Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 08:50
Swiss Air Force's FA 18 Hornet during its flight. Photo Peter Gronemann

Swiss Air Force's FA 18 Hornet during its flight. Photo Peter Gronemann

 

18.02.2014 Helen Chachaty - journal-aviation.com

 

 

La presse en fait ses choux gras : Le vol ETH 702, un 767-300 d’Ethiopian Airlines reliant Addis Abeba à Rome et détourné par le copilote le 17 février, a finalement atterri à Genève, escorté par deux Eurofighter italiens et deux Rafale français, et non pas des F/A-18 de l’armée de l’air helvète.

 

Le 17 février au soir, le ministère français de la Défense a publié un déroulé de la situation côté armée de l’air. On apprend ainsi que le CNOA (Centre national des opérations aériennes, situé sur la BA 942 de Lyon Mont-Verdun) a été alerté vers 4h10 du détournement de l’avion. Dans le cadre de la posture permanente de sûreté aérienne, la Haute autorité de défense aérienne décide alors d’envoyer un Mirage 2000C de l’EC 2/5 « Île de France » de la BA 115 d’Orange, alors en permanence opérationnelle. Celui-ci prend le relai des deux Eurofighter italiens à 5h12 et confirme cinq minutes plus tard que le 767 met le cap sur la Suisse. Un second Mirage 2000C du même escadron relève le premier et le Boeing d’Ethiopian Airlines finit par se poser sur l’aéroport de Genève à 6h02.

 

A la question de savoir pourquoi ce ne sont pas les chasseurs suisses qui ont décollé, la réponse est simple : L’armée de l’air suisse possède certes une capacité de surveillance qui fonctionne 24h/24, mais ne peut intervenir qu’aux horaires de bureau, soit de 8h à midi et de 13h 30 à 17h, comme l’a ouvertement précisé le 11 février dernier le ministre de la Défense Ueli Maurer lors d’une conférence de presse pour le lancement de la campagne en faveur du Gripen. Pour pallier ce manque, la Suisse a ainsi dû passer des accords avec les pays frontaliers, qui peuvent ainsi assurer la mission de police du ciel pour le compte de leur voisin.

 

La situation paraît incongrue vue de France, qui possède une capacité de permanence opérationnelle, en alerte 24h/24 et 365 jours par an. Le ministère en a d’ailleurs profité pour rappeler qu’un exercice franco-italien avait eu lieu le 21 janvier dernier, simulant le détournement d’un avion de ligne et mettant en œuvre les centres de commandement et de décision italiens et français ainsi que des Mirage 2000C français et Eurofighter italiens. Un coup du destin… et une occasion de rappeler l’importance de la caractéristique essentielle d’une permanence opérationnelle.

 

Du côté suisse, l’affaire pourrait prêter à sourire, si elle ne mettait pas en avant le déficit de capacités de réaction immédiate des forces aériennes helvètes. Une situation qui pourrait presque jouer en faveur de l’acquisition du Gripen. Ironie du sort, le ministre de la Défense Ueli Maurer avait martelé le 11 février dernier que le Gripen était une garantie pour le pays de pouvoir intervenir et assurer sa sécurité « 24h/24, sept jours par semaine, 356 jours sur 365 ». Cet aveu de faiblesse dans les capacités de défense aérienne, une semaine avant le détournement, aurait presque pu passer pour un avertissement, une preuve supplémentaire que oui, la Suisse a besoin du Gripen.

 

Pour la défense de la Suisse, la chaîne de décision a finalement bien fonctionné. Et le pays n’est pas prêt à déléguer sa mission de police du ciel afin de conserver sa « souveraineté », ainsi que l’a répété Ueli Maurer.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories