Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 07:20
Le renseignement américain évalue les différents types de cybermenaces

 

4 mars 2015 par Daniel Ventre – 45eNord.ca

 

Le 26 février 2015, la communauté du renseignement américain (US Intelligence Community) a proposé son évaluation de la menace, par le biais d’un rapport signé James R. Clapper (Director of National Intelligence): «Worldwidethreat Assessment of the US Intelligence Community».

 

Ce document relativement court (29 pages) identifie et analyse les principales menaces à la sécurité nationale américaine. Il classe ces dernières en deux grandes catégories: les menaces globales et les menaces régionales.

 

La cybermenace vient en premier rang des menaces globales (devant le renseignement, le terrorisme, les armes de destruction massive, l’espace, le crime organisé transnational, les ressources économiques et naturelles, la sécurité humaine). De ces cybermenaces il est dit:

  • Qu’elles pèsent sur la sécurité nationale et la sécurité économique
  • Qu’elles ne cessent de croître (en fréquence, échelle, sophistication, sévérité d’impact, nombre d’acteurs impliqués, variété de méthodes d’attaques, de systèmes ciblés, en nombre de victimes)
  • Les réseaux qui traitent l’information non classifiée du gouvernement, de l’armée, mais aussi de l’industrie et plus largement de la société, demeurent fragiles, vulnérables, notamment à l’espionnage et aux perturbations
  • De plus en plus d’Etat attaquent le secteur industriel américain pour soutenir leurs propres objectifs économiques
  • Qu’elles ne peuvent pas être éliminées, car trop nombreuses. Il faut donc apprendre à gérer le risque. Les méthodes de calcul et gestion des risques utilisés par certaines entreprises doivent être redéfinies pour prendre en compte des variables telles que la cybermenace étrangère (entendre ici provenant directement de gouvernements étrangers) ou les interdépendances systémiques entre secteurs d’infrastructures critiques.
  • Les cyberattaques à des fins politiques sont un phénomène croissant.
  • Parmi les Etats acteurs de la cybermenace, sont aux premiers rangs la Russie (qui crée son cyber commandement), la Chine (espionnage économique), l’Iran (pour exercer des représailles contre ses ennemis politiques), la Corée du Nord (à des fins politiques) et le terrorisme (avec des attaques menées par des sympathisants des groupes terroristes, pour attirer l’attention des médias).

 

Plus intéressants toutefois sont les arguments suivants:

  • La probabilité d’une attaque majeure (« catastrophic attack ») est faible. Cette vision est assez différente des discours officiels sur la menace (gouvernement, NSA, industriels, etc.) Il réfute l’hypothèse d’un très prochain Cyber Armageddon et propose d’autres scénarios plus probables selon lui. Il envisage plutôt des séries d’attaques de niveau faible à modéré, provenant de multiples sources, qui vont finir par coûter cher (« will impose cumulative costs ») à l’économie américaine, sa compétitivité, et sa sécurité nationale. Car c’est cette multiplication des sources, des moyens, des cibles, qui va contraindre l’Amérique à sécuriser, défendre tous ses systèmes, et non pas quelques-uns en particulier.
  • La non attribution sera de moins en moins la règle. Gouvernement et entreprises font des progrès importants en matière de détection et attribution, et il semblerait que ce point technique, qui accordait à l’attaquant un avantage considérable, soit en passe d’être remis en cause. Les hackers ne peuvent plus s’estimer intouchables, indétectables, non identifiables (p.2 du rapport).
  • Le cyberespace restera encore assez longtemps un espace permissif. Jusqu’alors les victimes de cyberattaques ont répondu timidement, confortant les agresseurs dans la possibilité d’utiliser le cyberespace à des fins coercitives.
  • Le cyberespionnage porte atteinte à la confidentialité ; les attaques DDoS portant atteinte à la disponibilité des données ; mais à l’avenir nous pourrions voir davantage d’actions qui modifieront, manipuleront l’information, compromettant cette fois l’intégrité de l’information.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories