Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 21:50
démonstrateur nEUROn, photo Dassault aviation

démonstrateur nEUROn, photo Dassault aviation

 

19.11.2013 Par Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen) et Nathalie Guibert - Le Monde.fr

 

Sept pays européens - France, Allemagne, Grèce, Espagne, Italie, Pays-Bas et Pologne - ont lancé à Bruxelles, mardi 19 novembre, un "club des utilisateurs de drones" à l'occasion d'une réunion des ministres de la défense.

 

Déjà détenteurs, ou futurs détenteurs de drones, ces Etats s'engagent à développer, à l'horizon 2020, un appareil européen de moyenne altitude et de longue endurance (MALE) de nouvelle génération. Les pays concernés, via l'Agence européenne de défense (AED), promettent d'échanger leurs expériences et d'"identifier les opportunités de coopération" dans divers domaines : entraînement, logistique, maintenance, développement. Un autre groupe - Royaume-Uni, Autriche, Belgique, République tchèque - rassemble des nations qui se déclarent prêtes à investir dans le projet et à examiner ses implications technologiques mais sans, pour l'instant, vouloir envisager dans une éventuelle production commune.

Avec cette initiative, confirmée peu avant la tenue mi-décembre d'un Conseil des chefs d'Etat et de gouvernement européens consacré exceptionnellement à la défense, l'espoir est de relancer des coopérations. Elles sont depuis plusieurs années gelées par un manque de volonté politique et la réduction généralisée des budgets de défense. Les ministres ne veulent pas ouvrir le Conseil les mains vides.

 

Lire aussi : L'armée peau de chagrin (édition abonnés)

 

Le but du "club" est de ne pas rater un équipement jugé crucial par les armées et aux implications industrielles sont majeures. Il s'agit d'éviter une dépendance définitive des Européens dans un marché dominé par les Etats-Unis et Israël.

L'AED entend identifier les domaines où les investissements favoriseront la compétitivité de l'industrie européenne. L'aéronautique de défense mise sur les drones pour maintenir ses bureaux d'étude : à l'horizon 2030, c'est un engin non piloté de combat, propre à succéder aux avions de chasse, qui doit être élaboré.

 

INTERMINABLE FEUILLETON POLITICO-INDUSTRIEL

 

Le dossier, sur lequel la France affiche sa volonté de réunir les entreprises européennes, relève depuis vingt ans d'un interminable feuilleton politico-industriel. Aucune filière européenne n'a pu aboutir jusqu'à présent. Les luttes entre les entreprises nationales sont âpres.

Dans le cadre du traité de Lancaster House, Paris et Londres ont scellé des coopérations en la matière, en se basant sur le tandem Dassault-BAE pour les appareils du futur. Mais le ministère de la défense a aussi décidé d'acheter 12 Reaper de l'américain General Atomics, pour combler à court terme le manque de drones MALE de l'armée française, et en attendant la solution européenne.

L'armée de l'air vient de former ses équipages aux Etats-Unis sur deux premiers appareils. Livrés en décembre, ils seront basés à Niamey au Niger pour les opérations de contre-terrorisme au Sahel. Ces appareils américains n'ont pas de certification pour voler dans le ciel européen.

Cette décision d'achat américain "sur étagères" a ulcéré les industriels. Mi-octobre, Dassault, EADS et Finmeccanica ont réagi en ressuscitant le projet franco-allemand du drone Talarion, auquel Dassault s'était opposé quelques années plus tôt et qui avait été enterré.

 

Lire aussi : Dassault, EADS et Finmeccanica veulent un drone de surveillance européen

 

Le ministre français Jean-Yves Le Drian a également promu dans ce cadre l'idée d'un "club Reaper" pour que les Européens utilisateurs de ce drone, Allemands, Britanniques, Italiens et Français, puissent l'adapter : l'enjeu est de pouvoir y placer leurs propres capteurs, mais aussi de s'assurer de liaisons sécurisées autonomes. Ce sujet fait l'objet de négociations difficiles avec le Pentagone. Washington refuse de donner les codes des appareils afin de les modifier.

 

Sept pays s'associent pour développer un drone européen

Ce club Reaper semble encore plus difficile à réunir que le premier. Les armées des uns et des autres n'ont pas exprimé de besoin commun. Les industriels nationaux doivent encore s'entendre sur la répartition des tâches. Au final, les questions de souveraineté pourraient être malmenées par le manque d'argent : compte tenu de la baisse des budgets, le meilleur prix emportera les décisions assurent tous les acteurs du dossier.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : RP Defense
  • RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

  • News review for Industry - European Defence Agency
    source European Defence Agency If you want to subscribe to the News Review, or if you want to stop receiving the News review: News4Ind@eda.europa.eu News of the News EDA Study on the Impact of REACH & CLP European Chemical Regulations on the Defence Sector:...
  • Chronique culturelle - 13 Février 2017
    13 février 1960 explosion de la première bombe atomique française 13.02.2017 source JFP 13 février 1692 : massacre du clan Mac Donald dans la Glencoe (Ecosse).Le protestant Guillaume d’Orange ayant mis en fuite le catholique Jacques II, les chefs de clans...
  • Le PGHM et le GAM s’entraînent ensemble au secours en montagne
    Equipement de passage en neige - photo GAM Armée de Terre 07.02.2016 source 27e BIM Le lundi 13 février 2017 se déroulera un entraînement conjoint entre le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) et le groupement d’aguerrissement montagne (GAM)...
  • ITW SDBR : général Vincent Desportes, Professeur des Universités associé à Sciences Po Paris, Ancien directeur de l’Ecole de Guerre
    23.01.2017 par Alain Establier - SECURITY DEFENSE Business Review N°164 SDBR : Quel regard portez-vous sur la Défense de la France ? Vincent Desportes* : A l'issue de cette mandature, nous voyons un empilement d'actions réactives, à vocations plus politiciennes...
  • Chronique culturelle 9 Janvier
    Hussards du régiment de Bercheny en 1776 09.01.2017 source JFP 9 janvier 1778 : mort du créateur des régiments de Hussards (Luzancy – près de Meaux). Emigré hongrois et excellent capitaine au service de la France, Ladislas Ignace de Bercheny , obtient...
  • Chronique culturelle 04 Jan.
    Insigne général des Troupes de Forteresse de la Ligne Maginot 04.01.2016 source JFP 4 janvier 1894 : signature de l’alliance franco-russe. Préparée par de nombreuses activités bilatérales dans les années précédentes, une convention militaire secrète est...
  • Chronique culturelle 03 Jan.
    Napoléon en Egypte par Jean-Léon Gérome 03.01.2017 source JFP 3 janvier : Sainte Geneviève, patronne de la gendarmerie. Issue de la noblesse gallo-romaine du IVe siècle, elle convainc les habitants de Lutèce de ne pas livrer leur ville à Attila, roi des...
  • Au Levant, contre Daech avec les Forces Spéciales
    photo Thomas Goisque www.thomasgoisque-photo.com Depuis plus de deux ans, les hommes du C.O.S (Commandement des Opérations Spéciales) sont déployés au Levant et mènent, en toute discrétion, des opérations contre l’Etat islamisque.Au nord de l’Irak, ils...
  • Les blessés en Opérations extérieures ne prennent pas de vacances !
    Source CTSA Pendant la période des fêtes de fin d'années, le nombre de donneurs diminue dangereusement. Le site de Clamart du Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA) invite fortement les donneurs des communes proches à profiter des vacances de...
  • Interview SDBR de Gaël-Georges Moullec, Historien
    photo SDBR 20.12.2016 par Alain Establier - « SECURITY DEFENSE Business Review » n°162 SDBR: Comment va la Russie aujourd’hui? Gaël-Georges Moullec * : Il n’y a plus d’ascenseur social dans la Russie d’aujourd’hui, ce qui est un problème moins connu,...

Categories