Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 07:55
photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

 

15/05/2015 Sources : Etat-major des armées

 

Parti dans les tous premiers jours de décembre, le sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) Améthyste a retrouvé il y a quelques jours le port de Toulon, où sont basés les six SNA français, après cinq mois de déploiement en océan Indien.

 

C’est un déploiement d’une durée inhabituelle que vient d’achever l’Améthyste. Armé par deux équipages, l’équipage « rouge » et l’équipage « bleu », l’Améthyste vient en effet d’opérer durant près de cinq mois en océan Indien.

 

Habitués à se succéder à Toulon pour permettre d’optimiser la présence en mer du sous-marin, les deux équipages se sont cette fois-ci retrouvés lors d’une escale de cinq jours, fin février, sur le théâtre d’opération. L’équipage « rouge », arrivé en avion de Toulon, a rapidement pris la suite de l’équipage « bleu », lequel avait la responsabilité du sous-marin depuis près de quatre mois.

 

Cette relève d’équipage sur le théâtre, défi technique et logistique, a permis de maintenir en océan Indien le sous-marin durant quelque 135 jours, dont une quinzaine a été consacrée à des escales permettant notamment de compléter les vivres.

 

Déployé dans les eaux chaudes de l’océan Indien, de la mer Rouge au golfe arabo-persique, dans une zone traversée par des routes maritimes stratégiques pour nos approvisionnements et bordée par des pays qui connaissent de graves crises sécuritaires, l’Améthyste a mis en œuvre ses capteurs acoustiques, électromagnétiques et visuels pour engranger du renseignement et participer ainsi à améliorer notre connaissance de la valeur opérationnelle des forces en présence, de l’environnement, des flux maritimes et des zones d’intérêt.

 

Pour ce faire, le sous-marin peut compter sur sa discrétion qui lui permet de voir sans être vu et de ne pas modifier le comportement des différents acteurs. Il s’appuie également sur sa très grande endurance qui lui permet d’observer sans discontinuité et sur de très longues périodes de temps.

 

Outil majeur d’appréciation autonome de la situation, l’Améthyste a également participé à la lutte contre le terrorisme en mer et escorté le groupe aéronaval (GAN) constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle à l’occasion de sa mission Arromanches. D’abord employé en précurseur, puis intégré à la TF 473, l’Améthyste a opéré en coopération étroite avec les bâtiments du GAN et ceux de l’US Navy présents dans la zone.

 

Evoluant fréquemment dans des zones peu profondes, loin de toute base logistique, les équipages « bleu » et « rouge » ont montré au cours de ce déploiement leur rigueur et leur professionnalisme ainsi que leur capacité à être totalement autonome pour assurer, cinq mois durant, la pleine disponibilité du sous-marin. La densité des activités opérationnelles a toutefois laissé quelques heures de détente aux sous-mariniers pour fêter Noël et l’année 2015 en mer, dans une ambiance chaleureuse, en équipage, loin du cadre familial.

 

Après quelques semaines de travaux et un réapprovisionnement en vivres, l’équipage « bleu » reprendra la mer avec l’Améthyste pour quatre mois de mission.

photo Marine Nationale

photo Marine Nationale

Partager cet article

Repost0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 07:25
Récupération de l’antenne remorquée du sous-marin Améthyste lors de son escale au Brésil

 

5 août 2014. Portail des Sous-Marins

 

Le 21 juillet dernier, le sous-marin nucléaire d’attaque Améthyste a fait escale au Brésil à l’occasion de la semaine commémorant le centenaire des forces sous-marines brésiliennes. Le remorqueur de haute-mer brésilien “Tridente” a participé à la récupération du sonar remorqué du SNA, un câble d’une longueur d’environ 500 m contenant des hydrophones. Cette opération s’est déroule à proximité des îles Pai et Mãe, au large de Rio de Janeiro.

 

A cette occasion, des marins français ont embarqué sur le remorqueur de haute-mer brésilien Tridente. Ils ont ainsi récupéré l’antenne du sous-marin Améthyste avec l’aide de l’équipage brésilien.

 

Il était prévu au départ que le sous-marin effectue seul cette tâche, mais l’état de la mer ne l’a pas permis. Le remorqueur a donc été dépêché avec un faible préavis. La marine brésilienne a ainsi pu réaliser, en commun avec les marins français, une opération spécifique de récupération d’un matériel dont ne sont pas équipés les sous-marins brésiliens actuels.

 

Le sous-marins français a ensuite rejoint la zone d’attente, où il a été rejoint par le Dallas américain. Les 2 sous-marins ont alors été escortés ensemble pour l’entrée dans la baie de Guanabara et pour leur accostage dans la base navale de Rio de Janeiro.

 

Référence : Poder Naval (Brésil)

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : RP Defense
  • : Web review defence industry - Revue du web industrie de défense - company information - news in France, Europe and elsewhere ...
  • Contact

Recherche

Articles Récents

Categories