille. Puis, les élèves suivent un exercice pratique sur le terrain.

Le cours théorique comprend un exposé d’ensemble sur la Seconde Guerre mondiale et les opérations militaires en Normandie en 1944  avec une présentation du milieu, un cours sur les blindés, un exposé historique sur la 2e division blindée (sous l’angle du groupement tactique interarmes actuel),  un exposé sur la 9e division de panzers, une présentation de l’armement petit calibre de 1944, un cours de topographie et deux cours de tactique.

La séance en terrain libre se compose de  différents ateliers : historique (présentation historique des différents engagements) ; tactique (débordement, embuscade) ; linguistique (anglais opérationnel) ; topographie (ossature, réalisation d’un catalogue de tir, utilisation de matériel). Le lieutenant-colonel Nick Fenton, officier de liaison britannique en France a assuré une instruction tactique en anglais.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories